Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Euriell Gobbé-Mévellec, L’Album contemporain et le théâtre de l’image. Espagne, France

Éléonore Hamaide-Jager
Référence(s) :

Euriell Gobbé-Mévellec, L’Album contemporain et le théâtre de l’image. Espagne, France, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », 2014, 468 p.

Texte intégral

1Au-delà de jolis titres qui insistent sur la métaphore de la construction, l’introduction de cette étude est ambitieuse en s’arrêtant sur l’image de l’album dans une perspective qui se veut complètement renouvelée, par le refus des cloisonnements des domaines de recherche. L’image d’album, qu’il faut davantage entendre comme image mentale que comme illustration, peut alors être appréhendée dans ses liens avec le théâtre en particulier mais forte des connaissances propres à la psychologie, très largement mobilisée, à la psychanalyse, à la sociologie, à la sémiotique mais aussi à la critique d'art, la médiologie, au-delà de la « simple » analyse littéraire. Issu d'une thèse en littérature espagnole, le volume s'étoffe de comparaisons avec le domaine français afin de tracer les grandes lignes d'une « théorie de l'image en littérature de jeunesse » qui traite « simultanément de l'illustration, de l'image poétique, en passant par le pictogramme, la métaphore, les suggestions de mise en scène, l'influence des techniques cinématographiques ». Cette dimension comparatiste lui vaut d'inaugurer cette nouvelle série « littérature de jeunesse » dans la collection « Perspectives comparatistes » des Classiques Garnier. Au côté des noms des chercheurs français travaillant sur la littérature de jeunesse et la culture de l'enfance apparaissent les patronymes de chercheurs espagnols plus rarement convoqués, comme celui de Teresa Durán ou Jaime García Padrino pour ses travaux sur les formes et couleurs dans l'illustration pour enfants en Espagne ou sur la culture de l'image.

2Euriell Gobbé-Mévellec n’hésite donc pas à revenir sur l’étymologie des termes et renverse peut-être la perspective en partant de l’image, en insistant sur le rôle prégnant qu’elle joue dans notre société et sur les incidences que cela produit en terme de place et d'appréhension dans le livre pour enfants et en particulier dans l’album, quand l'image se détache du texte. Ainsi, retraçant comment l'illustration s'est imposée dans le livre pour enfants éditorialement et techniquement, Euriell Gobbé-Mévellec fait une place de choix à des propositions éditoriales qui seraient influencées par les nouvelles technologies. Aucune fascination béate pour ces productions ne se fait jour mais un regard averti sur l'histoire de l'édition pour la jeunesse. La chercheuse établit des liens entre le livre papier et ces propositions hypermédiatiques à hauteur d'enfant qui favorisent l'engagement du corps.

3Avec rigueur et exigence, Euriell Gobbé-Mévellec se confronte aux points d'achoppement de l'album et des définitions qui ont pu en être données, par exemple dans son rapport au texte et au verbal quand seules des images composent le livre, ou encore dans les rapprochements et les frontières entre album et livre d'artiste.

4Dans la deuxième partie de son ouvrage, Euriell Gobbé-Mévellec part de sa démonstration précédente, affirmant que l’album contemporain s’appuie sur les autres arts et que son lien avec le théâtre est donc à interroger, d’autant que l’acception du terme « théâtre » englobe ici la mise en scène, sans se cantonner au texte. Sans doute cette présentation est-elle un peu biaisée, mais elle n’en produit pas moins une réflexion intéressante. En effet, la chercheuse rappelle combien, en dehors des articles proposés par Marie Bernanoce, bien peu d’études se sont penchées sur le lien entre théâtre et album. De fait, plus que le théâtre, c’est bien la théâtralité, indicielle, iconique et symbolique, telle que définie par Peirce, qui l’intéresse dans la mesure où ses dispositifs peuvent être investis par l’album : les personnages qui se font acteurs, le caractère elliptique du texte de théâtre et d'album, le lien de l'image aux didascalies, etc. C'est aussi l'occasion de rappeler l'importance du livre comme jeu dans le développement de l'enfant et de tracer les contours de cette notion de jeu en lien avec le théâtre.

