Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Des colonies à l’Empire fasciste. La conquête de l’Afrique racontée aux enfants italiens

Mariella Colin

Résumé

En Italie, la conquête et la colonisation de l’Afrique se sont inscrites dans la littérature pour l’enfance au fur et à mesure de l’occupation des territoires, en correspondance avec l’évolution idéologique qui l’accompagna. Dans les dernières décennies du XIXe siècle, lorsque l’Italie libérale entreprend l’occupation de la corne de l’Afrique, en Érythrée puis en Somalie, la colonisation trouve quelques échos dans les romans de Salgari. On trouve aussi des textes qui célèbrent l’héroïsme des soldats tombés au combat en affrontant des indigènes barbares et cruels, et d’autres qui critiquent la politique coloniale de l’État. Au début du XXe siècle, les ambitions coloniales semblent avoir été mises entre parenthèses ; des romans africains d’aventures, écrits sur le mode de la parodie, tournent en ridicule les Africains pour faire rire les plus petits. Ensuite la guerre de Libye (1911-1912) marque un tournant, et dans les ouvrages publiés au moment de la campagne perce la nouvelle idéologie nationaliste. Après la Grande Guerre, le fascisme au pouvoir veut créer la « conscience coloniale » des Italiens, en y associant la littérature pour l’enfance. Lors de la guerre d’Éthiopie paraissent de nombreux contes et romans qui racontent la campagne militaire sous diverses formes fictionnelles, allant du conte au roman. Cette production présentera la conquête éthiopienne comme une aventure enthousiasmante pour les enfants italiens, et la colonisation comme un immense bienfait pour les enfants indigènes.

Haut de page

Texte intégral

1La colonisation italienne de l’Afrique s’est inscrite dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse au fur et à mesure de l’occupation des territoires africains, entre 1880 et 1936. Cette production littéraire et paralittéraire peut être mise en correspondance avec l’évolution idéologique qui a marqué les étapes de la conquête coloniale, ainsi qu’avec les poncifs racistes qui ont présidé à la représentation des indigènes (vus tantôt comme des sauvages cruels ou ridicules et tantôt comme des individus inférieurs à domestiquer). Nous passerons en revue cette littérature en la mettant en parallèle avec les grandes étapes de la politique coloniale italienne, d’abord sous la monarchie libérale et ensuite sous le régime fasciste.

Du roman d’aventures au colonialisme

  • 1  Cf. Mariella Colin, « L’Afrique pour l’enfance : aventures et colonialisme dans les livres pour l’ (...)
  • 2  Le projet italien fut contrecarré par le protectorat français établi sur la Tunisie en 1881.
  • 3  L’occupation italienne de la Somalie débuta en 1889, par l’instauration d’un protectorat sur les s (...)

2L’Afrique et ses habitants font leur apparition lorsqu’Emilio Salgari publie en feuilleton son premier roman africain, La favorita del Mahadi (1884) : une histoire de passion et de mort qui se passe au Soudan, qui sera suivie par plusieurs autres romans d’aventures1 ayant comme cadre le continent noir. Au même moment, la classe politique italienne se persuade que le degré de puissance d’une nation se mesure d’après son prestige international, et que ce dernier est d’autant plus élevé qu’il possède des colonies. Dans les années 1880, le gouvernement de l’Italie libérale se lance dans une politique d’occupation des territoires de la corne de l’Afrique, qui est, en grande partie, une conséquence de l’échec de son aspiration à établir un protectorat sur la Tunisie2 ; cette pénétration, qui débute sur la côte bordant la mer Rouge, se soldera par la fondation d’une colonie en Érythrée, et sera suivie par une deuxième possession territoriale en Somalie3.

  • 4  Parmi ces derniers, I Drammi della schiavitù (Rome, Voghera, 1896) et Gli Scorridori del mare (Gên (...)
  • 5  Emilio Salgari, « Préface », Il Fiore del deserto. Avventure straordinarie nell’Africa Orientale, (...)
  • 6  Guido Altieri [Emilio Salgari], Lo Schiavo della Somalia, Palerme, Biondo, 1902, passim.

3La question du colonialisme tenait à cœur à Salgari. Il consacra quelques ouvrages à la lutte anti-esclavagiste4 en Afrique, mais présenta l’occupation italienne sous un angle plus favorable. Dans sa préface du Fiore del deserto, le romancier italien mentionnait expressément le rôle colonisateur que l’Italie commençait à avoir en Somalie (un espace plus attrayant que l’Érythrée pour l’imaginaire romanesque, car il donnait accès à la région des grands lacs), en écrivant : « Le domaine de ces aventures étranges et émouvantes est la Somalie italienne, cette vaste région équatoriale, soumise à notre influence, mais encore mal connue, et seulement en partie récemment explorée par notre vaillant capitaine Bottego5 ». Dans Lo schiavo della Somalia, l’esclave Sadi Omar se révoltait contre les négriers arabes et se mettait au service de son libérateur italien, en déclarant à tout bout de champ : « Taliens bienfaiteurs ! Moi ami Taliens !6».

  • 7  Le 27 janvier 1887, cinq cents soldats italiens furent massacrés par les Éthiopiens.

4À ces références romanesques à la pénétration coloniale italienne doivent être ajoutées les pages des livres d’école, où l’on rend honneur aux soldats italiens tombés lors des expéditions militaires. Sont ainsi mentionnés l’épisode sanglant de Dogali7 (1887) ainsi que d’autres revers, tels que l’échec de l’Amba Alagi (1895) et du fort Makallé (janvier 1896), transformés en combat épique où les combattants avaient fait preuve du courage le plus sublime.

Lors de l’attaque des Abyssins, le colonel De Cristoforis ordonne à ses hommes de présenter les armes.

Lors de l’attaque des Abyssins, le colonel De Cristoforis ordonne à ses hommes de présenter les armes.

Nicola D’Amato, I Nostri Eroi d’Africa. Appunti e ricordi della campagna d’Africa, Rome, G. Scotti, 1912, p. 11-12.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 8  Angelo Boccardi, Alla luce del vero, Milan, Hoepli, 1889, 2e éd., p. 90.
  • 9  « Prefazione dell’editore », dans Nicola D’Amato, I Nostri Eroi d’Africa. Appunti e ricordi della (...)

