Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cinq enfants dans la tourmente. Récits de guerre 1870-1915-1944. Textes établis par Madeleine Le Roy Ladurie.

Stefan Lemny
Référence(s) :

Cinq enfants dans la tourmente. Récits de guerre 1870-1915-1944. Textes établis par Madeleine Le Roy Ladurie. Avant-propos, notices et notes par Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Editions SPM, coll. Kronos n° 89, 2015, 183 p.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage devrait être lu avec la précision que les auteurs ont jugé utile d’ajouter dans une note à l’édition : sur les cinq « enfants » dont il est question, trois ont entre 11 et 13 ans et demi, un autre est plus exactement une adolescente de 16 ans et le dernier est en réalité un jeune homme de 22 ans, intégré dans ce groupe plutôt comme « enfant de la patrie » en tant que combattant dans l’armée française pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Ce qui explique qu’ils soient réunis dans les pages d’un même volume – et en dehors de leurs liens de parenté sur lesquels on va revenir –, c’est leurs témoignages spontanés et francs sur les grands évènements de l’histoire contemporaine de la France : la guerre franco-prussienne citée, la première guerre mondiale, le régime de Vichy et son corollaire héroïque, la Résistance et le débarquement. Les chercheurs et les autres lecteurs ont ainsi à leur disposition quatre documents inédits – deux sous forme de journal, deux sous forme épistolaire (dont un ensemble de lettres sous la double signature d’un frère et de sa sœur) –, ce qui nous permet de lire l’histoire à travers le regard de ses jeunes acteurs ou spectateurs, un regard moins naïf qu’on pourrait l’imaginer et qui saisit parfois des détails d’une incontestable originalité.

2Les lettres des petits Pupponi, Henri et sa sœur, Alexandra, respectivement 11 ans et demi et 13 ans et demi, envoyées à « leur père chéri, capitaine aux fameuses tranchées de l’Argonne », pendant l’été 1915, constituent un document émouvant. Elles font ressentir l’ambiance qui règne dans certaines familles de poilus, les sentiments d’enfants vivant l’absence de leur père parti au combat, et attestent l’importance vitale de la correspondance dans la préservation des liens familiaux. Les lettres envoyées par les enfants à leur père pour servir « de trait d’union » (p. 78), selon les mots des expéditeurs, deviennent aujourd’hui, grâce à la présente édition, une source qui permet de revivre la charge émotionnelle de cette communication : « Vous nous dites dans votre lettre, écrit la petite Alexandra à son père, que quand vous lisez le ‘Petit Intime’, il vous semble d’être avec nous ; moi aussi, c’est la même chose, il me semble que je vous cause et je n’en finirai plus. » (p. 57).

3Les deux enfants ont eu l’ingéniosité de rendre leurs missives plus attrayantes en les écrivant sous la forme d’un journal : elles portent un titre (« Le Petit Intime ») et ont une remarquable périodicité (hebdomadaire) ; elles comportent même des rubriques (des devinettes, des rébus), et sont illustrées d’un dessin vivement coloré pour chacun des douze « numéros ».

  • 1 C’est en partie pour contextualiser ces propos qu’Emmanuel Le Roy Ladurie apporte dans l’Avant-prop (...)

4Le talent des jeunes auteurs sublime et enrichit leur témoignage. Certes, faisant figure de « premiers de la classe », ils sont représentatifs des performances atteintes par l’instruction publique sous la IIIe République dans l’enseignement et dans l’éducation civique (y compris à travers leurs propos germanophobes)1, se situant ainsi au-dessus du niveau moyen de leur camarades d’âge. Leur style soigné, la subtilité de leurs commentaires et les précisons sur leurs résultats scolaires en sont la preuve. Le petit Henri est particulièrement surprenant par les exploits de son écriture et même par ses débuts poétiques qui attirent l’admiration de sa sœur, contente d’en informer leur père : « Maintenant, cher papa, je vais vous apprendre une nouvelle ! Monsieur Riri [diminutif pour Henri] Pupponi est passé à la dignité de poète. […] Monsieur fait des vers à 11 ans et demi comme Victor Hugo […] Je l’appelle Horace Virgile, Victor Hugo en herbe. » (p. 98).

