Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Twilight : une critique en clair-obscur

Alice Brière-Hacquet

Résumé

Deux phénomènes éditoriaux ont imposé en ce début de millénaire le concept de littérature « jeune adulte » : Harry Potter de J.K. Rowling et Twilight de Stephenie Meyer. Leur fond, mêlant magie et quotidien, comme leur forme, transmédiatique notamment, se ressemblent, et pourtant… Leur sort est bien différent ! Car si la première série a réussi à transformer l’essai populaire en succès critique, la seconde reste largement méprisée. Pourquoi ? D’où vient donc la gêne sur cette saga-là ? Les arguments avancés sont d’ordre esthétique (l’auteure ne sait pas écrire), générique (elle trahit la figure du vampire) ou idéologique (avec une vision de la femme problématique), mais chacun révèle en réalité des mécanismes complexes de reconnaissance, questionnant le rapport de la société aux romans de genre, à ses lecteurs, et surtout, à ses lectrices.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

années 2000
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quatre tomes parus chez Little, Brown and Co sous les titres Twilight en 2005, New Moon en 2006, Ec (...)

1La saga de Stephenie Meyer1 a suscité bien des commentaires : tout le monde a un avis sur les aventures sentimentales de la jeune Bella et de son vampire, tout le monde sauf les universitaires. À l’exception notable d’Isabelle-Rachel Casta, nul chercheur en France ne s’est véritablement penché sur ce qu’on a pourtant appelé le phénomène Twilight. Moi-même, je n’en suis pas spécialiste. Mes recherches portent d’ordinaire sur les réécritures de Perrault en contexte moderne. Je suis tombée « par hasard » sur cette saga avec presque dix ans de retard. Les livres, achetés dans l’espoir de convertir ma fille à la lecture, n’avaient jamais été ouverts et partageaient avec leurs voisins d’étagères plus prestigieux l’étrange caractéristique des classiques : de ces livres que l’on connaît même sans les avoir lus. Ou que l’on croit connaître. Car un jour de désœuvrement littéraire, j’attrape le premier tome, je l’ouvre et je me trouve happée. En refermant le quatrième tome, quelques jours et quelques nuits plus tard, je me suis demandée pourquoi j’avais eu tant de réticences à les lire. Mes a priori sur la série étaient extrêmement négatifs, en phase avec un discours diffus s’appuyant sur trois présupposés : l’un esthétique (l’auteure ne sait pas écrire), le second générique (elle trahit le mythe du vampire), et enfin idéologique (elle transmet une vision rétrograde de la femme). Un consensus critique pourtant paradoxal au regard des millions de lecteurs découvrant avec Stephenie Meyer le plaisir de lire... Paradoxal aussi, car d’un point de vue purement formel, le principe d’écriture ne diffère finalement guère de mes recherches habituelles. Il s’agit de réinvestir un personnage de la tradition littéraire en le projetant dans un univers contemporain… Le Petit Chaperon rouge en voit de toutes les couleurs sans que personne n’y trouve à redire, alors pourquoi pas un vampire ? Nous essayerons de comprendre cet « antitwilightisme » en suivant les trois fonctions de la critique. Juger d’abord, et nous irons voir comment se construit le discours négatif dans les commentaires de lecteurs. Classer ensuite, et nous regarderons comment l’hostilité s’articule à la question des genres littéraires et des littératures de genre. Expliquer enfin, ou du moins essayer, les crispations suscitées par les représentations de la femme.

Lecture coupable

  • 2 Twilight, chapitre I : Fascination, réalisé par Catherine Hardwicke (2008), suivi de Twilight, chap (...)

2Choisir l’angle de l’impopularité de Twilight peut surprendre. Avec ses 155 millions d’exemplaires vendus dans le monde, 6 millions pour la France, la saga de Stephenie Meyer a, comme on dit, rencontré son public. Pourtant, contrairement à son prédécesseur Harry Potter (1997-2007) ou même à son successeur Hunger Games (2008-2010), la saga Twilight n’a pas réussi à transformer l’essai du succès commercial en succès critique, et reste au rang d’œuvre de second ordre. Tiré en premier tome à 8000 exemplaires en 2005, sur un coup de cœur de Cécile Térouanne à qui venait d’être confiée la mission de créer un catalogue ado chez Hachette, le livre sort en même temps que la version américaine et ne bénéficie d’aucun plan marketing particulier. Il doit ses premiers succès au bouche-à-oreille, ou plutôt au clic-à-l’écran, tant avec Twilight s’invente une nouvelle façon de partager ses lectures, faite de forums, de blogs et de fanfictions. C’est à partir de 2008, quand le succès emporte les États-Unis que l’éditrice sort la grande artillerie et c’est en France, aussi, le début du « phénomène Twilight ». Le film2 (novembre 2008 aux USA, janvier 2009 en France) propulse la saga dans le grand public, et déplace la cible : nous ne sommes plus dans une production Young Adult mais dans du familial, l’histoire est simplifiée, lissée, ramenée au couple charismatique que forment Kristen Stewart et Robert Pattinson. Une vision qui réoriente l’horizon d’attente du livre.

