Navigation – Plan du site
Varia

Images de l’urbain dans les albums pour enfants

Christophe Meunier

Texte intégral

1En 1977, Maud Sirois, animatrice des Jeunesses Littéraires de France, publie dans La revue des Livres pour enfants un article portant sur les images de la ville dans les albums. L’article commence ainsi :

  • 1 Marie-Josée  Chombart de Lauwe, « Dans la ville, des enfants », Autrement, n°10, septembre 1971.

En 1970, Marie-José Chombart de Lauwe1 assurait, à la suite d’une enquête sociologique, que dans la presse pour la jeunesse la ville représentait le quart seulement des cadres choisis par les auteurs comme lieux d’évolution de leurs personnages. Elle ajoutait : « La nature sauvage ou cultivée est vraiment présentée comme le cadre normal de l’enfance dans le domaine scolaire et dans celui des loisirs, ainsi que dans les romans pour adultes et les autobiographies. » Qu’en est-il en 1977 ? [...]

  • 2 Maud Sirois, « Images de la ville », La Revue des livres pour enfants, n°56, octobre 1977, p. 18.

Le tour de la production française de ces dernières années permet de voir que la ville est loin d’être le cadre par excellence des aventures enfantines. Cependant, apparue timidement au cours des années soixante dans l’album, elle y connaît une progression soutenue depuis 19712.

  • 3 Dans cet article, nous entendons par « population urbaine » le nombre d'individus résidant dans des (...)

Face à ces observations, nous serions tentés de croire que l’intérêt pour l’urbain, en éveil dans les années soixante-dix, n’a cessé de croître depuis quarante ans et que les images de la ville occupent aujourd’hui une place importante dans les albums. En effet, j’ai pu constater qu’à partir des années deux-mille, dans près de la moitié des albums ayant pour thème ou pour cadre un espace particulier c’était le cadre de la ville qui était choisi. Doit-on imputer cet intérêt grandissant au seul fait que la population urbaine3 ait dépassé les 2/3 de la population totale au début des années soixante-dix sans cesser de croître depuis, jusqu’à devenir très largement majoritaire aujourd’hui, avec 80% de la population française ? Cela peut bien sûr constituer une explication fondamentale mais ce serait oublier les évolutions de l’image de la ville dans les mentalités. Cet article a donc pour but de s'interroger sur les évolutions de l'image de l'urbain dans les albums pour enfants à travers quelques exemples pris dans un corpus plus vaste. La périodisation à laquelle aboutira cette interrogation sera contextualisée en se référant à l'évolution de l'urbanistique et des études socio-culturelles sur la ville. Même si aucun lien de cause à effet ne peut être réellement démontré entre les deux champs d'études, il nous a semblé qu'il pouvait exister certains rapprochements.

  • 4 Christophe Meunier, L'Espace dans les livres pour enfants, Rennes, P.U.R., coll. « Espace et territ (...)
  • 5 Yves Winkin, Anthropologie de la communication. De la théorie à la pratique, Paris, De Boeck/Larcie (...)

2Nous nous proposons donc, dans un premier temps, de porter un premier regard diachronique sur la production pour la jeunesse et de mesurer l’évolution des représentations des espaces urbains. Dans un deuxième temps, nous interrogerons l’image actuelle de la ville à travers deux albums que nous voulons assez représentatifs de deux « intentionnalités spatiales » qui se retrouvent assez régulièrement dans la production contemporaine : d’une part, ce que nous appellerons « l’enchantement » urbain et d’autre part l’obsolescence et l’effacement progressif de l’opposition ville-campagne. Nous entendons par intentionnalité spatiale la représentation d'un espace porté comme un message, comme un modus habitandi, adressé au lecteur consciemment ou inconsiemment par l'auteur4. Nous empruntons à Yves Winkin le concept d'enchantement. Il s'agit, pour lui, d'images qui sont créées pour placer le lecteur dans une situation rassurante, avec laquelle le lecteur est en harmonie, une situation qu'il qualifie d'euphorique5.

Les albums pour enfants et l’image de la ville

  • 6 Christophe Meunier, Quand les albums parlent d’espace. Espaces et spatialité dans les albums pour e (...)

3L’analyse d’un corpus de près de 300 albums iconotextuels publiés entre 1919 et 20126 et dont le thème principal ou secondaire est de parler des espaces pratiqués par les héros montre que la ville et la campagne représentent chacune 30% de la totalité. La répartition diachronique des iconotextes consacrés à la campagne et à la ville fait apparaître trois grandes phases. Entre 1919 et 1968, campagne et ville reçoivent le même traitement chez les auteurs du corpus. Entre 1969 et 1999, les deux espaces sont clairement opposés et une nette préférence va à la campagne (32% de la sélection) sur la ville (seulement 20%). La campagne est alors présentée comme l’antithèse de la ville. Enfin, une ultime phase se dégage à partir des années deux-mille, dans laquelle la ville prend un intérêt croissant (50% de la sélection) tandis que la campagne (27,5%) finit par ne plus être pensée autrement qu’en lien avec la ville. C’est ce découpage chronologique que nous proposons maintenant de suivre.

La ville qui civilise (1930-1960)

  • 7 D’après le CNTRL, l’emploi du mot « cadre » pour désigner le personnel d’encadrement d’une entrepri (...)

4C’est en 1931 que statistiquement le nombre d’urbains dépasse celui des ruraux en France. L’inversion, sans doute tardive comparativement à d’autres pays européens, peut être imputée à trois facteurs essentiels. D’une part, l’exode rural touche de manière significative les régions rurales françaises les plus en difficulté comme l’Ardèche ou la Creuse. D’autre part, une forte immigration polonaise, italienne et chinoise venue aider à la reconstruction et à la relance économique des industries minières et sidérurgiques s’installe massivement dans les agglomérations du nord, de l’est de la France et dans la région parisienne. Enfin, ces villes qui s’étendent bénéficient d’un solde naturel très fort dû à une population jeune issue du monde rural et de l’immigration. Certes, depuis le xviiie siècle, la ville attire. Elle est le lieu des ascensions sociales possibles et rapides. Mais avec les années trente, c'est l'endroit où naît une classe moyenne importante faite d’employés et de « cadres7 ».

