Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Variations rythmiques sur un récit pour la jeunesse de Virginia Woolf : sur cinq albums illustrés de Nurse Lugton…

Caroline Marie

Résumé

Entre 1966 et 2013, ont paru cinq albums en anglais, en italien et en français, variations posthumes sur une fable que Virginia Woolf écrivit sans doute pour l’une de ses nièces. Le récit de l’animation du paysage que brode Nurse Lugton lorsqu’elle s’assoupit se lit comme une métaphore de la création, rencontre manquée entre l’auteur et son œuvre. Il se prête également à une lecture politique, post-coloniale que gomment les éditions successives, avec des illustrations de Duncan Grant chez Hogarth Press, de Flaminia Siciliano pour la traduction italienne, de Napo pour la version française, puis de Julie Vivas pour une nouvelle édition anglaise d’après un second manuscrit et, enfin, de Jasmine Bourrel dans la très récente traduction française disponible en téléchargement. Elles standardisent le récit, l’adaptent à leur idée de la jeunesse, non sans quelques effets de résistance. Lire ces albums en série permet ainsi d’observer le devenir littérature de jeunesse d’un récit qui n’était pas voué à la publication. Chaque combinatoire traduction/illustrations appelle un nouveau regard à la rencontre de son esthétique propre, picturale, théâtrale ou cinématographique, qui est aussi un rythme, duel, fugué, syncopé, legato, une poétique de la lecture qui dessine, en filigrane, son enfant-lecteur, figure fantasmée et changeante que génère chaque album.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Leonard Woolf, « Foreword », dans Virginia Woolf, Nurse Lugton's Golden Thimble, London, Hogar (...)
  • 2 Sur les variantes textuelles, voir Caroline Marie, « ‘The blue stuff turned into blue air’ : Nurse (...)

1Entre 1966 et 2013, ont paru, en anglais, en italien et en français, cinq albums illustrés réalisés à titre posthume à partir d’une fable que Virginia Woolf improvisa sans doute pour sa nièce, Ann Stephen, en septembre 19241, tandis qu’elle mettait la touche finale à Mrs Dalloway (1925). Dans les années 1960, Wallace Hildick, romancier et auteur pour la jeunesse, découvrit à la British Library, dans l’un des manuscrits du roman2, ce bref récit, laconiquement intitulé « The… ». Et le canevas esquissé pour une performance privée de se muer en matériau éditorial voué à la reprise.

2Publié par Hildick dans le Times Literary Supplement le 17 juin 1965, le récit, désormais baptisé « Nurse Lugton’s Golden Thimble » parut l’année suivante chez Hogarth Press, maison d’édition fondée par Leonard et Virginia Woolf en 1917, avec des illustrations de Duncan Grant, peintre éminent du Bloomsbury Group proche des Woolf. En 1976, Il ditale d’oro parut en Italie, dans une traduction de Enzo Siciliano, accompagné de dessins de Flaminia Siciliano. Puis, en 1983, une traduction française, par Frédéric Armel, paraissait chez Nathan, illustrée par Napo, artiste français né en Argentine. Une variante du récit fut alors découverte dans les Charleston Papers, à la bibliothèque du King’s College (Cambridge), suggérant que Virginia Woolf l’avait révisé, pour le publier, peut-être – mais sous quelle forme ? Cette variante fit l’objet en 1991 d’une publication sous le titre Nurse Lugton’s Curtain simultanément chez Bodley Head en Angleterre, Harcourt, Brace & Jovanovitch aux États-Unis et Random House en Australie. Enfin, depuis 2013, une nouvelle traduction française de Céline Decamps, Un Dé en or, est disponible en téléchargement chez Numeriklivres avec des illustrations de Jasmine Bourrel. Crayonné, retouché puis abandonné, exhumé, édité, traduit et illustré, le récit ne cesse d’échapper à sa créatrice, de se reformuler, de se disséminer, entre textes et illustrations.

  • 3 Virginia Woolf, The Widow and the Parrot, ill. Quentin Bell, London, Hogarth Press, 1988.
  • 4 L’inventaire de la bibliothèque des Woolf mentionne : Andersen, Hans Christian. Stories & Fairytale (...)
  • 5 Grande lectrice de J. M. Barrie, Virginia Woolf avait vu Peter Pan ; or the Boy Who Wouldn’t Grow a (...)
  • 6 Voir Hope Hodgkins, « High Modernism for the Lowest : Children’s Books by Woolf, Joyce, and Green » (...)

3S’il ne présente pas la dimension moralisatrice de l’autre récit pour la jeunesse de Woolf publié à titre posthume, The Widow and the Parrot3, Nurse Lugton… est assez conventionnel, dans la veine du « Vaillant soldat de plomb » de Hans Christian Andersen4. En accord avec la domestic fantasy anglaise de la première moitié du vingtième siècle, le merveilleux y naît du quotidien le plus trivial, et si le dé à coudre évoque Peter Pan5, le personnage de la Nurse Lugton pourrait bien annoncer Mary Poppins. Toutefois, alors que Mary Poppins entraîne affectueusement les enfants dans son imaginaire, Nurse Lugton est aussi une prédatrice, et une artiste malgré elle. Le récit est une métaphore de la création6 comme rencontre manquée entre l’auteur et son œuvre. Une fois Nurse Lugton endormie, les motifs de sa broderie s’animent : tous les animaux du monde gambadent dans le paysage exotique, croisant des villageois et une procession royale. Ils sont paradoxalement protégés des humains car elle les tient en son pouvoir, dont elle n’a pas conscience puisque sa broderie ne prend vie que lorsqu’elle s’assoupit. Lorsqu’une mouche la réveille, les animaux se figent de nouveau sur la toile bleue.

