Navigation – Plan du site
Fonds d'archives et collections

L’IMEC, centre de ressources en littérature de jeunesse

André Derval et Marie-Pierre Litaudon

Résumé

Créé en 1988 à l’initiative de chercheurs et de professionnels de l’édition, l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) rassemble, préserve et met en valeur des fonds d’archives et d’études consacrés aux principales maisons d’édition, aux revues et aux différents acteurs de la vie du livre et de la création contemporaine : éditeurs, écrivains, artistes, chercheurs, critiques, graphistes, libraires, imprimeurs, revuistes, traducteurs, journalistes… Depuis 2004, l’IMEC s’est implanté à l’abbaye d’Ardenne, située en périphérie de Caen, où les chercheurs peuvent consulter ses collections.

Haut de page

Texte intégral

1Par sa double visée patrimoniale, à la fois centre d’archives et bibliothèque documentaire (collections de recherche historiques), l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) offre aux chercheurs sur l’édition et la littérature jeunesse des xixe et xxe siècles un espace de recherche unique en son genre. L’Institut met en effet à disposition de la communauté scientifique, à côté d’une vaste bibliothèque spécialisée dans l’histoire et les métiers du livre, 630 fonds et collections d'archives privés classés en quatre catégories : « Auteurs/personnes physiques », « Revues et presse », « Institutions et associations » et « Éditeurs et métiers du livre ».

2Cette dernière catégorie dispose de ressources étendues en matière de littérature de jeunesse et apparaît en premier dans cet état des lieux.

3Mémoires vives des maisons d’édition et de leurs différents partenaires, ces fonds rassemblent tous les documents produits par les différents acteurs du livre : directeurs de collection, écrivains, traducteurs, illustrateurs, imprimeurs, libraires, diffuseurs, distributeurs, voire enseignants, éducateurs, journalistes, bibliothèques et associations. La diversité et la complémentarité des dossiers conservés, issus des différents services (éditorial/administratif, juridique, iconographique/fabrication, commercial/presse) ouvrent au chercheur un large champ d’investigation, au croisement des études historiques, littéraires, socio-économiques ou artistiques. Les perspectives d’analyse sont multiples : que la recherche porte sur une maison d’édition, une collection, un ouvrage, voire un genre littéraire ou des techniques éditoriales ; qu’elle soit axée sur l’œuvre d’un auteur, d’un traducteur ou d’un illustrateur ; qu’elle s’intéresse aux modalités de production, de diffusion ou de réception d’un titre, d’un auteur ou d’une collection.

4Le plan de classement, établi par l’IMEC pour décrire les fonds des grandes maisons d’édition, témoigne de l’histoire de ces entreprises, devenues à un moment donné, dans le cadre de rachats, dépositaires d’une part plus ou moins importante des archives des maisons qu’elles ont absorbées, en fonction de l’archivage préexistant - certains dossiers ayant été perdus lors des reprises commerciales ou des déménagements.

5L’existence d’une bibliothèque historique dans les fonds des grands éditeurs jeunesse, tels Hachette, Nathan, Seuil, et moindrement Albin Michel, constitue un des points forts de ces collections. Elles ont fait l’objet d’un classement « organique » sur rayons. Lorsqu’un fonds rassemble les ouvrages de plusieurs maisons d’éditions, ceux-ci sont classés selon une structure « éditeur > collection > sous-collections/séries > n° de collection ou nom d’auteur ». Ce classement permet d’appréhender rapidement l’histoire des collections dont on peut suivre l’évolution des titres et des caractéristiques matérielles.

6Les présentations que l’on trouvera à la suite ont délibérément choisi d’écarter le secteur scolaire, qui leur est contigu mais dans une perspective pédagogique/didactique, le réservant à une analyse spécifique, ne serait-ce que par son importance volumétrique.

Hachette livre

Hachette Jeunesse

7Les dossiers conservés par ce département éditorial (cote HAC) sont majoritairement constitués de dossiers collectifs couvrant des tranches chronologiques postérieures à 1945, bien que certains remontent aux années 1920 (romans classiques « Bibliothèque Verte »).

8Un ensemble de dossiers (livres, correspondances auteurs et éditeurs, communication interne) se rapporte à Maurice Fleurent, traducteur, puis responsable au sein du département jeunesse des collections d’albums, mais aussi de toutes les questions relatives à la production, la fabrication et l’illustration des œuvres publiées. Il couvre la période 1934-1978.

9La plupart des dossiers relatifs aux ouvrages sont organisés par collection(s), subdivisés par tranches alphabétiques de titres, d’auteurs, ou par séries. Ponctuellement, certains dossiers mentionnent des titres ou des auteurs. Ces dossiers touchent les notes/analyses/comptes rendus de lecture, les fiches techniques, les épreuves et la mise en fabrication, les notices, les dossiers de presse. D’autres sont directement organisés par tranches alphabétiques d’auteurs (comptes rendus de lecture, fabrication, dossiers de presse) ou de titres (illustrations, épreuves, fabrication, dossiers de presse) ; voire par seules tranches chronologiques (fiches techniques, notices de publication – parfois subdivisées par groupes d’auteurs, illustrations/dessins/diapositives). À côté d’un exceptionnel ensemble de tapuscrits (par titres), dont une bonne part sont annotés et corrigés (1930-1991), on trouve encore quelques dossiers par genres ou médias (bandes dessinées, contes, production sonore, télévision), des dossiers relatifs aux prix littéraires ou aux foires, une importante correspondance des principaux responsables du département (avec les auteurs, les services internes, les bibliothèques et les associations, l’ORTF, les filiales, les éditeurs étrangers – avec parfois contrats, les jeunes lecteurs), des comptes rendus de direction, des dossiers commerciaux ou financiers.

Ill. 1 – À gauche : note de lecture consacrée au roman de Maurice Leblanc, Les Trois Crimes d’Arsène Lupin, déconseillant sa publication dans la « Bibliothèque verte », s.d. [v. 1953] ; à droite : maquette d’un titre inédit d’Alain Saint-Ogan, Zig et Puce et la petite fée, réalisée à partir d’un autre titre de l’artiste, Alfred et le pingouin volant, paru dans la collection « Albums roses », [v. 1953]. IMEC archives, fonds Hachette.

10Les « autographes et documents historiques » rassemblent des lettres d’auteurs ou d’illustrateurs provenant des fonds d’archives Hachette et Hetzel, relatives à la publication de leurs œuvres. Le plus remarquable dossier est celui de la comtesse de Ségur. Mais figurent aussi quelques lettres de Charles Dickens, Georges Sand, Louis Ratisbonne, Victor Hugo, Victor Duruy, Camille Flammarion, Élisée Reclus, Viollet-le-Duc, Mayne Reid, Jean Claretie, Jules Verne, Erckmann-Chatrian, Hector Malot, Anatole France, Alphonse Daudet, Olga de Pitray, Henri Lavedan, Alain Bombard. Et pour les illustrateurs, celles de Gustave Doré, Paul Gavarni et Maurice Boutet de Monvel.