  • 8 Christian Topalov, « Trente ans de sociologie urbaine. Un point de vue français », Métropolitiques, (...)

5Les sociologues de Chicago initient les premiers travaux de sociologie urbaine dans les années vingt8. Leurs travaux montrent que l'image de la ville change à cette époque. Il n'est plus seulement question de dimensions spatiales et démographiques mais également de modes de vie, d'un accès plus aisé aux services toujours plus nombreux, d'une offre culturelle diversifiée, de l'existence d'une vie nocturne. De fait, la ville n'a plus de limites réelles ce qui la rend encore plus fascinante.

6C’est cette « urbanophilie » que l’on trouve par exemple dans les premiers albums de Jean de Brunhoff, publiés au début des années trente. Dans Histoire de Babar, le petit éléphant (1931), l’éléphanteau vivait paisiblement avec sa mère dans la « Grande Forêt ». Cependant, l’arrivée de l’homme, du « chasseur qui a tué sa maman », le pousse à s’enfuir de ce qui paraît être la campagne pour rejoindre la ville (image 1). Les deux espaces se trouvent dès lors opposés mais interdépendants. Les allers-retours entre les deux sont constants. La ville permet à Babar de se « civiliser », la campagne de s’amuser et de se détendre. C’est justement cette bipolarité, cette complémentarité qui semble caractériser cette première période qui va jusqu’à la fin des années soixante : d’un côté, la ville humanise ; de l’autre, la campagne est idéalisée et est perçue comme un espace où les forces de l’environnement biologique dominent. La cohabitation entre l’homme et la nature n’est pas une opposition mais une coexistence complémentaire et nécessaire.

Image 1. Jean de Brunhoff, Histoire de Babar le petit éléphant, Paris, Hachette, 1931, p. 9

La ville qui terrorise (1970-1990)

  • 9 Bernard Marchand, « La haine de la ville : "Paris et le désert français" de Jean-François Gravier » (...)
  • 10 Bernard Marchand, op. cit., p. 248.

7À la fin des années soixante, l’exode rural s’est véritablement accéléré. En 1970, deux Français sur trois sont des urbains. Les villes se développent, s’étalent. Les villes s’élèvent, dévorent, engloutissent. Partout, les pavillons en meulières laissent place à des tours et des barres en béton. L’opposition ville/campagne est alors très forte. Alors que la ville tentaculaire se modernise, la campagne semble rester à l’écart de tous les progrès. Un ouvrage, pourtant paru dans sa première édition en 1947, fait véritablement parler de lui et attire toute l’attention des politiques, de la presse, pour sa deuxième édition en 1958 et surtout en 1972 pour sa troisième. Paris et le désert français du géographe Jean-François Gravier est un pamphlet contre la Grande Ville et l’expansion urbaine. Pour lui, « Paris est la cause du déclin de la province et la capitale doit être ruinée si l’on veut sauver la France9 ». Bernard Marchand explique le succès de cette thèse, souvent reprise par quelques intellectuels encore aujourd’hui, par la peur du changement fulgurant qui se déroule alors dans les années soixante-dix : « La grande ville est le lieu privilégié des innovations, qu’il s’agisse de libération des mœurs, de révolution politique, d’innovation technique, de transformation des coutumes, de changements des modes10. »

  • 11 Annette Tison et Talus Taylor, La Maison de Barbapapa, Paris, Les Livres du Dragon d’Or, 1972.

8Dans les albums pour enfants de ces années-là, la ville est ainsi représentée comme un monstre qui s’élève, salit, domine et dévore tout ce qui se trouve autour de lui. En 1972, par exemple, Annette Tison et Talus Taylor présentent la famille des Barbapapas11 subissant de plein fouet la crise du logement, chassée par les pelles mécaniques. On leur « propose un appartement dans un immeuble neuf ». Les appartements empilés les uns sur les autres sont en fait des cases ajourées par une fenêtre (image 2). Mais, la famille se retrouve vite à l’étroit dans ce quartier périphérique situé à proximité des dessertes expresses. Lorsque la famille décide enfin de quitter la ville c’est pour aller trouver une vie meilleure dans une campagne verdoyante, sous une nuit étoilée. La monotonie des grandes villes symbolisée par la rectitude du chemin emprunté par les Barbapapas (p. 16) fait place au charme envoûtant de la campagne symbolisée par la sinuosité du chemin qui mène au village (image 3). De la même façon, la végétation, le relief varié, le cours d’eau pure s’opposent aux usines qui polluent l’air et l’eau. La campagne devient plus que jamais l’antithèse de la ville, elle devient une sorte de paradis perdu, immuable et éternel, qui conserve les valeurs non corrompues par la ville.

Image 2. Annette Tison et Talus Taylor, La Maison de Barpapa,Paris, Les Livres du Dragon d’Or, 1972, p. 12-13

Image 3. Annette Tison et Talus Taylor, La Maison de Barpapa, Paris, Les Livres du Dragon d’Or, 1972, p. 16-17

9Dans les années 1970-1990, les albums qui traitent de la campagne sont encore prépondérants. La volonté éditoriale, et sans doute auctoriale, est de proposer une image rassurante, stable et sécurisante face à l’image négative de la ville durant ces années-là. La représentation du monde rural prend alors trois orientations : soit il est considéré comme un refuge, soit comme un « archétype euphorisant », soit encore, mais de manière plus rare, comme un espace transformé par la ville.

Une nouvelle image de la ville (1990-2010)

  • 12 Raymond Woessner, France : aménager les territoires, Paris, Sedes, 2008, p. 111.
  • 13 Michel Lussault, L’Avènement du monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Paris, Seuil, 20 (...)

