Navigation – Plan du site
Varia

La ferme sans le tracteur : les illustrations pour enfants d’Arkadiï Plastov1

Juliette Milbach

Résumé

Les illustrations pour enfants d’Arkadiï Plastov (1893-1972) connaissent deux temps forts : la fin des années 1920 et le tournant des années 1940-1950. Au cours de cette deuxième période, Plastov réalise trois ouvrages (L’année au kolkhoze ; Les animaux domestiques et À propos des animaux domestiques) qui s’inscrivent dans la tradition des artistes animaliers russes et soviétiques. Articulées au contexte, des années de pénurie à la fin du stalinisme, et à leur auteur, peintre avant d’être illustrateur, ces illustrations montrent une transmission personnelle de la vie rurale en Union soviétique à destination des plus jeunes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

URSS
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous avons présenté et analysé pour la première fois les illustrations pour enfants d’Arkadij Plast (...)
  • 2 Ûrij Gerčuk propose de remplacer, compte tenu du contexte soviétique particulier, l’expression « kn (...)
  • 3 Gérard Conio, « Le Livre soviétique pour enfants : vivier de la culture russe », pp. 13-20 dans Liv (...)
  • 4 Citons notamment Evgueny Steiner, Avangard i postroenie novogo cheloveka : iskusstvo sovetskoĭ dets (...)
  • 5 Cf. l’exposition organisée en 2011 à Chicago dans le cadre de « The Soviet Art experience ». La par (...)
  • 6 Nous renvoyons notamment aux deux articles publiés de l’auteur, le premier en collaboration : Cécil (...)
  • 7 L’OST [Obŝestvo hudožnikov Stankovistov] se forme en 1925 autour d’artistes comme Alexandre Dejneka (...)
  • 8 Nous renvoyons le lecteur la bibliographie proposée par La Revue des livres pour enfants à l’occasi (...)
  • 9 Cécile Pichon Bonin, « À l’assaut de la 3ème année du Plan quinquennal ! », art.cit., U. Gerčuk, «  (...)
  • 10 Le syntagme est élaboré au Premier Congrès des écrivains en 1934 et cherche à imposer à l’œuvre ava (...)

1Depuis les années 1920 en Union soviétique, l’illustration est un moyen extrêmement apprécié des artistes pour des raisons évidemment financières mais aussi parce que ce domaine n’exige pas les mêmes attentions au contenu que les toiles. En outre, l’illustration bénéficie d’un prestige particulier2 et fait l’objet de nombreuses expositions où les planches originales sont présentes au même titre que les autres arts graphiques. Les études menées sur la littérature enfantine et son illustration ces vingt dernières années (notamment l’effort de synthèse réalisé par Gérard Conio3, les ouvrages d’Evgueniï Steiner4, les catalogues de Robert Bird5 ou encore les projets de recherche menés par Cécile Pichon-Bonin6) ont dégagé certaines lignes mettant en valeur les enjeux de la création graphique dans les années 1920. En inscrivant l’illustration pour enfants dans le champ des recherches esthétiques contemporaines, les chercheurs ont souligné son originalité par rapport au domaine en général. Cécile Pichon-Bonin met notamment en perspective les œuvres des membres de l’OST (Société des artistes de chevalet7) avec le retour à la figuration au tournant des années 1925-1930. On déplore néanmoins le peu d’étude consacrée à des personnalités centrales avec des exceptions notables incluant Vladimir Lebedev8 ou Alexandre Deïneka9. Ces dernières sont principalement centrées sur les années 1920-1930 et un langage moderne. L’après-guerre n’est que peu étudiée et l’esthétique du réalisme socialiste10 dans l’illustration est assez marginalisée. On manque de travaux sur certains artistes, en particulier ceux dont l’activité principale n’est pas l’illustration mais dont la production a joué un rôle certain dans la culture visuelle des petits soviétiques.

2Le peintre Arkadiï Plastov (1893-1972) est bien connu à la période soviétique et fait entendre sa voix dans le débat artistique au sein des institutions dont il est membre. Il a réalisé, justement depuis le milieu des années 1920, de nombreuses illustrations dont la grande majorité accompagnent des textes littéraires, en particulier Alexandre Pouchkine et Nikolaï Nekrassov. Certains de ses travaux dans ce domaine ont connu un grand succès et ont été exposés, y compris lors de manifestations internationales, comme ses illustrations de Tolstoï à la Biennale de Venise en 1958.

3À deux reprises, à la fin des années 1920, puis des années 1940, il réalise trois ouvrages destinés au plus jeune public (d’autres réalisations, en particulier certaines illustrations littéraires des œuvres de Maxime Gorkiï ou certains ouvrages d’Anton Tchekhov, sont destinées aux plus grands enfants). Notre étude est centrée sur les ouvrages réalisés pour la maison d’édition Detguiz à la fin des années 1940. Ces derniers sont plus intéressants, d’un point de vue à la fois formel et contextuel, que les précédents réalisés dans l’urgence. Il permettent aussi d’affiner notre thèse sur le caractère particulier de l’œuvre de Plastov qui, par une iconographie ignorant délibérément les éléments d’une modernité soviétique, construit son identité artistique.