11Les « contrats anciens », émanant du service juridique, rassemblent principalement les dossiers des auteurs dont les œuvres sont tombées dans le domaine public. Ils sont souvent accompagnés de correspondance, de comptabilité et de dossiers de succession. On y trouve les principaux auteurs de la « Bibliothèque des écoles et des familles » (Joséphine Colomb, Marie-Louise Céron de la Bruyère, Louis de Bellemare, Arthur Dourliac, etc.) et de la « Bibliothèque rose illustrée » (Julie Gouraud, Zénaïde Fleuriot, Zulma Carraud, Mme de Stolz, Mayne Reid). Parmi les auteurs de romans populaires, les dossiers d’Alfred Assolant, Paul Féval, Charles Causse (Pierre Maël) et Conan Doyle (quatre dossiers), auxquels s’ajoutent des auteurs phares d’Hetzel : Erckman-Chatrian et Hector Malot, objets d’une correspondance entre les deux éditeurs. Les dossiers de Louis Ratisbonne permettent d’avoir une vue d’ensemble de la collection « Albums Trim », celui de Jules Girardin couvre les très nombreux ouvrages dont il est l’auteur. Figurent quelques dossiers d’illustrateurs : Doré, Bertall, Onfroy de Bréville (Job), Boutet de Monvel, Lanos, Porta ; à quoi s’ajoute un dossier Caran d’Ache, relatif à un contrat de « jouets en bois découpé ». Les contrats de traduction sont moins fréquents. Signalons néanmoins ceux relatifs aux œuvres de Charles Dickens (assortis d’une correspondance avec l’auteur) et celui, volumineux, de Louis Labat pour la traduction française des romans de Conan Doyle, voire ceux passés avec l’éditeur parisien Schoemacker ou new-yorkais Frederick A. Stoke pour l’édition française d’albums d’origine anglo-américaine. Également produites par le service juridique, d’autres archives sont relatives aux publications dans la presse. À noter, celles de la Société des gens de lettres, à propos du droit de reproduction de leurs œuvres. Enfin, de nombreux dossiers portent sur l’achat de droits par des éditeurs étrangers (dont la maison Nelson pour sa « Collection Nelson »). Exceptionnellement récent dans cet ensemble, un contrat avec Publicis (1959-1969) porte sur la collection « Livre-jeu ». Ces dossiers nominatifs seront utilement complétés par la consultation des « registres de traités », où sont recopiés plus ou moins chronologiquement tous les contrats passés entre 1826 et 1972.

Ill. 2 - À gauche : lettre de la comtesse de Ségur à Émile Templier (1er septembre 1856) pour s’opposer au choix du titre envisagé par la Librairie Hachette pour son recueil de contes ; à droite : 1re page du contrat signé le 15 janvier 1869 entre Émile Templier, agissant pour le compte de la Librairie Hachette, et Edmond Schoemacker, éditeur parisien publiant depuis deux ans deux collections adaptées des toybooks chromotypographiques des éditeurs Routledge & Sons à Londres et Gall & Inglis à Édimbourg. Hachette apporte son puissant réseau de distribution à son partenaire éditorial et entend développer ces deux collections, en signant parallèlement des contrats avec les éditeurs londoniens Frederick Warne & Co et Cassell, Petter & Galpin. Ces albums, regroupés dans le contrat sous l’intitulé « Bibliothèque enfantine » formeront la collection « Magasin des petits enfants ». IMEC archives, fonds Hachette.

12Parallèlement à ces ensembles archivistiques, la bibliothèque historique d’Hachette constitue un corpus bibliographique de première importance, rassemblant plus 16 700 ouvrages jeunesse, des premiers volumes de la Bibliothèque des chemins de fer (1853) jusqu’aux publications les plus récentes (2010). Elle permet de suivre l’évolution des grandes collections de la maison, souvent complètes, telles les mythiques Bibliothèques rose et verte, ou la non moins célèbre « Idéal-bibliothèque » (1951-1986). On y trouvera aussi l’ensemble des albums traduits ou adaptés de la production anglaise et américaine : éditeurs Routledge et Warne dans les années 1869-1885, pour le « Magasin des petits enfants » ; Dean pour les collections de livres en tissu des années 1905-1914 ; Frederick A. Stokes pour les albums à silhouette des années 1910 et les albums « Buster Brown » ; Walt Disney pour les « Silly Symphonies » et les « albums Hop-là ! » des Walt Disney de l’entre-deux-guerres, etc. Non moins intéressantes sont les traductions étrangères des ouvrages édités par Hachette (notamment les éditions espagnoles du « Magasin des petits enfants », les éditions espagnoles et italiennes de la collection « Pauly Chinel », celles des « Albums Brès », « Babar », des « Albums roses » – dans les années 1970). Existent également des collections de romans étrangers, comme cet ensemble de 21 titres de Edgar Rice Burroughs Inc. Publishers, parus entre 1920 et 1948 (séries « Tarzan », « Mars » et « Vénus »).

Ill. 3 – 1re de couverture et pages intérieures de Notre maison, Librairie Hachette & Cie, s.d. [v.1875]. Coll. « Magasin des petits enfants », 3e série à 2fr « Albums à découpures ». IMEC archives, Bibliothèque historique Hachette.

13Parmi les publications réalisées avec des éditeurs partenaires on trouvera les éditions Istra (ouvrages pédagogiques), O.D.E.G.E (notamment les « Albums filmés », disposant d’une série « Mickey », 1959-1980), les éditions Colbert (périodique illustré Les Belles histoires de Walt Disney, 1948-1962) ; ou encore, les Éditions Graphiques Internationales (dans le cadre d’un partenariat avec les éditions des Deux coqs d’or, coll. « Mini-livres Hachette », 1963-1964), Dargaud (coll. « Mini-Livres Hachette », série « Astérix », 1977-1978), Édi-Monde (notamment dans le domaine de la bande dessinée et des albums de Walt Disney, 1970-1985).

14Quant aux périodiques, les chercheurs pourront consulter : Le Journal des demoiselles, La Toilette des enfants, L’Ami de l’enfance, L’École des petits, La Poupée modèle, Journal pour tous, Lectures pour tous, Mon journal, Mon journal illustré, Le Journal de la jeunesse, Le Nouveau Passe partout, Feu vert, Quoi de neuf ?, Cinq sur cinq, Tout en un, Bibliothèque de la jeunesse, Les Belles Histoires, Le Journal de Mickey.

Hetzel

15Le fonds Hetzel (cote HTZ) dispose d’une partie de la bibliothèque historique de l’éditeur, constituée d’un peu plus de 600 titres de littérature de jeunesse, couvrant la période 1864-1914. On y retrouve les volumes du Magasin d’éducation et de récréation et les principales collections de l’éditeur : les « Albums Stahl » en noir et en couleurs, la « Bibliothèque d’éducation et de récréation » avec ses principales séries (« Les voyages extraordinaires », « les Aventures de terre et de mer », « Les Aventures de chasse et de voyages », « La Vie de collège »), « Les Succès scolaires » et « La Petite Bibliothèque blanche », qu’Hachette réédite partiellement entre 1924 et 1939.

