Skip to navigation – Site map

Strenæ

Cécile Boulaire, Michel Defourny, Michel Manson, Matthieu Letourneux and Mathilde Lévêque

Strenæ : en latin, le mot désigne les étrennes, ces présents que l’on offre pour célébrer l’année nouvelle. Dès l’Antiquité, l’usage est d’offrir aux enfants jouets et cadeaux à l’occasion des étrennes, longtemps avant que la fête de Noël ne s’y substitue. C’est sous le signe de ces étrennes que nous avons choisi de placer cette nouvelle revue à la périodicité annuelle, comme elles. Non pas tant parce que nous espérons apporter à nos lecteurs une joie similaire à celle que ressentaient les enfants en ouvrant leurs paquets – même s’il n’est pas interdit de l’espérer – mais parce que, à travers les livres, vêtements, jouets et friandises que recevaient les enfants ce jour-là se dessine un univers que cette nouvelle revue voudrait prendre comme objet.

Strenæ : il y a certes quelque fatuité, quelque ridicule peut-être, à mêler dans le nom d’une revue consacrée à la jeunesse la langue des doctes et l’univers nostalgique des fêtes enfantines. Pourtant, rien ne correspond mieux sans doute à notre projet que cette association de l’un et de l’autre. Ne s’agit-il pas de prendre au sérieux les objets culturels de l’enfance dans toutes leurs formes, y compris les plus délégitimées ? Ces formes, il est illusoire de prétendre les énumérer toutes, même si on peut en évoquer déjà quelques-unes. Les livres bien sûr — une des nombreuses dénominations des ouvrages destinés aux enfants, avant que ne s’impose, très récemment, le terme de « littérature pour la jeunesse », fut l’expression « livres d’étrennes ». Avec le livre, c’est déjà un continent qui se découvre, des ouvrages scolaires et parascolaires à la galaxie très riche des ouvrages de loisirs, historiettes, récits, contes et romans, albums d’images, livres animés, abécédaires, livres de bain et livres de jeu… Dès ces premiers exemples, la littérature le dispute à l’esthétique de l’image, voire au travail sur les volumes et les supports, dans le cas par exemple des livres à systèmes et des livres-matière. Voici dessinés quelques-uns des axes dans lequel s’engage notre réflexion.

Notre but n’est évidemment pas de nous cantonner à l’univers de l’édition, que plusieurs revues, comme La Revue des livres pour enfants, vieille de quarante ans, ainsi que les très beaux Cahiers Robinson explorent largement. Il s’agit au contraire de s’ouvrir autant que possible à d’autres aspects de cette culture enfantine. On accordera ainsi une place importante aux autres grands médias : il existe évidemment un théâtre pour la jeunesse (et même des théâtres, du Guignol au spectacle vivant en passant par les pièces pour la jeunesse de grands dramaturges légitimés), avec ses auteurs et metteurs en scène, ses lieux, ses réseaux, ses institutions et ses relais d’opinion, ses conventions aussi. De même existe-t-il un cinéma pour la jeunesse, comme il existe des programmes télévisés pour la jeunesse, des émissions éducatives aux dessins animés, en passant par la publicité et les productions dites « familiales ». Il existe de même une culture radiophonique de jeunesse, des chansons et de la musique pour enfants – en somme, chaque grand domaine médiatique possède son versant pour la jeunesse. Ce constat nous oblige à considérer, par-delà la littérature pour la jeunesse, par-delà chacune des illustrations de cette culture au sein de l’un ou l’autre de ces grands médias, l’existence d’une culture médiatique pour la jeunesse, avec ses stéréotypes, ses motifs récurrents, ses transpositions, adaptations, échanges.

  • 1  Massively Multiplayer Online Role Playing Game : jeux multi-joueurs en ligne.

D’autres terrains seront explorés par Strenæ, plus spécifiques à l’enfance. Nous tenterons en particulier de faire toute sa place au vaste continent du jeu et des jouets, des plus traditionnels — toupies, cerceaux — aux plus récents — jeux de rôle, jeux vidéo, cartes à collectionner et à jouer — , de ceux que l’on anime seul — poupées, figurines — à ceux qui se pratiquent en groupe — jeux de société, MMORPG1. Toutes ces activités ludiques peuvent susciter des approches aussi bien historiques, sociologiques, psychologiques, anthropologiques, esthétiques et littéraires. De même les questions de fiction soulevées par ces jeux nous invitent à les confronter aux fictions cadrées que sont les activités narratives. Car le jeu, s’il permet aux enfants de se construire, de se projeter ou d’appréhender le monde, engage aussi des relations de sociabilité, et recycle très largement les stéréotypes collectifs, en particulier ceux des grands médias populaires. Mais il entraîne aussi le chercheur aux confins de la culture littéraire et philologique, tant on sait ce que les jeux traditionnels, accompagnés de chansons ou de formulettes rimées et rythmées, entretiennent de parenté avec la poésie simple de l’enfance, celle qui par ailleurs a nourri de si grands écrivains — pour enfants ou pour adultes.

