Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Brouillard sanglant » sur Sunnydale !

ou les mille vies et les mille morts de Buffy Summers, la Tueuse de vampires
Isabelle-Rachel Casta

Résumé

Le « Buffyverse » (l’univers de Buffy contre les Vampires, créé par Joss Whedon, 1997-2003) a tellement fasciné le public – du cœur de cible original à l’ensemble du spectre des âges au fil des saisons – qu’il a connu toute une série de mutations génériques et transmédiatiques, propres à prolonger et diversifier le plaisir de la rencontre. L’« Urtext » de BtVS est un film complètement raté, devenu « culte » par le contraste entre son échec cuisant et l’éclatante réussite de la série ; série qui elle-même sera l’objet d’un spin-off entre l’œuvre matricielle et un épigone, Angel, axé sur le personnage du vampire romantique dont s’est éprise la tueuse. D’autre part, une cinquantaine de romans viendront essaimer autour des scénarios originaux, instaurant ce qu’on appelle un « univers étendu », par le biais d’une multitude de réalités alternatives où se meuvent les personnages. Des produits dérivés aux « fanzines », des jeux vidéo aux « quiz » régulièrement proposés, des « guides » à l’édition de la BO, c’est toute une industrie qui se déploie autour du « scooby gang » (Buffy et ses meilleurs amis), pour garder, bien après l’arrêt officiel du feuilleton (2003), l’effervescence et la passion suscitées par cette histoire d’amour et de mort, typique de ce que la dark fantasy peut produire de meilleur. Le réalisateur lui-même, à jamais amoureux fou de son héroïne, continue de la « dessiner » sous forme de BD, esquissant une « huitième saison » déjà mythique, pour oublier peut-être l’impossibilité de continuer le show avec l’actrice principale, Sarah Michelle Gellar, sur qui tout reposait. Cette étude souhaite donc montrer comment et pourquoi cette série a soulevé un tel enthousiasme, une telle ferveur – et comment sa dissémination transmédiatique participe du culte que lui rendent ses fans.  Adressée d’abord aux adolescents de 12-15 ans, la série s’est peu à peu auto-régénérée pour atteindre les cimes du drame intime, de la passion contrariée et de la solitude héroïque, excédant de partout sa première « feuille de route » pour frapper au cœur de millions de spectateurs. Un enchantement polysensoriel : peut-être est-ce ainsi qu’entrent en synergie réécritures, fanfictions, films et bandes dessinées, pour faire oublier la finitude irréversible d’un destin tragique…

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Californie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Richard Millet, Désenchantement de la littérature, Paris, Gallimard, 2007, p. 65-66.

« Toute écriture est la mémoire d’une lecture impossible, voyage sonore, lecture de la nuit, lectio tenebrarum, leçon de ténèbres, ai-je envie de dire [...] oui, ces leçons de ténèbres [...] rendaient extraordinairement sensibles la mort du Christ et le chant de l’aube 1».

  • 2  Brouillard Sanglant est l’une des  meilleures novellisations suscitées par BtVS ; Nancy Holder, tr (...)
  • 3  Loin de Sunnydale, de Christopher Golden et Nancy Holder, est le 13e opus de la série romanesque. (...)

1Le titre de la présente contribution est une petite « fanfiction » à lui tout seul, car si « Brouillard sanglant » existe bien2, et que d’autre part « Sunnydale » entre effectivement dans deux titres de la saga buffyesque (Loin de Sunnydale et Sunnydale Park3) nulle part on ne trouvera – hors ce texte – les deux syntagmes réunis…

  • 4  Pour saisir l’importance de ce « scénariste en chef » dans les séries américaines, on se reportera (...)
  • 5  On pensera en particulier à : John Pier et Jean-Marie Schaeffer (dir.), Métalepses. Entorses au pa (...)

