Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Je lis, tu blogues et ils « littératurent » : « Blue cerises », entre roman, blog et produit marketing ?

Éléonore Hamaide-Jager

Résumé

En créant les « blue Cerises », Cécile Roumiguière, Sigrid Baffert, Maryvonne Rippert et Jean-Michel Payet tentent de concilier les goûts adolescents pour les récits brefs et les nouvelles technologies avec une exigence littéraire et culturelle ambitieuse. Les douze romans sont déclinés par saison, comme une série populaire. Néanmoins, les auteurs qui suggèrent un parcours de lecture, s’emparent aussi d’outils de communication prisés par leur lectorat : vidéos sous forme de bande annonce, blog et réseaux sociaux qui multiplient les potentialités d’appropriation par des adolescents de cette entreprise artistique hybride. De forme très classique, les romans s’affranchissent pourtant des codes de l’écrit en proposant au lecteur de dépasser les simples références textuelles au monde de l’image. La création d’une version transmédiatique et interactive spécialement conçue pour la série complète la navigation dans l’univers très graphique des blogs réels des adolescents de la fiction. La multiplicité des supports enrichit la construction identitaire des personnages en complexifiant leur appréhension.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean Perrot, Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Éditions du Cercle de la Lib (...)
  • 2  Sur ce sujet, voir Bertrand Ferrier, « Les novélisations pour la jeunesse : reformulations littéra (...)

1Si les « enfants de la vidéosphère », ainsi que les a nommés Jean Perrot1, se voient proposer, à côté d’ouvrages de qualité, des novellisations de la culture de masse2, nous aimerions montrer, à partir de la série « blue Cerises » publiée par Milan et riche de douze volumes actuellement, que les auteurs de ces romans savent aussi s’emparer des outils technologiques d’aujourd’hui pour développer un univers littéraire bien affirmé. L’histoire d’une bande d’amis est racontée par quatre auteurs différents, Cécile Roumiguière, Jean-Michel Payet, Sigrid Baffert et Maryvonne Rippert qui écrivent chacun le parcours d’un des personnages, Violette, Satya, Amos et Zik. Des échos aux trois autres adolescents se font entendre d’un roman à l’autre et complexifient l’approche des caractères. Grâce à quatre écritures affirmées, les personnages prennent corps par une manière de s’exprimer assez différente, tout en vivant un quotidien semblable. Présent sur Facebook, sur des blogs, sur Deezer, sous forme de livre électronique d’un nouveau genre, le projet impulsé par Cécile Roumiguière multiplie les voies d’accès aux personnages et s’affiche comme un concept  novateur, un objet hybride, transmédiatique et apparemment désinhibé face à l’idée du livre comme objet de communication et produit de consommation. En quoi l’adoption des codes et réseaux sociaux adolescents est-elle conciliable avec des objectifs littéraires et culturels ? Comment la déclinaison des supports donne-t-elle paradoxalement une unité et de la consistance aux personnages ? Après une présentation de ces divers supports, je m’arrêterai sur l’ambition et l’exigence de cette entreprise novatrice.

  • 3  Interview Cécile Roumiguière/Violette, site Yozone, octobre 2009, http://www.yozone.fr/spip.php?ar (...)
  • 4  Eléonore Hamaide-Jager, « La saga romanesque des blue Cerises et ses prolongements multimédia », c (...)

2D’emblée, le projet des « blue Cerises » s’affiche comme un laboratoire d’écriture collective, visant à s’emparer de nouveaux outils technologiques. C’est du moins ce que laisse paraître une interview réalisée lors de la sortie des quatre premiers romans. « Écrire à plusieurs et inventer. Travailler une forme littéraire entre la nouvelle, la pièce de théâtre (dans le côté création du personnage et mise en scène des personnages des autres), avec une écriture à travers un nouvel outil, l’internet, et des échos de la forme " série télé " »3. J’ai déjà montré ailleurs l’hybridité générique4 de ces ouvrages, je voudrais néanmoins m’arrêter sur la volonté d’inscrire ces petits romans dans des imaginaires auxquels les adolescents sont sensibles.

  • 5  Les comptes rendus sur l’ouvrage font pourtant ressortir cet aspect. Voir, par exemple, la critiqu (...)

