Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Des maternelles jurés au Prix des Incorruptibles : une critique littéraire en herbe ?

Bérénice Waty

Résumé

Donner la parole aux enfants, pour expliquer ce qui se noue entre eux et le livre et les histoires lues, permet de saisir leurs relations et représentations de la lecture et de comprendre comment ils entrent dans l’univers du livre. À partir d’un terrain ethnographique dans une classe de maternelle participant au Prix des Incorruptibles, on verra comment la découverte et le processus d’imitation de jurés, professionnels ou populaires, de prix littéraires servent un parcours de lecteur en devenir en permettant aux tout-petits de faire leurs propres découvertes et appropriation.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Suzanne Lallemand et Guy Le Moal, « Un petit sujet », Journal des africanistes, n°51, 1981, p. 20.
  • 2 On pensera au « bébé-lecteur » des bibliothèques, aux accueils et visites spécifiques développés pa (...)

1« Pour que l’enfant ne soit pas perdu de vue en tant que sujet pensant, sans doute nous devions-nous de recueillir son « point de vue », d’écouter les petites voix que couvre un peu le grand vacarme de la parole adulte et de prêter attention à ce qu’elles expriment1 » : le thème de l’enfance et de ses apprentissages connaît un regain d’intérêt depuis plusieurs années dans les sciences sociales. À l’image de ce plaidoyer pour les « petits sujets », une attention nouvelle a été portée à ce public, ainsi que l’ensemble de ses pratiques et consommations dans la dynamique des Childhood Studies. Les folkloristes, qui s’étaient intéressés aux jeux et comptines, et avaient considéré l’enfance comme une étape de passage vers les âges de socialisation plus formelle, ont tardé à avoir des successeurs. À partir des années 1970-1980, les sciences de l’éducation et la sociologie ont contribué à développer les savoirs quant aux comportements et représentations que les jeunes et les tout-petits adoptent, au sein de la cellule nucléaire, au contact d’instances de socialisation (école, médias, structures para-éducatives, club de sport, conservatoire, etc.), culturelles (cours de théâtre, chant, créations artistiques, bibliothèques) ou entre pairs. La sociologie et l’anthropologie culturelle se sont aussi intéressées à l’enfance : après des décennies où seuls les « 15 ans et plus » avaient le droit de cité dans les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français, les pouvoirs publics et le monde scientifique ont mis les plus jeunes sur leurs agendas, investiguant dans un panorama élargi de questionnements relatifs aux loisirs des enfants ou aux nombreuses infrastructures ou activités de service public qui ont fait des plus jeunes un public acquis voire « captif2 ».

  • 3 Sylvie Octobre, « Les 6-14 ans et les équipements scolaires : des pratiques encadrées à la construc (...)

2En matière culturelle, on sait que les initiations permettent qu’« à l’entrée du cours préparatoire la plupart des enfants ont déjà été sensibilisés aux équipements culturels. Les taux de fréquentation cumulée sont élevés ; cinq sorties ont déjà attiré plus de 75% des enfants du CP au cours de leur vie, au rang desquelles le cinéma (90,5%) et la bibliothèque (81%). […]. Le pôle patrimoine est largement connu, qu’il s’agisse des musées (75%) ou des monuments (70%)3 ». En dehors des prescriptions scolaires, les familles misent également sur la culture en tant qu’outil de promotion de leur projet éducatif et du processus de socialisation de l’enfant, ainsi que des valeurs qu’ils veulent transmettre en termes de patrimoine culturel.

  • 4 Bérénice Waty, « De l’imaginaire en action : la culture pratiquée par les 3-6 ans », dans Sylvie Oc (...)
  • 5 Edith Lecherbonnier, « Le livre jeunesse joue dans la cour des grands », INA Global [en ligne] http (...)

3Intéressons-nous au cas plus spécifique de la lecture et du livre. Les chiffres de vente de l’édition jeunesse attestent de cet investissement familial : ce marché « affiche un dynamisme triomphant et unique à l’heure actuelle. Alors qu’il ne représentait que 9% des livres totaux vendus en France en 1995, c’était presque un livre sur cinq (19%) qui appartenait à ce secteur spécifique en 20074 ». Assurant 18% du chiffre d’affaires total de l’édition et 25% du volume du marché avec plus de 80 millions d’exemplaires vendus en 2015, le livre de jeunesse « joue dans la cour des grands5 ».

  • 6 On pensera, entre autres, à l’exposition « Babar, Harry Potter et Compagnie. Livres d’enfants d’hie (...)
  • 7 Pour exemple, on mesurera la progression de plusieurs critères chiffrés concernant le Salon du livr (...)
  • 8 Voir la base des prix littéraires proposée sur le site web du CNLJ-La joie par les livres : http:// (...)
  • 9 Ministère de l’Éducation nationale - Eduscol, « Pour une première culture littéraire à l'école mate (...)
  • 10 Ibid.

4Ces données économiques doivent être complétées par un processus de reconnaissance voire de légitimité de la lecture de jeunesse, à travers de nombreuses expositions ayant réuni un large public6, ou encore par le biais de rencontres et salons littéraires, toujours plus nombreux et accueillant toujours plus de visiteurs7. La médiatisation du livre de jeunesse passe aussi par une floraison de prix littéraires – plus de 200 recensés par le CNLJ-La Joie par les livres8 – et par le développement de librairies uniquement dédiées à ce type de littérature. De son côté, l’Éducation nationale, depuis 2002, répond à « l'enjeu de la démocratisation culturelle [qui] passe, dès l'entrée à l'école maternelle, par l'appropriation d'un fonds partagé d'histoires, de textes, d'albums, constamment enrichi par la production éditoriale contemporaine9 » en produisant une « sélection d’ouvrages pour entrer dans une première culture littéraire10 ».

  • 11 On pourra penser à une étude relayant de nombreux éléments plaidant en ce sens : Corinne Abensour e (...)
  • 12 Nathalie Prince, La littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, 2015 (...)
  • 13 Edith Lecherbonnier, op.cit.
  • 14 Cécile Boulaire, Les Petits Livres d’Or. Des albums pour enfants dans la France de la Guerre Froide(...)

5La situation de la littérature de jeunesse pourrait être jugée comme idyllique, au regard de ces données et des pratiques observées11, notamment et surtout chez les plus jeunes, si deux bémols ne venaient la contraster : d’une part, une question de fond demeure quant à savoir « quel est le véritable destinataire de la littérature de jeunesse12 » sachant que de la création, à l’édition puis de la médiation à la vente de ces ouvrages, le monde adulte est le seul acteur mobilisé, les tout-petits apparaissant comme tributaires et destinataires d’œuvres sans réellement interférer ou être actifs dans le processus. D’autre part, la reconnaissance du livre jeunesse ne sonne-t-elle pas faux quand « les médias généralistes comptent encore peu de critiques littéraires spécialisés13 » voire quand « la critique du livre pour enfants n’est pas une critique littéraire en soi. […]. On n’y dit pas ce qu’est un livre : on essaie de déterminer s’il faut l’avoir et ce qu’on peut en faire14 […] ». Cumulées, ces deux objections soulèvent des questions et révèlent que, comme pour toute pratique culturelle en lien direct avec une production artistique, la réception et la parole des pratiquants s’avèrent pertinentes pour envisager une compréhension réelle du phénomène. Car finalement quelle place laisse-t-on à la parole et aux comportements des « petits sujets » eux-mêmes ?

  • 15 Nic Diament, « Mais que lisent-ils vraiment ? Best-sellers et lectures réelles des enfants et des a (...)

6Appliquée à la pratique de la lecture, cette question a été posée avec justesse : « Dans une littérature “pour” la jeunesse écrite, éditée, vendue, critiquée et achetée par des adultes, où trouver la trace, l’empreinte des goûts et choix “spontanés” des enfants lecteurs15 ? ». Ma contribution veut travailler en ce sens, à partir des résultats d’une enquête ethnographique menée au sein de sept classes d’écoles maternelles en 2008-2009 (Seine-Saint-Denis et Marne). Cette étude, intitulée Graines de culture, s’intéressait aux processus de socialisation culturelle des 3-6 ans, et se voulait une observation in situ de cette population lors de ses interactions quotidiennes, ou plus rares, avec des biens reconnus comme légitimement culturels, à l’image du livre : quelle est la place de cet objet au sein de la classe, comment les élèves se l’approprient-ils et quels sont les effets de la lecture sur les 3-6 ans, telles sont les questions qui pourraient résumer ma problématique initiale.

