Navigation – Plan du site
Fonds d'archives et collections

Les fonds d’archives du Fonds patrimonial Heure Joyeuse de la médiathèque Françoise Sagan : une histoire « humaine »

Viviane Ezratty

Résumé

Le Fonds patrimonial Heure Joyeuse propose une collection composée de 80 000 livres pour la jeunesse du xvie siècle à nos jours. Les conditions de sa création au sein de l’Heure Joyeuse, première bibliothèque spécialisée pour enfants créée en France en 1924, l’ont également amené à constituer un fonds d’archives, d’abord lié à l’institution elle-même, puis, grâce à des dons, davantage centré sur l’édition pour la jeunesse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Viviane Ezratty, « Les premières heures des bibliothèques pour enfants », Histoire des bibliothèque (...)
  • 2 Viviane Ezratty et Hélène Valotteau, « Les collections patrimoniales de littérature d’enfance et de (...)

1Sous la menace d’une crue de la Seine, le Fonds patrimonial Heure Joyeuse avec les archives historiques de la première bibliothèque spécialisée pour enfants créée en France en 19241, a dû quitter son berceau historique dans le 5e arrondissement à Paris. Il a alors intégré la médiathèque Françoise Sagan qui a ouvert ses portes en mai 2015 dans le 10e arrondissement dans l’ancien hôpital de la prison Saint-Lazare2.

Ill. 1. Ex libris réalisé pour l’Heure Joyeuse par Helen Stowe Penrose, illustratrice américaine, à la demande du Book Committee on children’s libraries.

2Le Fonds patrimonial Heure Joyeuse propose une collection composée majoritairement de livres pour la jeunesse. Les premières bibliothécaires de l’Heure Joyeuse souhaitaient que les enfants aient accès à leur propre patrimoine. Les ouvrages précieux qu’elles leur proposaient en lecture sur place, ont formé le noyau initial de ce qui est devenu officiellement un fonds de conservation destiné à un public prioritairement adulte – chercheurs, étudiants, professionnels du livre et de l’enfance -, mais aussi à des nostalgiques à la recherche de leurs livres d’enfance et aux enfants lors d’animations.

3La collection tend à être représentative de l’évolution de l’édition pour la jeunesse du XVIe siècle à nos jours et a parallèlement développé quelques axes particuliers : abécédaires, livres en tissu, livres illustrés par la photographie, livres à système, coloriages, livres d'artistes, albums soviétiques et une collection de dessins originaux. La collection s’est ouverte à d’autres types de supports – phonogrammes, films, objets dérivés – mais aussi a rassemblé au fil des années un fonds d’archives. Celui-ci, d’abord lié à l’institution elle-même, s’est ensuite centré sur l’édition pour la jeunesse, grâce à des dons et quelques acquisitions. C’est une richesse qui commence seulement à être exploitée par les chercheurs.

  • 3 Viviane Ezratty et Françoise Lévèque (dir.), Le Livre pour la jeunesse : un patrimoine pour l’aveni (...)

4À l’occasion de ses 70 ans, en 1994, l’Heure Joyeuse avait organisé un colloque intitulé « Le livre pour la jeunesse, un patrimoine pour l’avenir » dont le sous-titre était « De quelles sources disposent les chercheurs, enseignants, bibliothécaires, éditeurs3 ? » pour être en mesure d’écrire l’histoire de cette littérature, de la rééditer, d’en percevoir sa réception.

5À cette époque, il n’était pas si simple de repérer les lieux de conservation dans le domaine du livre pour la jeunesse, qu’ils soient privés ou publics voire même de connaître les ressources des grandes institutions françaises.

6L’importance des archives, en complément des collections d’ouvrages, y avait été également soulignée pour documenter l’histoire du livre jeunesse et également sa réception par les jeunes, tout en déplorant qu'elles soient souvent difficilement repérables ou exploitables ou qu'elles aient tout simplement disparu.

