Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection « Interférences », 2009, 301 p., 19 euros
Nelly Chabrol Gagne
Référence(s) :

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection « Interférences », 2009, 301 p., 19 euros

Texte intégral

1Il s’agit ici de la version remaniée de la thèse de doctorat de Florence Gaiotti qui se propose d’étudier un ensemble de fictions narratives (nouvelles, courts romans et albums) publiées en France entre 1984 et 2004 et s’adressant à des enfants de 6 à 11 ans. Son objectif est de rendre compte des diverses expériences de la parole, à l’intérieur des textes, mais aussi du côté des écolier-ères qui s’établissent en tant que sujets lecteurs à l’écoute de la voix des autres rencontrés dans les récits.

  • 1  Le Professeur a disparu de JP Arrou-Vignod (Gallimard, 1989), Verte de Marie Desplechin (L’Ecole d (...)

2Au début de la première des quatre parties de cet essai (p.37-100), intitulée « Paroles instables : les récits à plusieurs voix », l’auteure rappelle que la littérature de jeunesse a cheminé vers des écritures au « je », comme l’ont souligné par ailleurs des chercheur-es aussi divers que Jean Perrot, Maria Nikolajeva ou Christian Poslaniec. Adaptant la terminologie de Bakhtine, F. Gaiotti choisit de retenir quatre romans1 afin de montrer comment s’y articulent, s’y répondent, voire s’y dénoncent les voix dans l’économie narrative. Une étude attentive de certains procédés littéraires (nommés ici : paralipse, relais différé, tressage des voix) permet de comprendre comment les romancier-ères misent sur l’incomplétude de la parole des personnages pour les rendre « instables » aux yeux du-de la lecteur-trice. De ce point de vue, les personnages de ces romans se construisent dans et grâce à la voix des autres ; certains deviennent même de plus en plus polyphoniques, pour ne pas dire éclatés, voire dissonants, dès lors qu’ils dépendent de plusieurs voix Pourtant, leur complexité, due à cette fragmentation, a des limites en littérature de jeunesse : en effet, des stéréotypes sont là pour réduire le risque qu’il y ait de trop grandes discordances et pour ne pas rebuter l’apprenti-e lecteur-trice. L’étude du « parler » de chaque personnage montre encore l’éventail possible des voix qui peuvent être homogènes ou hétérogènes, comme c’est le cas chez Mourlevat, largement plus analysé car ce dernier insiste sur la diversité, partant sur la complexité des personnages. Si la référence à un « Lecteur Modèle » (p.99-100) peut laisser songeur-se, l’idée bien démontrée que le-la jeune lecteur-trice se doit d’éprouver sa propre voix, tout en démêlant celles des autres dans les livres qui lui sont dédiés, s’impose avec clarté.

  • 2  Plus tard de Gaëtan Dorémus, Avis de tempête et Opéra bouffe de Jean Gourounas.

3La deuxième partie (p.101-146) s’intéresse aux Éditions du Rouergue en tant que « laboratoire de la parole », l’auteure justifiant ce choix d’une entrée éditoriale exclusive en rappelant que la modernité de la maison rodézienne, souvent évoquée, passe entre autres par l’usage de la parole qui est expérimentée dans de nombreux albums. Par exemple, certains récits imagés défient le récit en détournant une forme codifiée comme le conte : ces jeux génériques font alors surgir d’autres sens au sein même du quotidien de l’enfant personnage et de l’enfant lecteur-trice. Trois études plus précises2 s’intéressent au langage enfantin lorsque celui-ci utilise le monologue intérieur et, ce faisant, agrandit l’imaginaire à partir des petits riens de l’existence. Ainsi, c’est sous les auspices des célèbres « paroles gelées » de Rabelais que F. Gaiotti explique encore comment des albums du Rouergue « figurent » les voix de l’autorité domestique ou publique pour mieux les dénoncer. Il s’ensuit une invitation à lire à haute voix, qui aurait mérité d’être approfondie dans le sens où l’album ainsi sonorisé deviendrait peut-être un objet acoustique — de l’ordre du cri, de l’onomatopée ou de la répétition — et de ce fait subversif puisque la parole académique s’en trouve bousculée. Dans le troisième chapitre, l’auteure sonde deux albums d’Olivier Douzou (Misto Tempo et Les 40 coups) qui se jouent de la langue, avec cette belle idée de remettre en cause — parfois trop systématiquement chez cet artiste, comme le remarque F. Gaiotti — le dogme linguistique et de libérer la parole du-de la jeune lecteur-trice. En sommes-nous si sûr-es ? Parfois encore et toujours dans le même but, le texte se fait image ou/et fait entendre des voix, rejoignant en cela l’une des préoccupations majeures de la littérature du XXe siècle : l’énonciation plus que l’énoncé. Ainsi, l’album serait bien ce lieu de la littérature de jeunesse, qui se veut en ou sous tension, comme a pu le remarquer, dans d’autres contextes, Virginie Douglas, non citée ici. Un rapide chapitre conclusif insiste sur le fait que la production du Rouergue est exigeante, pour ne pas dire élitiste ; c’est à ce prix aussi que le tissage des voix de l’album devient métissage et invite une troisième voix à la confection du sens : celle de l’entre-deux, qui est aussi celle que le-la lecteur-trice expérimenterait idéalement de façon ludique et euphorique.

