Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La critique de la littérature pour la jeunesse dans la revue InterCDI

Elisabeth Roux

Résumé

La revue InterCDI s'adresse aux professeurs-documentalistes de l'Éducation nationale et propose des analyses de situations pédagogiques et des exemples d'actions éducatives. Les articles liés à la pratique professionnelle sont écrits par des professeurs-documentalistes, mais la parole est aussi donnée à des universitaires, des chercheurs, des membres du C.E.D.I.S. La revue se fait aussi le relais de débats sur le métier, et des difficultés, des oppositions parfois à l'évolution des pratiques, dans un souci permanent de rigueur et d'esprit critique. On y trouve également des critiques de littérature pour la jeunesse, dans une perspective explicite de conseil et d'accompagnement des personnels. En interrogeant le contexte professionnel des critiques à partir de l'analyse d'un corpus de six années de publications mensuelles (2010-2015), cet article cherche à définir dans quelle mesure les critiques peuvent présenter des caractéristiques liées à la profession de ses destinataires, sous l'égide du ministère de l'Éducation nationale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La critique est un jugement d'appréciation dont le domaine d'exercice conditionne la définition : selon son objet, la critique peut être esthétique, logique, ou morale. Dans le cas de la littérature pour la jeunesse, il s'agit d'un jugement esthétique visant à analyser les qualités d'une œuvre, le livre. Mais c'est dans son destinataire que réside la particularité de cette critique. En effet, ce n'est pas le lecteur qui en est la cible, mais le prescripteur. On ne s'adresse pas aux enfants, mais aux adultes médiateurs (parents, bibliothécaires, documentalistes, etc.). Porter un jugement d'appréciation sur un livre pour la jeunesse est donc un exercice décalé par rapport au destinataire naturel de la critique que devrait être le lecteur du livre, en l'occurrence l'enfant ou l'adolescent.

2Les critiques de la revue InterCDI contiennent une autre particularité intrinsèque à leur contexte : en effet, elles sont élaborées pour un public de professionnels du livre, les enseignants-documentalistes dans le cadre d'une institution, l'« Éducation nationale ». Il apparaît ici un écart objectif entre une critique littéraire pour la jeunesse à destination de tout public adulte et une critique visant exclusivement des professionnels du livre au sein de l'Éducation nationale : le public destinataire de la critique est dans une posture professionnelle, singulière qui plus est dans son rapport à une autorité de tutelle officielle.

3Ce contexte implique-t-il l'émergence d'une catégorie de contraintes spécifiques, entraînant par là l'écriture d'une forme particulière de critiques ? Et si c'est le cas, où vont alors se nicher les différences, et de quels types peuvent-elles être ? Dans notre première partie, nous nous attacherons à retracer l'historique de la revue InterCDI, afin de définir précisément le contexte d'émergence des critiques et son rapport à l'institution, et nous présenterons le corpus choisi. Dans notre seconde partie, notre analyse de corpus nous permettra de présenter une synthèse des éléments caractéristiques qui en ont émergé. Enfin, nous conclurons en tentant de répondre à notre question : en quoi la double contrainte du destinataire et du contexte des critiques les conditionne-t-elles ?

Présentation de la revue InterCDI et du corpus

La revue et son histoire

4InterCDI est une revue qui n'existe que dans le contexte de l'Éducation nationale. Ses abonnés sont presque exclusivement des enseignants-documentalistes, via leur établissement, ou à titre privé. Elle est plus rarement disponible dans certains Centres de Recherche Documentaire (CRD) de l'École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE), ou dans les médiathèques des CANOPÉ (anciennement CRDP, Centres Régionaux de Documentation Pédagogique). Elle n'est pas distribuée dans les enseignes de presse. Son financement est basé sur les abonnements et les recettes publicitaires (CLEMI, catalogues de matériel professionnel, etc.), sans aucune subvention : si son public est bien constitué d'enseignants de l'Éducation nationale, la revue est financièrement totalement indépendante du ministère.

  • 1 À titre d'exemple, l'A.D.E.N. (association des documentalistes de l'Éducation nationale), l'A.B.P.L (...)

5Les conditions de création de la revue sont indissociablement liées à celles du métier d'enseignant-documentaliste. C'est avec l'évolution des pédagogies des années soixante-dix et la loi Haby de 1974 instituant le collège unique que les CDI (Centres de Documentation et d'Information) dans leur acception actuelle sont officialisés (circulaire du 24 mars 1974). C’est dans un contexte très chargé d'évolution et de remises en question pédagogiques, et face à une attente importante des enseignants que les personnels placés dans les CDI, n'ayant notamment aucune notion des champs techniques d'indexation ou de catalogage, vont s'organiser. Les associations qui se constituent1 vont souvent publier un bulletin de liaison qui s'avère très vite insuffisant, et suite au constat des besoins émergents, le CEDIS (Centre d'Étude de la Documentation et de l'Information Scolaire) est créé et fait paraître le numéro 0 d'InterCDI en octobre 1972.

  • 2 Circulaire n°86-123 du 13 mars 1986. Elle est toujours en vigueur à l'heure actuelle. Une nouvelle (...)
  • 3 C.A.P.E.S. : Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire. 1989 est la date du (...)