3Les volumes composant la série « blue Cerises » sont actuellement au nombre de douze, la « saison 4 » est attendue pour début 2012. Même si l’ambition affichée par les auteurs n’était pas celle de faire concurrence aux séries télévisées dont les adolescents sont très friands5, les parallélismes sont assez frappants : une bande d’adolescents, composée de deux filles et deux garçons, dans des lycées différents, mais tous en classe de première, assez libres de leurs mouvements et décrits dans leur quotidien : les vacances scolaires, le réveillon, la routine du lycée avec ses histoires d’amour, ses ruptures, la famille. Bien évidemment, le format court de ces romans participe du rapprochement télévisuel – notamment quand on se souvient que les séries ont imposé un format horaire différent des films –, ainsi que l’inscription sur la couverture du numéro de la saison, à partir de la « saison 2 », ou encore les personnages récurrents et la familiarisation avec les proches des personnages : la sœur jumelle et la tante d’Amos, les mamies Yin et Yang de Satya, la mamie Paulette de Zik, le grand-oncle Ernesto de Violette, instaurant d’emblée une réflexion sur la filiation, où les parents laissent majoritairement la place à d’autres ascendants. Néanmoins, les épisodes se focalisent surtout sur des scènes où les Cerises sont ensemble, par paire, par trois ou quatre, en petits nombres, favorables aux huis clos. Un secret les lie, dont le lecteur apprend au fil des saisons en quoi il semble consister, à savoir la disparition d’une jeune femme, Olivia, sous leurs yeux durant une descente en canoë, l’été de leurs quatorze ans. Une partie du suspense des ouvrages repose sur les réapparitions de la jeune femme sans que les personnages puissent réellement trancher s’il s’agit de la réalité ou d’impressions, voire d’hallucinations.

  • 6  Voir texte de présentation du projet, p. 7. Merci à Cécile Roumiguière de me l’avoir fourni.

4Le concept cible clairement les adolescents : le visuel, le prix et le format sont étudiés en conséquence. Pensés pour être véritablement glissés dans une poche, ces ouvrages évitent aussi les illustrations pour ne pas dépasser le prix plancher de quatre euros fixé dans le cahier des charges. Connaissant le goût de certains adolescents pour le jeu (qu’il soit vidéo ou de plateau), le visuel se devait de ressembler à celui « d’un jeu de cartes, du genre tarots, sur un mode humoristico-gothique. L’idée est de pouvoir collectionner les livres, se les échanger selon son personnage préféré par exemple6 ». Dans les faits, les couvertures s’apparentent davantage à des graffitis. Ainsi, même si la référence n’est peut-être pas exactement la même, on reste dans une culture adolescente, celle des graffeurs.

  • 7  Charlotte Javaux, « Entretien avec Cécile Roumiguière », site Ricochet, septembre 2009 : « Je vien (...)
  • 8  Maryvonne Rippert, L’Ange des toits, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2009.

5Assistante de réalisation et scénariste, tels sont les les premiers métiers de Cécile Roumiguière qui a conçu le projet des « blue Cerises7 ». Il n’est donc pas très étonnant que le concept  d’écriture fédère autour de lui d’autres supports de création. Une de ses spécificités tient sans doute à sa capacité à s’emparer d’outils de communication propres aux adolescents. Ces derniers lisent mais sont aussi des internautes, qui visionnent et téléchargent chansons, films ou séries. Le site des éditions Milan propose une bande-annonce réalisée autour de la première saison par Liwreo. Il s’agit d’un site qui, revendiquant le modèle d’Allociné, affiche son ambition de présenter de façon ludique et innovante la littérature en créant des bandes-annonces de livres. Durant une minute, à partir de quelques mots d’accroche – « 4 ados, 4 amis, 4 histoires, 1 lourd secret, découvre Violette, Amos, Zik et Satya et tu ne pourras plus les lâcher » –, la vidéo campe chaque personnage grâce à une  énigme et chaque petit portrait se termine par des questions. Les images adoptent le flou et parfois le tremblé des vidéos amateurs postées sur You Tube, tandis que la bande son est un morceau de rock « Bring Me to Life » du groupe Evanescence, lequel a, par ailleurs, servi de bande originale à un film de super-héros, Daredevil qui cible lui aussi, en particulier, les adolescents. Les personnages sont vus de dos, le montage mêle les extraits vidéos et les clichés photographiques. À la fin de la séquence, les livres apparaissent. Plutôt que sur le quotidien de l’adolescence, cette bande-annonce insiste sur les non-dits des personnages, sur la singularité du parcours de chacun, en dehors de la bande. Sans trahir les intrigues romanesques, elle crée un horizon d’attente entre le policier et le thriller assez peu présent pourtant dans la série, plutôt ancrée dans le réel lycéen, hormis peut-être dans L’Ange des toits8, qui lorgne vers le fantastique.