5Si la belle écriture des lettres assure le plaisir de la lecture, la richesse des détails est primordiale pour l’intérêt de leur contenu. Nous avons ainsi un tableau saisissant de l’existence quotidienne de leurs jeunes auteurs – l’heure où ils se réveillent et se couchent, la préparation des devoirs, les diverses activités, etc. –, de l’environnement qui a marqué leur sensibilité – le temps, la nature – ou de la vie qui frémit autour d’eux, laissant transparaître à chaque pas les répercussions de la guerre sur la vie quotidienne : « dans les rues on ne rencontre presque que des femmes » (p. 74).

6Plus encore, ces lettres sont de précieux documents témoignant de la place qu’occupe la guerre dans l’imagination des enfants. « Quand on y pense à cette maudite guerre qui nous tient tous séparés – écrit la petite Alexandra à son père – il me semble qu’elle n’aura pas de fin. Et pourtant il faudra bien que cela finisse puisque cela a commencé. Espérons, espérons toujours. L’espoir fait vivre, vivons dans l’espoir et l’attente de l’heureux jour béni du retour. » (p. 74).

7Il convient cependant de préciser que la guerre évoquée ici par les enfants est plutôt une image de la guerre, image construite à distance, sous l’impression de ses effets et des diverses informations qu’ils ont eues à ce sujet, y compris de la part de leur père. « Je prends maintenant la plume – écrit le petit Henri –, je me figure que vous êtes dans une tranchée au-dessus de laquelle les balles passent en bourdonnant et à côté ou dedans laquelle éclatent les obus avec un bruit sourd, j’entends les obus, les balles, le bruit des parapets s’écroulant, les cris des blessés, les coups de canon, de fusil, les quolibets des soldats, voilà la guerre de sape d’après moi. On creuse un boyau souterrain, les boches en ont autant, on mine une tranchée, elle saute, on avance, 2 ou 3 contre-attaques repoussées, voilà ma guerre. » (p. 38).

8Le regard d’une adolescente, Marie Le Roy Ladurie, la sœur de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, sur les évènements auxquels elle assiste, a une autre portée par rapport à celle des enfants mentionnés. Explication due à la différence d’âge, à la forme d’éphéméride de ses notes et surtout à l’événement historique qu’elle décrit : le débarquement de juin 1944 tel qu’il est vécu au château de Villeray, au sud de Caen, par la famille de Jacques Le Roy Ladurie – le père d’Emmanuel et Marie Le Roy Ladurie –, connu comme agriculteur et syndicaliste du monde paysan, ministre vichyste pendant l’été 1942. Engagé à ce moment-là dans le maquis de la forêt d’Orléans, il est absent quand sa famille vit la grande épopée du débarquement en Normandie et affronte l’imprévisible. Sa fille aînée, Marie qui a 16 ans, s’y met aussi : contribuant aux tâches domestiques et sous l’emprise des événements dramatiques auxquels elle assiste de près, elle note scrupuleusement ses impressions. Les premières lignes couchées dans son cahier le 6 juin 1944 sont comme un écho au bruit de la guerre qui l’a poussée à prendre la plume : « Roulement ininterrompus de canon dans la direction de Bayeux, Cherbourg. Beaucoup de passages d’avions » (p. 136). Jour après jour, jusqu’au 19 septembre 1944, les pages de son cahier seront remplies d’une chronique minutieuse d’autres événements qui se déroulent sous ses yeux. Mais, à la différence des petits Pupponi qui imaginent seulement à distance le bruit des armes, l’adolescente l’écoute directement dans toute sa puissance effrayante. Son journal est en cela une précieuse chronique du microcosme de Villeray et des alentours au moment charnière du débarquement, qui saisit le changement de décor produit par le retrait des Allemands et par l’arrivée des Anglo-Américains. L’intérêt et l’originalité du journal consistent dans la précision et l’authenticité des détails décrits : le bruit des armes (« très grande agitation aérienne », p. 168 ; « mitraillages continus sur la route », p. 137 ; « beaucoup de canonnades », p. 145) ; les effets des bombardements (« vitres cassées », « d’énormes cratères dans la vallée », p. 138) ; le spectacle désolant des victimes humaines (les réfugiés qui vont et viennent, les blessés, les morts, etc.) ; l’organisation quotidienne de la vie (comment se procurer des aliments, leur distribution, etc.), etc. Le journal donne presque l’impression d’un scénario de film construit sur la trame de la réalité de guerre. Le point culminant au niveau local est la métamorphose de la vie au château transformé en hôpital – avec le drapeau de la Croix rouge sur le toit et sur les gazons (p. 144) – et les membres de la famille, en personnel d’assistance médicale. Pour l’auteure du journal, c’est l’heure de « grandeur et décadence » : « J’ai reçu des ambassadeurs, note Marie en citant sa mère, maintenant je vide un pot de chambre. Mlle Martin, chef du secrétariat particulier de l’ex-ministre de l’Agriculture, trait les vaches » (p. 150). L’adolescente a dû d’ailleurs suivre l’exemple de cette dernière, selon son témoignage du dimanche 9 juillet 1944 : « Ma première traite de vache » (p. 152), avant d’ajouter avec angoisse : « Nos gros canons tirent toute la journée, pourvu qu’il n’y ait pas de riposte… » (p. 152).