  • 3 3 commentaires en 2005, 13 en 2006, 14 en 2007, 22 en 2008, 159 en 2009, on redescend à 38 en 2010.
  • 4 Commentaires sur Amazon datant respectivement du 25/02/2009, du 19/06/2009, et du 9/08/2015.

3Les critiques publiées sur le site de vente Amazon retracent le cheminement de cette saga. L’ensemble des notes attribuées par les lecteurs est, comme souvent, très positif avec une moyenne de 4,4 étoiles sur 5. Chronologiquement cependant, les avis sont plus ou moins nuancés selon les années. De 2006 à 2007, les avis sont unanimement enthousiastes, en 2008 apparaissent les premiers « déçus », en 2009 les commentaires explosent3 et les lecteurs qui ont apprécié commencent à s’en excuser. C’est toujours le cas aujourd’hui. Juste trois exemples parmi des dizaines d’autres : « Longtemps j’ai fui cette saga » nous dit Jo Ann avec des accents proustiens, « C’est vrai qu’au début j’ai été assez sceptique » écrit Katy, et « pourtant je ne suis pas adepte des vampires » se défend Sandrine4 . Il y a même régulièrement des confessions justifiant comment on est arrivé en possession dudit livre : je ne savais pas, on me l’a offert, je l’ai acheté pour ma fille… exactement comme je l’ai fait moi-même en introduction.

  • 5 http://www.babelio.com
  • 6 Pour les premiers tomes, à la date du 9/10/2015 : Harry Potter à l’école des sorciers passe d’une n (...)
  • 7 Commentaires sur Babelio datant respectivement du 7/05/2009, du 15/01/2009, et du 28/02/2013.
  • 8 Commentaire sur Babelio datant du 28/05/2013 et du 29/09/2012.

4Mais Amazon est avant tout une plateforme de vente, de sorte que se mêlent aux avis de lecteurs des commentaires d’acheteurs, sur les délais de livraison par exemple. Babelio5, en revanche, est un site qui se définit sur sa page d’accueil comme « un réseau social dédié aux livres et aux lecteurs ». Le site s’appuie sur Amazon pour sa base de données mais se déclare par ailleurs indépendant, notamment pour les critiques qui sont du ressort de ses quelques 210 000 membres. Spécifiquement centré sur la passion de la lecture, Babelio rassemble un public plus concerné et exige que chaque avis, négatif ou positif, soit argumenté. Le nombre d’étoiles attribué à Fascination, premier tome de la série Twilight, y est moins écrasant que sur Amazon, mais néanmoins largement positif avec une moyenne 3,79/5 sur 5429 notes. Pourtant, dans la première page des critiques, celles qui ont été plébiscitées par les lecteurs de Babelio eux-mêmes (avec un système de petits pouces), on a : une critique positive (fort intéressante, nous y reviendrons), trois critiques négatives, une autre positive, et encore trois négatives… De sorte que sur la page d’accueil où sont rassemblées les dix critiques les plus recommandées, on obtient une moyenne de 2,2 étoiles sur 5. Un écart énorme en regard d’Harry Potter ou Hunger Games qui gagnent ou perdent quelques dixièmes, jamais un point6. Il existe donc un décalage conséquent entre le ressenti des lecteurs, qui ont globalement apprécié le livre, et le poids donné aux critiques négatives. Le plaisir de lecture de Twilight est un plaisir qui s’affiche peu et que l’on prend soin de nuancer : « ce n’est pas de la grande littérature » affirme Hugo qui a pourtant mis 5 étoiles, « le style n’est pas forcément mirifique » précise Alwenn, 5 étoiles aussi. Melillov met 2 étoiles parce qu’elle a aimé quand elle avait 14 ans, mais elle précise : « Heureusement, mon esprit est guérit [sic] maintenant7 ». Ceux qui ont mis « une étoile » en revanche, sont plus catégoriques. Pour Isajulia « Le roman est fade, le concept déjà-vu et les personnages gnangnan ». Pour Gwen21 c’est « le TRUC le plus mal écrit et le plus inintéressant que j'ai jamais essayé de lire8 ».