6L'émergence de cette nouvelle profession de « documentalistes-bibliothécaires » (selon le terme du moment) est donc à l'origine de la création d'InterCDI et au fil de l'évolution de la profession, déterminée par les exigences de l'autorité de tutelle qu'est l'Éducation nationale, les rubriques proposées vont s'adapter aux besoins. La circulaire de mission des enseignants-documentalistes est publiée en 19862, explicitant leur rôle dans l'incitation des élèves à la lecture et en 1989 est créé le CAPES3 d'enseignant-documentaliste, qui entraîne une restructuration en profondeur des tâches constitutives du métier. En effet, il ne s'agit plus alors de s'occuper d'un lieu semblable à une bibliothèque, mais de proposer à des élèves des documents dont un usage pédagogique peut être fait. Si l'analyse des textes reste du ressort des enseignants de lettres, la responsabilité des professeurs-documentalistes est engagée sur la constitution d'un fonds consacré aussi bien à la lecture plaisir qu'à la découverte des classiques, dans la perspective globale de donner envie de lire au plus grand nombre d'élèves possible. De plus, la politique d'achats est raisonnée aussi en fonction des programmes et des attentes des enseignants. Le professeur-documentaliste devient partie prenante de l'équipe pédagogique. Son rôle de prescripteur est donc clairement modifié par ce nouveau statut et ce nouveau rôle le détermine différemment aussi bien par rapport aux élèves que par rapport aux enseignants de discipline. Être reconnu comme enseignant décale la posture du documentaliste dans le cadre du développement de la lecture : il ne s'agit plus seulement de proposer des textes de manière « gratuite ». Le travail se modifie : l'aspect pédagogique des lectures est renforcé et devient un des éléments d'appui du travail du professeur-documentaliste.

7S'adaptant à ces nouvelles prescriptions, InterCDI propose le premier « Cahier des livres » en 1992 (numéro 119 de septembre-octobre 1992). Il s'agit de répondre à une demande émergente des responsables de CDI : face à la profusion des parutions jeunesse des années quatre-vingt-dix et à l'exigence officielle de l'expertise du professeur-documentaliste comme médiateur de littérature pour la jeunesse, le besoin d'information et de conseils devient flagrant. Pour mettre en place une politique d'achats pertinente, efficace, correspondant aux besoins et aux attentes des usagers (pédagogiques, culturels, linguistiques, etc.), il faut pouvoir s'appuyer sur des critiques adaptées au contexte. Leur rôle de prescripteur prend alors toute sa force, y compris vis-à-vis des enseignants de discipline, qu'il va également falloir convaincre de la qualité de ces nouveaux genres de livres. L'objectif premier étant d'attirer le public vers la lecture, les choix vont se fonder sur des leviers jusqu'alors considérés comme de mauvais aloi, pour ne pas dire franchement démagogiques. Les CDI n'ont pas suivi d'évolution linéaire, mais à titre d'exemple l'introduction de rayons de bandes dessinées ne se fait pas sans combat dans les années quatre-vingt-dix, de même que la proposition, quelques années plus tard (2000), de mangas. Et le fait de proposer des livres de Stephen King valait parfois des discussions épiques en salle des professeurs. Les professeurs-documentalistes vont prendre le parti d'une offre calculée, basée sur les centres d'intérêt des élèves, ainsi qu'un élargissement de la notion même de « culture littéraire ».

8Ainsi, InterCDI suit les prescriptions des lois d'orientation et de la circulaire de mission qui régissent la profession, afin de répondre au mieux aux attentes des personnels dont elle cible les besoins. De plus, les prescripteurs que sont les enseignants-documentalistes sont partie prenante. Cette configuration d'un contexte institutionnel et d'une revue pourtant indépendante de l'autorité de tutelle amène-t-elle un profil particulier de critiques, et si oui, quels sont les éléments repérables quant à la forme et au contenu des critiques ? Pour répondre à cette question, il nous faut à présent analyser notre corpus.

Présentation du corpus

  • 4 Albums, contes, classiques, poésie, romans, théâtre, bandes dessinées/mangas.

9En raison de l'importance du nombre de critiques, nous avons choisi de travailler sur un corpus restreint allant de 2010 à 2015, soit six années de parution. Par souci de cohérence, nous avons restreint notre étude aux seules critiques de livres de fiction4. En effet, les analyses de documentaires prennent en compte des éléments spécifiques qui ne sont pas présents dans celles des livres de fiction (la dimension des textes informatifs, le ratio texte-illustration, ou encore la fiabilité de l'information) et la masse de documents aurait nécessité une étude trop longue.

  • 5 En raison de la date du colloque, fixée au 5 novembre 2015.

10La revue étant bimestrielle, six numéros sont édités chaque année. Aux mois de juillet-août, un numéro spécial est proposé sans partie critique. Notre corpus comporte donc au total cinq numéros par an, sauf pour l'année 2015 où nous n'avons travaillé que sur les trois premiers numéros de l'année5, soit vingt-huit exemplaires au total.

