Navigation – Plan du site
Varia

Où sont passés les Porpoise ?

Loïc Boyer

Résumé

La collection Porpoise Books a été initiée dans la Grande-Bretagne de l’immédiat après-guerre dans le but de proposer aux enfants de beaux albums de fiction à un prix modique. Malheureusement des soucis techniques à répétition accompagnés d’erreurs d’appréciation du marché n’ont pas permis de sortir les quatre premiers titres dans les meilleures conditions. Après l’annulation de l’ensemble du projet, la disparition rapide et mystérieuse des (imposants) stocks de livres qui constituaient l’amorce de cette collection reste un mystère.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Grande-Bretagne, Commonwealth

Chronologique :

après-guerre, années 1940
Haut de page

Texte intégral

L’emblème des Porpoise Books, 1947, designer inconnu.

© Penguin Books Ltd.

1Pelican, Penguin, Puffin, toutes les collections de livres lancées par Allen Lane portaient des noms de volatiles marins. Celle des Porpoise dont il est ici question tire son nom du marsouin qui, s’il est aquatique, est pourtant loin d’être un oiseau. Cette exception serait-elle l’explication à la disparition de plusieurs centaines de milliers de livres quelque part entre la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande ?

2Au départ, il y a un homme, Allen Lane, co-fondateur avec ses frères en 1936, de la maison d’édition Penguin Books. Cette entreprise a considérablement marqué le marché du livre au Royaume-Uni en proposant des livres de format modeste à couverture souple et au prix unique de six pence : des livres de poche. À ses côtés, Noel Carrington développera à partir de 1940 les Puffin Books, une collection documentaire illustrée à destination des enfants, également à couverture souple, toujours à six pence.

  • 1 Phil Baines, Puffin by Design, Londres, Penguin, 2010, Allen Lane.

3Mais en 1945 c’est un projet plus exigeant qu’il soumet au patron de Penguin : une collection pour les enfants, mais des textes de fiction cette fois. L’impression devra être d’excellente qualité, le dos, toilé et le prix de vente, d’un schilling — le double des Picture Puffin tout en restant d’un très bon rapport qualité-prix1. Aussi étrange que cela puisse paraître, trois ans, quatre livres et quatre cent mille volumes imprimés plus tard, Allen Lane fera disparaître l’ensemble de l’opération, au point que le destin des Porpoise reste à ce jour un mystère éditorial.

4Ces dernières années plusieurs publications de la Penguin Collectors’ Society ont révélé indices et témoignages des acteurs de cette aventure qui vont nous permettre de dissiper (un peu) les ténèbres qui ont englouti la collection.

La technique

5Alors que les dirigeants hésitent encore sur le nom à donner à cette collection (Children’s Classics ? Panda Books ?), c’est à l’éditrice américaine installée à Londres, Grace Hogarth qu’est confié le projet. Elle a déjà réalisé des albums pour enfants et développe un intérêt véritable pour l’illustration.

  • 2 Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.), Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society, (...)

6Depuis ses premiers numéros en 1930, la référence matière d’images imprimées est le magazine de luxe Fortune, publié à New York. Ses couvertures multicolores signées A.M.Cassandre, Fernand Léger ou Gyorgy Kepes tirent glorieusement parti des dernières innovations techniques en matière d’impression. L’offset est encore peu utilisée dans l’édition, mais pour Grace Hogarth la qualité et la richesse du résultat en font l’outil idéal pour imprimer au mieux les images des livres pour enfants2.

7Au moment où ce projet de collection se met en place, l’illustrateur Edward Ardizzone vient d’être libéré de ses obligations militaires d’Official War Artist et en profite pour travailler sur les illustrations d’un album en lithographie chez Cowells, imprimeur de nombre des Puffin Picture Books. Il répondra d’autant plus positivement à sa proposition de participer aux débuts de Porpoise qu’ils ont déjà travaillé ensemble sur Little Tim and The Brave Sea Captain, le premier album de la série des Little Tim :

  • 3 “I am having a most interesting time working at Cowells and am learning a lot about reproduction pr (...)

Le travail chez Cowells est particulièrement intéressant et m’apprend énormément de choses sur les techniques d’impression. Quand j’en aurai terminé je serai devenu un véritable maître lithographe, me semble-t-il. J’espère que ce savoir pourra être utile à la réalisation de votre livre.»
Edward Ardizzone à Grace Hogarth, lettre du 20 octobre 19453

8Mais étrangement, plutôt que de s’adresser à cet imprimeur qui avait fait ses preuves, Allen Lane allait choisir quatre industriels différents, un par titre prévu pour lancer la collection. Car dès 1946, quatre premiers ouvrages ont été rédigés et illustrés : deux classiques (Aladdin and his wonderful Lamp par John Harwood et The Ugly Duckling de Hans Christian Andersen et illustré par Will Nickless) et deux créations (Paul, The Hero of the Fire et The Flying Postman, respectivement signés Edward Ardizzone et Violet H. Drummond). S’en suivront alors deux années de tests et de tâtonnements qui vont produire, semble-t-il, des résultats très inégaux.