  • 16 Répartis entre 15 filles et 12 garçons, âgés entre 4 et 5 ans.

7Dans cet article, plus précisément, il va s’agir de revenir sur une expérience littéraire. La présence de l’ethnologue, sur du long terme (4 mois) dans une classe de moyenne et grande section, a permis d’analyser sa participation à la manifestation du Prix des Incorruptibles, qui représente par de nombreux aspects la relation entre des tout-petits, les livres et les histoires. Si cette dernière s’éprouve et s’observe au quotidien avec des élèves de maternelle, s’intéresser à un événement exceptionnel telle que l’élection de leur livre préféré pourrait peut-être permettre de faire saillir des réactions, des propos ou des mécanismes qui attesteraient d’une compréhension et d’une projection des tout-petits dans le monde du livre. Sorte d’effet zoom grossissant, l’étude du Prix des Incorruptibles, auquel ont participé 27 élèves16, rendrait alors possible la description et l’analyse de ce qui se noue entre eux autour du livre ; le recueil de leurs propos sur les histoires lues (et relues à de nombreuses occasions) permettrait d’éclairer comment ils réceptionnent les faits ou imaginent un héros, voire éventuellement les répercussions des lectures dans leurs propres vies. Comment ces élèves de maternelle s’approprient-ils cette manifestation littéraire et est-ce que ce prix développe chez eux des dispositions nécessaires à leur entrée imminente et future dans la lecture ?

8Dans un premier temps, on reviendra sur la mise en place du Prix et ses implications dans la classe. Par la suite, on s’arrêtera sur le jour de l’élection en démontrant comment les tout-petits s’impliquent dans leur rôle de jurés populaires, faisant valoir leur posture de lecteurs, à part entière et en devenir.

Retours sur une rencontre improbable : des tout-petits et un Prix littéraire

Le Prix des Incorruptibles : la promotion de la lecture plaisir

  • 17 Sylvie Ducas, « Prix littéraires crées par les médias. Pour une nouvelle voie d’accès à la consécra (...)
  • 18 Ibid., p. 74.

9Les jurys littéraires populaires ont fleuri depuis les années quatre-vingt, que l’on pense au Prix du livre de France Inter ou celui des lectrices de Elle. Des lecteurs anonymes, véritables archétypes du « profane désintéressé et étranger aux intérêts17 », endossent les habits de jurés, les professionnels paraissant discrédités par une trop forte collusion avec l’édition, à l’image du « complot Galligrasseuil18 ». La littérature de jeunesse n’échappe pas à ce processus, avec la consécration d’une quarantaine de Prix, dont les plus connus sont ceux du Prix Goncourt des lycéens et du Prix des sorcières pour les plus jeunes.

  • 19 Sans exclusion, les bibliothèques, centres de loisirs, librairies rejoignent les écoles, collèges e (...)

10Surfant sur ce phénomène, le Prix des Incorruptibles voit le jour en 1988. Née d’une volonté militante de libraires, cette récompense se veut pensée sur un mode original : différentes classes d’âges de scolaires19 sont invitées durant trois trimestres à choisir leur livre préféré parmi une sélection de cinq ou six titres ; la manifestation interpelle directement les pratiquants plutôt que de faire entendre la voix des adultes, même spécialisés dans la littérature de jeunesse (bibliothécaires, pédagogues, éditeurs). Ce Prix inverse la figure de l’expert en faisant des enfants les seuls détenteurs de capacités pour déterminer ce qui pourrait leur plaire, voire être érigé comme préféré par la majorité. Cette manifestation affiche plusieurs objectifs qui paraîtraient hétéroclites dans leurs motivations si on les prenait individuellement mais qui, collectivement, manifestent une croyance en la force de la littérature et du monde du livre :

  • 20 Ibid.

Résumons à trois points les missions fixées par l’événement : la lutte contre l’illettrisme, un accès facilité à la lecture et la promotion de la littérature de jeunesse contemporaine20.

Pour ce faire, ses promoteurs évoquent et misent avant tout sur le plaisir. Il n’est pas anodin qu’ils se soient pourvus d’un logo de communication voulu compréhensible par les enfants et où celui qui lit est figuré comme souriant, serein ou bien accompagné par d’autres personnages tout aussi heureux ; ce visuel a évolué dans le temps, passant d’un chat à un singe pour se stabiliser avec un être humain : l’anthropomorphisation animale invitait à une projection de la part des tout-petits et elle utilisait un procédé très fréquent (et connu par ce public) dans les illustrations des albums de jeunesse. Le logo actuel (une tête d’enfant imbriquée dans un livre, ne permettant pas de les distinguer21) permet une identification par les enfants qui peuvent se retrouver dans ce visage satisfait.

  • 22 Ibid.

11« Notre Prix a été conçu comme un jeu : un défi à relever22 »: « cap ou pas cap ? » serait-on tenté de dire devant ce leitmotiv, comme si pour intéresser les plus jeunes la dimension compétitive était un levier, comme si l’envie de se comparer aux autres (lecteurs et enfants) permettrait un investissement plus important. La référence au jeu se fait tant à l’échelle de l’élève que de la classe participante, dans son collectif : jouer seul et s’amuser avec ses pairs – en équipe pour ainsi dire – sont des activités connues et prisées des élèves de maternelle, où le dispositif scolaire implique cette double dimension. L’évocation du jeu peut aussi se percevoir dans la consigne du Prix et son essence même : les enfants étant sollicités pour leurs propres compétences, et les adultes leur conférant cette capacité, s’inverse alors le schéma de « celui qui sait –vs – celui qui ne sait pas » dans lequel les 3-6 ans sont en permanence immergés dans une démarche d’acculturation. C’est là une forme de distraction pour eux, promus experts par rapport aux adultes. Enfin le plaisir viendrait de la participation elle-même au Prix : en amont, les enfants sont invités à partager entre eux, en échangeant leurs points de vue sur les textes lors des lectures en classes et ainsi nourrir la réflexion pour définir leur livre préféré ; lors du moment solennel du vote où une demi-journée est balisée pour partager des jeux autour des ouvrages en lice ; en aval, enfin, où l’annonce officielle des résultats est fréquemment relayée dans les classes, auprès des familles des élèves, voire dans la presse locale.

  • 23 Actuellement, les organisateurs du Prix proposent de devenir jurés à des scolaires dans des écoles, (...)

12Pour accompagner le lancement de l’opération jusqu’au vote, un ensemble d’actions variées est décliné par les promoteurs du Prix, mêlant le jeu à la discussion, l’affirmation de soi et le savoir : lecture à voix haute en classe, dictée à l’adulte dans les classes maternelles, rencontres avec des écrivains, traducteurs et illustrateurs, expositions et quiz sur le Net sont proposés aux élèves23. On retrouve là l’emploi du ludique qui permet de faire travailler l’imaginaire des tout-petits et d’accroître leur attention :

  • 24 Ludovic Gaussot, « Le jeu de l’enfant et la construction sociale de la réalité », Spirale, n°24, 20 (...)

La définition des activités ludiques comme contribuant au développement de l’enfant se comprend dans le cadre plus large de l’investissement de la prime enfance comme objet pédagogique. Il s’agirait, dès lors, d’apprendre en se distrayant et de se distraire en apprenant24.

  • 25 Propos de l’une des responsables du Prix du livre France Inter. Cité par Sylvie Ducas, op. cit.
  • 26 William Corsaro et Donna Eder parlent eux de « entre-enfants » : ils développent l’idée d’une cultu (...)

13À sa création, le Prix des Incorruptibles se voulait détonnant dans le Landerneau des lettres à la française, puisque les jurés étaient les lecteurs eux-mêmes, c’est-à-dire les jeunes, et depuis les années deux-mille-dix, les maternelles sont conviées à prendre part à ce processus d’élection littéraire. Comme pour les jurés du Prix du livre France Inter, qualifiés d’« intruandables25 », le titre même de cette manifestation littéraire insiste sur l’intégrité pensée comme absolue de ses participants et promeut les goûts et préférences d’enfants incorruptibles. La définition de cet adjectif atteste de cette intégrité : « qui n’est pas corruptible, qui est incapable de se laisser corrompre, séduire pour agir contre son devoir – synonyme : honnête ». L’innocence et le bon sens des tout-petits sont ainsi valorisés, dans une vision adulto-centrée sur cette période de la vie, et feint d’ignorer, en partie, que les petits jurés peuvent être motivés par des intentions calculées, comme le fait de suivre et d’imiter les autres enfants (« la tyrannie de la majorité », selon Dominique Pasquier ou « l’entre-pairs » pour Julie Delalande26), ou celui de plaire à un adulte en suivant ses recommandations. Ce Prix, comme d’autres, porte donc en lui des paradoxes, même si on ne peut remettre en cause son souci de faire entendre la parole des enfants. Il est temps à présent de s’intéresser à la manière dont la classe ethnographiée s’est appropriée, à son tour, cette participation au Prix.