  • 11 Prisloniha, le village dans lequel est né Arkadij Plastov se trouve à environ 70 km de Simbirsk, da (...)
  • 12 Il est issu d’une famille d’hommes d’Église (sur tous les documents administratifs dont nous avons (...)
  • 13 La présentation de la production artistique de la « dynastie Plastov » (le grand-père et le père de (...)
  • 14 Actuelle région d’Ulianovsk, rebaptisée ainsi en 1924 en référence à Vladimir Ilič Ulianov dit Léni (...)
  • 15 Arhangelskij, Dmitrij (1885-1980) est peintre et pédagogue. Il étudie à l’école religieuse de Simbi (...)
  • 16 Volnuhin, Sergej (1859-1921) est sculpteur. Il est formé par Sergeï Ivanov au MUJVZ. Il enseigne au (...)
  • 17 Le contrat date du 10 mai 1935. Archives Plastov

4Arkadiï Plastov est née en 1893 dans un milieu rural reculé11 mais a bénéficié d’une éducation au dessus de la moyenne12. Il s’ouvre à l’art par la tradition familiale13 de l’icône et va d’abord étudier à l’école religieuse de Simbirsk14, puis au séminaire où il découvre le dessin auprès d’un professeur local, Dmitriï Arkhanguelskiï15, d’à peine 8 ans son ainé, qui lui permet d’obtenir une bourse du gouvernement de Simbirsk pour monter à Moscou. En 1912, Plastov tente d’abord d’entrer à l’école des Beaux-Arts de Moscou (MOuJVZ). Il se prépare au concours durant tout l’été 1912 dans l’atelier d’Ilia Machkov. Il échoue une première fois et entre à l’École d’art et d’industrie Stroganov. Il est finalement admis en 1914 dans la classe de sculpture de Sergueï Volnoukhine16. Plastov sort diplômé du MOuJVZ en août 1917 et rentre ensuite dans son village à Prislonikha. Durant toute la décennie 1920, il tente en vain de se faire un nom sur la scène artistique moscovite et ce n’est que dans les années 1930, lorsque le réalisme socialiste est imposé administrativement, qu’il connaît ses premiers succès. Il est repéré en 1935 à l’exposition d’automne de la coopérative artistique [Vsekokhoudojnik] où ses toiles La Fenaison au kolkhoze [Senokos v kolkhoze], L’Écurie du kolkhoze [jnitzaia ortatcha] et La Tonte des moutons [Strijka ovets] commandées par la coopérative17 sont saluées par la critique. Un succès relativement tardif donc, puisqu’il a déjà presque 40 ans mais qui ne démentira plus jusqu’à sa mort en 1972. Il va participer aux grandes expositions de l’avant-guerre (sa toile La Fête kolkhozienne [kolkhozniï prazdnik] est accrochée à l’Industrie du socialisme, son Bain des cavaliers [Koupanie Koneï] à l’exposition jubilée des Vingt ans de l’Armée rouge). Il est couronné du Prix Staline dans l’immédiat d’après-guerre avec des toiles célébrant l’euphorie de la victoire : La Moisson [Jatva] et La Fenaison [Senokos].

  • 18 Au sujet des problèmes rencontrés par la presse et l’édition dans les années 1920 à cause de la pén (...)

5Dans cette quête de reconnaissance dans la décennie qui suit la révolution, Plastov parvient à obtenir un certain nombre de commandes dans le domaine de l’illustration, et précisément de l’illustration pour enfants qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille. En 1929, sont publiés trois livres aux éditions G. F. Mirimanova présentant des illustrations de Plastov. Maison d’édition spécialisée dans la littérature pour enfants, elle possède en 1929 un catalogue s’élevant à quelques 300 titres. Les trois livres de Plastov : Les Pompiers [Pojarnye] (texte de Gek-ini), Les Travailleurs [rabotnikii] et Les Travailleuses [rabotnitsy] (texte de A. Ostroumova), ont en commun leur format modeste et leur aspect artisanal, dû à leur édition sur un papier relativement fin et de piètre qualité18. Ces trois ouvrages suivent le même schéma : une couverture entièrement dessinée sur laquelle sont portés le nom de l’ouvrage en assez gros caractères, puis en bas à gauche les noms des auteurs des textes et des illustrations, alors qu’à droite, pour Les Pompiers et un peu plus bas pour les deux autres sont précisés le nom de la maison d’édition et l’année de publication. L’histoire se déroule ensuite sur cinq doubles pages qui fonctionnent en frise quoiqu’à chaque page corresponde un texte propre. Enfin, sur la quatrième de couverture, figurent des jeunes enfants, public auquel s’adresse l’ouvrage, dans des univers qui leur sont plus familiers : autour d’un repas dans le cas des Pompiers, et occupés à des activités enfantines (un concours de luge et deux petites filles font jouer leur cadet) pour Les Travailleurs et Les Travailleuses.

A. Plastov, Les Pompiers. Couverture, ed. G.F. Mirimanova, 1929.

© N.Plastov

6En tant que moyen très populaire auprès des artistes dans les années 1920 pour gagner quelque argent, le domaine de l’illustration souffre de nombreuses concessions. Certains auteurs occupent une grande majorité des publications (Lénine, Maxime Gorkiï, Alexeï Tolstoï). Les éditions sont bon marché et largement accessibles dans les villes, ce qui les rend encore plus populaires. Au moment du premier plan quinquennal, le livre pour enfants connaît un véritable essor et donne du travail à de nombreux illustrateurs. C’est le moyen d’être payé rapidement et de manière assurée lorsque les commandes se font rares. On sent que le travail ne passionne pas Plastov, à la différence des travaux d’illustrations qu’il réalisera plus tard et que ces trois ouvrages témoignent d’un soin porté au travail assez limité, Les Pompiers étant toutefois le plus réussi.

  • 19 Mihajl Prišvin (1873-1954) est un écrivain populaire dans les années 1920 et 1930. Né dans une fami (...)
  • 20 Konstantin Ušinskiï (1824-1870) est surtout connu pour ses recherches dans le domaine de la pédagog (...)