5L’on y déclare que la guerre « restera mémorable pour ces preuves admirables d’abnégation et de valeur »8, et on s’attache à célébrer le sacrifice de ces héros, pour que les enfants d’Italie sachent « de combien de vertus s’ornaient nos soldat, et quelles couronnes de laurier ils récoltaient sur les champs de bataille des collines africaines désertiques9 ». Ensuite le désastre d’Adoua (1er mars 1896), passé à l’histoire comme la plus grande défaite subie par une armée coloniale au xixe siècle, devait mettre fin, pendant quarante années, au projet d’assurer à l’Italie une position dominante dans le territoire éthiopien.

Critiques et parodies au début du xxe siècle

  • 10  Gemma Rembadi Mongiardini, Il Segreto di Pinocchio. Viaggio ignorato del celebre burattino italian (...)
  • 11  Vamba [alias Luigi Bertelli], Ciondolino, Florence, Bemporad, 1896, p. 95-96.

6Les célébrations conventionnelles des combattants, qui selon la rhétorique militaire devaient être donnés en modèles à la jeunesse, coexistent avec des critiques de la politique colonialiste, tantôt explicites, tantôt larvées, manifestées par des auteurs hostiles à une expansion de type impérialiste parce qu’attachés à la consolidation de la nation à l’intérieur de ses frontières, ou bien parce que proches des positions anticolonialistes du parti socialiste. Dans Il segreto di Pinocchio – une des innombrables suites du roman de Collodi – devant le spectacle affligeant de deux bandes de phoques se disputant un bout de banquise, apparaît entre les lignes la condamnation des expéditions coloniales lancées par la classe politique de la péninsule10, et dans Ciondolino de Vamba, publié l’année de la défaite de Adoua, la critique des guerres coloniales est symbolisée par un combat meurtrier entre fourmis rouges et fourmis noires, qui se termine par l’extermination de l’espèce noire. Ciondolino, l’enfant-fourmi protagoniste du récit, s’insurge alors avec véhémence contre tous les conflits armés, au nom de la fraternité universelle : « Jusqu’à quand vont durer ces luttes folles entre des peuples que la nature a créés comme frères11 ? ».

7D’autres critiques apparaissent au début du xxe siècle sous la forme de la parodie du roman d’aventures, lorsque les intrigues et les personnages empruntent les nouvelles voies du burlesque et du cocasse ; le « rêve colonial italien » est tourné en dérision par la méfiance suscitée par les campagnes ratées du siècle précédent ; en revanche, la représentation de l’Autre africain est invariablement associée à une mise en scène raciste, dans laquelle la sauvagerie des indigènes devient un sujet de moquerie. Dans Pinocchio in Affrica, Pinocchio est transporté au plus profond de la forêt équatoriale, où il se trouve aux prises avec des êtres étranges et répugnants.

Pinocchio arrive en Afrique.

Pinocchio arrive en Afrique.

Eugenio Cherubini, Pinocchio in Affrica, Florence, Bemporad, 1903. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 1
  • 1
  • 14 Ibid., p. 176.

8L’apparence et les gestes des Africains amusent le pantin, et au-delà du protagoniste le jeune lecteur : s’ils dansent, ils gesticulent de manière si grotesque que Pinocchio « peine à se retenir de rire12» ; s’ils font leur toilette, ils s’enduisent le corps « avec du beurre rance13 ». Étonnés par la marionnette parlante, ils le jugent de nature divine et proclament « Pinocchio premier, empereur et roi de tous les rois africains, envoyé par le ciel à remplacer le vieil empereur mort le jour auparavant d’une indigestion14 ». L’allusion parodique à l’empereur d’Éthiopie est évidente : travesti en Pinocchio et ridiculisé, il suscite le rire des enfants.

Pinocchio est proclamé empereur africain.

Pinocchio est proclamé empereur africain.

Ibid., p. 198.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 1

9À la cour impériale, l’étiquette observée apparaît comme la négation même des bonnes manières : les rois qui viennent rendre hommage à Pinocchio « lui crachent à la figure15 ». Qui plus est, ces individus grossiers et dégoûtants sont aussi féroces que des fauves : non contents de dévorer tout cru leur bétail, ces cannibales n’hésitent pas à satisfaire leurs fringales en croquant à belles dents les doigts de leurs voisins ! Au bout du compte Pinocchio, tout empereur qu’il est devenu, se repent d’avoir voulu aller en Afrique et, après avoir constaté que le continent noir n’est qu’un avatar du Pays d’Attrape-Nigauds, il s’enfuit à toutes jambes. Une parabole analogue se répète dans les Strepitose avventure di Formicolino attraverso l’Affrica de Momus (1904) : on y raconte les aventures bouffonnes de Formicolino, un petit vendeur de statuettes qui arrive inopinément en Afrique et parcourt le continent noir en connaissant mille péripéties. Il finit également par devenir empereur d’une tribu noire, représentée de la même manière grotesque.

Le Roi Alakaï.

Le Roi Alakaï.

Momus [alias Augusto Piccioni], Strepitose avventure di Formicolino attraverso l’Affrica, Turin, Paravia, 1904, p. 70.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 1
  • 1

10Les Africains dansent « ornés d’une infinité de plumes qui leur donnent l’air d’une bande de perroquets16», prennent l’enfant blanc pour une divinité et le vénèrent comme leur souverain. Mais le nouvel empereur tyrannise ses sujets ; son règne sera de courte durée, et le protagoniste s’en retournera vite en Italie. Une intention moqueuse est à l’œuvre dans un autre ouvrage « africain » d’Alberto Cioci : Menelicche. Avventure d’un moretto. Libro per i ragazzi che vogliono ridere17. Le récit met en scène une famille royale africaine, dont Menelicche est le fils désobéissant. Son père décide de le conduire en Italie pour qu’il puisse recevoir une éducation qui en fera un garçon policé ; il est envoyé à l’école, mais son comportement est si féroce, qu’il doit être mis en cage afin que les écoliers soient préservés de sa bestialité.