  • 7 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 5.
  • 8 Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, illus. Flaminia Siciliano, Milano, Emme, 197 (...)
  • 9 Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, illus. Napo, Paris, Nathan, 1983, p. 1G. L’album (...)
  • 10 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Curtain, illus. Julie Vivas, London, Harcourt’s Children Books, 1991 (...)
  • 11 Virginia Woolf, Un dé en or, trad. Céline Decamps, illus. Jasmine Bourrel, Paris, Numeriklivres, 20 (...)
  • 12 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 12.
  • 13 Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 7.
  • 14 Pour une lecture politique du récit et de sa traduction française en résonance avec Mrs Dalloway, v (...)

4Les éditions et traductions successives tendent à clarifier, voire à standardiser le récit. Ainsi, l’incipit de l’édition 1966, à la temporalité décalée et au mystérieux pronom liminaire, « She had given one great snore7 » (elle avait poussé un gros ronflement), est-il traduit en italien par un imparfait : « Russava sonoramente8 » (elle ronflait bruyamment) et en français par un passé simple : « Elle ronfla profondément9 », deux temps qui rationalisent la chronologie. La seconde édition anglaise élucide le contexte : « Nurse Lugton was asleep10 », de même que l’édition numérique française : « Nurse Lugton dormait11. » Elles tendent également à en gommer la violence sous-jacente : la procession qui traverse la ville suggère un territoire colonisé, sous contrôle, à l’instar des animaux de la broderie : « The old Queen of the town came by on her palanquin ; the general of the army passed ; so did the Prime Minister ; the Admiral ; the Executioner and other great dignitaries on business in the town, which was a very beautiful place called Millamarchmantopolis12. » Omise de la traduction italienne, la procession réapparaît dans la version française, mais sans amiral ni bourreau : « La vieille reine de la ville arriva dans son palanquin. Le général en chef vint à passer, ainsi que le premier ministre, et d’autres grands dignitaires en voyage d’affaires dans la très belle ville de Millamarchmontopolis13. » Elle figure au complet dans la version de 1991 et la dernière traduction française. Lorsque la procession est mentionnée, ce sont les illustrations qui semblent en gêner une lecture politique14.

  • 15 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 8. Trad : Virginia Woolf, Le Dé en or, (...)
  • 16 Ibid., 10G.

5Cependant, Nurse Lugton... est aussi une invitation à s’abandonner à une lecture somnolente, inconsciente, une lecture buissonnière heureuse de ne pas trouver son sens dans la linéarité d’un récit d’éducation ou d’apprentissage – structure toute victorienne dont semble se rire Virginia Woolf – mais de se laisser emporter par le ressac de ces « vagues [qui] clapotaient sur le lac », par le rythme d’une prose oralisée qui génère un monde enchanté tout en assonances, à l’instar de la procession des animaux qui prennent vie : « First the elephant and the zebra ; next the giraffe and the tiger ; the ostrich, the mandrill, the marmot and the mongoose followed ; the penguins and the pelicans waddled and waded alongside. » (« D’abord l’éléphant et le zèbre, puis la girafe et le tigre. L’autruche, le babouin, la marmotte et la mangouste suivaient. Le manchot et le pélican allaient clopin-clopant, en se dandinant15. ») Son rythme est aussi celui de la reprise, à l’image du récit qui se termine, ou plutôt se relance, par un retour à l’instant d’avant l’incipit : « Et la nurse Lugton recommença à broder le rideau du joli salon de Mme Gingham16 », suggérant que, fatalement, elle s’assoupira bientôt, rendant aux animaux une forme de liberté.

6Cette série de Nurse Lugton… raconte aussi son devenir littérature de jeunesse, devenir livre illustré, tandis que chaque illustrateur en propose une variation qui fait entendre sa propre musique. Ce récit spéculaire et circulaire est une invitation à interroger la manière dont nous lisons l’album, ou plus précisément, comment chaque nouvelle combinatoire nécessite l’invention d’un nouveau regard, à la rencontre de son rythme propre, de sa poétique qui dessine, en filigrane, son enfant-lecteur, cette figure fantasmée que génère chaque nouvelle combinatoire texte / images.

Nurse Lugton’s Golden Thimble (1966) : esthétique picturale au rythme duel

  • 17 Isabelle Nièvres-Chevrel, « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (...)
  • 18 Christiane Connan-Pintado, « L’Album pour la jeunesse, un livre d’artiste ? Et les ‘bouquins’ de Bé (...)

7Avec son papier lilas, sa couverture rigide de tissu violet ornée de lettres dorées et d’un délicat dé en or, le livre de Leonard Woolf et Duncan Grant se présente comme un objet bibliophilique. À côté de la page de titre, où le cul-de-lampe en tête de loup signale que le lecteur pénètre au royaume des Woolf, dans un ouvrage de la Hogarth Press, le portrait de Nurse Lugton à sa broderie, qui porte la signature du peintre, DG, fait tableau. En tournant la page, le lecteur découvre, à gauche, l’avant-propos de Leonard Woolf et, à droite, le titre au-dessus de l’incipit du récit. Qu’il tourne encore la page, il verra à gauche un crayonnage signé d’animaux exotiques faisant face à un bloc de texte à droite. Le livre illustré, à l’esthétique picturale, propose donc une lecture cadrée, encadrée, qui fait alterner voix et regards de Leonard et de Duncan, puis, de Virginia et de Duncan. On hésite ici à employer le terme « album » tant le texte et les images semblent coexister sans jamais coïncider, placés en regard sans se regarder – s’il s’agit d’un « album » c’est au sens de « carnet de croquis du dessinateur17 » hérité de l’acception romantique du terme. Ce serait d’ailleurs plutôt un « livre de dialogue, où un peintre et un auteur se partagent l’espace du livre18 ».