  • 4 Viviane Ezratty, Françoise Lévèque et Françoise Tenier (témoignages recueillis par), L’Heure Joyeus (...)

7Enfin, comme le soulignait alors Raoul Dubois, enseignant et critique, il ne fallait pas oublier le « patrimoine humain », composé de ceux qui ont bâti le patrimoine littéraire, auteurs, éditeurs bien sûr, mais aussi tous ceux qui ont favorisé le développement de la littérature pour la jeunesse. C'est pourquoi un recueil de témoignages a également été publié en 19944 pour donner chair à cette initiative innovante que fut la création de l’Heure Joyeuse au lendemain de la Première Guerre mondiale. En plus de témoignages des années 1920-1960 – Paul Hazard, Eugène Morel, etc. - ont été réalisées des interviews d’anciens lecteurs, stagiaires, enseignants, éditeurs (Claude Roy, Isabelle Jan, Raoul Dubois, etc.).

Les archives de la création de la bibliothèque l’Heure Joyeuse

8En 1986, peu après ma prise de fonction comme directrice de la bibliothèque l’Heure Joyeuse, Marguerite Gruny, une de ses trois fondatrices, avait pris contact avec moi pour me proposer de reclasser les archives qui couvraient la période de la création jusqu’à son départ en retraite en 1968.

  • 5 Christiane Peclard, Une aventure : l’Heure Joyeuse, mémoire de fin d’études, diplôme supérieur de b (...)

9Ces archives avaient déjà été explorées par mes prédécesseurs, en particulier Nic Diament qui dirigea l’Heure Joyeuse de 1981 à 1983 et par Christine Péclard qui consacra son mémoire de diplôme de conservateur à l’histoire de l’Heure Joyeuse5.

10Je transportai deux gros cartons au domicile de Marguerite Gruny qui habitait dans le 5e arrondissement et fit ainsi la connaissance d’une des pionnières des bibliothèques pour la jeunesse. Quelque temps plus tard, je récupérai les documents regroupés par genre dans des chemises datées et titrées. Ces archives écrites ont pu être éclairées et complétées par les témoignages oraux des trois pionnières, que j’ai eu la chance d’interroger à de multiples reprises avant leur décès (Claire Huchet et Marguerite Gruny en 1993 à 95 et 90 ans ; Mathilde Leriche en 2000 à près de 100 ans).

Contenus : correspondances, rapports annuels (chiffres de fréquentation, bilans, visites, liste des bibliographies établies, retranscriptions de conférences et également articles de journaux sur l’Heure Joyeuse ou rédigées par elles (elles cotisaient à l’Argus de la presse) qu’il serait difficile de retrouver aujourd’hui. Elles ont réuni de nombreuses photographies, dont celles d’un reportage réalisé par André Kertesz en 1931 et préservé des réalisations émanant des jeunes lecteurs : journal et hymne de la bibliothèque, comptes rendus de réunions de lecteurs, dessins d’affiches par de jeunes lecteurs comme Pierre Bélvès, qui deviendra illustrateur au Père Castor, par exemple, ou encore quelques traces d’expositions réalisées par les enfants.

Ill. 2. Hymne de l’Heure Joyeuse composé par Francis Chenot, lecteur, 1932.

11Un dossier supplémentaire contenait des archives administratives données par Guy Baudin, ancien chef du Bureau des bibliothèques, qui avait soutenu l’Heure Joyeuse et son déménagement en 1974 de la rue Boutebrie à la rue des Prêtres-Saint-Séverin toujours dans le 5e arrondissement. Il avait surtout encouragé la création officielle d’un fonds de conservation de littérature de jeunesse, à partir d’une partie de la collection initiale. Ces archives témoignent de la méfiance que suscitait cette bibliothèque innovante auprès de la hiérarchie parisienne avant sa nomination.