  • 9  Voir le site de Cécile Roumigière et plus spécifiquement le site d’e-plum, « La création d’e-plum (...)

6Une nouvelle forme de lecture semble même tout juste s’être inventée pour ces ouvrages précisément, l’e-plum9. Les auteurs ont envisagé de proposer aux lecteurs, non plus la lecture linéaire des romans mais un parcours de lecture proche de la navigation sur internet, de lien en lien, et donc potentiellement infini. Réunissant tous les volumes de la première saison, cette version numérique permet des passages d’un roman à l’autre, mais propose aussi, à défaut d’extraits, des résumés des films vus à la Cinémathèque par les protagonistes ou évoqués dans leurs conversations, des extraits de textes cités (Emily Dickinson par exemple), des photographies illustrant, selon les concepteurs du projet, « des moments forts de la vie des personnages ». Si sur certains aspects le projet est séduisant, renforçant l’ambiance visuelle, les résumés de films offrent une vision plus pédagogique du roman que la version originale qui signalait, en fin de recueil, les références culturelles mais laissait à chaque lecteur le soin d’aller plus loin dans la découverte et l’appropriation des œuvres.

7Le visuel était jusqu’alors uniquement porté par les blogs qui autorisent le recours à une illustration variée, composée de musique, de photos ou encore de vidéos. Les blogs des personnages  sont alimentés par chacun des auteurs relativement régulièrement, plus particulièrement quelques semaines avant la sortie d’un nouvel opus et quelques semaines après, mais aussi en fonction de l’actualité, de la sortie d’un film à la catastrophe nucléaire au Japon. Les quatre auteurs font preuve de rigueur dans leur écriture mais semblent aussi très marqués par un univers visuel qu’ils soignent particulièrement dans les blogs des personnages. La couleur qu’ils veulent collectivement et individuellement impulser à leur série se retrouve dans les choix plastiques des blogs qui mériteraient qu’on s’y attarde. Le choix des illustrations visuelles ou sonores affine et module la voix littéraire affichée dans le roman. À l’origine des blogs, le forum privé que les quatre auteurs ont ouvert afin de donner corps à leurs personnages et les faire exister, y compris dans leurs interactions les uns par rapport aux autres. Un forum est ensuite ouvert aux lecteurs,

  • 10  Cécile Roumiguière, Dossier de présentation des « Blue cerises », 2010, p. 3.

où le seul impératif est d’essayer d’écrire en français et sans (trop!) de fautes, « pas en texto pour changer un peu », on peut imaginer que ce forum soit lu et alimenté par les lecteurs qui viendraient y rencontrer les personnages et « poster » leurs impressions sur telle ou telle nouvelle. Des personnages, des histoires, peuvent naître de ces échanges, au gré de ce côté mouvant, fluide, en construction permanente de l’internet10.

  • 11  Voir, par exemple, les productions de l’éditeur canadien « La courte échelle » qui publie des séri (...)
  • 12  C’est aussi le constat des auteurs. Voir le billet « Genèse des blue Cerises@Cécile Roumiguière » (...)

8L’appropriation par les lecteurs de l’intrigue semble donc être l’ambition affichée, ouvrant la possibilité, comme pour des séries d’Amérique du Nord11, de modifier les péripéties des livres, au moment de l’écriture. Le forum ayant été perdu, les blogs ont pris le relais. Si leur contenu est fort intéressant, ils peuvent éventuellement susciter une certaine déception en terme d’interactivité. De nombreux billets ne sont pas commentés du tout, les réactions émanent en majorité des autres « blue Cerises ». La plupart des commentaires écrits par des lecteurs, le plus souvent blogueurs, sont très élogieux mais assez sommaires, invitant les auteurs à poursuivre leur entreprise d’écriture. Les lecteurs ne s’approprient donc pas cet espace comme un lieu de création ou de prolongation, plus ou moins ludique, de l’imaginaire porté par les « blue Cerises12 ». Sans doute peut-on avancer l’hypothèse que les blogs dévoilent une autre facette des personnages mais ne reprennent pas nécessairement la chronologie des intrigues et n’évoquent que très rarement, sauf par allusions, des événements racontés dans les livres. En plus des blogs, les auteurs utilisent également les ressources de Facebook et Twitter.

