Navigation – Plan du site
Varia

Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 1950 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol

Laurence Le Guen

Résumé

Après la Seconde Guerre mondiale, la photographie, dans les expositions, la presse ou l’édition, se donne pour but, comme après la Première guerre, de faire découvrir le monde et montrer l’unité du genre humain, dans un grand élan pacifiste. La littérature de jeunesse n’est pas en reste, en incluant la photographie dans des albums, destinée à convaincre le jeune lecteur français, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables. En prenant appui sur l’ouvrage d’Ergy Landau, Horoldamba le petit Mongol, publié en 1957 chez Calmann Levy, nous tenterons de montrer comment la photographie et la narration n’atteignent pas leur ambition dans leur projet d’unité de l’humain.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

années 50
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 1955, Edward Steichen, responsable du département de photographie au Museum of Modern Art de New (...)

1Après deux guerres mondiales et la découverte des massacres perpétués dans les camps nazis, le monde semble vouloir s’engager dans une nouvelle voie, celle d’une communion humaine et de la paix. Les arts et la culture seront les alliés de cet élan pacifiste. Pour la photographie, c’est la pleine époque de la photographie dite « humaniste », dont la tendance était déjà amorcée avant-guerre, avec des photographes comme Brassaï, Kertesz, Kollar en France. Les tenants de ce courant exaltent la nature humaine, chantent sa dignité, avec des thèmes précis, la famille, le travail, le bonheur familial, la beauté des paysages français, dans un premier temps, puis avec une dimension internationale. L’exposition « The Family of Man1 », présentée en 1955 au MoMA, est l’exposition phare de ces années pendant lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, doit montrer l’unité de l’homme, dans sa diversité.

  • 2 Réalités, mensuel d’actualités avec reportages photographiques publie un numéro spécial « Tour du m (...)

2C’est l’époque des grandes agences de photographes qui envoient leurs photographes-reporters aux quatre coins du monde, à une époque où on ne voyage pas encore. Le public a soif d’images et découvre le monde dans des périodiques comme VU, créé en mars 1928, l’ancêtre de Paris Match, créé en 1949, mais aussi de Réalités2, créé en 1946, qui fait découvrir, grâce à Cartier-Bresson, Bischof et Boubat, l’Inde, le Japon, la Mongolie, des territoires encore mal connus du public.

3L’édition est un autre vecteur de diffusion de la photographie et souvent les photographes s’allient à de grands écrivains, à l’initiative de grands éditeurs tels Robert Delpire, Claude Arthaud ou Albert Mermoud à Lausanne, pour faire connaître le monde et abolir les frontières. La Guilde du Livre réunit ainsi Doisneau et Cendrars pour La Banlieue de Paris, en 1949, Izis et Prévert pour Charmes de Londres, en 1952, Malraux et Izis pour Israël en 1955.

  • 3 Annie Renonciat (dir.), Livre, mon ami : lectures enfantines, 1914-1954, catalogue de l’exposition (...)
  • 4 Parmi les membres fondateurs : Bourrelier, Hartmann, Berger-Levrault et Geldage.

4Dans ce contexte, les livres pour la jeunesse se doivent d’être un support pour l’entente et la collaboration entre les peuples. En France, en 1944, les membres de l’association « Pour le livre3 » s’engagent « à coopérer par tous les moyens à leur disposition à l’œuvre d’éducation et de formation d’une pensée libre qui doit préparer un avenir meilleur4 ». L’exposition « L’enfant et le livre », est présentée à la Bibliothèque nationale de novembre 1951 à janvier 1952 :

  • 5 Catalogue de l’exposition « L’enfant et les livres », BnF, 1951, cité dans l’ouvrage Livre, mon ami (...)

« Les représentants des nations qui participent à cette conférence auront le loisir de confronter les légendes, les traditions, les coutumes, les mœurs des pays qui ont envoyé des livres […] et, à travers les réseaux de ces contes et de ces images de montrer la solidarité de tous les petits enfants de la planète5. »

  • 6 À l’initiative du Centre International de l’Enfance. Georges Duhamel est le président du jury. Le p (...)
  • 7 Yvan von Arx, « Littérature de jeunesse et altérité », projet de l’ISJM, Parole, 1/2006.
  • 8 Voir sur ce sujet l’article : Baud-Berthier Gilles, « Albert Kahn et le projet des Archives de la P (...)
  • 9 Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes, Paris, Flammarion, 1932.
  • 10 Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931), a (...)

5Un Prix de l’enfance6 est créé en 1954. En Allemagne, en 1945, Jella Lepman fonde la Bibliothèque Internationale pour la Jeunesse, destinée à rallier les jeunes Allemands aux idées de paix et de tolérance. En Suisse, l’international Board on books for young people (IBBY) est fondé, en 1953, avec pour objectif de « permettre aux enfants de lire des livres de toutes les cultures pour favoriser l’entente entre les peuples7». Ces idées ne sont pas neuves. Dès le début du xxe siècle, sous l’impulsion du mécène Albert Kahn8, de nombreuses institutions destinées à favoriser la paix entre les peuples avaient été créées, à l’exemple des Archives de la planète. Entre les deux guerres, les mouvements pour l’Éducation Nouvelle prônaient aussi une connaissance de la littérature du monde pour développer un « sens de l’humanité9 ». En 1925, le Bureau International d’éducation fondé à Genève était mis en place pour promouvoir la coopération internationale dans tous les domaines de l’éducation. En 1929, une enquête était menée dans 26 pays pour recenser les ouvrages « susceptibles de favoriser l’esprit de collaboration internationale10 ».