10Au début des années quatre-vingt-dix, un nouveau cap est franchi : trois Français sur quatre vivent dans une unité urbaine. L’expansion de l’urbain est tel qu’il appelle de plus en plus de spécialistes, géographes, urbanistes, aménageurs, à s’intéresser aux phénomènes urbains et périurbains. Ces derniers invitent sans cesse à être redéfinis, à des débats conceptuels qui cherchent à identifier des processus aussi divers que la rurbanisation (Bauer, Roux, 1975), l’exurbanisation (Bulléon, 1991) ou encore la périurbanisation (Chapuis, 1995). La définition de la ville, envisagée à présent comme une pure production sociale, n’est plus guidée par des critères seulement démographiques mais surtout par des critères sociaux. En 1996, l’INSEE intègre le nombre d’emplois et les déplacements induits pour établir des auréoles successives à partir de la ville-centre. L’INSEE ne parle plus de ville mais « d’aires urbaines ». Cette nouvelle image permet de se rendre compte que les trois quarts de « la croissance démographique sont réalisés par les couronnes périurbaines et multipolarisées des agglomérations12 ». La diversité, l’importance, la prépondérance des « espaces périurbains » laissent apprécier l’extrême porosité des limites entre l’urbain et le rural, allant jusqu’à la confusion entre les deux espaces. Certains auteurs, à l’instar de Jacques Lévy et Michel Lussault, affirment que c’est aujourd’hui la « prégnance urbaine qui fabrique le Monde13 ».

11Ainsi, à partir de la fin des années quatre-vingt-dix, la ville devient un sujet abondamment traité dans les albums pour enfants. Elle est présente dans près de 50% des albums parus entre 2000 et 2012. Elle supplante la place prépondérante qu’occupait la campagne depuis plus de trente ans. Cette prise de conscience du fait urbain semble faire écho à l’intérêt porté sur le sujet par la communauté scientifique depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. Objet d’études spatiales et sociales, centre d’interrogations diverses pour les géographes d’une part mais également pour les architectes ou les décideurs de tous ordres, la ville fascine... Sa perception a, de fait, fondamentalement changé.

  • 14 Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’été, Paris, La Joie de Lire, 2005.
  • 15 G. Dorémus, Plus tard, Rodez : Le Rouergue, 2000.
  • 16 Nous entendrons ici par urbanité « l’indicateur de l’état spécifique de l’organisation des objets d (...)

12La ville, telle qu’elle est montrée dans les albums pour enfants, est pratiquement toujours mise en relation avec la campagne environnante. Il ne s’agit plus, dans les tendances très contemporaines, de renvoyer dos à dos campagne et ville. Que ce soit dans un itinéraire qui va de la périphérie vers le centre de la ville, comme dans Le Livre de l’Eté14 de Rotraut Susanne Berner ou de la périphérie vers la périphérie, comme dans Plus tard15 de Gaëtan Dorémus, les auteurs jouent avec différents critères dont la plus ou moins grande intensité définit un degré d’urbanité16.

« L’enchantement » urbain

13Plus tard est le premier album réalisé entièrement par Gaëtan Dorémus aux éditions du Rouergue en 2000. Le lecteur est invité à suivre un petit garçon, Gustave, depuis sa maison, située dans la proche périphérie d’une ville, vers son école, située dans un autre espace périphérique, à l’autre bout de l’aire urbaine le conduisant à passer par le centre-ville. Aucune image négative de la ville bien au contraire, Dorémus montre sa fascination pour une ville qui se déploie sous les yeux du héros. L’image donnée par Dorémus n’est pas celle d’une ville ultramoderne, mais d'un espace de type européen sans gratte-ciel. Ce qui semble attirer l’attention de l’illustrateur c’est une certaine image « rétro » de la ville mais également celle d’un espace dans lequel les dérives sont possibles, plaçant la ville comme un des derniers terrains d’aventure possible.

Image 4. Gaëtan Dorémus, Plus tard, éditions du Rouergue, 2000, couverture

Un petit côté rétro

« Plus tard », c’est des pots d’échappement et des oiseaux ; des voitures, des bateaux, des montgolfières ; des trains en partance et des feuilles d’automne ; des piétons empressés et des petits cafés, un bandit poursuivi, des canards et un étonnant facteur, c’est Tati, Klee et Prévert qui discutent. En allant à l’école, un gosse rêvasse à tout va ; plus tard, en sortant de l’école, on court après ses rêves de gosse17.

Dans cette présentation que Gaëtan Dorémus fait de son premier album, deux premiers traits fondamentaux de l’image que l’auteur a de l’urbain apparaissent d’emblée : d’une part un assemblage d’objets hétéroclites et d’autre part une certaine nostalgie de la ville des années cinquante. De fait, ce premier ouvrage porte la marque d’une influence revendiquée à la fois de l’univers graphique de Paul Klee et de l’univers poétique de Jacques Tati et Jacques Prévert.

  • 18 Nelly Stéphane, André François, Roland, New York, Harcourt, 1958 ; Paris, Circonflexe, 1992.

14Le choix plastique de Gaëtan Dorémus est évidemment une référence aux œuvres les plus significatives de Paul Klee : Accostage miraculeux (1920), Roseraie (1920) ou encore Forêt (1925). Les formes sont proches du symbolisme et évoquent déjà l’art brut que l’on retrouvera chez Dubuffet. La double-page 24-25, sur laquelle on voit Gustave franchir le pont sur la gauche de l’image le séparant de tout un quartier péricentral où se trouve son école et qui s’étale à la vue du lecteur sur la page de droite, n’est pas sans évoquer Château et Soleil (1928) de Paul Klee. Ces formes angulaires qui suggèrent de manière très symbolique les maisons entassées font également penser à l’art brut et au travail d’André François. En particulier dans l’album Roland18 (1958) dont le héros est également un petit écolier qui, de manière surréaliste, donne vie à des dessins qu’il fait sur les murs de sa classe. Le travail de Gaëtan Dorémus est d’ailleurs davantage un travail porté sur le trait que sur la couleur.