9La nouveauté que représente alors la technique de l’offset semble empêcher les fabricants de garantir une qualité régulière de leur production sur des tirages aussi longs. Car pour arriver au prix d’un shilling, il a été décidé de tirer à 100 000 exemplaires par ouvrage, ce qui est apparemment difficilement réalisable pour l’imprimerie britannique de l’époque. Il est vrai que la volonté de réaliser des livres en six passages couleur (et même neuf pour les images de Will Nickless) était plutôt rare, sinon unique, dans un paysage éditorial européen où, au sortir de la guerre, on a souvent recours à la bichromie.

10Edward Ardizzone reçoit ses premières épreuves de Chromoworks à l’été 1946 et fait part à Allen Lane de sa déception relative à la reproduction de ses couleurs, principalement le noir qu’il a pourtant pris soin de réaliser lui-même sur les plaques de l’imprimeur – les films Cellophane qu’il a réalisés ayant eu la mauvaise idée de se contracter lors d’un premier processus d’impression.

11La maison Penguin, tout aussi déçue que lui, fait retravailler Chromoworks sur un nouveau jeu d’épreuves qui cette fois remporte l’adhésion de tout le monde. Malheureusement la sortie du livre étant reportée, la période de Noël est manquée. De plus, tout ce long travail a un coût et va faire monter le prix de vente, désormais programmé à trois schillings et six pence !

12Finalement, à la surprise générale, il est décidé que Chromoworks réalisera le livre de John Harwood et Paul The Hero of the Fire sera confié à la maison Van Leer. L’appréciation de l’illustrateur quand aux épreuves proposées par ce nouvel arrivant est sans équivoque :

  • 4 “Personally I should like to get hold of Van Leer and quietly strangle him.” Cité dans Ibid.

En ce qui me concerne je souhaiterais mettre la main sur Van Leer et l’étrangler tranquillement.
Edward Ardizzone à Allen Lane, lettre du 31 juillet 19484

Paul the Hero of the Fire, illustration d’Edward Ardizzone. On notera la fadeur des couleurs. Le trait noir est si peu appuyé qu’il disparaît par endroits (visage du héros).

© Penguin Books Ltd et Edward Ardizzone

13Nous sommes alors en août en 1948 et les quatre titres sortiront tout de même un mois plus tard en librairie. Violet Drummond est également très déçue par un résultat final semble-t-il fort différent des épreuves. Voici ce qu’elle écrit à propos du travail des imprimeurs de The Haycock Press qui avaient la charge de son Flying Postman :

  • 5 Steve Hare, «The Mystery of the Drowning Porpoises», The Penguin Collector 6/2005 (no 64), p. 33-40

If the proofs had been like this I would have spoken about it straight away, but the proofs were excellent. It seems wrong to send good proofs and make the book up differently.
Si c’est comme ça que les épreuves étaient sorties, je me serais manifestée aussitôt, mais les épreuves étaient excellentes. Il ne me semble pas correct d’envoyer de bonnes épreuves puis de produire le livre autrement5.

  • 6 Ibid.

Variations d’impression de la même image tirée de The Flying Postman de Violet H. Drummond : “I am very upset as the colors for the drawings are not the same as in the proofs sent to me. For instance the yellow is an egg yolk yellow, a color that I would not dream of using. The black outline is much too thick in some cases so that the people lose their character6.”
« Je suis très fâchée de voir que les couleurs des dessins ne correspondent en rien aux épreuves qui m’ont été envoyées. Le jaune, par exemple, est un jaune d’œuf, une couleur que je n’aurais jamais rêvé utiliser. Le cerne noir est parfois si épais que les personnages ne plus reconnaissables. »

© Penguin Books Ltd et Violet H. Drummond.

  • 7 Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.) Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society,19 (...)

14Nous n’avons pas de témoignage de ce que John Harwood pensait de son livre imprimé, quant à Will Nickless, il a déclaré avoir été enchanté par The Ugly Duckling tel qu’imprimé par Balding and Mansell — après qu’on ait réimprimé la page de titre attribuant dans une première version ce conte à un certain Hans Christian Anderson7

  • 8 Richard Chopping, «Allen Lane: a Wrong Decision?», dans Steve Hare (ed.) Lost Causes, Londres, Peng (...)

15Qu’ont donc fait ces pauvres Porpoise pour mériter un tel traitement et une préparation aussi chaotique ? Ont-ils simplement essuyé les plâtres de plus ambitieux projets d’édition en couleur d’Allen Lane, comme la monstrueuse Histoire Naturelle de la Grande-Bretagne, prévue pour être publiée en neuf couleurs et vingt-deux volumes — mais qui ne verra finalement jamais le jour8 ? Le destin de la collection prendra-t-il désormais un meilleur tour alors que les premiers volumes sont enfin en librairie ?

La série des quatre livres parus sous le label Porpoise à l’automne 1948.

