Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nathalie Prince, La littérature de jeunesse, Pour une théorie littéraire (2e édition)

Isabelle-Rachel Casta
Référence(s) :

Nathalie Prince, La littérature de jeunesse, Pour une théorie littéraire (2e édition), Armand Colin, coll. Lettres U, 2015, 244 pages

Texte intégral

« La littérature de jeunesse reste naturellement constituée en palimpseste. Pour autant, ce texte adaptatif suppose un principe poétique de simplicité très efficace » (p. 149).

1Sous une couverture pimpante, l’ouvrage de Nathalie Prince entend donc établir une « théorie » du genre en question (même si ce sous-titre n’apparaît en fait que lors de la troisième intitulation), au risque (assumé) de devoir affronter quelques paradoxes notionnels (« qu’est-ce que la littérature », « qu’est-ce qu’une littérature qui se définit a priori par son lectorat », « peut-on en même temps revendiquer le droit à l’indifférence et le besoin de spécification », etc.). La préface de Jean Perrot (p. 5-7), très éclairante, souligne le ton et le cadre de l’entreprise : « Une littérature qui est liée au sentiment de l’enfance représentée et qui s’appuie sur une relation à celle-ci, posée comme « Non-A » de l’adulte » (p. 6).

2Comme nous l’indiquent à la fois les abondantes notes infrapaginales et la riche bibliographie finale qui les subsume, la démarche de l’auteur est synchronique (par la comparaison des corpora existant en même temps en plusieurs lieux) et diachronique (en esquissant une histoire du genre et de sa critique, inséparable mais non pas dépendante des stratégies éditoriales). Ce double mouvement, horizontal et vertical, met littéralement sous nos yeux les processus d’appropriation des écrivains dits « de jeunesse », de leur thématique, de leur surgissement au sein des enjeux économiques, de leurs contraintes également (par exemple la loi du 16 juillet 1949).

3La construction du propos reflète le souci démonstratif de l’auteur : les trois grands chapitres, respectivement intitulés « Histoire éditoriale et sentiment de l’enfance », puis « Les ambiguïtés du personnage » et enfin « Questions de poétique » sont en effet suivis d’une anthologie critique (p. 195-222), comportant un compendium de 31 écrits réflexifs qui, entre les deux balises les plus historiquement distantes Montaigne et Elzbieta, rappellent les principes et les théories successifs, qui ont présidé au choix des littératures à proposer aux plus jeunes. L’index final, dans son nécessaire dépouillement énumératif, permet aussi de mesurer le chemin parcouru, les rencontres rendues possibles, les rapprochements et les re-miroitements opérés : s’il est « courant » – et ce mot n’est nullement péjoratif, on s’en doute – de croiser Christian Chelebourg, Florence Gaiotti et Francis Marcoin, il est plus original de trouver Bret Easton Ellis, Tony Blair ou Saint-Augustin, heureusement évoqués dans le maillage dense des rappels théoriques et des propositions novatrices. Une petite perplexité : pourquoi Serge Martin, dont les positions semblent si proches de celles de Nathalie Prince, est-il si peu interpellé ? En bibliographie, certes, mais pas ailleurs. Mais nous le savons bien : choisir, c’est renoncer.

4Les illustrations, patrimoniales (Babar) ou plus pointues (un arrière-plan « explicite » dans un dessin de Mireille Vautier) viennent scander les chapitres, en rappelant que la « littérature » peut commencer même en l’absence de texte ; décrypter un dessin, parcourir un imagier, commenter un album… participent de l’entreprise littéraire, et justifient, par exemple, que l’on ait pu conseiller une « liste » pour le cycle I, à l’instar des deux autres cycles de l’école primaire. Encore n’est-ce pas là, de toute façon, le cœur de cette « théorie littéraire » annoncée par le sous-titre, théorie qu’il nous faut à présent développer. Le substrat en est, sinon simple (!), du moins clair : au rebours des théories classiques de l’horizon d’attente et de l’écart esthétique, la littérature de jeunesse renouvelle TOUS les genres littéraires, et partant les questionnements sur la littérature, en se faisant porteuse d’expérimentations et de déconstructions constantes, justement parce qu’elle est « contrainte », et doit sans cesse innover et se repenser elle-même, à la fois laboratoire et caisse de résonances des problématiques critiques les plus contemporaines. Elle n’est pas une « littérature par défaut », mais bien le lieu du champ où s’actualisent le mieux et le plus souvent tous les questionnements présents dans l’épistémé du littéraire : « elle est d’une part jeu de reconnaissance, mais d’autre part travail expérimental […] » (p. 194).

5C’est sans doute dans la dernière sous-partie, « le jeunisme littéraire », que l’affirmation de la vision se fait à la fois plus littérale, plus incisive et plus originale : entre la « stéréotypologie », le « peterpanisme poétique » et le « traité de patatrologie », tous les ingrédients sont présents pour impressionner durablement le lecteur. La collection « U » s’adresse évidemment, en cœur de cible premier, au domaine universitaire, donc aux étudiants ; mais le caractère universaliste des propos, énoncés sans jargon trop particularisant et toujours avec le souci de l’appui critique autant que premier, permet à un beaucoup plus vaste public d’être concerné, intéressé, convaincu peut-être, par ce regard plein d’empathie porté sur le fait littéraire de jeunesse. Sa théorie (nous y revenons) repose donc – de l’aveu de l’auteur – sur un mystère quasi œdipien : « Dans la mesure où l’écrivain pour enfant est un adulte, dans la mesure où il s’adresse le plus souvent à un médiateur adulte, il est à se demander qui est le véritable destinataire de la littérature de jeunesse. […] Pour quel fils ce père achète-t-il ce livre ? » (p. 185, c’est nous qui soulignons).

6En raccommodant toutes les directions éparses où la thèse s’est aventurée (écriture sous contrainte, éducation masquée, horizon de réception biaisé, « écart » souvent artificiel mais vraie subversion – là où on ne l’attend pas), la conclusion, au titre nietzschéen (« Une danseuse avec des chaînes ») établit le point d’équilibre sur lequel demeurer : « la littérature de jeunesse se destinant à un lecteur par défaut […] a su devenir le lieu d’expériences littéraires, poétiques et artistiques absolument originales » (p. 194). Alors pour nous séparer momentanément, reprenons quelques mots de Jean Perrot, qui nous paraissent particulièrement topiques ici : « ce livre de Nathalie Prince fera date […]. La littérature de jeunesse ne serait-elle pas cet être étrange qui sait « danser dans des chaînes » […] ? Une danseuse dont la démarche est peut-être celle de tout ce livre ? » (p. 7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle-Rachel Casta, « Nathalie Prince, La littérature de jeunesse, Pour une théorie littéraire (2e édition) », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 20 septembre 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1508 ; DOI : 10.4000/strenae.1508

Haut de page

Auteur

Isabelle-Rachel Casta

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org