15Le travail plastique semble également répondre à une perception de l’urbain appréhendé comme un assemblage hétéroclite d’objets architecturaux, d’habitants tous aussi divers les uns que les autres. L’altérité est, dans l’esprit de Dorémus, une image importante de la ville. Gustave croise un grand nombre de personnages très divers : « des piétons pressés, des canards, des chiens en laisse, des brigands, des facteurs... ». De la même manière chacune des planches est un assemblage de collages, de taches de couleur, de dessins à l’encre noire. Cet assemblage hétéroclite est d’ailleurs perceptible dès la couverture (image 4). En effet, on y voit une sorte de pelote rouge dans laquelle immeubles de toutes formes, routes, rues et axes de communications semblent s’être enroulés autour de la chambre de Gustave. Dans cette même couverture, certaines images constituent des citations intericoniques à la ville dans laquelle se situe l’action du film Mon Oncle de Jacques Tati (1958). Ainsi en est-il de l’usine Plastac au bas de l’image et de la maison revêche où habite l’Oncle et qui apparaît en rose dans la partie inférieure gauche de la « pelote ».

16La ville dessinée par Dorémus est une référence à ce quartier de la ville qui évoque la ville d’avant-guerre et où habite l’Oncle incarné par le réalisateur lui-même dans le film de Tati. Cette ville dans laquelle les habitants se parlent, se connaissent, se reconnaissent. Dans laquelle, la fonction socialisante de la ville est vantée et est rendue possible grâce à la rue. Cette ville fuit la ligne droite, elle est comme une antithèse à la ville imaginée par Le Corbusier et ses disciples pendant la Reconstruction. Gustave, cet enfant qui imagine tant d’inventions tout au long de son parcours urbain, fait évidemment et également penser à Jacques Prévert et aux poèmes du recueil Histoires (1946) ou encore à Raymond Queneau et à Zazie dans le métro (1959). Bref, l’image de la ville présente dans cet album est une image « rétro » qui se soustrait du modernisme. C’est l’image de la ville européenne « éternelle », celle qui réunit toutes les caractéristiques de ce que l’anthropologue Yves Winkin nomme les figures de l’enchantement.

  • 19 Erving Goffman, « La Communication en défaut », traduction du titre original « Faulty Persons », ch (...)
  • 20 Yves Winkin, Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Bruxelles, De Boeck unive (...)

17En effet, Winkin, se référant aux travaux d’Erving Goffman19, définit l’enchantement comme un phénomène qui se « rapporterait à des lieux et paysages créés dans l’intention d’induire chez ceux qui les fréquentent un état de permanence euphorique20 », euphorie étant pour Goffman l’état émotionnel d’une personne qui n’est ni mal à l’aise, ni embarrassée ni hors de propos dans ces lieux et paysages. Si Winkin fait expressément référence à des lieux, nous croyons qu’il existe également des images de ces lieux ou espaces qui provoquent les mêmes sensations. Il semblerait ainsi pour Dorémus que l’image de la ville qui provoque le « désenchantement de l’urbain » est celle du modernisme, des grands ensembles, des tours et des barres ; celle qui provoque « l’enchantement de l’urbain », a contrario, serait bien plus celle des petits immeubles, des petits pavillons, des rues sinueuses et des places bouillonnantes, celle des illustrateurs des années cinquante et que l’on trouve chez André François, Ludwig Bemelmans ou Miroslav Sasek par exemple.

  • 21 Hélène Jannière et Frédéric Poussin, « Paysage urbain : d'une thématique à un objet de recherche », (...)

18Ce qui semble intéresser l'artiste Gaëtan Dorémus c'est une sorte d'appréhension globale de l'espace urbain dans laquelle la primauté est accordée à la dimension visuelle. La perception et le mouvement sont au centre de l'esthétique de Dorémus. Son approche semble très proche de celle d'urbanistes comme Thomas Sharp ou Hugh de Cronin Hastings et Gordon Cullien à la fin des années quarante pour définir le townscape (paysage urbain). Il s'agissait alors pour eux de définir de nouveaux modes de restructuration urbaine qui seraient construits sur la « compréhension des effets produits par la mise en relation des éléments physiques de l'environnement (un art de l'ensemble)21 ».

Un territoire de dérives potentielles

  • 22 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1, Arts de faire, Paris, Folio, 1990, p. 170.

Dans l’Athènes d’aujourd’hui, les transports en commun s’appellent metaphorai. Pour aller au travail ou rentrer à la maison, on prend une « métaphore » - un bus ou un train. Les récits pourraient également porter ce beau nom : chaque jour, ils traversent et ils organisent des lieux ; ils les sélectionnent et les relient ensemble ; ils en font des phrases et des itinéraires. Ce sont des parcours22.

Dans Plus tard, tout se passe comme si le personnage devenait le conducteur de la « métaphore ». La première de couverture de l’album montre une ville informe, illisible au premier abord. Nous avons l’impression qu’elle forme un nœud de communication routier, ferroviaire et fluvial. On y devine des industries, des habitations, quelques commerces. La ville est encore endormie et au cœur de cet espace, Gustave, se réveille. Dorémus nous conduit alors à travers les rues de cette ville en suivant Gustave qui se rend à l’école, porté par les rêves de ce qu’il fera ou ne fera pas plus tard. Au fur et à mesure des pages, la ville s’anime, le tramage des rues s’effile et la ville devient peu à peu lisible. Les quartiers, aux fonctions diverses, s’enchaînent et progressivement un plan de la ville se construit.

Image 5. Déplié du parcours de Gustave dans Plus tard, éditions du Rouergue, 2000

19Ainsi, le parcours de Gustave qui est matérialisé par une ligne en pointillé tracée sur une fine bande de papier collée sur la page, s’il est suivi scrupuleusement, amène le lecteur à faire pivoter le livre dans tous les sens (image 5). La ville se déploie et la pelote se déroule. La chambre de Gustave, qui semblait être au cœur de la ville sur la couverture, est en fait située dans la périphérie. Le jeune personnage franchit un certain nombre de limites (boulevard périphérique, grand parc, canal) qui dessinent les différentes « auréoles » de l’aire urbaine (image 6). Gustave quitte la périphérie où il habite pour traverser successivement un espace péricentral occupé principalement par un grand parc, arrive en centre-ville où les habitants sont en ébullition autour d’une place où convergent différentes rues commerçantes. Il traverse ensuite un nouvel espace péricentral polarisé autour de la gare et près de laquelle on trouve une « Grosse usine » (p. 22-23). Il franchit le canal et débouche sur un nouveau quartier périphérique, très agité, dans lequel se trouve son école et dans lequel l’activité semble concentrée autour d’une « très très grosse entreprise » (p. 28-29).