2Ce préliminaire peut sembler anecdotique, mais il va nous amener à un premier constat : dans une œuvre comme Buffy, les histoires racontées dans la série s’effacent (ou se minorent) peu à peu devant l’histoire de la série elle-même, ses implications, ses ramifications, l’interaction des co-scénaristes avec leur showrunner4, des directeurs de chaînes, du lobbying des fans, des relations réelles ou supposées entre les interprètes, bref, de ce riche tissu autoréférentiel que la critique structuraliste nomme la métalepse5.

3C’est pourquoi plus que les jeux vidéo, les comics ou les novellisations – même si tous participent à la mythologie transgénérationnelle et transgénérique du « monde étendu » de Buffy – ce sont les rhizomes proches ou lointains, les signes de reconnaissance, ténus ou flagrants, les allusions codées, les retrouvailles de tel ou tel « pitch » dans d’autres séries voisines ou concurrentes, qui renouvellent et multiplient les usages de cette fiction. Nous pourrions sérier et hiérarchiser les formes et les intrications de ces fictions secondes en trois types de relations : il s’agirait de montrer en quoi le monde de réception de la fiction se réfracte dans le monde de la fiction elle-même, comme un immense jeu de pistes et chambre d’écho ; puis d’esquisser les liens tissés entre le buffyverse et le reste de la « pop culture », si présente pour Joss Whedon ; enfin, les autres déclinaisons du concept de départ (et même les échecs !) amplifient et complexifient la construction d’un objet télévisuel unique, catalyseur et redistributeur de valeurs et de choix esthétiques, dont l’influence secrète ou avouée a modifié en profondeur notre rapport au fantastique, au vampirisme littéraire, à la thématique messianique et sacrificielle de l’élue. Alors couronnons cette déjà trop longue introduction par l’avertissement sans frais de deux des meilleurs spécialistes  de Buffy, auteurs d’un précieux « Watcher’s guide » :

  • 6  Maintenant, pour ceux d’entre vous qui auraient le courage et la force de vouloir s’entraîner parf (...)

Now for those of you who believe you have the courage and the fortitude [...] which will make you perfectly suited for the position of Slayer, we have provided here a step-by-step program to train you for the job in the event you are the Chosen One6.

Une boucle de rétroaction

  • 7  Melissa de la Cruz, Les Vampires de Manhattan, trad. Valérie le Plouhinnec, Paris, Livre de Poche, (...)

« ‑ Non, sérieux, tu as trop regardé Buffy. Rien ne peut nous faire de mal. Mais tu sais comment ça se passe à Hollywood. Il fallait bien qu’ils trouvent un moyen de nous tuer – au cinéma, en tout cas 7 ».

4Pour fidéliser rapidement les futurs fans, mieux vaut parvenir à retrouver, dans la constitution des personnages principaux, des éléments personnels « to the happy few » ; ainsi, la série commence « avant »… la série, et se poursuit au-delà et ailleurs ; les magazines spécialisés, comme Spirit, sont d’ailleurs friands de ces rapprochements « dehors/dedans » qui, selon l’expression consacrée, créent le « buzz ». Un exemple s’impose ici : la musique ! Il n’est pas indifférent qu’Antony Steward Head soit chanteur avant de jouer Rupert Giles, le mentor, ou que James Marsters (Spike) soit leader d’un groupe de rock ; Oz, le fugace compagnon de Willow, joue de la guitare dans les épisodes qui lui sont consacrés, et c’est d’ailleurs l’actrice Alyson Hannigan (Willow) qui présente à Joss Whedon le groupe qui va interpréter le générique fameux, Nerf Herder.

5 Ces interactions vont amener Joss Whedon à imaginer une « comédie musicale » acidulée où chacun va pouvoir déployer son talent de chanteur, danseur, choriste (VI, 7), épisode qui donnera naissance au LP Once More With Feeling, l’un des quatre albums suscités par la série (les trois autres étant BtVS : The Album, Radio Sunnydale et BtVS : The Score). La musique en général devient le leitmotiv des soirées passées au Bronze, ce café mythique où se réunit chaque soir toute la belle jeunesse de Sunnydale ; véritable chronotope bakhtinien, il voit se faire et se défaire les couples, s’affronter les démons et le scooby gang, se manifester les talents magiques de Willow ou se rejoindre sensuellement Spike et Buffy ; le fait que ces événements, profondément inscrits dans la tension dramatique de la série, se déroulent sur un fond musical omniprésent finit par opérer dans le ressenti général de l’histoire une constante sensible : Buffy, drama per musica ?