  • 9 « hate or dislike of a text can be just as powerful as can a strong and admiring, affective relatio (...)
  • 10 Jacqueline M. Pinkowitz, « “The rabid fans that take Twilight much too seriously”: The construction (...)

5Il existe en réalité un vaste panel de détracteurs de Twilight, du simple aveu d’un plaisir un peu honteux jusqu’aux brûleurs de livres, véritable phénomène sur YouTube où la saga est l’objet de « Book Burning Party ». Des mouvements d’anti-fans se développent de manière parallèle à ceux des fans, si bien que l’on oppose dans le monde anglo-saxon les « Twi-hard » (ceux qui adorent Twilight) aux « Twi-haters » (ceux qui détestent). Ces Twi-haters se sont organisés en communauté, y compris en France, avec par exemple la page Facebook Comité Contre Twilight, ou une multitude de blogs Skyrock : Beurktwilight, Antii-twilight, Twilight-pue, Robert-va-te-laver… Comme les fans, ces anti-fans ont lu les quatre livres et encouragent à les lire « pour rire », ils ont vu tous les films, connaissent l’actualité people de l’auteure et des acteurs, créent, à leur manière, du matériel de promotion et participent à la circulation de la saga sur le net. Jonathan Gray, spécialiste des non-fans et des anti-fans, souligne que « la haine ou l’aversion pour un texte peuvent être tout aussi puissants qu’une relation solide d’admiration et d’affection pour un texte, et [les anti-fans] peuvent produire autant d’activité, d’identification, de sens, et d’« effets » ou servir aussi puissamment à unir ou soutenir une communauté ou une sous-culture9 », et en effet les anti-fans, de la même manière que les fans, construisent leur identité à partir du livre. Jacqueline Pinkowitz s’est intéressée au forum américain de l’Anti-Twilight Movement (ATM10) et à la construction de son ethos. Il s’agit dans un premier temps de construire un contre-modèle du « rabid fan », un « fan enragé » ignorant et gouverné par son émotivité, puis de greffer dessus son propre discours, en privilégiant le régime de l’ironie qui permet de maintenir l’émotion à distance et de se positionner sur le terrain de la raison. Le groupe utilise également les outils de l’institution scolaire, lorsqu’ils commentent l’orthographe des fans, ou quand ils font appel à des figures d’autorité comme leurs professeurs ou des auteurs davantage légitimés, tel Stephen King. L’ethos de la communauté cherche ainsi à s’articuler à la culture dominante, se revendiquant même à son service avec l’annonce de cette profession de foi en page d’accueil : « We're here to protect the name of literature », « Nous sommes ici pour protéger le nom de la littérature. »

6Le site a beau par ailleurs multiplier les déclarations de tolérance, affirmer que les gens ayant apprécié Twilight sont les bienvenus, le rapport de pouvoir est biaisé et les fans qui viennent doivent d’abord faire acte d’allégeance en reconnaissant que l’ouvrage est de piètre qualité. Exactement comme dans les commentaires de lecteurs sur Babelio. La légitimité d’un livre est ainsi confisquée avec les outils de l’institution, pour construire un système de hiérarchie littéraire qui représente en réalité une hiérarchie culturelle. Car l’enjeu, finalement, est celui d’un positionnement institutionnel vis-à-vis d’une œuvre populaire, au double sens du terme.

Mauvais genre

  • 11 Matthieu Letourneux, « La nouvelle jeunesse de la littérature populaire », propos recueillis par Ma (...)
  • 12 Ibid., p. 107.
  • 13 Sylvie Octobre, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc d (...)
  • 14 Ibid., p. 113.

7Récemment dans La Revue des livres pour enfants, Matthieu Letourneux retraçait les rapports mouvants entre littérature pour adolescents, littérature de genre et institution11. Il rappelle dans un premier temps que la littérature pour adolescents n’est pas un phénomène nouveau, mais qu’« il a toujours existé des types de collections et d’œuvres qui étaient consommés par les jeunes adultes12 ». Il s’agit des romans de genre (aventure, fantasy, SF…), qui par leur caractère initiatique permettent de combler « un besoin littéraire ». En 1970, un marché éditorial se développe pour répondre aux besoins de l’école qui reconnaît peu à peu la littérature jeunesse, mais privilégie une littérature « plus intimiste, miroir, qui cherche à évoquer la société : elle correspond bien au discours de l’Éducation nationale et à la représentation du discours sur la jeunesse ». Aujourd’hui, le rapport à la culture a changé. Dans un rapport datant de 2008, Sylvie Octobre note que « [l]es loisirs des jeunes générations sont caractérisés par une désinstitutionnalisation, un désencadrement relatif et une individualisation croissante13. » À la légitimité verticale des pères se substitue l’horizon des pairs mis en réseau sur internet. Les éditeurs accompagnent et alimentent la tendance, d’un point de vue marketing, lorsque Hachette commence à collaborer avec les blogueurs et envoie une fan de Twilight à New York, mais aussi dans la production en développant des collections moins pédagogiques en marge des attentes de l’Éducation nationale. On assiste ainsi, sous couvert de Young Adult, à un retour du genre sur la scène des pratiques culturelles de masse. Mais l’institution tente de résister, et d’autant plus fortement ici que, comme Matthieu Letourneux le rappelle : « L’imaginaire du grand écrivain s’est très largement construit en France contre la littérature populaire14 ». L’antitwilightisme pourrait donc s’inscrire dans ces résistances de la culture légitime, ce que l’ATM caricaturait en affirmant agir « au nom de la littérature ».