  • 11 Dominique Darbois, Parana le petit indien, Nathan, 1952.Voir aussi l’article de Catherine de Smet, (...)

6Chez les éditeurs, des collections consacrées aux enfants du monde voient le jour. En 1948, Paul Faucher crée aux Albums du Père Castor la collection « Enfants de la Terre ». D’autres éditeurs ont recours à la photographie pour illustrer ce genre d’albums. Nathan lance la collection « Enfants du monde » avec les nombreux livres de la photographe Dominique Darbois qui, à partir de 1952, fait découvrir aux jeunes lecteurs la vie d’autres enfants11 :

  • 12 Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 1920 à nos jours, Paris, Bibliothèque (...)

« Tous divers ils se ressemblent, s’enrichissant et nous enrichissant de leurs différences. Un petit indien d’Amazonie ouvre le ban en 1952, rejoint au fil des années, par un Africain, un Esquimau, un Mexicain, une Japonaise… Après tout ce temps passé à explorer les lieux et les humains, j’espère avoir réussi à transmettre ma conviction que ce monde, dans sa diversité et sa complexité, est un : le nôtre, notre monde à tous12».

  • 13 Marc Soriano, « Les livres pour enfants », Enfance, tome 13, n°4-5, 1960, p. 501-512.

7La maison Hatier lance la collection « Connais-tu mon pays ? », « reportage à peine romancé sur la vie et les coutumes d’un pays13 » avec des titres comme En Iran avec Reza, en 1963, Au Japon avec Harumi. La maison Geldage publie des romans illustrés de photographies documentaires, comme Annie au Danemark en 1957 et la maison Hachette sort Deux enfants autour du monde, en 1955, récit de voyage illustré par la photographie.

8Hélas, ce projet, si louable soit-il reste à la frontière des pays qu’il tente de faire découvrir. En prenant appui sur l’ouvrage d’Ergy Landau, Horoldamba le petit Mongol, publié en 1957 chez Calmann Levy, nous tenterons de montrer comment la photographie et la narration n’atteignent pas leur ambition dans ce projet d’unité de l’humain (Ill. 1.).

Ill. 1. Couverture d’Horoldamba le petit Mongol.

© Agence Gamma-Rapho

Contexte éditorial

Horoldamba le petit Mongol

9Horoldamba le petit Mongol est publié en 1957 chez Calmann Levy. L’ouvrage s’inscrit dans une collection d’ouvrages photographiques pour enfants, dirigée par Alex Grall, avec en 1955, Nico le petit garçon changé en chien et Nico à la découverte du ciel, Une fabuleuse entreprise en 1956, Nico rend visite au pape en 1957, et Nico à New-York en 1958. À chaque fois, les photographies sont réalisées par Gérald Maurois, spécialiste de la photographie de voyage et fils d’André Maurois, écrivain et théoricien, auteur également des romans pour la jeunesse Le pays des trente-six mille volontés et Patapoufs et Filifers. La mise en page est réalisée par André Cossenet. Les écrivains qui collaborent sont déjà célèbres dans le domaine de la littérature pour adultes : André Maurois et Daniel-Rops, de l’Académie française, Louise de Vilmorin, Jules Roy. Dans cette liste, Yves Bonnieux, auteur du texte d’Horoldamba, fait exception, avec un seul titre référencé à la BnF, ce qui surprend, dans un contexte où les éditeurs font appel à des auteurs de premier plan, afin de s’assurer de proposer aux enfants une littérature de qualité.

10L’ouvrage narre les vacances d’un jeune Mongol auprès de sa famille, avant le retour au collège. Il doit choisir un nom pour le poulain que lui a offert son père. On suit sa vie entre dressage des animaux, montage des yourtes, fêtes locales, jeux d’enfants et rêves. Un jour, son poulain disparaît, entraîné vers les steppes lointaines par des chevaux sauvages.

  • 14 Ibid., p. 510.

11En 1960, pour la chronique consacrée à la littérature de jeunesse qu’il tient dans la revue Enfance, Marc Soriano classe l’ouvrage dans la catégorie des ouvrages animaliers : « C’est la très sobre et émouvante histoire d’un cheval sauvage (nous sommes au pays du charmant Horoldamba d’Yves Bonnieux et Ergy Landau) qu’un jeune garçon mongol capture, apprivoise, perd, retrouve14 », et non dans les documentaires, comme il le fait pour Hassan, enfant du désert de Dominique Darbois chez Nathan et les ouvrages de Colette Nast parus chez Hatier, au même moment, ce qui ne manque pas de nous interroger sur la capacité de cet ouvrage à nous faire découvrir la Mongolie.

La photographe Ergy Landau15

  • 15 Dictionnaire mondial de la photographie, Larousse, 2001, p. 323.
  • 16 Studio Saint Jacques, 65 rue de Vaugirard.
  • 17 Galerie du décorateur Jules Leleu, 65 Avenue Victor-Emmanuel III, à Paris, mars 1936.
  • 18 Pierre Gascar, Ergy Landau, Aujourd’hui la Chine, Préface de Claude Roy, Lausanne, La Guilde du Liv (...)
  • 19 Pierre Gascar, Ergy Landau, Chine ouverte, Paris, Gallimard, 1955.
  • 20 Maurice Genevoix, Ergy Landau, Paris, Le Petit chat, Arts et métiers Graphiques, 1957.
  • 21 Ergy Landau, Enfants, Paris, O.E.T, 1936.

