Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Dans les pas et les pages de Peter Sìs: Christophe Meunier, Les géo-graphismes de Peter Sìs

Eléonore Hamaide-Jager
Bibliographical reference

Christophe Meunier, Les géo-graphismes de Peter Sìs. Découvrir, explorer, rêver des espaces, L’Harmattan, 2015, 307 p.

Full text

1Géographe de formation, Christophe Meunier a maintenant fait la preuve de sa maîtrise de l’album et de l’originalité de son approche. Après la publication de sa thèse L’espace dans les livres pour enfants (Presses universitaires de Rennes, 2016), il propose au lecteur d’être à sa suite un « voyageur-en-images » dans l’œuvre de Peter Sìs.

2Exposant d’emblée sa posture géocritique, Christophe Meunier entend s’arrêter sur des questionnements précis concernant les diverses échelles à l’œuvre dans les albums de l’auteur-illustrateur d’origine tchèque, les itinéraires et les lieux repères qui fondent une idéologie spatiale, particulièrement révélatrice chez un artiste migrant de l’Europe de l’Est à New-York, qui ancre son propos dans des territoires très politisés, entre guerre froide et rideau de fer, melting pot et multiculturalisme.

3Si la première partie convoque de manière un peu trop brève peut-être les divers enjeux de la carte comme moyen de situer l’action, d’organiser les espaces mais également la temporalité et enfin comme mesure du parcours des personnages, l’écriture très fluide de Christophe Meunier convainc largement d’autant qu’il n’hésite pas à puiser dans plusieurs sources littéraires, philosophiques, épistémologiques des concepts qu’il réinvestit avec justesse. Il propose lui-même des néologismes comme « chorographisme » ou « topogramme », en s’appuyant sur des schémas qui renouvellent réellement l’approche iconotextuelle des albums afin de montrer la spécificité du traitement colorimétrique et structurel de l’espace. Les conversations menées avec Peter Sìs nourrissent aussi l’argumentation en particulier sur le goût des cartes et la variation d’approche et de conquête de l’espace géographique et plastique. Apprenant peut-être au lecteur français que la série des Madlenka se décline en produits dérivés, film d’animation, le chercheur témoigne de la volonté sisienne d’offrir un objet culturel largement nourri de son expérience personnelle, ancré dans l’espace mais ouvert au mouvement qui dépasse largement l’écriture stéréotypée qui a pu être reprochée à l’auteur de Madlenka, oscillant entre voyage intérieur et déterritorialisation, coprésence et mobilité. Le voyage, qu’il mène vers un ailleurs ou ramène au même lieu, oblige à réfléchir sur l’habiter certes mais aussi sur les distances et les frontières, tant géographiques que mentales.

4La deuxième partie s’avère une partie plus biographique. Les deux albums, centrés sur l’enfance de Peter Sìs, avec un retour sur sa ville de Prague et sur l’épisode marquant du voyage au Tibet de son père, sont l’occasion de retracer l’enfance et l’adolescence de l’auteur-illustrateur. L’importance de la figure du père à la fois comme ouverture sur l’ailleurs et comme modèle de conversion est largement développée dans ce chapitre. Christophe Meunier montre bien comment la politique de la Tchécoslovaquie a influé sur l’histoire personnelle et familiale de Sìs, l’obligeant à des choix parfois douloureux dans ses orientations professionnelles. D’abord intéressé par les films d’animation, l’exilé américain doit à quelques rencontres éditoriales marquantes de commencer à faire des livres pour enfants dont Tibet, le secret d’une boîte rouge, qui selon lui, explicite son parcours personnel et son œuvre de manière incomparable. L’album est construit comme un hommage au père malade. Peter Sìs y expérimente un style plastique composite mêlant documents personnels et carnet de voyage, récit d’espace et itinéraire intérieur. Les schémas de Christophe Meunier sont peut-être moins éclairants ici car moins nécessaires qu’ailleurs et certains passages répètent des analyses déjà suggérées dans la première partie, mais l’abondante iconographie, – des photographies familiales ou des motifs récurrents tels les poissons volants ou les labyrinthes – est très appréciable.

5La troisième partie rappelle combien Peter Sìs réécrit finalement toujours le même livre, à la manière d’un Modiano, avec un récit d’espace temporalisé qui réinterroge toujours les mêmes thématiques de l’exil, de la quête du territoire ou de l’intégration. Trois albums sont au centre de la réflexion, Rhinocéros Arc-en-ciel, premier album de Sìs publié en 1987 et rarement exploité, Les Trois clés d’or de Prague et La Conférence des oiseaux. Les rapprochements proposés avec la tradition du locus amoenus sont très éclairants, de même que la différenciation entre le voyage balisé du touriste et celui du voyageur, proche de l’errance, qui peut néanmoins aboutir à un retour au lieu d’origine, comme le vivent les amis présentés dans ce premier album. Christophe Meunier revient ensuite sur l’album qui a fait connaître Sìs, lequel dédicace à sa fille nouvellement née ce livre offrant les clés de ses origines tchèques. Se réappropriant le territoire de son enfance, l’illustrateur égrène les souvenirs de son passé durant sa pérégrination, guidé par un chat noir. Cette promenade à travers les lieux, les bâtiments est aussi l’occasion de convoquer le folklore de Bohême que l’illustrateur voulait depuis longtemps mettre en images, et de rappeler l’attachement sentimental à cet espace. Les diverses phases du choc culturel connu avec les États-Unis, de la lune de miel à l’intégration en passant par la phase de crise et la renaissance sont rejouées dans la ville de l’enfance. Le cheminement spatial glisse vers l’introspection temporelle qui redonne sens à la vie présente. Le troisième ouvrage témoigne de la volonté de Sìs de partager un poème persan d’un poète soufi, Farid Al-Din Attar, relatant une initiation spirituelle. L’ouvrage est publié aux États-Unis comme en France dans des collections pour adultes. Christophe Meunier souligne combien Peter Sìs a proposé une version de ce texte où sa propre narration verbale s’appuie sur l’adaptation théâtrale qu’a pu en proposer Jean-Claude Carrière en 1979 tandis que la première traduction du texte en français, au xixe, par Garcin de Tassy influe sur sa narration iconique. Le chercheur termine son chapitre sur une question qui reste en suspens, celle d’un nouveau genre d’album qui s’adresserait davantage aux adultes qu’aux enfants malgré un texte simplifié et qui pourrait être une nouvelle voie d’exploration artistique et iconotextuelle du grand artiste.