4Suit un encart de 16 pages en couleurs qui reproduit certaines pages d’albums analysés. Nous ne pouvons que regretter cette mise à l’écart, en hors texte, de ce qui devrait être inséré en regard du propos de F. Gaiotti, mais nous connaissons trop les contraintes éditoriales des presses universitaires pour nous fixer sur ce petit inconvénient de mise en page.

5La troisième partie (p.147-204) va réduire le champ de l’analyse à un genre ou support : l’album, à un artiste : Philippe Corentin, voire à une maison d’édition : l’École des loisirs, autant de choix qui ne sont pas vraiment explicités, mais ce silence n’enlève rien à la pertinence du propos développé, comme toujours, en quatre temps. Afin de nous faire mieux pénétrer dans la logique d’un univers de création en mouvement, F. Gaiotti choisit l’étude chronologique. Ainsi, les trois premiers albums de Corentin, les seuls qui n’ont pas été publiés à l’École des loisirs, peuvent être vus comme ceux qui mettent en place un dispositif qui sera ultérieurement perfectionné : celui qui consiste à interroger les frontières toujours mouvantes entre être, paraître et « jouer à être » via la parole ; cette approche quasi philosophique permettant de tester l’ironie et la distanciation comme modes de lecture. La chercheure interroge ensuite les vêtements et leurs fonctions dans les albums, après avoir rappelé que Corentin se plaisait à mélanger humains et non humains pour souligner davantage l’ambivalence et, même si ce n’est pas expressément formulé, renverser les hiérarchies tout en jouant sur les codes de la fable et du conte par exemple. Le vêtement montre et cache le désir d’être un autre. En explorant avec justesse la tentation du double, donc de l’ambivalence, nous entrevoyons aussi le risque de perdre l’unité, la pureté (qui ne sont bien sûr que des idéaux) puisque le monde, lieu où les échanges se multiplient, est bigarré. L’étude porte également sur les titres et incipits capables de montrer et de dissimuler. Les personnages sont nombreux, les voix multiples : les albums peuvent égarer le-la jeune lecteur-trice, lorsque l’assignation d’une voix à un personnage singulier n’est pas immédiate. La tension, là encore, n’est jamais loin ; cette fois-ci, elle se joue entre l’espace du dedans (de la fiction) et celui du dehors (celui de l’artiste qui tire les ficelles et veut maintenir son-sa lecteur-trice en éveil). F. Gaiotti conclut : « la parole augurale de Corentin s’avance masquée » (p.178). Il lui faut aller plus loin : c’est l’enjeu du dernier et très long chapitre (p.179-204) qui prend le temps d’analyser quelques albums majeurs de Corentin, en partant de la distinction théorique opérée par Oswald Ducrot entre locuteur et énonciateur. Le fil rouge de la multiplicité des voix est toujours suivi ainsi que se trouvent finalement interrogées les (im)possibilités de la représentation. L’hypothèse d’une poétique du travestissement est alors avancée, dont le rôle serait de signaler l’instabilité, qui reste l’un des mots-clés de cet ouvrage. Cette dernière trouve en effet chez Corentin bien des applications, par exemple lorsque F. Gaiotti regarde de près la gémellité dans l’oeuvre et à l’œuvre comme sujet de « réflexion » pour cet artiste dont le frère jumeau est cet autre auteur de littérature de jeunesse : Alain Le Saux. Si le nouveau parallèle avec Rabelais peut paraître excessif, nous retenons l’idée majeure selon laquelle Corentin participe — mais il n’est pas le seul, il convient de le rappeler et d’avancer aussi qu’il participe sans doute d’une réflexion plus générale et contemporaine sur ce que peut ou non l’art littéraire sous toutes ses formes — à la formation du-de la lecteur-trice lorsque celui-ci/celle-ci est invité-e à expérimenter les élans et les limites de la représentation.

  • 3  L’Ogre, la sorcière et le pirate de Christine Beigel et Christophe Merlin (Albin Michel Jeunesse, (...)