12Hongroise, Ergy Landau est née en 1896. Elle commence à étudier la photographie sous la houlette de différents photographes, Franz Xaver Setzer à Vienne puis Rudolph Dührkopp à Berlin. Elle ouvre un studio en 1919, dans le 4e arrondissement de Budapest. Son travail est largement inspiré par le style pictorialiste. À partir de 1923, elle s’installe à Paris, ouvre le studio Landau, rue Lauriston, se consacre aux portraits, aux nus et aux photographies de paysages, jouant sur la lumière et les détails. Son salon rassemble des photographes, des écrivains, et les artistes de la colonie hongroise installée à Paris. Elle est la première en France à acheter un Rolleiflex 4x4, puis 6x6. Ses portraits d’enfants paraissent dans des revues d’arts, sont utilisés dans la publicité puis dans la presse. Elle expose également ses clichés dans des galeries, comme le Studio Saint Jacques16 en 1934 ou la galerie Escalle en 1936, aux côtés d’Ylla et Jahan. Elle fait partie du groupe « Les Dix » qui présente ses œuvres en 1936 à la Galerie du décorateur Jules Leleu17. Progressivement, Ergy Landau évolue vers un style humaniste. Membre du « Groupe des XV », son travail est régulièrement présenté au Salon national de la photographie, à la Bibliothèque Nationale, aux côtés de celui de ses confrères Doisneau, Izis, Ronis… En 1936, elle participe à la première grande exposition officielle consacrée à la photographie dans un musée de l’État, au pavillon de Marsan, au Louvre. En 1936, encore, le Daily Mirror lui commande 365 photographies d’une petite fille pour illustrer l’actualité politique au quotidien, projet qu’elle ne mènera pas à son terme. En 1954, elle accompagne Pierre Gascar en Chine. Ses clichés de Chinois au quotidien seront publiés dans Aujourd’hui la chine18 à la Guilde du livre, dans Chine ouverte19 en 1955 chez Gallimard. Elle réalise trois albums pour enfants : Le Petit chat20, Enfants21 et Horoldamba.

À la découverte de l’Autre par le texte et la photographie

13En associant photographies et texte, en mêlant illustration photographique et fiction, l’intention des créateurs est de faire découvrir la vie d’un enfant d’un autre pays et de partager son quotidien.

14Dans le cas des ouvrages abordant le thème de l’altérité, en littérature jeunesse, deux procédés se dégagent. Souvent, c’est un jeune Français, du même âge que le lecteur, qui découvre un autre pays. Il confronte ses habitudes de vie à celles des enfants qu’il rencontre, souvent au cours d’échanges, voire de conflits. De façon générale, chacun reconnaît que, quelque soient les points de divergence, il est possible de s’entendre et de se comprendre, en faisant un effort. C’est le cas dans Nico à New York en 1958. Le personnage dit ainsi : « J’avais pu voir que ce n’est pas facile de se comprendre quand on n’est pas du même pays. On ne mange pas pareil. On ne joue pas aux mêmes jeux. On ne rit pas de la même manière. Seulement, si on y met de la bonne volonté, on finit par s’aimer ».

15Un autre procédé rencontré est celui de la découverte d’un enfant d’un autre pays, sans intermédiaire. C’est le cas dans les ouvrages de Dominique Darbois et la collection « Enfants du Monde » et pour Horoldamba, qui est présenté au lecteur, grâce aux informations données par le texte et à travers le viseur d’Ergy Landau. Les deux s’allient pour créer un sentiment de proximité.

Une photographie qui provoque l’émotion

16Le livre s’ouvre sur la photographie d’un garçonnet mongol rieur, identique à celle de la couverture. Il suscite immédiatement la sympathie. Le garçonnet rit d’ailleurs beaucoup dans l’ouvrage. Le nom de l’enfant, placé sous la photographie, associe directement l’enfant photographié, avec le personnage de fiction et dans la suite de l’ouvrage, le lecteur ne saurait l’appeler autrement qu’Horoldamba. Cette photographie atteste de la réalité d’un personnage fictionnel. À la page suivante, cet enfant est photographié avec un poney qu’il caresse avec tendresse. Notons que la présence d’un animal est fréquente dans les ouvrages pour les enfants. Il accompagne le personnage dans son processus de découverte de la vie, le comprend, lui permet de se confier. Ici, il s’agit un jeune cheval, animal associé à la vie des nomades : « Le petit animal a vraiment l’air content de sa nouvelle résidence, et l’enfant est persuadé qu’il l’a vu rire ». « Horoldamba est persuadé qu’il comprend ses moindres paroles ». On trouve d’autres portraits photographiques de ce genre en progressant dans le livre, destinés à inscrire les personnages fictionnels dans le réel. Horoldamba embrassant son yack (ill. 2), son amie Galla portant une chèvre contre elle.

Ill. 2. Horoldamba et son Yack.