Une classe incollable sur la sélection des Incos27 !

  • 27 Terme générique employé par la communauté des participants et utilisé par les promoteurs de la mani (...)
  • 28 Les titres sélectionnés étaient tous édités en 2006 : Lilou et la chasse aux monstres (Philip Waech (...)

14Peu après février 2009, les 27 élèves et leur enseignante ont reçu une mallette contenant les cinq livres en lice28 : cette boîte cartonnée a été mise à l’écart des autres ouvrages possédés par la classe et elle est située à côté du bureau de la maîtresse. Ce rangement spécifique fait dire aux élèves que ces ouvrages sont « à part » et « pas pareils » que ceux entreposés dans le « coin livres » au fond de la salle de cours. Les titres sélectionnés bénéficient aussi d’une dérogation : contrairement aux autres albums ou bandes dessinées de la classe, ils sont prêtés à domicile, tous les élèves les empruntant, à tour de rôle, pour les « présenter aux parents » selon l’enseignante. Les tout-petits ont montré qu’ils étaient sensibles à cette distinction en évoquant principalement ces éléments dès mon arrivée :

Tu sais, ils sont spécials ces livres, faut surtout pas les perdre, c’est pour le Prix ,

La maîtresse a expliqué que ces livres-là il fallait qu’on les connaisse bien, c’est pour ça qu’on les lit beaucoup parce qu’on va dire lequel on préfère,

La boîte, elle est très grosse et c’est la maîtresse qui les garde parce que ces livres-là on peut pas jouer avec, on va voter pour dire le meilleur,

Ils sont importants pour quand on votera.

Leurs propos attestent de l’identification d’une sorte d’enjeu propre à ces cinq ouvrages et valident leur compréhension des enjeux. Le rôle de l’adulte est indéniable, à commencer par celui de l’enseignante. Cette dernière reprécise aux élèves la spécificité des séances de travail dédiées aux albums sélectionnés, qui ont bénéficié en moyenne de six lectures chacun :

Après Mon lion, maintenant on fait Lilou, et c’est toujours pour le Prix, on fait donc attention aujourd’hui,

C’est bientôt qu’on vote, que vous (dit avec insistance) allez voter pour votre livre préféré, alors on continue d’être bien sérieux,

Quand vous ramenez les livres chez vous, expliquez bien à vos parents pourquoi ces livres sont spéciaux.

Ces rappels réguliers participent d’un dispositif développé sur plusieurs mois pour intéresser les élèves tant à la lecture des ouvrages qu’au vote final et ils permettent de réintroduire les enfants dans l’esprit du Prix. Ils servent également à entretenir l’attente des tout-petits et nourrissent leur investissement présent dans l’écoute de l’histoire et leur participation aux discussions. Cette perspective les incite à fournir des efforts, comme être attentifs à la lecture, détailler les illustrations ou mobiliser les souvenirs attachés à des ouvrages déjà connus.

15Après chaque lecture, le groupe d’élèves se lance dans des discussions collégiales. Au début, certains confient leurs impressions ou plutôt un avis tranché relevant d’un « j’aime-j’aime pas ». Ensuite, l’adulte oriente la discussion et rares sont les enfants qui ne s’expriment pas. Mais parfois ce sont les tout-petits eux-mêmes qui prennent l’initiative de la discussion, le plus souvent en aparté avec le collègue à leur côté, pour exprimer leur intérêt. L’opinion personnelle est souvent au départ d’un échange avec les autres enfants, parfois même des débats se produisent avec différents camps qui se positionnent :

Après une lecture de Lilou et la chasse aux monstres : « Quand tu es malade, tu vas au docteur et il t’aide à être mieux » dira un élève, auquel répondra un camarade : « Oui mais les monstres, c’est pas le docteur… C’est quand on a peur », avant de conclure : « Faut faire des câlins avec nos parents et se dire que ça existe pas les monstres ». Une fillette dira à sa voisine : « Mais tu as vu, Lilou, elle est seule, elle a pas de parents et elle fait tout toute seule ».

Après une lecture de Pomélo se demande : « Faut être écolo » dira une fillette, sa voisine lui rétorquera « Qu’on est déjà écolo parce qu’on a plusieurs poubelles ». Les deux filles ne comprendront d’ailleurs pas la remarque d’un garçon affirmant que « L’écologie c’est nul, c’est toujours pareil, moi j’aime pas ce livre parce qu’il ne se passe rien ». Brouhaha alors dans la classe, chacun voulant donner son avis sur l’intérêt de l’écologie. Un enfant, seul, dira qu’il « aime bien Pomélo, il fait comme moi, il a des questions ».

Après une lecture de Mon lion : « En Afrique, ils ont pas d’école et des fois, il y a pas d’eau pour boire » dira sérieusement une fillette ; ce à quoi répondra la maîtresse que « L’histoire montre surtout qu’un enfant peut être ami avec un lion, il n’a pas peur ». Un garçon déclarera alors : « Et le lion aussi il n’a pas peur, c’est comme moi avec mon chien, on est amis ». Une fillette se questionnera : « Pourquoi le lion il est vert et des fois il est rouge ? ».

  • 29 Dans ces quatre exemples, il s’est agi de relater les propos des tout-petits ; ces échanges ont été (...)

Après une lecture de Petit dernier : « Moi aussi j’aime pas mon frère et ma sœur, ils sont toujours à m’ennuyer » indiquera un garçon, son camarade lui répondra que pour lui « sa sœur est gentille, mais elle est encore bébé et des fois elle pleure » ce qui l’« ennuie » ; une fillette se joindra à leur échange : « j’aime bien cette histoire avec des parents et les enfants, ils sont contents […] mais j’ai pas compris pourquoi il y avait du rose partout29 ».

16À l’image des saynètes, on remarque que ces élèves s’approprient les histoires ou les attitudes des personnages en fonction de critères qui leur appartiennent : questionnement sur le choix de couleurs pour une illustration, préjugé sur l’Afrique, considération sur la pratique écologiste, la fratrie ou sur la réalité des monstres, ces enfants décomposent les histoires et les ramènent à leurs propres réalités, ils réfléchissent sur les messages véhiculés par les albums. L’appartenance de ces cinq ouvrages au Prix des Incorruptibles et le fait que l’enseignante essaie systématiquement de faire parler ses élèves à la fin de chaque lecture sont deux éléments que les enfants identifient et avec lesquels ils composent pour m’expliquer ce que représente le Prix selon eux :

C’est sérieux le Prix, les livres qu’on lit ils sont sérieux et faut toujours qu’on en parle après entre nous.

Des fois la maîtresse elle lit des livres et c’est parce qu’on a été sages, mais là, on travaille plus parce qu’il va falloir qu’on trouve notre préféré et qu’on sache bien pour lequel on veut voter.

  • 30 Gérard Mauger et Claude F. Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en s (...)
  • 31 « C’est dur à lire quand il n’y a pas de mot, faut les inventer » dira un garçon ; une fillette ind (...)
  • 32 Respectivement 15 cm x 20 cm et 16 cm x 27 cm.

17À travers cette variété, ce sont autant de qualités attribuées à la lecture que les tout-petits expérimentent : le décentrement de soi, le développement de l’imagination, l’amusement, la réflexion, l’empathie. On retrouve ici les « usages sociaux » de la lecture, ce que cette dernière produit avec la réception des enfants, ces effets donc qui s’incarnent en « trois catégories : lecture de divertissement, lecture didactique et lecture de salut30 ». Mais ils s’avèrent également sensibles à la matérialité de l’objet-livre : ainsi les couleurs des illustrations en ont interrogé plus d’un, notamment dans Petit dernier où le rose était très présent, élément que plusieurs garçons ont de suite souligné en catégorisant l’histoire « pour les filles » (entendu comme plaisant plutôt aux filles) ou en déclarant ne pas comprendre pourquoi, alors que le héros est un garçon, « il est dessiné avec du rose » ; dans Mon lion l’absence « d’écriture » ou de « mot » m’a été présentée à la fois comme un intérêt du livre mais aussi une contrainte31 ; pour Quatre points et demi, ce sont les illustrations qui ont retenu l’attention avec des images « sur les deux pages, pour qu’on voit bien » ou qualifiés de « beaux et tous légers, pas avec des gros traits » ; les formats des albums de Pomélo et de Mon lion32 ont été sources de remarques de la part d’enfants, qui trouvaient là un intérêt (« on voit mieux les images, la page est longue ») qui semblait important pour eux, leur maniabilité rejoignant la visibilité accrue et permettant une observation plus détaillée.