Menelicche en cage à l’école.

Menelicche en cage à l’école.

Alberto Cioci, Menelicche. Avventure di un moretto. Libro per i ragazzi che vogliono ridere, Florence, Bemporad, 1907, p. 124.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

11Le jeune Africain, présenté comme un être situé au plus bas niveau de la civilisation, sera humanisé grâce à l’éducation que ses maîtres lui imposent, pour le délivrer de sa sauvagerie originelle et de ses manières de cannibale.

Menelicche policé, entouré de ses parents.

Menelicche policé, entouré de ses parents.

Ibid., p. 249.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 1

12De telles représentations de l’altérité africaine sont conformes à l’« imaginaire colonial » alors largement répandu en Europe18, confiant aux Blancs une indispensable mission éducatrice face à la barbarie noire.

Romans de la conquête libyenne

  • 19  La Domenica dei fanciulli, a. xii, n° 44, 29 octobre 1911.
  • 20  « Tripetto a Tripoli », Adolescenza, a. i, n° 15, 10 décembre 1911.

13Lors de la guerre italo-turque de 1911-1912, on voit paraître une production littéraire pour l’enfance inspirée par la conquête coloniale en cours : de la déclaration de la guerre en septembre 1911 jusqu’au traité de Lausanne d’octobre 1912, la presse enfantine l’accompagne avec la même exaltation qui salue dans la grande presse et la communauté littéraire l’occupation du dernier territoire de l’Afrique méditerranéenne dont ne se sont pas encore emparées les autres puissances. Le monde entier est appelé à assister en spectateur au combat de la civilisation contre « l’Afrique monstrueuse, l’Afrique ténébreuse qui va devenir italienne19 » ; les combattants indigènes sont tantôt des êtres vils et incapables de résister à l’ennemi (comme dans les illustrations de « Tripetto a Tripoli20 » :

« Tripetto a Tripoli »

« Tripetto a Tripoli »

Adolescenza, a. i, n° 15, 10 décembre 1911. En-tête.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 21  Godoleva Fortuzzi, In Libia. Letture per i giovanetti, Bologne, Zanichelli, 1912, p. 58.

14et tantôt des sauvages cruels et indisciplinés, qui par contraste font ressortir « combien est fort et gentil le soldat italien, qui sait combattre en héros et aider ceux qui souffrent21 ».

  • 22  Vittorio Locatelli, Pinocchietto a Sciara Sciat, Milan, Bietti, 1912.

15Pendant la campagne paraît Pinocchietto a Sciara Sciat22. Pinocchietto n’est pas un pantin, mais un homme loti d’un nez long et pointu qui le fait ressembler à Pinocchio.

Pinocchietto au campement italien.

Pinocchietto au campement italien.

Vittorio Locatelli, Pinocchietto a Sciara Sciat, Milan, Bietti, 1912, p. 5.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 23  Le 23 octobre 1911, une armée nombreuse de combattants turcs et arabes attaqua par surprise les fo (...)

16Après avoir participé à la prise de Tripoli, il quitte la ville avec son régiment et apprend la nouvelle du guet-apens de Sciara Sciat23. Avec ses camarades, il vient en aide à ses compatriotes, mais en vain : Pinocchietto est torturé, jeté dans une fosse et enseveli, mais il survit et se réfugie dans le camp italien ; par la suite, il participera à d’autres affrontements, avant d’être gravement blessé au combat à Bengasi. De tous les livres pour l’enfance consacrés à la guerre de Libye, Pinocchietto a Sciara Sciat est le seul qui adopte un ton peu enthousiaste, car il arrive même à son protagoniste de déplorer cette expédition, coûteuse en hommes et en moyens financiers. Mais il s’agit d’une exception dans la série des livres proposant aux enfants des versions romancées de cette campagne coloniale. Le strepitose avventure di Pistacchio alla guerra di Libia peuvent être considérées comme une pinocchiata colonialiste mélangeant histoire et fiction.

Pistacchio va déclarer la guerre à la Turchie.

Pistacchio va déclarer la guerre à la Turchie.

Ildebrando Bencivenni, Le Strepitose Avventure di Pistacchio alla guerra di Libia, Florence, Salani, 1914. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 24  Ildebrando Bencivenni, Le Strepitose Avventure di Pistacchio alla guerra di Libia, Florence, Salan (...)

17Reprenant le paradigme de Pinocchio, Pistacchio, en compagnie d’autres marionnettes, s’envole sur le dos d’une mouette en direction d’Istanbul, où il va déclarer haut et fort au Grand Turc que les Italiens, en lui déclarant la guerre, font valoir leurs droits légitimes sur une terre qui appartenait aux Romains, dont ils sont les descendants : « C’est à nous ; ou bien vous nous la donnez de bonne grâce, ou bien on vous la prend de force24 ». La revendication de la colonisation romaine des territoires d’Afrique du nord est d’ailleurs l’un des topoi les plus diffus de l’idéologie impérialiste italienne ; ce qui ne saurait surprendre, lorsqu’on songe que cette doctrine a commencé à prendre forme lorsque Rome est devenue la capitale du Royaume. Mais c’est dans le dernier ouvrage, « Patria » in Libia de Leopoldo Barboni, que cette idéologie se manifeste avec une nouvelle ampleur : publié en 1914, ce livre témoigne de la montée en force du mouvement nationaliste. « Patria » est le nom donné à sa voiture par le colonel Epaminonda, propriétaire d’une villa dans les collines florentines et militant nationaliste. Le récit commence en mai 1911, au moment où les socialistes manifestent contre la déclaration de guerre. Indignés, le colonel, son chauffeur et ses trois neveux décident de se rendre à leur tour en Afrique pour se battre aux côtés des troupes italiennes, mais leur ardeur guerrière en restera aux déclarations d’intention : leur séjour en Libye ne les verra jamais se mêler aux combattants, et en dépit de leurs discours belliqueux, après être entrés à Tripoli avec les soldats italiens, ils passeront le plus clair de leur temps à visiter les ruines romaines.