© Agence Gamma-Rapho

17Dans les pages suivantes, les photographies, pleine page ou deux à trois par pages, au-dessus, en-dessous, ou en regard du texte, (Ill. 3) aident à la familiarisation avec la Mongolie. Elles montrent le décor dans lequel évolue l’enfant : paysages de plaines, caravanes d’hommes et de chevaux, troupeaux de yacks dans la plaine. On trouve également des scènes de la vie quotidienne : la maman qui fabrique le « Koumis », boisson locale, la mère encore qui prépare les raviolis, le repas en famille, les enfants faisant leurs devoirs, la préparation du cartable, les rondes d’enfants… Les photographies témoignent de la vie quotidienne en Mongolie mais rappellent au lecteur des impressions, sensations qu’il connaît aussi. Il ne s’agit pas de surprendre ou d’étonner le jeune lecteur mais bien de provoquer son émotion, par des images qui évoquent des sensations connues. Il peut presque sentir le goût du fromage, entendre le bruit des étoffes, du lait qui tombe dans la jarre, des cahiers que l’on range dans le cartable, sentir la douceur des poils de l’animal.

Ill. 3. Double page d’Horoldamba.

© Agence Gamma-Rapho

Un procédé d’assimilation

  • 22 Frédérique Lemarchant, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie e (...)

18Procédé récurrent dans les ouvrages pour enfants, le jeune lecteur français est amené à entrer dans la lecture, par assimilation au personnage. Comme le rappelle Frédérique Lemarchant, « L’identification possible à un héros proche de soi est une des caractéristiques des récits à destination de la jeunesse22 ». Horoldamba est un enfant, à peu près du même âge que celui du lecteur : « Il a huit ans et habite avec ses parents ». Bien qu’habitant « un pays lointain », il peut ressembler à un enfant européen, malgré l’originalité de son prénom : « Ho-rol-dam-ba, c’est un peu difficile à prononcer, pourtant c’est un prénom habituel en Mongolie, aussi simple que Pierre et Jean ». Il a ensuite les mêmes soucis et préoccupations moralistes que l’on veut prêter à un jeune Français des années cinquante : « Habile et ingénieux, il rend déjà beaucoup de services à ses parents ». Comme les enfants français encore, il retournera bientôt en classe : « La période des vacances est terminée et il doit, dans trois jours, regagner, pour six mois le collège » et « la dernière journée est bien remplie, comme « les dernières journées de vacances ». Le narrateur fait aussi des liens avec le pays du lecteur : « C’est une très vaste contrée, presque trois fois grande comme la France », et encore « Son plus haut sommet, le mont Kouitoun, est légèrement mois haut que notre Mont Blanc, puisqu’il n’a que 4 650 mètres d’altitude. » Il est intéressant de noter que notre montagne est présentée comme supérieure en taille. Ces remarques du narrateur laissent à penser que son point de vue reste très occidental.

Un narrateur omniscient

19Pour créer plus de liens encore, le narrateur décrit les sentiments et pensées du personnage : « C’est vrai, pense le petit garçon, que, de l’intérieur, les yourtes ressemblent à des parapluies ouverts, des parapluies de géants », ou encore : « Mais pour l’instant, il n’a qu’un poulain bien à lui ; ce qui le rend heureux et fier ». Il anticipe même sur l’avenir de l’enfant : « Vinrent alors deux magnifiques journées dont Horoldamba devait se souvenir toute sa vie » ou encore « Les moindres détails de cette seconde journée ne devaient plus jamais s’effacer de la mémoire d’Horoldamba ». Ce procédé permet d’être au plus près du personnage, de son présent et de son avenir.

20Le narrateur interpelle également le lecteur : « Si vous cherchez la Mongolie sur une carte ou une mappemonde, vous la verrez comme un grand champ, étalée entre deux géants », ou encore, « Mais revenons à Horoldamba ». Régulièrement il donne des explications sur les termes employés. Pour le déli d’Horoldamba, il précise en aparté : « (c’est une longue robe, qui selon les saisons, est en laine ou en soie…) ».

21Le recours à la photographie pour illustrer cet ouvrage semble donc vouloir attester de la réalité de l’Autre. Le jeune lecteur est amené à découvrir l’Autre dans sa vie de chaque jour, et malgré les différences, à trouver une ressemblance avec lui, à partager ses émotions et sensations. Mais malgré les procédés employés, on ne peut que constater que l’Autre reste finalement à distance.

L’Autre reste à distance

Une collection qui se cherche

22En 1957, les maisons Geldage, Hatier, Nathan ont déjà créé leur collection destinée à faire découvrir à leurs lecteurs d’autres pays. Horoldamba est-il le premier ouvrage d’une collection de ce type ? C’est que pourrait indiquer le seuil de l’ouvrage « C’est un enfant Mongol qui s’appelle Horoldamba. Il a huit ans et habite avec ses parents un pays lointain : la Mongolie ». S’ensuit une description du pays du nord au sud. Ce choix d’incipit est très classique et n’inscrit pas le livre dans la modernité. Le thème de l’altérité apparaît plus clairement avec Nico à New-York, paru un an plus tard, avec l’explication du voyage du personnage : « Un journal de New-York organise un concours entre tous les élèves du monde qui ont de 9 à 12 ans. Il faut écrire deux pages sur ce que les enfants d’aujourd’hui feront, quand ils seront grands, pour aider les peuples à se comprendre .» Nico, s’étant classé premier à ce « Concours de la paix mondiale » se voit offrir un séjour à New York, occasion pour lui de découvrir les habitudes de vie des Américains.