12Marguerite Gruny, tout comme Mathilde Leriche et Claire Huchet donnèrent également dans les années quatre-vingt-dix leurs archives personnelles à l’Heure Joyeuse : fiches de lecture, cahiers de notes, cours pour l’option jeunesse du CAFB (Certificat aux Fonctions de Bibliothécaire) confiée à sa création en 1951 à Marguerite Gruny.

13Premier constat : les premières bibliothécaires avaient conscience de l’importance du projet et ont eu à cœur de conserver des documents qui en témoignent : elles ont été de tous les combats de l’époque en faveur de la lecture des jeunes jusqu’aux années soixante, aux côtés d’éditeurs, écrivains et éducateurs engagés (Charles Vildrac, Michel Bourrelier, Georges Rageot, Paul Hazard etc.) ; prix Jeunesse créé par Michel Bourrelier en 1934 ; 1936  et l’Association pour le Développement de la Lecture Publique ; loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse. On retrouve dans les archives les traces de ces engagements.

Ill. 3. Réunion en 1960 du Prix jeunesse créé par l’éditeur Michel Bourrelier en 1934, au 1er rang, de gauche à droite Marguerite Gruny, Charles Vildrac, au 2nd rang, Raymonde Dalimier, Mathilde Leriche, Michel Bourrelier.

14Deuxième constat : ces archives ont été soigneusement classées, mais aussi sélectionnées. Il est impossible de savoir ce qui a été éliminé et au final, elles sont peu importantes en quantité. Cependant le fait d’avoir pu confronter le contenu de ces archives à des témoignages divers, a permis de corroborer les traces écrites et confirmer l’originalité du projet.

15Troisième constat : ces archives ont permis d’écrire l’histoire de cette bibliothèque pionnière et de montrer son lien étroit avec le développement de la littérature pour la jeunesse après la Première Guerre mondiale, période à la fois de marasme et de renouveau éditorial. Les bibliothécaires considéraient qu’il fallait encourager le développement d’une littérature de qualité et que les bibliothèques pour la jeunesse qui avaient vocation à se développer étaient bien placées pour la faire connaître aux enfants.

Archives de la création et littérature pour la jeunesse

« La bibliothèque pour enfants éveille le meilleur de la curiosité des enfants envers les auteurs, une littérature mondiale pour la jeunesse se développera qui contribuera à une meilleure compréhension et entente au niveau international. »
Caroline Griffiths, présidente du Book Committee on Children’s Libraries, archives Heure Joyeuse.

  • 6 Annie Renonciat (dir.), avec la collaboration de Viviane Ezratty et de Françoise Lévèque, pour l’hi (...)

16C’est en travaillant sur ces archives, parallèlement au travail sur la collection que menait Françoise Lévèque, responsable depuis 1986 du Fonds ancien, comme on qualifiait alors le Fonds patrimonial Heure Joyeuse, que nous avons souhaité nous lancer dans l’aventure d’une grande exposition sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse de cette période. Elle se fit en 1991 sous le titre de Livre, mon ami : 1914-19546 pour laquelle nous avons fait appel à l’historienne Annie Renonciat comme commissaire et qui nous a amenées à faire de nombreuses recherches dans les fonds d’archives des éditeurs. En 1991, la période de l’entre-deux-guerres n’était pas encore un objet d’études très prisé des universitaires. Nous avons rencontré beaucoup de scepticisme sur l’intérêt de dévoiler un tel panorama éditorial, dont la richesse a été ensuite reconnue au vu de l’exposition et du catalogue.

  • 7 Charles Vildrac (1882-1971) : écrire pour l’enfant, L’Heure Joyeuse, F.F.C.B., 2001.

