Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Stéphanie Anne Delcroix, Costantino Maeder (dir.), Littérature pour la jeunesse et dictature au xxe siècle. Entre histoire et fiction

Christophe Meunier
Bibliographical reference

Stéphanie Anne Delcroix, Costantino Maeder (dir.), Littérature pour la jeunesse et dictature au xxe siècle. Entre histoire et fiction, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2015, 214 p.

Full text

  • 1 Mariella Colin., L’Âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au f (...)
  • 2 Mariella Colin., « Les enfants de Mussolini », dans Littérature, livres, lectures d’enfance et jeun (...)
  • 3 Mathidle Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Renn (...)
  • 4 Colloque international qui s’est tenu à l’université de Namur le 13 mai 2013 et dont les actes ont (...)
  • 5 Colloque international « Littérature et totalitarisme. Vers une conceptualisation du phénomène », 1 (...)

1Depuis une dizaine d’années, plusieurs équipes de chercheurs en littérature s’intéressent aux rapports que les régimes totalitaires de l’entre-deux-guerres ont pu entretenir avec les écrivains et la production littéraire. Après les travaux de Mariella Colin sur les lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme en 20051 et 20102, ceux de Mathilde Lévêque sur la littérature pour la jeunesse française et allemande dans l’entre-deux-guerres en 20113 et, avant, les deux colloques qui se sont tenus à l’université de Namur en 20134 et 20145 et qui portaient sur la littérature et le totalitarisme, le colloque de Louvain dont est issu le présent ouvrage, se proposait d’interroger le rapport entre la littérature de jeunesse européenne et les régimes dictatoriaux.

2Stéphanie Anne Delcroix et Costantino Maeder, tous deux chercheurs à l’université de Louvain, réunissent dans cet ouvrage treize communications qui permettent de croiser différentes expériences européennes dont la multiplication des régimes autoritaires est interprétée comme une réaction ou des résistances à de violents changements de paradigmes (p. 11) survenus au début du xxe siècle (essor des démocraties, industrialisation, développement de l’instruction, liberté face aux impositions religieuses…) Si les travaux auxquels il a été fait référence précédemment s’intéressaient plus précisément aux totalitarismes, le présent ouvrage fait le choix d’ouvrir la réflexion sur un champ plus large, celui des dictatures « comprise(s) largement comme l’ensemble des diverses formes de l’autorité (p. 14) ».

3Les deux directeurs de l’ouvrage se donnent alors un objectif séduisant. En faisant le choix d’un objet, la littérature de jeunesse, il s’agit de questionner le champ du discours idéologique imposé par des régimes autoritaires européens. Le choix de l’objet est dû à l’aspect didactique que la littérature de jeunesse a souvent représenté. « Le jeune lecteur devait – et doit encore – avant tout se former, apprendre les fondements de la société, les valeurs qui feraient de lui un citoyen, un homme ou une femme, intégré à la société (p. 9). » Derrière les multiples exemples de régimes autoritaires en Europe depuis les années 1920, il existerait un nombre réduit de discours idéologiques plus englobants, des « métarécits » que les différentes interventions pourraient parvenir à révéler.

4Les travaux ont été répartis selon deux axes complémentaires qui constituent également deux temps dans la réflexion et les deux parties de l’ouvrage : les relations entre littérature pour la jeunesse et régimes autoritaires européens, d’une part ; les représentations a posteriori que la littérature de jeunesse donne des régimes autoritaires, d’autre part.

La place des produits culturels de l’enfance sous les régimes autoritaires

5Les cinq articles qui composent cette première partie permettent d’avoir un panel de quelques régimes autoritaires européens dépassant le simple cadre chronologique de l’entre-deux-guerres. Ainsi sont évoqués tour à tour la dictature militaire (1926-1932), puis celle de Salazar (1932-1968) et enfin celle de Caetano (1968-1974) au Portugal ; la dictature de Metaxas (1936-1941) en Grèce ; celle d’Hodja (1945-1985) en Albanie et enfin le fascisme italien (1925-1943).