6Les « vrais » groupes qui se produisent au Bronze portent parfois des noms fictifs, pour mieux coller à l’atmosphère générale : les « Dingoes Ate My Baby » (littéralement : « les chiens du désert ont mangé mon enfant », allusion à un sordide fait divers) se nomment en réalité Four Star Mary ; d’autres groupes, ou chanteurs, figurent sous leur « vrai » nom, mais sont « fictionnalisés » pour coller à la dynamique de l’épisode (Cibo Matto, Michelle Branch, Blink-182…). La référentialité à la vie « normale » des adolescents, cœur de cible de la série, (sortir le soir en boîte, avec des amis) opère à plein, favorisant une identification rapide et empathique. Ajoutons que deux autres séries (au moins !) calquent ce fonctionnement : il s’agit d’Ally McBeal (tous les épisodes ou presque se terminent au piano bar du coin) et de Charmed, puisque l’une des trois soeurs Halliwell tient une boîte de nuit, ce qui permet opportunément à toute une série de jeunes chanteurs de faire leurs preuves en asymptote de la fiction pure.

  • 8  Charlène Harris, Quand le danger rôde (La Communauté du Sud, chapitre 1), trad. Cécile Legrand-Fer (...)

7Le prénom même de « Buffy » est un pari audacieux, parce que pour une oreille américaine cela sonne plutôt comme le nom d’un… chien ! Rétroaction là encore : dans True Blood, la célébrissime série vampirique d’Allan Ball, le polymorphe Sam se transforme en chien pour veiller sur Sookie Stackhouse, qu’il aime en secret ; aussitôt elle le nomme « Buffy » : « Après une dernière hésitation, Buffy approcha sa truffe de l’assiette [...].  Finalement Buffy  huma le tapis, tourna sur lui-même et se coucha avec un grognement d’aise 8». Hasard ou clin d’œil ? De façon plus anthropomorphique, on retrouve le prénom « Buffy » donné à l’un des personnages de la série Brother and Sister : il s’agit de la directrice de campagne de Kitty Walker, et il paraît douteux d’y voir plus qu’une coïncidence…

  • 9  Les « conventions » qui réunissent les acteurs de Twilight face au public virent régulièrement au (...)

8Quoi qu’il en soit, à grand renfort de produits dérivés (casquettes, cartes postales, posters, bagues, jeux de cartes, draps…) l’univers initial de Buffy se mêle à la vie quotidienne des adolescents qui prolongent ainsi, par des fac-similés et des ersatz, le phénomène d’assimilation au scooby-gang ; plus élitistes, les « conventions de fans » permettent au public de rencontrer, en chair et en os, les comédiens et le réalisateur. Ce sont des moments de ferveur extraordinaire, où la mythologie interne à la série fonctionne à plein : le comédien est/reste un peu son personnage, et les aficionados ont enfin l’impression de franchir le miroir pour de bon9. C’est, mutatis mutandis, le rôle dévolu aux bonus des DVD qui rapportent tous les commentaires, les doutes, les décisions, les échanges… des scénaristes, des interprètes, des producteurs. Il est fréquent qu’un passionné se jette sur ces « plus-produits » avant même de revoir les épisodes, tant la soif de « savoir », de « comprendre », est dévorante ! Tout y passe : astuces, allusions, cliff hanger, incidents de tournage, potins, querelles d’ego, amourettes : c’est une toute nouvelle intimité qui se configure ici, intimité que je qualifierais de « tragifictive », dans la mesure où aussi interactive que soit une série, elle se refermera cependant toujours sur le mystère de sa conception et les ressorts secrets qui l’ont mue obscurément.

