Skip to navigation – Site map
Varia

Créer une littérature nationale au Québec : l’impact des textes de Marie-Claire Daveluy, de la presse aux sagas

Marie-Hélène Grivel

Abstract

Écrire pour la jeunesse est une entreprise récente dans l’histoire canadienne-française. L’entreprise trouve sa justification dans un projet nationaliste. En 1921, le périodique L’Oiseau bleu est créé afin de promouvoir des romans-feuilletons dont les protagonistes sont des enfants. Reflétant le projet intellectuel des élites, Les Aventures de Perrine et de Charlot de Marie-Claire Daveluy, premier titre à paraître, remporte auprès du jeune public un succès immédiat qui oriente les futures productions en direction de l’Histoire et des valeurs morales. Ces livraisons périodiques seront rapidement éditées en volumes, marquant l’avènement de l’édition contemporaine de jeunesse. Toutefois, entre 1920 et 1940, la masse « lisante » est tout entière considérée « à éduquer », créant l’amalgame entre littérature « populaire » et « enfantine ». C’est Albert Lévesque qui parvient le mieux à sectoriser cette toute nouvelle niche éditoriale en créant des collections. Et bien que de nombreux concurrents et de plus en plus d’auteurs investissent ce créneau littéraire, Daveluy demeure à part. Elle propose des trames narratives innovantes, basées sur les légendes et le folklore national. Inclassable, l’éphémère collection des « Œuvres de Marie-Claire Daveluy » créée par son éditeur entérine l’existence d’une saga littéraire. Et c’est en offrant deux autres sagas que l’auteure phare de l’entre-deux-guerres conclut sa carrière en direction des enfants chez Granger Frères.

Top of page

Index terms

Géographique :

Canada (Québec)

Chronologique :

1921-1940
Top of page

Full text

  • 1 François Landry, Beauchemin et l’édition au Québec. Une culture modèle. 1840-1940, Fides, 1997, p.  (...)
  • 2 Manon Brunet, « Henri-Raymond Casgrain et la paternité d’une littérature nationale », Voix et Image (...)
  • 3 Sur la piraterie des œuvres et la création d’un marché national du livre, voir : Marie-Pier Luneau, (...)
  • 4 Fonds Casgrain cité dans Maurice Lemire et Aurélien Boivin, La Vie littéraire au Québec, vol. 4, Pr (...)
  • 5 Le terme canadiana désigne l’ensemble des écrits sur le Canada, par des Canadiens ou publiés au Can (...)
  • 6 Jacques Michon (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, t. 1, La naissance (...)
  • 7 Dorénavant désigné par OB.

1Depuis le xixe siècle, il existe au Canada-français un désir profond de canadianisation de la littérature à offrir aux enfants. Ce phénomène, comme l’a démontré François Landry, concerne avant tout le circuit scolaire. Cette niche, dans laquelle se trouvent intimement liées production littéraire et instances dominantes (État et Église), impose au cours des ans l’école comme « marché artificiel pour les productions canadiennes1 ». Cette décision repose sur le constat, alarmant pour certains, que les principales librairies proposent nombre de titres importés d’Europe au détriment d’auteurs nationaux. Il s’agit dès lors de favoriser l’écriture nationale par la création de la collection « Casgrain » (1876 à 1886)2. La mise en place de cette collection intervient dans un contexte de lutte contre la piraterie de textes d’auteurs français, aussi bien par les journaux que par les éditeurs, qui saturent le marché. Gédéon Ouimet, alors surintendant de l’Instruction publique, fait appel à l’abbé pour promouvoir et encourager les auteurs nationaux. Il s’agit de les faire connaître aux élèves au détriment des productions étrangères3. Henri-Raymond Casgrain est alors chargé non pas de produire des œuvres nouvelles, mais de « préparer des extraits des meilleurs ouvrages canadiens, de façon à former vingt volumes4 ». La lutte contre les productions, piratées et étrangères, est donc politique et idéologique, mais aussi économique. Des libraires se saisissent de cet engouement pour la production nationale en direction des scolaires, tels Cadieux et Derome qui proposent la collection « Bibliothèque religieuse et nationale », plus tard reprise par l’éditeur Beauchemin. Si ces deux collections comptent des textes écrits par des Canadiens-français, elles offrent néanmoins de nombreuses rééditions et réimpressions d’auteurs français. D’autre part, ces canadianas5 ne sont aucunement l’œuvre d’écrivains spécifiques pour enfants, mais plutôt des adaptations, en images, de textes pour adultes. Un virage s’effectue avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Ses répercussions sur la vie canadienne sont de deux ordres : sur le plan éditorial, il stoppe le flot d’importation d’ouvrages français ; sur le plan politique, il favorise une crise qui trouve son point de cristallisation dans les élections fédérales de 1917. Ces dernières portent au pouvoir à l’unanimité sir Robert L. Borden, un unioniste, excluant de facto la présence de francophones au gouvernement. Le conflit qui s’ensuit débouche sur la première crise de la conscription. Pour les élites montréalaises, clercs et laïcs, l’élément français est encore une fois bafoué. La réaction ne se fait pas attendre et un groupe d’intellectuels, mené par Lionel Groulx, fonde cette même année L’Action française, créant l’idéologie clérico-nationaliste (en opposition au nationalisme canadien d’Henri Bourassa). Au sortir de la guerre, le monde occidental prend conscience de l’importance de sa jeunesse, et un mouvement en faveur de la presse enfantine se développe fortement. Non seulement les discours pédagogiques se multiplient, mais une volonté s’élève afin de contrer les Sherlock Holmes et autre Nick Carter qui envahissent les kiosques à journaux. Au Canada-français, l’élite s’accorde sur l’importance de l’image et la nécessité d’orienter dès le plus jeune âge les esprits vers les valeurs clérico-nationalistes. L’abbé Groulx érige l’Histoire en voie à explorer pour les Lettres nationales. C’est ainsi que la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) lance la première œuvre collaborative d’envergure, Les Contes historiques en images (1919, 1920 et 1923). Ces trois séries de contes sont diffusées, entre autres, auprès de l’institution scolaire et sont un succès éditorial6. Cette publication marque la naissance d’une production qui se veut réservée aux enfants, créant par là-même le premier instrument reposant sur le patriotisme, la religion et l’Histoire. Toutefois, excepté la présence d’images – faisant des Contes une sorte de bande dessinée historique – il n’en demeure pas moins qu’aucun des auteurs n’est spécialisé dans l’écriture pour la jeunesse. Cela confère à ces séries in fine un caractère plus populaire qu’enfantin. L’entrée dans l’ère industrielle et l’édition de masse via la presse (1920) incite la SSJB à créer une revue entièrement consacrée aux jeunes, L’Oiseau bleu (1921-1940)7. Rapidement, la publication se transforme en véritable pépinière d’auteurs contemporains susceptibles de créer le répertoire tant attendu par l’élite. Et parmi ces écrivains, un personnage emblématique se détache, Marie-Claire Daveluy. Figure fondatrice, elle sait anticiper les attentes nationalistes en matière d’écriture pour la jeunesse et donne le rythme du nouveau corpus tout au long de l’entre-deux-guerres. Comment a-t-elle transformé la littérature de jeunesse et influencé ses confrères, au point de renouveler les collections destinées aux enfants ? Nous nous intéresserons tout d’abord à l’entrée de l’auteure dans les pages de l’OB. Puis nous ferons le point sur d’autres acteurs qui se saisissent de cette nouvelle niche éditoriale. Nous verrons ensuite en quoi l’auteure, inégalable, impose une écriture novatrice en ayant recours à la transculturalité. Puis nous nous arrêterons sur la sectorisation qui se fait jour entre « populaire » et « jeunesse », pour arriver à l’organisation du secteur éditorial.