9Très exceptionnellement les blogs rompent le pacte implicite de réalité des personnages. Le blog de Violette évoque la rencontre de l’auteur Cécile Roumiguière avec une classe. La subtilité de l’écriture du billet tient à la fictionnalisation possible du lieu réellement visité, dont l’historicité et l’architecture suscitent d’emblée la mise en récit. Parallèlement, les personnages des courts romans prennent de la consistance par la comparaison avec les lecteurs réels et leurs préoccupations communes.

Il existe, pas très loin de Paris, une ville, pas très grande, très jolie. Des maisons comme dans les contes, aux murs de pierre, aux toits couleur châtaigne. Il y en a même une où Henri IV aurait dormi, vous imaginez ça, une énorme maison trop belle qui a vu dormir un roi d’autrefois. Heu… combien de siècles, Henri IV ? Je ne sais plus. Là bas vivent des filles et des garçons comme moi, comme nous, les blue Cerises. Ils lisent notre histoire. Ils se posent des questions, sur toi, Amos, sur tes choix, sur moi, comment j’ai pu tomber amoureuse de ce Constant… sur Olivia. Des tas de questions. Des filles craquent sur toi, Amos, ben si, faudra t’y faire. Et Satya… Ah, Satya. Zik, toi, ils te trouvent rock, suis sûre que pas mal d’entre eux auraient voulu venir à ce satané concert, ou te suivre sur les toits. Yeap, vous, là-bas… les blue Cerises vous saluent !

10Suite à ce billet, les commentaires d’élèves affluent, remerciant pour la rencontre, faisant même allusion très prosaïquement à l’évaluation ayant suivi l’échange, mais aussi répondant aux questions du billet sur l’époque d’Henri IV. Chacun des blogs affiche avec plus ou moins de clarté la fictionnalité du personnage, l’existence des livres et les lecteurs du blog se cantonnent majoritairement à un simple rôle de « fan », utilisant le blog du personnage pour communiquer son enthousiasme à l’auteur. Une exception très intéressante sans doute : celle des dimanches poétiques.

  • 13  Blog de Satya, « Dimanche poétique (tic, tic) », septembre 2009 : « Depuis quelques semaines, je s (...)
  • 14  Règles du Chocolate Tag : - Rester dans la couleur attribuée - Mettre un lien sur son blog vers ce (...)
  • 15  Blog de Violette, « Taguée chocolat », décembre 2009 : « Me voilà taguée par une bande de poètes… (...)

11Sur la blogosphère apparaît en 2009 une initiative vite relayée de Celsmoon, qui consiste à poster le dimanche un poème de son choix sur son blog. Le blog de Satya semble être le premier à s’emparer de ce jeu13, rapidement suivi, avec plus ou moins d’assiduité, par ses trois comparses. Les commentaires qui suivent ces billets sont souvent ceux de blogueurs adultes ayant lu ou non les livres, qui commentent comme sur n’importe quel autre blog participant au dimanche poétique, le choix du texte, le choix du poète. Paradoxalement, c’est par le biais d’une entreprise littéraire que les personnages prennent une consistance qui fait réagir les autres internautes. Finalement, les choix sont ceux des auteurs mais ils les font aussi interagir avec le quotidien supposé des adolescents des « blue Cerises », écho parfois signalé par le personnage lui-même. Par ailleurs, un véritable lien se crée entre ces « poètes du dimanche ». Ainsi, une blogueuse ayant participé aux dimanches poétiques et parfaitement au courant du statut de personnage de Violette l’invite néanmoins à répondre à un « tag »14, jeu très classique entre blogueuses et marquant souvent des liens d’amitié ou des goûts communs. Elle-même répond et invite d’autres blogueuses ayant participé pour la plupart aux dimanches poétiques à relever le défi. Pourtant, le début de son billet15 renvoie à la fois à l’univers des romans, avec l’allusion aux attentats poétiques présents dans L’Attentat et aussi à la blogosphère et ses rituels. Aussi la frontière entre réalité et fiction, littérature et multimédia s’estompe.

  • 16  À partir de la saison 2, les auteurs écrivent à tour de rôle leur texte, avec sous les yeux les vo (...)