9Elle est, si l’on peut dire, le seul glyphe de sa propre hiérophanie.

« La mort est ton cadeau 10»…

  • 10  « Death is your Gift », dit l’esprit de la première Tueuse à Buffy, retirée au désert pour méditer
  • 11  BtVS (XBOX et PC) ; BtVS (Game boy color) ; BtVS : chaos bleed (Game cube, Playstation 2 et XBOX); (...)
  • 12  Scott et Denise Ciencin, Virus Mortel I, trad. Isabelle Troin, Paris, Fleuve noir, 2006, p. 243.

10Si la série nourrit l’imaginaire et les fantasmes de ses lecteurs/spectateurs, c’est aussi par le biais des jeux vidéo qui lui sont associés : Buffy se décline en six applications11 (la plus soignée, Sacrifice, se chargeant sur Nintendo DS). C’est l’aspect « poursuites/bagarres »  qui l’emporte largement, banalisant de ce fait le propos plus subtil du téléfilm, ramenant, comme la plupart des jeux interactifs, l’intrigue à un mixte de gymkhana et de taekwondo frénétiquement itératif. L’écriture des romans dérivés s’en ressent, certaines scènes mimant littéralement les affrontements répétitifs et acrobatiques des jeux, ce qui fait qu’on ne sait plus très bien si on lit pour retrouver le timing haletant des combats en ligne, ou si on joue pour se replonger dans l’atmosphère des récits : « Elle fut ensevelie dans un maelstrom de violence : coups de pied et de poing, blocages et feintes, os qui se brisent et chair qui se déchire12…». Le « jeu de rôle » (2002) qui a été suscité par Buffy offre un moyen terme entre la PlayStation et le bal costumé, mais ce n’est sans doute pas ce qui a popularisé le plus les personnages, d’autant plus que n’existe que la version originale, en anglais américain donc.

  • 13  Je reprends à dessein le titre de l’ouvrage de Frédéric Martel, Mainstream, Enquête sur cette cult (...)

11C’est ailleurs qu’il faut trouver le moteur essentiel : la série se nourrit aussi  – et ses fans avec elle – de l’actualité la plus immédiate, procédant à un « name droping » qui l’ancre dans la réalité commune aux personnages et aux lecteurs, « kosmos koïnos » rassurant et familier, qui tranche bien sûr avec le « monde alternatif » présent dans les sous-sols de Sunnydale, réservoir horrifique de monstres et de mutants. Par exemple dans Virus Mortel, sont pêle-mêle cités Eminem, Jennifer Connelly, Catwoman, Les Quatre Fantastiques, Colin Farrel, Josh Hartnett , Bruce Willis, John Sizemore, Stand by Me, Star Trek, Leonard Nimoy… bref, la culture mainstream13 de la classe moyenne américaine. Ce constant souci de coller au réel n’empêche pas des épisodes de pure  dark fantasy, lorsqu’on quitte les rassurantes demeures californiennes aux façades pimpantes pour rejoindre les cimetières de Sunnydale, la « Hellmouth », terre « gaste » qu’on retrouve dans le « Grand View » de la série Ghost Wisperer, le « Mystic Falls » de Vampire Diaries, ou l’ensemble des loci horrifiques de Supernatural – pour ne rien dire du désormais canonique « Forks » de Twilight.

  • 14  Saison VI, épisode 17. Je renverrai pour l’analyse précise de cet épisode à mon ouvrage, Nouvelles (...)
  • 15  Il est délicat de parler de LOST, car les avis divergent : indigeste Gloubi-boulga pour les uns, p (...)