17L’Heure Joyeuse a compté parmi ses jeunes lecteurs des personnalités qui devinrent célèbres, on peut citer Jean Anouilh, Charles Aznavour, Claude Roy. Nombreux sont les auteurs, illustrateurs, éditeurs qui fréquentèrent l’Heure Joyeuse comme Charles Vildrac7, Jean de Brunhoff, Michel Bourrelier, Paul Hartmann. Paul Faucher y teste en 1929 les futurs albums du Père Castor. Pourtant, les archives contiennent très peu de documents directement liés à l’édition pour la jeunesse. Parmi les rares correspondances, une seule lettre de Jean de Brunhoff, ou une de Paul Faucher. En revanche, quelques brouillons d’articles ou de communications, complétés par nombre d’articles écrits par les fondatrices et présents dans les archives témoignent de l’importance qu’elles accordaient au choix des livres à proposer aux enfants et aux jeunes et donnent un éclairage intéressant sur la situation de l’entre-deux-guerres.

Ill.4. Carte postale envoyée par les jeunes lecteurs de l’Heure Joyeuse à Charles Vildrac en 1931.

  • 8 L’Heure Joyeuse parut en 1926 puis de 1934 à 1938 ; Le Rat joyeux de 1948 à 1950.

18On trouve également quelques documents étonnants, comme un manuscrit de Jean Anouilh. Cette institution nouvelle, adepte des méthodes actives, encourageait les activités théâtrales et Jean Anouilh, ancien lecteur, a écrit à 16 ans un Mystère de la nativité, joué lors de la fête de Noël de 1929. Il a également écrit dans le journal de la bibliothèque, rédigé par les jeunes lecteurs8.

Ill. 5. Le Rat Joyeux, n°10, 1950.

19Figure également dans le fonds, un exemplaire unique du Pierre lapin de Beatrix Potter, réalisé à la main par les premières bibliothécaires de l’Heure Joyeuse avec une bonne traduction française et un texte en écriture cursive pour favoriser l’apprentissage de la lecture, les bibliothécaires déplorant l’absence d’ouvrages adaptés aux capacités des lecteurs débutants.

Ill. 6. Exemplaire unique du Pierre lapin de Beatrix Potter, réalisé à la main par les premières bibliothécaires de l’Heure Joyeuse pour avoir une bonne traduction française, avec un texte en écriture cursive pour favoriser l’apprentissage de la lecture.

20Un don exceptionnel en lien avec l’histoire de la bibliothèque nous arriva des États-Unis en 2003 de Martha A. Levin, éditrice, amie de Claire Huchet. Cette dernière quitta la direction de l’Heure Joyeuse en 1929 pour s’établir aux États-Unis, où elle démarra une carrière d’écrivain pour la jeunesse et publia en 1938 Les Cinq frères chinois, qui y connut un énorme succès éditorial. Nous eûmes la chance de recevoir la maquette originale avec des dessins à l’encre de Kurt Wiese.

La réception par les lecteurs

  • 9 Claude Roy, « Introduction » dans Ezratty, Françoise Lévèque et Françoise Tenier (témoignages recue (...)

« L’Heure Joyeuse, ce ne sont pas seulement les écrivains qui la font naître. Il faut aussi que les lecteurs aient du talent, et le faire naître, c’est un beau travail, celui des créateurs et créatrices de milliers d’heures joyeuses. »
Claude Roy, ancien lecteur9.

  • 10 Marguerite Gruny, Mathilde Leriche avec la collaboration de Jacqueline Dreyfys-Weil, Beaux livres, (...)

21Des chercheurs demandent régulièrement s’il est possible d’avoir des informations sur les usagers et leurs lectures. De nombreuses cartes d’inscription de lecteurs des premières années de fonctionnement ont été conservées, mais n’y figurent pas les emprunts. Les fiches d’emprunts au dos des livres ne permettent pas non plus d’établir des statistiques fiables, en effet, seule une partie de la collection en prêt a été transférée dans le Fonds patrimonial, les fiches ont pu être perdues, ou remplacées une fois pleines. Difficile aussi de connaître la collection d’origine : les registres d’inventaire des acquisitions de la première Heure Joyeuse ont été perdus, contrairement par exemple à ceux de l’Heure Joyeuse de Versailles ou de Toulouse. Par contre, des articles, des listes de lectures ou bien Beaux livres belles histoires, sélection de 2 000 titres10, donnent une idée des conseils de lectures et également des critères de sélection que les bibliothécaires avaient établis. Tout livre était lu avant d’être mis en rayon (ou au contraire éliminé) et les fiches d’analyse manuscrites ou tapées illustrent également leur idée de ce qu’elles estimaient intéressant dans la production de l’époque pour la jeunesse.