12Avant même tout l’arsenal transmédiatique, les romans sont placés sous le signe de la potentialité et de la variation. Les auteurs insistent sur leur volonté de publier les ouvrages séparément pour en conserver la brièveté, mais néanmoins jouer de la récurrence des situations, comme dans une série. Certaines sont présentées avec des points de vue très différents. La scène du réveillon où les quatre amis croisent un clone masculin d’Olivia est particulièrement parlante à cet effet. L’événement est relaté à quatre reprises. Dans le volume consacré à Zik, que les auteurs invitent à lire en premier16 pour la saison 3, la jeune fille insiste sur le coup de foudre qu’elle croit voir entre Violette et un inconnu portant un costume identique.

  • 17  Maryvonne Rippert, Lonely Cat, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2010, p. 21.

Par l’immense baie vitrée qui donne sur le jardin, j’aperçois Vio en grande conversation avec un mec habillé exactement comme elle, en marquis xviiie, cape de velours, bottes et jabot de dentelle. Quand nous sommes arrivés à la fête, c’est quasiment le premier qu’on a croisé, même que Vio a tiré la gueule en découvrant quelqu’un qui portait un déguisement identique à celui qu’elle avait eu tant de mal à fignoler. J’ai filé un coup de coude à Satya, et Amos a rappliqué. On voulait vérifier si le type pouvait faire un fiancé correct pour notre Violette. La copine semblait toute retournée. L’arc de Cupidon n’avait pas chômé ! Quant à voir si la frimousse du petit marquis était à la hauteur de nos attentes, c’était une autre histoire. Avec ces lumières stroboscopiques, tout le monde avait l’air de sortir d’un film de Tim Burton.
Mais on dirait que notre intuition était la bonne : ils n’ont guère traîné à se retrouver, ces deux-là...
Je les observe, ils sont en grande conversation, têtes rapprochées, silhouettes noires, doubles inversés.17

13C’est avec le second texte qu’on comprend que Zik a mal interprété la stupeur de son amie, faite de peur et de surprise, tandis que Violette se leurre sur la communauté d’esprit qu’elle partage avec ses amis, qui ne réagissent pas aussi violemment à cette apparition.

  • 18  Cécile Roumiguière, La Minute papillon, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2010, p. 29.

Le garçon s’arrête à trois pas de moi. Deux marquis identiques, face à face dans la lumière ultraviolette, c’est à se demander si le rhum du père de Zik n’était pas shooté aux acides. Mais ce visage, ce regard, ces pommettes hautes, cette moue... le marquis nous toise, et continue son chemin. On se regarde, pas besoin de mots. Elle. Encore. Ce garçon n’est pas mon double, c’est le jumeau d’Olivia. (…) Je sais qu’on pense tous la même chose, qu’il nous faudra bien affronter ce marquis, lui, et toutes ses révélations qui nous masquent Olivia18.

14Quelques scènes plus loin pourtant, Zik croise à son tour le chemin du marquis, dont la voix et non le visage qu’elle ne voit pas, la met dans le même état d’angoisse que Violette. Amos et Satya passent plus rapidement sur l’apparition du passé sous les traits du marquis, l’un dans un dialogue mené par Violette, le second au milieu d’une énumération d’autres costumes, seulement distingué dans sa ressemblance avec celui de son amie.

  • 19  Sigrid Baffert, Anticorps, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2010, p. 29.
  • 20  Jean-Michel Payet, De musc et de havane, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », p. 28-29.

Violette me broie l’avant-bras et me crie :
– T’as vu ?
– Quoi, Robin ?
– Non, un autre marquis ! Comme moi !
– Comme toi ?
– Pire !
Je tourne la tête. Une image furtive19.
Nous esquivons les gothiques […], un second marquis dont le costume concurrence celui de Violette20

  • 21  Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS Éditio (...)
  • 22  Anne Besson en donne d’ailleurs quelques exemples dans son article « Ensembles romanesques et genr (...)