  • 6 Albums, romans et bandes dessinées sont systématiquement chroniqués, ce qui n'est pas le cas des po (...)
  • 7 Pour le détail du dépouillement des critiques par genres et par maisons d'édition, se reporter aux (...)

11Le « Cahier des livres » regroupant les critiques se décline en deux parties, l'une consacrée au collège et l'autre au lycée / lycée professionnel. Nous n'avons pris en compte que les analyses correspondant au collège. Le nombre de pages consacré au « Cahier des livres » varie pour notre corpus de cinq à quarante-sept et le nombre de critiques oscille de trente à cent quarante-trois pour un nombre de contributeurs allant de six à seize par numéro. Les différents chroniqueurs se répartissent les critiques par maisons d'édition, une ou plusieurs selon les cas. L'organisation du « Cahier des livres » est axée sur un aspect pratique et permet au professionnel de trouver facilement les critiques dont il a besoin. De ce fait, le premier repère est celui du niveau scolaire : collège, lycée et/ou lycée professionnel. Le second point d'organisation est celui des différents genres6 à l'intérieur desquels sont présentées les critiques par maisons d'édition dans l'ordre alphabétique7. Enfin, chaque livre est décrit selon les normes de catalogage en vigueur (auteur, titre, éditeur, année d'édition, collation, E.A.N., prix). Suivent ensuite des descripteurs, puis un bref résumé de l'histoire, et enfin la partie critique à proprement parler. Des paragraphes de présentation ou des articles complets insérés dans les pages correspondantes sont parfois présents, expliquant la politique éditoriale d'une maison d'édition particulière à l'occasion par exemple de sa création ou de l'anniversaire de celle-ci. Des gros plans sont également proposés lors de manifestations culturelles ponctuelles : l'accent est mis sur des éditions de poésie à l'occasion du « Printemps des Poètes ».

  • 8 Ces éléments d'information nous ont été communiqués par Elena Codignola, de la revue InterCDI.

12Les rédacteurs des critiques sont des professeurs-documentalistes en exercice, répartis sur toute la France dans des établissements de niveaux différents (collèges, lycées, lycées professionnels) et sur des secteurs géographiques variables (zones urbaines, rurales, semi-rurales, etc.). Les chroniqueurs choisissent les livres qu'ils veulent recevoir de la part des maisons d'édition en fonction des sorties éditoriales (ils s'appuient donc sur les services de presse). Mais tous les livres parus ne peuvent être relayés par une critique, et la totalité de la publication en littérature pour la jeunesse n'est donc pas couverte. Il n'y a pas de choix militant de soutien ou d'opposition à relayer la production d'une maison d'édition. Les choix sont fondés sur l'expertise propre aux professeurs-documentalistes, elle-même orientée vers un objectif principal : « proposer des ouvrages susceptibles d'intéresser des jeunes8 » (de 11 à 18 ans environ). Le choix est lié au contexte professionnel et à la responsabilité des professeurs-documentalistes de proposer un « matériau » assez large pour que le plus d'élèves possible puisse y trouver un intérêt. La mise en place ou l'approfondissement d'une politique d'achats réfléchie et pertinente est fondée sur la connaissance du public et de ses attentes, public qui englobe aussi bien les élèves que les personnes de l'équipe pédagogique et éducative. Pour tenter de toucher le maximum de personnes parmi ces différents usagers, il est indispensable d'équilibrer les achats en tenant compte d'un critère majeur : la diversité. La politique d'achats doit tendre autant que faire se peut à couvrir l'ensemble des genres de livres (albums, romans, etc.), à proposer des supports différents (livres numériques, audios, papiers), à tenir compte de différents degrés de difficulté de lecture, tout en offrant une gamme assez large de genres littéraires (aventure, historique, anticipation, etc.) et de narrations plus ou moins complexes. De ce fait, l'objectif premier des critiques est de conseiller les enseignants-documentalistes dans leurs achats en leur offrant un panel le plus complet et le plus professionnel possible.

13Nous voyons ici apparaître comment la norme officielle transparaît, malgré un contexte d'indépendance morale par rapport à l'institution : le choix des livres et sa restitution sous forme de critique sont influencés en amont par le contexte professionnel du chroniqueur, adossé à la circulaire de mission qui encadre ses fonctions. Devenu officiellement prescripteur en littérature pour la jeunesse, le professeur-documentaliste chroniqueur va relayer à ses pairs ce qu'il perçoit des ouvrages en fonction des attentes de l'institution. Comment cette réalité transparaît-elle dans les critiques proposées ? C'est ce que nous allons voir en développant notre analyse des éléments de notre corpus.

Analyse des éléments du corpus

14L'analyse des éléments du corpus a été développée à partir du postulat suivant : les critiques étant écrites pour des professionnels du livre par leurs pairs, elles doivent contenir des éléments généraux liés à l'exercice critique en lui-même, mais aussi des points spécifiques liés au contexte professionnel. Notre choix méthodologique a été de répertorier par comptage les termes utilisés selon leur champ sémantique et leur valeur proche, et de chercher à faire apparaître d'éventuels éléments spécifiques.