12Par une mise en abyme récurrente, certains personnages de Buffy regardent les séries de… Joss Whedon  (Firefly, entre autres), d’autres lisent et commentent Stephen King (Brouillard sanglant): tout se passe comme si la saturation de la fiction par les realia aspirait le jeune lecteur dans un vertige du Même et de l’Autre, où fantastique et vraisemblance s’épousent étroitement. En collège et en lycée, on étudie l’épisode « Normal again14 » pour faire comprendre la notion de point de vue, de relativité fictionnelle ! C’est donc en grande partie grâce à cette sophistication narrative, que ne renieraient ni Nabokov, ni Pérec, que Buffy transcende largement sa première appartenance pour accéder au statut d’objet culturel complet, multi-interprétable, à la fois plastique, musical, ésotérique (Dumézil n’est jamais loin) et visuel ; en revanche, combien de séries proches ont sombré dans l’indifférence, voire le ridicule, alors qu’un véritable culte15 avait entouré les premières saisons ! Songeons à Prison Break, Nip/Tuck, ou même la référence absolue en terme de fantastique paranoïaque, X-Files ; les derniers épisodes sont passés quasi-inaperçus, alors que l’ultime saison de Buffy a continué à réunir entre 4 et 5 millions de spectateurs fidèles (le mot est faible).

13Les entrelacs entre réalité et fiction se poursuivent évidemment dans le spin-off Angel : certains des acteurs de cette série dérivée (Amy Acker entre autres) retrouvent Eliza Dushku (Faith, la grande ennemie de Buffy), dans Dollhouse, autre série de Whedon – qui a pu ainsi garder sa vénéneuse et sensuelle Faith Lahane, le double impur de l’apollinienne Buffy Summers, après son détour remarqué dans une autre série fantastique intitulée Tru Calling. Quant au nom  du « scooby gang » - désignation enfantine de la camarilla qui entoure Buffy –, il vient de « Scooby-Doo », populaire personnage de chien chasseur de fantômes, dans l’adaptation filmique duquel joue… Sarah Michelle Gellar ! (qui y trouvera d’ailleurs un mari).

  • 16  Ces comics sont édités par Dark Horse Comics aux USA, et publiés en France chez Fusion Comics (édi (...)

14Ces détails minuscules, qui font le miel des fans, peuvent sembler de bien infimes griffures dans l’universel palimpseste, mais ils indiquent le degré de fétichisation et de « spécialisation » qui motive profondément la ferveur du jeune public. La vie des héros est scrutée, sur-interprétée, jusqu’à l’identification totale, schizophrène, à telle ou telle figure : Buffy bien sûr, mais aussi Spike, ou Willow. La confusion entre acteur et personnage est à son comble : est-on amoureux de Buffy, ou du visage émouvant et des gestes fluides de S. M. Gellar ? Les deux comics que Joss Whedon le démiurge a consacrés à ses héros récurrents, Buffy : saison 816, et Angel : After the Fall, peuvent-ils « réparer » le vide de l’incarnation, le manque et la frustration engendrés par la mutation générique (irréversible) ? On comprend alors que les mots susurrés par la Tueuse paléolithique (« la Mort est ton cadeau ») ne s’adressent pas qu’à Buffy : les jeunes lecteurs doivent eux aussi « se mourir » à une certaine forme de consommation de leur héroïne, pour renaître à la métamorphose de la série en totem, splendide mais désormais glacé, figé dans la détermination de ses 144 épisodes, de ses 50 romans ; le temps a passé, les acteurs ne se ressemblent plus, le décor a été pulvérisé dans le dernier épisode. Alors, faire son deuil ?

15Il semblerait quand même que cette bande dessinée rencontre un très grand succès : après avoir vu/lu/entendu Buffy, on la « comic stripe » avec reconnaissance ; l’essentiel est d’alimenter la machine à fantasme, le fanart, le rêve ; les éditeurs américains l’ont si bien compris qu’un concours a été lancé, pour que le gagnant apparaisse en tant que personnage, dans le comic ; c’est chose faite : Robin Balzer a basculé de l’autre côté du réel, et elle est entrée toute vive dans la fiction. Normal Again !

«  La Nuit je suis Buffy Summers 17»

  • 17  Cette formule évoque le titre donné par Chloé Delaume à son « livre-jeu » réalisé à partir de la m (...)
  • 18  Cynthia Boris, Le QUIZ de BtVS, trad. Isabelle Troin, Paris, Fleuve noir, 2000,p. 67.