« Les beaux contes contribuent à l’éducation artistique des enfants, affinent leur goût, non seulement par le contenu du conte, mais par la forme, le rythme. »
Mathilde Leriche, 1934.

  • 11 Marguerite Gruny, ABC de l’apprenti conteur, Paris, Mairie de Paris, Direction des affaires culture (...)

22À une époque où le conte est contesté par ceux qui pensent que l’imaginaire peut être « dangereux » pour les enfants, les bibliothécaires, dans la lignée de Sarah Cone-Bryant et reprenant la tradition du conte dans les bibliothèques américaines racontent aux enfants des contes traditionnels ou littéraires mais aussi mettent en voix des romans peu connus alors comme Le Voyage de Nils Holgerson ou Pinocchio. En témoignent les fiches rédigées par les bibliothécaires après chaque heure du conte précisant les histoires racontées, le public et l’accueil11.

Ill. 7. Fiches bilans d’une séance d’Heure du conte à l’Heure Joyeuse.

Les archives éditoriales

23À partir de 1977, le Fonds patrimonial a cherché à accroitre la collection de livres et à la rendre accessible aux chercheurs et au public. À diverses reprises des dons de livres ont permis de compléter les acquisitions grâce à des ensembles significatifs. Ainsi pour les 50 ans des éditions du Père Castor, en 1981, François Faucher, fils de Paul Faucher, a complété les titres non présents au Fonds patrimonial, poursuivant une longue tradition de collaboration entre la maison d’édition et la bibliothèque depuis les années trente. Jean Glénisson a offert 3 000 livres de prix, cartonnages romantiques, contes illustrés, éditions populaires et de colportage du xixe et début du xxe siècle.

24Des propositions d’archives éditoriales sont arrivées plus sporadiquement, mais toujours pour des raisons liées à une proximité avec l’histoire de l’Heure Joyeuse.

25Le Fonds patrimonial a bénéficié de dons intéressants même s’ils sont peu nombreux. Ils permettent de donner un autre éclairage sur une partie de la collection.

  • 12 Les articles concernant le fonds patrimonial sur le blog de la médiathèque [en ligne] https://media (...)

26Le déménagement du Fonds et les circonstances ont fait que seuls des inventaires partiels aient pu être établis. Cela n’a pas empêché leur communication aux chercheurs depuis l’ouverture de la médiathèque Françoise Sagan12. C’est à ceux-ci qu’Hélène Valotteau, conservatrice du pôle jeunesse/patrimoine de la médiathèque depuis 2011, a demandé de choisir des pièces à exposer sous les voutes du Grand palais au Salon du livre rare et de l’estampe, lorsque le Fonds patrimonial a été invité d’honneur en avril 2016, et d’en rédiger les cartels de présentation.

27Les deux ensembles les plus importants sont le Fonds Rageot et le don François Ruy-Vidal.

Le Fonds Rageot

  • 13 Françoise Lévèque a presenté à l’occasion de ce don les éditions Rageot à une journée d’études à Ch (...)

28Georges et Tatiana Rageot créateurs des éditions Rageot en 1943, étaient proches des bibliothécaires de l’Heure Joyeuse, avec qui ils partagent dès les années trente de nombreux combats en faveur de la démocratisation de la lecture et du livre. Une de leurs collections s’intitule d’ailleurs les « Heures Joyeuses ». Leur fille, Catherine Scob, a fait don en plus des 650 livres publiés entre 1941 et 1989, et de leurs traductions à l’étranger, par les éditions de l'Amitié-G.T. Rageot, des archives éditoriales13.