  • 9 « Maîtrisé », « élaboré », « percutant », « soigné », ou à l'inverse « relâché », et le propos « am (...)
  • 10 « Précis », « juste ».
  • 11 « Mise en abyme », « construction en spirale », « originalité », « qualité des jeux de langage ».
  • 12 Liska, Gilles Brulet, Michel Lautru, Jean-Claude Touzeil, Tétracordes, illustré par Agnès Rainjonne (...)

15L'attention portée aux qualités littéraires transparaît dans la majorité des critiques, quoique de façon plus développée pour les romans, la poésie et le théâtre. Qualité du style9, richesse du vocabulaire10, originalité de la forme narrative11 en sont les éléments de base. Une attention forte est portée aux jeux de langage, aux formes narratives spécifiques (par exemple les haïkus) et originales, et au-delà à la liberté de traitement du sujet et à l'humour12. Tout ce qui relève du cliché, du stéréotype ou de la caricature est dénoncé sévèrement : « à fuir », « pur produit marketing », « pire parution de l'année », « une lecture dont on peut se passer » sont des phrases qui reviennent régulièrement.

  • 13 Arthur Ténor, Le Félin, chevalier agent secret, 2. Les disparus de Montaguil, Éveil et découvertes, (...)
  • 14 InterCDI, n°231, mai-juin 2011, p. 24.

16L'analyse des différents niveaux du livre montre un souci de précision quant aux points positifs et négatifs. Ainsi, Le Félin, chevalier agent secret d'Arthur Ténor13 est chroniqué selon des aspects plutôt négatifs : on en retient « surtout les clichés », « les personnages ressortent de ces mêmes lieux communs », « l'humour est présent mais pas toujours significatif », le personnage féminin a un rôle « passif et conventionnel », et enfin, « l'écriture […] n'évite pas non plus les clichés et les banalités ». Pour autant, la prescription est aussi présente de manière positive : « vocabulaire précis et juste, avec notes de bas de page pour les mots représentatifs du Moyen Âge14 ».

  • 15 Par exemple dans le cas des ouvrages suivants : Albertine, Bimbi, La Joie de Lire, 2014 ; Toon Tell (...)
  • 16 Anne Margo, ABC des tracas, Albin Michel jeunesse, 2011.
  • 17 Cécile Boyer, 31 boîtes, Albin Michel jeunesse, 2011.
  • 18 Dodago, Sheal, Delcourt, 2010.

17Pour les éléments esthétiques la critique se construit autour des formes plastiques proposées (essentiellement pour les albums et pour certains livres de poésie). Le vocabulaire est celui des arts visuels : « aplats de couleur », « cadrage », « camaïeux », « beauté », « techniques plastiques », « collages », « expressivité », « profondeur du graphisme ». L'accent est mis sur la beauté de l'objet-livre en tant que tel15. Les critiques valorisent aussi l'ABC des tracas16 ou 31 Boîtes17 pour leurs qualités de créativité et leur côté ludique. Pour les bandes dessinées, une dimension technique se rajoute à la prise en compte de la « maîtrise de la couleur », d'un « dessin minimaliste et expressif », « beau et fascinant » : on parle alors des « traits », de « ligne claire », de « découpages » et de l'intérêt du « cadrage ». La qualité du texte et du schéma narratif est aussi prise en compte dans la relation à l'image : « un graphisme inventif, parfois éblouissant, desservi voire oblitéré, par des scenarii bâclés, bancals et confus18 ».

  • 19 Sur des thèmes comme la sexualité ou le suicide.
  • 20 Jean Dufaux, Béatrice Tellier, Le Bois des Vierges, 3. Epousailles, Delcourt, 2013.

18Jusqu'ici, le travail critique est celui attendu. Mais à regarder de plus près, on peut percevoir deux types de prescriptions caractéristiques de l'institution et spécifiques au destinataire de la critique et à sa fonction professionnelle. La première injonction est liée au rôle du professeur-documentaliste dans le choix des livres. La recherche d'une littérature de jeunesse de qualité transparaît à travers les jugements sévères qui condamnent certains choix éditoriaux et trouve son pendant dans des avertissements ou conseils explicites : « ce roman ne trouvera pas sa place au CDI », « à lire avant de mettre en rayon, afin de le conseiller à bon escient19 », « pas avant la 4e, en raison de quelques scènes « à poil » où on voit beaucoup de peau20 ». La justesse du ton est un critère récurrent ainsi que l'adéquation aux préoccupations des adolescents et la manière dont le sujet est traité. Les sujets abordant la formation intellectuelle et sentimentale de ces années d'apprentissage sont également l'objet d'un intérêt particulier, soulignant par là le rôle du professeur-documentaliste dans l'attention demandée par l'institution dans la gestion d'un fonds documentaire. Il y est aussi fait mention de pistes de travail par rapport à la lecture, clairement en lien avec le double rôle d'inciter à la lecture et de conseiller des enseignants de lettres : « passerelle vers d'autres auteurs », « accroche pour faibles lecteurs », « intéressant pour travailler avec des grands lecteurs », « réconcilier les réticents avec la lecture plaisir ». Enfin, l'aspect gratuit possible de la lecture est aussi mis en avant : « évasion », « détente », « plaisir ». Et même sans injonction, lorsque la beauté de l'objet-livre et sa valeur sont détaillées, on peut y voir une prescription implicite, celle de la responsabilité du professeur-documentaliste de proposer des livres qui ouvrent à un monde particulier, notamment celui des œuvres d'art et du travail d'artiste. Enfin, deux notions sont régulièrement employées dans les formes de la critique. Celle de séduction est soulignée par un vocabulaire spécifique lié au plaisir : « plaire », « séduire », « attirer », « passionner ». On voit ici la valorisation de livres pouvant servir un des objectifs des enseignants-documentalistes, à savoir attirer les élèves vers la lecture par des ouvrages dont le mérite sera précisément de pouvoir offrir cette possibilité, proposée comme un argument supplémentaire à leur qualité littéraire propre. La seconde notion est celle d'utilité : le livre peut ainsi « servir » (à connaître), « développer » (le goût, l'intérêt) : autant d'éléments dont le principe est au-delà de la qualité littéraire au sens strict, mais reste lié au contexte dans lequel la critique se développe.