7Plastov réalise à la fois des illustrations pour adultes et pour enfants. Ces dernières peuvent avoir deux destinataires différents : les enfants en maternelle mais aussi les jeunes lecteurs de l’école primaire et les jeunes adolescents. Souvent dans le second cas, il s’agit tout au plus de quelques feuillets dans un ouvrage littéraire. Dans ce dernier domaine, il est particulièrement prolifique. Dans la seconde moitié des années 1940 et en particulier dans la période difficile 1947-1953, Plastov multiplie ses travaux dans l’illustration littéraire. Dans ces années, il illustre notamment à destination des jeunes lecteurs, un conte populaire russe, L’Échange [Mena] tiré à 150 000 exemplaires. C’est l’histoire d’un moujik qui sauve un marchand et reçoit de lui un morceau d’or qu’il va changer contre un cheval et le cheval contre un mouton…L’ouvrage présente de belles illustrations en pleine page, alternant texte et image et il donne à Plastov l’occasion de représenter le quotidien de la vie rurale et d’évoquer un bestiaire qui lui est cher. La même année, il illustre trois courts récits de son contemporain Mikhaïl Prichvine19 : L’Inventeur [Izobretatel], Le Lièvre blanc [Beliak] et Le Citronnier [Limon] pour les éditions Detguiz. Tiré à 50 000 exemplaires, l’ouvrage est l’occasion d’imager la vie à la ferme, y compris dans des activités en intérieur assez rares dans son œuvre. Toujours en 1949, il illustre des récits de Konstantin Ouchinskiï20 pour Detguiz. Ces choix de livres pour jeunes lecteurs sont parfaitement en accord avec les illustrations pour les plus petits.

  • 21 Nous n’avons jamais trouvé de contrat de commande concernant ces illustrations. Soit Plastov a voul (...)

8Les soucis matériels, moteurs dans certains cas de l’intérêt que les artistes portent à l’illustration, ne sont plus une entrée valide pour comprendre son travail d’illustrateur dans les années d’après-guerre où son Prix Staline, son salaire d’académicien et les nombreuses commandes de toiles qu’il reçoit laissent penser qu’il vit confortablement. Ses choix montrent que Plastov sélectionne de plus en plus ses sujets pour se limiter à la thématique rurale. La diversité des auteurs qu’il illustre nous semble confirmer le sentiment d’homogénéité dans son œuvre du motif de la campagne. Y compris quand il s’attache aux auteurs les plus célèbres, par exemple lorsqu’il pense illustrer Anna Karénine, il commence21 par représenter Lévine au foin [Levine na pokose] et non la haute société dans laquelle l’héroïne évolue. Il ne semble pas considérer l’illustration comme un refuge pour son imagination mais comme un moyen de mettre en mots les images. Ce n’est pas seulement sa thématique qui est maintenue dans ces travaux mais également son point de vue. Dans ses illustrations de l’après-guerre pour petits, le texte, dont il est lui-même l’auteur, devient de plus en plus accessoire.

  • 22 B. Nikiforov, « Portrety detskoj knigi », Iskusstvo, no2, mars-avril 1949, p. 42.

9Dans l’après-guerre, le réalisme socialisme trouve une nouvelle tribune dans la reformulation du système académique et l’illustration pour enfants devient un des terrains privilégiés de la lutte contre les courants formalistes. On incite à ré-illustrer les ouvrages imagés dans les années 1920 par des artistes critiqués depuis. Plastov, avec ses illustrations de Nekrassov publiées en 1948, en particulier du poème Ded Mazaj i zaicy, est cité comme un exemple réussi de ces nouvelles mises en image. On fait l’éloge de ces illustrations, parfaitement réalistes en s’attaquant à des auteurs exemplaires22. L’intérêt pour le thème de l’enfance chez Plastov ne peut cependant être réduit à une convenance ou à une concession à l’époque. À Prislonikha où habitent à l’année sa femme et son fils, il réalise des jouets en bois pour son fils Nikolaï, et surtout, son fils, et son petit-fils vont faire par la suite l’objet de plusieurs portraits. L’un et l’autre sont très fréquemment représentés en situation d’« apprenant ». Lorsqu’il s’agit de sa famille, l’enfant dessine : Kolia dessinant [Rissouiouchtchiï Kolia, 1935] où son fils est en train d’imaginer la maison de ses rêves, ou Dessin à la fenêtre [Rissouiouchtchiï ou okna, 1945], œuvre dans laquelle, perpétuant la tradition familiale, le fils de l’artiste apprend l’art par la copie d’icônes. Dans les autres scènes, on est plus proche de la peinture de genre. Dans La Leçon de botanique [Ourok botaniki, 1939-1940], les enfants s’intéressent à la campagne et aux richesses de la nature en apprenant notamment à décrire et classer les végétaux. En 1946, avec deux ouvrages pour Detguiz sur le thème des animaux de la ferme, L’Année au kolkhoze [God v kolkhoze] et Les Animaux domestiques [Domachnie jivotnye] puis au début des années 1950, avec la réédition de ces ouvrages et la publication d’un troisième À propos des animaux domestiques [Pro Domachnikh jivotnykh], il livre ses plus grandes réussites dans le domaine de la littérature enfantine. Ces trois ouvrages, en particulier les deux premiers de qualité supérieure, révèlent un souci de transmission chez Plastov qui n’avait pas jusqu’alors été évidente. Il y déploie des talents de pédagogue pour présenter aux plus jeunes l’immutabilité de la vie rurale.

A. Plastov, Kolia dessinant, 1935-1936. Huile sur toile, 66 x 50 cm

DR

  • 23 Dans le recensement de 1977, on mentionne une première édition en 1943 que nous n’avons malheureuse (...)