8Le livre se compose d’une succession de blocs textuels et graphiques en pleine page se faisant face, tantôt à droite tantôt à gauche, selon une organisation où la scission est renforcée par la faible coïncidence entre texte et dessin. Prenons l’exemple de la description de la menaçante procession royale. Le dessin de Grant interprète très librement ce segment, qui décrit en outre la manière dont les habitants lancent aux singes de petits croissants et dont les animaux sont protégés par Lugton : la reine y figure sur un chariot plutôt que sur un palanquin ; sans le bourreau ni l’amiral, elle ressemble plus à une Vierge médiévale qu’à un monarque. Derrière elle, des singes rapidement esquissés attrapent de petits croissants que personne ne semble avoir lancés. La lecture est arrêtée, perplexe, qui voudrait, malgré l’insistance du cadre clivant, confronter image et texte. L’illustration s’émancipe du texte pour dérouler sa propre profondeur : le hiatus entre l’Ici de la reine, dans la tradition de la peinture européenne, et l’Ailleurs des singes crayonnés sur le vif, que structure une nette diagonale. Les illustrations ont leur rythme propre, pour autant, créent-elles leur propre récit ?

  • 19 Isabelle Nières-Chevrel, « Narrateur visuel et narrateur textuel », La Revue des livres pour enfant (...)

9Le livre pousse-t-il le principe de la « double narration19 » jusqu’à proposer deux lectures presque indépendantes ? La succession des six illustrations en noir et blanc, au crayon et à l’encre, ne fait pas récit. Le drap visible sur le portrait en frontispice n’est pas figuré mais hachuré, si bien qu’un lecteur des images ne comprendrait pas que les groupes d’animaux représentés dans les deux images suivantes en reprennent des détails. La promeneuse qui, du bout de son parapluie, agace le tigre dans une cage du zoo sur l’illustration suivante ne porte ni bonnet de dentelle ni lunettes, ce qui rend incertaine son identification à la brodeuse du frontispice. L’illustration suivante montre la reine, qui ne fait pas série avec les autres dessins. Ce n’est qu’à la dernière illustration (Fig. 1), avec un détail du drap brodé figurant nettement des animaux sous les mains de la brodeuse qui tiennent distinctement une aiguillée et un dé, qu’une lecture rétrospective, celle d’un adulte féru d’auto-réflexivité moderniste, voit dans les planches animalières les motifs de la broderie animée. Le sens jaillit du rythme graphique de chaque image. La rupture entre l’Ici et l’Ailleurs figurée par la représentation de la reine fait place, sur l’illustration finale, à une métaphore du passage : le châle et le rideau brodé se couvrent de hachures identiques et, sur la gauche, un petit oiseau exubérant semble posé entre l’espace de la brodeuse et celui de la broderie, nous invitant à interroger la possibilité d’un dialogue entre le réel et l’imaginaire, entre le texte et l’illustration.

Fig. 1. Duncan Grant, illustration pour Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, London, Hogarth Press, 1966, p. 14.

© Estate of Duncan Grant / ADAGP, Paris, 2015

Il ditale d’oro (1976) : esthétique picturale et rythme fugué

10La traduction italienne d’Enzo Siciliano illustrée par Flaminia Siciliano parut en 1976 chez Emme, maison d’édition pour la jeunesse proposant des albums avant-gardistes à l’esthétique raffinée. Sur la page de titre et la dernière garde, la vignette d’une machine à coudre ancienne place l’album sous le signe de la reprise. Chaque double page déploie un dessin au crayon où s’inscrit, dans un blanc, une bande de texte. Chacune fait tableau, sans toutefois engendrer une rythmique de la rupture, comme chez Duncan Grant. Les tableaux s’enchaînent selon le principe de la fugue : des motifs sont graduellement introduits qui s’entrecroisent en contrepoint.

11Ainsi, la première double page montre-t-elle à gauche un pan de tissu où se dessinent deux grues couronnées sous une aiguille enfilée piquée dans l’étoffe (Fig. 2).

Fig. 2. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 1G.

12À droite, en miroir, un échassier, peut-être un butor, figure sur la pièce d’étoffe qui jaillit tout entière du cercle à broder sur lequel « Tata Lugton » s’est endormie, les lunettes encore sur le nez (Fig. 3).

Fig. 3. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 1D.

  • 20 Virginia Woolf, Il ditale d’oro, op. cit., p. 3D.

13Le regard parcourt le dessin à la recherche d’échos graphiques : s’agit-il de la même étoffe, et s’il ne s’agit pas du même motif, a-t-elle été retournée au détour de la page ? La double page suivante isole le motif des lunettes, dans un verre desquelles l’image d’un zèbre fait figure de diapositive (Fig. 4) ; sur la page de droite, le motif se répète : une pyramide de quatre zèbres de taille décroissante fixe le lecteur du regard (Fig. 5), pourtant on ne voit aucun des éléments du paysage que mentionne le texte : « c’erano una pagoda, un ponte e una barca20 » (il y avait une pagode, un pont et une barque). Les animaux rencontrés au fil des premières pages ne figurent pas plus sur l’illustration suivante, qui accompagne pourtant la description du motif animalier brodé : seul le singe apparaît au pied de la brodeuse endormie et, pour voir l’éléphant, il faut attendre la huitième illustration.

Fig. 4. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 2G.

Fig. 5. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 2D.