  • 15 John Green, The Fault in Our Stars, New York, Dutton Books, 2012.
  • 16 Laurell K. Hamilton, Anita Blake: Vampire Hunter, 24 tomes, New York City, Ace Books, 1993-2015.
  • 17 Jenna Black, Morgan Kingsley Series, New York City, Dell Publishing, 2007-2010.
  • 18 Charlaine Harris, The Southern Vampire Mysteries, 13 tomes, New York City, Ace Books et Berkley Boo (...)
  • 19 « Bit-Lit, plus qu'un genre, un phénomène », conférence-débat au Salon du Livre de Paris, Grande sc (...)

8En réalité, l’institution ouvre doucement ses portes à la littérature Young Adult. La série des Harry Potter fait aujourd’hui largement consensus et est même en voie de canonisation sous le statut de chef-d’œuvre. On reconnaît un intérêt réflexif aux dystopies, Hunger Games fait même partie de la liste des 50 livres qui comptent établie par le CNLJ en 2015, la sick-lit mise sous les projecteurs avec Nos étoiles contraires15 a le mérite de s’attaquer à des sujets difficiles… Chaque gros succès commercial creuse une nouvelle niche dans les rayons ados, instaure un sous-genre, et dévoile ainsi la diversité d’une littérature qui ne se définit somme toute que par l’âge de son public, et encore. Mais la série Twilight, une nouvelle fois, dérange, on ne sait où la ranger. Le public français l’associe à l’émergence de la bit-lit, expression formée sur chick-lit, la littérature de fille, avec du bit, de l’anglais bite « mordre », dedans. Mais il s’agit d’une association que les fans de bit-lit refusent, rappelant que ce genre ne s’adresse pas à un public jeunesse : Anita Blake16 est adepte des partouzes, Morgane Kingsley17 s’adonne au SM, tandis que dans La Communauté du Sud18 le sang de vampire est un puissant aphrodisiaque. Le bit-lit flirte avec le pornographique. Surtout les protagonistes de la bit-lit sont des femmes actives, qui savent se battre et prennent leur vie en main. Ces personnages accompagnent et complètent le modèle qui s’est imposé dans la chick-lit de la trentenaire hyper active. C’est un renversement de tendance par rapport aux modèles féminins généralement véhiculés dans la littérature de genre, une opposition, même, selon Marjolaine Boutet pour qui « [l]a bit-lit s'inscrit dans une réaction à la littérature façon Harlequin et à la littérature de vampires plus traditionnelle (façon Stoker) où la femme se montre passive. Plus de gentilles filles19 ! ». Bella, elle, reste profondément attachée au personnage de la « gentille fille » et réactualise à plein régime le complexe de Cendrillon. C’est sans doute ce qui est le plus reproché à cette série, et ses détracteurs soulignent à quel point sa passivité ne cadre plus avec les nouveaux modèles féminins, y compris en Jeunesse où s’imposent aujourd’hui d’énergiques figures comme Hermione Granger ou Katniss Everdeen.

  • 20 « processus d’inscription d’un énoncé dans un ou plusieurs genres de discours pratiqués dans une co (...)
  • 21 Anne Rice, Interview with the Vampire, New York, Knopf, 1976.