Une historienne au service de l’historico-fiction

  • 8 Les membres de la revue Le Nigog sont de jeunes intellectuels partis parfaire leurs études en Franc (...)
  • 9 Anonyme, « Pour l’action française – conférence prononcée au Monument national le 10 avril 1918 », (...)
  • 10 Ibid., p. 8-9.
  • 11 Annette Saint-Amant, « Que les femmes s’en mêlent ! », Action française, octobre 1919, p. 447.
  • 12 Guy Vanier, « Nos forces nationales – Notre jeunesse », Action française, septembre 1918, p. 386-40 (...)
  • 13 Yves, « Pour la fête nationale », Action française, juin 1919, p. 282.
  • 14 Diplômée en 1920 en bibliothéconomie de l'université McGill, elle entre en fonction à la Bibliothèq (...)
  • 15 Anonyme, « Notre courrier – Nominations féminines », La Bonne Parole, vol. 5, n°7, octobre 1917, p. (...)
  • 16 Avec le texte Marie Rollet (femme du premier colon installé au Canada), illustré par A.-J. Brodeur.
  • 17 Yvonne Charrette, « Contes Canadiens », La Patrie, samedi 4 janvier 1919, p. 2.
  • 18 Les récits sont décrits comme « trop arides, trop chargés de dates », pas assez narratifs. Olivar A (...)
  • 19 Marraine Odile, « Préface », Les Aventures de Perrine et de Charlot, Bibliothèque de l’Action-franç (...)
  • 20 Françoise Lepage, « Les débuts de la presse enfantine au Québec : L’Oiseau bleu (1921-1940) », mémo (...)
  • 21 Les romans-feuilletons sont indiqués entre guillemets ; quant aux titres des livres ils sont en ita (...)
  • 22 Sur le récit, voir M.-H. Grivel, « Quand une historienne écrit pour les petits canadiens-français. (...)

2À la fin du premier conflit mondial, une querelle éclate dans la sphère littéraire élitiste. La discorde oppose les partisans de la tradition aux avant-gardes européanisants et modérés, autrement dit, les membres de L’Action française aux « exotiques » du Nigog8. L’arrivée de Maria Chapdelaine éteint cette querelle en faveur des premiers, les canons de la littérature devant se mettre au service du « terroirisme ». Cela signifie que les Lettres se cantonneront aux frontières et véhiculeront des modèles se fondant sur le territoire, l’Histoire et la religion, soit tous les ingrédients patriotiques. Et c’est dans les pages de L’Action française que le programme de nationalisation de la littérature de jeunesse se met en place. Présentée comme n’étant pas « une revue de bataille », la publication se lance pourtant dans une lutte contre la possible américanisation des « petites gens9 ». Les loisirs modernes que sont le cinéma, les romans-feuilletons et surtout « les tristes héros des magazines américains » sont pointés du doigt. On craint pour les « enfants, [la] dernière réserve », qui auraient pourtant « besoin de garder dans leur âme la noblesse de l'idéal français, eux qui ignorent les héros et la noblesse de notre histoire10 ». Et puisque le rôle traditionnel des femmes les assigne à l’éducation de la petite enfance, la revue demande à ce qu’elles « s’en mêlent 11 ! ». Les enfants, considérés comme « nos forces nationales 12 », doivent impérativement devenir de « bons Canadiens 13 ». À cet effet, il faut leur offrir des textes… Mais encore faut-il trouver des auteurs, et pas n’importe lesquels. Tous vont être des intellectuels ayant prolongé leurs études au-delà du cours classique. Signalons le frère Marie-Victorin, dans le domaine des sciences pures ; en littérature, Laetitia Desaulniers (alias Juliette Lavergne), Marie-Rose Turcot et surtout Marie-Claire Daveluy, formée aux métiers du livre14. Cette bibliothécaire, première femme membre de la Société historique de Montréal15 et collaboratrice de l’abbé Groulx à L’Action française, fait son entrée sur la scène littéraire en participant au recueil Les Contes historiques en images16. L’initiative est aussitôt saluée dans la presse, y compris libérale. Celle-ci y voit « un progrès intellectuel qui ne peut manquer d’avoir d’heureux résultats sur notre formation nationale17 »… même si certains se plaignent que les récits « côtoient de trop près les manuels scolaires [et qu’ils] n’ont pas assez le ton grand’père 18 ». C’est ainsi que la SSJB décide de lancer l’OB. Bien qu’historienne et bibliothécaire, « Cousine Marie-Claire », comme la nomme Marraine Odile19, n’est pas, à ses débuts, ce qu’on appelle un écrivain. L’instigateur de la revue, Arthur Saint-Pierre, n’hésite pourtant pas à se tourner vers elle pour lui passer commande d’une œuvre édifiante et à caractère historique, capable d’éduquer les jeunes lecteurs en les intéressant à une histoire écrite spécifiquement pour eux20. Elle livre alors « Les Aventures de Perrine et de Charlot dans la Nouvelle France21 ». La force de ce récit tient à sa trame narrative capable d’exalter les héros historiques de la Nouvelle-France, mais à travers deux personnages éponymes et emblématiques qui, pour la première fois de l’histoire de la littérature canadienne, ont des traits enfantins22. Stéréotypes d’un idéal national, leurs aventures sont égrenées en feuilleton sur douze numéros et vingt-trois chapitres, racontées par un narrateur omniscient qui stoppe son récit à des moments déterminants de l’intrigue afin de tenir l’enfant lecteur en haleine.

  • 23 La « BAF » voit le jour en 1918. Cette maison d’édition dirigée par Groulx devient le fer de lance (...)
  • 24 Pierre Hébert, « Quand éditer, c’était agir : la bibliothèque de L’Action française (1918-1927) », (...)

3Fort de l’engouement que suscite ce texte exemplaire – et face à l’arrêt des Contes historiques (1923) – Groulx décide de transformer ce roman-feuilleton en livre, à l’enseigne de la « Bibliothèque de l’Action-française » (BAF)23. Si par son origine feuilletonnesque, ce roman relève a priori d’un mode de diffusion populaire, la frontière demeure poreuse avec le monde scolaire, un des principaux débouchés de la production nationale. L’OB, diffusée par les congrégations enseignantes au sein des écoles, en offre un parfait exemple. Cet amalgame entre lecture populaire et scolaire, qui s’explique par le déficit en livres nationaux, et cette porosité entre école et loisir, s’étend encore au statut de « roman pour tous » lors de son édition en volume. Lorsque les Aventures de Perrine et de Charlot paraissent en 1923, rien ne vient signaler en couverture que l’œuvre s’adresse aux enfants24. Matériellement, le texte a perdu son calibrage sur deux colonnes, caractéristique de la presse, pour laisser place à une mise en page plus aérée. Les épisodes, devenus chapitres et conservant le découpage du feuilleton, débutent par une frise décorative et se referment sur un cul-de-lampe en forme de fleurs de lys. Les illustrations originales de James McIsaac ont été conservées.

Ill. 1. Pages intérieures des Aventures de Perrine et de Charlot, Bibliothèque de l’Action française, 1923.

BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec

  • 25 Marie-Claire Daveluy, « Avant-propos », Les Aventures de Perrine et de Charlot, op. cit., p. 7.
  • 26 Marraine Odile, « Préface », Ibid., p. 5.
  • 27 Louis Claude, « Livres et revues », La Revue Moderne, avril 1924, p. 55.

4Ont été ajoutés pour les besoins du volume : un paratexte éditorial (un frontispice représentant les deux héros et une page de titre sur laquelle figure la devise de L’Action française « Jusqu’au bout » de Dollard des Ormeaux) et un paratexte auctorial (une préface et un avant-propos). M.-C. Daveluy s’adresse aux chères « têtes brunes ou blondes » pour souligner que l’œuvre aborde « les gestes nobles […] des héros de la Nouvelle-France25 ». Le livre se referme sur des « Notes biographiques » qui confirment le caractère hautement historique de l’œuvre produite par « une savante en histoire26 » et « dans laquelle "bien du grand monde" pourrait apprendre leur histoire27 ».

  • 28 Expression d’Émile Miller, secrétaire de la SSJB, à l’occasion du concours littéraire de 1919, dans (...)
  • 29 François Hertel, « Les livres », Action française, avril 1924, p. 248.
  • 30 Ch. Bourdon, « Ce qu’on lit à l’étranger et dans les colonies », Romans-revues. Guide des lectures, (...)
  • 31 Les productions de Beauchemin représentent 75% des livres distribués par le Département de l’Instru (...)