29Ces archives regroupent manuscrits ou tapuscrits avec analyses de lecture, des illustrations originales, avec essais de couvertures (y compris avec photographies pour la bibliothèque de l’Amitié) et les dossiers de fabrication, avec les lettres aux imprimeurs, lettres de commandes, tirages et réimpressions, correspondances avec les auteurs, catalogues, affiches, dossiers de communication, dossiers de presse avec les prières d'insérer et fiches techniques, etc.

Le don François Ruy-Vidal

30En 2009, l’éditeur François Ruy-Vidal dont la conception avant-gardiste du livre pour la jeunesse a fortement contribué au renouvellement du livre pour la jeunesse à partir des années 1960-1970, a fait don à la bibliothèque l’Heure Joyeuse de ses archives personnelles, correspondant à son travail, à compter des années soixante, au service du théâtre pour jeune public puis comme concepteur-éditeur de livres pour la jeunesse. Ces archives comportent en lien avec les 150 titres publiés dans différentes collections créées avec Harlin Quist ou aux éditions Bernard Grasset ; Alain Pierson ; Menges ; Delarge ; Hatier-L’Amitié ; Des Lires, des correspondances avec les auteurs et illustrateurs, ainsi que des manuscrits, des dossiers de fabrication, clichés, maquettes, bonnes feuilles, de nombreux dessins originaux, des archives comptables. Plusieurs chercheurs travaillent actuellement sur ces archives et de ce fait ont été mis en contact avec François Ruy-Vidal.

Ill. 8. Verso du catalogue La littérature en couleurs, présentant les couvertures de livres édités par François Ruy-Vidal (1984).

Les archives Capendu

31Les archives Capendu regroupent des dossiers de fabrication de livres de coloriages. Elles sont encore difficilement communicables mais portent sur un genre qui mérite d'être exploré.

Les archives Finifter

32En 1996, la critique et éditrice Germaine Finifter décède brutalement. Sa famille donne ses archives et sa bibliothèque professionnelle à l’Heure Joyeuse, ses livres pour la jeunesse étant offerts à la bibliothèque Faidherbe, qu’elle fréquentait en voisine.

33Ses archives comprennent essentiellement ses documents de travail, à savoir des bibliographies, des articles ainsi que des correspondances et manuscrits qu’elle avait reçus et donne un aperçu intéressant du travail de cette militante du livre pour la jeunesse.

Dessins originaux

  • 14 Dans les coulisses de l’album : 50 ans d’illustration pour la jeunesse (1965-2015), sous la dir. du (...)
  • 15 Viviane Ezratty et Françoise Lévèque. À propos de Patapoufs et Filifers, ouvrage publié à l’occasio (...)

34Enfin les collections patrimoniales conservent un ensemble de dessins originaux et quelques maquettes d’illustrateurs. Il n’est pas si simple de recenser les lieux qui les conservent14. Quelques illustrateurs en particulier sont bien représentés, parmi lesquels Jacqueline Duhême, Edy-Legrand, Jean Bruller, May Angeli, Nicole Claveloux, Gerda Muller, Elsa Henriquez, Beatrice Alemagna. Chaque fois que cela a été possible, a été privilégié le choix d’intégrer à la collection l’intégralité des dessins d’un ouvrage, avec croquis préparatoires et la documentation autour de la création pour témoigner du travail de l’artiste et de la fabrication du livre. L’acquisition des dessins originaux de Jean Brüller pour Patapoufs et Filifers d’André Maurois ont débouché sur une exposition et un catalogue, revenant sur la genèse de l’acquisition15.

Ill. 9. Dessin préparatoire de Beatrice Alemagna pour Un lion à Paris, Autrement, 2006 : Crayon de couleur, gouache, pastel, crayon, Circa 2005, 35 x 25 cm.