Image 6. Schéma de l’aire urbaine parcourue par Gustave dans Plus tard, éditions du Rouergue, 2000

  • 23 Michel de Certeau, op.cit., p. 171.

20La ville n’est plus seulement un nœud de communication mais un espace à vivre, peuplé de gens qui s’activent, se croisent. Non seulement la ville de Gustave prend du sens, mais elle se construit sous les yeux du lecteur. Ce qui finalement pourrait passer pour une chrysalide sur la couverture donne naissance à une aire urbaine structurée par un système complexe de rues, places, parcs et ponts, également multi-polarisée autour de « lieux » d’échange interpersonnels (le stade municipal, le parc, la place de centre-ville, la gare, la « très très grosse entreprise »). C’est le parcours diégétique que l’auteur fait faire à son personnage qui invite le lecteur à entrer dans l’histoire et qui permet, du même coup, d’inventer l’espace. Le récit, pour reprendre une expression de Michel de Certeau, produit de facto des « géographies d’action23 ».

Comme tout le monde, quand j’étais môme, j’étais plus petit que les grands. Tout était plus grand. La ville était plus grande. Et en déambulant, j’imaginais ce que je ferais plus tard en pêchant des bribes d’histoires alentour, en me cognant parfois à un grand poteau ou une grande jambe de grand24.

  • 25 Guy Debord, « Introduction à une critique de la géographie urbaine », Les Lèvres nues, n°6, septemb (...)

21Pour Dorémus, la ville devient un espace d’aventures toujours nouvelles. Si pourtant Gustave a une direction bien précise en quittant sa maison, l’itinéraire qu’il prend à travers la ville ressemble à une dérive urbaine. Gustave traverse différents quartiers qui ont chacun une ambiance différente, une couleur, une intensité particulière. À l’instar de la psychogéographie de Debord, la ville des albums contemporains, par les dérives potentielles qu’elle propose, imprime le vécu des citadins. « Le brusque changement d’ambiance dans une rue, à quelques mètres près ; la division patente d’une ville en zone de climats psychiques tranchés ; la ligne de plus forte pente – sans rapport avec la dénivellation – que doivent suivre les promenades qui n’ont pas de but ; le caractère pressant ou repoussant de certains lieux25 » sont les phénomènes qui interpellent le psychogéographe.

  • 26 Lettre adressée à Horace Mann, 28 janvier 1754, dans Walpole’s Correspondance, vol.20, p. 407-411. (...)

22C’est bien cette liberté de mouvement qui permet le hasard des rencontres et des découvertes, celui de l’aventure. Il s’agit d’une mobilité affectionnée par Dorémus et qui permet au héros de trouver ce qu’il ne cherche pas. Ces découvertes inattendues faites par « accidents et sagacité » constituent ce que le romancier britannique, Horace Walpole, nomma en 1754 les « sérendipités26 ».

  • 27 Jacques Lévy, « Entre contact et écart. La distance au cœur de la réflexion », Atala, n°12, La dist (...)

23La perception que notre auteur a de la ville rejoint ici une conception énoncée par Jacques Lévy : « On constate ainsi que c’est avec la cognition aléatoire de la complexité (serendipity) et avec l’engagement multi sensoriel des corps dans l’espace public que la ville tient l’essentiel de sa valeur ajoutée27 ». La sérendipité peut être vue comme l’expression de la liberté de penser mais également de celle de circuler, de gérer les distances. Aller où la curiosité vous conduit, découvrir des personnes et des lieux auxquels on ne s’attendait pas. La sérendipité est pour Dorémus la quête d’un constant émerveillement sur le monde. Elle est inhérente à la mobilité des personnages. Elle est, par exemple, un des caractères de la ville. Se perdre dans les rues, dans les quartiers, est l’assurance de mille découvertes. Gustave rêve tout au long de son parcours. Dans son long monologue, son présent est sans cesse lié à un futur qu'il imagine et à des projets d'avenir. Le parcours qui le mène jusqu'à son école semble ainsi dilater le temps.

Vers une confusion ville/campagne

  • 28 Jacques Lévy, Réinventer la France. Trente cartes pour une nouvelle géographie, Paris, Fayard, 2013 (...)
  • 29 Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’automne, Paris, La Joie de Lire, 2005 ; Le Livre de l’hiver, (...)

24Selon Jacques Lévy, « l’urbanisation absolue, définie comme le passage quantitatif du monde rural au monde urbain, est achevée en France28 ». Il voit ainsi le développement d’une société archipel à dominante réticulaire où l’espace rural se trouve intégré à l’aire urbaine à différents degrés d’urbanité. Cette perception de l’espace urbain est très présente dans un grand nombre d’albums très récents et notamment dans Les livres du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver de Rotraut Susanne Berner29. Ces quatre albums sont construits sur le même modèle. Sept doubles-pages donnent une représentation linéaire de sept lieux de l'urbain qui se suivent et s’enchaînent et qui semblent constitutifs de quelques « paysages urbains » euphorisants : le centre-ville, les espaces péricentraux (avec le centre culturel, la gare, le centre commercial), les espaces périurbains (la maison collective du début d'album, le garage, les fermes, le parc extérieur). De fait, le lecteur, au fil des pages, est embarqué dans un travelling qui lui fait traverser plusieurs aires d’un même espace composite.

Tous urbains

  • 30 Jacques Lévy, Réinventer la France. Op. cit., p. 231.