Ces formes les plus évidentes de la culture enfantine ne nous feront pas oublier les objets matériels qui constituent l’univers concret de l’enfance, que celui-ci soit abordé sous l’angle historique (histoire de la chambre d’enfants, de la décoration des crèches et salles d’asile, du costume infantile) ou par une approche sociologique (l’espace social investi par la jeunesse). Se dessine ici un univers culturel dont l’enfant fait l’expérience à tous les moments de son existence, des tableaux et affiches de sa chambre aux papiers peints et aux meubles, en passant par les vêtements, sans oublier les confiseries, produits alimentaires ou cosmétiques destinés aux enfants. Tous ces objets ouvrent au chercheur un large univers : leur histoire comme leur actualité obligent à les envisager au sein d’un système dense, à la fois idéologique et culturel, mais aussi économique. Objets destinés à l’enfance, ils supposent et engagent à la fois une manière de considérer l’enfant, un ensemble de discours dont les effets rejaillissent autant sur les enfants eux-mêmes que sur les adultes qui font exister ce système : parents, éducateurs, prescripteurs, acheteurs.

Ainsi, loin de nous limiter aux seules productions des médias narratifs, auxquelles nous porterons néanmoins un intérêt particulier, c’est à l’ensemble des objets de la culture enfantine que nous voudrions nous ouvrir. Si l’Histoire culturelle nous a appris depuis longtemps que ses sujets ne se limitaient pas aux livres, films et images, a fortiori est-ce vrai dans le cas de l’enfance, pour laquelle en outre tout un ensemble de produits spécifiques a été pensé et conçu de longue date. Il n’est pas illogique de laisser une telle place aux formes culturelles distinctes de l’écrit et des grands medias narratifs, dès lors que le destinataire de ces objets, défini étymologiquement par sa non maîtrise du langage (in-fans), est dans un premier temps un non-lecteur, puis un lecteur malhabile, qui n’a qu’un accès limité à certaines des conventions de communication dominantes. Sa culture par force se développe aussi autour des objets de son quotidien et de leur charge imaginaire. Ainsi est-ce une culture dans sa variété, que nous voudrions observer, convoquant pour cela l’ensemble des sciences humaines : littérature, histoire, histoire de l’art, arts du spectacle, sociologie de la culture, sémiotique de l’image, études culturelles… Les approches pluridisciplinaires et croisées paraissent s’imposer dans un champ dont la complexité apparaît un peu plus chaque jour, afin de poser la question de son esthétique et de ses normes, de ses articulations, de ses canaux de diffusion, de ses modes de production et de consommation.

L’intérêt d’une telle approche est qu’elle permet de considérer le champ dans sa totalité, et de mettre en évidence ses effets de cohérence d’ensemble. Nous souhaiterions parvenir peu à peu à cerner les échanges qui se produisent au sein de cette culture, dessinant un système complexe, traversé par de circulations variées. Échanges qui se produisent, de manière classique, entre le texte et l’image, au sein des formes littéraires mixtes (albums, bandes-dessinées, livres illustrés), mais aussi de manière plus surprenante dans des textes sans images, dont l’écriture est pourtant influencée par des images et imaginaires collectifs — ou à l’inverse dans des images sans texte, qui véhiculent pourtant un contenu sémantique structuré (la figure du Père Noël). Ces échanges, ce sont encore ceux qui se produisent entre les images : celles qui appartiennent au même support (effets de citation, de plagiat, d’intericonicité), celles qui se partagent entre des médias narratifs différents (circulation du magazine à l’album, de la bande dessinée au dessin animé), mais aussi celles qui apparaissent dans tous les moments de la vie quotidienne, jusqu’aux illustrations des emballages, aux imprimés textiles, aux couvertures de cahiers d’écoliers ou aux planches didactiques utilisées à l’école. Tous ces échanges dessinent un univers livré à l’image et offert, du même coup, à la circulation des imaginaires, aux effets d’appropriation et de réarticulation, d’une façon sans doute plus massive que ne le fait la culture de masse contemporaine lorsqu’elle s’adresse aux adultes.