Ill. 4 - À gauche : frontispice de Cham pour le roman de Louis Desnoyers, Les Mésaventures de Jean-Paul Choppart, J. Hetzel & Cie, s.d. [v. 1868] ; à droite : Jean Macé, « L’Alphabet », illustré par Baric, Magasin d’éducation et de récréation, t. 2, 1864, p. 182-183. IMEC archives, Bibliothèque historique Hetzel.

16Par ailleurs, le fonds dispose d’archives éditoriales (dès 1827) provenant du service juridique ; à savoir les contrats passés avec les auteurs, traducteurs et illustrateurs, contenant éventuellement des correspondances et des notes comptables. À titre d’exemple, on trouve dans ce fonds des dossiers relatifs aux textes constituant la première collection jeunesse d’Hetzel, le « Nouveau Magasin des enfants », et même un dossier de cession de propriété de Histoire et voyage de petit Jacques à l’île de Madagascar de Sophie Ulliac de Tremadeure, couvrant la période 1827-1864, ouvrage qui ne connut pourtant qu’une seule édition chez Moutardier en 1828.

17Les contrats relatifs aux illustrateurs sont peu nombreux mais on relève un dossier concernant Paul Gavarni, Gustave Doré, Léopold Flameng, Lorenz Froelich, Georges Roux et Oscar Pletsch. Du côté des auteurs, figurent parmi les dossiers de contrats avec correspondance, ceux de : Marie et Jules Barbier, Julien Biart, Stella Blandy, Boisonnas, Sophie Victorine Fornel, Arsène Houssaye, Jeanne de Sobolewska, Jean Macé et Viollet-le-Duc. Dans le domaine de la traduction, les contrats se partagent entre des traductions commandées par Hetzel et des traductions en langues étrangères d’auteurs édités par lui : La Fontaine, Perrault, Stahl, Macé, Sand, Malot, Mayne Reid, Jules Verne, Erckman-Chatrian et André Laurie. Enfin, on observera que quelques lettres autographes originaires du fonds Hetzel ont été intégrées au fonds Hachette. Y figurent : 2 lettres de Gavarni, une de Tourgueniev relative à la traduction complète de ses œuvres (1868) ; une d’Halpérine Kaminski au sujet de la traduction de Un Bulgare de Tourgueniev (1909) ; une de Mayne Reid concernant la cession des droits de publication en français (1871) ; une d’Élisée Reclus à propos de l’Histoire d’un ruisseau et l’Histoire d’une montagne (1871) ; une de Viollet-le-Duc relative à l’Histoire d’une maison des champs (1872). De même, le service iconographique Hachette a absorbé 38 dossiers du fonds Hetzel dont des planches de Georges Roux illustrant les ouvrages de Jules Verne.

Larousse

18Parmi les archives du fonds Larousse (cote LRS), celles émanant de la direction éditoriale et du service juridique ont fait l’objet d’un instrument de recherche. Il s’agit principalement de dossiers d’« auteurs » (terme englobant les illustrateurs et les traducteurs) qui rassemblent à la fois contrats, comptes et correspondances. Nombre de collections jeunesse de l’éditeur sont concernées par ces dossiers, du « Nouveau théâtre d’éducation » de la librairie Larousse & Boyer, aux séries historiques sous forme de bandes dessinées publiées dans les années 1970-1980. À ce stade de l’inventaire, les dossiers individuels répertoriés concernent les auteurs les plus sollicités par l’éditeur, des années 1890 à 1940. Les traducteurs comme les illustrateurs sont peu mentionnés. On trouve néanmoins un dossier Louis Labat, Dou-Desportes et Paul Berlin pour les premiers ; Tcherkessov et Maximilien Vox, pour les seconds, ce dernier au titre de directeur artistique des romans illustrés (1932-1945). Bien que ces contrats d’auteur soient susceptibles de contenir des éléments liés à l’illustration (le dossier de Valentine Bonhoure dispose d’une correspondance avec Vox, illustrateur de son ouvrage Guillaume le Conquérant), l’essentiel des dossiers relatifs à la traduction et à l’illustration est à chercher dans les « vieux traités ». Il s’agit de 12 boîtes contenant chacune plusieurs dossiers d’auteurs, l’ensemble répondant d’un classement alphabétique (sur la période 1858-1953). On y trouvera par exemple celui de l’illustratrice Marie-Madeleine Franc-Nohain.

19À côté de ces contrats d’auteurs figurent des dossiers relatifs aux collections « Les livres roses » et « Contes et romans » (étude prospective, bilans sur la fabrication, le tirage et les ventes, etc.) ou à L’Âge heureux (constitution de la société éditrice du périodique, étude sur le contenu à donner à la publication, bilans statistiques, etc.).

20Parmi les archives produites par d’autres services, on trouve : des dossiers alphabétiques par auteurs (1965-1989), des dossiers fabrication (1970-1985), des manuscrits dactylographiés avec corrections (1960-1980), des bilans comptables par titres parus (1940-1960), des dossiers de presse (1962-1980 ; 1990-1993), des dossiers d’illustrations (1960-1980) et 10 cartons de dessins d’enfants anciens. Ils témoignent de l’engagement de l’éditeur en faveur de l’éducation artistique de la jeunesse.

21Enfin, signalons qu’Agnès Rosenstiehl, auteure, illustratrice et directrice de collection chez Larousse, a déposé ses archives personnelles à l’IMEC. Son fonds dispose notamment d’un ensemble exceptionnel de planches originales, dont celles de ses ouvrages pour Larousse. De même, on trouvera dans le fonds Francis Lacassin un corpus de 125 fascicules de la collection des « Livres roses pour la jeunesse ». Cet exemple souligne la complémentarité des fonds accueillis à l’IMEC.

Gautier-Languereau/Deux coqs d’or

22Le fonds Gautier-Languereau/Deux Coqs d’or (cote GTL) dispose d’un exceptionnel ensemble de dossiers iconographiques (souvent non datés), issu de plusieurs versements.

Archives iconographiques de l’éditeur Gautier-Languereau :

  • Semaine de Suzette : 9 dossiers de planches à l’encre, avec souvent calques et annotations, épreuves, pour des histoires principalement illustrées par Manon Iessel (dont des patrons pour Bluette), à côté de Joseph Pinchon, André Pécoud et Alain d’Orange.

  • Albums Bécassine : 18 dossiers-titres correspondant principalement à des planches d’épreuves, en noir ou en couleurs, certains titres disposant de planches originales en couleurs. À quoi il faut ajouter 28 dossiers-titres non inventoriés, rassemblant des planches originales en noir et blanc à l’encre, pour certaines avec calques de repérage et annotations, ainsi que des épreuves coloriées à la main. Figurent pour quelques titres des maquettes de couverture et des fumés.

  • Collections « Bibliothèque de Suzette », « Nouvelle Bibliothèque de Suzette » et quelques titres de la « Bibliothèque bleue » et des « Veillées » : 24 dossiers–titres inventoriés contenant des planches originales, en noir ou en couleur, avec épreuves, accompagnées ponctuellement d’un tapuscrit et/ou d’une correspondance avec l’imprimeur. Titres illustrés par M. Iessel, P. Durand, G. Pichard, P. Couronne, M. Salcedo, E. Follet, M. de la Pintière.