9Ce passage rapide d’une « traite de vache » à un « tir de canons » est assez révélateur de l’enchaînement successif des séquences de la « grande histoire », en l’occurrence l’histoire du débarquement, et de la « petite histoire », domestique et familiale. Ce qui n’aurait pas très grand intérêt si la personne qui a écrit ce journal n’était une adolescente de 16 ans qui devient ainsi le porte-parole de l’état d’esprit et surtout des inquiétudes considérables, ressenties par bien des jeunes de sa génération.

10À ces deux témoignages écrits par deux petits enfants et une adolescente sous l’emprise directe de l’histoire vécue, l’éditrice du livre, Madeleine Le Roy Ladurie ajoute une pièce documentaire de nature différente mais complémentaire : ses propres souvenirs sous la forme d’une lettre datée du 26 septembre 1997, sur son passé anti-vichyste entre 1941 et 1944, alors qu’elle avait entre 11 et 14 ans. L’enfance s’invite ainsi une fois de plus au centre de l’attention, mais dans une perspective modifiée par la mémoire. Plus encore, il s’agit d’un texte quelque peu apologétique, en réponse à un ami historien qui lui avait reproché « une certaine complaisance pour le régime de Vichy » (p. 121). Fallait-il répondre à cette insinuation ? Non, quand on sait que le passé de résistant de son père est reconnu comme tel dans l’historiographie2. Oui, à la lecture de son témoignage qui permet ainsi de révéler une face cachée de la Résistance, surtout quand elle est perçue par la jeune fille qu’elle était à ce moment. Même si sa reconstitution est bien postérieure à l’événement, elle a le mérite de révéler l’étonnant double jeu d’une jeune fille prise dans le tourbillon de la Résistance. Elle qui jouait à la poupée, elle que ses amies de classe croyaient « pétainiste » pouvait, en réalité, se charger de plusieurs « minuscules actions », dignes d’une « petite résistante » : transporter des tracts et des brochures clandestines bien dissimulés sous des salades dans ses sacs, « trimbaler » une mitraillette enveloppée dans un papier marron « sous le nez d’une patrouille allemande », transmettre des mots de passe à l’attention du Maquis, cachés dans le guidon de son vélo, démonter et remonter un revolver, et apprendre même à s’en servir (p. 122-124).