Les soldats italiens défilent à Tripoli.

Les soldats italiens défilent à Tripoli.

Leopoldo Barboni, « Patria » in Libia, Florence, Salani, 1914, p. 215.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 25  Leopoldo Barboni, « Patria » in Libia, Florence, Salani, 1914, p. 102.

18Dans cet ouvrage où l’absence d’intrigue est compensée par l’enflure du discours, résonne la célébration exaltée de la future « Grande Italie » renouvelant les destinées de Rome caput mundi, accompagnée d’un très grand mépris envers les Libyens, « des barbares qui seront étrillés, nettoyés, civilisés25 ». Le nouveau nationalisme du xxe siècle dont se fait chantre Leopoldo Barboni rompt résolument tant avec la rhétorique patriotique qu’avec le rire des romans parodiques, et annonce la doctrine fasciste à venir.

La littérature coloniale pour la jeunesse sous le fascisme

  • 26  Pour une présentation plus détaillée, nous renvoyons à notre ouvrage « Les enfants de Mussolini ». (...)
  • 27 Remo Cantalupo, Esotica, a. I, 1926, p. 148.
  • 28  Giuseppe Fanciulli, Enrichetta Monaci Guidotti, La Letteratura per l’infanzia, Turin, SEI, 1926, p (...)

19Sous le fascisme26, la nécessité de promouvoir une littérature coloniale conforme aux aspirations de la nouvelle Italie est affirmée dès 1926, par l’institution d’une « journée coloniale » à l’école. Quelques revues s’emploient à promouvoir le roman colonial, telle Esotica, qui affirme que « la littérature [était] l’une des voies les plus faciles et immédiates pour exercer une vaste propagande coloniale27 ». Mais les « romans coloniaux » se font attendre et les ouvrages pour l’enfance et la jeunesse restent rares, ce que Giuseppe Fanciulli déplore en écrivant : « Notre littérature coloniale est très pauvre, et tout particulièrement la littérature pour les enfants, qui est encore entièrement à faire28 ».

  • 29  Cf. Adolfo Scotto di Luzio, L’Appropriazione imperfetta. Editori, biblioteche e libri per ragazzi (...)
  • 30  Raoul Davy Gabrielli, Gente d’Africa. Racconto per i giovani, Florence, Bemporad, 1934, p. 34.

20L’idéologie fasciste demande que les histoires se rapportent aux territoires des colonies italiennes, l’Érythrée, la Libye et la Somalie, et qu’ils laissent une large place à l’expression symbolique de la prise de possession du territoire colonial et à la représentation de l’Italien pionnier et bâtisseur. Cette littérature coloniale doit mettre en scène des personnages qui tantôt combattent sur des champs de bataille et tantôt s’installent dans des fermes modèles ; deux fonctions structurant deux sortes de récits, pouvant être différenciés en « romans de la colonisation » et « romans de la conquête29 ». De fait, ces schémas narratifs mélangent souvent les deux types d’intrigues ; c’est surtout le cas des « romans de la conquête », car une fois les combats terminés, plusieurs soldats décident de s’installer comme colons, et le « roman de la conquête » évolue vers le « roman de la colonisation » où des volontaires, « avec leur sueur, réveilleront de son long sommeil cette bonne terre ; ils la feront fleurir et fructifier comme un jardin enchanté30 ». Ce qui caractérise cette idéologie coloniale est le travail des hommes, lien avec le nouveau territoire conquis et symbole de l’Italie fasciste, puissance qui se veut avant tout civilisatrice.

Romans de la colonisation : colons et indigènes

21Avant la conquête de l’Éthiopie, des trois colonies italiennes c’est la Somalie qui attire davantage les écrivains, qui la choisissent de préférence aux deux autres : elle sert de toile de fond à plusieurs romans, comme Un Balilla nell’Oltre-Giuba. Racconto per i ragazzi italiani, « Africa mia ! », seguito a un Balilla nell’Oltre-Giuba,ou Amore di terra lontana. Vicende di vita somala. Ces trois livres mettent en scène des Balillas italiens et leurs familles.

Un Balilla colon parmi les indigènes.

Un Balilla colon parmi les indigènes.

Ernesto Ambrosi, Un Balilla nell’Oltre-Giuba. Racconto per i ragazzi italiani, Milan, Vallardi, 1933. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 31  Ernesto Ambrosi, Un Balilla nell’Oltre-Giuba. Racconto per i ragazzi italiani, Milan, Vallardi, 19 (...)
  • 32  Ernesto Ambrosi, « Africa mia ! », seguito a un Balilla nell’Oltre-Giuba, Milan, Vallardi, 1935, p (...)

22L’intrigue sert essentiellement à retracer l’histoire de la colonisation, en faisant l’éloge des travaux qui ont fertilisé « le désert et la jungle », grâce « aux eaux limpides des canaux et au travail acharné des hommes et des machines31 ». Le territoire somalien a été remodelé par la colonisation, et la confiscation des terres est légitimée au nom du progrès économique, tandis que les famines, les épidémies et même le cannibalisme pratiqué par les habitants ont disparu, depuis que « trois symboles veillent sur la région : la Croix, le Faisceau et le Tricolore32 ». Les Somaliens demandent par centaines à venir travailler dans les nouvelles exploitations, parce qu’ils en comprennent les bienfaits ; ils ont été délivrés de leur ignorance et acquis à la culture de l’homme blanc.

  • 33  Raoul Davy Gabrielli, Il Piccolo Brassa : romanzo coloniale per i giovani, Palerme, Sandron, 1928.
  • 34  Erminia Siracusa Cabrini, Hagg piccolo soldato d’Italia, Turin, Paravia, 1931.
  • 35  Luigi Maurizi, L’Ascaro fedele, Monza, Il Cartoccino, 1929.