  • « Série Quinze » : 41 dossiers-titres rassemblant jeux d’illustrations et encres.

  • Une quarantaine de dossiers illustrateurs, contenant les jeux d’illustrations, calques, encres, mises en pages et documents pour correction – des titres illustrés par Romain Simon, principalement pour la collection « Premiers livres » ; 10 dossiers des titres illustrés par Paul Durand (« Albums bonne nuit », « Bibliothèque de Suzette »), 4 par Elizabeth Ivanovsky (1964-1996), 2 par Pécoud (« Bibliothèque de Suzette »), un par Boutet de Monvel (Chansons de France) et un par A. Schlesinger (Mon grand livre de chansons).

Archives iconographiques des éditions Deux coqs d’or :

  • Collection « Étoile d’or » : 9 dossiers-titres contenant des planches aquarellées et noir et blanc des illustrateurs D. Billon, Gianinni et G. Bertello. 2 dossiers-titres non inventoriés illustrés par B. Bodoni (Jo et sa tribu) et J. Pecnard (Le Fantôme d’argent).

  • Collections diverses : 4 dossiers-titres, illustrés par Guy Michel et Benvenuti (« Un grand livre d’or »). 2 dossiers-titres : « Albums dodo » : Petit lapin mon ami, par Paul Durand ; « Un petit livre d’or » : Souricette et le lion, par Rutherford.

Ill. 5 - À gauche et au centre : maquette à l’encre et à l’aquarelle, avec marques de repérage pour la photogravure et calque avec indication de réduction, d’une des illustrations intérieures de La Cité perdue ; à droite : 1ère de couverture de l’exemplaire justificatif du roman Joseph Greene, La Cité perdue, illustré par Giannini, Deux Coqs d’Or, 1967. Coll. « Étoile d’or ». IMEC archives, fonds Gautier-Languereau.

23La bibliothèque historique Hachette conserve, sous la cote GTL, 26 albums de Bécassine, pour certains en plusieurs éditions couvrant principalement la période 1924-1962. Les produits dérivés du personnage concernent : Le Papier à lettres de Bécassine (s.d.) et des jouets datant des années 1990. Figurent aussi tous les volumes reliés de La Semaine de Suzette (1906-1960). De ce point de vue, la consultation peut être utilement complétée par les ressources du fonds Francis Lacassin (fascicules et dossiers de recherche sur le périodique).

24La bibliothèque historique Gautier-Languereau/Deux coqs d’or a fait l’objet d’un premier inventaire ; elle est surtout représentative des publications en traduction entreprises entre 1960 et 1990, en collaboration plus ou moins directe avec les Éditions Graphiques Internationales. Les éditeurs étrangers partenaires sont principalement anglais et américains, mais on dénombre quelques maisons italiennes, espagnoles, danoises et japonaises, prouvant parfois la diversité des origines éditoriales au sein d’une même collection. 49 collections Deux coqs d’or y sont représentées contre 3 pour Gautier-Languereau, la « Série quinze » étant néanmoins complète. Figurent encore quelques titres coédités avec les Presses d’or (1967-1981) - dont le coffret des 4 volumes du Trésor des petits livres d’or, recueil des grands succès de cette collection - et quelques documentaires avec les éditions La Boétie (1978-1982).

Pierre Lafitte

  • 1 Ces périodiques, devenus fort rares, ont été étudiés par Jean-Luc Buard et Marc Madouraud (Rocambol (...)

25La bibliothèque historique Hachette conserve (sous la cote LFT), outre 131 fascicules de la collection « Idéal-bibliothèque » parus entre 1909 et 1932, quelques titres parus hors collection – dont Les Aventures extraordinaires de Joseph Rouletabille, reporter (1908), 2 titres de la « Collection enfantine en couleurs » et 17 de la « Lilliput-Bibliothèque », ainsi qu’une grande partie des périodiques Jeunesse ! (n°1 à 52, soit du 1er décembre 1904 au 23 novembre 1905), et Le Petit Magazine de la jeunesse (n° 30 à 48, soit du 11 janvier 1907 au 19 septembre 1907), reliés en volumes, le dernier sous le titre La Joie des enfants1.

Ill. 6 - À gauche : 1re de couverture, illustrée par Dousynell de La Joie des enfants (supplément de Fémina), n°10, 2 février 1905 ; à droite : double page intérieure du récit de Rodolphe Bringer, « Les Petits Cake-Walk », illustré par Raymond de la Nézière, La Joie des enfants, n°4, 22 décembre 1904. IMEC archives, Bibliothèque historique Hachette.

26Les archives du fonds Lafitte, principalement issues du service juridique, disposent de quelques dossiers relatifs aux publications jeunesse, dont les contrats de directeur de collection de Ferdinand Vanderem pour les « Belles histoires racontées aux enfants » et de Franc-Nohain pour la « Lilliput-bibliothèque ». Par ailleurs, on relève un dossier de correspondance de Louis Fabulet, à propos de Capitaines courageux de Kipling (titre paru dans l’« Idéal-Bibliothèque » et qui entrera dans la « Bibliothèque verte » et dans la « Bibliothèque de la jeunesse » en 1944), à côté de quelques curiosités : un contrat avec Roger Reboussin pour l’illustration du Livre de la jungle, destiné à un ouvrage finalement édité par Delagrave ; ainsi qu’un contrat d’auteur avec Jean Webster, associé à une correspondance, pour la traduction de l’ouvrage Daddy-Long-Legs, paru sous le titre Papa Faucheux (passé dans la « Bibliothèque verte » en 1925, dans la « Bibliothèque de la jeunesse » en 1933 et dans l’« Idéal-Bibliothèque » en 1951).

Stock

27À l’exception de quatre dossiers auteurs issus du service iconographique, l’ensemble des archives conservées (cote STK) provient de la direction éditoriale et du service de presse et couvre pour l’essentiel la période 1965-1990. La présence de quelques dossiers éditoriaux, relatifs à la collection « Maïa » lancée en 1926 (auteurs : W. Bonsels, M. Ley, G. Fauconnier), s’explique par la réédition tardive de certains titres. Trois dossiers éditoriaux concernent la collection méconnue des « Petits livres de nature » de Véra, que complètent des dossiers de presse. La « Collection dirigée par André Bay » est représentée par un dossier éditorial (Bashevis Singer, Histoire du prince Ling-Ling) et un ensemble de dossiers relatifs à Bilbo le Hobbit, issus des services éditorial, iconographique et de presse (dont l’un est consacré à son adaptation sous forme de dessin animé). On notera aussi la présence d’un dossier Saint-Ogan, à l’occasion de la réédition de Zig et Puce, qui dispose d’une correspondance et d’un texte autobiographique de l’auteur. Mais l’essentiel concerne la célèbre collection « Mon bel oranger », tant du point de vue des dossiers de presse que des dossiers auteurs du service éditorial. Ces derniers disposent d’éléments divers, variables d’un dossier à l’autre : correspondances auteur/traducteur/éditeurs étrangers/service des droits ou de fabrication, contrats d’auteur et de traducteur, notes de lecture et de service, coupures de presse, comptes. Signalons qu’un des dossiers relatifs à Michael Ende se rapporte aux adaptations cinématographiques de Momo et de L’Histoire sans fin. Enfin, un dossier évoque les programmes éditoriaux (1987-1989), notamment à travers des partenariats.