  • 33 Idée défendue par Cécile Boulaire dans « Comment définir un livre pour la jeunesse aujourd’hui ? Es (...)

18Ainsi se dessine, par touches et progressivement, une démarche d’appropriation de l’expérience littéraire ou lectorale et la pratique oralisée de la lecture (par l’enseignante ou les familles) permet de développer des sentiments ou émotions, tout autant qu’une initiation à la fois dans le texte et dans les images, incarnation de l’une des spécificités des ouvrages jeunesse33. Très régulièrement, lors de mon terrain, les élèves avaient recours au « on » pour relater les lectures des ouvrages du Prix des Incorruptibles : cet usage pointe combien les enfants ont vécu l’expérience sur un mode collégial et indique que chacun s’est investi dans son rôle ; l’apprentissage se fait en groupe et l’entrée dans la lecture, qui est pourtant une activité solitaire, bénéficie de cet effet dynamique :

  • 34 Catherine Tauveron, « La lecture comme jeu, à l’école aussi », dans La Lecture et la culture littér (...)

Le plaisir de lire n’est rien s’il n’est partagé, construire une hypothèse de lecture n’a de sens que si l’hypothèse peut être confrontée à celle des autres ou soumise à leur évaluation […]. La lecture est un « cas de figure de la communication interpersonnelle et sociale », un double dialogue34.

19La mobilisation de toute la classe dans ce Prix doit beaucoup à l’enseignante qui a investi en amont autour des cinq albums et qui a construit pendant plusieurs mois certaines séquences de travail collectif. Ainsi dans une activité musicale, elle introduit l’extrait à écouter par un jeu de devinettes, faisant écho à une lecture spécifique (« On se souvient que Mon lion se passe dans quel pays… ? Un pays loin où il fait chaud… C’est quel pays ? ») ; en mathématiques, elle reprend une illustration de Quatre points et demi pour compter à voix haute avec ses élèves le nombre de fourmis. Des fois, de manière informelle et spontanée, ce sont les tout-petits qui font référence aux histoires et semblent s’appuyer sur des éléments communs et partagés pour faire comprendre leurs avis, comme dans cet échange surpris quelques jours après la lecture de l’ouvrage de Didier Lévy :

« Un garçon : Je vais avoir un petit frère.

- Son camarade : C’est comme dans Petit dernier alors… Ca sera lui le petit dernier et toi tu seras le plus grand […]. Faut faire attention pour que tes parents ils t’aiment toujours.

- Le 1er garçon : Mais les parents de Petit dernier ils l’aiment, c’est lui qui dit que c’est dur des fois quand on a plein de frères et de sœurs parce qu’on peut pas avoir tout le temps des câlins. […]. On a dit qu’il était jaloux des fois…

- Toujours son camarade : C’est vrai […]. Et puis y a pas plein de frères et de sœurs chez toi, ça va aller, vous serez que deux enfants ».

Après avoir détaillée l’appropriation des albums en lice pour le Prix des Incorruptibles, en observant les attitudes et propos des élèves et de leur enseignante, il convient à présent de s’intéresser au temps fort de cette manifestation, à savoir le jour du vote où les tout-petits vont endosser les habits de jurés et se prendre au jeu de commenter les livres et d’en distinguer un seul.

Jouer au juré littéraire : une expérience extra-ordinaire

Une matinée exceptionnelle pour se vivre lecteur

20Depuis février 2009, la classe vit au rythme du Prix avec de nombreuses lectures, leur reprise dans des exercices de français (vocabulaire, niveau de langage) ou en arts plastiques. Fin juin, le rendez-vous tant attendu arrive, celui des votes et de l’annonce du lauréat.

21Cet événement nécessite d’abord de sortir de l’école pour se rendre au Centre départemental de documentation pédagogique (CDDP) : ce déplacement nécessite de marcher, puis de prendre le bus et de marcher de nouveau. Ce mouvement physique symbolise un cheminement intellectuel accompli par les élèves : imprégnés des récits, immergés dans la découverte des mots et des images, identifiant les séquences du récit (le début, l’aventure et la fin, le tout rythmé par des pages que l’on tourne) et sachant faire état de leurs émotions de lecture, ils sont donc rentrés dans l’univers du livre, progressant par paliers. Cette sortie hors de l’école, pour un événement où ce sont eux les principaux acteurs, est une rupture totale de la routine très balisée d’une matinée de classe : l’excursion en autocar, le lieu inconnu avec des personnes qui les attendent, sont autant d’éléments qui attisent la curiosité des tout-petits et participent de leur motivation. Cette visite se vit sur un mode extra-ordinaire où le caractère festif de la rencontre le dispute à la nette rupture du quotidien. Elle est perçue sur un mode intense et la mise en scène pour célébrer le livre vainqueur ajoute à ce sentiment où se mêlent fierté d’en être et joie du partage autour de la lecture.

  • 35 Bérénice Waty, op. cit., p. 49.

Pour faire cheminer ce public vers la culture, des ressorts ludiques – dimension indissociable de la petite enfance – sont employés. Miser sur l’amusement et la distraction crée une immédiateté dans la réaction et une spontanéité de la participation et facilite la réception des 3-6 ans. Jeux, énigmes ou devinettes favorisent la prise de parole et confèrent aux enfants un rôle actif35.

Ce constat pour différentes pratiques culturelles (musée, bibliothèque) vaut aussi ici : une fois sur place, les élèves sont totalement pris en charge ; avant de voter il s’agit de revenir sur les cinq ouvrages candidats et d’en parler ensemble, petits et grands, une dernière fois.

22Les membres bénévoles du CDDP ont ainsi installé des stands avec plusieurs jeux : la couverture de chaque album est proposée sous la forme de pièces de puzzles et les enfants les assemblent en ayant la couverture photocopiée devant eux afin de les aider, si besoin. Ailleurs, des jouets sont disposés sur une table avec pour consigne de « rendre un objet à chaque livre » : ainsi, une voiture rouge se voit attribuée à Lilou et la chasse aux monstres (« elle va voir le docteur dans une voiture rouge », « elle l’a aussi quand elle va acheter un livre »), ainsi qu’un dinosaure en plastique (« c’est un monstre ! »), alors qu’une fleur en plastique rose atterrit devant Petit dernier (« elle est sur le chapeau du papa, je m’en souviens ») ; les enfants déposent ces jouets devant chaque couverture concernée et l’animateur valide ou non les propositions. La mémoire visuelle apparaît comme fortement développée chez ces enfants et elle renforce leurs souvenirs de lecture, voire attestent de leur compréhension des récits.

23Un autre atelier est dédié à un reportage sur le travail d’une traductrice en japonais : les élèves sont placés par terre sur des coussins devant un écran de télévision et ils regardent la vidéo où l’artiste calligraphie des caractères japonais directement sur la caméra, les sensibilisant aux mouvements de sa main et de son pinceau d’écriture. Certains enfants se lèvent pour regarder de plus près l’image, demandant même à l’animateur d’arrêter le plan afin de mieux observer. Une petite fille fera le lien entre cette vidéo et l’un des ouvrages, se trompant dans l’origine asiatique mais révélant ainsi les représentations qui agissent dans son esprit (« c’est vrai que l’histoire dans Quatre points et demi elle était en Chine, ils avaient les yeux bridés »).

24Plus de quatre ateliers sont proposés au total et ils participent pleinement de moments où les tout-petits évoquent ensemble ce qui leur plait dans les récits candidats, étape que les animateurs paraissent estimer importante avant la suite : se rendre au « bureau de vote », prendre la collation et assister solennellement à la proclamation des résultats, qui ponctuent les deux heures et demi passées au CDDP. C’est peu dire si les enfants sont excités et les adultes présents insistent fortement sur le rôle actif qui leur est confié :

Vous avez une grande responsabilité.