9En réalité, il y a bel et bien confusion des genres. Bella n’est pas un personnage de bit-lit mais un personnage de roman sentimental, plus spécifiquement de romance paranormale, et se situe donc dans la continuité et non en rupture du roman de type Harlequin. La saga Twilight, au moins dans ses trois premiers tomes, suit la logique du roman sentimental, accompagnant une héroïne du premier regard jusqu’au mariage et axant l’enjeu de la narration sur la réussite du couple davantage que sur la personnalité de la protagoniste. Cette filiation générique explique en partie les reproches concernant le traitement du mythe du vampire. Historiquement, le vampire est un personnage extrêmement malléable et chaque auteur qui se l’approprie redéfinit le mythe à partir de mythèmes (sang, soleil, religion, etc.). Stephenie Meyer fait la même chose, mais la véritable reconfiguration est ici générique, elle touche à la généricité20 du vampire. Le processus s’inscrit dans la mutation entamée par Anne Rice dans son Entretien avec un vampire21 qui renvoyait la figure du monstre vers celle de l’humain. Une tendance reprise par le cinéma : Francis Coppola en 1992 met le spectateur en empathie avec le démon de Bram Stocker, tandis qu’en 1994 Tom Cruise et Brad Pitt incarnent à l’écran Lestat et Louis. La figure du vampire masculin récupère ainsi une sensualité qui était à l’origine l’apanage des vampires femmes, celles de Goethe (La Fiancée de Corinthe, 1797), Théophile Gautier (La Morte amoureuse, 1836) ou Le Fanu (Carmilla, 1872). Cette évolution vers la figure sensuelle du vampire et le danger qu’il incarne viennent se poser dans les années quatre-vingt-dix sur l’angoisse nouvelle du sida, et le vampire devient la métaphore du marginal, condamné à la solitude éternelle par sa différence.

10C’est donc un personnage fort que récupère au début du xxie siècle Stephenie Meyer, et les vampirophiles ne lui pardonnent pas de le faire tomber dans le sous-genre discrédité par excellence qu’est le roman sentimental. Mais la véritable question serait alors de savoir pourquoi la romance est un genre si mal vu… La littérature de genre, comme celle de jeunesse, a gagné en légitimité ces dernières années et les fans de SF ou de policiers ont leurs salons, leurs prix, ou même simplement leurs espaces dédiés dans les bibliothèques. Mais le roman sentimental, lui, reste encore largement invisible en France, car s’il est possible de faire de la place à la littérature populaire, la littérature populaire et féminine reste problématique.

Un genre mal genré

11Twilight, à l’instar du roman sentimental, supporte les doubles stigmates d’une lecture populaire et féminine. Bruno Péquignot, pourtant, notait déjà en 1991 à quel point les représentations des lectrices de romans sentimentaux étaient fausses et condescendantes, pointant dans ce décalage une construction idéologique au sens althusserien du terme. Émotive, vulnérable, intellectuellement immature, la femme et a fortiori la jeune fille, ne sont pas considérées comme des consommatrices d’art crédibles. Les critiques usant du terme « adolescente » le font toujours de manière dépréciative, pour désigner un public peu exigeant, évoquant et confortant en même temps un vrai problème d’image autour de la jeune fille. L’analyse mériterait d’ailleurs de s’élargir au vocabulaire de la littérature féminine actuelle en général, avec les termes « chick-lit », littéralement, de la littérature pour « poulettes » ou encore le tout récent phénomène du « mom-porn » qui sonne comme un oxymore comique tant le désir féminin et la maternité semblent incompatibles. Dans son article sur l’Anti-Twilight Movement, Jacqueline Pinkowitz pointait la façon dont les discours des anti-fans les plus excessifs s’appuient volontiers sur des propos homophobes. Et même, sans aller jusqu’à l’insulte, la très mesurée critique d’Hugo sur Babelio, celle qui a récolté le plus de « petits pouces » de la communauté, ouvre sur : « Pourquoi lutter, il y a bien une part de féminité en moi, quel désastre, moi qui croyais être un mec, un vrai ». Le positionnement du lecteur, qui se veut d’un humour bienveillant (quoique légèrement condescendant) se durcit dans les commentaires :

finitysend : Donc tu es tombé amoureux du vampire ?

Hugo : lé fou lui, je suis pas un PD…

  • 22 Commentaire initial datant du 7/05/09, réponses des 25/11/13 et 27/11/13.

rooooooooooooo non mais vraiment...22

  • 23 Commentaire du 22/01/2009.
  • 24 Commentaire du 19/04/2009.
  • 25 Commentaire du 7/07/2009.
  • 26 Psycho et Sexo, novembre 2009.

12Aimer Twilight, pour un garçon, c’est mettre en jeu son identité sexuelle. Finalement, ce qui fait débat dans la réception de cette saga, c’est moins la passivité de Bella que celle supposée de son public, les femmes, toujours suspectes de bovarysme. Un discours pathologique se développe autour du phénomène. Le Figaro parle de « la folie Twilight » à laquelle la France « n’a pas échappé » avec ses « adolescentes surexcitées23 ». Le Journal du dimanche parle de « frissonner pour Twilight24 », Le Midi Libre évoque « les accros de la série25 » et Psycho et Sexo, les « émotions pouvant aller jusqu’aux larmes26 ». Un discours physiologique qui brode autour du thème de l’hystérie, et qui contribue à une vision négative du fandom féminin.