23Convaincus de la justesse de la domination italienne, pleins de reconnaissance pour tant de générosité, l’étape ultime de leur domestication est leur engagement en tant qu’ascari (l’équivalent des tirailleurs dans les troupes coloniales françaises). Plusieurs romans campent comme protagonistes de jeunes Africains affamés qui, après avoir redouté ou bien haï les Italiens, sont aidés par les colons, s’engagent comme soldats mercenaires, et combattent jusqu’à la mort contre leurs propres compatriotes pour servir l’Italie, leur « nouvelle grande Patrie ». On peut citer à titre d’exemple Il piccolo Brassa33, Hagg, piccolo soldato d’Italia34, L’ascaro fedele35.

L’ascaro fidèle au combat.

L’ascaro fidèle au combat.

Luigi Maurizi, L’Ascaro fedele, Monza, Il Cartoccino, 1929. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 36  Adolfo Scotto di Luzio, op. cit., p. 217.
  • 37  Pina Ballario, Nassubi aquilotto del Tigrai. Romanzo coloniale per ragazzi, Milan, La Prora, 1936, (...)

24Dans ces textes, « la reconnaissance de l’enfant indigène est la sanction d’un pacte d’alliance entre colonisés et colonisateurs36 », par lequel le discours fasciste entend démontrer que les Italiens ne dominent pas par la force, mais par leurs qualités humaines. Le choix des enfants indigènes comme protagonistes de ces parcours d’assimilation exemplaire – d’abord hostiles aux envahisseurs, après avoir été secourus et éduqués ils se mettent au service de leurs nouveaux maîtres – sera repris dans d’autres romans. Nassubi est un petit Abyssin qui, pendant la guerre, est soigné par des missionnaires italiens ; il découvre le dieu des Blancs et la culture européenne, et comprend que l’Éthiopie sera prospère seulement « lorsqu’elle sera conquise par les Italiens, le peuple le plus fort et le plus civilisé du monde37 ». Ce sont ses propres compatriotes, restés à l’état de barbares, qui tueront alors le généreux Nassubi, transformé au contact de la bonté des missionnaires. Badud, le petit protagoniste de Il monello di Macallé, connaît un parcours similaire : pendant la guerre d’Éthiopie il s’attache au capitaine Orvieti, qui lui enseigne le maniement des armes et fait de lui « son petit intendant ».

Badud et le capitaine italien.

Badud et le capitaine italien.

Narciso Quintavalle, Il Monello di Macallé, Milan, Vallardi, 1936. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 38  Narciso Quintavalle, Il Monello di Macallé, Milan, Vallardi, 1936.

25Alors que Badud apprend à lire et à écrire en italien dans les nouvelles écoles, le progrès avance à grands pas sur le sol africain : les soldats tracent de nouvelles routes et « portent avec leur travail béni les enseignes de la civilisation, de l’hygiène, de l’utilité quotidienne38 » aux indigènes, qui viennent se faire soigner par les médecins blancs.

Aventures et colonialisme

  • 39  Davide Montino, Le Tre Italie di Giuseppe Fanciulli. Educazione e letteratura infantile nel primo (...)

26En fondant, en 1935, une collection de « Letture coloniali » dans la maison d’édition La Scuola de Brescia, Giuseppe Fanciulli se donne comme but de donner vie à des romans alliant l’aventure et le colonialisme, pour « développer une conscience impériale, ainsi que le sens de la supériorité culturelle italienne, unie à la fierté de la puissance nationale39 ». Il publie quatre livres qui annoncent des aventures situées dans les trois colonies italiennes (Érythrée, Somalie, Libye) : La bandiera sventola. Avventure di un ragazzo italiano in Eritrea (1935) ; Dalla Nievole a Bargal. Avventure di un ragazzo nella Somalia italiana (1935) ; La banda a cavallo. Avventure di un ragazzo italiano in Tripolitania (1936) ; Il segreto dell’Oceano Indiano. Avventure nell’Oltre Giuba italiano (1936).

Un roman d’aventures colonial : Dalla Nievole a Bargal.

Un roman d’aventures colonial : Dalla Nievole a Bargal.

Giuseppe Fanciulli, Dalla Nievole a Bargal. Avventure di un ragazzo nella Somalia italiana, Brescia, La Scuola, 1935. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 40  Giuseppe Fanciulli, Il Segreto dell’Oceano Indiano, Brescia, La Scuola, 1936, p. 71.

27Fanciulli cherche à bâtir des canevas qui promettent des intrigues romanesques ; ses personnages toutefois ne permettent guère au lecteur de s’évader dans l’imaginaire, car l’auteur a à cœur de justifier la nécessité pour l’Italie de disposer de l’espace nécessaire pour nourrir sa population, et de trouver des territoires pour son peuple jeune et fécond. Dans La bandiera sventola, on suit les pérégrinations en Érythrée des enfants d’un chef de gare, qui accompagnent un ingénieur italien à la recherche de minerais ; le fil conducteur de Dalla Nievole a Bargal est l’itinéraire d’un fils de colon, qui parcourt le pays en compagnie de son père à la recherche d’un ami ; dans La banda a cavallo, un groupe de soldats indigènes, guidés par un officier italien, affronte des bandes de rebelles en Tripolitaine ; à cette poursuite se trouve mêlé un garçon sicilien, fils d’émigrés, qui deviendra ensuite colon dans la région. Enfin, dans Il segreto dell’Oceano Indiano, le protagoniste est un petit Somalien de l’Outre-Giuba nommé Abdilla, qui voit arriver un jour dans son pays les soldats italiens et est adopté par un lieutenant, qui lui promet : « Tu seras mon petit soldat ; ensuite tu deviendras un grand soldat du roi d’Italie40 ».

  • 41  Giuseppe Scortecci, Dubat all’erta ! Romanzo d’avventure, Milan, Garzanti, 1935.
  • 42  Alfredo Fabietti, Due Ragazzi in Abissinia. Avventure di terra e di cielo, Milan, Genio, 1935, p. (...)

28La tentative de Fanciulli de susciter le roman d’aventures coloniales est partagée par d’autres auteurs. Giuseppe Scortecci, avec Dubat all’erta ! Romanzo d’avventure41, situe en Somalie un récit dans lequel on trouve officiers italiens et bandes de pilleurs, derviches et soldats indigènes, forêts africaines et plantations, ainsi que l’inévitable enfant somalien qui s’attache aux Italiens colonisateurs et s’enrôle dans les troupes indigènes. Alfredo Fabietti fait paraître en 1935 Due ragazzi in Abissinia. Avventure di terra e di cielo42 : un roman à l’intrigue embrouillée, dans lequel les personnages manifestent souvent leur mépris pour les indigènes.