15À travers cette lecture croisée, des scénarios intertextuels pré-établis sont sollicités mais tous ne seront pas actualisés, comme si les auteurs jouaient avec les attentes des lecteurs. Empreintes de réalisme, les intrigues tendent à convoquer ponctuellement le policier, le fantastique, comme autant de genres aimés par les adolescents qu’il serait « rentable » d’emprunter mais toujours repoussés en dernier lieu pour une voix singulière, portée par quatre auteurs. Proche de la série, les « blue Cerises » ont aussi la plasticité nécessaire pour être qualifiées de « cycle » selon la définition qu’en donne Anne Besson21, par la volonté affichée des auteurs de prendre en compte dans leur récit le passage du temps, faisant d’ailleurs de la temporalité un ressort de l’intrigue qui justifie la séparation des jeunes gens durant les vacances scolaires, ou qui autorise le jeu des déguisements pour le réveillon. Les personnages évoluent, y compris sur quelques mois22 et, s’il est probablement tout à fait possible de comprendre les saisons 2 ou 3 sans avoir lu la première, les motivations de leurs réactions peuvent parfois s’expliquer par les épisodes antérieurs. Ainsi, la violente colère d’Amos contre Violette n’est compréhensible qu’à mots couverts dans la saison 3, alors que le lecteur qui a lu la saison 1 a connaissance des émois amoureux d’Amos pour un archer nommé Lucas, lequel fait vivre, dans la saison 2, sa première relation sexuelle à une Violette, qui culpabilise de s’être laissée aller à cette aventure sans lendemain avec celui qui a brisé le cœur de son meilleur ami. Malgré ses atermoiements, elle finit par avouer cette liaison à Amos et se trompe complètement sur la réaction de son ami.

  • 23  Étienne Garcin, « L’industrie du ciné-roman », in Jacques Migozzi, De l’écrit à l’écran. Littératu (...)
  • 24  Jean-Michel Payet, De musc et de havane, op. cit, p 40.

16La série des « blue Cerises » emprunte donc des caractéristiques aux genres qui plaisent aux  adolescents en témoignant toujours de sa singularité, à l’instar de la fiction populaire, à laquelle la littérature pour la jeunesse est souvent comparée, avec cette même « capacité à s’intégrer dans les nouveaux modes de circulations des discours et des signes. »23 Les personnages n’hésitent pas à comparer leur groupe à d’autres bandes célèbres, appartenant à la fiction comme le club des Cinq24, sur le mode de la dérision, tant ils jouent eux-mêmes des mentions intertextuelles. Chacun des romans est en effet marqué du sceau d’un ensemble de références culturelles très hétéroclites. S’y côtoient aussi bien une bande sonore très contemporaine de l’écriture et des références musicales appréciées des adolescents, de Gossip à Daft Punk en passant par Téléphone ou Prince. Le blog de Violette donne un lien vers Deezer, afin que le lecteur puisse écouter les morceaux évoqués dans la saison 3 et censés être passés durant la soirée de Nouvel An. Parallèlement, et dans le domaine du cinéma, qui est une des passions communes des adolescents ayant fait de la cinémathèque leur quartier général, de nombreux titres de grands classiques du cinéma, Autant en emporte le vent, parfois peu accessibles ou datés sont cités, La Strada pour la saison 3, La Dame de Shanghai, Les Enfants du paradis, L’homme qui tua Liberty Valance pour la saison 2 sont aussi familiers aux jeunes personnages que Kill Bill, Batman ou Edward aux mains d’argent. Ces références courent d’ailleurs à travers les quatre romans, tandis que les références littéraires sont davantage données, à titre d’exemple, sans réelle profondeur ou connaissance de l’œuvre, de Diderot à Sade, en passant par La Princesse de Clèves, qui peut être lue comme un écho à la petite phrase du président français à propos de cette œuvre. Les auteurs ne cèdent donc pas aux sirènes de la modernité ou de la démagogie. Ils entremêlent des références qui sont les leurs à celles des adolescents d’aujourd’hui dans l’espoir d’une appropriation potentielle, comme autant de possibles narratifs et culturels au-delà de la sérialisation lénifiante et du prêt-à-penser que l’édition pour la jeunesse sait parfois proposer à ses jeunes lecteurs.

17La réussite des « blue Cerises » tient en la résolution d’une aporie. Les livres sont accompagnés et suivis d’une multitude d’outils de communication utilisés par ailleurs dans le lancement de produits marketing sans pour autant transiger sur la qualité littéraire des textes et la singularité de l’écriture des quatre auteurs. Par la multiplication des supports de découverte des textes, les auteurs se montrent conscients des nouveaux modes de consommation culturelle des adolescents. Du livre au blog en passant par facebook, twitter ou deezer, les personnages gagnent en profondeur et en densité  dans la mesure où leurs diverses facettes s’offrent démultipliées au lecteur. Reprenant les motifs de la sérialisation, les auteurs des « blue Cerises » inventent les modes d’expression qui en autorisent la variation, laquelle est indispensable à la fidélisation du public. Le lecteur lit donc son livre avec les autres supports en tête, les blogs alimentant visuellement la lecture. Aussi, la série créé-t-elle dans une certaine mesure son scénario stéréotypique que les autres supports vont pouvoir décliner.