  • 6 L’E.O.N. (Organisation Nationale de Jeunesse) fondée par la dictature de Metaxas sur le modèle de l (...)

6Le corpus d’Eftychia Amilitou est constitué de deux magazines pour la jeunesse. Le premier I Neolaia (L’Enfance), revue créée deux ans après le coup d’État d’Ioannis Metaxas en 1936, orchestre le culte du chef. Elle fut « l’organe officiel d’éducation intellectuelle, religieuse, morale, sociale et politique de l’E.O.N.6 ». Le second, I Diaplasis ton Paidon (La Formation des Enfants), fondé en 1879 sur le modèle du Magasin d’éducation et de récréation de Hetzel, est une revue qui relaie le discours de Metaxas par l’intermédiaire de son rédacteur en chef, Xenopoulos. À travers ces deux revues, Eftychia Amilitou montre l’influence idéologique très forte du régime d’Ioannis Metaxas.

7Fatos Rama a porté son attention sur la publication abondante des romans de science-fiction qui se sont multipliés entre 1972 et 1985, lors de la dernière décennie du régime d’Enver Hodja. Elle montre que ce genre littéraire fut un « instrument d’endoctrinement par excellence » en Albanie à cette période. L’action des récits qui se déroule presqu’exclusivement en Albanie tourne autour d’une découverte ou d’une invention qui concourt au triomphe du communisme et de l’Albanie toute entière.

8Sabrina Fava s’intéresse à la revue Il Vittorioso qui, sous le régime fasciste, mit en place un véritable « laboratoire d’expérimentation de la bande dessinée » (p. 72). Il s’agit d’un hebdomadaire catholique qui n’était pas une émanation directe de l’idéologie fasciste dominante mais qui a proposé une « position d’équilibre » et un consensus, jouant sur les thèmes de l’exotisme, de l’aventure et du courage, ce qui lui permit de survivre à la période mussolinienne.

9De son côté Sarah Bonciarelli questionne les romans pour la jeunesse de la collection « I libri dell’Ardimento » produits par l’éditeur florentin Bemporad. Le dispositif narratif de la collection est présenté comme « l’un des plus efficaces dans la transmission de certaines valeurs à un public qui commence son apprentissage de la lecture » (p. 88). Les couvertures avant-gardistes de la collection mettent en valeur les différentes thématiques fascistes abordées par chacun des volumes de la collection : les valeurs de la vie sociale, l’image de l’Italien conquérant, l’orgueil de la patrie, le colonialisme et la guerre.

10Seule incohérence dans cette sélection d’articles, celui cependant fort intéressant de Leonor Coelho, dont le corpus constitué de romans et de recueils de poésies sortis au Portugal entre 2000 et 2011, est postérieur à la longue période de dictatures qui se succèdent entre 1926 et 1974, période évoquée dans les récits. L’auteure répartit les ouvrages de son corpus en deux catégories : « les récits d’explication historique et les récits d’explication métaphorique » (p. 23). Il n’est alors pas question pour l’auteure d’analyser la place de la production culturelle pour la jeunesse sous les régimes autoritaires mais bien davantage d’en définir certaines représentations a posteriori ce qui se trouve être le thème de la seconde partie de l’ouvrage.

11Cette première partie est très riche et propose une grande variété d’objets (romans, BD, revues, romans de science-fiction, …) mais ne donne lieu à aucune conclusion qui répondrait à la problématique annoncée dans l’introduction : dans tous ces récits réalisés sous des régimes autoritaires, existe-t-il des « métarécits » comportant quelques grandes thématiques d’un « discours idéologique englobant » ? Pour notre part, nous avons vu s’en dessiner un certain nombre telles que l’expérience d’une propagande de masse permettant la transmission de valeurs aux acteurs futurs de la nation, le rôle du héros, l’esprit d’équipe, l’esprit d’aventure et de loyauté envers le groupe. Le travail idéologique dans toutes les productions étudiées dans cette première partie laisse entendre que plus que de simples régimes autoritaires, les régimes abordés sont davantage totalitaires et que ce qui différencie une dictature d’un totalitarisme est justement l’affirmation d’une idéologie dominante, voire unique, prompte à façonner un homme nouveau.