14Les dessins se succèdent au rythme des déviations et des dérivations. L’aiguillée piquée au-dessus de la pyramide de zèbres invite le lecteur à filer les métaphores graphiques et à dérouler les métamorphoses au rythme du geste de la brodeuse à l’œuvre. C’est l’imaginaire de Tata Lugton qui est montré, nous entraînant non de l’autre côté du miroir, mais de l’autre côté de son regard, par le petit bout de sa lorgnette, le cercle à broder évoquant alors un monocle. L’album fait alterner représentation frontale de visions brodées et portrait en contre-plongée de la brodeuse en belle endormie puis réveillée par une mouche, donnant à voir tantôt l’œuvre imaginaire, tantôt l’imagination à l’œuvre.

  • 21 André Cœuroy, Panorama de la musique contemporaine, Paris, Simon Kra, 1928, p. 134.
  • 22 Dans Les Chants de Maldoror, Paris, Albert Lacroix, 1869, Lautréamont compare la beauté de Mervyn, (...)

15Cet album « à longues aiguillées de contrepoint21 » invente un rythme graphique qui fait jouer les contrastes entre le cercle (cercle à broder, monture de lunettes, dé à coudre, bobine, anneaux de ciseaux, lune, verrine de lampe, manivelle de machine à coudre, etc.) et la ligne droite (aiguille à broder, lame de ciseaux, barreaux de la cage du léopard dont l’ombre portée esquisse un quadrillage, quadrillage hachuré des pages de garde et du carrelage, etc.). Il brouille également les échelles pour interroger la frontière entre réalité et imaginaire : un faon se dresse dans un dé à coudre et un zèbre se cache à demi derrière une bobine de fil, sur le mode du collage surréaliste ; c’est bien ce que suggèrent l’enveloppement du livre entre deux vignettes de machine à coudre et la présence du parapluie22 – une ombrelle, plutôt –, de « Tata Lugton ».

16Il naît de ce rythme une esthétique de la surprise. Intérieur, extérieur, intériorité, veille, sommeil, rêve éveillé, les frontières se brouillent. D’ailleurs, la succession des illustrations ne fait pas récit : « Tata Lugton » est endormie tantôt sur sa chaise, tantôt à sa table, ici elle flotte sur un fond blanc, là sur un sol quadrillé, là encore elle câline un lapin blanc dans une barque en forme de poisson flottant sous la pleine lune ; remarquons encore que ses cheveux sont alternativement détachés, noués en queue de cheval ou rassemblés en un chignon victorien travaillé, composant un portrait éclaté de la brodeuse.

17S’esquisse ainsi une poétique de l’origine : quelle origine du rêve, le sommeil, la veille, leur entre-deux ? Qui était là en premier, le zèbre dans le cercle des lunettes (Fig. 4) ou la pyramide (Fig.5) ? Où est la source, où est la reprise ? Le faon et le dé à coudre, la brodeuse et le léopard coexistent-ils vraiment dans le même espace-temps ? Qui illustre quoi, le texte ou l’image ?

Le Dé en or (1983) : esthétique théâtrale et rythme syncopé

18La traduction française parue chez Nathan en 1983 sous le titre Le Dé en or distingue clairement l’image du texte, qui s’étire au bas de la page sous une illustration à l’encre colorine qu’encadre une marie-louise brodée de fils dégradés. L’album joue de la profondeur du rapport texte / image, autant que des illustrations mêmes, incitant à une lecture vagabonde qui fasse sens en musardant.

  • 23 Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 1.

19Le rapport entre découpage textuel et narration visuelle semble aléatoire, les enjambements et les césures de l’un ne correspondant pas nécessairement au déroulé de l’autre. Ainsi, sur les deux première pages, la césure textuelle : « Elle ronfla profondément. La tête penchée, les lunettes relevées sur le front, elle s’était endormie au coin du feu, avec son dé sur le doigt et son aiguillée à la main. Un grand tissu bleu, brodé d’animaux, était étalé / sur ses genoux, recouvrant son tablier. Les animaux ne bougèrent pas jusqu’à ce que – un, deux, trois, quatre, cinq – la nurse Lugton ronflât pour la cinquième fois. Ah ! La vieille dame dormait bien23 ! » ne correspond pas à une articulation du récit. En revanche, les deux illustrations égrènent des moments de la métamorphose : sur l’image de gauche (Fig. 6), qui ne correspond pas exactement au bandeau de texte (« elle s’était endormie »), la brodeuse relève ses lunettes sous le regard de son chat noir, qui tourne le dos au lecteur ; à droite (Fig. 7), désormais endormie, elle occupe l’arrière-plan tandis qu’au premier plan le rideau se mue en jungle verdoyante où se camoufle une foule d’animaux.

Fig. 6. Napo, illustration pour Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, Paris, Nathan, 1983, non paginé, p. 1G.

Fig. 7. Napo, illustration pour Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, Paris, Nathan, 1983, non paginé, p. 1D.

  • 24 Ibid., p. 2D, 3G.

20Une tourne de page découvre une double page qui inclut le blanc de couture dans une seule marie-louise, divisée en trois espaces qui sont autant de moments. À gauche la brodeuse endormie dans son fauteuil anglais se découpe sur un fond blanc : le papier peint à la William Morris et le rideau ont disparu - c’est le temps du sommeil, de l’Ici – pour laisser place, au centre, à une jungle luxuriante qui correspond au temps de la métamorphose, tandis que, à droite, une jonque et une pagode complètent un paysage exotique qui équivaut au temps de l’animation, de l’Ailleurs. Ici, le bandeau de texte suspend l’énumération des motifs brodés : « la girafe son museau près d’une feuille d’arbre… », comme pour inviter le lecteur à animer la broderie en tournant la page pour faire apparaître : « … et le singe la noisette entre les pattes24 », d’autant que l’éléphant, le zèbre et la girafe qui sortent du rideau au recto s’intègrent au verso au paysage exotique. Cette non-coïncidence des séquences narratives textuelle et graphique produit le rythme spécifique de l’album, selon la structure de la « chase » ou du quatre-quatre, qui fait de chaque tourne de page un appel à l’aventure.