  • 27 Étude « Le lecteur jeune adulte », menée du 11 au 20 mai 2011 sur le site Babelio.
  • 28 Sylvie Octobre, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc d (...)
  • 29 Henry Jenkins, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, London, Routledge, 1992

13Une image d’autant plus dérangeante que la plupart des lecteurs sont en réalité des lectrices, cela est en tout cas très clair chez les membres de Babelio qui chiffre son pourcentage de lectrices à 80,5%, et même à 89% en littérature jeune adulte27. Sylvie Octobre y voit d’ailleurs la cause d’une féminisation de l’offre éditoriale, parallèle à une masculinisation du jeu vidéo, des univers a priori mixtes qui tendent à se différencier28. Mais dans les deux cas, la pathologisation va à l’encontre des études sur les phénomènes fans. Les travaux de Henry Jenkins29 notamment ont depuis longtemps montré, à partir du concept de braconnage culturel développé par Michel de Certeau, comment les fandoms naissaient de stratégies de résistances vis-à-vis des offres culturelles, commerciales ou institutionnelles. Une résistance qui influence également l’auteure quand, à l’occasion du dixième anniversaire de la série en 2015, Stephenie Meyer a proposé À la vie, à la mort, un nouveau roman sur le principe du swap-gender, une pratique de fanfiction consistant à échanger les genres : Beau l’humain aime Edith la vampire. L’auteure dit vouloir ainsi réfuter l’image de demoiselle en détresse de Bella et prouver que son histoire d’amour transcende les genres… La démonstration ne fonctionne guère, mais le principe est intéressant justement en tant que révélateur des mécanismes sexistes effectivement en jeu dans le récit. En parallèle, les fans continuent de réclamer Midnight Sun, l’histoire racontée du point de vue d’Edward que l’auteure a cessé d’écrire suite à des fuites sur internet. Variation de genres intradiégiétique ou extradiégétique, l’aventure éditoriale Twilight apparaît comme un laboratoire, à la fois réservoir et chambre d’écho des pratiques de fanfictions. Ainsi, si des personnages comme Hermione ou Katniss, contribuent à redistribuer des attributs traditionnellement associés au masculin, la figure de Bella, elle, interroge les stéréotypes de la féminité.

  • 30 Isabelle Casta, « Le vampire et la jeune fille, ou comment grandir à l’ombre de Twilight… », Raison (...)
  • 31 Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, Seuil, 1977, p. 209.
  • 32 Isabelle Casta, « Le vampire et la jeune fille, ou comment grandir à l’ombre de Twilight… », op. ci (...)

14Trois points sont notamment thématisés et placés au cœur de l’intrigue : le désir, le mariage et l’enfantement. Le désir est clairement (et continuellement) explicité par le personnage de Bella et mis à distance par Edward. Dans un second temps, c’est Edward qui réclame le mariage et Bella qui refuse. Stephenie Meyer thématise les attentes des deux protagonistes dans une opposition de générations : Bella refuse de suivre l’exemple de sa mère, mariée à 18 ans, tandis qu’Edward, né en 1901, se pose comme le représentant d’une autre époque. Le dialogue met ainsi en scène une mutation sociétale, un conflit qui aurait eu lieu dans la génération des parents de Bella, eux-mêmes présentés comme des contre-modèles, mariés très jeunes, divorcés presque aussi vite. Sans doute, la foi de l’auteure, qui est mormone, participe à cette vision du couple, mais c’est encore une fois moins le texte en lui-même que les réactions qu’il suscite qui nous intéressent et cette cristallisation autour du mariage est particulièrement signifiante. Isabelle Casta dans son article intitulé « Le vampire et la jeune fille, ou comment grandir à l’ombre de Twilight30… » rappelle comment le mythe du vampire passe d’une figure de la transgression des tabous à celle d’une figure capable de porter une éducation sentimentale dans une société désorientée, un monde désenchanté. Un monde renversé que dénonçait déjà Barthes en 1977 où « ce n’est plus le sexuel qui est indécent, c’est le sentimental – censuré au nom de ce qui n’est, au fond, qu’une autre morale31 ». C’est sur cette génération de transition que s’élève la saga de Stephenie Meyer, par un retour aux principes de la littérature courtoise où amour, mort et éternité s’incarnent dans la figure moderne du vampire. La série vient ainsi combler, selon Isabelle Casta, un besoin de transcendance (plus que de religiosité) permettant de répondre à « l’absence de romantisme de notre société » et aux « demandes adolescentes concernant l’affectif, le pulsionnel32 ». Des demandes qui débordent d’ailleurs des cases d’âge puisque :

  • 33 Ibid., p. 373-374.

c’est aussi au niveau du lectorat que survient un petit miracle ; au-delà du cœur de cible originel, les 12-18 ans, s’opère une « union sacrée » des femmes qui, faisant fi des attentes segmentantes de l’édition, adoptent la saga comme un signe de reconnaissance, toutes classes et tous âges confondus. […] avec la certitude délicieuse de participer à une passation de féminité, à la fois sérieuse et légère33.