Nathan

28Le fonds d’archives Nathan (cote NTH) est constitué essentiellement de documents économiques et sociaux mais c’est surtout la très importante bibliothèque de production qui retrace l’ensemble de la vie éditoriale de la maison. Le classement spécifique de cette bibliothèque permet de visualiser les différents secteurs d’éditions. Tout un secteur jeunesse est établi de façon méthodique avec d’une part un classement par éditeurs : G.P. (« Rouge & Or »), éditions du Pélican, éditions de Varenne, Syros jeunesse (1995-2005) ; et d’autre part toutes les collections de Nathan dont la fameuse collection « Contes et Légendes » (1916-2005).

Ill. 7 - À gauche et au centre : 1re de couverture et illustration intérieure en hors-texte de l’ouvrage d’Ernest Jaubert, Contes populaires russes, illustré par Kuhnrégnier, Fernand Nathan, 1928. Coll. « Contes et légendes ». IMEC archives, Bibliothèque de production Nathan ; à droite : 1re de couverture d’une édition en néerlandais de l’album de Calvo, La Bête est morte (éditions G.P., 1945) : Het Beest is dood !, S. Arnhem, Gouda Quintuplé et D. Brouwer et Fils ; Bruxelles, A. B. G. E. Éditeurs, [1946]. IMEC archives, Bibliothèque de production G.P.

Le Seuil

29Le fonds Seuil (cote SEL) conserve un important ensemble de dossiers éditoriaux anciens permettant de retracer les débuts de cette maison d’édition, créée en 1935 par un groupe d’inspiration catholique réuni autour de l’abbé Plaquevent, et rapidement liée au mouvement scout. Regroupés par un ou plusieurs titres, ceux-ci disposent de correspondance entre l’auteur (voire l’illustrateur) et Paul Flamand – directeur avec Jean Bardet des éditions du Seuil –, de contrats, de relevés de compte, d’argumentaires et de fiches promotionnelles. S’y trouvent principalement représentées les collections « Claire fontaine » – avec pour auteur phare Francine Cockenpot – et « Le casse-noisette ». Les dossiers provenant des services juridique, de fabrication et de presse débutent pour l’essentiel après-guerre, jusqu’au rachat de cette maison par La Martinière, en 2004. Un ensemble de dossiers plus récents, émanant de Seuil jeunesse (créé en 1992), rassemble des dossiers de presse et de fabrication par titre ; ces derniers disposent de devis, de correspondances, de bons de commande, de livraison ou de réimpression, voire ponctuellement de notes, de maquettes ou d’épreuves. Ils couvrent la période 1992-2010. La collection du bulletin d’information de la maison d’édition (27, rue Jacob) et la bibliothèque de référence viennent compléter le fonds.

Ill. 8 – À gauche : essai à la gouache d’Élisabeth Ivanovsky pour la couverture du récit d’Anne Jacques, Histoire de la petite Tata et de Jean Farfadet, pour la collection « Casse-noisette », s.d. ; à droite : maquette finale pour la couverture du même titre, s.d. [v.1946]. IMEC archives, fonds Seuil.

BIAS

30Récemment arrivé dans les collections de l’IMEC, cet ensemble est composé de dossiers de gestion éditoriale (rapports entre éditeurs pour la jeunesse), des dossiers de fabrication avec éléments iconographiques, des catalogues, du matériel promotionnel, et une bibliothèque comportant, outre la production, les justificatifs de traduction et une bibliothèque de prospection d’éditions étrangères pour des titres à adapter ou à traduire couvrant les années 1945 à 1989. Un premier instrument de recherche est en cours de réalisation.

À l’enfant poète

31Fondées en 1944 par Michel Goldschmidt, Suzanne Tenand, Roger Fournie et Marcel Landowski, ces éditions « littéraires, musicales, picturales et théâtrales » (cote ENF) ont publié jusqu’en 1950 quinze ouvrages destinés à la jeunesse, associant souvent des écrivains de renom à des artistes reconnus : contes (Contes de la Perse par Clara Malraux), romans d’aventures, théâtre, etc. Sont conservés des archives éditoriales et administratives, des livres et des catalogues, ainsi qu’un dactylogramme du Médecin volant par Charles Vildrac.

Collections et périodiques jeunesse d’éditeurs non spécialisés

32Comptant parmi les premiers éditeurs de bandes dessinées (Benjamin Rabier) et de périodiques pour adolescents (Le Journal des voyages), Tallandier (cote TLL) a versé à l’IMEC des ensembles d’archives composés de contrats d’édition, de correspondances avec les auteurs, de relevés de droits et d’états des stocks des livres publiés. La bibliothèque de production, pour sa partie ancienne, complète ces ensembles.

33Figure de l’édition française du début du vingtième siècle, Georges Crès (cote CRE) lança au cours de sa carrière plusieurs collections jeunesse : « La Joie de nos enfants », « L’Adolescence catholique », puis « Les Jeunes » et l’éphémère « Magasin des demoiselles » qu’éclairent de nombreux dossiers éditoriaux par auteurs ou traducteurs (correspondances) ainsi que des dossiers de fabrication par titres où figurent planches originales et fumés ; ses registres de copies de lettres témoignent de son activité professionnelle avec les directeurs de collection, les auteurs, illustrateurs, fournisseurs et confrères éditeurs.

Ill. 9 - À gauche : maquette et note technique pour une présentation de la collection « Le Magasin des demoiselles », collection lancée en 1930, dans le cadre de la nouvelle maison d’édition de Georges Crès, Les Œuvres représentatives. Celle-ci accueillera pour premiers titres, en un volume, Alice au pays des merveilles, suivi d’Alice à travers le miroir, traduits par Marie-Madeleine Fayet ; à droite : deux planches originales à l’encre, par Jean Hée, pour Alice au pays des merveilles. IMEC archives, fonds Georges Crès.

34Paul Hartmann fonda en 1926 La Nuée bleue, sa première maison d’édition, avec l’ambition de produire des livres de grande qualité. Soucieux d’offrir à la jeunesse des ouvrages à la hauteur de la littérature générale, il sollicita des auteurs et des illustrateurs de renom et créa en 1930 la collection « Les grands écrivains pour les petits enfants ». Le fonds déposé à l’IMEC (cote HRT) comporte de nombreux fac-similés de lettres d’André Maurois, André Chamson, Georges Duhamel, Claude Aveline, François Mauriac, Charles Vildrac, Simone Ratel, Samivel (Guy Gayet-Tancrède), Jean Bruller (Vercors) et Edy Legrand.