Aventures et colonialisme en terre abyssine.

Aventures et colonialisme en terre abyssine.

Alfredo Fabietti, Due Ragazzi in Abissinia. Avventure di terra e di cielo, Milan, Genio, 1935. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 43  Alfredo Fabietti, L’Amba selvaggia. Avventure sui laghi d’Etiopia, Milan, Genio, 1937, p. 39.

29Après la conquête de l’Éthiopie, Fabietti publiera un roman imprégné de préjugés racistes du même genre, dont le cadre est situé dans le territoire abyssin : L’amba selvaggia. Avventure sui laghi d’Etiopia43.

Contes et romans de la conquête et de l’empire

30La campagne d’Éthiopie fut accompagnée par une propagande intense, adressée tant à la population adulte qu’à l’enfance. En correspondance avec ces événements, le nombre de publications de littérature coloniale connaît une augmentation considérable, et entre 1935 et 1939, plus de quatre-vingts nouveaux titres sortent chez les éditeurs pour la jeunesse. Sous diverses formes fictionnelles adaptées à l’âge des lecteurs sont alors mises en scène les représentations et les motivations divulguées par le régime. Cette production, qui veut impliquer la jeunesse en suscitant son adhésion à la cause impérialiste, présente la guerre de conquête comme une aventure enthousiasmante, et la colonisation comme un immense bienfait.

  • 44  Nonno Ebe [Ettore Boschi], Genietti e Sirenelle in… Africa Orientale, Milan, Carroccio, 1936.
  • 45  Olga Visentini, Africanelle. Fiabe, Turin, SEI, 1937.

31Pour les plus petits, le mode narratif des contes de fées est considéré comme le plus adapté pour raconter la campagne fasciste. Dans Genietti e Sirenelle in Africa Orientale44 le Duce intervient sous les apparences d’un magicien tout-puissant. Les fées sont nombreuses parmi les personnages des Africanelle45 d’Olga Visentini (un recueil de vingt-quatre contes),

Des contes de fées coloniaux.

Des contes de fées coloniaux.

Olga Visentini, Africanelle. Fiabe, Turin, SEI, 1937. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 46  Armando Lodolini, Cappuccetto Rosso nell’Africa Orientale, Bologne, Cappelli, 1936.

32tandis qu’Armando Lodolini fait appel aux contes de Perrault pour écrire l’histoire de Cappuccetto Rosso nell’Africa Orientale46.

Le Petit Chaperon rouge au service du colonialisme italien.

Le Petit Chaperon rouge au service du colonialisme italien.

Armando Lodolini, Cappuccetto Rosso nell’Africa Orientale, Bologne, Cappelli, 1936. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 47 Pinocchio vuol calzare gli Abissini, s.a., Florence, Marzocco, 1939.
  • 48  Rossana [Zinia Centa Tartarini], Cuccù !... Pinocchio in Affrica, Florence, Salani, 1937.

33En même temps que le Petit Chaperon Rouge et les fées, le personnage merveilleux appelé en renfort pour expliquer l’expansion coloniale est Pinocchio : le pantin part en Afrique pour participer à la guerre d’Éthiopie ou pour s’y installer comme colon. Dans Pinocchio vuol calzare gli Abissini47, il veut s’installer en Éthiopie comme cordonnier ; pour que les Abyssins, qui marchent pieds nus, portent ses chaussures, Pinocchio finira par les leur adapter avec une colle spéciale. Une autre « pinocchiata » campant un Pinocchio colonisateur est Pinocchio in Affrica48 : une histoire en vers qui exploite le thème populiste de la « guerre du peuple » conduite par une nation riche d’hommes mais non de deniers, pour leur offrir des débouchés ; une fois arrivé à Addis Abeba, Pinocchio se fait marchand de glaces, un excellent métier dans un pays où il fait toujours chaud.

34D’autres romans adoptent un ton plus réaliste pour mettre en scène de jeunes Italiens dont la foi fasciste est à toute épreuve ; ils participent à la campagne militaire, connaissent très tôt l’expérience formatrice de la guerre, et deviennent des fascistes adultes plus vite que leurs camarades. S’inspirant de faits divers survenus au début des hostilités, ces romans sont peuplés de garçons qui quittent le domicile familial pour s’embarquer avec les légionnaires ; une aventure qui peut être vécue en groupe ou bien en solitaire.

  • 49  Adele Albieri, Gianni Camicia Nera. Romanzo, Turin, Paravia, 1939, p. 158.
  • 50  Maria Ocidi, Aquilotti sulle steppe africane, Milan, Vallardi, 1935, p. 33.

35La narration la plus détaillée est celle de Gianni Camicia Nera49, un texte qui reflète jusqu’à la caricature tous les clichés de la propagande fasciste. Gianni Barghi, jeune Avant-garde zélé qui aime apprendre par cœur les discours du Duce, ne rêve que d’aller à la guerre ; il s’enfuit et réussit à se faire admettre comme mascotte dans un bataillon de volontaires, montre au feu un courage extraordinaire et entre avec son bataillon à Addis Abeba. D’autres romans ont un ton moins guerrier et triomphaliste, comme Aquilotti sulle steppe africane50 : un groupe d’adolescents romains s’enthousiasme à l’idée de participer à la guerre et s’engage ; certains seront faits prisonniers par les indigènes et subiront d’atroces mutilations.

Des adolescents romains participent à la guerre d’Éthiopie.

Des adolescents romains participent à la guerre d’Éthiopie.

Maria Ocidi, Aquilotti sulle steppe africane, Milan, Vallardi, 1935. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.

  • 51  Eros Belloni, Storie e vite di ragazzi, Bologne, Cappelli, 1939.
  • 52  Lucia Antonelli, Cuore e fuoco. Romanzo, Milan, Santagostino, 1937.
  • 53  Salvator Gotta, Piccolo Legionario in A.O., Milan, Baldini & Castoldi, 1938.