  • 34 Le Journal du Dimanche, 3 mars 2009
  • 35 « Fascination », rubrique « Nouveautés. Romans », La Revue des livres pour enfants, n°226, février  (...)

15Ce sentiment se confirme dans les commentaires de lecteurs… Pascale, prof, 44 ans, évoque dans Le Journal du Dimanche34 sa relation avec sa fille : « Twilight est devenu un de nos sujets de conversation récurrents : quand elle m’a dit qu’elle préférait Jacob à Edward, qu’elle trouve trop paternel et vieux jeu, je me suis dit que ma fille était émancipée, cela m’a rassurée ». La saga de Stephenie Meyer s’offre finalement comme un espace privilégié de définition de sa propre féminité, à travers des questions aussi apparemment futiles que « Team Edward ou Team Jacob » ? Ou encore « Team Tyler », le garçon qui manque d’écraser Bella au tout début du premier tome… Ou bien sûr les mille et une autres configurations proposées par les fanfictions… À la sortie du premier tome, Françoise Ballanger écrivait dans La Revue des livres pour enfants : « Une intrigue à rebondissements, certes grandguignolesque, mais qui installe un vrai suspense35 ». Guignol est l’équivalent ici du carnaval bakhtinien : d’un modèle extrêmement traditionnel, les lecteurs ont fait un phénomène éminemment pluriel.

Conclusion

16Pour finir, j’aimerais convoquer un autre vampire, celui que propose Michel Tournier, ce grand auteur récemment disparu, laissant derrière lui une auréole de gloire, et qui pourtant rappelait très humblement son statut d’artisan. Un livre, affirmait-il, n’est qu’un vampire de papier… Il développe la métaphore dans son recueil de notes de lecture Le Vol du vampire :

  • 36 Michel Tournier, Le Vol du vampire, Notes de lecture, Paris, Mercure de France, 1981, p. 10-11.

La fameuse tour d’ivoire de l’écrivain est en vérité une tour de lancement. On en revient toujours au lecteur, comme à l’indispensable collaborateur de l’écrivain. Un livre n’a pas un auteur, mais un nombre indéfini d’auteurs. Car à celui qui l’a écrit s’ajoutent de plein droit dans l’acte créateur l’ensemble de ceux qui l’ont lu, le lisent ou le liront. […] L’écrivain le sait, et lorsqu’il publie un livre, il lâche dans la foule anonyme des hommes et des femmes une nuée d’oiseaux de papier, des vampires secs, assoiffés de sang, qui se répandent au hasard en quête de lecteurs. À peine un livre s’est-il abattu sur un lecteur qu’il se gonfle de sa chaleur et de ses rêves. Il fleurit, s’épanouit, devient enfin ce qu’il est : un monde imaginaire foisonnant, où se mêlent indistinctement – comme sur le visage d’un enfant les traits de son père et de sa mère – les intentions de l’écrivain et les fantasmes du lecteur36.

  • 37 Renesmée, fille de Bella et d’Edward, est l’enjeu du quatrième et dernier tome de la série : sa nat (...)

Les conditions, technologiques et axiologiques, du monde dans lequel a été lâchée l’histoire de Stephenie Meyer en ont fait un être un peu à part, une espèce de Renesmée37 de l’édition : un être hybride ayant grandi tout à coup en phénomène médiatique. Un être qui pose problème parce qu’il touche à la fabrique même de la légitimité. Un être que nous avons, il me semble, tout intérêt à étudier.

Haut de page

Notes

1 Quatre tomes parus chez Little, Brown and Co sous les titres Twilight en 2005, New Moon en 2006, Eclipse en 2007, Breaking Dawn en 2008, et les mêmes années chez Hachette traduits par Luc Rigoureau sous les titres Fascination, Tentation, Hésitation et Révélation.

2 Twilight, chapitre I : Fascination, réalisé par Catherine Hardwicke (2008), suivi de Twilight, chapitre II : Tentation, réalisé par Chris Weitz (2009), Twilight, chapitre III : Hésitation, réalisé par David Slade (2010), Twilight, chapitre IV : Révélation, partie 1 et 2, réalisé par Bill Condon, (2011-2012).