  • 21 Éric Battut, Quelle Drôle d'idée la guerre !, Didier jeunesse, 2014.
  • 22 Olivier Mélano, Le Clan de la grotte, École des Loisirs, 2014.
  • 23 Carl Norac, Delphine Jacquot, Monsieur Chopin ou le voyage de la note bleue, Didier jeunesse, 2010.
  • 24 David Cali, Bons Baisers ratés de Venise, Gulf Stream, 2014.
  • 25 Éric Battut, Quelle drôle d'idée la guerre !, op. cit.
  • 26 InterCDI, n°252, novembre-décembre 2014, p. 50.
  • 27 Anne Pouget, La Porteuse d'eau, Casterman, 2014.
  • 28 InterCDI, op. cit., p. 50.
  • 29 Ibid., p. 50.

19La seconde injonction concerne des livres pour lesquels la valeur esthétique et littéraire est appuyée par la perspective d'une putative utilisation pédagogique. C'est le thème du livre qui assoit la critique : la guerre21, l'histoire22, l'art23, la géographie24 sont mis en avant en tant qu'outils et « leviers pédagogiques ». L'argument pédagogique apparaît comme un aspect critique et est relayé en tant que tel. Par exemple, la critique de Quelle drôle d'idée la guerre25 insiste sur le fait qu'en plus des qualités littéraires et artistiques du livre, il s'agit d'« un bel album pour évoquer la guerre et ses ravages, à exploiter en 6e ou en classes spécialisées26 ». De la même manière, la critique du roman La Porteuse d'eau27, d'Anne Pouget, souligne les avantages d'un livre « bien documenté », dont « les mots difficiles sont expliqués » et qui permet au lecteur d'apprendre « facilement de nombreuses informations sur la vie au Moyen Âge28 », en concluant qu'il s'agit d'un livre « à proposer aux élèves de 5e et aux enseignants de lettres et d'histoire29 ».

  • 30 Il s'agit de rééditions : la critique ne porte pas sur le texte.
  • 31 Pour les critiques de théâtre, notamment chez Gallimard jeunesse (Folio junior théâtre).

20Dans le même esprit, les critiques appliquées aux classiques (au sens strict : Hugo, Zola, etc.) ou classiques de littérature pour la jeunesse (Daeninckx30) insistent aussi sur l'outil amené plus que sur le texte : la critique glisse vers les éléments du péritexte jusqu'à devenir la critique de l'outil pédagogique lui-même. En s'intéressant à la qualité de l'appareil critique (« enrichi », « simplifié »), d'un dossier pédagogique (« pertinent » et « pratique dans son utilisation »), ou des exercices d'entraînement au brevet des collèges, la critique dépasse la simple mention de l'existence de ces outils pour les analyser dans une perspective critique, dépassant par-là son travail « traditionnel ». Pour les livres de théâtre c'est l'analyse de la qualité des carnets de mise en scène31 qui souligne le fait que dans un contexte pédagogique, la qualité des éléments d'accompagnement ne saurait être négligée. On voit bien ici comment le travail de médiateur du professeur-documentaliste contraint le travail critique.

21Nous avons donc défini deux grands groupes de critiques adossés au contexte professionnel. Le premier regroupe les critiques relevant de la prescription spécifique au professeur-documentaliste, parfois implicite. Nous avons vu dans l'exemple de certains albums comment une recommandation « gratuite » peut malgré tout relever de l'injonction professionnelle de proposer des livres incitant à la lecture et ouvrant au monde de l'art. Le second concerne les critiques appuyées par des arguments « utilitaristes » dont le destinataire est l'enseignant de discipline par la médiation du professeur-documentaliste.

Conclusion

22L'objectif du « Cahier des livres » d'InterCDI est avant tout pragmatique. Le contexte professionnel nécessite d'offrir aux professeurs-documentalistes un panorama de la littérature pour la jeunesse aussi vaste que possible, avec des outils d'analyse ad hoc permettant de répondre à l'une des injonctions officielles de la profession, celle de pouvoir proposer un fonds varié, équilibré et en adéquation avec les besoins et les attentes du public de l'établissement scolaire. Au-delà de ce premier niveau de prescription se profile un second : la situation du professeur-documentaliste comme expert, lui-même prescripteur auprès de ses collègues de discipline dans le domaine de la littérature pour la jeunesse.