11Le dernier des quatre documents réunis dans Cinq enfants dans la tourmente est le premier dans l’ordre chronologique des événements choisis, à juste raison, comme critère d’agencement des textes. Il a pourtant une place distincte dans ce recueil, et cela pour deux raisons. En premier lieu, l’auteur de ce texte est un jeune homme et non pas un enfant : quand il écrit son « Carnet de route », il a entre 22 et 23 ans. Ensuite, à la différence des autres auteurs, son témoignage émerge de son immersion totale dans la guerre en tant que combattant (et, dans ce sens, « enfant de la patrie ») et non pas en tant qu’observateur de loin ou de près, comme les enfants déjà mentionnés. Jeune sergent enrégimenté au 15e bataillon des chasseurs à pied, Alphonse Jean Baroz a ainsi l’initiative de tenir son propre journal de bord dans lequel il note les étapes de la campagne à Metz pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, ensuite la période de sa captivité à Metz et à Königsberg.

12Son texte mérite l’attention comme exemple d’écriture d’un jeune sergent, devenu, nous dit-on, facteur après la guerre de 1870-1871. On ne peut qu’apprécier la concision de son style, direct et clair, et le plaisir qu’il a ressenti pour cet exercice d’écriture dans les conditions éprouvantes de la guerre. L’intérêt est assuré aussi par le contenu de ses notes écrites à la hâte en réaction aux aléas des événements : des « marches forcées » d’un incroyable effort marathonien (65 km le 2 août 1870 ; 50 km en 8 heures, le 5 août ; 24 km le 2 novembre) ; des détails sur ses maigres repas et les conditions de vie des prisonniers. À noter aussi des précisions sur des sujets qui occuperont une place centrale dans les recherches d’Emmanuel Le Roy Ladurie, parent éloigné de l’auteur de ce journal : voire, les prix des vivres à Metz durant le siège, ou les températures à Königsberg pendant l’hiver de 1870-1871, « un des plus tristes qui puisse exister pour des jeunes gens français et pleins de courage », comme note le jeune homme.

  • 3 Emmanuel Le Roy Ladurie, Nicole Bernageau, Yvonne Pasquet, « Le conscrit et l'ordinateur. Perspecti (...)

13L’auteur de ce document vient d’un milieu qu’Emmanuel Le Roy Ladurie a rigoureusement étudié autrefois : les conscrits du xixe siècle3. Mais les statistiques précises qui avaient permis à l’historien de brosser l’image saisissante de cette partie de la population sont ici complétées par ce document écrit par un personnage de chair et d’os, témoin de la vie sur le front et des souffrances de la captivité.

14L’hétérogénéité des textes de ce recueil est évidente vue leur diversité de perspectives, selon le profil de leur auteur et le genre de leur écriture. Il existe cependant un fil rouge qui les réunit, celui suggéré par le titre de l’ouvrage, qui évoque, grosso modo, la place qu’occupent dans les tourments de l’histoire les acteurs et les spectateurs les plus jeunes : enfants, adolescents, jeunes hommes.

15Un autre point de convergence entre ces textes : leur capacité commune à explorer les sensibilités de gens plus ou moins ordinaires, même s’ils se trouvent parfois sur des échelles sociales différentes de la société, du simple facteur du xixe siècle, jusqu’au milieu familial d’un ministre de Vichy.

16Mais la cohérence principale du volume vient des liens de parenté qui unissent les auteurs de ces textes : la petite-fille de l’auteur du journal écrit pendant la guerre de 1870-1871 épouse un « certain » Henri Pupponi, après que celui-ci eut rédigé in partibus le « Petit Intime », et avant qu’il ne devienne le père de Madeleine, l’épouse de l’historien, qui est, quant à lui, le frère de Marie Le Roy Ladurie, auteure d’un autre texte du recueil présenté ici. Emmanuel Le Roy Ladurie a bien souligné la valeur sentimentale de ce document de « synthèse d’un autre genre et de type familial », qui réunit des documents écrits par des individus originaires de trois familles différentes qui se sont rencontrés par les liens du mariage (« Avant-propos », p. 8.).

  • 4 Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris-Montpellier : P.C.-P.S.U. 1945-1963, [Paris], Gallimard, 1982, 261 p (...)
  • 5 Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires : 1902-1945 ; texte établi et présenté par Anthony Rowley et Emman (...)