« Il faut vraiment étudier avec plus de sérieux. La prochaine fois, révisez votre histoire vampirique avant d’appartenir vous aussi au Passé18...»

  • 19  Nancy Holder, Les Chroniques d’Angel III, trad. Isabelle Troin, Paris, Fleuve noir, M6 série-club, (...)
  • 20  Cette loi est rappelée en toutes lettres – et en chiffres, 49-956 – à la page 4 du roman Retour au (...)

16Le grand intérêt des novellisations est d’expliciter ce qui ailleurs sert de back-ground fugitif ; le temps est enfin laissé de lire, de méditer, de ressentir en profondeur le halo mystérieux qui baigne certains  épisodes, à la rapidité saturée de signes : « Comme Angel, Sunnydale était maudite. [...]. Sunnydale respirait le mal, l’exsudait, le vomissait. Sa soif de ténèbres était impossible à étancher. Mais le mal lui-même mourait ici19».  La « littéralisation » de la série pose cependant un autre problème : celui de l’appartenance, ou non, à la littérature de jeunesse. Les publications françaises pour l’enfance sont toujours régies par la loi du 16 juillet 194920, visant à protéger les jeunes lecteurs de scènes ultra-violentes ou d’incitations à la débauche ; or certains épisodes de Buffy sont d’une crudité à faire frémir (les très explicites scènes d’amour avec Spike laissent rêveur quant à la destination première du show).

17La trouvaille des éditeurs a été de proposer deux opus pour la même œuvre, l’un pour tous publics, l’autre, plus édulcoré, réservé à la jeunesse ; de gros intérêts sont pendants : ces réécritures n’excluent plus le public scolaire, et quand on sait que l’Éducation Nationale est la plus grande prescriptrice de lecture dans la société, on comprend l’importance des enjeux ; se trouve ici évoquée toute la difficulté inhérente à la « bit lit », cette sous « chik lit » tellement en vogue et tellement équivoque en même temps. Si Buffy exalte ouvertement des valeurs féministes et chevaleresques, d’autres sagas, peu ou prou inspirées par ses exploits et son « ethos », vont se spécialiser dans un domaine adjacent, réunissant par exemple le vampirisme et la mode, ou le vampirisme et l’école à la Harry Potter, ou bien encore, de façon bien plus surprenante, vampirisme et pornographie, sous la pourtant très sage couverture de chez Bragelonne.

  • 21  Melissa de la Cruz, Les Sang-Bleu, trad. Valérie le Plouhinnec, Paris, Albin Michel, 2009, p. 65.

18L’héroïne de la série romanesque Les Vampires de Manhattan est mannequin, ce qui nous vaut d’interminables descriptions de vêtements et de défilés de mode : « C’était une robe à cinq zéros, un chef d’œuvre unique comme seul John Galliano était capable d’en créer. Et elle était à elle, au moins pour une soirée. Elle se trouvait dans les salons VIP de la maison Christian Dior. Un show room très fermé où l’on n’entrait que sur invitation21». Un autre clone de Buffy, Zoey Redbird, se contente de faire ses classes – vampiriques – à « La maison de la Nuit », une école privée très spéciale, un petit Poudlard dont Voldemort serait directement le directeur adjoint :

  • 22  P. C. Kast et Kristin Cast, Rebelle, t. 4, trad. Julie Lopez, Paris, Pocket jeunesse, 2011, p. 175

« – Eh bien, mon emploi du temps a été modifié ce semestre. Cette nuit, j’ai cours de théâtre, dispensé par le nouveau professeur, Erik Night ! – Non ! – Si. Autant dire que je n’espère pas obtenir un A22…».

  • 23  Laurell K. Hamilton, Rêves d’incube, trad. Isabelle Troin, Paris, Bragelonne-Milady, 2010, p. 507.