23La mention « Collection dirigée par Alex Grall » en page de garde laisse à penser que cet ouvrage s’inscrit simplement dans la suite des albums photographiques publiés par Calmann-Lévy, qui empruntent à des genres littéraires divers. On est en effet dans la science-fiction, avec Nico, le garçon changé en chien, la fable avec Une fabuleuse entreprise et l’ouvrage religieux avec Nico rend visite au pape.

  • 23 Catherine de Smet, op.cit., p. 32.

24Pour Horoldamba, le procédé créatif est également différent des autres. Sur la page de garde la mention de l’auteur « Texte : Yves Bonnieux » précède celle du photographe, donnant à penser que les photos sont des mises en scène, réalisées à partir d’une fiction écrite. Pourtant il n’en est rien, contrairement aux autres albums de la collection. Pour Horoldamba, il semble que Calmann-Lévy ait choisi d’utiliser un ensemble de photographies préexistant et demandé à un écrivain d’y plaquer un texte. Les photographies réalisées en Mongolie et en Chine en 1954 par Ergy Landau ont déjà été exploitées pour Aujourd’hui la Chine en 1955. Ce procédé de réutilisation des photographies est courant à l’époque. Ainsi, pour Enfants, en 1936, Ergy Landau réalisa une compilation de ses portraits d’enfants initialement parus dans la presse. Pour Horoldamba, il est intéressant de noter que les titres des photographies conservées chez Gamma-Rapho et les légendes du livre ne sont pas les mêmes, ce qui tend à prouver que ces photographies n’étaient pas initialement destinées à figurer dans un ouvrage pour enfants : « Préparation du lait en Mongolie » devient ainsi « La maman d’Horoldamba prépare une excellente boisson, le koumis », « Enfants faisant leurs devoirs en Mongolie » devient « Galla et la petite Ina l’aidèrent à préparer ses cahiers », « Enfants musiciens en Mongolie » devient « Gourjave et Dorj, les deux meilleurs amis d’Horoldamba », et « Homme en Mongolie » devient « Yanjib le chasseur de renards ». Trois ans après la prise de vue, les légendes et le texte sont donc destinés à faire entrer la photographie dans le monde fictionnel, dépasser ce qui était à l’origine un reportage photographique. Ergy Landau a-t-elle donné un synopsis à Yves Bonnieux, comme Dominique Darbois le faisait avec Madeleine Sabine pour la collection « Enfants du monde23 »? Malheureusement, les archives de Calmann-Lévy n’ont pas été conservées et ne permettent pas de nous éclairer sur la rencontre entre l’éditeur, l’écrivain et la photographe. Toutefois, le trop grand écart entre les photographies et le texte laisse à penser que ce ne fût pas le cas. Cette collection n’a pas donc pas une identité précise.

Subjectivité des photographies

  • 24 E. Landau, P. Gascar, Aujourd’hui la Chine, op.cit., p. 122.

25En 1954, lorsqu’ Ergy Landau se rend en Chine, elle fait partie de la délégation française invitée par les « Amitiés franco-chinoises » à célébrer les cinq premières années de la république mise en place par Mao. La délégation est conduite par le géographe français Jean Drech, qui appartient au parti communiste français. L’ouvrage de la Guilde dans lequel seront publiées les photographies Aujourd’hui la Chine comporte une préface de Claude Roy, lui aussi membre du PCF. On peut supposer qu’il y ait de la part de la photographe Ergy Landau, photographe invitée, une proximité idéologique avec les membres de l’expédition. Pendant 45 jours, la délégation parcourt 70 000 kilomètres, dans une Chine communiste qui s’ouvre à des Français. Au cours de ce voyage, Ergy Landau est sans doute passée par la Mongolie intérieure, car une des photographies de l’ouvrage Aujourd’hui la chine s’intitule « Types de la Mongolie intérieure24 ». L’agence Gamma-Rapho, précise que les clichés figurant dans Horoldamba ont été pris en 1954.

  • 25 Roger Portal, « Vu en Chine 1954 », Politique étrangère, n°2, 1955.
  • 26 Robert Doisneau, catalogue de l’exposition, Chalon sur Saône, 1978, collections du Musée Nicéphore (...)