17Voilà ce qui fait de ce volume un document exceptionnel pour la saga de la famille de l’historien, une saga qui reflète au fond le roman de bien des familles de France, de toutes les régions et de toutes les origines sociales, brassées au cours du temps dans le creuset national des alliances matrimoniales. L’éclairage qu’offrent ces documents sur les deux versants généalogiques du couple Le Roy Ladurie est digne d’attention. L’historien a déjà eu l’occasion d’évoquer ses ancêtres – plusieurs générations de notables bourgeois ou d’aristocrates, patriotes et intellectuels4 ; il a aussi publié, en bonne dévotion filiale, les mémoires de son père, Jacques Le Roy Ladurie5. Moins connue en revanche est la famille de l’épouse de l’historien ; d’origine modeste, elle a assidument monté les échelons de la hiérarchie fonctionnaire et intellectuelle : facteurs, instituteurs, in fine, professeurs et médecins. Grâce à ce recueil, ils sont sortis de l’oubli.

18La rencontre entre les Pupponi, d’origine corse et de condition populaire, et les Le Roy Ladurie, Normands, bien implantés parmi les élites de hauts fonctionnaires, intellectuels et bourgeois, devient ainsi à la lecture de ce livre une belle histoire, riche d’enseignements. Madeleine Le Roy Ladurie nous en ouvre une piste : « Hormis la place de ma famille dans la hiérarchie sociale (comme dirait Emmanuel), mon absence de religion, mon appartenance au PC et un peu ma profession (médecin), rien ne me distinguait de ma belle-famille. En particulier sur le plan moral, sur le sens de la famille, sur le sens du devoir, sur l’honnêteté, le travail, etc. La morale kantienne, héritée de mes grands-parents instituteurs et la morale chrétienne étaient pratiquement similaires. Ce fut plutôt agréable pour moi et pour les relations de mes enfants avec leurs quatre grands-parents (tout juste un conflit entre le Père Noël et le Petit Jésus). » (p. 128-129).

19Ce n’est pas le seul enseignement qu’on peut tirer de ce livre. Il faut se plonger dans sa lecture pour en découvrir d’autres.

Haut de page

Notes

1 C’est en partie pour contextualiser ces propos qu’Emmanuel Le Roy Ladurie apporte dans l’Avant-propos quelques réflexions sur les « relations historiques, pacifiques ou plus d’une fois fâcheusement belliqueuses ».

2 Dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social, [en ligne] : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73146

3 Emmanuel Le Roy Ladurie, Nicole Bernageau, Yvonne Pasquet, « Le conscrit et l'ordinateur. Perspectives de recherche sur les archives militaires du xixe siècle français », Studi Storici, 10, 1969, p. 260-308 ; Nicole Bernageau, Emmanuel Le Roy Ladurie, « Etudes sur un contingent militaire (1868) : mobilité géographique, délinquance et stature mises en rapport avec d'autres aspects de la situation des conscrits », Annales de démographie historique, 1971, p. 311-337 ; Jean-Paul Aron, Paul Dumont, Emmanuel Le Roy Ladurie, Anthropologie du conscrit français : d'après les comptes numériques et sommaires du recrutement de l'armée (1819-1826), Paris, La Haye, Mouton, 1972, 262 p. ; Emmanuel Le Roy Ladurie, André Zysberg, « Anthropologie des conscrits français (1868-1887) », Ethnologie française, vol. 9, 1979, n° 1, p. 47-68.

4 Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris-Montpellier : P.C.-P.S.U. 1945-1963, [Paris], Gallimard, 1982, 261 p. ; Id., Une vie avec l’histoire. Mémoires, avec [la collaboration de] Francine-Dominique Liechtenhan, Tallandier, 2014, 248 p.

5 Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires : 1902-1945 ; texte établi et présenté par Anthony Rowley et Emmanuel Le Roy Ladurie, Flammarion, Plon, 1997, 497 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefan Lemny, « Cinq enfants dans la tourmente. Récits de guerre 1870-1915-1944. Textes établis par Madeleine Le Roy Ladurie. », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1601

Haut de page

Auteur

Stefan Lemny

Chargé de collections d'histoire,BnF

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org