Il va falloir voter pour votre préféré.

C’est vous seuls qui décidez !

25La dimension participative atteint son apogée au moment où chaque enfant est appelé à voter. Dans une imitation d’une élection démocratique, il prend cinq bulletins de vote, placés chacun devant un exemplaire des ouvrages en compétition, rejoint l’isoloir avec son enveloppe, qu’il introduit enfin dans une urne improvisée dans une boîte à chaussures. On l’invite à parapher la feuille d’émargement et en échange il reçoit sa carte d’électeur, au son d’un « a voté ! » enthousiaste. Les tout-petits sont impressionnés par ce dispositif et pointent sa ressemblance avec les suffrages des adultes : « C’est comme quand maman elle a voté », « C’est pareil qu’à la mairie ». Ils se sentent alors investis d’une mission et après l’excitation, ils semblent gagnés par le sérieux et le respect du règlement du Prix :

(Entre deux enfants) « Tu copies pas » ; « Tu ne regardes pas ce que je mets comme papier, la dame, elle a dit que c’était chacun qui faisait comme il veut ».

(Entre un enfant et l’ethnologue) « Tu vas rester là maintenant Bérénice, je dois aller voter seul, tu ne dois pas être avec moi ».

(Une enfant seule, moue embêtée) « Je réfléchis encore un peu, je suis pas sûre lequel choisir, j’en aime bien deux en fait ».

À l’annonce des résultats, quand le lauréat est dévoilé, les enfants applaudissent et se montrent ravis. Leur joie n’est pas feinte : une sorte d’esprit de compétition en faveur de leur livre préféré récompense ainsi l’album vainqueur, ainsi que les lecteurs-électeurs qui s’auto-félicitent de leur choix a priori judicieux : « J’ai gagné ! », « c’est mon livre le meilleur ! ». On peut aussi y entendre la satisfaction d’avoir rempli son devoir de juré : « J’ai voté pour lui, super ! », « c’est grâce à moi qu’il est élu ».

  • 36 Emprunt à la page web d’accueil de l’association des Incorruptibles.

26On pourrait se demander si l’attention des élèves n’est pas accaparée par la compétition entre les électeurs-lecteurs-jurés, au détriment d’une discussion sur ce qui rend l’un des cinq ouvrages meilleurs que les autres : cela serait faire fi des mois de préparation pour aboutir à cette rencontre et à son apogée, l’élection d’un lauréat. Cela reviendrait aussi à minorer, voire ignorer, les réflexions ou avis des élèves participants, soit lors des séances de lecture organisées par l’enseignante, soit lors d’échanges informels entre tout-petits qui revenaient sur les histoires ou les héros : nous sommes en juin et depuis février dernier, cette classe a lu un grand nombre de fois chacun des livres de la sélection et des séquences de travail en lien direct (interprétation de l’histoire, observation des illustrations) et indirect (écoute de musiques du monde, travail sur les animaux de la savane africaine) se sont adossées à ces lectures, tout comme une mission de médiation auprès des familles où chaque élève devait présenter ces livres chez lui. Enfin, par le vote de ce jour, chaque enfant a exprimé un choix et surtout a semblé fier d’assumer ce rôle : une vision par trop littéraire ou adulte pourrait se montrer chagrine en voulant connaître les raisons objectivées de ces préférences, pour ma part je considère qu’en cumulant tous les moments dédiés à ces cinq ouvrages, scolaires et familiaux, en cours et dans la cour de récréation, ces 27 élèves ont découvert des récits et des graphismes variés, ont éprouvé des sentiments intimes et collectifs en écoutant et échangeant sur ces histoires et que le vote – dans une sorte d’apothéose – vient renforcer leur perception de ce que la lecture et les livres peuvent leur faire, à savoir la découverte de l’altérité et de la différence ou de la variété, et le fait d’être dépaysé par un récit, des mots ou de prêter attention à des couleurs, des formes ou un graphisme. Les promoteurs du Prix des Incorruptibles parlent de développer un amour des livres : en ce sens, le vote rendant les tout-petits tellement acteurs de la situation qu’un sentiment fort semble indéniable et que le pari de l’association de « susciter l’envie et le désir de lire des plus jeunes36 » s’incarne dans l’ensemble des actions développées, en classe, dans les familles et lors de la rencontre, leur pari semble rempli.

Le Prix des Incorruptibles : une forme d’initiation au monde du livre

27Le Prix des Incorruptibles est une expérience inédite pour les élèves : alors qu’ils ne sont pas lecteurs, au sens de techniciens du décodage-encodage des lettres, sons et mots, ils en viennent à adopter des postures de lecteur, historiquement construites, comme celle du critique littéraire qui argumente ses préférences, ou comme celle du passionné-fan qui admire un héros ou connaît son univers de fiction (comme le jeu avec les objets, évoqué précédemment). Temps fort dans un parcours de vie de lecteurs en devenir, la participation à cette manifestation doit d’abord être perçue comme une découverte du monde des lettres et une appropriation de codes et postures de lecteurs adultes.

28Précédant le vote, les bénévoles et l’enseignante s’isolent avec plusieurs enfants, coupant en groupes la classe : il est demandé aux élèves d’essayer de faire des comparaisons entre les cinq ouvrages candidats ou d’expliquer pourquoi un album se distinguerait à leurs yeux. Malgré cette sollicitation imposée, les tout-petits se prêtent au jeu et rapidement ils s’interpellent entre eux, paraissant ignorer les adultes. Évoquant Petit dernier, plusieurs enfants – des filles notamment – pointent la présence d’une famille dans cette histoire alors que dans Lilou, la lapine n’a pas d’entourage familial (« Je préfère celui-là plutôt, l’histoire est mieux quand il y a les parents et les frères et sœurs » ; « dans Lilou, ben elle est seule, c’est une grande personne, c’est pas la maison de ses parents »). Dans un autre groupe, c’est un « coup de cœur de livre » qui est dévoilé par un garçon, encensant Lilou du fait de la présence de monstres, « de trucs qui font peur […] c’est bizarre les trucs effrayants », rejoint par plusieurs camarades, alors qu’une fillette souligne, à l’inverse, que « c’est pas rigolo d’avoir peur parce qu’il y a des méchants » et de conclure « Lilou j’aime pas comme livre ». Dans le groupe où l’enseignante se trouve c’est Mon lion qui focalise l’attention des enfants qui expliquent que « les grandes images », « les couleurs qui flashent » ou encore « la forme du désert » les ont intéressé ; ils pointent d’ailleurs que c’est en cela que cet album se distingue de la sélection : « dans les autres, ça ressemble trop aux autres livres, c’est pareil, dans Mon lion on voit autre chose, ça change, je connaissais pas un livre sans écriture », « moi je connaissais pas l’Afrique ». Critères graphiques, esthétiques ou fictionnels sont donc évoqués par les futurs électeurs qui tiennent entre eux des discussions argumentées, s’appuyant sur des éléments variés, présents dans les albums, ou évoquant des impressions personnelles, parfois en lien avec leur vie.

  • 37 Barbara Rogoff, Apprenticeship in thinking. Cognitive development in social context, Oxford, Oxford (...)
  • 38 Martine Burgos, « Le parcours du jeune lecteur dans la bibliothèque : médiations et obstacles », Le (...)
  • 39 Gérard Lenclud, « Apprentissage culturel et nature humaine », Terrain, n°40, 2003, p. 6.

29Aucun élève n’a émis de remarque négative et lors du vote ils paraissent contents de prendre part à un dispositif qui les dépasse (géré par des adultes) mais où seuls comptent les suffrages exprimés (par les seuls enfants). On pensera là au constat de Barbara Rogoff pour qui « c’est en participant que l’on apprend ; de sorte que tout apprentissage est nécessairement situé dans une communauté de pratiques37 » ou on évoquera une conclusion de Martine Burgos pour qui « l’enfant est un corps et une intelligence en mutations38 ». Entre autonomisation de soi et reprise ou décalque de l’exemple des adultes, les tout-petits expérimentent une relation à la lecture inédite et ce Prix s’apparente à une initiation qui dépasse la simple lecture pour être source d’apprentissages tant d’altérité que d’individualité. L’initiation à la lecture s’apparente ici à une imitation, l’enfant endossant un rôle, celui « d’« apprenant » de sa culture39 », à travers des « conditionnements » :

  • 40 Ibid., p. 11-12.