25Rotraut Susanne Berner a décidé de recréer l’univers d’une aire urbaine fictive qu’elle a baptisée Wimmlingen (image 7). Si l’on met bout à bout les sept doubles-pages, on est mieux à même de mesurer la nouvelle substance que prend le rural contemporain toujours inséparable de l’urbain qui semble être mis au premier plan (image 8). Le schéma du parcours suivi par le lecteur/spectateur au fil des pages de l’album (image 9) montre les différents éléments constituant l’aire urbaine de Wimmlingen. Ces éléments figurent au premier plan. Il s’agit uniquement, comme on peut le constater, d’unités d’habitations. Densité, diversité des activités, hauteur du bâti sont la substance du centre-ville de Wimmlingen. De part et d’autre de ce centre, apparaissent des objets bâtis plus distendus qui correspondent à des services urbains plus diffus : la gare, le parc, une station-service. Au plus loin du centre, apparaissent des éléments isolés, comme la grande maison de la première double-page et la ferme de la deuxième que je situe dans ce que Jacques Lévy appelle « l’infra-urbain » et qu’il définit comme « des zones dont l’éloignement affecte significativement l’exposition à l’altérité produite par les villes, mais reste un gradient d’urbanité30 ».

Image 7. Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’été, La Joie de Lire, 2005

Image 8. Schéma global du Livre de l’été

Image 9. Le Livre de l’été, calque 1 : L’habitat

26Cette première analyse des images montre assez bien l’effet de l’expansion urbaine sur le panorama de l'aire urbaine tel qu'il apparaît au fil des pages (trait modélisant en pointillés de l’image 10). Cette expansion suit d’ailleurs la voie de circulation majeure qui figure au premier plan des doubles-pages et qui se ramifie en entrant dans le centre-ville de Wimmlingen pour se resserrer à sa sortie. L’arrière-plan des images semble davantage consacré à l’espace dit « rural » (image 11). Si quelques activités agricoles sont visibles (élevage, agricultures, fermes, maraîchages), d’autres sont représentées : le secteur tertiaire avec le « tourisme vert » et l’équitation, la randonnée à pied ou à vélo, mais également le secteur primaire avec la fabrication d’énergie électrique éolienne. Très clairement, cet espace « rural » est occupé par des éléments urbains (une ville voisine), un supermarché, quelques grands ensembles. La maison isolée de la première double-page est également raccordée au centre de Wimmlingen par un réseau de transport urbain dont un arrêt est situé juste devant le portail d’entrée de la maison (ligne de bus n°26).

Image 10. Le Livre de l’été, calque 2 : modélisation de l’habitat

27Pour Berner, l’espace « rural » est un espace infra-urbain interstitiel subissant l’influence de différentes aires urbaines d’importance diverse. Il s’agit également d’un espace polyfonctionnel lié aux aires urbaines qui répond à trois obligations : humaine, culturelle et économique. La dimension humaine fait de la campagne le seul recours à un rééquilibrage de l’homme urbanisé ; la dimension culturelle l’identifie à des paysages et à un patrimoine qui lui sont propres mais également à des activités « écotouristiques ». La dimension économique fait de cet espace « rural » un espace productif qui nourrit les aires urbaines et propose des activités de loisirs et de détente.

Image 11. Le Livre de l’été, calque 3 : l’arrière-plan

  • 31 André Piatier et J. Madec, « Comment et pourquoi définir un espace rural ? », Économie rurale, n°11 (...)

Si on doit considérer comme périmée l’opposition ville-campagne, qui revenait à opposer deux styles de vie et deux niveaux de développement (le traditionnel étant le rural et le moderne étant urbain), il faut aussi refuser la frontière empiriquement tracée entre ces deux modes31.

Ce constat fait par André Piatier en 1977 est totalement d’actualité et les frontières entre l’espace rural et l’espace urbain sont rarement perceptibles dans les albums contemporains où l’on passe elliptiquement de la ville à la campagne.

Aire de spatialisation des liens sociaux

  • 32 Les schémas de spatialisation des personnages représentent les itinéraires de quelques personnages (...)

28La série des quatre albums fait partie de ce qu’on a coutume d’appeler des wimmelbuch, littéralement « livre où grouille la vie », et que l’on traduit en anglais par seeking book et en français par « livre promenade ». Dans ces albums, le jeune lecteur peut suivre plus de quatre-vingts personnages récurrents. En effet, à l’analyse spatiale qui précède on peut associer une analyse davantage sociale en s’intéressant aux personnages qui « grouillent » dans les pages des quatre albums des Saisons. En suivant l’itinéraire32 de quelques-uns des personnages, trois zones se distinguent assez clairement (image 10). La zone A qui correspond à la zone périurbaine et qui englobe la grande maison du début des histoires, est l’aire où les individualités dominent, où les relations intersubjectives sont quasi absentes ou distantes. La zone B correspond au cœur de la ville où les relations intersubjectives se nouent de manière buissonnante. Enfin, la zone C, le parc péricentral semble être l’espace où les relations intersubjectives se cristallisent. L’aire urbaine constitue alors pour Rotraut Susanne Berner, le lieu des rencontres, des échanges intersubjectifs. Les « marges » semblent être des lieux d’isolement ou de relations plus distendues.

Image 12. Spatialisation des relations intersubjectives dans les Livres des Saisons de Rotraut Susanne Berner (source : Christophe Meunier)

29Trois exemples assez significatifs permettront de compléter ces observations. Tout personnage qui traverse l’aire urbaine est sujet à faire des rencontres. Armand, le jogger, traverse une première fois l’aire urbaine en hiver et y fait la rencontre furtive d’Inès, mais c’est au printemps qu’après une chute près du centre culturel il rencontre Anne avec qui il va nouer une relation amoureuse. Leur histoire va s’épanouir au fil des saisons. Que ce soit pour l’été ou pour l’automne, les deux personnages sont séparés lors de la phase A et se rejoignent en B (image 12).