5Ces ajouts paratextuels répondent en tous points aux vœux des clérico-nationalistes et contribuent à asseoir cette « littérature indigène28 » tant attendue et immédiatement soutenue par le secrétaire de la Province, Athanase David. En 1922, il fait voter la Loi pour encourager la production d'œuvres littéraires ou scientifiques et c’est assez naturellement, qu’en 1924, M.-C. Daveluy, pour ses Aventures, obtient le tout nouveau Prix David. Elle acquiert ainsi une notoriété qui lui confère le rôle d’« éducatrice » au « service de l’histoire nationale 29 », tandis que sa première œuvre marque l’avènement du public jeunesse, légitimé et encouragé par les deux pôles du pouvoir (étatique et clérical). Ce nouvel engouement pour les Lettres est repris par les journaux qui accueillent favorablement le titre, soulignant l’importance d’avoir créé des héros enfantins comme marqueurs d’identification. N’est-il pas jusqu’au célèbre guide des lectures de l’abbé Bethléem pour affirmer que l’auteure « sait à merveille parler aux petits » tout en offrant « une juste idée des premiers colons canadiens30 » ? Face à cette nouvelle niche éditoriale, le géant Beauchemin31 décide à son tour de lancer sa « Bibliothèque canadienne ». Et bien que certains titres soient issus de l’OB, sa politique éditoriale s’oriente vers la « promotion du régionalisme », c’est-à-dire la mise en avant de la petite histoire locale. En 1925, la multiplication des auteurs et des titres de la littérature de jeunesse est encore encouragée par la promulgation de la Loi Choquette. Ce texte incite les commissions scolaires à se fournir pour moitié de leur budget en ouvrages nationaux. Ainsi l’État provincial crée-t-il un marché contrôlé pour ce tout nouveau corpus. Cette décision encourage d’autres éditeurs à se lancer dans l’aventure.

L’expansion du secteur : entre littérature enfantine et littérature populaire

  • 32 Au-delà de L’Abeille, les FIC créent des collections destinées aux élèves du secondaire, dont l’aut (...)
  • 33 Joseph-Gérin Gélinas (1874-1927), préfet du Séminaire de la ville de Trois-Rivières, est également (...)
  • 34 Jules Larivière, « Causons », Vie canadienne, n° 5, 1926, p. 64.
  • 35 Gérard Malchelosse, « Les Éditions Garand, leur mission, leurs œuvres », Vie canadienne, n°8, 1926, (...)
  • 36 « Ce qui fait le succès du "Roman canadien" », Vie canadienne, octobre 1928, p. 76.
  • 37 Damase Potvin, « Revue des lectures », Le Terroir, avril 1923, p. 571.
  • 38 « Ce qui fait le succès du "Roman canadien" », Vie canadienne, octobre 1928, p. 76.
  • 39 Marie-Pier Luneau, « Entre auteur et lecteur : l’éditeur, un maillon essentiel. Panorama de la fonc (...)
  • 40 Silvie Bernier, « L’illustration du "Roman canadien" », dans Jacques Michon (dir.), L’Édition du li (...)

6Nous avons évoqué la « Bibliothèque canadienne » de Beauchemin, qui vient grossir les rangs des livres de récompense ; notons également les collections de la Librairie Granger Frères, telles « L’école canadienne » (1920) – collection entièrement écrite par les Frères Maristes et destinée à l’école – et la « Canadienne » – coéditée avec Mame & Fils en France. Du côté des revues apparaît L’Abeille (1925) sous l’égide des Frères de l’Instruction Chrétienne (FIC)32. Elle se distingue de l’OB par son contenu, composé principalement de textes religieux, d’Histoire, d’hagiographies, de chansons, de devinettes et surtout de chroniques comme celle de « La Galerie canadienne », animée par l’abbé Gélinas, mettant en avant les actions menées par la congrégation33. Les historiettes, contes et romans-feuilletons, dans leur intégralité ou en adaptation, sont l’œuvre d’auteurs étrangers, tels René Bazin, Alexandre Dumas, A. Fowler Lutz ou encore Jón Svensson avec les célèbres Nonni et Manni. En cela, L’Abeille ne peut pas être considérée comme un outil de légitimation des auteurs puisqu’elle ne présente aucun nouvel écrivain national et n’a donc pas d’influence sur la constitution d’un corpus inédit. En revanche, le fait que la congrégation lance sur le marché une seconde revue destinée à la jeunesse renforce l’idée que le secteur a acquis une légitimité dans le champ culturel et littéraire. D’autant que le milieu des années vingt est marqué par un regain de nationalisme d’un caractère nettement plus économique, y compris dans la sphère des Lettres. Ainsi l’entrée dans l’ère du consumérisme moderne entraîne-t-elle avec elle la création d’une paralittérature nationale. L’augmentation de la masse « lisante », celle aussi des moyens de production – et leurs retombées pécuniaires – incitent Édouard Garand à se lancer dans l’édition industrielle patriotique avec sa collection « Roman canadien » (1926) à destination de tous. L’éditeur dresse ce constat : « [p]ourquoi s’obstiner à vouloir écrire pour une élite quand c’est la masse qui lit34 ? », sous-entendant que les œuvres nationales doivent profiter à tous. S’appuyant sur la volonté des autorités de voir les Canadiens-français se saisir du secteur économique et commercial, l’éditeur ne cesse dans ses publicités de répéter que les livres, chez lui, sont « écrits par des Canadiens, imprimés par des Canadiens, avec du papier canadien, illustrés par des Canadiens et édités par des Canadiens pour le bénéfice des Canadiens35 ». Et pour renforcer l’idée de nationalisme, il appose un logo représentant le patriote Chénier entouré d’un « Pour la RACE ». Sa production propose des textes que le public ne trouve pas dans les revues traditionnelles, c’est-à-dire une littérature populaire relevant du champ de la littérature « commerciale ». Le « Roman canadien » donne des « récits poignants, saisissants, où l'homme apparaît parfois dans toute sa noblesse, parfois dans toute son infamie, où passent les femmes dévouées jusqu'au martyre et les criminelles exaltées jusqu'à la folie, où se multiplient les émotions les surprises et les coups de théâtre36». Bien que décrites comme « fort présentables37 », les compositions de couverture sont « les plus originales et les plus saisissantes, évoquant d'une façon magistrale les scènes les plus violentes, les plus tragiques, les plus sentimentales, et les drames les plus sombres et les plus terribles38 ». L’éditeur n’hésite pas à donner un aspect américanisé à sa production, avec une couverture accrocheuse et un papier de très basse qualité. Il la diffuse hors du circuit lettré, sur le chemin quotidien du lecteur, là où se trouvent tous les magazines et autres journaux39. Et pour captiver son lectorat, Garand offre une place importante à l’image, déclarant qu’un « roman sans illustration, c’est une maison sans fenêtre40 ». Ainsi certains codes de la littérature enfantine sont-ils également ceux de la littérature industrielle, la masse lisante comprenant l’ensemble de la population à édifier. Grâce à ces emprunts à la littérature élitiste, le « Roman canadien » fait son entrée dans le réseau scolaire. Son succès marque l’entrée dans l’ère de consommation. Participant à la construction d’un stéréotype purement canadien français, soudant le peuple grâce à des héros du cru et des mythes fédérateurs – tout comme la littérature de jeunesse – le « Roman canadien » ne donne pourtant pas à lire de textes à destination des enfants. En cela, l’amalgame enfance/populaire atteint un sommet.

  • 41 Sur le parcours d’Eugène Achard voir Clément Moisan et Renate Hildebrand, Ces étrangers du dedans. (...)
  • 42 Françoise Lepage, Histoire de la littérature pour la jeunesse. Québec et francophonies du Canada, s (...)

7Un autre éditeur laïc, Eugène Achard, fonde en 1927 deux organes entièrement dédiés à la littérature jeunesse : sa maison d’édition, la Librairie générale canadienne, et La Ruche écolière41 « publiée sous le patronage de l’alliance catholique des professeurs de Montréal » et destinée au vaste public scolaire que supervise la Commission des écoles. Les romans-feuilletons de son magazine sont, là encore, des adaptations d’auteurs classiques soit Français, tels Hugo, Lamartine ou Molière, soit Canadiens-français, tels H.-R. Casgrain, Albert Ferland, Louis Fréchette ou Albert Lozeau. Tous ces textes ne sont évidemment pas inédits, exceptés les contes et légendes écrits par Achard lui-même. Par ailleurs, connu sous différents pseudonymes, le nouvel éditeur est également l’auteur de 96 % des œuvres inédites de son catalogue, faisant de la Libraire générale canadienne une entreprise d’autoédition. Au cœur de sa production, l’exactitude historique n’est pas au rendez-vous – Françoise Lepage évoque « une œuvre de vulgarisation42 » – et aucun de ses textes ne met en scène des personnages aux visages enfantins. Il semble donc qu’au milieu des années vingt, aucune nouvelle initiative n’égale l’OB et son auteur phare M.-C. Daveluy. D’autant qu’elle réoriente déjà son écriture, cherchant surement à produire véritablement pour les jeunes en optant pour le merveilleux et la féerie.

