Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy (dir.), Littérature de jeunesse au présent. Genres littéraires en question(s)

Alice Brière-Haquet
Référence(s) :

Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy (dir.), Littérature de jeunesse au présent. Genres littéraires en question(s), Presses Universitaires de Bordeaux, 2015, 287 p.

Texte intégral

1Décidément, Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy ont décidé de prendre par les cornes le minotaure du « genre », ce mot aux multiples sens qui hante le labyrinthe des lettres. Après avoir l’an passé interrogé le versant genré du terme avec Être une fille, un garçon, dans la littérature pour la jeunesse, ils réitèrent aujourd’hui leur collaboration autour de sa dimension générique. Littérature de jeunesse au présent, genres littéraires en qestion(s) rassemble en effet les communications de treize chercheurs sur la notion de genres littéraires. Les polémiques qu’elle suscite ne secouent certes pas le grand-public comme sa cousine homonymique, mais restent vives au cœur des universitaires : depuis Aristote, le genre littéraire est un outil d’analyse incontournable qu’il faut pourtant continuellement recadrer. Christiane Connan-Pintado dans son introduction rappelle qu’une autre ambiguïté plane sur la littérature de jeunesse soupçonnée d’être elle-même un genre, voire une littérature « de genre ». La chercheuse rappelle les tentatives de définitions, et notamment les recherches d’invariants formels, thématiques ou esthétiques, qui marqueraient une matrice commune. Des tentatives qui restent jusqu’à aujourd’hui peu convaincantes et qui ramènent finalement toujours à la boutade de Jean Perrot définissant un livre jeunesse comme « un livre qui figure dans le catalogue d’un éditeur pour la jeunesse » (p. 12). Cette complexité posée, les auteurs font le choix de la simplicité : l’organisation de leur ouvrage suivra la typologie utilisée par l’Éducation Nationale et reprise pas les bibliothèques et librairies, à savoir : roman, théâtre, poésie, album, bande dessinée et conte. Les trois premiers sont l’objet de ce premier volume, les trois derniers seront celui d’un second à paraître.

Du roman de genre

  • 1 Ute Heidmann, Jean-Michel Adam, « Des genres à la généricité. L’exemple des contes (Perrault et les (...)

2La première série de contributions s’intéresse à la branche romanesque de la littérature jeunesse, et notamment à l’essor actuel des littératures de l’imaginaire. Virginie Douglas rappelle la naissance de la fantasy dans les « cercles littéraires et artistiques victoriens » et leur « intérêt pour le conte et la tradition orale » (p. 31). Un rapport au merveilleux populaire toujours présent comme le confirme la contribution fermant le chapitre, celle que Christiane Connan-Pintado intitule « À la croisée des mondes littéraires » et qui situe le dernier roman de Jean-Claude Mourlevat au carrefour du conte, du mythe, de la science-fiction et du roman réaliste pour former un « roman patchwork » (p. 101). Entre les deux, la question de l’intertextualité revient en permanence, par souci de légitimation selon Gilles Béhotéguy pour qui la citation fonctionne comme « un mot de passe d’intellectualité » (p. 55), ou comme « trait d’écriture contemporaine» (p. 74) pour Philippe Clermont. Ainsi l’horizon d’attente du roman multiplie les lignes de fuite remettant en cause le concept-même de « genre » au profit de celui de « généricité » développé par Ute Heidmann et Jean-Michel Adam1 et convoqué à maintes reprises. C’est à partir de ces racines que la littérature de jeunesse va pouvoir se penser « au présent », comme le promettait le titre.

3Dès l’article de Virginie Douglas, le monde merveilleux de la fantasy est articulé au réel et à ses enjeux philosophiques. Philippe Clermont va plus loin avec l’exemple édifiant de l’écofiction, genre en prise avec l’actualité s’il en est. Mais cette proximité même y montre peut-être ici ses limites : l’actualisation, en se doublant d’une forte axiologisation et d’une ambition clairement moralisatrice, tend vers une littérature à thèse. L’intervention de Laurent Bazin tempère cette vision instrumentaliste en ramenant la réflexion au concept-même de « pulsion fictionnelle » (p. 84) propre au genre humain. Dans une démonstration brillante, le chercheur y montre en effet comment « le détour par l’imaginaire est structurellement constitutif de l’apprentissage de la réflexion » et devient l’espace d’une « expérience de la liberté politique […] qui est aussi une manière de libération esthétique » (p. 88).

4Ces cinq études ont le mérite de mettre le projecteur sur une branche du roman jeunesse d’ordinaire peu considérée, pour révéler un genre riche, à la fois fortement lié au passé, ancré dans le présent et projeté vers l’avenir. Un parti-pris audacieux, mais qui prend du coup toute la place... Une échappée du côté du roman miroir ou du roman historique, tous deux plébiscités par l’institution scolaire, ou au contraire du côté d’autres genres très ostracisés comme la chick-litt ou la bit-litt, auraient offert une vision plus globale du roman jeunesse « au présent ».