6Enfin, une quatrième partie intitulée « L’affabulation ou l’apprentissage de la fiction » clôt cette étude en lui conférant une nouvelle dimension théorique qu’il faut saluer et dont le point d’ancrage se situe dans les analyses de Jean-Marie Schaeffer sur l’affabulation ; quatre albums3 serviront le propos de F. Gaiotti soucieuse ici de démonter le mécanisme de récits dans lesquels des personnages prennent la parole et organisent une fiction à l’intention d’autres personnages, mais encore à celle des lecteurs-trices qui font, une nouvelle fois, la double expérience de la porosité entre ce qui relève de la réalité et ce qui relève de la fiction, d’un point de vue littéraire et du point de vue de leur vécu. Ces plongées intéressantes dans les modalités de contextualisation de la parole, changeantes en fonction des albums choisis pour leur réussite et leur richesse en cet endroit, montrent que l’enfant est convié-e à participer à la mise en scène narrative et à faire l’expérience de la parole fictive qui est là pour le-la dérouter et emporter son adhésion de lecteur-trice qui se découvre tel-le dans son rôle participatif. C’est pourquoi le deuxième chapitre propose trois textes qui perturbent le contrat de lecture initial au point de pouvoir piéger le-la lecteur-trice naïf-naïve : n’est-ce point là le fondement de toute lecture littéraire ? En testant la résistance de telles écritures au contact d’approches critiques (Eco, Ducrot, Kerbrat-Orecchioni), l’auteure conclut sur le principe fécondant de la variation ou de la fugue : si le piège narratif a une intention « lectricide » dans Zoo de Bernard Friot, il semble se prolonger dans la réalité avec L’homme à l’oreille coupée de Jean-Claude Mourlevat et reste très perturbateur, pour des lecteurs-trices sans doute plus matures, dans C’est la vie, Lili de Valérie Dayre. Dernier trait de l’affabulation traitée dans l’essai : sa capacité à traduire, tout en les dissimulant, un manque, une incertitude ou un désir de reconnaissance. Pour ce faire, F. Gaiotti s’appuie sur quatre nouveaux ouvrages qui mettent en mots le deuil ; ceux-ci ne sont pas annoncés dans le propos introducteur : nous découvrons au fil des pages. Il s’agit d’abord du parcours identitaire de la petite Hipollène qui trouve sa voix/voie à la fin de l’album L’Arbre sans fin de Claude Ponti ; suit la conquête douloureuse de la parole salvatrice après la mort de sa mère pour la petite Lila qui va et vient entre réalité et fiction dans Moi et Rien de Kitty Crowther. Si l’affabulation a permis une fin heureuse dans les deux exemples précédents, l’analyse de Pochée, présentée un peu rapidement (éditeur ? année ? Et Ponti comme illustrateur ?), montre que parfois l’affabulation échoue et que le deuil n’est pas dépassé. C’est ce que montre également l’analyse précieuse du roman de Marie-Sabine Roger : A la vie, à la … dans laquelle F. Gaiotti explore avec sensibilité et finesse le bruissement des voix qui font advenir une affabulation métaphorique autorisant la voix de l’enfant qui va mourir, et pourtant… La preuve est apportée par la chercheure que loin d’enfermer le-la lecteur-trice dans un mal insondable, indicible, voire indépassable, certains textes puissants à destination des enfants constituent « un nouveau lieu de sociabilité du deuil, en donnant une parole en partage » (p.280).

7Ce propos marquant termine le parcours critique de F. Gaiotti qui nous laisse avec le même maître philosophe qu’au début, Heidegger, nous invitant à faire grand cas de la parole et de notre rapport à elle. Ainsi, « ces récits constituent bien dès lors une aventure littéraire à part entière : la traversée de la fiction, avec ses embûches et ses surprises, ses détours et ses impasses, permet au jeune lecteur de saisir la pluralité des discours. » (p.292).

8Nous l’aurons compris : l’essai de F. Gaiotti, tour à tour analytique (études de cas précises) et panoramique (appuis théoriques nombreux et variés) est précieux pour la recherche en littérature de jeunesse. Sa richesse procède de la variété des genres fictionnels retenus et la qualité des analyses sur des ouvrages qui ont en général reçu les faveurs de la critique et des médiateurs-trices du livre pour enfants. Le chemin nous est montré pour explorer ce qui mérite de l’être encore car les voix qui portent les histoires et les histoires qui utilisent de diverses manières la parole et le parler constituent le terreau de cette littérature. Nous ne manquerons pas d’apprécier la justesse du propos tout comme la qualité des références théoriques. Enfin, si ce n’est quelques rares coquilles (ponctuation surnuméraire, Valéry Larbaud), la parole universitaire posée par notre collègue en allant et venant entre la création et la réception convainc et nous invite désormais à prendre en compte une telle approche.

Haut de page

Notes

1  Le Professeur a disparu de JP Arrou-Vignod (Gallimard, 1989), Verte de Marie Desplechin (L’Ecole des Loisirs, « neuf », 1996), Chassé-croisé de Guillaume Guéraud (Editions du Rouergue, 1999) et L’enfant Océan de JC Mourlevat ( Pocket jeunesse, 1999).

2  Plus tard de Gaëtan Dorémus, Avis de tempête et Opéra bouffe de Jean Gourounas.

3  L’Ogre, la sorcière et le pirate de Christine Beigel et Christophe Merlin (Albin Michel Jeunesse, 2000), La Princesse de Neige de Pascal Nottet et Stéphane Girel (L’Ecole des loisirs, 2002), Le loup, mon œil ! de Susan Meddaugh (Autrement Jeunesse, 1999) et Au Monstre ! de Michel van Zeveren (L’Ecole des loisirs, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Chabrol Gagne, « Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/192

Haut de page

Auteur

Nelly Chabrol Gagne

Maître de conférences à l’Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand ; membre du CELIS

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org