26Les photographies d’Horoldamba peuvent-elles alors témoigner réellement du mode de vie dans la Mongolie de 1954 ? On peut imaginer qu’elles portent l’engagement personnel et politique d’une photographe qui a publié deux ouvrages présentant les réussites de la révolution nationale. Aucun problème de la Mongolie de 1954, terrain des luttes d’influence entre les deux géants communistes, Chine et URSS, n’est abordé. L’idéologie est aussi dans ce que la photographie ne montre pas. Rien n’est photographié des difficultés de la vie, des problèmes politiques ou religieux, des bouleversements apportés par les changements de régime. Rappelons que la photographe participe à un voyage organisé et donc encadré, ayant peu de liberté pour suivre ses envies photographiques25. Même si nous ne savons pas si elle reste libre, lorsqu’elle prend ses clichés, de choisir ses angles de vue, à son retour cependant, elle a le loisir de choisir les photographies qui paraîtront dans la presse ou dans un album, ce qu’elle fait sans doute, en fonction de ses goûts, de ses idées. On retrouve dans Horoldamba le choix de photographies opérés pour Aujourd’hui la Chine : bonheur de la vie familiale, soif d’instruction et de culture, avec les photographies des enfants en train de faire leurs devoirs ou d’assister à un concert. L’intention est ici de montrer le bonheur du peuple Mongol. D’autres photographes appartenant au courant humaniste reconnaissent qu’ils photographient avec une intention. Doisneau dit ainsi : « Mes photos sont parfaitement subjectives […]. Elles montrent le monde tel que j’aimerais qu’il soit en permanence. Et pour moi, ce monde-là existe…puisque j’en apporte la preuve photographique26. » Photographier cet enfant souriant n’est pourtant pas une preuve de son bonheur. La photographie ne témoigne en aucune manière de la façon dont il ressent les choses, s’il est heureux ou s’il souffre. Ce sont des moments isolés de son existence. La photographie simplifie sa vie, la limite à des moments heureux. Ambiguïté de la photographie : sous son aspect testimonial, d’attestation de la réalité, elle défend aussi un point de vue, celui de la photographe Ergy Landau. Mais, à la décharge des auteurs d’Horoldamba, notons que la littérature pour la jeunesse dans les années cinquante se refusait à aborder les thèmes liés aux difficultés de la vie.

  • 27 Claude Dupuis, « “The Family of Man” : réflexions autour des usages et de la patrimonialisation d’u (...)

27Les documentaires-fictionnels de cette période portant sur l’altérité présentent souvent le même genre de clichés : plaisir du repas familial, plaisir de jouer ensemble, plaisir d’être avec des amis, la musique que l’on partage… Les clichés qui sont insérés dans Horoldamba obéissent à ce modèle très occidentalo-centré. Ils font écho à l’exposition « the Family of man » de 1955, qui « se veut une expression universelle en la confiance en l’homme27 » et qui entend prouver par la photographie que, quel que soit l’endroit où l’on se trouve sur la planète, les femmes cuisinent, les enfants jouent et s’instruisent, les hommes élèvent des animaux… Et bien que tous différents, nous sommes tous des membres de la grande famille de l’humanité. Cette exposition fut largement critiquée pour son réemploi de clichés et sa propagation du modèle largement occidental. Parmi les plus fameux critiques, Roland Barthes, évoquant l’exposition « The Family of Man » conteste cette mise en scène :

  • 28 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 164.

« On a présenté à Paris une grande exposition, dont le but était de montrer l’universalité des gestes humains dans la vie quotidienne de tous les pays du monde : naissance, mort, travail, savoir, jeux imposent partout les mêmes conduites ; il y a une famille de l’Homme28 ».

Barthes en fait une critique violente :

  • 29 Ibid,.p. 164.

« Que l’enfant naisse bien ou mal, qu’il coûte ou non de la souffrance à sa mère, qu’il soit frappé ou non de mortalité, qu’il accède à telle ou telle forme d’avenir, voilà ce dont nos expositions devraient nous parler, et non d’une éternelle lyrique de la naissance29 ».

  • 30 François Soulages, Esthétique de la photographie, Nathan, 1999.
  • 31 Umberto Eco, « Une civilisation démocratique ne se sauvera que si elle fait du langage de l’image u (...)

Pour lui, il s’agit clairement d’une interprétation de quelques phénomènes visibles. Soulages va plus loin, en considérant qu’en les introduisant dans un livre, les photographies des humanistes participent à construire un monde de « leurres30 », qui font rêver et non penser. Pour Umberto Eco, elles invitent même à l’« hypnose 31». Un des objectifs assignés à la littérature de jeunesse a longtemps été d’ordre didactique. En plaçant ces photographies dans un livre pour la jeunesse, ne cherchait-on pas à former l’enfant, à lui inculquer les valeurs qui en feraient un bon citoyen du monde ?

Une mise en pages qui fige

  • 32 Frédérique Lemarchant, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie e (...)

28La mise en pages fige aussi l’existence d’Horoldamba. Contrairement à ce que fit Nathan pour sa collection « Enfants du monde32 », la mise en pages d’Horoldamba le petit Mongol est rébarbative : aucune intervention graphique, pas de recours à la couleur pour la typographie, pas de personnages détourés, ni de photomontages, aucune originalité. L’ouvrage est totalement dépourvu d’efficacité visuelle.

  • 33 La revue Etudes est une revue mensuelle française catholique fondée par La Compagnie de Jésus en 18 (...)
  • 34 Etudes, oct-nov 1957, 90e année, tome 295. T.P : Tout-petit, E : Enfants, P-A : Pré-adolescents.

29D’autre part, si les photographies peuvent répondre à notre désir de vouloir voir la Mongolie, nous révèlent la vie d’un jeune Mongol, leur langage reste inaudible, d’abord parce que le texte et les légendes sont là pour dire comment les lire, pour leur imposer une signification, pour faire entrer les photographies dans la fiction, sans réussite, sans cohérence. Ensuite, ce récit, très documentaire, ne présente aucun attrait, ne permet pas à l’enfant de partager les émotions, les souvenirs ou les pensées du personnage. Un article de la revue Etudes33 d’octobre-novembre de 1957 est significatif : « Les deux grands albums que nous envoie Calmann-Lévy ne sont pas pour des T.P, ni pour des E. C’est à des P.A.[sic] que nous donnerions Horoldamba, dont les belles photographies font oublier le texte assez pauvre34. » Ce qui nous amène à penser qu’un texte construit longtemps après la prise de vue, plaqué sur des images pour les faire correspondre, sans collaboration peut-être entre la photographe et l’écrivain, ne peut fonctionner et séduire le lecteur. Sans doute que les photographies d’Ergy Landau, sans texte, auraient permis au lecteur de créér, dans les blancs, le passé et le futur d’Horoldamba, auraient laissé la place à plus d’imagination. Ici, la rencontre ne peut pas se faire entre le photographe, le narrateur, le personnage et le jeune lecteur.