M.-C. Daveluy, moteur de la novation littéraire

  • 43 Anonyme, « D’un mois à l’autre… », Mon Magazine, novembre 1928, p. 1.
  • 44 Gaétan de Montreuil, « Les nouveaux livres », Mon Magazine, juin 1932, p. 3.

8Le succès de M.-C. Daveluy transforme non seulement l’OB en laboratoire d’écriture – tous les futurs textes de l’auteure seront d’abord testés dans la revue – mais déclenche également des vocations chez d’autres femmes qui se lancent dans la production jeunesse. C’est le cas de Marie-Louise d’Auteuil (Luce Yole) qui livre, de 1926 à 1928, cinq textes dont Les Mémoires d’une souris canadienne qui seront publiés chez Albert Lévesque. Ce titre introduit des personnages animaliers à la manière des Mémoires d’un âne de la Comtesse de Ségur. Quant à Fanfan, Joujou et compagnie, qui relate l’histoire de deux orphelins à l’instar du premier roman de Daveluy, il est indéniablement le plus enfantin, présentant « des scènes vraiment désopilantes43 ». Toutefois, ses deux titres suivants, d’un caractère mélodramatique et « adolescent », Gisèle et Le Serment de Jacques, sont sévèrement jugés par la critique. Bien que présentant des héros-enfants, les textes proposent des trames narratives tragiques, comme pour Gisèle, roman qui s’ouvre sur la mort de la maîtresse d’école de l’héroïne éponyme. M.-L. d’Auteuil est alors invitée à rester « dans le domaine où elle a débuté, [celui des] livres pour enfants 44 », c’est-à-dire le registre léger des Mémoires. L’écriture pour les « petits » doit ainsi faire appel à un savant mélange de didactisme historique et de drôlerie. Seule Daveluy parvient à s’adresser à tous par le biais de l’épopée et de la valorisation de la morale collective. Registres et lignes thématiques semblent donc être fixés. Il s’agit désormais d’inventer un univers propre aux enfants, basé sur les contes et légendes du Canada-français.

  • 45 Luc Lacourcière, « Marius Barbeau, ethnologue chevronné », Archives de la Société Radio-Canada, ent (...)
  • 46 Régis Roy, « Origine des Contes de Fées au Canada – Contribution au folklore canadien », La Revue m (...)
  • 47 Michel Fournier, « Le diable, le saint, le revenant et la fée : le conte de fées classique et la sé (...)
  • 48 M.-C. Daveluy, « Le Filleul du Roi Grolo », OB, septembre 1924, p. 4

9Depuis septembre 1924 paraît en feuilleton le premier conte merveilleux de M.-C. Daveluy, qui relate les aventures de Jean de Clairvaillance, « Le Filleul du Roi Grolo ». À l’écoute de son temps, l’auteure devance les attentes des clérico-nationalistes. Son statut de membre de la Société historique lui permet d’être en contact, au moins depuis mars 1919, avec Marius Barbeau, le fondateur de l'anthropologie canadienne45. Grâce aux travaux de ce dernier, le folklore est perçu comme « le pont jeté sur les deux rives du passé et du présent46 » et suscite auprès des élites un réel engouement. Il faut également souligner qu’une nouvelle « mode » voit le jour, le spiritisme, entraînant une crise du religieux. Et bien que ce dernier soit loin d’être un fait nouveau, cette menace moderne oblige les prescripteurs à trouver des substituts pour « encadrer ces dérives de la croyance en faisant à nouveau appel à l’imaginaire folklorique et au discours religieux47 ». « Le Filleul du Roi Grolo » est un texte bien particulier puisque de nombreux personnages de l’histoire trouvent leur parenté dans les contes européens. L’auteure emprunte, par exemple, la trame narrative au Roi parrain de Grimm. Quant à la princesse Aube, elle rappelle la Belle aux bois dormant de Perrault, et son sort évoque celui de Rapunzel des frères Grimm. Le Petit Poucet est reconnaissable sous les traits de Jean, tandis que Blaise et Paule sont aveugles comme Juliette dans Le Bon petit diable de la Comtesse de Ségur. Pour préparer le lecteur enfant à entrer dans le merveilleux, l’auteure débute son conte par un récit-cadre où de jeunes auditeurs se trouvent en position d’écouter tante Élise qui va leur conter l’histoire. Daveluy choisit, là encore, de présenter des enfants comme héros modèles, ce qui facilite l’identification, et ce d’autant plus qu’elle les place dans un pays imaginaire doté d’éléments caractéristiques du Canada-français. Ainsi, par exemple, Jean est-il fils d’un colon défricheur, tandis que le souverain gouverne « un vaste, très vaste pays, rempli de montagnes, de forêts et de lacs48 ». Elle n’hésite pas non plus à faire se côtoyer « monde fantastique » et « monde religieux », créant un savant mélange entre folklore – présence des gnomes et d’un monde souterrain – et religion – présence du Saint-Esprit sous la forme d’une colombe. Fort adroitement, cette fiction s’inscrit donc également dans l’héritage culturel universel.

  • 49 Cette taille semble être la norme puisque d’autres éditeurs font de même, tel Beauchemin et sa coll (...)
  • 50 Michel Fournier, art. cit., p. 131.

10En 1926, Albert Lévesque, qui a pris la direction de la « BAF », qui prend alors le nom de Librairie d’Action canadienne-française (ACF), décide de publier ce conte. Matériellement, Le Filleul du Roi Grolo ressemble aux Aventures de Perrine et de Charlot tant au niveau du format (19 cm)49 que de la présentation des textes. Toutefois, l’éditeur fait le choix d’y inclure un autre texte de Daveluy, le conte chrétien La Médaille de la Vierge, peut-être pour contrebalancer l’aspect trop merveilleux. Ce volume porte en couverture la mention d’un titre de collection, « Les Romans », signe que le nouvel éditeur commence à organiser sa production et qu’il ne classe pas forcément l’œuvre dans la catégorie « jeunesse », comme son prédécesseur. Le recours au merveilleux opère auprès du lectorat adulte comme une invite à retrouver « les personnages chers de [ses] dix ans 50 ».

  • 51 Anonyme, « La vie de l’action française », Action française, octobre 1926, p. 251.
  • 52 Hermas Bastien, « Une heure avec le "Filleul du roi Grolo" », Action française, novembre 1926, p. 2 (...)
  • 53 Michel Fournier, art. cit., p. 131.
  • 54 Hermas Bastien, art. cit., p. 292.
  • 55 Jean Baudrillard, Alain Brunn, Jacinto Lageira, « Modernité  », Encyclopædia Universalis [En ligne] (...)
  • 56 Paul Val, « La célébration de la Saint-Jean-Baptiste à Montréal », Le Devoir, mardi 25 juin 1929, p (...)

11Une fois encore, Grolo est salué par la critique pour sa « moralité parfaite et [sa] haute élévation…51 ». Le texte est qualifié d’« œuvre qui figure avec honneur à côté des récits similaires de la littérature française52 » ; et si, toujours selon celle-ci, Daveluy est parvenue à faire entrer les fées « dans notre littérature enfantine53 », elle a surtout réussi, en réinvestissant des modèles venus d’outre-Atlantique, à créer un monde et des personnages merveilleux typiquement canadiens français. Grolo est amené, telle Alice franchissant le miroir, au cœur de la forêt où il se perd en poursuivant un oiseau. Quant à Jean, son filleul, il rappelle à nombre de critiques de l’époque, la fougue de Charles, cette « silhouette de Un Bon petit diable » savamment orchestrée dans « les aventures mirifiques des contes de Perrault54 ». En cela, son œuvre s’inscrit dans la modernité, telle que définie par Jean Baudrillard. Évoquant la notion de « dynamique de l’amalgame55 », il précise que dans les pays issus d’anciennes colonies, la modernité « passe toujours par une résurgence de la tradition, sans que celle-ci ait pour autant un sens conservateur ». La réévaluation de l’imaginaire féérique devient le signe de cette résurgence, contribuant activement à la fixation et à la conservation du folklore national. À preuve, la fête nationale se compose en 1929 de trente chars dédiés aux Contes et légendes du Canada français56.