35Une autre série de ressources documentaires utiles à la recherche provient de maisons d’édition fondées au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Parmi celles-ci, les éditions de L’Arche (cote ARC), créées par Robert Voisin en 1948, dont le catalogue s’enrichira à la fin des années 1980 d’une collection « théâtre jeunesse ». La consultation de la collection des Éditions Jean Froissart (cote FRS), couvrant la période 1946-1959, vaut notamment pour ses fascicules de bandes dessinées inconnus des réservoirs bibliographiques, dont un curieuse série dans la collection « Le Vainqueur », d’un certain Daimblon, que l’on soupçonne fort de n’être autre qu’Antoine Blondin, proche des auteurs et des fondateurs de ces éditions. Tout comme il fut l’ami de Roland Laudenbach, fondateur de La Table ronde (cote LTR), dont il fut l’un des auteurs maison, en compagnie de Pierre Gripari. L’ensemble des archives et la bibliothèque de production de cette maison sont également conservées à l’IMEC.

36Parmi les maisons plus récentes, les éditions Siloë (1982-2007), nées à l’initiative d’un libraire de Laval, Michel Thierry, ont bâti en 25 ans un catalogue de plus de 600 titres : le domaine jeunesse y est largement représenté. Le fonds, non encore classé, comporte des dossiers-titres, des dossiers de fabrication et de presse, ainsi que du matériel promotionnel. La bibliothèque de production des Éditions Clancier-Guénaud (cote CLG) contient une collection d’albums jeunesse, comptant parmi ses premières productions. L’éditeur de littérature contemporaine P.O.L (Paul Otchakovsky-Laurens), sous la cote POL, réserve dans son catalogue une place à la collection « petit POL » – l’ensemble de ses archives est déposé. Enfin, les Éditions du Rouergue (1986) ont développé une importante collection de livres pour la jeunesse, animée par Olivier Douzou, se distinguant dès 1993 par son graphisme et ses contenus innovants ; on peut étudier à l’IMEC ses programme éditoriaux, la réception de ses publications à travers les dossiers de presse, catalogues et campagnes promotionnelles (fonds en cours de traitement).

37De façon plus globale, les chercheurs souhaitant trouver des informations sur le commerce du livre Jeunesse pourront solliciter les archives du Cercle de la librairie (cote BCL), fondé en 1847, fournisseur de la base Électre. Dans une perspective internationale, ils pourront explorer les dossiers de l’Agence littéraire Hoffman (cote BHR) ou du Bureau des copyrights français de Tokyo (cote BCF), afin de mieux cerner les méandres de la circulation des œuvres. Ceux du P.E.N. Club français (cote PEN) permettent eux d’éclairer les relations internationales entre écrivains.

Archives et collections de personnes physiques

38Francis Lacassin (cote LCS), à travers sa carrière d’éditeur (« 10/18 » puis « Bouquins ») fut un grand redécouvreur de littérature populaire. Critique, auteur de plusieurs essais ayant fait date sur la littérature de genre (fantastique et policier) et la bande dessinée (on lui doit l’expression « neuvième art »), Il a collecté pour documenter ses travaux des séries entières de romans et d’illustrés, soit quelque 24 000 imprimés. Son fonds fait partie des plus importants en termes de raretés bibliophiliques ; il comprend en outre les archives des auteurs Boileau-Narcejac.

Ill. 10 - À gauche : 1re de couverture de l’illustré Les trois couleurs, n°1, 1914 ; au centre : 1re de couverture de l’album Vaillant n°13, regroupant les fascicules n°308 à 321 (avril-8 juillet 1951) ; à droite : Giff ! Wiff !, 1er numéro du Bulletin du Club des bandes dessinées, fondé par Francis Lacassin en compagnie d’Alain Resnais, Chris Marker, Jean-Claude Forest, Remo Forlami, Pierre Lazareff et Delphine Seyrig, juillet 1962. IMEC archives, fonds Lacassin.

39Parmi les archives d’écrivains, relevons le fonds Andrée Chedid (cote CHD), auteure majeure d’une œuvre approchant souvent l’univers Jeunesse – parmi les manuscrits de ses romans, L’Enfant multiple (1989). On trouvera également d’amples matériaux pour étudier l’œuvre émouvante de Lisa Bresner (cote BNR), par ailleurs traductrice du chinois : en témoignent les riches dossiers sur Mélitolus, 8h29 ou Ka.

40Dans les versants moins connus des activités d’auteurs de renom, on peut explorer les différentes versions préparatoires des Amants du métro de Jean Tardieu (cote TRD), ainsi que divers états manuscrits des Histoires de Rosalie, de Michel Vinaver (cote VNV), parues en « Castor poche ».

41Le fonds Marguerite Duras (cote DRS) dispose de 5 états préparatoires du texte Ah! Ernesto, de 2 albums justificatifs, largement annotés par l’auteure, d’une brève correspondance avec François Ruy-Vidal, qui publia ce texte en 1971 sous l’enseigne Un livre d’Harlin Quist, et d’un dossier presse afférent à cette première publication. On pourra également y découvrir les dactylogrammes de ses interventions à deux émissions radiophoniques : « Lettres aux enfants – Lewis Carroll » (1963) et « l’enfance et le langage » (1965).

Ill. 11 - À gauche : dactylogramme d’une des versions préparatoires du texte de Marguerite Duras, Ah ! Ernesto ; à droite : double page intérieure de l’album Ah ! Ernesto, illustré par Bernard Bonhomme (Un livre d’Harlin Quist, 1971) avec corrections de l’auteure, s.d. [v. 1983]. IMEC archives, fonds Marguerite Duras.

42Outre une abondante correspondance avec les auteurs de son temps, le fonds Ludmila Savitzky (cote SVZ) recèle lui aussi de nombreux manuscrits et dactylogrammes de textes pour la jeunesse, dont La Clairière aux enfants (avec un cahier d’envois et de réception critique) ou Les Quatre Princesses et le Cœur fermé.

43Auteure et illustratrice d’une œuvre importante pour la jeunesse, Agnès Rosenstiehl est internationalement connue pour son célèbre personnage, Mimi Cracra, dont les différentes aventures ont été traduites en de nombreuses langues. Sa bibliographie compte une centaine de titres parus aux éditions Larousse, Le Seuil, Albin Michel, Hachette, Autrement, Bayard et Éditions des femmes. Les dessins préparatoires, planches originales et textes composant les ouvrages d’Agnès Rosenstiehl forment l’essentiel des archives confiées à l’IMEC. Le fonds (cote RSN) est complété par un ensemble documentaire réunissant contrats et échanges épistolaires avec les éditeurs, dossiers de presse, lettres de lecteurs, affiches, matériels de promotion et produits dérivés.

Ill. 12 - À gauche : chemin de fer de l’album en préparation Le Journal de Jules Renard, paru chez Seuil jeunesse en 2002 ; à droite : ébauche à l’aquarelle et au feutre, correspondant à la double page 53-54, indiquée comme « fait[e] » dans le chemin de fer précédent. IMEC archives, fonds Agnès Rosenstiehl.

44L’illustrateur, Philippe Daure, après un début de carrière dans le graphisme publicitaire et la presse, est devenu l’un des dessinateurs fétiches de la « Bibliothèque rose » et de la « Bibliothèque verte » (notamment pour les séries Fantômette, Les Sœurs Parker, Michel, Alice et Jeunes filles en blanc) : ont été reçus ces derniers mois les esquisses et les maquettes originales, ainsi que des dossiers sur la gestion de son œuvre. Son fonds est en cours de traitement.