10L’Année au kolkhoze est publiée aux éditions Detguiz en 1946 et tirée à 100 000 exemplaires23. Sur la couverture, le titre se devine à peine à travers les branches de bouleau qui occupent presque toute la surface de la page, tandis que le nom de Plastov est clairement mis en valeur dans l’espace laissé blanc à cet effet en haut à droite. Seul le sommet du toit de la maison apparaît et l’on devine clairement que le kolkhoze est une affaire d’extérieur. Trois jeunes enfants s’associent pour placer dans l’arbre un abri à oiseau que le plus habile des trois est en train d’attraper de la main de son camarade afin de le fixer en équilibre sur une branche. L’activité est charitable, le sourire et la chemise jaune du troisième enfant manifestent une scène en train de s’accomplir dans la gaieté. Le jeune lecteur est incité à découvrir un peu plus des activités pratiquées à la campagne par des enfants de son âge qui pourraient être ses camarades de jeu. Les activités pratiquées par les enfants dans le livre paraissent toutes ludiques tant ils semblent heureux et confiants dans cette nature qui, quelque soit la saison, leur offre ses trésors. Pourtant aucune de ces activités n’est dépourvue d’un but. Chacune est soit pédagogique : c’est le cas surtout lorsque les générations se côtoient au sein d’une même image ; soit utilitaire : les enfants participent aux travaux ruraux avec une certaine autonomie lorsqu’il s’agit de menus travaux de jardinage et de récolte et ils aident les grands lorsque la tâche est plus technique (pour la fenaison par exemple) ou nécessite plus de responsabilité (garder le troupeau).

A. Plastov, L’Année au kolkhoze. Couverture, Detguiz, 1946.

© N. Plastov

11Afin de rassurer les parents, la quatrième de couverture présente un enfant studieux assis à une table agrippant de sa main gauche le pied d’un globe terrestre, un petit stylo dans la main droite, tout entier à sa tâche d’un devoir de géographie. Posés à ses côtés sur sa table, quelques livres et un goûter situent la scène après la classe. Le message est clairement destiné aux parents : le livre a un objectif pédagogique et s’adresse aux petits enfants bien éduqués et avides d’activités studieuses. À l’intérieur, on découvre des illustrations en pleine page aux bords laissés flous comme si l’image flottait à la surface de la page. Pas de texte, seule une indication par un syntagme donne une information très générale. Le jeune lecteur qui ne sait pas encore lire n’est pas gêné par le texte dans son approche visuelle et l’image est suffisamment descriptive pour qu’il assimile quelle activité on pratique par saison.

12À la troisième page, un des rares adultes du livre est une figure tutélaire que l’on écoute avec recueillement. La scène est située dans l’après-guerre, un jeune homme en uniforme militaire conte aux enfants des récits de combats, éduquant les jeunes Soviétiques à l’idée de la Patrie victorieuse qu’il faudra peut-être à nouveau défendre. La scène est rendue touchante par le petit garçon mi-timide, mi-boudeur qui hésite à se joindre au groupe malgré l’insistance de sa mère ou de sa grande sœur qui l’invite de sa main tendue à les rejoindre pour écouter l’histoire. Tous les âges sont ici réunis, les plus grands veillant sur les plus petits comme les deux petites filles à la gauche du militaire.

13D’autres caractéristiques dans ce livre montrent la cohérence de son œuvre d’illustrateur avec sa position de peintre. Certaines images montrent des activités spécifiquement réservées à l’un ou l’autre sexe, ce qui était le cas des Travailleurs et Travailleuses de 1929 (la traite des vaches et la botanique sont réservées aux filles). Les activités sont aussi classées par âge avec, pour les plus jeunes une étude des plantes, et la fenaison pour les plus grands. Il réutilise aussi pour ses illustrations des motifs que l’on retrouve dans son œuvre peinte comme la citation très littérale de sa toile Le Bain des cavaliers. Par pudeur, et comme ce ne sont plus des soldats de l’Armée rouge rafraîchissant leurs montures mais de jeunes cavaliers, le jeune homme debout au deuxième plan qui reprend très exactement la pose d’un des soldats de la toile de 1938 (et de l’esquisse de 1937) a été habillé d’un maillot de bain. À l’exception du tracteur à l’arrêt dans la deuxième double page et la moissonneuse batteuse, rien ici ne fait la louange de la soviétisation des campagnes.

A. Plastov, Esquisse à la toile Le bain des cavaliers, 1937. Huile sur toile, 66, 5 x 99, 5 cm.

DR

A. Plastov, L’Année au kolkhoze. Illustrations 13 et 14, Detguiz, 1946.

© N. Plastov

  • 24 L’ouvrage est traduit en français par Alice Orlane en 1954 pour Les Éditions en langues étrangères, (...)
  • 25 U. Gerčuk, Sovetskaâ knižnaâ grafikaop.cit.

14L’édition pour enfants la plus connue de Plastov demeure Les Animaux domestiques. Elle s’inscrit dans une longue tradition du livre de jeunesse dressant le portrait d’animaux. Le genre n’est pas l’apanage des artistes animaliers bien célèbres comme le sculpteur Vassilii Vataguine ou encore Ivan Efimov qui portent un soin tout particulier au respect de la morphologie animale. Les artistes déjà mentionnés dans cette étude s’y attaquent. Il s’agit notamment de Vladimir Lebedev sur des extraits d’Histoires comme ça de Rudyard Kipling (Petrograd, 1922) et d’Alexandre Deïneka dans les pages du magazine Iskorka et son homologue pétersbourgeois Alexandre Samokhvalov. Leur langage est marqué par les avant-gardes et un intérêt prononcé pour les animaux exotiques (éléphant, girafe) exceptés les travaux sur la collectivisation d’Alexandre Deïneka (illustrations de Notre Kolkhoze de Gu. Soloviov, 1930). Les portraits d’animaux les plus proches de la veine plastovienne en partie pour leur naturalisme sont ceux d’Evgueni Tcharouchine notamment pour Les Poupons du Jardin d’Acclimatation [Detki v kletke] de Samouil Marchak en 193524 ou encore ceux de son compatriote exilé en France Fedor Rojankovskiï pour le Père Castor. Elles s’inscrivent dans ce qui s’apparente presque, compte tenu de l’ampleur, à un courant à part entière de la littérature enfantine. C’est ainsi notamment qu’Iouri Guerchouk25 parle de l’illustration de petits animaux.