  • 57 Marie-Claire Daveluy, « Au Pays des belles histoires », OB, avril 1929, p. 14. La querelle se crist (...)
  • 58 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982, p (...)
  • 59 Phénomène « par lequel au moins deux textes, du même auteur ou non, se rapportent conjointement à u (...)
  • 60 Jacques Michon (dir.), L’Édition littéraire en quête d’autonomie, Albert Lévesque et son temps, PUL (...)

12Là encore, M.-C. Daveluy a anticipé ce phénomène puisque, depuis janvier 1926, elle livre dans l’OB son récit « Au pays des belles histoires », complété l’année suivante par « La Révolte des sorcières ». Ce voyage initiatique aux pays des contes a pour toile de fond une guerre où s’affrontent bons et méchants à propos de « l'opportunité d’accepter désormais en nos pays, avec droit de représentation, tous les auteurs, avec leurs personnages, qui étaient réputés plaire beaucoup aux petits, et même aux adolescents des humains57 ». L’auteure introduit des personnages tels Peter Pan (J.M. Barrie), Petite Poucette (Andersen) et même Don Quichotte (Cervantès), tous souhaitant accueillir parmi eux les « ami[s] des gosses ». À l’arrivée des Canadiens au « pays imaginaire », les lecteurs peuvent constater que les personnages européens sont repris là où leurs auteurs les avaient laissés. Ainsi, par exemple, Petit Poucet possède ses bottes de sept lieux, Alice garde avec elle ses fioles pour grandir et rapetisser, ce qui fait de ce texte une œuvre de continuation – pour reprendre les termes de Gérard Genette58 – et de transfictionnalité59, dont l’enjeu est de faire acquérir aux héros canadiens le même statut que ceux des contes classiques, voire de le dépasser. C’est ainsi que personnages folkloriques et modernes – nés sous la plume des contemporains de l’auteure – peuvent prendre corps dans la culture canadienne française qui participe de la culture universelle passée et présente. En cela, l’auteure œuvre à l’universalisation des Lettres canadiennes françaises, notion chère à la jeune génération, autour de Lévesque, lui-même figure de proue de la modernité éditoriale60.

  • 61 Comparé à Gaston Gallimard, Albert Lévesque fait figure d’homme de culture, et non d’homme d’affair (...)
  • 62 Beauchemin et Henri Julien, aux Éditions Édouard Garand et Albert Fournier ; ou la Librairie Grange (...)

13Dès 1931, ce dernier identifie quatre publics cibles : les professionnels et hommes d’affaires (livre spécialisé), le « gros public » (littérature générale), les écoliers (livres de récompense), et les institutions éducatives (manuels scolaires). Pour les prix de fin d’année, il met en place en 1932 plusieurs collections : « Les Récompenses », « Contes et récits canadiens », « Nos animaux domestiques » et « Rimes historiques ». Toutes ces collections arborent une couverture illustrée en lien avec le récit, et revêtent sur leur page de titre le sigle « ACF » surplombant la nouvelle raison sociale : Éditions Albert Lévesque. Il s’agit pour l’éditeur de préserver le circuit de vente des écoles et des institutions religieuses, tout en proposant des auteurs contemporains, dont les écrits se teintent d’intimité, d’urbanité et de fantastique61. En dehors de ces constantes, aucune de ces quatre collections n’adopte en son sein un format précis ou ne recourt à un illustrateur attitré, comme c’est le cas chez les éditeurs concurrents62. Dans la collection « Les Récompenses », il édite en 1932 deux textes de M.-L. d’Auteuil, le Serment de Jacques suivi des Aventures de Rouletabosse (histoire d’un enfant bossu) et son conte Les Mémoires d'une petite souris canadienne. Là encore les textes sont augmentés d’un discours préfaciel de l’auteure. Les volumes se composent respectivement de 164 et 174 pages, tous deux au format 24 cm (in-octavo), vendus 0,50 $.

Ill. 2. Page de titre de La Sorcière de l’îlot noir de M.-A. Grégoire-Coupal, Éditions Albert Lévesque, coll. «Les Récompenses», 1933.

BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec

14En 1933, dans la même collection, paraît La Sorcière de l’îlot noir de Marie-Antoinette Grégoire-Coupal. Bien que l’auteure livre un récit à l’idéologie conservatrice, la composante religieuse est mise en retrait au profit de la psychologie du personnage principal, faisant de ce texte une œuvre de l’individualité. L’emploi du « je » au détriment du « nous » auquel elle recourt devient la marque des Éditions Lévesque. Toutefois, l’éditeur réserve généralement ce type de récit aux adultes de la sphère lettrée, préférant, là encore, ménager le réseau scolaire attaché à l’idéologie nationaliste basée sur la notion de collectif. M.-C. Daveluy l’a bien compris. C’est sur ce principe, et forte du succès rencontré auprès des jeunes, de la critique et du lectorat constitué par les parents qui font figure de nouvelle cible, que l’auteure poursuit son œuvre de légitimation en utilisant le concept de transfictionnalité, créant jusqu’en 1940 de véritables sagas.

Quand les sagas littéraires de M.-C Daveluy hissent l’auteure en figure emblématique de la littérature canadienne française

  • 63 Sur la notion de « culture en simili », voir Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », (...)
  • 64 Au sein de la « Bibliothèque canadienne », elle est dirigée par le Frère Marie-Victorin.
  • 65 Ces ouvrages remplacent peu à peu Le Buffon des enfants de Georges Louis Leclerc Buffon et le Cabin (...)
  • 66 Pierre Hébert, art. cit., p. 224.
  • 67 Carmel Brouillard, « Littérature enfantine », Action Nationale, 9 décembre 1936, pp. 271-272.

15À l’aube des années trente, les éditeurs sectorisent davantage la production de leur maison par le biais des collections documentaires – l’heure est à la scientifisation de l’ensemble de la société –, et cela afin que les publications pour la jeunesse s’émancipent des publications populaires. En 1928 paraît Les Trois fées au bois d’épinette : la nature, ses règnes et ses merveilles de Maxine. Présenté dans la collection « Contes et récits canadiens », le volume fait 104 pages dans un format de 20 cm (in-douze), vendu 0,40 $. Un avant-propos de l'auteure et un de l’éditeur, ainsi qu’une préface du juge Laetare Roy, ont été ajoutés. Construisant une sorte d’abécédaire, Maxine expose la flore et la faune sous la forme de voyages initiatiques. Ce texte, qui se veut une vulgarisation scientifique, convoque néanmoins des fées pour guider Pierrot, Lili et Jean-Baptiste dans la nature canadienne-française. L’heure est à l’expansion de la simili-littérature, c’est-à-dire à la paralittérature scientifique qui s’adresse à tous63. Chez Beauchemin paraît la première série documentaire du Canada-français, « Mon histoire naturelle » (1934)64, alors que Lévesque a déjà publié les douze volumes de Nos animaux domestiques d’Odette Oligny (1933) et l’ABC du petit naturaliste d’Harry Bernard65. Cela dit, la construction des collections obéit semble-t-il davantage à une partition par prix que par thèmes, en fonction d’un public désigné et d’un marché ciblé66. Les « Contes et récits canadiens » par exemple, accueille, sans qu’il ne soit féérique ou scientifique, Le vendeur de paniers de Maxine (1936), dans lequel l’auteure prône le retour à la terre en plaçant son intrigue au cœur du Montréal de 1935. Aussi la critique range-t-elle l’ensemble de ces récits dans la catégorie de « littérature enfantine67 » destinée au réseau scolaire et aux étrennes.

Ill. 3. Couvertures de Sur les ailes de l’oiseau bleu Sources : Alphonse de La Rochelle, « Sur les ailes de l’oiseau bleu », OB, mars 1936, p. 200.

BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Ill. 4. Une Révolte aux pays des fées publiés en 1936 chez Albert Lévesque. Sources : Marie-Louise d’Auteuil, « Une révolte au pays des fées », OB, novembre 1936, p. 68.

BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec

  • 68 Exogène : qui provient de l’extérieur. M.-C. Daveluy a recours à des personnages d’outre-Atlantique (...)
  • 69 Marc Benson, « La fonction du narrateur dans le conte fantastique québécois du xixe siècle », Studi (...)
  • 70 M.-C. Daveluy, « La Révolte des sorcières », L’OB, vol. X, n°10, décembre 1930, p. 234.

16Ce qui distingue les textes de Daveluy du reste des publications pour la jeunesse, y compris des Fées de la terre canadienne de Maxine (1928), c’est avant tout qu’elle opte pour une écriture exogène68 et se lance dans un véritable cycle féérique. L’histoire débute « Au pays des belles histoires », nous l’avons vu. Prise en charge par un narrateur-conteur, figure chère à la tradition d’oralité canadienne69, les aventures de Louison et Cloclo sont le fruit d’un transfert culturel. Créant une voie inédite dans le nouveau corpus jeunesse, cette œuvre abolit les frontières entre les personnages issus de la culture européenne et le folklore canadien. En 1936, Lévesque édite en volumes les deux volets faisant suite au Filleul du roi Grolo de Daveluy : Sur les ailes de l’oiseau bleu – nouveau titre donné au feuilleton « Au pays des belles histoires » - et Une Révolte aux pays des fées. Dans ce dernier volet, intitulé dans l’OB « La Révolte des sorcières », l’auteure fait évidemment triompher le bien. Mais ce sont surtout les personnages canadiens français qui l’emportent, au point que le récit se termine par le défilé de la victoire, lorsque les « gentils » s’écrient en cœur : « "Vive le Canada ! Vive les Canadiens !" […] à rendre sourd les assistants70 ». M.-C. Daveluy réussit ici à supplanter les récits traditionnels au profit de la culture nationale, mettant les légendes et le folklore de la Province au cœur de l’imaginaire collectif, au dessus des contes européens.

  • 71 L’auteure est perçue comme poursuivant « une œuvre d'éducation vraie par ses contes enfantins et be (...)

17Ces ouvrages paraissent dans un format sensiblement plus grand que les titres précédents de l’auteure (23 cm) et sont vendus 0,90 $, sous couverture illustrée, dans une toute nouvelle collection, les « Œuvres de Marie-Claire Daveluy ». Pourquoi ce choix ? Selon toute probabilité, il s’agit de ne pas cantonner ces textes au circuit de diffusion des écoles mais de les faire entrer dans la catégorie « littérature générale », d’autant que la critique engage les adultes à se plonger dans cette « œuvre d'éducation vraie71 ». De fait, regrouper sous un même titre de collection ce corpus littéraire, c’est le distinguer des autres publications sous la forme prestigieuse des « œuvres complètes », et le faire ainsi accéder, aux yeux des lecteurs, à une forme de patrimonialisation. Enfin, il semble qu’au-delà d’être un homme de culture, l’éditeur soit également un fin homme d’affaires, se pliant aux règles de la consommation qui sont de capter le lectorat en construisant des sagas basées sur des personnages familiers.

  • 72 Pierre Hébert, Censure et littérature au Québec, t. 2, Des Vieux couvents au plaisir de vivre, 1920 (...)
  • 73 En 1937, M.-C. Daveluy cofonde la première École de bibliothécaires francophone du Canada-français.

18Dans cette logique de continuité et de fidélisation du lecteur, M.-C. Daveluy décide de donner des suites aux Aventures de Perrine et de Charlot. « À l’école des héros » (1931), « L’Esclave des agniers » (1932-1933), « Les Holocaustes » (1935-1936), « Le cœur de Perrine » (1936) et enfin « Le mariage de Perrine » (1937) poursuivent les périples des deux héros-enfants, devenus adolescents, puis jeunes adultes, dans la trame historico-fictive qui a fait son succès. Cette même année naît la première bibliothèque francophone pour enfants dans la banlieue de Montréal. L’émergence d’une structure de lecture publique influence considérablement le monde de l’édition en ce qu’elle exige, de fait, une sectorisation plus draconienne au sein des collections afin que le jeune lecteur puisse se repérer dans une lecture extrascolaire. De plus, le frère Paul-Aimé Martin débute la publication de Mes Fiches, guide de lectures, à l’instar des publications de l’abbé Bethléem et du père Sagehomme72. La société canadienne française entre dans l’ère de la prescription, ce qui place la bibliothéconomie au rang de science73. Et dans une société passée aux mains du parti de Duplessis, la morale conservatrice des années vingt refait surface. L’arrivée en force des comics, par le biais de la revue Action Comics qui propose de nombreux titres américains comme Superman, déclenche une résurgence de nationalisme. Là encore, dans une certaine mesure, il est possible d’affirmer que Daveluy est une pionnière lorsqu’elle décide de créer sa saga.

  • 74 Le reste des productions sont reprises par Roger Gagnon qui crée les Éditions de l’Action canadienn (...)

19À l’heure où elle achève son histoire de Perrine et de Charlot (1937), Lévesque est nommé directeur des services du Ministère du Commerce et de l’Industrie. Il vend son entreprise et ne publie donc pas ces titres. Il faut attendre la reprise du fonds des livres de récompense par la Librairie Granger Frères pour voir éditer les nouveaux textes de l’auteure74. Ce rachat oriente la politique éditoriale de cette maison de façon définitive vers les impératifs du nationalisme catholique définis par l’Action française de Groulx et finit d’implanter cette vision du monde sur le marché jeunesse. Sous la direction d’Édouard Gariépy, paraissent Aventures de Perrine et de Charlot (1938), dans la collection « Bibliothèque de la jeunesse canadienne » (1933). Au sein de cette dernière, tous les volumes présentent une couverture illustrée avec comme seule variante un changement de couleurs, empruntant ici la technique développée par Hachette et sa « Collection des chemins de fer ». Pour ce qui est des textes de la bibliothécaire, ils conservent leur présentation initiale, à savoir les dessins de McIsaac, un discours auctorial en début de volume, et les culs-de-lampe en fleur de lys en fin de chapitre. La reprise du paratexte et de la mise en page des collections antérieures permet à la fois de ne pas perdre les lecteurs et de maintenir la différenciation de la production jeunesse au sein du champ éditorial.

Ill. 5. (mosaïque) : Les Aventures de Perrine et de Charlot (2e éd., rev. Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1938) ; La Captivité de Charlot (Montréal, Librairie Granger, 1938), Charlot à la « Mission des martyres » (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1938), L’Idylle de Charlot (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1938), Perrine et Charlot à Ville-Marie (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1940), et Le Cœur de Perrine (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1940).

BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec

20Aux six volumes de Perrine et Charlot s’ajoutent trois autres textes : Les Jours tragiques de 1837 : le Richelieu Héroïque, Michel et Josephte dans la tourmente, et Le mariage de Josephte Précourt : dix ans plus tard, 1848-1849, constituant également une saga. L’inscription au sein de cette collection estampillée « Bibliothèque de la jeunesse » classe l’auteure et les éditions antérieures, de façon définitive, dans la littérature à destination des enfants. Après la disparition de l’OB en 1940, Daveluy cesse d’écrire pour la jeunesse, ce qui n’empêche pas son nouvel éditeur de rééditer ses livres, en véritable outil promotionnel de sa maison. Granger Frères se targue en effet d’être le seul à proposer les œuvres complètes de celle qui est désormais devenue membre de l’Association canadienne des bibliothécaires de langue française (1943) et de l’Académie Canadienne-française (1944).

Conclusion

  • 75 Thierry Vincent, « Fragments d’une épopée laissée en friche », Lurelu, vol. XVIII, n°3, 1996, p. 12

21La force des œuvres de Daveluy, bien au-delà d’avoir ouvert la voie, est d’avoir répondu aux attentes de la société. En cela, elle a été à l’écoute de son temps, donnant naissance aux personnages enfantins dans des historico-fictions. Elle a su faire grandir ses héros avec leurs lecteurs, afin de créer les toutes premières sagas de la littérature canadienne-française. Enfin, elle a élevé au rang de littérature universelle ce nouveau corpus en utilisant la transculturalité et la transfictionnalité, créant de toutes pièces une œuvre « d’initiation à la littérature féérique […] ainsi qu’un plaidoyer en faveur de la lecture en général75 ». L’ensemble de ses textes est salué, au point que d’autres auteures se saisissent de son type d’écriture, sans jamais l’égaler, M.-C. Daveluy parvenant à se renouveler tout en construisant dans la durée une œuvre emblématique du Canada-français.

