Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Verónica Sierra Blas, Paroles orphelines - Les enfants et la guerre d'Espagne

Patricia Mauclair
Référence(s) :

Verónica Sierra Blas, Paroles orphelines - Les enfants et la guerre d'Espagne, trad. Christine Rivalan Guégo et Raquel Thiercelin-Mejías, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 364 p., ISBN :978-2-7535-4860-2

Texte intégral

  • 1 Auteure de : Aprender a escribir cartas. Los manualesepistolares en la España contemporánea. Gijón, (...)

1Comme l'annonce le titre ô combien émouvant, cet ouvrage est bien plus que le fruit de recherches universitaires, il est aussi un hommage rendu à tous les enfants espagnols évacués lors de la Guerre d'Espagne. L'auteure, Verónica Sierra Blas1, professeure au Département d'histoire et de philosophie de l'université d'Alcalá et spécialiste reconnue des correspondances et des écritures populaires, le dédie d'ailleurs à ses grands-parents. L'une des deux traductrices, Raquiel Thiercelin-Mejías, confie en fin d'ouvrage avoir désiré participer à la traduction notamment pour des raisons personnelles puisqu'il témoigne, selon elle, d'une partie de sa propre enfance.

2Verónica Sierra Blas affiche en prologue sa volonté de combler un manque en livrant les témoignages écrits qu'ont produit ces enfants espagnols qui durent tout abandonner pour sauver leur vie. Anne-Marie Chartier (chercheur associé au LARHRA/ENS-Lyon) précise dans sa préface qu'entre 1936 et 1939, plus de 30 000 enfants furent évacués par la République espagnole vers la France (c. 20 000), la Belgique (c. 5 000), l'Angleterre (c. 4 000), la Russie (2 895), le Mexique (463), la Suisse (430) et le Danemark (100). Le corpus documentaire principal choisi est donc celui des lettres destinées aux parents ou aux amis, lettres dont on connaît les auteurs mais qui trop souvent n'eurent jamais de lecteurs, ceux-ci ayant disparu.

3C'est au cours des vacances de l'été 1936 que commença la Guerre civile, altérant la vie quotidienne et les liens affectifs familiaux marqués par la séparation et la mort. L'image de l'enfant victime vulnérable et sans défense face à l'ennemi fut un outil que les deux camps utilisèrent pour gagner l'appui de l'opinion publique internationale. Le premier des douze chapitres s'intéresse tout particulièrement à la présence de discours de propagande et de mobilisation sur les supports de la culture enfantine, c'est-à-dire les publications périodiques, les contes et les livres pour la jeunesse qui sortirent des presses des deux camps. On perçoit alors les jeunes lecteurs comme des récepteurs de messages idéologiques dans des perspectives de prosélytisme. Si la publication est plus professionnelle dans l'approche littéraire, éditoriale et dans la propagande du côté des républicains, les intentions sont les mêmes pour les deux camps : expliquer ou justifier le conflit et créer des modèles de conduite susceptibles de leur servir de référence. La bande dessinée franquiste Las aventuras del miliciano Remigio ridiculise les combattants républicains tandis que la bande dessinée Sidrín du camp adverse fustige les fantoches sanguinaires. En dehors des séries et des hebdomadaires pour la jeunesse, Estrella et d'autres maisons d'édition au service de la République publient des histoires qui dénoncent le capitalisme et l'exploitation par les maîtres avec le peuple pour héros. Comme l'illustrent les photos de couvertures ou les extraits choisis par l'auteure, cette littérature est porteuse d'un double message : l'un explicite, qui figure en général en couverture ou en quatrième de couverture et l'autre implicite, parfois presque subliminal, délivré tout au long de l'histoire et qui est souvent utilisé pour inculquer des idées partisanes. Ce double message n'est pas seulement le fait d'écrivains professionnels puisque des personnes moins expertes en la matière prirent également la plume pour participer à des concours de contes organisés par différents organismes politiques pendant la guerre tels que le « concours d'histoires antifascistes » de Gijón. Verónica Sierra Blas montre combien la littérature de jeunesse fut une arme de plus dans la lutte, un véhicule idéologico-moralisateur essentiel dans le processus de politisation et d'endoctrinement des enfants. La guerre est donc présente dans la littérature écrite pour les enfants, elle l'est tout autant dans les jeux et les jouets. Aux traditionnels petits soldats de plomb, cartes, jeux de sociétés s'ajoutent des cahiers de découpage tels que Soldados de mañana que l'on édite alors en quantité. Des photos montrent que les petits Espagnols jouent à la guerre, revêtant parfois un uniforme bien réel comme les Flechas y Pelayos franquistes ou les Pionniers républicains, clairement endoctrinés grâce à des activités promues par des organisations politiques à caractère paramilitaire et destinées à l'enfance.