Stéréotypes et folklores

30Texte et photographies mettent en avant le folklore local (Ill. 4). Photographies de Mongols tirant à l’arc, combats de luttes et danses locales, intérieur de yourtes… Dans le texte, on relève des termes locaux : « C’est le digne fils d’un « Arat »(ce qui veut dire, en Mongol, un paysan éleveur de bétail) », ou encore « Le « Nadom » sorte de jeux olympiques », ou bien « Argols (fiente des animaux lorsqu’elle est séchée) », « Une excellente boisson, le « koumis », obtenue en le faisait fermenter dans de grandes jarres », « Son beau violon à tête de cheval sculptée, le « Morin-khour ».

Ill. 4. La lutte, grand sport traditionnel mongol.

© Agence Gamma-Rapho

31Des citations semblent aussi empruntées au discours mongol : « Que puissent entrer à la fois et le soleil et l’ami ». Une légende locale accompagne le récit : « Tu es ici au pied de la montagne sacrée qui s’appelle « Jasak-tou Ui » […]. Aucun être humain n’y est jamais venu, car elle est gardée par des nuées d’insectes venimeux, et par un terrible lion qui veille nuit et jour. » Des prénoms asiatiques sont aussi donnés aux personnages : Galla, Gourjave et Dorj, Damedine, Yanjib le chasseur de renards, Mourdorj. Le recours à tout ce folklore permet-il encore de connaitre réellement l’Autre dans son identité ? Cela ressemble davantage à un habillage du texte, destiné à donner une couleur locale.

32Ce qui ressort de cet ouvrage, c’est que rien ne change en Mongolie. La vie des Mongols, telle qu’elle est présentée, est familière au lecteur occidental des années cinquante. Les mêmes vêtements, les mêmes habitations, les mêmes croyances, les mêmes jeux traditionnels qui peuplent son imaginaire, forgé par d’autres lectures. Tout ceci est finalement très rassurant pour le lecteur de l’époque. Pour le lecteur d’aujourd’hui, habitué en littérature jeunesse à partager les moments de vie difficiles de ses personnages, ce livre ne présente aucun attrait. Mais ces photographies ont sans doute une valeur historique, témoins d’une époque révolue.

Conclusion

33Cette quête d’universalité, présente dans de nombreux ouvrages des années cinquante, n’atteint pas son objectif. Cet ouvrage, même s’il permet de voyager par-dessus les frontières, dans une période où le jeune Français ne peut le faire, ne les abolit pas. L’Autre reste en lisière, parce qu’Il n’existe pas réellement. Il n’est pas vivant. Une image figée, sans mise en pages originale, une histoire sans péripétie, un folklore réducteur, un goût pour les phrases moralisatrices, tout ceci laisse un goût assez indigeste au lecteur. Qu’aurait-il fallu faire ? Accorder plus de confiance au langage de la photographie, son appel à la mémoire et aux sens, permettre à l’enfant d’assimiler les informations qu’elle porte en se référant à sa propre expérience, susciter une attraction par opposition, ou par récurrence, créer une histoire d’Horoldamba qui, comme dans un film, porterait un avant et une suite, donnerait l’impression d’assister au déroulé d’une vie vécue, au sein des valeurs d’une société et d’une culture ?

Haut de page

Bibliographie

Articles

Yvan von Arx, « Littérature de jeunesse et altérité », projet de l’ISJM, parole, 1/2006.

Frédérique Lemarchant, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015.

Marc Soriano, « Les livres pour enfants », Enfance, tome 13, n°4-5, 1960.

Ouvrages d’Ergy Landau

Ergy Landau, Enfants, Paris, O.E.T, 1936.

Pierre Gascar, Ergy Landau, Aujourd’hui la Chine, Préface de Claude Roy, Lausanne, La Guilde du Livre, 1955.

Pierre Gascar, Ergy Landau, Chine ouverte, Paris, Gallimard, 1955.

Maurice Genevoix, Ergy Landau, Le petit chat, Paris, Arts et métiers Graphiques, 1957.

Ouvrages

Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 1920 à nos jours, Paris, Bibliothèque de la Joie par les livres, 2001.

The Family of Man, Catalogue de l’exposition présentée au Moma, prologue de Carl Sandburg, New York, Museum of Modern Art, Maco magazine corporation, 1955.

Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

John Berger, Jean Mohr, Une autre façon de raconter, Paris, L’écarquillé, 2014.

Annie Renonciat (dir.), Livre mon ami, catalogue de l’exposition des Bibliothèques de la ville de Paris, 1991.

Catherine de Smet, Pour une critique du design graphique, dix-huit essais, Paris, B42, 2013.