  • 76 Catherine Sablonnière, « Une constellation de "merveilles" : antécédents, avatars et implications é (...)

22Lévesque la « canonise » en lui accordant le privilège unique d’une collection à son nom : les « Œuvres de Marie-Claire Daveluy ». Le patronyme se transforme en argument de vente. Plus qu’un nom, c’est un label, voire une marque, qui permet à l’éditeur de vendre en dehors du circuit scolaire. Il instaure un système de « méta-collection », les textes étant en eux-mêmes un ensemble de signifiants répondant à un projet artistique et économique, comblant une demande pour un public précis76 – ici on l’aura compris, il s’agit de tous les Canadiens-français. D’autant que la présence du nom de Daveluy « prépare le lecteur à un certain type de contenu », à savoir qu’il demeure celui énonçant le mieux le projet intellectuel, non des collections auxquelles il pourrait être rattaché, mais bien de la politique éditoriale qui entoure l’ensemble de la production jeunesse. Dans une société devenue consumériste, où les œuvres sont sanctionnées par les ventes et non plus par la critique, l’éditeur fait le pari d’inscrire les textes de la bibliothécaire dans la littérature générale.

  • 77 Mathieu Letourneux, « Questions de définition : littérature pour la jeunesse, architextualité et sé (...)

23La sectorisation qu’il effectue par ailleurs, avec la création de collections destinées à un public précis, ainsi que la recherche d’auteurs adéquats, y compris pour enfants, fait de lui un des premiers éditeurs mixte (scolaire et culturel) de la Province qui transforme la toute jeune littérature de jeunesse en maillon de la culture commune. En cela, les textes de Daveluy relèvent d’un architexte littéraire déterminant le pacte de lecture des années vingt à quarante77. Ils fixent un modèle générique, tout particulièrement pour ceux qui s’essayent à la création pour la jeunesse, y compris lorsque le secteur atteint sa pleine maturité.

Top of page

Notes

1 François Landry, Beauchemin et l’édition au Québec. Une culture modèle. 1840-1940, Fides, 1997, p. 10.

2 Manon Brunet, « Henri-Raymond Casgrain et la paternité d’une littérature nationale », Voix et Images, vol. 22, n° 2, (65) 1997, p. 205-224 [En ligne], URL : http://id.erudit.org/iderudit/201298ar, DOI : 10.7202/201298ar

3 Sur la piraterie des œuvres et la création d’un marché national du livre, voir : Marie-Pier Luneau, Louvigny de Montigny à la défense des auteurs, Montréal, Leméac, 2011.

4 Fonds Casgrain cité dans Maurice Lemire et Aurélien Boivin, La Vie littéraire au Québec, vol. 4, Presse de l’Université de Laval, 1991, p. 209.

5 Le terme canadiana désigne l’ensemble des écrits sur le Canada, par des Canadiens ou publiés au Canada.

6 Jacques Michon (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, t. 1, La naissance de l’éditeur. 1900-1939, Fides, 1999.

7 Dorénavant désigné par OB.

8 Les membres de la revue Le Nigog sont de jeunes intellectuels partis parfaire leurs études en France. Le déclenchement de la guerre les oblige à rentrer au Canada-français où ils tentent d’imposer une vision de la France moderne. M.-H. Grivel, « Être "exotique" dans l’entre-deux-guerres : l’exemple de Robert de Roquebrune », Les Cahiers du GRELCEF, n° 6, Mai 2014, pp. 213-234.

9 Anonyme, « Pour l’action française – conférence prononcée au Monument national le 10 avril 1918 », L’Action française, décembre 1917, p. 4.

10 Ibid., p. 8-9.

11 Annette Saint-Amant, « Que les femmes s’en mêlent ! », Action française, octobre 1919, p. 447.

12 Guy Vanier, « Nos forces nationales – Notre jeunesse », Action française, septembre 1918, p. 386-406.

13 Yves, « Pour la fête nationale », Action française, juin 1919, p. 282.

14 Diplômée en 1920 en bibliothéconomie de l'université McGill, elle entre en fonction à la Bibliothèque municipale de Montréal en tant que bibliothécaire adjointe, poste qu’elle occupe jusqu’en 1944. Elle assume également celui de chef du catalogue de 1920 à 1941.

15 Anonyme, « Notre courrier – Nominations féminines », La Bonne Parole, vol. 5, n°7, octobre 1917, p. 18.

16 Avec le texte Marie Rollet (femme du premier colon installé au Canada), illustré par A.-J. Brodeur.

17 Yvonne Charrette, « Contes Canadiens », La Patrie, samedi 4 janvier 1919, p. 2.

18 Les récits sont décrits comme « trop arides, trop chargés de dates », pas assez narratifs. Olivar Asselin, « Quelques livres canadiens », La Revue moderne, 15 mars 1920, p. 15.

19 Marraine Odile, « Préface », Les Aventures de Perrine et de Charlot, Bibliothèque de l’Action-française, 1923, p. 5.

20 Françoise Lepage, « Les débuts de la presse enfantine au Québec : L’Oiseau bleu (1921-1940) », mémoire de maitrise (bibliothéconomie), Montréal, Université de Montréal, 1977.

21 Les romans-feuilletons sont indiqués entre guillemets ; quant aux titres des livres ils sont en italiques.

22 Sur le récit, voir M.-H. Grivel, « Quand une historienne écrit pour les petits canadiens-français. Marie-Claire Daveluy et ses Aventures de Perrine et de Charlot ». dans Brigitte Louichon et Sylvain Brehm (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Études sur le livre de jeunesse », à paraître 2016, p. 23-38.

23 La « BAF » voit le jour en 1918. Cette maison d’édition dirigée par Groulx devient le fer de lance du groupe clérico-nationaliste.

24 Pierre Hébert, « Quand éditer, c’était agir : la bibliothèque de L’Action française (1918-1927) », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 46, n°2, 1992, p. 224 ; [En ligne], URL : http://id.erudit.org/iderudit/305054ar, DOI : 10.7202/305054ar

25 Marie-Claire Daveluy, « Avant-propos », Les Aventures de Perrine et de Charlot, op. cit., p. 7.

26 Marraine Odile, « Préface », Ibid., p. 5.

27 Louis Claude, « Livres et revues », La Revue Moderne, avril 1924, p. 55.

28 Expression d’Émile Miller, secrétaire de la SSJB, à l’occasion du concours littéraire de 1919, dans Olivar Asselin, art. cit., p. 14.

29 François Hertel, « Les livres », Action française, avril 1924, p. 248.

30 Ch. Bourdon, « Ce qu’on lit à l’étranger et dans les colonies », Romans-revues. Guide des lectures, n°7, 15 juillet 1924, p. 536.

31 Les productions de Beauchemin représentent 75% des livres distribués par le Département de l’Instruction Publique de 1920 à 1929.

32 Au-delà de L’Abeille, les FIC créent des collections destinées aux élèves du secondaire, dont l’auteur unique est Michel-Henri Gingras, frère Achille, qui signe sous le pseudonyme de Guy Laviolette.

33 Joseph-Gérin Gélinas (1874-1927), préfet du Séminaire de la ville de Trois-Rivières, est également l’auteur le plus ancien de livres spécialement écrits pour les enfants. À la mort soudaine de l’abbé en 1927, la chronique est reprise par le frère Louis-Armand.

34 Jules Larivière, « Causons », Vie canadienne, n° 5, 1926, p. 64.

35 Gérard Malchelosse, « Les Éditions Garand, leur mission, leurs œuvres », Vie canadienne, n°8, 1926, p. 66.

36 « Ce qui fait le succès du "Roman canadien" », Vie canadienne, octobre 1928, p. 76.

37 Damase Potvin, « Revue des lectures », Le Terroir, avril 1923, p. 571.

38 « Ce qui fait le succès du "Roman canadien" », Vie canadienne, octobre 1928, p. 76.

39 Marie-Pier Luneau, « Entre auteur et lecteur : l’éditeur, un maillon essentiel. Panorama de la fonction éditoriale au Québec », À Rayons ouverts. Chroniques de Bibliothèque et archives du Québec, n°81, automne 2009, p. 10.