Les enfants sont amenés à nouer avec eux-mêmes et avec autrui, avec leur corps et avec le monde, une série de rapports fondamentaux instaurant en eux une sorte de mode d’être et de ressentir indélébile40.

30Le vote se double d’une copie à l’identique des Prix littéraires, tant lors de l’événement que dans le processus qui chemine vers cette rencontre : les jurés reçoivent une sélection d’ouvrages, ils délibèrent et argumentent entre eux lors de nombreux échanges après les lectures, puis ils s’expriment par leur vote. La proclamation du livre élu donne lieu à une réception officielle au CDDP, où un photographe de la presse locale a été dépêché. Le déjeuner fastueux chez Drouant se décline ici en une collation joyeuse avec jus de fruits et viennoiseries. Les 3-6 ans ne connaissent pas cette célébration des Prix d’automne, mais ils prennent plaisir à se voir ainsi honorés, juste après leur vote. Ces enfants éprouvent la fonction de juré avec joie et leur implication et leur fierté d’avoir pris part à la manifestation sont importantes :

  • 41 Sylvie Ducas, op. cit., p. 77

L’investissement dans ce rôle de juré(e), s’il témoigne toujours du sérieux de la mission dont on a la charge et de l’application que l’on manifeste à l’exercer, est à la mesure de l’enchantement, unanime, d’avoir endossé l’autorité d’un vrai professionnel, qui reçoit des livres, est invité à en parler, les défend comme un vrai critique, côtoie des éditeurs, des écrivains, des journalistes, même si l’on n’est que le juré d’un jour41.

  • 42 Certes, il y a un isoloir, mais très sommaire par rapport à ceux des bureaux électoraux des adultes (...)

L’effet miroir avec le processus démocratique des élections politiques s’ajoute à l’investissement des tout-petits : ils connaissent ce dispositif, savent que le vote représente un avis personnel et certains jurés s’étonnent de l’absence d’une « vraie cabane pour voter en secret » ou « pour se cacher42 », attestant de leur compréhension des modalités et éventuellement de leurs implications.

31Adultes et enfants se rejoignent, et rares sont les situations où l’adulte délègue au plus jeune une partie de son autorité, où il n’assume pas la posture de celui qui sait et qui transmet à l’enfant : l’inversion de la légitimité proposée par le Prix accentue l’adhésion des tout-petits qui participent pleinement aux activités et affichent une certaine fierté d’être consacrés lecteurs-électeurs.

  • 43 Même si la sélection initiale des cinq albums en lice est le fruit de choix d’adultes investis dans (...)

32Cette fête où l’on célèbre un ouvrage achève le long investissement de la classe, mais surtout elle valorise l’engagement de chacun des participants. Comme pour les Prix « pour les grands », celui des Incorruptibles met à l’honneur les jurés et crée un événement dans leur vie de lecteurs. Cette distinction est un décalque des Prix pour adultes, institutionnels et patrimoniaux, elle intègre de fait les 3-6 ans dans la vie littéraire, dans une tradition culturelle française. Si les Goncourt et le Fémina sont des instances de légitimation de l’auteur, celui des Incorruptibles donne à voir le lecteur, et plus spécifiquement le très jeune lecteur, émancipé des prescriptions des adultes43 et investi pour faire entendre ses préférences littéraires. En cela, le Prix des Incorruptibles rejoint celui de France Inter ou de la revue Elle où les jurés sont mis en avant par ces deux organes de presse, avec des interviews et des photographies de groupe relayées dans les médias.

  • 44 Corinne Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation », Mémo (...)

33Enfin, la participation à ce Prix, au sein d’une classe, met les jeunes élèves en présence d’une littérature jeunesse « vivante, non patrimoniale […] non encore filtrée44 » et la sélection du Prix apporte une contribution efficace à la découverte de plusieurs textes contemporains. Ces derniers s’ajoutent aux héros ou récits déjà connus des tout-petits et constituent les bases de leur culture littéraire, avec laquelle ils manieront des références communes.

Conclusion

  • 45 Martine Burgos et  Poulain, « Le jury du prix du Livre Inter. Portraits de lecteurs », BBF, n°43, 1 (...)

34Le Prix des Incorruptibles s’apparente par bien des aspects aux cérémonies célébrant les romanciers adultes, et plus spécialement des Prix de jurés non professionnels qualifiés de populaires ou « des lecteurs » dans le cadre de « l’intimité d’une petite communauté conviviale […] qui fait corps et que la lecture révèle et entretient45 ».

  • 46 Les deux expressions sont empruntées aux élèves.

35Dans le processus de ce Prix, de la réception des cinq ouvrages à la proclamation des résultats, les tout-petits ont éprouvé un rapport sensible au texte, exprimant librement leurs émotions de lecteurs, tout en cherchant parfois en groupe à en analyser les ressorts, comme on a essayé de le montrer en citant longuement leurs propos. Ils ont aussi expérimenté l’objet-livre, tant avec l’album Mon lion sans texte qu’avec « l’autre livre » qu’ils ont créé en réécrivant cette histoire en observant, seul et en groupe, les illustrations et en « collant des feuilles46 » avec leurs mots à eux inscrits dessus, encadrés par l’enseignante dans un exercice de dictée à l’adulte. C’est bien en cela que la littérature de jeunesse se distingue de celle des adultes, avec une place faite à l’objet, comme l’indique Nathalie Prince :

  • 47 Nathalie Prince, « Qu’est-ce qu’un bon livre, pour un tout-petit qui ne sait pas lire ? », Bibliobs(...)

Le lecteur ordinaire oublie volontiers le livre, sa matérialité, sa couverture, ses pages […] et se plonge dans le sens. La littérature, c’est l’oubli du livre, l’oubli de l’objet. Rien de tout cela pour les tout-petits47.

36Le Prix des Incorruptibles se présente comme un jeu et mise sur l’aspect ludique pour présenter l’univers du livre comme source d’une variété de plaisirs. Les ateliers récréatifs, le jour du vote au CDDP, se mêlent au jeu de la maîtresse où les élèves ont pu s’amuser en parlant de nouveau des livres lus, et rien qu’entre enfants. L’imitation dans ses moindres détails du processus électoral, les félicitations et encouragements nombreux des adultes pour leur acuité et la pertinence de leurs remarques, ou encore les petites attentions (comme le diplôme, le marque-page offert, ou le goûter), tout concourt à faire de ce Prix un événement particulier dans la vie des élèves de maternelle, dans leur parcours d’apprenants lecteurs. Voter « comme les grands » et manifester leurs goûts d’enfants sont les deux qualités antagonistes que le Prix des Incorruptibles parvient à concilier. Elles expliquent l’adhésion des 3-6 ans, toujours prêts à découvrir et à s’amuser, et leur ravissement d’être sollicités pour des compétences que les adultes, pour une fois, ne maîtrisent pas.

37Plus que de légitimer l’écrivain et d’élire un livre vainqueur, au niveau de la classe de maternelle que j’ai ethnographiée, ce Prix célèbre le plaisir et le partage de la lecture. Il fête surtout le lecteur en lui proposant de s’approprier des habitudes, de développer des préférences, dans une logique d’appropriation :

  • 48 Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, « L’Invention du quotidien : une lecture, des usages », Le Déb (...)

Pour Michel de Certeau, la lecture n’est pas une réception imposée d’un contenu objectivable, sujétion au texte, passivité. En faisant de la lecture un art du braconnage, il la désigne comme une action […] productrice en chacun de cheminements et de faits propres qui viennent à la fois altérer et faire exister le texte : des façons singulières d’habiter l’écrit. La lecture est une appropriation48.

Malgré l’adhésion des tout-petits décrite dans mon article, on retrouve néanmoins l’un des bémols développés dès l’introduction, à savoir la mainmise du monde adulte sur la littérature de jeunesse et la découverte originelle de la lecture. Tout d’abord, on retiendra que la sélection des ouvrages impétrants relève de professionnels du livre ou de logiques de prescription et non des plus jeunes eux-mêmes :

  • 49 Corine Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, des outils de médiation », Lecture-Jeune, (...)

Même lorsque ce sont des enfants ou des adolescents qui constituent le jury, ces prix ne sont pas pour autant destinés à ce jeune public, car il s’agit plutôt de faire connaître les ouvrages primés aux acheteurs que sont les parents et surtout des prescripteurs (bibliothécaires, documentalistes, journalistes et enseignants49).