Haut de page

Notes

1 En 1955, Edward Steichen, responsable du département de photographie au Museum of Modern Art de New York, réunit 530 photographies déjà publiées dans la presse, dans un grand dessein humaniste.

2 Réalités, mensuel d’actualités avec reportages photographiques publie un numéro spécial « Tour du monde » en 1955, avec des photographies de J-P Charbonnier. Boubat publie des reportages sur la vie de tous les jours en Chine, Moyen orient, Russie. En 1978, le mensuel cesse sa publication.

3 Annie Renonciat (dir.), Livre, mon ami : lectures enfantines, 1914-1954, catalogue de l’exposition des Bibliothèques de la ville de Paris, 1991, p. 99.

4 Parmi les membres fondateurs : Bourrelier, Hartmann, Berger-Levrault et Geldage.

5 Catalogue de l’exposition « L’enfant et les livres », BnF, 1951, cité dans l’ouvrage Livre, mon ami, op. cit, p. 100.

6 À l’initiative du Centre International de l’Enfance. Georges Duhamel est le président du jury. Le premier prix est attribué à Paul Jacques Bonzon pour Les orphelins de Simitra chez Hachette.

7 Yvan von Arx, « Littérature de jeunesse et altérité », projet de l’ISJM, Parole, 1/2006.

8 Voir sur ce sujet l’article : Baud-Berthier Gilles, « Albert Kahn et le projet des Archives de la Planète 1908-1931 », Matériaux pour l’histoire de notre temps 3/2010 (N° 99), p. 105-107, URL : www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2010-3-page-105.htm.

9 Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes, Paris, Flammarion, 1932.

10 Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931), années charnières, années pionnières, thèse de doctorat sous la direction de Anne-Marie Christin, Paris Diderot – Paris 7, 1997, p. 170.

11 Dominique Darbois, Parana le petit indien, Nathan, 1952.Voir aussi l’article de Catherine de Smet, « La Photographie illustrée : les « Enfants du monde » de Dominique Darbois », dans Pour une critique du design graphique : dix-huit essais, éditions B42, 2013.

12 Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 1920 à nos jours, Paris, Bibliothèque de la Joie par les livres, 2001, p. 28.

13 Marc Soriano, « Les livres pour enfants », Enfance, tome 13, n°4-5, 1960, p. 501-512.

14 Ibid., p. 510.

15 Dictionnaire mondial de la photographie, Larousse, 2001, p. 323.

16 Studio Saint Jacques, 65 rue de Vaugirard.

17 Galerie du décorateur Jules Leleu, 65 Avenue Victor-Emmanuel III, à Paris, mars 1936.

18 Pierre Gascar, Ergy Landau, Aujourd’hui la Chine, Préface de Claude Roy, Lausanne, La Guilde du Livre, 1955.

19 Pierre Gascar, Ergy Landau, Chine ouverte, Paris, Gallimard, 1955.

20 Maurice Genevoix, Ergy Landau, Paris, Le Petit chat, Arts et métiers Graphiques, 1957.

21 Ergy Landau, Enfants, Paris, O.E.T, 1936.

22 Frédérique Lemarchant, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, URL : http://strenae.revues.org/1386 ; DOI : 10.4000/strenae.1386

23 Catherine de Smet, op.cit., p. 32.

24 E. Landau, P. Gascar, Aujourd’hui la Chine, op.cit., p. 122.

25 Roger Portal, « Vu en Chine 1954 », Politique étrangère, n°2, 1955.

26 Robert Doisneau, catalogue de l’exposition, Chalon sur Saône, 1978, collections du Musée Nicéphore Niepce.

27 Claude Dupuis, « “The Family of Man” : réflexions autour des usages et de la patrimonialisation d’une exposition photographique controversée », Diacronie [En ligne], n°19, 3 | 2014, document 3, mis en ligne le 01 septembre 2014, URL : http://diacronie.revues.org/1582 ; DOI : 10.4000/diacronie.1582

28 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 164.

29 Ibid,.p. 164.

30 François Soulages, Esthétique de la photographie, Nathan, 1999.

31 Umberto Eco, « Une civilisation démocratique ne se sauvera que si elle fait du langage de l’image une provocation à la réflexion et non une invitation à l’hypnose », Television e cultura, verso una civilta delle visione, Milan, Biompani, 1961, p. 50.

32 Frédérique Lemarchant, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », op.cit.

33 La revue Etudes est une revue mensuelle française catholique fondée par La Compagnie de Jésus en 1856. Ses numéros ont été numérisés par la bibliothèque en ligne Gallica.

34 Etudes, oct-nov 1957, 90e année, tome 295. T.P : Tout-petit, E : Enfants, P-A : Pré-adolescents.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Couverture d’Horoldamba le petit Mongol.
Crédits © Agence Gamma-Rapho
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Ill. 2. Horoldamba et son Yack.
Crédits © Agence Gamma-Rapho
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Ill. 3. Double page d’Horoldamba.
Crédits © Agence Gamma-Rapho
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Ill. 4. La lutte, grand sport traditionnel mongol.
Crédits © Agence Gamma-Rapho
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Le Guen, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 1950 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 25 février 2017. URL : http://strenae.revues.org/1670 ; DOI : 10.4000/strenae.1670

Haut de page

Auteur

Laurence Le Guen

Doctorante, laboratoire du Cellam - Université de Rennes 2

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org