  • 1 Voir par exemple « Du papier au numérique, du tangible au tactile : rupture ou continuité de l'albu (...)

5Dans le troisième chapitre centré sur la capacité de l'album comme du théâtre à « habiter l'image », l'auteur de l'étude étaie sa réflexion par des références à Umberto Eco pour le concept d’œuvre ouverte, mais elle n'hésite pas à convoquer d'autres théoriciens plus inattendus dans un ouvrage centré sur l'album, comme le physicien David Deutsch à qui elle reprend les expressions de « générateurs d'images » ou encore de « constructeurs de réalité virtuelle ». Elle rappelle aussi les positions de chercheurs comme Langlade qui met au cœur de la réception des œuvres le sujet lecteur. Les moyens utilisés par les albums numériques ne sont pas perçus comme un renouvellement des automatismes de lecture. La continuité avec l'album qui se met régulièrement en scène est largement défendue tant les propositions contemporaines favorisent cette implication du lecteur pour en faire un « lectacteur ». Euriell Gobbé-Mévellec considère que la posture du lecteur sur écran est similaire à celle du spectateur d'art contemporain : non seulement il est invité à s’immerger dans un univers de fiction mais il est également enjoint de participer à l’élaboration de l’œuvre. Si ce qui est dit de la lecture hypertextuelle est juste dans la possibilité d'ouvrir le texte à d'autres supports et de repenser le parcours de lecture, on pourrait regretter qu'Euriell Gobbé-Mévellec n'insiste pas suffisamment dans son propos sur des cas d'albums précis qu'on peut néanmoins retrouver dans des articles de l'auteur qui prolongent cette réflexion1 : quelles sont ces productions innovantes ? Quid de l'absence parfois de toute création d'un parcours de lecture personnalisable ? Bien au contraire, le lecteur de certains ouvrages hypermédiatiques se doit d'emprunter les chemins qui ont été tracés pour lui sans possibilité de vagabondage, soit parce que le livre hypertextuel n'est qu'une reprise paresseuse du livre papier ou parce que l'interactivité se limite à des effets gratuits sans beaucoup de sens.

6Autre spécificité mise en avant par l'auteur, cette capacité de l'image d'album à se faire lieu d'accueil du lecteur, tel le Max de Sendak s'enfonçant dans les pages du livre pour créer son espace d'intimité, grand comme le monde. Là encore l'album suivrait une mouvance qui dépasse le seul domaine du livre, pour celui de l'art comme de l'architecture. Cette partie fait la part belle aux divers paysages qui hantent les albums où les choix d'espaces entre jardins apaisants et espaces citadins en attente d'« artialisation », c'est à dire d'une élaboration d'un regard esthétique posé sur eux, disent beaucoup des sociétés où ils s'inscrivent. Un éclairage particulier est proposé sur un lieu privilégié des albums, celui de la maison protectrice, qui s'ouvre parfois sur des univers parallèles et qui permet le glissement vers les espaces intérieurs, scrutés en lien avec le concept de « Moi-peau » créé par Anzieu et largement repris par Jean Perrot. S'ils sont saisis par le lecteur en particulier grâce à la matérialité de l'album, ils sont aussi travaillés par les auteurs-illustrateurs grâce à la thématique du songe. Le rêve se fait un espace d'initiation aux compétences lectorales sur le régime de la fiction, en particulier dans la configuration que privilégie la chercheuse, entre l'adulte conteur, l'enfant et le livre.