  • 25 Titre de la deuxième traduction du premier roman de Virginia Woolf, The Voyage Out (1915) en 1977.

21La lecture, fortement vectorisée vers l’après du récit, se déroule de césure en enjambement, d’arrêt en relance, sur un rythme de jazz libre et attentif au feuilletage qui mène du réel à l’imaginaire, de l’Ici à l’Ailleurs, ce qui n’exclut pas le sur-place d’une observation ludique des détails cachés dans la jungle, sur le registre du « cherche et trouve », chaque dessin s’explorant comme une miniature. L’album se referme sur le retour à l’intérieur British de Nurse Lugton sur la dernière de garde, sans fournir de clôture : le rideau, démesuré, conserve la trace de ses spatialité et temporalité doubles, de sa traversée des apparences25.

  • 26 Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne, « L’Album le parti pris des images, » dans Viviane Alary et N (...)

22C’est que le lecteur, ou « spectalecteur26 », fait l’expérience de la théâtralité, voire de la métathéâtralité de l’album, dont l’artificialité (surabondance de motifs aux couleurs vives et au trait enfantin qui débordent du cadre comme pour rejoindre le bandeau de texte, forme de surtitrage en léger décalage avec l’image) est soulignée : dès la première page (Fig. 6), un rideau de lourd damas aux motifs floraux encadre l’intérieur de Nurse Lugton dont le chat noir, une figure du lecteur, peut-être, regarde la broderie, sans réapparaître toutefois sur la dernière de garde, resté sans doute dans l’entre-deux de l’imaginaire.

Nurse Lugton’s Curtain (1991) : esthétique cinématographique et rythme legato

23Édité d’après le second manuscrit des Charleston papers, Nurse Lugton’s Curtain qui proclame dès la couverture : « By the author of Mrs. Dalloway » (par l’auteur de Mrs Dalloway), s’adresse aux enfants autant qu’aux adultes lecteurs et prescripteurs. Cette nouvelle édition renforce la cohérence narrative du récit ainsi que son oralité en ajoutant des marqueurs logiques et des répétitions, en accord avec les aquarelles de Julie Vivas, lumineuses et dépouillées, qui construisent un récit élégant et fluide.

24Dans le texte, Nurse Lugton est réveillée par une mouche, et Julie Vivas de dérouler l’aventure de cet insecte sur les pages montrant la brodeuse. Sur la vignette de la jaquette intérieure, il est posé sur le panier à ouvrage, on l’aperçoit ensuite sur le panneau de verre d’une porte puis au pied de la lampe, enfin il réveille la brodeuse. Ludique, ce déroulé participe aussi à la structuration des deux univers fictionnels que fait alterner l’album : l’endormissent de la brodeuse et son réveil d’une part, l’aventure des animaux qui s’animent dans le paysage brodé d’autre part. Cette alternance, rendue fluide par la cohérence graphique et l’harmonie des couleurs, tisse deux temporalités entrelacées, tendant à la continuité que la tourne de page anime.

  • 27 De nombreuses illustrations se trouvent sur le blog de Maria Popova, « Brainpickings ». En ligne : (...)

25Dès la couverture cartonnée27, l’album s’affiche pour terrain de jeu, support d’une lecture active. La première de couverture montre Nurse Lugton à sa broderie sur fond bleu uni. L’étoffe court le long de la tranche puis s’étire sur la dernière, qui retourne le point de vue, comme le lecteur tourne le livre, et montre la brodeuse de dos. L’album s’offre à la manipulation et sa couverture mise à plat figure un temps torsadé, à l’image du long pan de rideau qui entrelace des bandes de motifs (singes, zèbres et antilopes, etc.) de plus en plus distincts tandis que la lecture anime l’espace du livre. Il invite à passer de l’autre côté du rideau, écho graphique de la pellicule filmique et figuration du tissage des mondes de la brodeuse et de la broderie. Il s’agit, pour le lecteur, de créer une illusion de mouvement en déroulant les dessins pour imiter un continu, à la façon des lanternes magiques. Sur ces images qui font récit et, même, se déploient tel un ruban, les bandes de texte se glissent dans les blancs et se font marqueur rythmique. Si elles occupent le centre du tourbillon graphique (centre du lac, croisée des regards d’un singe et d’un officiel de la procession) ce n’est que comme accent graphique, tant elles entrent avec les images dans un rapport d’exacte redondance.

26Les dessins à l’aquarelle à fond perdu s’enchaînent pour constituer un récit de métamorphose autonome et dynamique. La première illustration en double page montre la brodeuse endormie sur son long pan de rideau ; la deuxième effectue un zoom avant sur le rideau, qui tombe sur ses vieilles chaussures, révélant non plus des figures stylisées, mais des motifs aux traits précis et expressifs. Les animaux sortent alors de la toile, trois valeureux manchots plongent dans le vide tandis que la girafe, le zèbre et les singes commencent à s’émanciper ; ils roulent ensuite le long d’une bande bleue, transition entre les rayures du rideau, en haut à droite, et le fond blanc, en bas à gauche. Ils forment alors une sage procession28 : le bleu a disparu, les voilà passés de l’autre côté de la broderie, là où elle s’anime. Ils la parcourent maintenant selon une alternance entre plongée et contre-plongée : vu de dos et de dessous, les animaux s’abreuvant dans le lac apparaissent dans une perspective plongeante dans l’image suivante, et ainsi de suite jusqu’au retour des motifs sur le rideau, figuré par un vol arrêté, un tourbillon immobile.