36La souffrance causée par les blessures de guerre est aussi celle que connaît, dans Storie e vite di ragazzi51, un adolescent qui se retrouve cloué sur un fauteuil, sans pouvoir bouger ses jambes, mais il ne déplore en rien son engagement et accepte sans regrets son sacrifice. Dans Cuore e fuoco52, ce sont un garçon et une fille qui s’enfuient pour participer à l’expédition militaire : Scalfarotto s’enrôle comme Chemise noire et Niguardina comme infirmière ; ils feront preuve de courage et se couvriront tous les deux de gloire. Le protagoniste de Piccolo legionario in A.O.53 réussit à se faire engager comme mousse, puis suit les Chemises noires dans le continent africain, le long d’un parcours dont les étapes sont celles de l’avancée militaire italienne.

L’empire fasciste est fondé en Afrique.

L’empire fasciste est fondé en Afrique.

Salvator Gotta, Piccolo Legionario in A.O., Milan, Baldini & Castoldi, 1938. Couverture p. 1.

Avec l’aimable autorisation d’Enzo Rosario Laforgia. Cliché et © J.N. Colin.

37Il participe aux combats, puis après la proclamation de l’Empire il décide de s’installer en Éthiopie comme colon avec son père.

38Les contes et les romans de la conquête devaient continuer d’être publiés jusqu’aux premières années de la seconde guerre mondiale, lorsque l’empire colonial fasciste, dans lequel Mussolini croyait voir la résurrection de l’empire romain, s’écroula comme un château de sable : les colonies de l’Afrique Orientale étaient perdues dès 1941, la Libye en 1943. La littérature coloniale pour l’enfance italienne, qui avait été asservie à des finalités idéologiques dans l’Italie libérale, et à la propagande sous le régime fasciste, n’avait plus de raison d’être et s’éteignait d’une manière tout aussi peu glorieuse, sans avoir produit aucune œuvre digne de rester dans le patrimoine littéraire commun.

Haut de page

Notes

1  Cf. Mariella Colin, « L’Afrique pour l’enfance : aventures et colonialisme dans les livres pour l’enfance et la jeunesse de l’Italie libérale », dans L’Afrique coloniale et postcoloniale dans la culture, la littérature et la société italiennes, Mariella Colin, Enzo Rosario Laforgia (dir.), Presses Universitaires de Caen, 2003, p. 63-82.

2  Le projet italien fut contrecarré par le protectorat français établi sur la Tunisie en 1881.

3  L’occupation italienne de la Somalie débuta en 1889, par l’instauration d’un protectorat sur les sultanats d’Obbia et Migiurtini, puis sur le Bénadir (Mogadiscio, 1891).

4  Parmi ces derniers, I Drammi della schiavitù (Rome, Voghera, 1896) et Gli Scorridori del mare (Gênes, 1900, Donath). Sous le pseudonyme de Guido Altieri il publia chez l’éditeur Biondo de Palerme Lo Schiavo 1902 et Il Negriero (1903).

5  Emilio Salgari, « Préface », Il Fiore del deserto. Avventure straordinarie nell’Africa Orientale, Gênes, Donath, 1897. Cette traduction, tout comme les suivantes, est de nous.

6  Guido Altieri [Emilio Salgari], Lo Schiavo della Somalia, Palerme, Biondo, 1902, passim.

7  Le 27 janvier 1887, cinq cents soldats italiens furent massacrés par les Éthiopiens.

8  Angelo Boccardi, Alla luce del vero, Milan, Hoepli, 1889, 2e éd., p. 90.

9  « Prefazione dell’editore », dans Nicola D’Amato, I Nostri Eroi d’Africa. Appunti e ricordi della campagna d’Africa, Rome, G. Scotti, 1912.

10  Gemma Rembadi Mongiardini, Il Segreto di Pinocchio. Viaggio ignorato del celebre burattino italiano, Florence, Bemporad, 1893, p. 217.

11  Vamba [alias Luigi Bertelli], Ciondolino, Florence, Bemporad, 1896, p. 95-96.

14 Ibid., p. 176.

19  La Domenica dei fanciulli, a. xii, n° 44, 29 octobre 1911.

20  « Tripetto a Tripoli », Adolescenza, a. i, n° 15, 10 décembre 1911.

21  Godoleva Fortuzzi, In Libia. Letture per i giovanetti, Bologne, Zanichelli, 1912, p. 58.

22  Vittorio Locatelli, Pinocchietto a Sciara Sciat, Milan, Bietti, 1912.

23  Le 23 octobre 1911, une armée nombreuse de combattants turcs et arabes attaqua par surprise les forces italiennes dans l’oasis de Sciara Sciat et les massacra.

24  Ildebrando Bencivenni, Le Strepitose Avventure di Pistacchio alla guerra di Libia, Florence, Salani, 1914, p. 48.

25  Leopoldo Barboni, « Patria » in Libia, Florence, Salani, 1914, p. 102.

26  Pour une présentation plus détaillée, nous renvoyons à notre ouvrage « Les enfants de Mussolini ». Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Presses Universitaires de Caen, 2010.

27 Remo Cantalupo, Esotica, a. I, 1926, p. 148.

28  Giuseppe Fanciulli, Enrichetta Monaci Guidotti, La Letteratura per l’infanzia, Turin, SEI, 1926, p. 304.

29  Cf. Adolfo Scotto di Luzio, L’Appropriazione imperfetta. Editori, biblioteche e libri per ragazzi durante il fascismo, Bologne, Il Mulino, 1996, p. 198 sq.