A. Plastov, Les Animaux domestiques. Couverture, Detguiz, 1946.

© N. Plastov

  • 26 Il perçoit pour ce contrat 26 000 roubles. Izatel’skij dogovor, no3653. Archives Plastov.
  • 27 Il perçoit à cette occasion 22 800 roubles. Izatel’skij dogovor, no5173. Archives Plastov.
  • 28 À cela, on peut ajouter la republication aux éditions Detgiz en 1953, 1954 et 1959, et pour les édi (...)
  • 29 Contrat d’édition no3624, 1er février 1967. Archives Plastov.

15Les Animaux domestiques est conçu avant la guerre, mais nous ne savons pas s’il a été publié alors. Plastov passe un contrat avec Detizdat le 14 juin 1940 pour seize illustrations (quinze plus la couverture) sur le thème des « animaux domestiques ». Le contrat prévoit que l’ouvrage soit livré au plus tard le 1er novembre 1940 et publié à 100 000 exemplaires. La première édition que nous connaissons date de 1946. Celle-ci est rééditée à l’identique courant 1950 (le contrat d’édition26 n’est pas daté plus précisément mais prévoyait de rendre les originaux le 1er octobre 1950), puis en 1952 (ici pour le 5 mai 195227) à la demande des éditions Detguiz28 et encore plus tard encore en 1967 (150 000 exemplaires sont prévus dans le contrat29).

  • 30 Régine Robin cite aussi les propos de Georg Lukàcs prenant la suite d’Engels. Cela doit permettre a (...)

16Dans ce livre, le plus abouti de Plastov, aucun petit humain ne vient perturber la vie des animaux, décrits un à un. Ils sont portraiturés en pleine page, ce qui leur confère une importance aux yeux du petit lecteur qui peut alors les traiter à l’égal des humains. La plupart des animaux sont présentés dans des attitudes touchantes, le petit chat de la couverture semblant vouloir entamer un dialogue avec le papillon qui s’est posé sur sa gamelle de lait, initiant l’idée d’une conversation, mais aussi d’une contemplation attentive que le jeune lecteur va pouvoir mener tout au long du livre avec les animaux représentés. Qu’ils soient seuls, comme le chien et la chèvre, ou en famille comme le dindon et la poule, ils ne semblent pas se préoccuper le moins du monde du spectateur, tout entiers à leur quotidien comme si la scène avait été prise sur le vif, conférant l’idée de l’authenticité de leur existence. Plastov compose ici toute une galerie de portraits d’animaux dont la morphologie est respectée, ne négligeant aucun des habitants de la ferme y compris ceux, comme le dindon, moins cher aux petits lecteurs mais représentant pour le peintre un panel de possibilités esthétiques avec les coloris de ses plumes. Ces habitants de la ferme sont dépeints selon la tipitchnost (caractère « typique »), on en reconnait des caractéristiques. Le coq, chef de la basse-cour, domine les poules par sa taille. Il est droit et fier, le regard perçant ; à l’inverse, la poule brune rentre son cou et la grise suit le regard du coq en se contorsionnant. Ou le dindon dont l’arrogance et la bêtise légendaire semblent transpercer de l’image avec le bec courbé et la glotte rouge tombante, alors que sa femelle manifeste une curiosité déplacée. Le petit lecteur qui ne serait pas au fait de tous ces animaux en perçoit ainsi les principales caractéristiques et cela permet de développer et propager un imaginaire commun. Particulièrement réussis en ce que Plastov a pu saisir la vérité de chacun, ces animaux seront pour beaucoup édités également en carte postale quelques années plus tard (en particulier en 1955 où chaque carte postale est tirée à 100 000 exemplaires, puis en 1956 à 150 000 exemplaires) par la maison d’édition Sovetskiï khoudojnik et alors massivement diffusés. Réussite formelle donc mais aussi coïncidence favorable avec le contexte. En effet, cette tipitchnost précédemment évoquée est une des valeurs clefs vantées comme présupposé à la création de la toile dans le réalisme socialiste. La notion avait acquis son importance dans les années 1930 par la citation de la formule d’Engels : « Le réalisme à mon avis suppose outre l’exactitude des détails, la représentation exacte des caractères typiques dans des circonstances typiques30 ». Or la tipitchnost redevient centrale dans l’après-guerre au moment de la publication de l’ouvrage de Plastov. Elle est en particulier le leitmotiv de la critique qui l’associe principalement à la thématique rurale qui jouit d’un regain d’intérêt au début des années 1950 dans les domaines littéraires et des arts visuels. Il n’est donc pas superflu de replacer le succès du livre de Plastov dans un contexte particulièrement favorable et qui explique aussi la publication du troisième ouvrage.

A. Plastov, Les Animaux domestiques. Le dindon et Le coq, Detguiz, 1946.

© N. Plastov

17Ainsi, fort de ce succès, Plastov va publier un autre album au titre proche : À propos des animaux domestiques. Le livre sort pour la première fois en 1953 un an après la réédition du précédent, et il est republié en 1956 à 200 000 exemplaires, tirage important qui atteste de la réussite du modèle déjà expérimenté dans le livre précédent.