Haut de page

Notes

1  Jean Perrot, Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1999, p. 23.

2  Sur ce sujet, voir Bertrand Ferrier, « Les novélisations pour la jeunesse : reformulations littéraires du cinémaou reformulations cinématographiques de la littérature ? », 22, dans « Ce que le cinéma fait à la littérature (et réciproquement) », Fabula LHT (Littérature, histoire, théorie), n°2, 1 décembre 2006, URL : http://www.fabula.org/lht/2/Ferrier.html : « La novélisation assume l’existence de profondes interférences entre les différentes composantes du système de production de biens culturels. Elle participe d’un système interculturel global, où, quelles que soient ses qualités, le livre est oublié au profit de la marque dont il est porteur. »

3  Interview Cécile Roumiguière/Violette, site Yozone, octobre 2009, http://www.yozone.fr/spip.php?article8464, dernière consultation 16 avril 2011.

4  Eléonore Hamaide-Jager, « La saga romanesque des blue Cerises et ses prolongements multimédia », communication au colloque « Les genres littéraires en littérature pour la jeunesse », 28-29 octobre 2010, UQUAM, université du Québec à Montréal, publication prévue fin 2011 dans La Revue des sciences de l’éducation.

5  Les comptes rendus sur l’ouvrage font pourtant ressortir cet aspect. Voir, par exemple, la critique de Maryline Duval,  Lecture Jeune, n° 132, décembre 2009, p. 53 : « L’ensemble est conçu comme une série télé, et le lecteur a hâte de retrouver ses héros dans la saison 2 ». L’interview de Cécile Roumiguière pour le site Yozone apporte un éclairage différent et souligne à mi-mot que le terme de saison, sur la couverture du moins, est une demande éditoriale. Voir www.yozone.com, octobre 2009, (dernière consultation 16 mars) : « On voulait raconter tout ce qui fait la vie d’un lycéen, écrire cet âge entre deux mondes. On a pensé le faire sur une année scolaire, de l’automne au mois de juin, et on appelait chaque " série " des " temps " : le temps des blue Cerises 1, etc. Ça n’a pas plu (sourire)… et les " temps " sont devenus des " saisons ", terme qui fait directement référence aux séries télé. »

6  Voir texte de présentation du projet, p. 7. Merci à Cécile Roumiguière de me l’avoir fourni.

7  Charlotte Javaux, « Entretien avec Cécile Roumiguière », site Ricochet, septembre 2009 : « Je viens du monde du spectacle, j’ai l’habitude de travailler à plusieurs, de créer à plusieurs, avec le metteur en scène, l’éclairagiste, le décorateur… Depuis que j’écris des livres, ce côté de travail en équipe me manquait, même si je travaille souvent en grande complicité avec les illustrateurs avec lesquels je réalise des livres. Un jour, pendant l’hiver 2006, j’ai eu l’idée de fonder une équipe d’auteurs dont chacun "serait" un ado : la bande des blue Cerises était née, ou presque… » (http://www.ricochet-jeunes.org/entretiens/entretien/142-cecile-roumiguiere, dernière consultation avril 2011).

8  Maryvonne Rippert, L’Ange des toits, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2009.

9  Voir le site de Cécile Roumigière et plus spécifiquement le site d’e-plum, « La création d’e-plum est venue d’une nécessité : celle de disposer d’une structure pour porter les blue Cerises sur iPad. Les histoires des Blue Cerises, écrites à quatre mains, sont nées sur le web : elles ont été inventées sur un forum privé où les auteurs ont fait connaissance les uns des personnages des autres. Elles sont publiées en nouvelles séparées chez Milan. Au-delà de leur version papier, ces histoires croisées se voyaient tout naturellement dans une lecture enrichie de liens hypertextes, en voguant d’une nouvelle à l’autre. Le numérique permet ces croisements. Comme il permet un enrichissement avec des images, du son… Le premier bébé d’e-plum sera donc la saison 1 des blue Cerises, disponible en mars 2011 sur la librairie Apple. » (http://e-plum.com/, dernière consultation le 15 mars 2011)

10  Cécile Roumiguière, Dossier de présentation des « Blue cerises », 2010, p. 3.

11  Voir, par exemple, les productions de l’éditeur canadien « La courte échelle » qui publie des séries pour adolescents  de plus de dix épisodes, et pendant l’écriture, les auteurs (par exemple Sophie Bienvenu pour (k), Benoît Boutilhette pour Emo) tiennent compte, dans l’avancée de la diégèse, de l’avis des lecteurs, qui s’emparent du forum et postent également des chansons écrites sur les protagonistes, discutent du bien-fondé de l’attitude de tel ou tel personnage, etc.