40 Silvie Bernier, « L’illustration du "Roman canadien" », dans Jacques Michon (dir.), L’Édition du livre populaire, Ex Libris, coll. « Études sur l’édition », 1988, p. 105.

41 Sur le parcours d’Eugène Achard voir Clément Moisan et Renate Hildebrand, Ces étrangers du dedans. Une histoire de l’écriture migrante au Québec (1937-1997), Éditions Nota Bene, coll. « Études », 2011, p. 63-64.

42 Françoise Lepage, Histoire de la littérature pour la jeunesse. Québec et francophonies du Canada, suivi d’un Dictionnaire des auteurs et illustrateurs, Les éditions David, 2000, p. 135.

43 Anonyme, « D’un mois à l’autre… », Mon Magazine, novembre 1928, p. 1.

44 Gaétan de Montreuil, « Les nouveaux livres », Mon Magazine, juin 1932, p. 3.

45 Luc Lacourcière, « Marius Barbeau, ethnologue chevronné », Archives de la Société Radio-Canada, entrevue radio-diffusée le 27 février 1970. URL : http://archives.radio-canada.ca/societe/histoire/clips/12768. Consulté le 30 juin 2012.

46 Régis Roy, « Origine des Contes de Fées au Canada – Contribution au folklore canadien », La Revue moderne, 15 août 1922, p. 12.

47 Michel Fournier, « Le diable, le saint, le revenant et la fée : le conte de fées classique et la sécularisation de l’imaginaire merveilleux canadien-français », Féeries [En ligne], 10 | 2013. Consulté le 21 mars 2015. http://feeries.revues.org/884.

48 M.-C. Daveluy, « Le Filleul du Roi Grolo », OB, septembre 1924, p. 4

49 Cette taille semble être la norme puisque d’autres éditeurs font de même, tel Beauchemin et sa collection « Dollard ».

50 Michel Fournier, art. cit., p. 131.

51 Anonyme, « La vie de l’action française », Action française, octobre 1926, p. 251.

52 Hermas Bastien, « Une heure avec le "Filleul du roi Grolo" », Action française, novembre 1926, p. 294.

53 Michel Fournier, art. cit., p. 131.

54 Hermas Bastien, art. cit., p. 292.

55 Jean Baudrillard, Alain Brunn, Jacinto Lageira, « Modernité  », Encyclopædia Universalis [En ligne], consulté le 15 avril 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernite, p. 6.

56 Paul Val, « La célébration de la Saint-Jean-Baptiste à Montréal », Le Devoir, mardi 25 juin 1929, p. 10.

57 Marie-Claire Daveluy, « Au Pays des belles histoires », OB, avril 1929, p. 14. La querelle se cristallise particulièrement autour de Jules Verne ou de Bécassine.

58 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982, p. 197.

59 Phénomène « par lequel au moins deux textes, du même auteur ou non, se rapportent conjointement à une même fiction, que ce soit par reprise de personnages, prolongement d’une intrigue préalable ou partage d’univers fictionnel », Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Le Seuil, coll. « Poétique », 2011, p. 7.

60 Jacques Michon (dir.), L’Édition littéraire en quête d’autonomie, Albert Lévesque et son temps, PUL, 1994, p. 101-114.

61 Comparé à Gaston Gallimard, Albert Lévesque fait figure d’homme de culture, et non d’homme d’affaires comme Garand. Alain, Robert et Guillaume, « Sur une critique », Le Canada, 11 février 1932, p. 1.

62 Beauchemin et Henri Julien, aux Éditions Édouard Garand et Albert Fournier ; ou la Librairie Granger Frères et James McIsaac.

63 Sur la notion de « culture en simili », voir Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », Année sociologique, n° 22, 1971.

64 Au sein de la « Bibliothèque canadienne », elle est dirigée par le Frère Marie-Victorin.

65 Ces ouvrages remplacent peu à peu Le Buffon des enfants de Georges Louis Leclerc Buffon et le Cabinet du petit naturaliste d’Adélaïde Dufrénoy, deux titres français présents dans de nombreuses bibliothèques privées de Montréal et de Québec.

66 Pierre Hébert, art. cit., p. 224.

67 Carmel Brouillard, « Littérature enfantine », Action Nationale, 9 décembre 1936, pp. 271-272.

68 Exogène : qui provient de l’extérieur. M.-C. Daveluy a recours à des personnages d’outre-Atlantique à fort pouvoir symbolique aux côtés desquels les protagonistes canadiens-français viennent trouver leur légitimité dans l’action.

69 Marc Benson, « La fonction du narrateur dans le conte fantastique québécois du xixe siècle », Studies in Canadian Literature, Vol. 22, n°2,1997, p. 28-38.

70 M.-C. Daveluy, « La Révolte des sorcières », L’OB, vol. X, n°10, décembre 1930, p. 234.

71 L’auteure est perçue comme poursuivant « une œuvre d'éducation vraie par ses contes enfantins et beaucoup de nos jeunes vieillards devraient lire cette littérature fantastique afin de vivre une enfance qu'ils semblent avoir escamotée », Carmel Brouillard, art.cit., p. 272.

72 Pierre Hébert, Censure et littérature au Québec, t. 2, Des Vieux couvents au plaisir de vivre, 1920-1959, Fides, 2004, p. 119.

73 En 1937, M.-C. Daveluy cofonde la première École de bibliothécaires francophone du Canada-français.

74 Le reste des productions sont reprises par Roger Gagnon qui crée les Éditions de l’Action canadienne-française dont l’activité ne durera que quatre ans.

75 Thierry Vincent, « Fragments d’une épopée laissée en friche », Lurelu, vol. XVIII, n°3, 1996, p. 12.

76 Catherine Sablonnière, « Une constellation de "merveilles" : antécédents, avatars et implications épistémologiques des "Bibliothèques des Merveilles" (1860-1920) », dans Christine Rivalan Guégo et Miriam Nicoli (dir.), La Collection. Essor et affirmation d’un objet éditorial, PUR, coll. « Interférences », 2014, p. 119.

77 Mathieu Letourneux, « Questions de définition : littérature pour la jeunesse, architextualité et séries culturelles », Les Cahiers Robinson, n° 39, 2016, p. 21-33.

Top of page

List of illustrations

Caption Ill. 1. Pages intérieures des Aventures de Perrine et de Charlot, Bibliothèque de l’Action française, 1923.
Credits BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1626/img-1.jpg
File image/jpeg, 64k
Caption Ill. 2. Page de titre de La Sorcière de l’îlot noir de M.-A. Grégoire-Coupal, Éditions Albert Lévesque, coll. «Les Récompenses», 1933.
Credits BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1626/img-2.jpg
File image/jpeg, 20k
Caption Ill. 3. Couvertures de Sur les ailes de l’oiseau bleu Sources : Alphonse de La Rochelle, « Sur les ailes de l’oiseau bleu », OB, mars 1936, p. 200.
Credits BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1626/img-3.jpg
File image/jpeg, 640k
Caption Ill. 4. Une Révolte aux pays des fées publiés en 1936 chez Albert Lévesque. Sources : Marie-Louise d’Auteuil, « Une révolte au pays des fées », OB, novembre 1936, p. 68.
Credits BAnQ (archives numérisées) © Bibliothèque et Archives nationales du Québec
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1626/img-4.jpg
File image/jpeg, 896k
Caption Ill. 5. (mosaïque) : Les Aventures de Perrine et de Charlot (2e éd., rev. Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1938) ; La Captivité de Charlot (Montréal, Librairie Granger, 1938), Charlot à la « Mission des martyres » (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1938), L’Idylle de Charlot (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1938), Perrine et Charlot à Ville-Marie (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1940), et Le Cœur de Perrine (Montréal, Librairie Granger frères limitée, 1940).
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1626/img-5.jpg
File image/jpeg, 124k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1626/img-6.jpg
File image/jpeg, 143k
Top of page

References

Electronic reference

Marie-Hélène Grivel, « Créer une littérature nationale au Québec : l’impact des textes de Marie-Claire Daveluy, de la presse aux sagas », Strenæ [Online], 11 | 2016, Online since 20 October 2016, connection on 22 October 2017. URL : http://strenae.revues.org/1626 ; DOI : 10.4000/strenae.1626

Top of page

About the author

Marie-Hélène Grivel

Maître de conférences en Histoire et civilisations - Membre associée du Centre d’Histoire culturelle des Sociétés contemporaines de l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org