Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Rythmes et temporalités de l’album pour la jeunesse

Éléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti

Texte intégral

  • 1 Isabelle Nières, « Jean de Brunhoff, inventer Babar, inventer l’espace », La Revue des livres pour (...)

Les albums de Jean de Brunhoff sont des livres lents et des livres qu’il faut regarder lentement.
Isabelle Nières1.

  • 2 Katy Couprie, « La surface et le fond », La Revue des livres pour enfants, n214, décembre 2003, p (...)

Venons-en maintenant à ce qui caractérise les images dans le livre pour enfants, sachant que dans ce dernier, il faudra les considérer dans leur ensemble, toutes articulées, pour que le sens se donne.
Dans la mise en scène des images du livre, il est entendu qu’elles s’y livreront les unes après les autres – donnée primordiale pour qui doit les manigancer – mais au rythme choisi par le lecteur : c’est chose rare que de pouvoir décider de la cadence à laquelle on s’expose aux images. C’est ainsi que le lecteur participe au temps du livre, qui se tient et se dilate entre les images.
Katy Couprie2.

1Le constat d’Isabelle Nières à propos des albums de Jean de Brunhoff mis en exergue a été l’un des tremplins de notre réflexion et constitue une amorce au travail que nous avons souhaité engager dans ce nouveau dossier de Strenae portant sur les rythmes et les temporalités de l’album.

2En effet, l’article dont il est issu porte explicitement sur le traitement de l’espace comme élément fondamental et expérimental de ce que nous pouvons considérer comme les premières formes modernes de l’album pour enfants. Son titre insiste sur la dimension spatiale de l’album et, dans la suite de l’article, Isabelle Nières étudie très précisément comment Jean de Brunhoff expérimente les possibilités des « surfaces multiples du livre ». Or, dans la mesure où il s’agit de rapporter un récit par l’image et par le texte et plus précisément à travers leur rencontre, la question centrale de l’article est tout autant celle du temps que celle de l’espace. De fait, l’exploration et l’analyse de l’album considéré comme « espace-livre » convoquent inévitablement les notions de temps, de temporalité et de rythme aussi bien dans le processus de création que dans les modalités de sa réception. Et c’est bien dans cette perspective que nous souhaitions engager la réflexion.

  • 3 Voir les récents travaux de Christophe Meunier, Les Géo-graphismes de Peter Sìs, L’Harmattan, 2015 (...)

3En effet, depuis cet article, de nombreuses études ont mis l’accent sur le caractère fondamental de la notion d’espace dans l’album3. Mais les études qui prennent pour objet privilégié la temporalité et surtout le rythme dans les albums sont plus rares. On souhaite donc les développer, en s’attachant notamment à la création et à la réception d’albums à dominante narrative, c’est-à-dire à des formes brèves qui proposent un récit en texte et en images.

4Progressivement des outils d’analyse empruntés à d’autres formes de création ou spécifiques aux configurations iconotextuelles se sont imposés pour rendre compte des processus à l’œuvre dans l’album. Le format, la taille, les matières, les couleurs, la répartition des images et des textes au sein de la page ou de la double page envisagée comme unité, et ce faisant, les possibilités de jeu offertes par la pliure ou par la tourne de page constituent autant d’éléments liés à l’espace et à la matérialité du support qui permettent de créer du rythme et de faire advenir du sens, aussi bien dans le processus de création que dans celui de la réception.

  • 4 L’atelier du poisson soluble, 2006.
  • 5 Didier Jeunesse, 2009, Passeurs d’histoires.
  • 6 Cécile Boulaire, « Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques », dans Vivia (...)

5L’analyse des albums a pu aussi emprunter, en les adaptant à la forme particulière de l’album, aux travaux en narratologie comme en atteste l’ouvrage de Sophie Van der Linden, Lire l’album4. Les analyses d’Isabelle Nières dans Introduction à la littérature de jeunesse5, ou les mises au point de Cécile Boulaire6 s’appuient sur les travaux de Genette, pour les dépasser parfois et proposer des distinctions entre narrateur verbal et narrateur iconique, essentielles dans l’approche de l’album et particulièrement pertinentes pour aborder non seulement la question des formes du récit, des points de vue, mais aussi celle de la temporalité et du rythme. De fait, au sein d’un album, c’est bien dans les relations du texte et de l’image (des textes et des images), au sein d’un support singulier que sont expérimentées les possibilités de représenter non seulement l’espace, mais aussi le temps, de produire un rythme qui participe amplement à l’élaboration du sens.

  • 7 Lucie Bourrassa, « La forme du mouvement (sur la notion de rythme) », Horizons philosophiques, vol. (...)
  • 8 Henri Meschonnic, Critique du rythme, Anthropologie historique du langage, Lagrasse, Verdier, 1982, (...)