6La quatrième partie se concentre sur quelques albums que Christophe Meunier qualifie de biotopies. Dans la tradition des Vies illustres de Plutarque, Peter Sìs reprend son questionnement sur la manière d’habiter un lieu qui croise celle de vivre autour de quelques figures marquantes : Colomb, Galilée et Darwin, de l’enfance à la maturité et la plénitude. Même si les moyens plastiques utilisés diffèrent quelque peu d’un album à l’autre, tous trois affichent la lutte de ces hommes contre l’ordre établi et leurs découvertes qui bouleversent irrémédiablement la vision du monde. Les motifs inscrits dans l’image comme autant de palimpsestes sont aussi des modes d’emploi des albums. En racontant des vies d’hommes, l’artiste dit beaucoup de la sienne. Pourtant les intentions artistiques ne sont pas toujours comprises et la réception de l’album sur Colomb a été violente pour Sìs à qui a été reproché de vouloir profiter de cette figure à des fins personnelles. L’artiste s’intéresse dès lors à une figure tchèque, l’histoire de Jan Welzl, qui, parti chercher de l’or, découvre les esquimaux et adopte leur mode de vie. Cette découverte de l’autre plutôt que son asservissement reste la leçon de ce voyageur qui a dépassé ses propres frontières géographiques et mentales au service de la liberté. Dernière figure dessinée par Sìs, Saint-Exupéry, dont l’essai donne à voir un croquis préparatoire. Cet album, le plus récent, joue du morcellement et de l’ouverture dans les images pour donner corps à la réalisation du rêve de l’aviateur mais aussi à la volonté de l’artiste d’inscrire l’exil dans son parcours en lien avec la guerre, qui amène une illustration différente. À travers la figure de Saint-Ex et du petit prince jaillit celle du père et du fils Sìs, entre déterritorialisation et mal du pays.

7La dernière partie s’arrête sur des albums beaucoup moins connus, et en apparence très loin de la patte de Peter Sìs et de ses intérêts premiers. Tout l’enjeu de la démonstration tient à prouver que l’idéologie spatiale développée dans les autres albums se retrouve ici, autorisant le tout jeune enfant à construire les prémices de sa bibliothèque spatiale, à se « composer un capital culturel spatial ». Sous couvert d’apprentissages colorimétriques, numéraux ou lexicaux, ces livres multiplient néanmoins les passages d’un espace à l’autre et surtout les références à un patrimoine culturel mondial, confrontant parfois deux styles graphiques, épuré pour le récit et plus construit quand il s’agit de représenter des territoires de l’imaginaire. L’intérêt de cette partie tient évidemment à la découverte d’albums qui ne sont pas traduits en français mais aussi aux liens plastiques que Christophe Meunier met en lumière entre ces livres, soulignant combien les inventions stylistiques d’abord développées dans des livres plus exigeants parus chez Knopf ou Farrar trouvent finalement des échos dans les livres plus simples publiés chez Greenwillow. Même s’ils sont centrés sur le quotidien de l’enfant et volontairement éducatifs, ils disent aussi beaucoup de la conception de l’habiter chez Sìs, faisant de l’artiste un « perturbateur de frontières ».

8Les dernières pages semblent changer la perspective d’analyse en montrant la mutation qui s’opère dans le travail de Peter Sìs, du livre à des commandes d’objets culturels très proches de son style graphique qui prennent place dans le métro, dans les aéroports ou dans les musées avec des prototypes d’objets en verre.

9La conclusion prend une tournure très personnelle, soulignant, s’il en était besoin, combien Christophe Meunier a fait sienne cette œuvre de Peter Sìs. De même qu’il a montré les liens forts entre l’œuvre de Sìs et son parcours biographique, cette clôture du livre mêle aussi déplacement professionnel et personnel, art et biographie.

10Au terme du chemin très riche que propose cet ouvrage, la figure de Sìs et son œuvre semblent plus familières mais toujours aussi riches au lecteur. Très documentée – on peut néanmoins regretter la piètre qualité des images toujours proposées en noir et blanc et en petits médaillons – , cette étude est réellement passionnante malgré quelques redites d’un chapitre à l’autre. Christophe Meunier arrive à allier érudition et approche sensible de l’artiste par une entrée, qui certes s’impose à tout lecteur mais demande des connaissances géographiques pointues agrémentées de qualités d’analyse de l’album présentes ici. Épaulé par un tel guide, le lecteur suit un parcours balisé, parfois inattendu, à travers l’œuvre de Sìs et termine son périple plus attentif à certaines formes et figures qu’il n’a cessé de croiser. Un incontournable dans l’exploration de la galaxie Sìs.

Top of page

References

Electronic reference

Eléonore Hamaide-Jager, « Dans les pas et les pages de Peter Sìs: Christophe Meunier, Les géo-graphismes de Peter Sìs », Strenæ [Online], 11 | 2016, Online since 20 October 2016, connection on 28 May 2017. URL : http://strenae.revues.org/1604

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org