45À des titres divers, quatre ensembles documentaires de personnes physiques conjuguent approches pédagogiques et production littéraire en direction de la jeunesse : les archives d’André Berge (cote BER), auteur d’un livre pour enfants (Séraphine ou les Ficelles de Paquet-de-nerfs, 1954) ; celles de l’écrivain Gabriel Cousin (cote CSN), homme de théâtre, poète et pédagogue, ayant participé à l’essor des maisons de la jeunesse et de la culture, de l’expression corporelle, et qui fut également l’auteur de contes pour enfants. Daniel Zimmermann (cote ZMN) et Claude Pujade-Renaud (cote PJR), tous deux enseignants spécialisés en pédagogie, ont mené de front des carrières d’écrivains, auteurs de romans pour la jeunesse (Saïd et Pilule, 1980) pour lui, de nouvelles (Au lecteur précoce, 2000) pour elle, voire de récits pour la jeunesse écrits à deux, Le Maître du feu (1989) ou La Grève des enfants (1990)…

46La collection apportée par la chercheuse Marie-Pierre Bonnardot-Litaudon (cote LTD) rassemble près de 1300 abécédaires francophones et anglophones (principalement xixe et xxe siècles), autour de l’évolution des rapports texte/image. Les marges du sujet sont aussi représentées : autres aires géographiques, jeux alphabétiques (loto, puzzles, cubes, etc.), usages déviants du registre enfantin (publicité, propagande politique, satire), abécédaires pour adultes.

Ill. 13 – De gauche à droite et de haut en bas : lettres AB de Unzerreilsbares Bilderbuch, s.l.n.d. [v. 1875] ; lettre I de Kaléïdoscope. Alphabet progressif des vingt-cinq lettres illustrées, Paris, Maison Martinet, s.d. [1856] ; 1re et 4e de couverture de Alphabet républicain national, Joinville, Degaule imprimeur, an II ; lettres XYZ de ABC of Objects, New York, McLoughlin Bros, s.d. [v. 1870] ; double page finale de Tom Thumb’s Alphabet, New York, McLoughlin, s.d. [v. 1870] ; lettres GHI de The Star ABC for Little Children, London, The Daily News Ltd, s.d. [v.1916]. IMEC archives, collection Marie-Pierre Litaudon-Bonnardot.

47Parmi les fonds de graphistes présents à l’IMEC, le très abondant fonds Pierre Faucheux (cote FHX) offre un panorama impressionnant de la production éditoriale française de la deuxième moitié du vingtième siècle. Rappelons qu’après l’École Estienne, Pierre Faucheux (1924-1999) entra chez Flammarion en 1942, où il assista Paul Faucher au « Père Castor ». Graphiste et essayiste en sémiologie, illustrateur et directeur artistique dans la publicité et l’édition, Gérard Blanchard (cote BLC) fut aussi l’auteur de La bande dessinée : histoire des histoires en images de la préhistoire à nos jours (1969), dont le fonds a gardé les archives, à côté de grandes collections d’illustrés. Au cœur de la carrière d’Aline Elmayan (cote ELM), graphiste et éditrice, on remarquera les traces documentaires de sa collaboration de 1978 à 1988 à L’Éclat de lire, périodique pour la jeunesse.

Les ressources de la bibliothèque de recherche

48La Bibliothèque de recherche, installée dans l’abbatiale est organisée en quatre sections : du côté de la Bibliothèque spécialisée (BS), on trouvera toutes les études majeures consacrées à l’histoire des grands éditeurs ; la Bibliothèque d’étude (BE) met à disposition des chercheurs les œuvres publiées des auteurs dont les fonds d’archives sont conservés en magasin. La Bibliothèque d’usuels (BU), en lien avec les thématiques abordées dans les fonds d’archives, dispose de deux rayonnages consacrés à la littérature de jeunesse. Ils rassemblent des ouvrages de référence ainsi que des thèses doctorales ayant fait usage des fonds de l’IMEC. Enfin on trouvera dans la Bibliothèque des revues une collection des Cahiers robinson édités par les Presses universitaires d’Artois.

49Il faut souligner qu’une partie du fonds du Cercle de la librairie est consultable dans la Bibliothèque de recherche. Il s’agit de l’ensemble des produits professionnels publiés par ce syndicat des métiers du livre et rendant compte de la vie éditoriale française : les annuaires et périodiques issus de la Bibliothèque technique du Cercle de la Librairie, parmi lesquels la Bibliographie de la France. Celle-ci, qui paraît de façon hebdomadaire depuis 1811, est devenue l’organe du Cercle de la librairie depuis 1856. Ce périodique signale, au fur et à mesure de leur catalogage, les imprimés français ou étrangers publiés en France, reçus au titre du dépôt légal. Il est organisée en trois sections : la première donne une description bibliographique des titres parus, mentionnant notamment le prix de vente. La seconde est consacrée aux annonces des éditeurs (nouveautés, réimpressions, etc.). La troisième rend compte depuis 1857 de l’actualité professionnelle (syndicats du livre, salons). Deux numéros spéciaux sont publiés annuellement : le catalogue des Livres et matériels scolaires et le catalogue des Livres d’étrennes. Ces catalogues, et notamment le second, se révèlent des outils de recherche précieux. Ils permettent de suivre au fil des ans l’évolution des collections promues par les éditeurs, avec bien souvent, des reproductions d’ouvrages.

50À cela s’ajoute des dossiers de presse produits par le Service de la documentation du Cercle de la librairie ; créé en 1960, ce service était chargé de constituer des dossiers sur les publications nouvelles, organisés selon un double classement par éditeur et par secteur éditorial. Figurent à ce titre un classeur « Jeunesse » et un classeur « Bandes dessinées », l’un débuté en 1974, l’autre en 1983. Ils sont disponibles en libre accès dans la Bibliothèque de recherche (section BS) sous les cotes H DIV Jeunesse et H BD. Depuis que le Cercle de la librairie a versé ses archives en 1990, cette revue de presse est assurée par l’IMEC.

51Signalons par ailleurs l’existence d’une Bibliothèque de Catalogues d’éditeurs qui rassemble les catalogues collectés par l’IMEC en dehors des dépôts d’archives. Le nombre de maisons représentées est important et l’inventaire de ces catalogues est régulièrement actualisé.

52Enfin, dernière singularité de la bibliothèque de recherche, celle-ci dispose de Postes de Consultation Multimédias fournis par l’Institut national de l’Audiovisuel dans le cadre d’un partenariat institutionnel – tout un chacun peut y dénicher une archive télévisée ou radiophonique redonnant vie à un auteur, une œuvre ou son contexte. À titre d’exemple, on pourra y visionner « Pour ou contre la presse enfantine » (émission La liberté de l’esprit, 09/02/1959) ou encore « Les livres d’enfants », avec entre autre la participation de François Ruy-Vidal (émission Vivre au présent, 18/12/1973).