A. Plastov, À propos des animaux domestiques. Couverture, Detguiz, 1953.

© N. Plastov

18Les illustrations occupent toujours une place centrale. En revanche, si le texte reste extrêmement marginal (cantonné à deux lignes en très petits caractères au bas de la page), il donne au lecteur qui sait lire beaucoup plus d’informations que dans les deux albums précédents. Le vocabulaire est adapté aux jeunes lecteurs et facilement compréhensible. Avec des scènes déjà très narratives, le texte devient redondant. Il divulgue des informations anecdotiques donnant prénom et parole aux animaux qui côtoient les humains sur chaque image et manque son but en perdant la clarté des deux précédents ouvrages. L’ensemble est un mélange étrange de références aux illustrations littéraires déjà réalisées par Plastov sans la beauté des textes de Nekrassov ou Pouchkine pour servir les images et des citations de ses précédentes toiles et gouaches. Mais par rapport à ses autres travaux, il veut dans cet ouvrage dire trop de choses rendant ainsi le livre illisible. On passe de l’écurie à l’auge, du chien qui converse avec l’oie aux chatons jouant entre eux dans un intérieur sans comprendre jamais le lien entre les diverses scènes. Plus proche de la scène de genre que du portrait, les bords plus nets, le livre est moins poétique que les deux précédents, plus rigide. On peut imaginer que le talent de Plastov s’est essoufflé dans cette veine trop exploitée. Si l’on ne possède pas le contrat d’édition pour celui-ci, un autre contrat d’un ouvrage dont on ignore s’il fut réalisé ou non permet d’éclairer l’état d’esprit dans lequel Plastov créa ce troisième livre.

A. Plastov, À propos des animaux domestiques. L’Ecurie, Detguiz, 1953.

© N. Plastov

19En 1950, soit trois ans avant l’édition du troisième ouvrage et alors que les deux précédents ont déjà été édités, Plastov reçoit un courrier d’un certain Lioubimov, directeur de l’usine polygraphique de Moscou, signé du 22 mai 1950. Ce dernier lui demande d’illustrer pour l’usine un livre sur le thème « une journée au kolkhoze ». La demande stipule assez précisément ce que devront illustrer les images :

  • 31 Courrier no588 du 22 mai 1950. Archives Plastov.

Dans le livre devra être montré un kolkhoze contemporain – le labourage par un tracteur, la récolte à la moissonneuse-batteuse, une ferme d’élevage, une ferme avicole, une école locale, une centrale électrique, etc. Devront être montré des enfants et des adultes kolkhoziens, le travail collectif. Seront dévoilées les nouvelles relations entre les gens, la nouvelle morale. Le livre sera en couleur. Le format sera de 22,5 x 29 cm. Image en pleine page. Nous voudrions connaître vos propositions sur la maquette du livre. Lorsque nous aurons reçu votre proposition, nous vous donnerons notre conception pour la construction et aussi plus concrètement pour la thématique31.

  • 32 Le texte en question est la forme réduite du sténogramme de l’intervention de Aleksandr Gerasimov à (...)
  • 33 Aleksandr Gerasimov, « Naši zadači », Iskusstvo, no1, Janvier-février 1954, p.7.
  • 34 Ibidem.

20Au ton de la lettre, on comprend qu’il y a eu une discussion préalable, en effet Lioubimov semble en effet assez sûr d’une réponse positive, de la part de Plastov, à sa demande qui s’apparente à un précontrat. Il faut rappeler aussi que cette attention renouvelée pour la thématique rurale, que nous évoquions à propos du second ouvrage, impose aux artistes de plus en plus de contraintes. Ceux comme Plastov qui peignent la campagne, ainsi poussés sur le devant de la scène, sont soumis à l’arbitraire des critiques. Toute œuvre peut alors devenir un symbole de réussite mais on demande aussi aux artistes de moderniser leur vision de la campagne. C’est le cas en particulier avec le texte32 du président de l’Académie des Beaux-Arts, Alexandre Guerassimov, paru dans le premier numéro d’Iskousstvo de 1954. Il y aborde le problème de l’illustration de la campagne kolkhozienne dont il déplore qu’elle soit encore trop marginale. Il reproche aux artistes d’avoir « poétisé les survivances qu’il [le kolkhoze] porte en lui du passé, de ce qui disparaît33 » et d’être « passés à côté des aspects typiques de cette vie34 ». Cette « poétique du passé » dont parle Alexandre Guerassimov à plusieurs reprises vise directement Plastov au tournant des années 1950. Artiste qui a peu montré les aspects positifs de la modernisation des campagnes, il est critiqué pour l’archaïsme de ses motifs et il lui est régulièrement demandé d’introduire dans ses toiles des éléments contemporains, de peindre le tracteur dans ses fermes. Si les contrats de cette période manquent malheureusement (celui que nous citions est l’un des seuls qui nous soit parvenu) les critiques publiques et de la part des institutions peuvent aussi expliquer les contraintes auxquelles doit faire face Plastov au moment de réaliser ce troisième album.

21Ces illustrations pour enfants, dont la dernière doit être traitée avec plus de distance si elle résulte bien d’une commande aussi rigide que celle rapportée ci-dessus, montrent la grande cohérence du point de vue de Plastov sur la campagne. Il nous semble que c’est le point le plus intéressant que vient compléter la connaissance de cette pratique relativement marginale – au moins en quantité – dans la production de celui qui reste avant tout un peintre. Son opposition plus ou moins silencieuse à la modernisation des campagnes qui se traduit par l’absence d’industrialisation dans son œuvre se confirme dans sa volonté de livrer aux enfants dès leur plus jeune âge l’héritage de la vie rurale russe en transcendant la réalité.

Haut de page

Notes

1 Nous avons présenté et analysé pour la première fois les illustrations pour enfants d’Arkadij Plastov lors du colloque « La littérature de jeunesse russe et ses modèles » organisé par Laure Thibonnier-Limpek et Katia Goloubinova-Cennet à l’Université Stendhal Grenoble 3, le 17 mai 2013. Les discussions qui ont eu lieu à cette occasion nous ont permis d’affiner certaines de nos analyses et nous souhaitons à ce titre remercier les organisatrices et tous les participants à cette journée pour les points de vue qu’ils ont partagés.