Ensuite, on s’interrogera sur le décalque imaginé avec les prix littéraires adultes : fait-il sens pour des jurés en classes de maternelle, pour des tout-petits qui ne connaissent pas le Jury Goncourt par exemple ?

  • 50 Pour rappel, dans les années militantes du développement de la bibliothèque publique à destination (...)
  • 51 On pensera à Régine Sirota pour qui « l’enfant est à la fois non seulement produit mais aussi produ (...)

38Ces limites pointant l’emprise du monde adulte, convaincu de la nécessité de lire dès le plus jeune âge50, pourraient justement être remises en question avec cette idée d’appropriation par l’enfant lui-même51. En effet, les réactions des tout-petits montrent qu’ils apprécient cette expérience à partir de leurs propres cadres de référence, parfois même hors du champ littéraire :

Au sujet du dispositif le jour du vote : « On dirait l’anniversaire d’un copain avec les gâteaux et les bonbons », « C’est bien de ne pas être en classe, ça change ».

Lors de l’annonce des résultats du vote : « C’est comme le foot, il y a en un qui gagne et les autres perdent », « Moi j’ai pas voté pour le vainqueur ».

De retour à l’école après le vote : « Maman, faut que je te dise qui a gagné pour qu’on l’achète », « Maîtresse, on fait une affiche pour dire aux autres quel livre a été élu ? ».

  • 52 Jean-Yves Tadié présentant une nouvelle édition de l’ouvrage d’Albert Thibaudet, La Poésie de Stéph (...)

39Ainsi, leurs propos ou attitudes laissent à penser que l’aventure d’un jour de juré sollicité pour son expertise, que le travail de préparation en amont pour connaître les ouvrages candidats, en font des représentants de la critique littéraire, proches d’un Albert Thibaudet, tel que défini par Jean-Yves Tadié, figure tutélaire, mélangée de « rigueur et de détente, de précision et de fantaisie poétique, de sérieux et de gaîté qui ne nuit pas à la finesse52 ».

Haut de page

Bibliographie

Corinne Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation », Mémoires du livre, n°2, 2010 [en ligne] http://id.erudit.org/iderudit/044213ar, DOI 10.7202/044213ar.

-- « Les prix littéraires pour la jeunesse, des outils de médiation », Lecture-Jeune, n°147, 2013 [en ligne] http://www.lecturejeunesse.org/articles/les-prix-litteraires-pour-la-jeunesse-des-outils-de-mediation-2/.

Cécile Boulaire, Les Petits Livres d’Or. Des albums pour enfants dans la France de la Guerre Froide, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », 2016.

Martine Burgos et Martine Poulain, « Le jury du prix du Livre Inter. Portraits de lecteurs », BBF, n°43, 1998, p. 81-88.

Martine Burgos, « Le parcours du jeune lecteur dans la bibliothèque : médiations et obstacles », Lecture-Jeune, n°116, 2005, p. 40-49.

Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, « L’Invention du quotidien : une lecture, des usages », Le Débat, n°49, 1988, p. 97-108.

William Corsaro et Donna Eder, « Children’s peer cultures », Annual review of sociology, n°16, 1990, p. 197-220.

Nic Diament, « Mais que lisent-ils vraiment ? Best-sellers et lectures réelles des enfants et des adolescents », dans Olivier Piffault (dir.), Babar, Harry Potter & Cie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, Paris, BnF, 2008, p. 528-536.

Sylvie Ducas, « Prix littéraires crées par les médias. Pour une nouvelle voie d’accès à la consécration littéraire », Réseaux, n°117, 2003, p. 47-83.

Christophe Evans, « "On s’débrouille". Enquête sur les usagers des sections jeunesse », La revue des livres pour enfants, n°204, 2002, p. 65-71.

Ludovic Gaussot, « Le jeu de l’enfant et la construction sociale de la réalité », Spirale, n°24, 2002, p. 39-51.

Aurélie Julie et Capucine Habib, « Les Incos de A à Z », Page, n°140, 2010, p. 84-85.

Suzanne Lallemand et Guy Le Moal, « Un petit sujet », Journal des africanistes, n°51, 1981, p. 5-21.

Edith Lecherbonnier, « Le livre jeunesse joue dans la cour des grands », INA Global [en ligne] http://www.inaglobal.fr/edition/article/le-livre-jeunesse-joue-dans-la-cour-des-grands-8955, mis en ligne le 4 mai 2016.

Gérard Lenclud, « Apprentissage culturel et nature humaine », Terrain, n°40, 2003, p. 5-20.

Gérard Mauger et Claude F. Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales, n°123, 1998, p. 3-24.

Ministère de l’Éducation nationale - Eduscol, « Pour une première culture littéraire à l'école maternelle » [en ligne] http://eduscol.education.fr/cid73204/selection-pour-une-premiere-culture-litteraire-a-l-ecole-maternelle.html, mis en ligne le 26 juillet 2016.

Sylvie Octobre, « Les 6-14 ans et les équipements scolaires : des pratiques encadrées à la construction des goûts », dans Olivier Donnat et Paul Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture : politiques publiques et équipements culturels, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 73-83 [CD-Rom].

Dominique Pasquier, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Ed. Autrement, coll. « Mutations », 2005.

Nathalie Prince, La littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, 2015.

Catherine Simon et Macha Séry, « Livre jeunesse : les raisons d’un succès fleurissant », Le Monde, 19 novembre 2014.

Régine Sirota, « L’enfance au regard des Sciences sociales », AnthropoChildren, n°1, 2012 [en ligne] http://popups.ulg.ac.be/AnthropoChildren/document.php?id=921.

-- « De l’indifférence sociologique à la difficile reconnaissance de l’effervescence culturelle d’une classe d’âge », dans Sylvie Octobre (dir.), Enfance & culture : transmission, appropriation et représentation, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Questions de culture », 2010, p. 19-38.

Bérénice Waty, « L’enfance de l’art (de lire). Pratiques et discours des 3-6 ans sur le livre », dans Cécile Boulaire, Claudine Hervouet, Matthieu Letourneux (dir.), L’avenir du livre pour la jeunesse, Paris, BnF, 2010, p. 45-63.

-- « De l’imaginaire en action : la culture pratiquée par les 3-6 ans », dans Sylvie Octobre (dir.), Enfance et culture : transmission, appropriation et représentation, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, coll « Questions de culture », 2010, p. 41-58.

-- « Quand des tout-petits parlent du livre : toute une histoire ! », Mémoires du livre/Studies in Book Culture, vol. 5, n°1, 2013 [en ligne] http://erudit.org/revue/memoires/2013-v5-n1-memoires0980/.

Haut de page

Notes

1 Suzanne Lallemand et Guy Le Moal, « Un petit sujet », Journal des africanistes, n°51, 1981, p. 20.

2 On pensera au « bébé-lecteur » des bibliothèques, aux accueils et visites spécifiques développés par les musées ou les monuments nationaux, ou encore à des activités sportives dédiées uniquement pour les plus jeunes (« bébé-nageurs »).

3 Sylvie Octobre, « Les 6-14 ans et les équipements scolaires : des pratiques encadrées à la construction des goûts », dans Olivier Donnat et Paul Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture : politiques publiques et équipements culturels, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 79 [CD-Rom]

4 Bérénice Waty, « De l’imaginaire en action : la culture pratiquée par les 3-6 ans », dans Sylvie Octobre (dir.), Enfance et culture : transmission, appropriation et représentation, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2010, p. 46.

5 Edith Lecherbonnier, « Le livre jeunesse joue dans la cour des grands », INA Global [en ligne] http://www.inaglobal.fr/edition/article/le-livre-jeunesse-joue-dans-la-cour-des-grands-8955, mis en ligne le 4 mai 2016

6 On pensera, entre autres, à l’exposition « Babar, Harry Potter et Compagnie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui » à la Bibliothèque nationale de France en 2008, ainsi qu’à l’exposition itinérante en France « Dans les coulisses de l’album. 50 ans d’illustrations pour la jeunesse (1965-2015) » organisée par le CRILJ, ou encore la rétrospective « Une histoire, encore ! 50 ans de création à l’École des loisirs » au musée des Arts décoratifs de Paris en 2015-2016.