6Si ce dossier cherche à interroger la notion de rythme, il ne saurait ici être question de reprendre toutes les approches théoriques à ce sujet, de Platon à Saint-Augustin pour les plus anciens, aux travaux de Benveniste et plus récemment encore à ceux d’Henri Meschonnic. Toutefois, il nous semble que les propositions de ces deux derniers font écho à la manière dont l’album invite à envisager le rythme comme élément signifiant. Lucie Bourrassa, dans un article qui fait la synthèse des multiples approches du rythme, souligne avant tout la difficulté, à laquelle nous n’échapperons pas non plus, d’approcher le rythme tant il est un concept « fuyant » et plurivoque. Toutefois, elle montre bien l’opposition de deux conceptions : l’une qui envisage le rythme comme le résultat d’une « loi antérieure » et l’autre qui pense le rythme comme « coextensif au surgissement d’une forme7 ». Et de fait, Meschonnic insiste particulièrement sur le fait que le rythme poétique est une « manifestation de l’oralité, de la temporalité et de l’historicité d’un sujet à travers l’organisation originale de marques à tous niveaux du discours, plutôt que schéma pré-existant aux œuvres8 ». Cette opposition est sans doute au cœur des réflexions que l’on peut mener concernant le rythme dans l’album : les créations en album attestent tout à la fois d’une recherche et d’une réutilisation de formes et d’unités – liées aussi bien à des considérations esthétiques qu’à des contraintes purement techniques – qui ont pu s’imposer comme des modèles possibles pour produire des effets de rythme et de sens ; mais, dans un même temps, chaque création en album, à partir de ces contraintes, de ces formes, de ces unités, de ces mesures qui lui sont antérieures, invente sa « manière particulière de fluer », son propre rythme, dans la mesure où sont repensées les mises en relation et en mouvement de chacun de ces éléments. Chaque création en album ferait donc surgir une forme singulière, un mouvement propre qui sont autant de surgissements particuliers du sens.

7Cette perspective rend sans doute difficile une théorie générale du rythme de l’album. Elle invite toutefois à réinterroger sans cesse la mise en relation et en mouvement dans l’espace du livre des éléments qui peuvent faire advenir le rythme et le sens. Elle suggère que cette appréhension du rythme est aussi l’affaire du lecteur qui appréhende le rythme suggéré par l’album selon sa propre expérience qui se poursuit et se construit dans le mouvement même de sa lecture. Parce qu’il est en soi une forme relativement brève, parce qu’il se livre dans la tension du texte et de l’image, ou encore parce qu’il appelle souvent un double lecteur, l’album invite plus que d’autres formes du livre, à la variation dans la durée de sa lecture. C’est ce que suggère la seconde citation que nous avons choisi de mettre en exergue : l’illustratrice Katy Couprie insiste bien sur ce qui, au-delà des procédés d’agencement qui relèvent de la création, revient au lecteur et à la manière dont il va faire singulièrement une expérience de la durée et du rythme, qui est aussi tout simplement une expérience du temps.

8Comment la temporalité et le rythme se configurent-ils dans ce support hybride qu’est l’album ? Qu’est-ce qui peut amener à dire qu’un album est « lent » ou « rapide » ? Qu’il doit se lire ou « se regarder lentement » ou rapidement ? Quels sont les procédés de création, mais aussi les moyens d’observer des formes de réception que l’on peut convoquer afin de déployer une réflexion sur la temporalité et le rythme des albums ? Dans quelle mesure ces outils sont-ils modélisables d’un album à un autre, d’une époque à une autre ?

9À partir de corpus variés, anciens ou très contemporains, les auteurs des articles de ce dossier déploient certaines de ces interrogations pour mettre au jour différents outils pour caractériser le rythme, pour observer le jeu de variation dans des illustrations successives d’un même texte ou encore pour observer la réception des albums.

10Dans une perspective historique, François Fièvre se penche sur le fonctionnement narratif des Toys Books de la « Sixpenny Series » de Walter Crane parus entre 1865 et 1876 et s’attache à définir des modalités de « temporalisation de l’image » au sein d’un support qui est encore balbutiant et qui est en train de s’inventer dans son élaboration même, laissant en quelque sorte entrevoir l’enfance de l’album et l’émergence de ses conventions. Cette temporalisation se décline alors selon trois perspectives – au sein d’une seule image, dans la relation des images entre elles et enfin dans les relations entre le texte et les images – qui attestent de la pluralité et de la complexité de la temporalité. C’est encore d’un point de vue diachronique – à partir d’un corpus d’albums parus entre 1966 et 2013 dans des espaces linguistiques différents (Angleterre, Italie, France) – que Caroline Marie étudie les illustrations et les remaniements successifs d’une fable de Virginia Woolf produite en 1924, en distinguant la variation des rythmes qui renvoient aussi à des figures plurielles du jeune lecteur.