2 Ûrij Gerčuk propose de remplacer, compte tenu du contexte soviétique particulier, l’expression « kniznoj grafike » par « Isskustvo knigi ». Cf., U. Gerčuk, Sovetskaâ knižnaâ grafika, Moscou, Izdatel’stvo Znanie, 1986.

3 Gérard Conio, « Le Livre soviétique pour enfants : vivier de la culture russe », pp. 13-20 dans Livres illustrés russes et soviétiques pour enfants : 1917-1945, Actes de la Journée d’études sous la direction de Françoise Lévèque, Paris, Pavillon de l’Arsenal, 17 novembre 1997, Paris-bibliothèques, 1999.

4 Citons notamment Evgueny Steiner, Avangard i postroenie novogo cheloveka : iskusstvo sovetskoĭ detskoĭ knigi 1920 godov, Moscou, Novoe literaturnoe obozrenie, 2002 et Stories for Little Comrades: Revolutionary. Artists and the Making of Early Soviet Children’s Books, Trad. du russe par Jane Ann Miller, Univ. of Washington Press, 1999.

5 Cf. l’exposition organisée en 2011 à Chicago dans le cadre de « The Soviet Art experience ». La partie consacrée aux illustrations pour enfants (livres et affiches) a fait l’objet d’un catalogue dirigé par R. Bird, Adventure in the Soviet imaginary. Children’s books and graphic art, Chicago, The University of Chicago library, 2011 et accessible en ligne : https://www.lib.uchicago.edu/e/webexhibits/sovietchildrensbooks/index.html

6 Nous renvoyons notamment aux deux articles publiés de l’auteur, le premier en collaboration : Cécile Pichon-Bonin et Valérie Pozner « Vladimir Lebedev, le livre comme jeu », », La revue des livres pour enfants, no221, p. 91-100 et le second : Cécile Pichon-Bonin, « À l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! : un exemple d’agit-prop soviétique à destination des enfants », in Littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations, Strenae, no 6, 2013, ainsi qu’au manuscrit de son intervention à Northwestern University, Chicago, dans le cadre du colloque « Avant-garde and Totalitarianism revisited ; Soviet visual culture, 1920s- 1940s » en mars 2010 : «Painting and illustration for children during the First-Five year Plan: the case of Alexander Dejneka». Nous remercions l’auteur de nous en avoir rendu possible la lecture.

7 L’OST [Obŝestvo hudožnikov Stankovistov] se forme en 1925 autour d’artistes comme Alexandre Dejneka ou Ûrij Pimenov et privilégie les thématiques sportives et industrielles. Avec l’association des artistes de la Russie révolutionnaire (AHRR) ils dominent largement le débat artistique dans la seconde moitié des années 1920. La société cesse ses activités en 1932.

8 Nous renvoyons le lecteur la bibliographie proposée par La Revue des livres pour enfants à l’occasion de son numéro spécial Russie : Le Voyage en Russie, La Revue des Livres pour enfants, no221, février 2005, p. 159-164. Lebedev fait l’objet de deux collaborations : Cécile Pichon-Bonin et Valérie Pozner « Vladimir Lebedev, le livre comme jeu », et Odile Belkeddar et Béatrice Michielsen, « Vladimir Lebedev (1891-1967) et Samuel Marchak (1887-1964) « Quand la poésie jonglait avec l’image », La revue des livres pour enfants, no221, février 2005, p. 91-100 et 85-90.

9 Cécile Pichon Bonin, « À l’assaut de la 3ème année du Plan quinquennal ! », art.cit., U. Gerčuk, « A. Dejneka Grafik », Dejneka Grafika, Moscou, Interroskh, 2009, p. 129-144.

10 Le syntagme est élaboré au Premier Congrès des écrivains en 1934 et cherche à imposer à l’œuvre avant tout littéraire puis plastique d’être nationale dans sa forme et socialiste dans son contenu. Des définitions plus affinées varient selon les époques. Les vecteurs de son application sont plus que discutés. Pour une approche littéraire, cf. Régine Robin, Le Réalisme socialiste. Une esthétique impossible, Paris, Payot, 1986 et Michel Aucouturier, Le Réalisme socialiste, Paris, Presses universitaires de France, no3320, 1998, Que-sais-je ?

11 Prisloniha, le village dans lequel est né Arkadij Plastov se trouve à environ 70 km de Simbirsk, dans la région de la Volga. Le village, organisé autour d’une modeste église au croisement des deux routes qui le constituent, est assez isolé.

12 Il est issu d’une famille d’hommes d’Église (sur tous les documents administratifs dont nous avons disposé, il est inscrit comme fils de «psalomŝik», littéralement « sacristain ») et va à l’école, ce qui est loin d’être la norme. Au village, un enfant sur deux ne va pas à l’école. En 1917, un adulte sur quatre parvient à déchiffrer, en ânonnant à voix haute et syllabe par syllabe. Cf. Nicolas Werth, La Vie quotidienne des paysans russes de la révolution à la collectivisation (1917-1939), Paris, Hachette, 1984, p. 206-243.

13 La présentation de la production artistique de la « dynastie Plastov » (le grand-père et le père de Plastov mais aussi son fils et son petit-fils furent tous, chacun en leur temps, artistes) a fait l’objet d’un article: Tat’âna Plastova, « Plastovy – sem’â hudoznikov », Tret’âkovkaâ Galereâ, no4, 2011(33), p. 103-113, richement illustré, ainsi que d’une exposition au Musée russe, à l’occasion de laquelle a été publié un catalogue: Arkadij Plastov. Počva i sud’ba, Saint-Pétersbourg, Palace Edition, 2013.