Buffy se déroule en très grande partie au lycée, puis à l’Université de Sunydale, et Twilight a également pour cadre, au début du moins, le lycée de province où les Cullen sont venus cacher leur terrible différence. Le syndrome « inner school child » n’est décidément pas prêt de tomber en désuétude dans l’imaginaire anglo-saxon… Mais infiniment plus surprenante peut paraître l’avatar « trash » de Buffy, cette Anita Blake « tueuse de vampires » qui, visiblement, louche vers la littérature d’adulte la plus osée : « Il émit un son mi-grognement mi-excitation pure. Puis il se redressa à peine et plongea son sexe entre mes jambes. Je hurlai avant qu’il n’arrive au fond, et pas de douleur. Il était plus long, plus épais, plus tout, et il me pénétrait sans ménagement23». Etc., etc. Il y en a quand même 762 pages.

19Toutes ces variations nous apprennent surtout que Buffy et son monde restent une inépuisable source d’inspirations, de transformations, de modulations. La balafre sur le front de Harry, le pieu brandi par Buffy, le sabre-laser de Vador se réfléchissent et se font signe, icones de qu’il faut bien appeler notre modernité.

  • 24  Delphine Gachet, « De quelques figures du Mal dans la littérature fantastique : repères pour une t (...)

« Le phénomène surnaturel dans l’univers du récit, tout comme le récit fantastique lui-même au sein de notre monde, seraient donc à envisager comme les germes d’un mal qui, avec la soudaine violence de l’explosion ou la patience sournoise de la gangrène, romprait l’harmonie du cosmos, détruirait les certitudes qui sont les nôtres 24».

20Du plus gore au plus soft, du cinéma à la bande dessinée, de la surinterprétation délirante à la grâce pure, Buffy permet tout, le médiocre comme le sublime, l’émotion et la colère, l’acceptation de la différence et l’approbation de la « vie jusque dans la mort ». Quand Spike regarde Buffy, ressuscitée, descendre lentement les marches de son escalier, il y a dans ses yeux une telle lumière, un tel émerveillement incrédule puis bouleversé, qu’on est un tout petit peu « au-dessus » du typage du rôle, de la fonctionnalité de la série ; on atteint là quelque chose de palingénésique, l’invariant anthropologique le plus précieux ; l’Amour, éros et agape mêlés.

21Alors oui, la Nuit, « je suis Buffy Summers ».

Haut de page

Notes

1  Richard Millet, Désenchantement de la littérature, Paris, Gallimard, 2007, p. 65-66.

2  Brouillard Sanglant est l’une des  meilleures novellisations suscitées par BtVS ; Nancy Holder, trad. I. Troin, Paris, Fleuve Noir, 2005.

3  Loin de Sunnydale, de Christopher Golden et Nancy Holder, est le 13e opus de la série romanesque. Sunnydale Park, de Yvonne Navarro en est le 30e ; on les trouve aux éditions Fleuve noir ; le clin d’œil au blockbuster « Jurassic Park » est évidemment flagrant.

4  Pour saisir l’importance de ce « scénariste en chef » dans les séries américaines, on se reportera à Showrunners, l’excellente suite documentaire de Virginia Vosgimorukian et Anthony Dubé (12 reportages, France, 2010, Orange Cinemax).

5  On pensera en particulier à : John Pier et Jean-Marie Schaeffer (dir.), Métalepses. Entorses au pacte de la représentation, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005 ; et plus précisément au court article de Tom Kindt, « L’art de violer le contrat », p. 167-178.

6  Maintenant, pour ceux d’entre vous qui auraient le courage et la force de vouloir s’entraîner parfaitement à la fonction de Tueuse, nous avons concocté  un programme progressif de préparation au métier, dans l’éventualité où vous seriez l’Elue (C’est moi qui traduis). Nancy Holder and Christopher Golden, The Watcher’s Guide, New York, Pocket Books, 1998, p. 10.