Jeunesses en scènes

5Le chapitre consacré à l’écriture dramatique réussit le pari de la multiplicité et de la cohérence, notamment grâce à l’article inaugural que l’on doit à Marie Bernanoce, grande spécialiste de la discipline. L’article replace d’emblée la question du théâtre jeunesse au cœur de la profonde crise esthétique du xxe siècle, et notamment de la question du divorce opéré dans les années 1970 entre genre littéraire et genre scénique. Refusant le poncif scolaire du texte « incomplet » (p. 113), la chercheuse montre au contraire comment un discours auteur/scène/lecteur se noue dans la « voix didascalique » (p. 117).

6Cette voix s’avère particulièrement présente et innovante en littérature jeunesse par la double influence de l’album et du conte. Cette constatation est illustrée par chacune des quatre autres contributions à travers des approches extrêmement diverses. Joseph Danan propose au lecteur son regard de dramaturge, Sandrine Bazile s’intéresse elle aux listes de l’Éducation Nationale, Dominique Paquet analyse l’évolution du merveilleux, quand Christiane Connan-Pintado reprend son fil des contes et s’intéresse aux variations scéniques du Petit Poucet. Il ressort de ces analyses un portrait riche et ambitieux, qui dépasse largement l’espace de la scène pour offrir au secteur jeunesse en général des pistes de réflexion.

7L’article de Sandrine Bazile, par exemple, interroge la notion de « théâtre d’apprentissage » au regard de celle largement acceptée de « roman d’apprentissage ». Elle déplie les mécanismes d’un théâtre diffracté et montre comment par le brouillage de la parole et la dématérialisation de l’espace, l’œuvre passe du monde réel au monde symbolique et offre au public une véritable expérience poétique, « comme la promesse d’une épiphanie » (p. 148). Cet espace à part permet finalement d’aller bien au-delà des stéréotypes de parcours linéaires qui restent très souvent le lot du genre romanesque lorsqu’il s’adresse à la jeunesse.

Au marché de la poésie

8Le troisième et dernier volet de ce volume traite de la poésie pour la jeunesse, et c’est par le prisme du marché éditorial que les auteurs choisissent d’aborder la production contemporaine. Cette approche permet notamment de souligner la triple collaboration « poète, artiste et éditeur » (p. 197). Christine Boutevin, en se penchant sur la constitution du recueil comme genre, montre la façon dont l’éditeur apporte une unité à un ensemble d’œuvres a priori singulières. Une construction qui se fait également au niveau du catalogue comme le montrent Isabelle Olivier et Gersende Plissonneau dans leur analyse des deux collections de Rue du Monde, « Petits géants » et « Petits géants du monde », s’adressant aux enfants dès l’âge de deux ans.

9Le rôle de l’illustrateur est lui aussi à maintes reprises souligné, à la fois unificateur et créateur de nouveaux sens. En effet, le poème, en passant par le format de l’album, non seulement se narrativise, mais la poésie elle-même n’est plus tant « lisible que visible » (p. 197). L’on assiste ainsi à une mutation des enjeux poétiques qui fait entrer les mots en « dialogue avec les illustrations » (p. 206). Isabelle Olivier et Gersende Plissonneau concluent sur l’apparition du « poème-album » (p. 216), idée reprise par Eléonore Hamaide-Jager qui, citant Régis Lefort, confirme que « le renouveau du poème pour la jeunesse » se situe « du côté du texte-image comme unique acte poétique » (p. 225).

10Ici aussi, on saluera l’initiative de mettre la lumière sur les co-auteurs que sont l’éditeur et l’illustrateur… Mais au final, l’auteur premier, le poète, nous manque ! Ce troisième volet aurait pu être l’occasion de toucher à ce qui fait la spécificité (si spécificité il y a !) d’une langue jeunesse. Il y a bien ça et là quelques tentatives de définition comme « la brièveté des textes retenus, leur diversité, les effets de langue » (p. 225), ou l’influence des comptines (209) ou encore la présence de « « fantaisies » phonétiques » (p. 222). Mais les poètes cités sont toujours de grands noms de la littérature générale comme Roubaud ou Perec, l’enjeu étant surtout les modalités de leur passage dans les étagères pour la jeunesse.

Conclusion

11Complété d’une importante bibliographie et d’un index, cet ouvrage se révèle à la hauteur de ses ambitions. Il offre une mise en perspective intéressante des formes actuellement disponibles dans l’édition de jeunesse et souligne leurs interférences. L’ensemble est porté par un panel riche de chercheurs et d’artistes permettant d’en appréhender les diverses facettes. On déplore ici et là quelques absences, cependant inévitables dans un sujet si vaste… Il manque encore le grand ouvrage qui offrira au sujet un véritable traitement systématique avec une vision théorique d’ensemble satisfaisante. En attendant, nous lirons avec plaisir le second volume en préparation, et nous nous réjouissons d’avance d’y retrouver l’album, la bande dessinée et le conte, les trois genres fondateurs d’une littérature spécifiquement jeunesse.

Haut de page

Notes

1 Ute Heidmann, Jean-Michel Adam, « Des genres à la généricité. L’exemple des contes (Perrault et les Grimm) », Langages, vol. 38, no153, 2004, p. 62-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Brière-Haquet, « Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy (dir.), Littérature de jeunesse au présent. Genres littéraires en question(s) », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 18 avril 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1507 ; DOI : 10.4000/strenae.1507

Haut de page

Auteur

Alice Brière-Haquet

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org