11Les trois articles suivants proposent d’observer les rythmes et les temporalités de l’album à partir de concepts ou d’outils variés. Ainsi, à partir de formes linguistiques et plus particulièrement à travers les ambivalences du présent de l’indicatif, Séverine Abiker interroge des albums contemporains tels que ceux d’Anne Herbauts, d’Anaïs Vaugelade ou encore de Christian Voltz : l’usage du présent et le déploiement de la double page peuvent alors constituer pour le jeune lecteur des expériences plurielles de la temporalité ou plus exactement des expériences de temporalités plurielles, rendues possibles, visibles et lisibles par le récit en texte et en image.

12Euriell Gobbé-Mévellec choisit dans sa contribution trois albums de l’ultra-contemporain d’Anne Herbauts, de Silvio Freytes et Flavio Morais, et de Germano Zullo et Albertine. Elle revient sur la désormais classique mais discutable distinction de Lessing entre un texte capable de dire le temps et une image qui ne le serait pas, afin de montrer comment certains albums remettent en cause cette distinction – souvent reprise mais pas toujours fonctionnelle dans l’approche de l’album – et proposent au jeune lecteur d’expérimenter de manière sensible la complexité de la temporalité. C’est aussi de complexité textuelle et temporelle qu’il sera question dans la proposition de Sylvie Dardaillon, qui envisage les œuvres de Béatrice Poncelet comme des « albums-poèmes », comme espace de mise en relation et de confrontation, tout à la fois physique et réflexive avec et par le langage du texte et de l’image.

13La question de la réception est abordée dans les deux derniers articles. Jérémy Pailler se livre à une comparaison entre le film d’animation Le hérisson dans le brouillard de Nordstein (1975) et son adaptation récente en album (2002) en s’interrogeant plus particulièrement sur les capacités et les limites de l’album à transcrire le rythme propre à l’image animée.

14Enfin, Marie-Claude Javerzat propose l’analyse comparée de deux séances de lecture d’un même album, Plic, Plac, Ploc de Etsuko Bushiba et Kaori Moro afin d’observer en quoi le rythme n’est pas uniquement dans la forme initiale de l’album mais advient dans la mise en voix et en corps du texte et de l’image, aussi bien par le maître que par les jeunes élèves de maternelle.

  • 9 Paul Ricoeur, Temps et récit I, Gallimard, 1983, p. 21.

15Le dossier souhaite ouvrir quelques pistes d’analyse. Les exemples proposés à l’étude permettent de poser des jalons pour une recherche qui mérite d’être poursuivie dans un va-et-vient entre réflexion générale et analyse d’œuvres singulières. En effet, approcher les albums en s’interrogeant sur leur rythme nous paraît particulièrement fécond dans la mesure où ce questionnement fait nécessairement jouer ensemble bien des éléments constitutifs de l’album, s’attache à leur mise en tension, à leur dynamique ou, pour le dire autrement, au mouvement même de leur interaction. Nous terminerons cette brève introduction en reprenant les propos bien connus de Ricœur : en effet, à l’instar de la réflexion sur le temps à laquelle elle est aussi indissociablement rattachée, la réflexion sur le rythme est sans doute aussi une « rumination inconclusive à laquelle seule réplique l'activité narrative9 ». Belle invitation à poursuivre, pour certains, la création, pour d’autres, la lecture et l’étude des albums.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Nières, « Jean de Brunhoff, inventer Babar, inventer l’espace », La Revue des livres pour enfants, n191, février 2000, p. 117.

2 Katy Couprie, « La surface et le fond », La Revue des livres pour enfants, n214, décembre 2003, p. 105.

3 Voir les récents travaux de Christophe Meunier, Les Géo-graphismes de Peter Sìs, L’Harmattan, 2015 ou encore Danielle Dubois-Marcoin et Eléonore Hamaide-Jager (dir.), Cahiers Robinson. Cartes et plans, paysages à construire, espaces à rêver, n28, 2010.

4 L’atelier du poisson soluble, 2006.

5 Didier Jeunesse, 2009, Passeurs d’histoires.

6 Cécile Boulaire, « Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques », dans Viviane Alary, Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album, le parti pris des images, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2012. p. 21-28.

7 Lucie Bourrassa, « La forme du mouvement (sur la notion de rythme) », Horizons philosophiques, vol. 3, no1, 1992, p. 103-120. Paru en ligne dans Rhuthmos, 1er janvier 2011 : http://rhuthmos.eu/spip.php?article234, consulté 29 février 2016.

8 Henri Meschonnic, Critique du rythme, Anthropologie historique du langage, Lagrasse, Verdier, 1982, p. 217.

9 Paul Ricoeur, Temps et récit I, Gallimard, 1983, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, « Rythmes et temporalités de l’album pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 18 avril 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1509 ; DOI : 10.4000/strenae.1509

Haut de page

Auteurs

Éléonore Hamaide-Jager

Maître de conférences à l'Université d'Artois, EA 4028 "Textes et Cultures"

Articles du même auteur

Florence Gaiotti

Maître de Conférences, Université d’Artois. EA 4028 Textes et cultures

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org