4Les trois chapitres suivants complètent la contextualisation en montrant comment l'école s'est adaptée aux circonstances et comment s'est organisé l'exode des enfants, mettant en exergue le processus d'acculturation des enfants au conflit et à la violence. La guerre entre de plain-pied dans les espaces scolaires. Des maîtres sont éliminés, des écoles sont fermées, celles qui fonctionnent encore ornent leurs murs d'affiches de propagande et de journaux de guerre muraux que sont tenus de réaliser les élèves. Tandis que les républicains espèrent sauver l'Espagne par l'éducation en créant des milliers d'écoles, en défendant la co-éducation, la gratuité et la laïcité, le camp national conçoit l'éducation comme une croisade fondée sur le national-catholicisme qui prône un enseignement confessionnel et politisé.

5Des comités espagnols ainsi que des organisations internationales prennent en charge la protection et le soin à apporter aux enfants, surtout s'ils sont orphelins, abandonnés ou malades. Le système des colonies scolaires créées par Cossío en 1892 s'adapta aux nécessités du moment. Les autorités de la République s'en servirent pour mener à bien les évacuations de la population infantile. Ces colonies se transformèrent en refuges permanents, reflétant les idéologies qui les contrôlaient. L'organisation de l'accueil de ces enfants hors d'Espagne est mal perçue par le gouvernement de Franco qui répand l'idée que les républicains leur volent leurs enfants. Pour des dizaines de milliers d'enfants, le voyage ne s'arrêtera pas en France. Beaucoup seront emmenés vers les camps d'extermination allemands.

6L'auteure revient ensuite en Espagne pour consacrer un chapitre aux vertus thérapeutiques de l'écriture et du dessin, vertus prônées par le couple Brauner qui, membre des Brigades Internationales, mena des expériences pionnières en Espagne en matière d'art-thérapie. Plus de 4 000 dessins d'enfants réfugiés dans des colonies scolaires espagnoles puis dans des institutions françaises qui accueillaient des enfants survivants des camps d'Auschwitz et Buchenwald passèrent entre leurs mains. L'Espagnole Regina Lago poursuivra l'œuvre amorcée par les Brauner. Afin de collecter des fonds d'aide, Paris et Valence organisèrent des expositions de dessins d'enfants antifascistes. Les scènes représentées les plus récurrentes sont les bombardements et leurs conséquences, les files d'attentes pour les vivres, les morts, les blessés, la séparation d'avec les proches, toutes dessinées avec beaucoup de réalisme. Verónica Sierra Blas précise que ces dessins seraient moins des productions spontanées qu'une reprise de la vision des adultes qui vivaient avec des modèles pris dans l'imagerie de la propagande.

7Dans les années trente, la pratique croissante de la graphothérapie explique sans doute l'intérêt porté aux témoignages écrits des enfants. À l'instar du Journal d'Anne Franck devenu le prototype de recours à l'écriture pour dépasser des situations dramatiques, les cahiers d'école dans lesquels ont été écrites de nombreuses lettres, souvent sous la surveillance d'un adulte, gardent la trace de ces histoires de guerre. Les autorités et les responsables de colonies d'enfants s'étaient engagés à ce que les proches des enfants reçoivent régulièrement des nouvelles des enfants par lettres. En dépit de certaines mesures destinées à favoriser la correspondance telle la gratuité de la circulation postale pour les enfants des colonies ou l'édition de cartes postales spéciales pour enfants, bon nombre d'entre eux perdirent le contact avec leur famille en Espagne. La censure, l'irrégularité du courrier, la perte ou la disparition des lettres, les changements continus de domicile des membres de la famille provoqués par la guerre expliquent cette perte de contact qui généra l'angoisse, le désespoir et une sensation d'abandon. Cela conduisit beaucoup d'enfants à rompre avec leur passé et à oublier leurs origines.