Ephémères

  • 16 Françoise Lévèque, Faire-part de naissance : une histoire en images, FFCB, 2004.

35Il était assez naturel pour un Fonds de conservation portant sur les livres d’enfance de faire quelques incursions vers d’autres objets liés à l’enfance. Françoise Lévèque s’est ainsi intéressée aux faire-part de naissance réalisés par des illustrateurs pour la jeunesse. L’exposition qu’elle a organisée16 présentait des prêts extérieurs, mais cela a permis de former un embryon d’objets éphémères, liés à l’enfance et à l’illustration.

  • 17 Exposition à la médiathèque Françoise Sagan du 30 novembre 2016 à février 2017.
  • 18 Hélène Valotteau, Viviane Ezratty, « Invité d'honneur, le Fonds patrimonial jeunesse Heure Joyeuse  (...)

36Le Fonds patrimonial depuis sa réouverture en mai 2015, donne à nouveau accès à ses collections et se réjouit de voir la recherche sur la littérature pour la jeunesse continuer à se développer. Son souhait est également de les donner à voir à un public le plus large possible. Le prochain rendez-vous17 permettra d'avoir un aperçu de la collection et des pièces d’archives qui ont été montrées en avril 2016 au Grand Palais18, en attendant d’autres expositions patrimoniales, dans les prochaines années, mettant en valeur livres et archives.

Haut de page

Notes

1 Viviane Ezratty, « Les premières heures des bibliothèques pour enfants », Histoire des bibliothèques, tome IV, Paris, Cercle de la Librairie, 1992 ; Viviane Ezratty, Hélène Valotteau, « La Création de l’Heure Joyeuse et la généralisation d’une belle utopie », Bulletin des Bibliothèques de France (BBF,) [en ligne], n°1, 2012, disponible sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-01-0045-008 ; Emmanuel Laurentin, France Culture, émission La fabrique et l’histoire, cycle consacré à la littérature jeunesse, émission sur l’Heure Joyeuse diffusée le 18/03/2015, [en ligne], disponible sur : http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/litterature-jeunesse-34.

2 Viviane Ezratty et Hélène Valotteau, « Les collections patrimoniales de littérature d’enfance et de jeunesse de l’Heure Joyeuse rejoignent la future médiathèque du Carré Saint-Lazare », Revue des livres pour enfants, n°271, juin 2013, pp.143-145. Voir également : http://equipement.paris.fr/mediatheque-francoise-sagan-8695.

3 Viviane Ezratty et Françoise Lévèque (dir.), Le Livre pour la jeunesse : un patrimoine pour l’avenir. Synthèse des journées d’études organisées par la Bibliothèque l’Heure Joyeuse les 14 et 15 novembre 1994, suivi de : Répertoires de fonds de conservation de livres pour la jeunesse, Agence culturelle de Paris, 1997.

4 Viviane Ezratty, Françoise Lévèque et Françoise Tenier (témoignages recueillis par), L’Heure Joyeuse, 1924-1994 : 70 ans de jeunesse, Agence culturelle de Paris, 1994.

5 Christiane Peclard, Une aventure : l’Heure Joyeuse, mémoire de fin d’études, diplôme supérieur de bibliothécaire, 1985.

6 Annie Renonciat (dir.), avec la collaboration de Viviane Ezratty et de Françoise Lévèque, pour l’histoire des bibliothèques pour enfants, et de Françoise Lévèque Livre, mon ami : lectures enfantines (1914-1954), Agence culturelle de Paris, 1991 (épuisé, disponible en ligne sur Gallica).

7 Charles Vildrac (1882-1971) : écrire pour l’enfant, L’Heure Joyeuse, F.F.C.B., 2001.

8 L’Heure Joyeuse parut en 1926 puis de 1934 à 1938 ; Le Rat joyeux de 1948 à 1950.

9 Claude Roy, « Introduction » dans Ezratty, Françoise Lévèque et Françoise Tenier (témoignages recueillis par), L’Heure Joyeuse, 70 ans de jeunesse : 1924-1994, op. cit.