Or tous ces objets culturels de l’enfance, liés entre eux par ces innombrables réseaux, reposent sur un système de communication spécifique. Celui-ci met en jeu un destinataire partiellement déterminé (l’enfant, les enfants), pensé dans son écart par rapport aux producteurs (les adultes). Et, comme toute culture dominée, la culture enfantine est largement construite par ceux qui la produisent. Ces adultes, auteurs, diffuseurs et prescripteurs des œuvres, sont animés par des intentions différentes – esthétiques éducatives, commerciales, affectives – mais ils partagent cette distance qui les sépare de l’enfant. Souligner cet écart, c’est supposer, derrière chaque objet, un enfant construit, un destinataire que l’œuvre définit autant qu’elle est définie par lui — puisque, dès lors qu’on explicite le destinataire, tout, même un meuble, même un papier-peint ou un bonbon, produit un discours implicite. Propre à toute communication différée, ce mécanisme devient plus singulier dans le cas des productions pour la jeunesse : notre « destinataire construit », l’enfant, engage en effet toute une série d’enjeux (éducatifs, moraux, psychologiques, esthétiques) aussi bien du côté des producteurs que de ces destinataires « seconds » que sont les adultes acheteurs et prescripteurs. Ces derniers en effet choisissent selon leurs propres critères, leurs goûts, ceux qu’ils supposent à l’enfant : en somme, ils choisissent selon leur propre conception de l’enfance. Autrement dit, étudier les objets de l’enfance, c’est aussi faire l’histoire et la sociologie des représentations de l’enfance, de l’enfant, de ses limites, de ses besoins, de ses droits, de sa psychologie...

En aval de ces choix prescriptifs, reconnaître que l’enfant dessiné par ces objets est, très largement, une construction, implique qu’on s’intéresse aussi à l’écart qui sépare l’usage « supposé » de ces objets culturels et leurs usages effectifs, car l’enfant réel ne se résume pas aux représentations qu’on en a. C’est retrouver, sur le terrain de la culture enfantine, des problématiques mises en évidence de longue date par les cultural studies. Il y aurait donc en quelque sorte deux histoires des objets de l’enfance, celle des producteurs et celles des récepteurs. Elles diffèrent souvent, comme en témoignent les études de réception de la littérature pour la jeunesse, ou par exemples les analyses des usages de certains types de livres par les enfants, fort variés selon que ces enfants savent ou non lire. Difficiles à évaluer puisque, par définition, ils échappent très largement au regard de ceux qui écrivent et publient, ces usages divers, parfois « déviants » ou imprévus sont éventuellement ressaisis à travers le prisme déformant de la mémoire. Ce sont pourtant ces deux histoires parallèles que nous souhaiterions aborder dans Strenæ.

L’ambition est vaste, le champ immense. Mais les études consacrées à l’enfance se sont multipliées ces deux dernières décennies. Il y a peu encore très marginale, la littérature pour la jeunesse est désormais enseignée à l’université ; un groupe dédié à la sociologie de l’enfance s’est récemment constitué de manière structurée ; quant aux études historiques, peu nombreuses lorsque Philippe Ariès publia son essai magistral, elles sont désormais abondantes et couvrent un domaine considérable — contestant d’ailleurs en partie les conclusions d’Ariès, ce qui témoigne de la vitalité de ces réflexions. Notre revue se voudrait un point de croisement des disciplines, une chambre d’échos des études en cours, un lieu de partage et de découvertes mutuelles autour des objets culturels de l’enfance. Elle se divisera en quatre ensembles : un dossier thématique, confié chaque fois à un ou deux chercheurs qui en seront les éditeurs, envisagera de manière approfondie un champ déterminé, une problématique nouvelle. La rubrique « fonds d’archives et collections » se proposera de présenter aux lecteurs un fonds particulier, dont les objets mériteraient de faire l’objet d’études approfondies, ou dont l’histoire ou le mode de fonctionnement méritent l’attention ; cette rubrique sera de préférence confiée à un conservateur. La rubrique « varia » publiera des travaux scientifiques sans lien entre eux ni avec le dossier thématique ; ils seront sélectionnés pour leur pertinence, la nouveauté de l’approche qu’ils développent, l’intérêt qu’ils présentent pour l’ensemble des chercheurs concernés par notre champ. Enfin nous rendrons compte de parutions récentes et d’événements scientifiques qui ont attiré l’attention des chercheurs de l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance (http://magasindesenfants.hypotheses.org), association d’où est issue Strenæ. Nous espérons ainsi fédérer et dynamiser les recherches consacrées à ces objets, de sorte que, d’annuelles, les étrennes en viennent à se renouveler plusieurs fois par an !

Notes

1  Massively Multiplayer Online Role Playing Game : jeux multi-joueurs en ligne.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org