8Les chapitres VII, VIII et XIX nous conduisent ensuite en Russie où seront évacués presque 3 000 enfants espagnols, accueillis dans 16 maisons d'enfants et d'adolescents réparties dans toute l'URSS. Si les lettres des parents arrivèrent à destination, en revanche la voie postale vers l'Espagne ne fonctionna vraiment qu'à partir de la Seconde Guerre mondiale et de nombreux parents durent se contenter des nouvelles diffusées par la radio et la presse. Quel que soit le mode de communication, les nouvelles envoyées de Russie par les enfants véhiculent des messages de propagande qui célèbrent la grandeur morale et matérielle du pays d'accueil. Les enfants racontent qu'ils mangent bien, qu'ils font du sport, qu'ils jouent et assistent régulièrement à des spectacles, une vie a priori heureuse dont on retrouve les traces dans les lettres ou les cahiers d'écolier. L'école de la Russie connut une évolution en profondeur dans les années vingt afin de mettre en pratique le concept socialiste d'éducation. Pour parvenir à un changement social nécessaire à la construction du nouveau régime issu de la Révolution d'octobre, on inventa deux modèles éducatifs que furent l'éducation sociale et l'éducation intégrale. Tolstoï, Isadora Duncan, Marenko furent les promoteurs par excellence des écoles actives et les représentants les plus importants de la praxis pédagogique soviétique de l'époque.

9Verónica Sierra Blas revient sur la pratique épistolaire dans les trois derniers chapitres au cours desquels elle souligne l'importance du lien créé par l'écriture, un lien non seulement entre les expéditeurs et les destinataires mais également un lien entre les frères et sœurs qui écrivaient le plus souvent sous la surveillance de leur aîné. Si l'écriture est partagée, la lecture l'est tout autant, transformant les lettres qui, par essence devaient être un espace privé et intime, en quelque chose de beaucoup plus large. La pratique épistolaire permettant la formation à l'écriture et à la lecture, elle s'institutionnalise comme faisant partie du curriculum scolaire. La correspondance interscolaire se généralise dans les écoles des années trente et les enfants écrivent aussi aux soldats pour les soutenir moralement. Notamment grâce à ces lettres, les deux camps purent recourir à l'émotionnel pour solliciter l'aide matérielle et économique d'autres pays, dénoncer les atrocités commises par l'ennemi et gagner la bienveillance de l'opinion internationale.

10La fin de la guerre marqua une rupture radicale pour les enfants de Russie puisqu'elle les obligea à abandonner leur foyer collectif et donc à faire face seuls aux difficultés. Leur enfance a été brisée, leur vie d'adulte commence. Il leur fallut alors s'intégrer à la société soviétique dans toutes ses facettes : scolaire, professionnelle, politique, économique ou familiale. Ce ne fut qu'au milieu des années cinquante que les autorités russes et espagnoles offrirent à ces enfants, devenus adultes, la possibilité de rentrer en Espagne. Selon Verónica Sierra Blas, pour bon nombre d'entre eux, « l'histoire du retour fut une histoire faite de silences, de mépris et de promesses non tenues » (p. 327). Tous les témoignages que nous découvrons au travers de fragments de lettres sélectionnés par l'historienne leur redonnent la parole, à défaut de réparer leur enfance.

Haut de page

Notes

1 Auteure de : Aprender a escribir cartas. Los manualesepistolares en la España contemporánea. Gijón, Éditions Trea, 2003, 249 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Mauclair, « Verónica Sierra Blas, Paroles orphelines - Les enfants et la guerre d'Espagne », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://strenae.revues.org/1745

Haut de page

Auteur

Patricia Mauclair

Université François-Rabelais, équipe Interactions discursives et culturelles (ICD)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org