12  C’est aussi le constat des auteurs. Voir le billet « Genèse des blue Cerises@Cécile Roumiguière » sur le site « Lily et ses livres », http://lily-et-ses-livres.blogspot.com/2009/11/genese-des-blue-cerises-quelques.html, 5 novembre 2009 (dernière consultation 19 avril 2011) : « On a créé ces blogs comme une continuité du forum offerte aux lecteurs. Mais pour l’instant on n’a pas vraiment de contacts. Peut-être parce que ces blogs sont trop fermés sur nos personnages entre eux, sans doute ne donnent-ils pas assez envie aux lecteurs d’y poster des commentaires ? On est en pleine réflexion sur tout ça. Affaire à suivre. »

13  Blog de Satya, « Dimanche poétique (tic, tic) », septembre 2009 : « Depuis quelques semaines, je suis tombé sur un réseau de bloggeurs qui, le dimanche, offrent chacun un poème sur leur blog. Je me suis dit : "Why not ?" (On remarquera que ma prof d’anglais de cette année fait des merveilles...). Alors je m’y mets. J’ai choisi un poème de Nazim Hikmet, que j’ai découvert par hasard, sur le net. ». (http://satya-tempsdescerises.blogspot.com/)

14  Règles du Chocolate Tag : - Rester dans la couleur attribuée - Mettre un lien sur son blog vers celui de la gentille tagueuse -Chercher, trouver, photographier sept choses de cette couleur ( chez soi, sur son blog ou des photos de vacances ) - Publier ces photos (montage ou pas) sur son blog - Choisir sept victimes et les taguer.

15  Blog de Violette, « Taguée chocolat », décembre 2009 : « Me voilà taguée par une bande de poètes… Mieux que dans les histoires de Satya ;-) C’est Emmyne qui m’a fait le coup. »

16  À partir de la saison 2, les auteurs écrivent à tour de rôle leur texte, avec sous les yeux les volumes des autres auteurs. De même, le lecteur se voit proposer un ordre de lecture de chacun des volumes, mais rien ne l’empêche de les lire dans un autre ordre ou d’en lire seulement quelques-uns.

17  Maryvonne Rippert, Lonely Cat, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2010, p. 21.

18  Cécile Roumiguière, La Minute papillon, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2010, p. 29.

19  Sigrid Baffert, Anticorps, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », 2010, p. 29.

20  Jean-Michel Payet, De musc et de havane, Toulouse, Milan, coll. « Macadam », p. 28-29.

21  Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, coll. « Littérature », 2004.

22  Anne Besson en donne d’ailleurs quelques exemples dans son article « Ensembles romanesques et genres populaires : proposition de formalisation », La Revue des livres pour enfants, n° 256, décembre 2010. Elle remarque également qu’« un cycle en revanche génère moins de volumes, mais ceux-ci sont plus fortement reliés entre eux par une continuité chronologique. L’intrigue se poursuit de roman en roman ; souvent partiellement close à chaque épisode afin d’offrir une lecture satisfaisante de chaque livre isolé, elle laisse cependant des prolongements ouverts, en une forte incitation à la consommation du suivant. » (p. 101)

23  Étienne Garcin, « L’industrie du ciné-roman », in Jacques Migozzi, De l’écrit à l’écran. Littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques, Presses Universitaires de Limoges, 2000, p . 141. Il ajoute quelques lignes plus loin : « Sous la forme cinématographique ou littéraire se révèle le goût d’un public prêt à entrer dans un univers de fragmentation des supports pourvu qu’il soit porteur d’un ressassement des thèmes et des trames. »

24  Jean-Michel Payet, De musc et de havane, op. cit, p 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Hamaide-Jager, « Je lis, tu blogues et ils « littératurent » : « Blue cerises », entre roman, blog et produit marketing ? », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://strenae.revues.org/293 ; DOI : 10.4000/strenae.293

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org