7La conclusion permet de ressaisir la dimension théâtrale qui, dans la dernière partie, était mise en sourdine. Rappelant que l'image d'album dans les dispositifs dont elle s'empare dépasse la seule dimension du visible, allant parfois jusqu'à la refuser par des manipulations plastiques autour de la trace, de l'empreinte, du blanc, où les images mentales du lecteur se substituent à une image manquante. L'album comme lieu est bien un espace scénique où l'enfant lecteur se met en scène, s'ancre dans le monde, se redécouvre. C'est aussi dans la conclusion qu'une divergence entre albums français et albums espagnols est amorcée alors que le développement tendait plutôt à les rapprocher : l'image de l'album contemporain français serait une image en creux, sollicitant la participation de l'enfant, et témoignant aussi d'une perte, d'un rapport à l'enfance passée du côté du créateur qui se manifeste par la présence croissante du blanc, laquelle contraste avec les créations espagnoles encore gorgées de couleurs, usant du palimpseste plus que de l'absence de représentation.

8Chaque partie se clôt sur un intermède qui offre une lecture beaucoup plus approfondie de quelques albums. C'est particulièrement vrai à la fin de la première partie qui par sa densité théorique tient de l'étape nécessaire mais laisse peu de place à des analyses d'albums. Ainsi, l'entrée par l'ombre déclenche une lecture fine d'albums et les exemples sont très éclairants sur l'association de l'enfant au déroulement du récit avec des ruptures dans le texte théâtral qui sont lues comme des variations didascaliques qui impliquent le lecteur et l'invitent à sortir de sa posture de lecteur pour celle d'expérimentateur.

9Une des nombreuses qualités de cet ouvrage tient évidemment dans sa confrontation d'un corpus français avec un corpus d'albums espagnols, traduits ou non, dont Euriell Gobbé-Mévellec donne à voir la richesse de construction. Les non-hispanophones déploreront d'autant plus l'absence de traduction d'un certain nombre de titres étudiés ici. On peut aussi regretter que la collection ne propose pas un cahier en couleurs pour les reproductions iconographiques qui perdent beaucoup de leur sens avec le noir et blanc.

10La bibliographie très riche, croisant les références de nombreuses disciplines, offre seulement deux entrées pour ne pas séparer en clôture du volume ce que l'ouvrage s'est évertué à croiser. Deux index, l'un dédié aux noms propres et le second consacré aux œuvres déclinées dans le volume, permettront aussi aux lecteurs diverses entrées dans cet ouvrage touffu, autorisant chacun à créer d'autres parcours à l'intérieur du texte, ainsi qu'y invite toute la démonstration.

11L'ouvrage d'Euriell Gobbé-Mévellec démontre combien l'album pour la jeunesse prend place dans un système beaucoup plus vaste de significations de l'image et se fait l'écho des mutations techniques, éditoriales et esthétiques d'une société entière. En ce sens, la thèse de l'ouvrage est novatrice et elle interroge les choix des illustrateurs français à l'aune de contemporains d'autres pays. Cet ouvrage sera utile aux étudiants qui gagneront peut-être à entrer d'abord par les très subtiles analyses d'albums ou par les intermèdes pour oser affronter une première partie très théorique, mais utile dans la perspective pluridisciplinaire qu'elle propose. Les spécialistes y trouveront matière à réflexion dans cette primauté donnée au « théâtre de l'image » dans l'album.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple « Du papier au numérique, du tangible au tactile : rupture ou continuité de l'album ? », Le Français Aujourd'hui. Les nouveaux livres-objets, sous la direction de Florence Gaiotti, Brigitte Marin et Chantal Lapeyre-Demaison, n°186, juin 2014 ou « De l'album jeunesse aux applis livre : nouveaux dispositifs de lecture », Mémoires du livre / Studies in book culture, « Livre et jeu vidéo » sous la direction de Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo, Volume 5, Numéro 2, printemps 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Hamaide-Jager, « Euriell Gobbé-Mévellec, L’Album contemporain et le théâtre de l’image. Espagne, France », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://strenae.revues.org/1691

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org