14 Actuelle région d’Ulianovsk, rebaptisée ainsi en 1924 en référence à Vladimir Ilič Ulianov dit Lénine qui y est né.

15 Arhangelskij, Dmitrij (1885-1980) est peintre et pédagogue. Il étudie à l’école religieuse de Simbirsk, puis au séminaire. Il est diplômé de pédagogie à l’Académie impériale.

16 Volnuhin, Sergej (1859-1921) est sculpteur. Il est formé par Sergeï Ivanov au MUJVZ. Il enseigne au MUJVZ de 1895 à 1917 puis aux VHuTeMas de 1917 à 1921.

17 Le contrat date du 10 mai 1935. Archives Plastov

18 Au sujet des problèmes rencontrés par la presse et l’édition dans les années 1920 à cause de la pénurie de papier, cf. les travaux de Jeffrey Brooks qui revient sur les différents organes de presse. Jeffrey Brooks, Thank you Comrade Stalin ! Soviet public culture from revolution to cold war. Princeton, Princeton University Press, 2000.

19 Mihajl Prišvin (1873-1954) est un écrivain populaire dans les années 1920 et 1930. Né dans une famille aisée qui entretient des liens avec les populistes, c’est par le voyage et l’intérêt pour le folklore qu’il commence à écrire. Dans ses œuvres, il aborde un idéal de symbiose entre l’homme et la nature. Marc Slonime le situe dans le sillage des Notes d’un chasseur d’Aksakov (1852). Slonime le distingue de certains de ses ainés : « Pour des auteurs comme Tourgueniev et Bounine, la nature est un arrière-plan ou un cadre, elle apparaît comme une force hostile à l’homme, alors que pour Prichvine la nature a sa place au cœur de toute réflexion et l’homme puise sagesse et bonheur dans sa communion avec la nature.» Marc Slonime, Histoire de la littérature russe et soviétique, trad. Par Mary Fretz et Roger Stuveras, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1985, [Oxford University Press, 1977], p. 96. Ses récits pour un jeune public datent surtout de la guerre. La référence à Tourgeniev est fréquente.

20 Konstantin Ušinskiï (1824-1870) est surtout connu pour ses recherches dans le domaine de la pédagogie.

21 Nous n’avons jamais trouvé de contrat de commande concernant ces illustrations. Soit Plastov a voulu honorer un contrat, soit il voulait, à partir d’une illustration, proposer spontanément son travail à une maison d’édition. Le projet reste toutefois apparemment sans suite. Nous ne connaissons pour cette série que deux esquisses du même motif.

22 B. Nikiforov, « Portrety detskoj knigi », Iskusstvo, no2, mars-avril 1949, p. 42.

23 Dans le recensement de 1977, on mentionne une première édition en 1943 que nous n’avons malheureusement jamais pu consulter. Arkadij Aleksandrovič Plastov, Leningrad, Hudožnik RSFSR, 1977, p. 123.

24 L’ouvrage est traduit en français par Alice Orlane en 1954 pour Les Éditions en langues étrangères, Moscou. Nous empruntons le titre français à cette traduction.

25 U. Gerčuk, Sovetskaâ knižnaâ grafikaop.cit.

26 Il perçoit pour ce contrat 26 000 roubles. Izatel’skij dogovor, no3653. Archives Plastov.

27 Il perçoit à cette occasion 22 800 roubles. Izatel’skij dogovor, no5173. Archives Plastov.

28 À cela, on peut ajouter la republication aux éditions Detgiz en 1953, 1954 et 1959, et pour les éditions Narodna mladež à Sofia en 1955 selon le recensement de 1977. Arkadiï Aleksandrovič Plastovop.cit., 1977, p. 128.

29 Contrat d’édition no3624, 1er février 1967. Archives Plastov.

30 Régine Robin cite aussi les propos de Georg Lukàcs prenant la suite d’Engels. Cela doit permettre au réalisme de se différencier du naturalisme, du fragment ou encore d’une copie du réel. Régine Robin, Le Réalisme socialiste. Une esthétique…, op.cit., p. 86.

31 Courrier no588 du 22 mai 1950. Archives Plastov.

32 Le texte en question est la forme réduite du sténogramme de l’intervention de Aleksandr Gerasimov à la VIe Session de l’Académie.

33 Aleksandr Gerasimov, « Naši zadači », Iskusstvo, no1, Janvier-février 1954, p.7.

34 Ibidem.

Haut de page

Table des illustrations

Légende A. Plastov, Les Pompiers. Couverture, ed. G.F. Mirimanova, 1929.
Crédits © N.Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Légende A. Plastov, Kolia dessinant, 1935-1936. Huile sur toile, 66 x 50 cm
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4M
Légende A. Plastov, L’Année au kolkhoze. Couverture, Detguiz, 1946.
Crédits © N. Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende A. Plastov, Esquisse à la toile Le bain des cavaliers, 1937. Huile sur toile, 66, 5 x 99, 5 cm.
Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Légende A. Plastov, L’Année au kolkhoze. Illustrations 13 et 14, Detguiz, 1946.
Crédits © N. Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende A. Plastov, Les Animaux domestiques. Couverture, Detguiz, 1946.
Crédits © N. Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende A. Plastov, Les Animaux domestiques. Le dindon et Le coq, Detguiz, 1946.
Crédits © N. Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende A. Plastov, À propos des animaux domestiques. Couverture, Detguiz, 1953.
Crédits © N. Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende A. Plastov, À propos des animaux domestiques. L’Ecurie, Detguiz, 1953.
Crédits © N. Plastov
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1494/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Milbach, « La ferme sans le tracteur : les illustrations pour enfants d’Arkadiï Plastov », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 18 avril 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://strenae.revues.org/1494 ; DOI : 10.4000/strenae.1494

Haut de page

Auteur

Juliette Milbach

Chercheuse associée au centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre-européen, CERCEC (EHESS/CNRS)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org