27Nurse Lugton’s Curtain se lit comme un livre rouleau transformé en codex. Tel un diaporama, il fait émerger le rythme harmonieux du tressage où le lecteur glisse indistinctement d’un monde à l’autre, comme sur l’avers et l’envers d’un ruban de Möbius.

28Comment dire sans métaphore la spécificité de la variation qu’invente chaque album illustré ? Une telle lecture au miroir d’autres esthétiques – picturale, théâtrale, filmique – appelle une nouvelle métaphore, musicale, pour suggérer le rythme de chaque lecture, avec ses irrégularités ou sa fluidité, ses points d’arrêt et de réverbération. Cet article pourrait donner l’impression trompeuse d’un devenir iconotexte29 de Nurse Lugton… qui accomplirait d’album en album une fusion du graphique et du verbal – jusqu’à son éventuelle neutralisation. Le retour au modèle de la gravure en hors-texte qui organisait Nurse Lugton’s Golden Thimble montre qu’il n’en est rien. L’e-book Un dé en or veut être feuilleté ; aux antipodes de la fluidité et de l’interactivité du numérique, il imite l’esthétique nostalgique du cahier d’écolier, dont la « couverture » imite le lignage bleu et la marge orange30. En face des illustrations vives et délibérément maladroites de Jasmine Bourrel, la « nouvelle traduction de Céline Decamps » qui s’attache à « rester au plus près du texte original31 » se dresse en vers centrés. Le livre appelle à une lecture respectueuse, sous le regard de Virginia Woolf, dont le portrait est reproduit au-dessus du « résumé », voire scolaire, avec ses deux définitions de vocabulaire en notes de bas de page.

  • 32 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 11. Trad : Virginia Woolf, Le Dé en or, (...)
  • 33 Virginia Woolf, Il ditale d’oro, op. cit., p. 6G.
  • 34 Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 5D.
  • 35 Les aquarelles de Vivas sont reproduites dans les traductions en espagnol, La Niñera Lugton, Madrid (...)
  • 36 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Curtain, op. cit., p. 7D.
  • 37 Virginia Woolf, Un dé en or, op. cit. emplacement 48.
  • 38 Serge Martin, « La Littérature de jeunesse : inventer sa critique en zone critique », Le Français a (...)

29Ce qui se dessine dans cette multiplicité de rythmes, en regard du devenir littérature de jeunesse de Nurse Lugton…, c’est le portrait changeant de l’enfant lecteur tel que le rêve chaque album. Nurse Lugton’s Golden Thimble ne semble pas s’adresser à un enfant mais à un lecteur aussi nostalgique que Grant de sa propre enfance victorienne, et peut-être de l’âge d’or du Bloomsbury Group, avec son rythme duel respectueux de chaque médium et son double portrait hommage de l’écrivain/brodeuse et du peintre/illustrateur. Il ditale d’oro propose une lecture rêveuse, esthétisante, ouverte au surréalisme avec son rythme contrapuntique qui refuse de faire coïncider images et linéarité narrative pour faire tournoyer le temps, le lancer dans une série de réverbérations qui décident du parcours du regard sur la page. Car le rythme engendre un regard, comme en écho à l’invitation du récit à l’émerveillement : « They stood by the lake to drink. Really it was a beautiful sight32 –» (« C’était vraiment un spectacle magnifique que toutes ces bêtes au bord de l’eau. ») Si Nurse Lugton’s Golden Thimble refuse à son lecteur la possibilité d’admirer la procession animalière, représentée une tourne de page plus tôt, opposant à ce passage une représentation de Nurse Lugton au zoo, Il ditale d’oro fait naître un regard inspiré. Le segment correspondant : « Vennero avanti. Si fermarono sul lago per bere. lo [sic] spettacolo era proprio bello : e pensare que era là sulle ginocchia di Tata Lugton, che russava sulla sua sedia Windsor vicino alla lampada33 » (Ils avançaient. Ils s’arrêtèrent au lac pour boire. C’était un spectacle magnifique. Et dire qu’ils étaient là sur les genoux de Tata Lugton, qui ronflait dans son fauteuil Windsor près de la lampe), s’illustre en double page. À gauche, un léopard se tapit sur un fond blanc que structure une simple ligne droite, prêt à bondir sur la page de droite, sur Tata Lugton, au-dessus de laquelle volète une fée papillon – l’imaginaire ? La ligne d’horizon sous laquelle s’embusque le léopard devient le rebord de la table sur laquelle elle somnole – passage, attente, alerte, immobilité et surprise de la rencontre, le regard s’engage dans la temporalité de l’album. Le rythme exubérant du jazz et l’esthétique théâtrale du Dé en or font émerger une poétique de l’exploration qui est plaisir du jeune enfant lecteur à l’affût d’un détail dans la profusion. La traduction de ce même segment s’étire sous une image où on ne voit pas un lac, mais la brodeuse endormie entourée d’animaux familiers (lapin, cerf, biche) et exotiques (oiseaux bigarrés, tigre, étrange sanglier bleu), l’enjambement menant le lecteur sur la page opposée à « toutes ces bêtes sauvages qu’elle n’avait touchées que du bout de son parapluie, à travers les grilles du zoo34 ! » sous une image représentant Nurse Lugton devant une cage où se pressent un éléphant, une girafe, un lama, un gorille, et le même lapin blanc. L’enfant lecteur esquissé ici est moins artiste que celui de l’album italien, plus joueur, plus apte aussi à percevoir les enjeux politiques de la représentation de la porosité entre l’Ici et l’Ailleurs, entre moi et l’Autre. Aux antipodes du regard critique qu’appelle Le Dé en or, le rythme cinématographique unifié de Nurse Lugton’s Curtain lisse les aspérités du texte et en court-circuite la dimension inquiétante – les officiels de la procession semblent des enfants déguisés –, pour accueillir les lecteurs du monde entier35 dans un univers délicat et joyeux. En isolant le segment contemplatif : « And soon all were gathered on the edge of the lake, some stooping down, others throwing their heads up. Really, it was a beautiful sight36 », l’album convie justement l’enfant lecteur à laisser filer son regard innocent le long de ses entrelacs. Il en va de même pour l’édition chez Numeriklivres qui interrompt le texte après l’invitation à la contemplation : « Vraiment, c’était un spectacle magnifique37 ! », face à une illustration dont les traits enfantins invitent le jeune lecteur, pourtant rêvé en écolier érudit, à s’évader dans l’illustration à droite, où figure une douzaine d’espèces animales stylisées. Envisager Nurse Lugton… comme série, dans son historicité, c’est comprendre que l’enjeu d’une lecture à l’écoute du rythme, pour le dire avec Serge Martin, est « éthique et politique », car elle « nous transforme, langage et vie ensemble38 ».