3 3 commentaires en 2005, 13 en 2006, 14 en 2007, 22 en 2008, 159 en 2009, on redescend à 38 en 2010.

4 Commentaires sur Amazon datant respectivement du 25/02/2009, du 19/06/2009, et du 9/08/2015.

5 http://www.babelio.com

6 Pour les premiers tomes, à la date du 9/10/2015 : Harry Potter à l’école des sorciers passe d’une note globale de 4,3 sur 9066 avis, à 4,7 pour le top 10 des avis plébiscités, Hunger Games passe de 4,37 sur 5342 avis, à 4,2 pour le top 10, tandis que Fascination passe de 3,79 sur 5429 avis à 2,2.

7 Commentaires sur Babelio datant respectivement du 7/05/2009, du 15/01/2009, et du 28/02/2013.

8 Commentaire sur Babelio datant du 28/05/2013 et du 29/09/2012.

9 « hate or dislike of a text can be just as powerful as can a strong and admiring, affective relationship with a text, and [antifans] can produce just as much activity, identification, meaning, and “effects” or serve just as powerfully to unite and sustain a community or subculture », Jonathan Gray, « Antifandom and the Moral Text: Television Without Pity and Textual Dislike », American Behavioral Scientist, 48 (7), 2005, p. 841.

10 Jacqueline M. Pinkowitz, « “The rabid fans that take Twilight much too seriously”: The construction and rejection of excess in Twilight antifandom », Transformative works and cultures, vol. 7, 2011.

11 Matthieu Letourneux, « La nouvelle jeunesse de la littérature populaire », propos recueillis par Marie Lallouet, La Revue des livres pour enfants, n°282, avril 2015, p. 106-114.

12 Ibid., p. 107.

13 Sylvie Octobre, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ? », Culture prospective, janvier 2009, p. 6.

14 Ibid., p. 113.

15 John Green, The Fault in Our Stars, New York, Dutton Books, 2012.

16 Laurell K. Hamilton, Anita Blake: Vampire Hunter, 24 tomes, New York City, Ace Books, 1993-2015.

17 Jenna Black, Morgan Kingsley Series, New York City, Dell Publishing, 2007-2010.

18 Charlaine Harris, The Southern Vampire Mysteries, 13 tomes, New York City, Ace Books et Berkley Books, 2001-2013.

19 « Bit-Lit, plus qu'un genre, un phénomène », conférence-débat au Salon du Livre de Paris, Grande scène, 17 mars 2012.

20 « processus d’inscription d’un énoncé dans un ou plusieurs genres de discours pratiqués dans une communauté discursive donnée », Ute Heidmann, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier..., Paris, Garnier, 2010, p. 19.

21 Anne Rice, Interview with the Vampire, New York, Knopf, 1976.

22 Commentaire initial datant du 7/05/09, réponses des 25/11/13 et 27/11/13.

23 Commentaire du 22/01/2009.

24 Commentaire du 19/04/2009.

25 Commentaire du 7/07/2009.

26 Psycho et Sexo, novembre 2009.

27 Étude « Le lecteur jeune adulte », menée du 11 au 20 mai 2011 sur le site Babelio.

28 Sylvie Octobre, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ? », Culture prospective, janvier 2009, p. 5.

29 Henry Jenkins, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, London, Routledge, 1992.

30 Isabelle Casta, « Le vampire et la jeune fille, ou comment grandir à l’ombre de Twilight… », Raison Publique, nº13, 2010.

31 Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, Seuil, 1977, p. 209.

32 Isabelle Casta, « Le vampire et la jeune fille, ou comment grandir à l’ombre de Twilight… », op. cit., p. 372.

33 Ibid., p. 373-374.

34 Le Journal du Dimanche, 3 mars 2009

35 « Fascination », rubrique « Nouveautés. Romans », La Revue des livres pour enfants, n°226, février 2006, p. 30.

36 Michel Tournier, Le Vol du vampire, Notes de lecture, Paris, Mercure de France, 1981, p. 10-11.

37 Renesmée, fille de Bella et d’Edward, est l’enjeu du quatrième et dernier tome de la série : sa nature, mi-humaine mi-vampire, est perçue comme dangereuse pour l’équilibre des deux mondes et les autorités vampires veulent l’éliminer. Cette hybridité problématique est merveilleusement représentée par cet horrible prénom, contraction de celui de la mère de Bella, « Renée », et de la mère d’Edward, « Esmée », et que l’entourage remplace de suite par un surnom tiré explicitement de la figure du monstre : « Nessie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Brière-Hacquet, « Twilight : une critique en clair-obscur », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1730 ; DOI : 10.4000/strenae.1730

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org