10 Marguerite Gruny, Mathilde Leriche avec la collaboration de Jacqueline Dreyfys-Weil, Beaux livres, belles histoires, ill. de Pierre Belvès, Paris, Bourrelier, 1937 ; mise à jour 1947.

11 Marguerite Gruny, ABC de l’apprenti conteur, Paris, Mairie de Paris, Direction des affaires culturelles, 1987.

12 Les articles concernant le fonds patrimonial sur le blog de la médiathèque [en ligne] https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress.com/?s=%22heure+joyeuse%22&submit=Recherche. Le catalogue des bibliothèques patrimoniales et spécialisées est consultable sur http://bibliotheques-specialisees.paris.fr.

13 Françoise Lévèque a presenté à l’occasion de ce don les éditions Rageot à une journée d’études à Charleville-Mézières en 2004.

14 Dans les coulisses de l’album : 50 ans d’illustration pour la jeunesse (1965-2015), sous la dir. du CRILJ, commissariat d'exposition Janine Kotwica. Avec la participation de Viviane Ezratty et Hélène Valotteau, CRILJ, 2015.

15 Viviane Ezratty et Françoise Lévèque. À propos de Patapoufs et Filifers, ouvrage publié à l’occasion de la présentation des dessins originaux de Jean Bruller à la bibliothèque l’Heure Joyeuse du 21 septembre au 27 novembre 1999, Paris bibliothèques, 1999.

16 Françoise Lévèque, Faire-part de naissance : une histoire en images, FFCB, 2004.

17 Exposition à la médiathèque Françoise Sagan du 30 novembre 2016 à février 2017.

18 Hélène Valotteau, Viviane Ezratty, « Invité d'honneur, le Fonds patrimonial jeunesse Heure Joyeuse », Catalogue du Salon international des livres rares & estampes, autographes et dessins, organisé par le SLAM, 22-24 avril 2016, Paris, Grand Palais, p. 24-49.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Ex libris réalisé pour l’Heure Joyeuse par Helen Stowe Penrose, illustratrice américaine, à la demande du Book Committee on children’s libraries.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 2. Hymne de l’Heure Joyeuse composé par Francis Chenot, lecteur, 1932.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Ill. 3. Réunion en 1960 du Prix jeunesse créé par l’éditeur Michel Bourrelier en 1934, au 1er rang, de gauche à droite Marguerite Gruny, Charles Vildrac, au 2nd rang, Raymonde Dalimier, Mathilde Leriche, Michel Bourrelier.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Ill.4. Carte postale envoyée par les jeunes lecteurs de l’Heure Joyeuse à Charles Vildrac en 1931.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 5. Le Rat Joyeux, n°10, 1950.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Ill. 6. Exemplaire unique du Pierre lapin de Beatrix Potter, réalisé à la main par les premières bibliothécaires de l’Heure Joyeuse pour avoir une bonne traduction française, avec un texte en écriture cursive pour favoriser l’apprentissage de la lecture.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 7. Fiches bilans d’une séance d’Heure du conte à l’Heure Joyeuse.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 8. Verso du catalogue La littérature en couleurs, présentant les couvertures de livres édités par François Ruy-Vidal (1984).
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Ill. 9. Dessin préparatoire de Beatrice Alemagna pour Un lion à Paris, Autrement, 2006 : Crayon de couleur, gouache, pastel, crayon, Circa 2005, 35 x 25 cm.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1674/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viviane Ezratty, « Les fonds d’archives du Fonds patrimonial Heure Joyeuse de la médiathèque Françoise Sagan : une histoire « humaine » », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1674 ; DOI : 10.4000/strenae.1674

Haut de page

Auteur

Viviane Ezratty

Conservatrice générale, directrice de la médiathèque Françoise Sagan/Fonds patrimonial Heure Joyeuse, Paris

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org