Haut de page

Bibliographie

Viviane Alary, Nelly Chabrol Gagne, « L’Album le parti pris des images, » dans Viviane Alary, Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album : le parti pris des images, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2012, p. 5-12.

André Cœuroy, Panorama de la musique contemporaine, Paris, Simon Kra, 1928.

Christiane Connan-Pintado, « L’Album pour la jeunesse, un livre d’artiste ? Et les ‘bouquins’ de Béatrice Poncelet ? », dans Viviane Alary, Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album : le parti pris des images, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2012, p. 141-148.

Kristin Czarnecki, « Who’s Behind the Curtain ? Virginia Woolf, ‘Nurse Lugton’s Golden Thimble’, and the Anxiety of Authorship », dans Derek Ryan, Stella Bolaki (dir.), Contradictory Woolf, Clemson, Clemson University Digital Press, 2012, p. 222-228.

Hope Hodgkins, « High Modernism for the Lowest : Children’s Books by Woolf, Joyce, and Green », Children's Literature Association Quarterly 2007 (no32), p. 354-367.

Julia King, Laïla Miletic-Vejzovic, The Library of Leonard and Virginia Woolf. A Short Title Catalogue, Washington, Washington State University Press, Pullman, 2003.

Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Paris, Albert Lacroix, 1869. Édition électronique, équipe H. de Phalèse, Université Paris 3. En ligne : http://www.maldoror.org/chants/index.html

Caroline Marie, « ‘a very beautiful place called Millamarchmantopolis’ : Traductions de l’imaginaire de la terre étrangère dans Nurse Lugton’s Golden Thimble, Nurse Lugton’s Curtain, Le Dé en or, Mrs Dalloway et ‘The Hours’« , dans Ronald Jenn, Corinne Oster (dir.), Territoires de la traduction, Artois Presses Université, 2014, p. 79-93.

Serge Martin, « La Littérature de jeunesse : inventer sa critique en zone critique », Le Français aujourd’hui, janvier 2008 (no160), p. 31-42. En ligne : http://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2008-1-page-31.htm

Isabelle Nièvres-Chevrel, « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary, Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album : le parti pris des images, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2012, p. 15-28.

Isabelle Nières-Chevrel, « Narrateur visuel et narrateur textuel », La Revue des livres pour enfants, décembre 2003 (no214), p. 69-81.

Leonard Woolf, « Foreword », dans Virginia Woolf, Nurse Lugton's Golden Thimble, London, Hogarth Press, 1966.

Virginia Woolf, The Widow and the Parrot, illus. Quentin Bell, London, Hogarth Press, 1988.

Virginia Woolf, Il Ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, illus. Flaminia Siciliano, Milano, Emme, 1976.

Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, illus. Napo, Paris, Nathan, 1983.

Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Curtain, illus. Julie Vivas, London, Harcourt’s Children Books, 1996.

Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, illus. Duncan Grant, London, Hogarth Press, 1966.

Virginia Woolf, Un dé en or, trad. Céline Decamps, illus. Jasmine Bourrel, Paris, Numeriklivres, 2013. http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782897174149/un-de-en-or (consulté le 20 mars 2015).

Haut de page

Notes

1 Voir Leonard Woolf, « Foreword », dans Virginia Woolf, Nurse Lugton's Golden Thimble, London, Hogarth Press, 1966, p. 4.

2 Sur les variantes textuelles, voir Caroline Marie, « ‘The blue stuff turned into blue air’ : Nurse Lugton’s Golden Thimble de Virginia Woolf, un conte au fil de ses illustrations », dans Fabienne Gaspari et Catherine Mari (dir.), Formes allogènes dans le discours : imbrication et résonance dans la littérature et les arts anglophones, Paris, L’Harmattan, p. 247-268.

3 Virginia Woolf, The Widow and the Parrot, ill. Quentin Bell, London, Hogarth Press, 1988.

4 L’inventaire de la bibliothèque des Woolf mentionne : Andersen, Hans Christian. Stories & Fairytales, Volume II, trans. H. Oskar Sommer, illus. Arthur J. Gaskin, dans Julia King et Laïla Miletic-Vejzovic, The Library of Leonard and Virginia Woolf. A Short Title Catalogue, Washington, WSUP, Pullman, 2003. « The Brave Tin Soldier » figure dans le volume I.

5 Grande lectrice de J. M. Barrie, Virginia Woolf avait vu Peter Pan ; or the Boy Who Wouldn’t Grow au Duke of York’s Theatre, en janvier 1905.