Le traitement du thème de la dictature dans la littérature de jeunesse

12Cette seconde partie a pour but de réunir des travaux portant sur une certaine thématisation de la dictature au sein de la production pour la jeunesse. On aurait de ce fait pu espérer que tous les huit articles rassemblés dans cette partie étudient l’image des régimes autoritaires à travers un corpus plus tardif que les dictatures qui les ont inspirés. Ce n’est malheureusement pas le cas. Les articles de Maïa Varsimashvili-Raphaël sur la poésie soviétique sous Staline et de Matteo Martelli sur les contes d’Anna Bonacci sous Mussolini, auraient davantage gagné à figurer dans la première partie.

13L’étude documentée et nourrie de Philippe Bourdier sur L’Alphabet de la Grande Guerre d’André Hellé pose deux problèmes. Le premier est celui de la définition trop large du champ de recherche des directeurs de l’ouvrage. Car finalement ce qui est le leitmotiv de l’enquête c’est la manière dont le discours idéologique imposé par un régime autoritaire puisse être transmis à des enfants par la culture médiatique. Or l’ouvrage d’André Hellé n’est pas une commande de l’état-major français. S’il existe bel et bien une idéologie, une vision particulière de la guerre donnée aux enfants en temps de guerre, elle n’est le fait que d’André Hellé lui-même comme elle put être le fait de Pinchon dans Bécassine et la Grande Guerre (1915) ou de Charlotte Schaler dans En guerre ! (1915). Le second problème est celui de considérer la France de la IIIe République en temps de guerre comme une dictature. Un bon nombre d’historiens s’accordent à penser que la première guerre mondiale puisse être considérée comme une guerre totale dans la mesure où la presse, la correspondance sont contrôlées par l’armée au sein d’un régime démocratique. Ce qui peut paraître ici intéressant c’est que le régime de guerre, sans être autoritaire, ait pu être totalitaire. Le totalitarisme, qui nous semble le champ le plus pertinent pour ce travail, présente ainsi deux manières de s’imposer : soit de façon verticale (d’une autorité vers la population soumise dans le cas d’une dictature), soit de façon horizontale (sorte de contrat moral entre les différents membres d’une même société dans le cas de la première guerre mondiale).

14Dans la perspective d’analyser le discours porté a posteriori sur les régimes autoritaires et participant de la construction de représentations de tels régimes, Stéphanie Delneste et Olivier Odaert explorent les numéros de la revue française Enfance, fondée en 1948 par le psychologue et député communiste Henri Wallon. Le périodique avait pour objectif de rassembler les travaux universitaires consacrés à la psychologie de l’enfant et à ses applications dans le domaine de l’éducation. De manière assez récurrente, les contributeurs à cette revue s’en prennent aux comics américains édités par Opera Mundi ou les éditions Del Duca qui pervertissent, selon eux, la jeunesse et qu’ils considèrent comme une « propagande fasciste venue de l’étranger ». En pleine guerre froide, la résistance est rude de la part de l’édition communiste contre un impérialisme américain conquérant ! À son tour, Jean-Louis Tilleuil analyse l’image de la dictature dans la BD franco-belge entre 1940 et 1960. Le San Theodoros et la Bordurie chez Hergé ou la Palombie chez Franquin sont des dictatures de fiction qui prennent leur modèle sur des régimes européens et surtout sud-américains en pleine période de guerre froide. Ces dictatures militaires, au culte du chef surdéveloppé, si elles ne possèdent pas d’idéologie clairement développée, ont toutes en commun de vouloir dominer le monde.