Haut de page

Notes

1 Ces périodiques, devenus fort rares, ont été étudiés par Jean-Luc Buard et Marc Madouraud (Rocambole, n°12, automne 2000, p. 61-72).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 – À gauche : note de lecture consacrée au roman de Maurice Leblanc, Les Trois Crimes d’Arsène Lupin, déconseillant sa publication dans la « Bibliothèque verte », s.d. [v. 1953] ; à droite : maquette d’un titre inédit d’Alain Saint-Ogan, Zig et Puce et la petite fée, réalisée à partir d’un autre titre de l’artiste, Alfred et le pingouin volant, paru dans la collection « Albums roses », [v. 1953]. IMEC archives, fonds Hachette.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Ill. 2 - À gauche : lettre de la comtesse de Ségur à Émile Templier (1er septembre 1856) pour s’opposer au choix du titre envisagé par la Librairie Hachette pour son recueil de contes ; à droite : 1re page du contrat signé le 15 janvier 1869 entre Émile Templier, agissant pour le compte de la Librairie Hachette, et Edmond Schoemacker, éditeur parisien publiant depuis deux ans deux collections adaptées des toybooks chromotypographiques des éditeurs Routledge & Sons à Londres et Gall & Inglis à Édimbourg. Hachette apporte son puissant réseau de distribution à son partenaire éditorial et entend développer ces deux collections, en signant parallèlement des contrats avec les éditeurs londoniens Frederick Warne & Co et Cassell, Petter & Galpin. Ces albums, regroupés dans le contrat sous l’intitulé « Bibliothèque enfantine » formeront la collection « Magasin des petits enfants ». IMEC archives, fonds Hachette.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Ill. 3 – 1re de couverture et pages intérieures de Notre maison, Librairie Hachette & Cie, s.d. [v.1875]. Coll. « Magasin des petits enfants », 3e série à 2fr « Albums à découpures ». IMEC archives, Bibliothèque historique Hachette.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Ill. 4 - À gauche : frontispice de Cham pour le roman de Louis Desnoyers, Les Mésaventures de Jean-Paul Choppart, J. Hetzel & Cie, s.d. [v. 1868] ; à droite : Jean Macé, « L’Alphabet », illustré par Baric, Magasin d’éducation et de récréation, t. 2, 1864, p. 182-183. IMEC archives, Bibliothèque historique Hetzel.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Ill. 5 - À gauche et au centre : maquette à l’encre et à l’aquarelle, avec marques de repérage pour la photogravure et calque avec indication de réduction, d’une des illustrations intérieures de La Cité perdue ; à droite : 1ère de couverture de l’exemplaire justificatif du roman Joseph Greene, La Cité perdue, illustré par Giannini, Deux Coqs d’Or, 1967. Coll. « Étoile d’or ». IMEC archives, fonds Gautier-Languereau.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill. 6 - À gauche : 1re de couverture, illustrée par Dousynell de La Joie des enfants (supplément de Fémina), n°10, 2 février 1905 ; à droite : double page intérieure du récit de Rodolphe Bringer, « Les Petits Cake-Walk », illustré par Raymond de la Nézière, La Joie des enfants, n°4, 22 décembre 1904. IMEC archives, Bibliothèque historique Hachette.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Ill. 7 - À gauche et au centre : 1re de couverture et illustration intérieure en hors-texte de l’ouvrage d’Ernest Jaubert, Contes populaires russes, illustré par Kuhnrégnier, Fernand Nathan, 1928. Coll. « Contes et légendes ». IMEC archives, Bibliothèque de production Nathan ; à droite : 1re de couverture d’une édition en néerlandais de l’album de Calvo, La Bête est morte (éditions G.P., 1945) : Het Beest is dood !, S. Arnhem, Gouda Quintuplé et D. Brouwer et Fils ; Bruxelles, A. B. G. E. Éditeurs, [1946]. IMEC archives, Bibliothèque de production G.P.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Ill. 8 – À gauche : essai à la gouache d’Élisabeth Ivanovsky pour la couverture du récit d’Anne Jacques, Histoire de la petite Tata et de Jean Farfadet, pour la collection « Casse-noisette », s.d. ; à droite : maquette finale pour la couverture du même titre, s.d. [v.1946]. IMEC archives, fonds Seuil.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill. 9 - À gauche : maquette et note technique pour une présentation de la collection « Le Magasin des demoiselles », collection lancée en 1930, dans le cadre de la nouvelle maison d’édition de Georges Crès, Les Œuvres représentatives. Celle-ci accueillera pour premiers titres, en un volume, Alice au pays des merveilles, suivi d’Alice à travers le miroir, traduits par Marie-Madeleine Fayet ; à droite : deux planches originales à l’encre, par Jean Hée, pour Alice au pays des merveilles. IMEC archives, fonds Georges Crès.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ill. 10 - À gauche : 1re de couverture de l’illustré Les trois couleurs, n°1, 1914 ; au centre : 1re de couverture de l’album Vaillant n°13, regroupant les fascicules n°308 à 321 (avril-8 juillet 1951) ; à droite : Giff ! Wiff !, 1er numéro du Bulletin du Club des bandes dessinées, fondé par Francis Lacassin en compagnie d’Alain Resnais, Chris Marker, Jean-Claude Forest, Remo Forlami, Pierre Lazareff et Delphine Seyrig, juillet 1962. IMEC archives, fonds Lacassin.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Ill. 11 - À gauche : dactylogramme d’une des versions préparatoires du texte de Marguerite Duras, Ah ! Ernesto ; à droite : double page intérieure de l’album Ah ! Ernesto, illustré par Bernard Bonhomme (Un livre d’Harlin Quist, 1971) avec corrections de l’auteure, s.d. [v. 1983]. IMEC archives, fonds Marguerite Duras.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Ill. 12 - À gauche : chemin de fer de l’album en préparation Le Journal de Jules Renard, paru chez Seuil jeunesse en 2002 ; à droite : ébauche à l’aquarelle et au feutre, correspondant à la double page 53-54, indiquée comme « fait[e] » dans le chemin de fer précédent. IMEC archives, fonds Agnès Rosenstiehl.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Ill. 13 – De gauche à droite et de haut en bas : lettres AB de Unzerreilsbares Bilderbuch, s.l.n.d. [v. 1875] ; lettre I de Kaléïdoscope. Alphabet progressif des vingt-cinq lettres illustrées, Paris, Maison Martinet, s.d. [1856] ; 1re et 4e de couverture de Alphabet républicain national, Joinville, Degaule imprimeur, an II ; lettres XYZ de ABC of Objects, New York, McLoughlin Bros, s.d. [v. 1870] ; double page finale de Tom Thumb’s Alphabet, New York, McLoughlin, s.d. [v. 1870] ; lettres GHI de The Star ABC for Little Children, London, The Daily News Ltd, s.d. [v.1916]. IMEC archives, collection Marie-Pierre Litaudon-Bonnardot.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1605/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Derval et Marie-Pierre Litaudon, « L’IMEC, centre de ressources en littérature de jeunesse », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1605 ; DOI : 10.4000/strenae.1605

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org