30  Raoul Davy Gabrielli, Gente d’Africa. Racconto per i giovani, Florence, Bemporad, 1934, p. 34.

31  Ernesto Ambrosi, Un Balilla nell’Oltre-Giuba. Racconto per i ragazzi italiani, Milan, Vallardi, 1933, p. 9.

32  Ernesto Ambrosi, « Africa mia ! », seguito a un Balilla nell’Oltre-Giuba, Milan, Vallardi, 1935, p. 54.

33  Raoul Davy Gabrielli, Il Piccolo Brassa : romanzo coloniale per i giovani, Palerme, Sandron, 1928.

34  Erminia Siracusa Cabrini, Hagg piccolo soldato d’Italia, Turin, Paravia, 1931.

35  Luigi Maurizi, L’Ascaro fedele, Monza, Il Cartoccino, 1929.

36  Adolfo Scotto di Luzio, op. cit., p. 217.

37  Pina Ballario, Nassubi aquilotto del Tigrai. Romanzo coloniale per ragazzi, Milan, La Prora, 1936, p. 140.

38  Narciso Quintavalle, Il Monello di Macallé, Milan, Vallardi, 1936.

39  Davide Montino, Le Tre Italie di Giuseppe Fanciulli. Educazione e letteratura infantile nel primo Novecento, Turin, SEI, 2009, p. 162.

40  Giuseppe Fanciulli, Il Segreto dell’Oceano Indiano, Brescia, La Scuola, 1936, p. 71.

41  Giuseppe Scortecci, Dubat all’erta ! Romanzo d’avventure, Milan, Garzanti, 1935.

42  Alfredo Fabietti, Due Ragazzi in Abissinia. Avventure di terra e di cielo, Milan, Genio, 1935, p. 5.

43  Alfredo Fabietti, L’Amba selvaggia. Avventure sui laghi d’Etiopia, Milan, Genio, 1937, p. 39.

44  Nonno Ebe [Ettore Boschi], Genietti e Sirenelle in… Africa Orientale, Milan, Carroccio, 1936.

45  Olga Visentini, Africanelle. Fiabe, Turin, SEI, 1937.

46  Armando Lodolini, Cappuccetto Rosso nell’Africa Orientale, Bologne, Cappelli, 1936.

47 Pinocchio vuol calzare gli Abissini, s.a., Florence, Marzocco, 1939.

48  Rossana [Zinia Centa Tartarini], Cuccù !... Pinocchio in Affrica, Florence, Salani, 1937.

49  Adele Albieri, Gianni Camicia Nera. Romanzo, Turin, Paravia, 1939, p. 158.

50  Maria Ocidi, Aquilotti sulle steppe africane, Milan, Vallardi, 1935, p. 33.

51  Eros Belloni, Storie e vite di ragazzi, Bologne, Cappelli, 1939.

52  Lucia Antonelli, Cuore e fuoco. Romanzo, Milan, Santagostino, 1937.

53  Salvator Gotta, Piccolo Legionario in A.O., Milan, Baldini & Castoldi, 1938.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lors de l’attaque des Abyssins, le colonel De Cristoforis ordonne à ses hommes de présenter les armes.
Légende Nicola D’Amato, I Nostri Eroi d’Africa. Appunti e ricordi della campagna d’Africa, Rome, G. Scotti, 1912, p. 11-12.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Pinocchio arrive en Afrique.
Légende Eugenio Cherubini, Pinocchio in Affrica, Florence, Bemporad, 1903. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Pinocchio est proclamé empereur africain.
Légende Ibid., p. 198.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Le Roi Alakaï.
Légende Momus [alias Augusto Piccioni], Strepitose avventure di Formicolino attraverso l’Affrica, Turin, Paravia, 1904, p. 70.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Menelicche en cage à l’école.
Légende Alberto Cioci, Menelicche. Avventure di un moretto. Libro per i ragazzi che vogliono ridere, Florence, Bemporad, 1907, p. 124.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Menelicche policé, entouré de ses parents.
Légende Ibid., p. 249.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre « Tripetto a Tripoli »
Légende Adolescenza, a. i, n° 15, 10 décembre 1911. En-tête.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Pinocchietto au campement italien.
Légende Vittorio Locatelli, Pinocchietto a Sciara Sciat, Milan, Bietti, 1912, p. 5.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Pistacchio va déclarer la guerre à la Turchie.
Légende Ildebrando Bencivenni, Le Strepitose Avventure di Pistacchio alla guerra di Libia, Florence, Salani, 1914. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Les soldats italiens défilent à Tripoli.
Légende Leopoldo Barboni, « Patria » in Libia, Florence, Salani, 1914, p. 215.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Un Balilla colon parmi les indigènes.
Légende Ernesto Ambrosi, Un Balilla nell’Oltre-Giuba. Racconto per i ragazzi italiani, Milan, Vallardi, 1933. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre L’ascaro fidèle au combat.
Légende Luigi Maurizi, L’Ascaro fedele, Monza, Il Cartoccino, 1929. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Badud et le capitaine italien.
Légende Narciso Quintavalle, Il Monello di Macallé, Milan, Vallardi, 1936. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Un roman d’aventures colonial : Dalla Nievole a Bargal.
Légende Giuseppe Fanciulli, Dalla Nievole a Bargal. Avventure di un ragazzo nella Somalia italiana, Brescia, La Scuola, 1935. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Aventures et colonialisme en terre abyssine.
Légende Alfredo Fabietti, Due Ragazzi in Abissinia. Avventure di terra e di cielo, Milan, Genio, 1935. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Des contes de fées coloniaux.
Légende Olga Visentini, Africanelle. Fiabe, Turin, SEI, 1937. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Le Petit Chaperon rouge au service du colonialisme italien.
Légende Armando Lodolini, Cappuccetto Rosso nell’Africa Orientale, Bologne, Cappelli, 1936. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Des adolescents romains participent à la guerre d’Éthiopie.
Légende Maria Ocidi, Aquilotti sulle steppe africane, Milan, Vallardi, 1935. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Tancredi di Barolo. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre L’empire fasciste est fondé en Afrique.
Légende Salvator Gotta, Piccolo Legionario in A.O., Milan, Baldini & Castoldi, 1938. Couverture p. 1.
Crédits Avec l’aimable autorisation d’Enzo Rosario Laforgia. Cliché et © J.N. Colin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/322/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariella Colin, « Des colonies à l’Empire fasciste. La conquête de l’Afrique racontée aux enfants italiens », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 15 septembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/strenae.322

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org