15Laurent Déom s’est intéressé aux « romans de la réconciliation » de Jean-Louis Foncine : Les Forts et les purs (1951) et Le Glaive de Cologne (1954). Dans ces deux romans scouts parus aux éditions Alsatia dans la collection « Signe de piste », l’auteur montre comment se relever après la guerre et les régimes totalitaires. Mêlant rires et larmes, Foncine expose les différentes facettes du totalitarisme, notamment l’inacceptable injustice dont il a fait preuve, et fonde son espoir dans une jeunesse fraternelle et forte. Cette vision angélique de la jeunesse s’oppose en tout point au roman britannique de William Golding, Lord of the Flies, dont l’étude est proposée par Marie-Hélène Routisseau. Pour l’auteur britannique, « l’enfant est un être déchu par nature » (p. 200). Ces garçons, naufragés sur une île déserte, sont soumis à des pulsions diverses, à un désir de haine. L’enfant y est pensé comme « dépositaire ou origine d’une humanité incapable de soutenir sa part humaine » (p. 200).

16Pour terminer, le dernier article de Laurent Bazin pourrait constituer à lui seul une excellente conclusion à cette partie. Interrogeant la dictature des enfants dans la littérature de jeunesse contemporaine à partir d’un corpus de huit romans ou bandes dessinées pour enfants parus entre 2002 et 2010, il met dos à dos deux discours qui traversent la littérature pour enfants sur la dictature. Le premier serait hobbesien et considérerait que « l’enfant est un loup pour l’enfant ». Comme dans Lord of the Flies, le régime autoritaire n’a pas été imposé du dehors aux enfants mais a bel et bien été choisi par eux (transmission horizontale). Dans le second, héritage rousseauiste, l’enfant est naturellement bon, c’est la société qui le corrompt (transmission verticale). On l’aura compris, ce dualisme qui existe en littérature pour enfants est une question centrale concernant l’origine des régimes totalitaires. Sont-ils le fait d’origines contextuelles et circonstancielles ou bien portés de manière endémique par la société qui les voit naître ?

17Pour conclure, le grand mérite qui revient à cet ouvrage est d’interroger la littérature de jeunesse produite sous des régimes totalitaires ou pour parler de ces régimes, d’en analyser le discours idéologique et d’observer par quels leviers, parfois iconotextuels, la diégèse entend toucher les lecteurs. L’écueil, me semble-t-il, réside en une certaine confusion entre les notions d’autoritarisme, de totalitarisme et de dictature. Quelques très bons articles permettent d’apporter un regard synthétique sur, d’une part, l’idéologie dominante d’un État à travers la littérature de jeunesse et, d’autre part, sur le regard porté par les auteurs contemporains sur les régimes totalitaires.

Top of page

Notes

1 Mariella Colin., L’Âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005.

2 Mariella Colin., « Les enfants de Mussolini », dans Littérature, livres, lectures d’enfance et jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010.

3 Mathidle Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

4 Colloque international qui s’est tenu à l’université de Namur le 13 mai 2013 et dont les actes ont été publiés : Anke Bosse et Atinati Mamatsashvili (dir.), Littérature et totalitarisme. Écrire pour témoigner, Namur, Presses universitaires de Namur, 2014.

5 Colloque international « Littérature et totalitarisme. Vers une conceptualisation du phénomène », 13 mai 2014, université de Namur.

6 L’E.O.N. (Organisation Nationale de Jeunesse) fondée par la dictature de Metaxas sur le modèle de l’Opera Nazionale Balilla fasciste.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Meunier, « Stéphanie Anne Delcroix, Costantino Maeder (dir.), Littérature pour la jeunesse et dictature au xxe siècle. Entre histoire et fiction », Strenæ [Online], 11 | 2016, Online since 20 September 2016, connection on 23 April 2017. URL : http://strenae.revues.org/1599

Top of page

About the author

Christophe Meunier

By this author

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org