Image 13. Spatialisation des relations entre Anne, Armand et Inès dans les 4 albums des Livres des Saisons (source : Christophe Meunier)

30Pour ne pas faire de rencontre, il y alors deux conditions. La première consiste à faire le tour de la ville en restant dans les marges. C’est l’exemple d’Ariane, la petite vieille qui occupe le deuxième étage de la grande maison, et qui au printemps décide de faire une grande randonnée en suivant un itinéraire loin du centre, dans les marges. La seconde condition est de s’isoler dans une activité absorbante comme la lecture. C’est le cas de Petra, la jeune liseuse qui traverse l’aire urbaine sans jamais faire de rencontre.

  • 33 Francesco Indovina, La Citta diffusa, Venise, DAEST, 1990.
  • 34 Gilles Novarina, « De la “Citta diffusa” à la ville nature », Environnement. Ambiente e Territorio (...)
  • 35 Maud Sorois, op. cit., p. 22.
  • 36 Francesco Careri, « New Babylon. Le nomadisme et le dépassement de l’architecture » dans Constant. (...)

31En somme, la période contemporaine ne cherche plus à opposer la ville et la campagne. Cette opposition ne semble plus avoir de sens comme le montre bien le travail de Rotraut Susanne Berner. L’image de la ville véhiculée par la grande majorité des albums contemporains est assez proche de ce que Francesco Indovina33 nomme la citta diffusa. L’aire urbaine d’aujourd’hui prend la forme d’une peau de léopard. « Elle enserre, à l’intérieur de ses mailles, des terres encore cultivées, des bois et des friches. La nature et la campagne, jusque-là extérieures à la ville compacte, deviennent des parties intégrantes de la citta diffusa34. » Globalement, les albums contemporains semblent s’être accommodés de la ville. Elle est devenue, à l’instar de Plus tard, une aire de jeu et d’aventure. Pour reprendre les mots de Maud Sorois en 1977, « au “non” idéologique des albums précédents, répond un “oui” sous-tendu par la volonté pédagogique de dédramatiser la ville afin de permettre à l’enfant d’y vivre à l’aise et content35 ». Dans les deux albums que nous avons analysés, ce qui est surprenant et remarquable c’est que la ville n’y est jamais considérée comme un objet ou comme un espace contemplé et subi. Elle est transformée en une expérience vécue. L’architecte Francesco Careri n’écrivait-il pas en 2001 : « D’espace où l’on est, la scène urbaine devient un espace où l’on déambule, la ville sédentaire fait place à la cité nomade livrée à la dérive sans fin36. » Choisir la ville comme cadre privilégié pour des aventures signifie vivre entre ses murs, dépasser ses contraintes, se mêler à ses habitants, parcourir ses rues, ses places, ses avenues, marcher, déambuler, créer, ressentir la vie qui s’en dégage, en un mot l’habiter.

Haut de page

Bibliographie

Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’automne, Paris, La Joie de Lire, 2005.

-- Le Livre de l’hiver, Paris, La Joie de Lire, 2005.

-- Le Livre du printemps, Paris, La Joie de Lire, 2005.

-- Le Livre de l’été, Paris, La Joie de Lire, 2010.

Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1, Arts de faire, Paris, Folio, 1990.

Marie-José Chombart de Lauwe, « Dans la ville, des enfants », Autrement, n°10, septembre 1971.

Gaëtan Dorémus, Plus tard, Rodez, Le Rouergue, 2000.

Erving Goffman, « La Communication en défaut », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.100, n°100, 1993, p. 66-72.

Hélène Jannière, Frédéric Poussin, « Paysage urbain : d'une thématique à un objet de recherche », Strates [en ligne], 13, 2007, mis en ligne le 22 octobre 2008. http://strates.revues.org/4953

Jacques Lévy, Réinventer la France. Trente cartes pour une nouvelle géographie, Paris, Fayard, 2013.

-- « Entre contact et écart. La distance au cœur de la réflexion », Atala, n°12, La distance, objet géographique, Rennes, 2009, p. 175-185.

Bernard Marchand, « La haine de la ville : "Paris et le désert français" de Jean-François Gravier », L’information géographique, n°3, 2001, p. 236.

Christophe Meunier, L'Espace dans les livres pour enfants, Rennes, P.U.R., 2016.

André Piatier, « Comment et pourquoi définir un espace rural ? », Économie rurale, n°118, 1977.

Maud Sirois, « Images de la ville », La Revue des livres pour enfants, n°56, octobre 1977, p. 18-24.

Christian Topalov, « Trente ans de sociologie urbaine. Un point de vue français », Métropolitiques [en ligne] mis en ligne le 16 octobre 2013. http://www.metropolitiques.eu/Trente-ans-de-sociologie-urnaine.html

Yves Winkin, Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Paris, Seuil, 1996.

Haut de page

Notes

1 Marie-Josée  Chombart de Lauwe, « Dans la ville, des enfants », Autrement, n°10, septembre 1971.

2 Maud Sirois, « Images de la ville », La Revue des livres pour enfants, n°56, octobre 1977, p. 18.

3 Dans cet article, nous entendons par « population urbaine » le nombre d'individus résidant dans des espaces bâtis supérieur à 2 000 habitants et dans lesquels les maisons sont éloignées de moins de 200 mètres (définition INSEE).

4 Christophe Meunier, L'Espace dans les livres pour enfants, Rennes, P.U.R., coll. « Espace et territoires », 2016, p. 199-202.

5 Yves Winkin, Anthropologie de la communication. De la théorie à la pratique, Paris, De Boeck/Larcier, 1996, p. 273.

6 Christophe Meunier, Quand les albums parlent d’espace. Espaces et spatialité dans les albums pour enfants, thèse de Géographie, ENS de Lyon, 2014.

7 D’après le CNTRL, l’emploi du mot « cadre » pour désigner le personnel d’encadrement d’une entreprise remonterait à 1931, notamment dans un ouvrage de l’économiste britannique Michaël Farman, Piatiletka (le plan russe), Paris, Rieder, 1931, traduit d’un article paru dans The Economist de décembre 1930.