7  Melissa de la Cruz, Les Vampires de Manhattan, trad. Valérie le Plouhinnec, Paris, Livre de Poche, 2011, p. 178.

8  Charlène Harris, Quand le danger rôde (La Communauté du Sud, chapitre 1), trad. Cécile Legrand-Ferronnière, Paris, J’ai Lu, 2005, p. 273. True Blood est l’adaptation télévisée de ce roman de « bit lit ».

9  Les « conventions » qui réunissent les acteurs de Twilight face au public virent régulièrement au happening pur et simple (d’aucuns diraient : à la transe hystérique), dès que paraît Robert Pattinson, l’interprète idolâtré du vampire Edward Cullen.

10  « Death is your Gift », dit l’esprit de la première Tueuse à Buffy, retirée au désert pour méditer.

11  BtVS (XBOX et PC) ; BtVS (Game boy color) ; BtVS : chaos bleed (Game cube, Playstation 2 et XBOX); BtVS : la quête pour Oz (téléphone portable) ; BtVS : la colère de Darkhul ; BtVS : sacrifice (Nintendo DS). Source : Wikipédia.

12  Scott et Denise Ciencin, Virus Mortel I, trad. Isabelle Troin, Paris, Fleuve noir, 2006, p. 243.

13  Je reprends à dessein le titre de l’ouvrage de Frédéric Martel, Mainstream, Enquête sur cette culture qui plait à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010.

14  Saison VI, épisode 17. Je renverrai pour l’analyse précise de cet épisode à mon ouvrage, Nouvelles mythologies de la mort, Paris, Champion, 2007, chapitre III.

15  Il est délicat de parler de LOST, car les avis divergent : indigeste Gloubi-boulga pour les uns, parousie sublime pour les autres…

16  Ces comics sont édités par Dark Horse Comics aux USA, et publiés en France chez Fusion Comics (éditions Soleil et Panini Comics France). 40 numéros sont prévus pour la 8e saison, et Whedon, décidément inspiré, se lance déjà dans la 9e.

17  Cette formule évoque le titre donné par Chloé Delaume à son « livre-jeu » réalisé à partir de la mythologie du buffyverse (édition Ere, 2007). Buffy alias la Tueuse y combat un trafic d’organes dans un hôpital psychiatrique cauchemardesque…

18  Cynthia Boris, Le QUIZ de BtVS, trad. Isabelle Troin, Paris, Fleuve noir, 2000,p. 67.

19  Nancy Holder, Les Chroniques d’Angel III, trad. Isabelle Troin, Paris, Fleuve noir, M6 série-club, 2000, p. 5.

20  Cette loi est rappelée en toutes lettres – et en chiffres, 49-956 – à la page 4 du roman Retour au Chaos (Craig Show Gardner, traduit par Isabelle Troin et adapté pour la jeunesse par Nouannipha Simon, Paris, Pocket Jeunesse, 2003), accompagnée de la date de la version « non édulcorée » (2000) puis de celle de la version « acceptable » (2003, comme indiqué). En 4e de couverture, il est précisé : « à partir de 10 ans ». Toutes les précautions sont prises !

21  Melissa de la Cruz, Les Sang-Bleu, trad. Valérie le Plouhinnec, Paris, Albin Michel, 2009, p. 65.

22  P. C. Kast et Kristin Cast, Rebelle, t. 4, trad. Julie Lopez, Paris, Pocket jeunesse, 2011, p. 175.

23  Laurell K. Hamilton, Rêves d’incube, trad. Isabelle Troin, Paris, Bragelonne-Milady, 2010, p. 507.

24  Delphine Gachet, « De quelques figures du Mal dans la littérature fantastique : repères pour une typologie », dans Pierre Glaudes et Dominique Rabaté (dir.), « Puissances du mal », Modernités 29, Presses universitaires de Bordeaux, 2008, p. 208.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle-Rachel Casta, « « Brouillard sanglant » sur Sunnydale ! », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/295 ; DOI : 10.4000/strenae.295

Haut de page

Auteur

Isabelle-Rachel Casta

PU, Université d’Artois, laboratoire Textes et Cultures

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org