23Une autre particularité de cette action critique est la situation des professionnels impliqués dans la démarche, puisque nous sommes face à un « conseil des pairs ». Il n'y a pas de prescription directe de l'Éducation nationale mais une transmission horizontale. De ce fait, on constate la présence récurrente d'injonctions : « à avoir absolument ! », « à acheter dès que possible », « tout CDI se doit de posséder... »… dans lesquelles transparaissent l'importance de la position de celui qui critique.

24Quels sont alors les éléments uniques constitutifs de cette critique professionnelle ? Nous avons vu comment les critères de la critique sont les mêmes que pour tout type d'analyse de livres : qualité littéraire au sens large, qualité esthétique, recherche, originalité, niveau de langue, complexité narrative, construction, etc. Mais nous avons également vu apparaître dans quelle mesure des éléments spécifiques se font jour. Par rapport à la mission d'incitation à la lecture, les critiques encouragent clairement des livres « accrocheurs », auquel est pardonnée parfois une relative qualité de texte au profit du thème traité et de son exploitation potentielle. Les verbes utilisés sont ceux liés à la séduction (« plaire », « attirer », « passionner »). C'est le quotidien de l'enseignement-documentaliste qui est alors visé, où l'on doit répondre à la demande de livres « qui font peur », « avec une histoire qui fait pleurer », etc. Et ne pas rater cette opportunité si l'on veut que l'élève revienne ! Mais ce sont aussi des ouvrages de grande qualité, comme certains albums considérés comme une ouverture vers le monde de l'art, et dont parfois les textes et la relation texte-image sont d'une complexité extrême. Attirer, oui, mais en ayant toujours en tête de faire découvrir, d'amener vers de nouveaux horizons. Et dans ce cadre précis, la prescription devient parfois implicite, le livre se suffisant en lui-même. Par rapport à la qualité d'expert vis-à-vis de ses collègues, la démarche critique reste dans l'explicite. Un niveau, une discipline, voire un type de projets sont des critères clairement explicités. Enfin, la critique se déplace parfois des éléments du texte à ceux du péritexte, devenant une critique de l'outil pédagogique. Sont ainsi analysés les dossiers pédagogiques pour les enseignants, les carnets de mise en scène, l'appareil critique…

25La critique est au service d'un objectif qui dépasse la simple reconnaissance de qualité littéraire et rentre dans le cadre d'une injonction implicite : l'enseignant-documentaliste doit pouvoir respecter les charges de sa fonction, c'est-à-dire proposer une offre culturelle riche et équilibrée, en adéquation avec les besoins et les attentes d'une classe d'âge et parfois d'un milieu social particulier. Si la critique exercée reste d'ordre esthétique au sens large, l'ombre portée de l'Éducation nationale la contraint dans les différentes propositions de titres. Pour autant, il ne s'agit pas d'un simple utilitarisme. Si l'attention portée à certains éléments (le péritexte pour le théâtre, certains aspects pédagogiques mis en évidence, etc.) relève de l'aspect professionnel du contexte dans lequel s'inscrit l'exercice, certains éléments apparus au fil de l'analyse montrent bien que les contributeurs au « Cahier des livres » ne se contentent pas de produire des textes qui seraient de simples outils techniques. La proposition systématique de choix d'albums en collège nous semble emblématique. Si ce type d'ouvrages est beaucoup utilisé par les enseignants du premier degré, il disparaît des pratiques pédagogiques à partir du collège. Quant aux élèves, ils refusent souvent de se plonger dans ces fonds, pour une raison simple : dans leur esprit, l'album est un livre « pour petit » et leur montrer l'inverse en leur proposant des ouvrages complexes sur des sujets difficiles ne suffit pas à les convaincre. C'est un fait : on quitte l'album au collège. Le choix systématique de proposer un panel riche et varié relève d'une démarche militante, soulignant la nécessité d'ouvrir à d'autres ouvrages que ceux attendus par les élèves. Ainsi, les critiques proposées par InterCDI sont la preuve d'une démarche distanciée par rapport à l'institution. Respect du contexte, mais aussi conscience aiguë de la nécessité de proposer de quoi offrir aux élèves les moyens de se cultiver de manière différente, en ouvrant le champ des possibles : l'exercice critique respecte les contraintes professionnelles tout en gardant une liberté bien réelle de choix et d'analyse.