7 Pour exemple, on mesurera la progression de plusieurs critères chiffrés concernant le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, attestant de cette visibilité accrue : en 1984, cette rencontre attirait 50 éditeurs qui présentaient 2000 nouveautés ; en 2014, on retrouve 450 maisons d’édition avec 6000 œuvres de création ou adaptées de l’étranger. Et de citer les promoteurs de cette manifestation : « 175 000 visiteurs ! Avec une hausse de fréquentation de 26% par rapport à 2015 et de 10 % par rapport à 2014 (soit 15 000 visiteurs supplémentaires), l’édition 2016 du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis s’est achevée sur un très beau succès » (site web du Salon, en ligne : http://slpj.fr/175-000-visiteurs/).

8 Voir la base des prix littéraires proposée sur le site web du CNLJ-La joie par les livres : http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/15_bib_num/151_ressources_docs/ressources_docs_prix.htm

9 Ministère de l’Éducation nationale - Eduscol, « Pour une première culture littéraire à l'école maternelle » [en ligne] http://eduscol.education.fr/cid73204/selection-pour-une-premiere-culture-litteraire-a-l-ecole-maternelle.html, mis en ligne le 26 juillet 2016.

10 Ibid.

11 On pourra penser à une étude relayant de nombreux éléments plaidant en ce sens : Corinne Abensour et Bertrand Legendre, Publics et acteurs du livre de jeunesse. Regards croisés, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. « La numérique », 2016.

12 Nathalie Prince, La littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, 2015, p. 185.

13 Edith Lecherbonnier, op.cit.

14 Cécile Boulaire, Les Petits Livres d’Or. Des albums pour enfants dans la France de la Guerre Froide, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », 2016, p. 231.

15 Nic Diament, « Mais que lisent-ils vraiment ? Best-sellers et lectures réelles des enfants et des adolescents », dans Olivier Piffault (dir.), Babar, Harry Potter & Cie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, Paris, BnF, 2008, p. 258.

16 Répartis entre 15 filles et 12 garçons, âgés entre 4 et 5 ans.

17 Sylvie Ducas, « Prix littéraires crées par les médias. Pour une nouvelle voie d’accès à la consécration littéraire », Réseaux (117), 2003, p. 55.

18 Ibid., p. 74.

19 Sans exclusion, les bibliothèques, centres de loisirs, librairies rejoignent les écoles, collèges et lycées : « En 2009-2010, près de 4 700 structures ont permis à 223 309 jeunes lecteurs de lire et de voter », dans Aurélie Julie et Capucine Habib, « Les Incos de A à Z », Page, n°140, 2010

20 Ibid.

21 Voir sur le site web de l’association : http://www.lesincos.com/home.html

22 Ibid.

23 Actuellement, les organisateurs du Prix proposent de devenir jurés à des scolaires dans des écoles, collèges ou lycées mais aussi en s’adressant aux familles directement.

24 Ludovic Gaussot, « Le jeu de l’enfant et la construction sociale de la réalité », Spirale, n°24, 2002, p. 41.

25 Propos de l’une des responsables du Prix du livre France Inter. Cité par Sylvie Ducas, op. cit.

26 William Corsaro et Donna Eder parlent eux de « entre-enfants » : ils développent l’idée d’une culture enfantine, d’une culture de pairs, comme « un ensemble d’activités ou d’occupations habituelles, de valeurs, artefacts et de relations que les enfants produisent et partagent pendant leurs interactions entre pairs ».

27 Terme générique employé par la communauté des participants et utilisé par les promoteurs de la manifestation.

28 Les titres sélectionnés étaient tous édités en 2006 : Lilou et la chasse aux monstres (Philip Waechter, Bernard Friot, Éditions Milan jeunesse), Petit dernier (Didier Levy, Frédéric Benaglia, Éditions Sarbacane), Quatre points et demi (Seok-Jung Yun, Young-Kyung Lee, Albin Michel jeunesse), Mon lion (Mandana Sadat, Édiitons  Picquier), Pomélo se demande (Ramona Badescu, Benjamin Chaud, Éditions Autrement jeunesse).

29 Dans ces quatre exemples, il s’est agi de relater les propos des tout-petits ; ces échanges ont été observés et consignés durant toute la durée de mon terrain.

30 Gérard Mauger et Claude F. Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales, n°123, 1998, p. 3.

31 « C’est dur à lire quand il n’y a pas de mot, faut les inventer » dira un garçon ; une fillette indiquera que « juste avec les images, ben tu dois refaire toute l’histoire : c’est pas simple mais c’est rigolo ».

32 Respectivement 15 cm x 20 cm et 16 cm x 27 cm.

33 Idée défendue par Cécile Boulaire dans « Comment définir un livre pour la jeunesse aujourd’hui ? Essai de typologie, du livre au non-livre », dans Cécile Boulaire, Claudine Hervouët et Matthieu Letourneux (dir.), L’Avenir du livre pour la jeunesse, Paris, BnF-CNLJ-La Joie par les livres, 2010, p. 20-21.

34 Catherine Tauveron, « La lecture comme jeu, à l’école aussi », dans La Lecture et la culture littéraire au cycle des approfondissements, 2002, p. 26. [en ligne] http://eduscol.education.fr/cid46316/la-lecture-comme-jeu-1-a-l-ecole-aussi.html

35 Bérénice Waty, op. cit., p. 49.

36 Emprunt à la page web d’accueil de l’association des Incorruptibles.

37 Barbara Rogoff, Apprenticeship in thinking. Cognitive development in social context, Oxford, Oxford University Press, 1990.

38 Martine Burgos, « Le parcours du jeune lecteur dans la bibliothèque : médiations et obstacles », Lecture-Jeune, n°116, 2005, p. 45.

39 Gérard Lenclud, « Apprentissage culturel et nature humaine », Terrain, n°40, 2003, p. 6.

40 Ibid., p. 11-12.

41 Sylvie Ducas, op. cit., p. 77

42 Certes, il y a un isoloir, mais très sommaire par rapport à ceux des bureaux électoraux des adultes : « Mais quand je vote avec maman, il y a toujours une cabane pour pas qu’on voit, avec un rideau, là, il n’y a rien pour s’enfermer […] c’est pas trop secret ».

43 Même si la sélection initiale des cinq albums en lice est le fruit de choix d’adultes investis dans la médiation du livre. Selon les organisateurs, les comités de sélection sont constitués d’enseignants, bibliothécaires, libraires, des « professionnels du livre et de la jeunesse ».

44 Corinne Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation », Mémoires du livre, n°2, 2010, p. 6 [en ligne] http://id.erudit.org/iderudit/044213ar, DOI 10.7202/044213ar

45 Martine Burgos et  Poulain, « Le jury du prix du Livre Inter. Portraits de lecteurs », BBF, n°43, 1998, p. 83.

46 Les deux expressions sont empruntées aux élèves.

47 Nathalie Prince, « Qu’est-ce qu’un bon livre, pour un tout-petit qui ne sait pas lire ? », Bibliobs, 30 novembre 2016.

48 Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, « L’Invention du quotidien : une lecture, des usages », Le Débat, n°49, p. 99.

49 Corine Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, des outils de médiation », Lecture-Jeune, n°147, 2013. [en ligne] http://www.lecturejeunesse.org/articles/les-prix-litteraires-pour-la-jeunesse-des-outils-de-mediation-2/

50 Pour rappel, dans les années militantes du développement de la bibliothèque publique à destination de la jeunesse (1960-1980), le leitmotiv était « On n’est jamais trop petit pour lire ». On pensera aussi à Agnès Desarthe et son ouvrage Comment j’ai appris à lire (Paris, Stock, 2013) où elle relate que si elle a appris très jeune à lire, elle n’en éprouvait pas moins un rejet des livres, auxquels elle pensait ne rien comprendre.

51 On pensera à Régine Sirota pour qui « l’enfant est à la fois non seulement produit mais aussi producteur de son expérience sociale » ; voir Régine Sirota, « De l’indifférence sociologique à la difficile reconnaissance de l’effervescence culturelle d’une classe d’âge », dans Sylvie Octobre (dir.) Enfance & culture : transmission, appropriation et représentation, Paris, Ministère de la Culture, 2010, p. 19-38.

52 Jean-Yves Tadié présentant une nouvelle édition de l’ouvrage d’Albert Thibaudet, La Poésie de Stéphane Mallarmé, Paris, Gallimard, 1912.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Waty, « Des maternelles jurés au Prix des Incorruptibles : une critique littéraire en herbe ? », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1740 ; DOI : 10.4000/strenae.1740

Haut de page

Auteur

Bérénice Waty

Université Paris 13

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org