6 Voir Hope Hodgkins, « High Modernism for the Lowest : Children’s Books by Woolf, Joyce, and Green », Children's Literature Association Quarterly n°32, 2007, p. 354-367, et Kristin Czarnecki, « Who’s Behind the Curtain ? Virginia Woolf, ‘Nurse Lugton’s Golden Thimble’, and the Anxiety of Authorship », dans Derek Ryan et Stella Bolaki (dir.), Contradictory Woolf, Clemson, Clemson University Digital Press, 2012, p. 222-228.

7 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 5.

8 Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, illus. Flaminia Siciliano, Milano, Emme, 1976, p. 1G. L’album n’est pas paginé. Ma pagination renvoie à la double page vue par le lecteur : 1 Gauche – 1 Droite.

9 Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, illus. Napo, Paris, Nathan, 1983, p. 1G. L’album n’est pas paginé.

10 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Curtain, illus. Julie Vivas, London, Harcourt’s Children Books, 1991, p. 1G. L’album n’est pas paginé.

11 Virginia Woolf, Un dé en or, trad. Céline Decamps, illus. Jasmine Bourrel, Paris, Numeriklivres, 2013, emplacement 23.

12 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 12.

13 Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 7.

14 Pour une lecture politique du récit et de sa traduction française en résonance avec Mrs Dalloway, voir Caroline Marie, « ‘a very beautiful place called Millamarchmantopolis’ : Traductions de l’imaginaire de la terre étrangère dans Nurse Lugton’s Golden Thimble, Nurse Lugton’s Curtain, Le Dé en or, Mrs Dalloway et ‘The Hours’ », dans Ronald Jenn et Corinne Oster, Territoires de la traduction, Artois Presses Université, 2014, p. 79-93.

15 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 8. Trad : Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 4G. Notons que la traduction perd le rythme.

16 Ibid., 10G.

17 Isabelle Nièvres-Chevrel, « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album : le parti pris des images, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2012, p. 17.

18 Christiane Connan-Pintado, « L’Album pour la jeunesse, un livre d’artiste ? Et les ‘bouquins’ de Béatrice Poncelet ? », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (dir.), op. cit., p. 141-148, cit. p. 142.

19 Isabelle Nières-Chevrel, « Narrateur visuel et narrateur textuel », La Revue des livres pour enfants n° 214, décembre 2003, p. 75.

20 Virginia Woolf, Il ditale d’oro, op. cit., p. 3D.

21 André Cœuroy, Panorama de la musique contemporaine, Paris, Simon Kra, 1928, p. 134.

22 Dans Les Chants de Maldoror, Paris, Albert Lacroix, 1869, Lautréamont compare la beauté de Mervyn, 16 ans et quatre mois à « la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie », formule qui inspira Breton et les Surréalistes. Édition électronique, équipe H. de Phalèse, Université Paris 3, Chant 6, Strophe 4. En ligne : http://www.maldoror.org/chants/chant6.txt.

23 Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 1.

24 Ibid., p. 2D, 3G.

25 Titre de la deuxième traduction du premier roman de Virginia Woolf, The Voyage Out (1915) en 1977.

26 Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne, « L’Album le parti pris des images, » dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (dir.), op. cit., p. 7. La « spectalecture » désigne le registre spécifique de lecture d’une pièce de théâtre, entre écoute et visualisation imaginaires.

27 De nombreuses illustrations se trouvent sur le blog de Maria Popova, « Brainpickings ». En ligne : http://www.brainpickings.org/2013/09/10/nurse-lugtons-curtain-virginia-woolf-julie-vivas/ (consulté le 20 mars 2015).

28 Voir http://collection.graftongallery.nsw.gov.au/artwork_detail.asp?id=220&work=1709 (consulté le 20 mars 2015).

29 Un iconotexte impossible qui ne pourra jamais être l’œuvre d’un seul auteur.

30 Voir http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782897174149/un-de-en-or (consulté le 20 mars 2015).

31 Virginia Woolf, Un dé en or, op. cit., emplacement 1.

32 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, op. cit., p. 11. Trad : Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 5G.

33 Virginia Woolf, Il ditale d’oro, op. cit., p. 6G.

34 Virginia Woolf, Le Dé en or, op. cit., p. 5D.

35 Les aquarelles de Vivas sont reproduites dans les traductions en espagnol, La Niñera Lugton, Madrid, Debate, 1992, en portugais, A Cortina da Tia Bá, São Paulo, Editora Àtica, 1993, et en polonais, Niebieska zasłona, Twarda, Społeczny Instytut Wydawniczy Znak, 2008.

36 Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Curtain, op. cit., p. 7D.

37 Virginia Woolf, Un dé en or, op. cit. emplacement 48.

38 Serge Martin, « La Littérature de jeunesse : inventer sa critique en zone critique », Le Français aujourd’hui no160, janvier 2008, p. 38. En ligne : http://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2008-1-page-31.htm

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Duncan Grant, illustration pour Virginia Woolf, Nurse Lugton’s Golden Thimble, London, Hogarth Press, 1966, p. 14.
Crédits © Estate of Duncan Grant / ADAGP, Paris, 2015
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 2. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 1G.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 3. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 1D.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 4. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 2G.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 5. Flaminia Siciliano, illustration pour Virginia Woolf, Il ditale d’oro, trad. Enzo Siciliano, Milano, Emme, 1976, non paginé, p. 2D.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 6. Napo, illustration pour Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, Paris, Nathan, 1983, non paginé, p. 1G.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 7. Napo, illustration pour Virginia Woolf, Le Dé en or, trad. Frédéric Armel, Paris, Nathan, 1983, non paginé, p. 1D.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1511/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Marie, « Variations rythmiques sur un récit pour la jeunesse de Virginia Woolf : sur cinq albums illustrés de Nurse Lugton… », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 18 avril 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1511 ; DOI : 10.4000/strenae.1511

Haut de page

Auteur

Caroline Marie

Université Paris 8 (Ea 1569)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org