Annexes

Annexe 1 : dépouillement des critiques d'albums (43 maisons d'édition et 188 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

Actes sud junior

6

Albin Michel

4

Albin Michel jeunesse

20

Au Merle moqueur

1

Autrement

8

L'Atelier du Poisson soluble

6

Bayard jeunesse

1

Belin

1

Bulles de savon

1

Casterman jeunesse

2

Chocolat ! jeunesse

2

Didier jeunesse

18

L'École des Loisirs

6

L'Élan vert

3

Epsilon

1

Gallimard jeunesse

10

Gallimard jeunesse/Giboulées

2

Grasset

5

Gründ

2

Gulf Stream

3

Hong-Fei

7

Izalore

1

La Joie de Lire

6

Les 400 coups

4

Lis et parle

1

Mango jeunesse

1

Motus

8

Océan

2

Oskar

6

Pocket jeunesse

1

Rouergue

2

Rue du Monde

18

Sarbacane

20

Seuil jeunesse

2

Tertium

2

Thierry Magnier

3

Usborne

1

Annexe 2 : dépouillement des critiques de contes (28 maisons d'édition et 92 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

Actes sud junior

2

Albin Michel jeunesse

1

Alzabane

4

Belin

2

Casterman

1

Chocolat jeunesse

3

De la Martinière jeunesse

1

Didier jeunesse

15

Éditions Ouest-France

2

Flies editions

13

Gallimard

2

Gallimard jeunesse

7

Grasset jeunesse

9

Gründ

1

L'Élan vert

1

L'Harmattan

2

Le Livre de poche

2

Le Livre de poche jeunesse

2

Métaillié

1

Milan

1

Nathan

1

Oskar éditions

6

Le Pré du Plain

3

Rue du Monde

3

Sarbacane

1

Tertium

2

Thierry Magnier

1

Usborne

2

Annexe 3 : dépouillement des critiques de classiques (10 maisons d'édition et 69 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

Flammarion

14

Gallimard

21

Gallimard jeunesse

3

Grasset jeunesse

1

Gründ

3

Hachette

3

Hachette jeunesse

2

Hatier

2

Larousse

18

Livre de poche

2

Annexe 4 : dépouillement des critiques de poésie (35 maisons d'édition et 135 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

Albin Michel jeunesse

1

A.F.H. et René Clairon

2

Bayard

1

Bayard jeunesse

4

Belize

1

Bulles de savon

6

Black Widow Press

1

Cadex

1

Cheyne

1

Clarisse

1

Corps Puce

7

Donner à voir

5

Éditions du Jasmin

2

Flammarion

1

Gallimard jeunesse

8

Gros textes

4

Hachette jeunesse

9

Henry

3

La Pointe sarène

2

La Renarde rouge

13

L'Iroli

6

Le Pont du Change

1

Le Pré du Plain

4

Les Carnets du désert de lune

7

Motus

13

Milan

4

Nord Avril

1

Napodra

1

Pippa

6

Rue du Monde

3

Séguier

1

Tertium

2

Touch' d'Auge

1

Soc & Foc

11

Unicité

2

Vincent Rougier

1

Annexe 5 : dépouillement des critiques de romans (81 maisons d'édition et 1448 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

A Dos d'âne

2

Actes sud junior

38

Alzabane

4

Albin Michel jeunesse

54

Au Diable Vauvert

1

Autrement

2

Bayard

30

Bayard jeunesse

17

Belin

15

Casterman jeunesse

17

Casterman

26

Couleurs Périgord

1

Didier jeunesse

16

De la Martinière

6

Dorval

1

École des Loisirs

64

Éveil et découvertes

2

Éditions Jourdan

2

Éditions du Jasmin

2

Éditions du Masque

12

Éditions Volpilière

2

Flammarion

70

Fleurus

1

Gallimard jeunesse

181

GF/Rageot

4

Grasset

4

Gründ

15

Gulf Stream

26

Hachette jeunesse

50

Hatier

3

Harrap's

1

Hélium

7

Henry

1

Jean-Paul Gawsévitch

1

Kennes

2

L'Archipel

11

La Grande Ourse

1

La Joie de lire

10

La Lauze

1

L'Harmattan

6

Le Chien du vent

1

Le Lutin malin

2

Le Muscadier

4

Le Pommier

2

(Les Grandes Personnes)

14

Liana Levi

1

Livre de poche jeunesse

5

JC Lattès

1

Magnard jeunesse

2

Mango jeunesse

6

Métaillié

1

Mijade

5

Milan

48

Motus

8

Mouck

8

Msk

3

Nathan

45

Océans éditions

4

Oskar éditions

116

Oslo éditions

2

Philippe Picquier

1

Plon

4

Pocket jeunesse

69

Le Pré du Plain

28

Les précieuses éditions

2

Quespire

1

Rageot

77

Rouergue

27

Rouge Safran

1

Rue du Monde

6

Sarbacane

21

Scrinéo

2

Seuil jeunesse

49

Société des écrivains

1

Syros

41

Tertium

11

Thierry Magnier

118

Tourbillon

2

Annexe 6 : dépouillement des critiques de théâtre (9 maisons d'édition et 37 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

Actes sud junior

1

École des Loisirs

10

Éditions Théâtrales

16

Éditions La Fontaine

2

Gallimard

1

Gallimard jeunesse

4

Grasset jeunesse

1

Hachette jeunesse

1

Tertium

1

Annexe 7 : dépouillement des critiques de B.D. et mangas (67 maisons d'édition et 371 critiques)