8 Christian Topalov, « Trente ans de sociologie urbaine. Un point de vue français », Métropolitiques, 16 octobre 2013.

9 Bernard Marchand, « La haine de la ville : "Paris et le désert français" de Jean-François Gravier », L’information géographique, n°3, 2001, p. 236.

10 Bernard Marchand, op. cit., p. 248.

11 Annette Tison et Talus Taylor, La Maison de Barbapapa, Paris, Les Livres du Dragon d’Or, 1972.

12 Raymond Woessner, France : aménager les territoires, Paris, Sedes, 2008, p. 111.

13 Michel Lussault, L’Avènement du monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Paris, Seuil, 2013, p. 64.

14 Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’été, Paris, La Joie de Lire, 2005.

15 G. Dorémus, Plus tard, Rodez : Le Rouergue, 2000.

16 Nous entendrons ici par urbanité « l’indicateur de l’état spécifique de l’organisation des objets de société au sein d’une situation urbaine donnée (cf. article « Urbanité » de Jacques Lévy dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2013, p. 1055-1056). En d’autres termes, l’urbanité se définit par opposition à la ruralité comme l’ensemble de critères liés à la perception de ce qui est urbain.

17 Site personnel de Gaëtan Dorémus : http://gaetan.doremus.free.fr/spip.php?article11

18 Nelly Stéphane, André François, Roland, New York, Harcourt, 1958 ; Paris, Circonflexe, 1992.

19 Erving Goffman, « La Communication en défaut », traduction du titre original « Faulty Persons », chapitre XX de la thèse de doctorat Communication Conduct in an Island Community, Université de Chicago, département de sociologie, 1953, p. 243.

20 Yves Winkin, Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Bruxelles, De Boeck université, 1996, p. 215.

21 Hélène Jannière et Frédéric Poussin, « Paysage urbain : d'une thématique à un objet de recherche », Strates [en ligne] n°13, 2007, mis en ligne le 22 octobre 2008. https://strates.revues.org/4953

22 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1, Arts de faire, Paris, Folio, 1990, p. 170.

23 Michel de Certeau, op.cit., p. 171.

24 Site personnel de Gaëtan Dorémus : http://gaetan.doremus.free.fr/spip.php?article11

25 Guy Debord, « Introduction à une critique de la géographie urbaine », Les Lèvres nues, n°6, septembre 1955, p. 11-13.

26 Lettre adressée à Horace Mann, 28 janvier 1754, dans Walpole’s Correspondance, vol.20, p. 407-411. Cité dans Robert King Merton. et Elinor Barber, The Travels and Adventures of Serendipity: A Study in Sociological Semantics and the Sociology of Science, Princeton, Princeton University Press, 2004, p. 1-2.

27 Jacques Lévy, « Entre contact et écart. La distance au cœur de la réflexion », Atala, n°12, La distance, objet géographique, Rennes, 2009, p. 175-185.

28 Jacques Lévy, Réinventer la France. Trente cartes pour une nouvelle géographie, Paris, Fayard, 2013, p. 59.

29 Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’automne, Paris, La Joie de Lire, 2005 ; Le Livre de l’hiver, Paris, La Joie de Lire, 2005 ; Le Livre du printemps, Paris, La Joie de Lire, 2005 ; Le Livre de l’été, Paris, La Joie de Lire, 2010.

30 Jacques Lévy, Réinventer la France. Op. cit., p. 231.

31 André Piatier et J. Madec, « Comment et pourquoi définir un espace rural ? », Économie rurale, n°118, 1977, p. 5.

32 Les schémas de spatialisation des personnages représentent les itinéraires de quelques personnages des albums de la collective « Les livres des saisons » de Rotraut Susanne Berner. Les parcours au fil des pages sont figurés par des lignes alors que les points symbolisent les personnages. On a utilisé le cercle pour indiquer les rencontres interpersonnelles.

33 Francesco Indovina, La Citta diffusa, Venise, DAEST, 1990.

34 Gilles Novarina, « De la “Citta diffusa” à la ville nature », Environnement. Ambiente e Territorio in Val d’Aosta [en ligne] n°33, 2014.

http://www.regione.vda.it/gestione/riviweb/templates/aspx/environnement.aspx?pkArt=501

35 Maud Sorois, op. cit., p. 22.

36 Francesco Careri, « New Babylon. Le nomadisme et le dépassement de l’architecture » dans Constant. Une rétrospective, Musée Picasso d’Antibes/RMN, 2001, p. 28.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Image 1. Jean de Brunhoff, Histoire de Babar le petit éléphant, Paris, Hachette, 1931, p. 9
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Image 2. Annette Tison et Talus Taylor, La Maison de Barpapa,Paris, Les Livres du Dragon d’Or, 1972, p. 12-13
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Image 3. Annette Tison et Talus Taylor, La Maison de Barpapa, Paris, Les Livres du Dragon d’Or, 1972, p. 16-17
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Image 4. Gaëtan Dorémus, Plus tard, éditions du Rouergue, 2000, couverture
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Image 5. Déplié du parcours de Gustave dans Plus tard, éditions du Rouergue, 2000
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Image 6. Schéma de l’aire urbaine parcourue par Gustave dans Plus tard, éditions du Rouergue, 2000
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Image 7. Rotraut Susanne Berner, Le Livre de l’été, La Joie de Lire, 2005
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Image 8. Schéma global du Livre de l’été
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Image 9. Le Livre de l’été, calque 1 : L’habitat
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Image 10. Le Livre de l’été, calque 2 : modélisation de l’habitat
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Image 11. Le Livre de l’été, calque 3 : l’arrière-plan
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Image 12. Spatialisation des relations intersubjectives dans les Livres des Saisons de Rotraut Susanne Berner (source : Christophe Meunier)
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Image 13. Spatialisation des relations entre Anne, Armand et Inès dans les 4 albums des Livres des Saisons (source : Christophe Meunier)
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1724/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Meunier, « Images de l’urbain dans les albums pour enfants », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1724 ; DOI : 10.4000/strenae.1724

Haut de page

Auteur

Christophe Meunier

ESPE Centre-Val-de-Loire ; Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org