Maisons d'édition

Nombre de critiques sur la totalité du corpus

Actes Sud/L'An 2

1

Akata

5

Ankama

1

L'Association

6

Bamboo

1

Belin

2

Ça et Là

1

Cambourakis

2

Casterman

31

Casterman Sakka

4

Cornelius

1

Dargaud

26

Dargaud/Lombard/Kana

3

Delcourt

68

Delcourt/Akata

3

Delirium

3

Denoël Graphic

1

Des Ronds dans l'eau

1

Dupuis

27

Editions Margot

1

Emmanuel Proust

3

Flammarion

1

Fluide glacial

1

Futuropolis

23

Gallimard

18

Gallimard jeunesse

1

Glénat

19

Gulf Stream

1

Imho

2

Jungle

10

Kana

8

Kazé manga

1

Ki-Oon

11

Komikku

1

Kurokawa

3

Le Lézard noir

1

Le Lombard

12

Mouck

1

Niffle/Dupuis

1

Petit à Petit

2

Phébus

1

Pika

19

Quadrants

2

Roymodus

1

Rue de Sèvres

1

Sakka

2

Sarbacane

16

Seuil

1

Six Pieds sous terre

1

Soleil

5

Steinkis

1

The Hoochie coochie

1

Tonkam

14

Treize étrange

1

Vents d'Ouest

4

Vraoum !

1

Xiao Pan

1

Haut de page

Notes

1 À titre d'exemple, l'A.D.E.N. (association des documentalistes de l'Éducation nationale), l'A.B.P.L. (association des bibliothécaires pédagogiques des lycées), la F.A.D.B.E.N. (fédération des associations de documentalistes-bibliothécaires de l'Éducation nationale).

2 Circulaire n°86-123 du 13 mars 1986. Elle est toujours en vigueur à l'heure actuelle. Une nouvelle version est attendue pour 2017.

3 C.A.P.E.S. : Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire. 1989 est la date du vote de la loi-cadre dans la réforme de l'Éducation nationale de Lionel Jospin. Le premier concours du C.A.P.E.S. se déroulera en 1991.

4 Albums, contes, classiques, poésie, romans, théâtre, bandes dessinées/mangas.

5 En raison de la date du colloque, fixée au 5 novembre 2015.

6 Albums, romans et bandes dessinées sont systématiquement chroniqués, ce qui n'est pas le cas des poésies, du théâtre, des contes ou des classiques. C'est également lié à l'offre éditoriale du moment.

7 Pour le détail du dépouillement des critiques par genres et par maisons d'édition, se reporter aux annexes jointes en fin d'article.

8 Ces éléments d'information nous ont été communiqués par Elena Codignola, de la revue InterCDI.

9 « Maîtrisé », « élaboré », « percutant », « soigné », ou à l'inverse « relâché », et le propos « amoindri par la forme ».

10 « Précis », « juste ».

11 « Mise en abyme », « construction en spirale », « originalité », « qualité des jeux de langage ».

12 Liska, Gilles Brulet, Michel Lautru, Jean-Claude Touzeil, Tétracordes, illustré par Agnès Rainjonneau, Soc et Foc, 2014.

13 Arthur Ténor, Le Félin, chevalier agent secret, 2. Les disparus de Montaguil, Éveil et découvertes, 2010.

14 InterCDI, n°231, mai-juin 2011, p. 24.

15 Par exemple dans le cas des ouvrages suivants : Albertine, Bimbi, La Joie de Lire, 2014 ; Toon Tellegen, J'aimerais, La Joie de lire, 2013 ; Nathalie Dargent, Le Mandarin musicien, Pippa, 2014.

16 Anne Margo, ABC des tracas, Albin Michel jeunesse, 2011.

17 Cécile Boyer, 31 boîtes, Albin Michel jeunesse, 2011.

18 Dodago, Sheal, Delcourt, 2010.

19 Sur des thèmes comme la sexualité ou le suicide.

20 Jean Dufaux, Béatrice Tellier, Le Bois des Vierges, 3. Epousailles, Delcourt, 2013.

21 Éric Battut, Quelle Drôle d'idée la guerre !, Didier jeunesse, 2014.

22 Olivier Mélano, Le Clan de la grotte, École des Loisirs, 2014.

23 Carl Norac, Delphine Jacquot, Monsieur Chopin ou le voyage de la note bleue, Didier jeunesse, 2010.

24 David Cali, Bons Baisers ratés de Venise, Gulf Stream, 2014.

25 Éric Battut, Quelle drôle d'idée la guerre !, op. cit.

26 InterCDI, n°252, novembre-décembre 2014, p. 50.

27 Anne Pouget, La Porteuse d'eau, Casterman, 2014.

28 InterCDI, op. cit., p. 50.

29 Ibid., p. 50.

30 Il s'agit de rééditions : la critique ne porte pas sur le texte.

31 Pour les critiques de théâtre, notamment chez Gallimard jeunesse (Folio junior théâtre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Roux, « La critique de la littérature pour la jeunesse dans la revue InterCDI », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1725 ; DOI : 10.4000/strenae.1725

Haut de page

Auteur

Elisabeth Roux

Professeur documentaliste en collège – Éducation nationale.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org