© Penguin Books Ltd et les artistes

L’argent

16Il semblerait au contraire qu’Allen Lane ait pris son parti avant même la sortie des albums, se déclarant ouvertement très inquiet quant à la réception d’ouvrages qu’il considérait comme mal imprimés, finalement sans dos toilé, et à plus du triple du prix prévu à l’origine.

  • 9 “As you know we printed 100 000 copies on the strength of the proofs, and from the sales point of v (...)

Comme vous le savez nous avons imprimé 100 000 exemplaires sur les foi des épreuves, et je suis très inquiet pour ce qui concerne les ventes.
Allen Lane à Edward Ardizzone, lettre du 3 août 19489.

17Il y a bien sûr la réticence des certains libraires face à cette gamme de livres si différente de ce qui se faisait alors chez Penguin : des livres cartonnés, et qui plus est dans une gamme de prix bien éloignée des 6 pence emblématiques de la maison. Sans parler de la taille ! Les Puffins, avec leur format à l’italienne inspiré des albums du Père Castor ne dépassaient jamais les Penguins en hauteur. À l’inverse des Porpoise ils étaient donc faciles à stocker et à exposer. Mais la perspective de voir les étagères des librairies du royaume livrées au chaos est-elle la seule explication à l’angoisse d’Allen Lane ?

Détail d’Aladdin and his wonderful Lamp, par John Harwood. Sans dos toilé ni cartonnage, la reliure n’était protégée que par une feuille de papier collée sur l’ensemble de la couverture.

© Penguin Books Ltd et John Harwood.

18Dès l’origine du projet était prévue une forme de co-édition avec l’éditeur Houghton Mifflin aux États-Unis. En témoigne la mention (relativement variable dans ses termes d’un titre à l’autre) : Published in England by Penguin Books and in U.S.A. by Houghton Mifflin Co. Mais ce partenaire n’a pas laissé la moindre trace d’intervention durant la période d’élaboration des livres, ni de cette collection dans ses catalogues.

19Il faut savoir qu’à cette époque, pour qu’un livre soit protégé par le Copyright américain, il devait être fabriqué sur le territoire des États-Unis. Cette mesure protectionniste empêchait donc le débarquement de livres importés de pays anglophones, à moins de les relier sur place — et dans la limite de séries de 1 500 exemplaires.

  • 10 Steve Hare, «The Mystery of the Drowning Porpoises», The Penguin Collector 6/2005 (no 64), p. 33-40

20La mention imprimée citée plus haut ainsi que l’absence de tout prix imprimé directement sur la couverture font partie des astuces avec lesquels Allen Lane pensait pouvoir mystifier la législation des États-Unis. Il fit là une erreur d’appréciation, aggravée par la quasi-fermeture du bureau new-yorkais de Penguin Books suite à des tensions entre lui et Victor Weybright, l’homme de Penguin sur place10.

Le plat 4 de The Ugly Duckling, illustré par Will Nickless, où apparaissent les noms des deux éditeurs supposément associés.

© Penguin Books Ltd et Will Nickless

21L’entreprise se retrouve alors avec un stock de 400 000 volumes dont la fabrication ne justifie pas le prix, qu’il faut à présent écouler sur le seul territoire britannique alors que le pays se remet lentement de la seconde guerre mondiale… tout ne s’était pas passé exactement comme prévu.

22Lane va alors prendre une série de décisions pour se débarrasser de ce qui est à présent un problème pour la maison Penguin. Il commence par congédier Grace Hogarth alors qu’elle travaille déjà, avec son équipe d’auteurs-illustrateurs, sur une demi-douzaine de nouveaux albums pour certains déjà bien avancés. La jaquette des premiers albums parus présentait une liste de titres à venir :

23The Emperor’s New Clothes de Hans Andersen, illustré par Virginia Lee Burton, The Fisherman and his Wife / Hansel and Gretel des frères Grimm, illustré par Maurice Brevannes, Nursery Rhymes illustrées par Bertoglio et Ali Baba and The Forty Thieves illustré par John Harwood.
Étaient également en cours de réalisation The Pink Pony de Duddley Jarrett et Mary had a Little Lamb de H.A.Rey.

  • 11[…] no artist ever delivers on time.” Cité dans Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.) Los (...)

24Pour mettre un terme définitif à ce programme et se débarrasser des artistes, il se retranche derrière les termes du contrat passé avec eux : ils ne seront payés que s’ils livrent leur travail dans les délais. « […] aucun artiste ne rend son travail dans les temps. » déclare-t-il alors cyniquement à une Grace Hogarth effarée11.

Sur le rabat de la jaquette d’Aladdin and his wonderful Lamp la liste des Porpoise présents et à venir — and still more to come ! On appréciera le soin apporté par John Harwood aux pages de garde.

© Penguin Books Ltd et les artistes

Les stocks

25Mais qu’est-il advenu des volumes déjà fabriqués ? Car si l’on fait quelques recherches autour de ces titres chez les bouquinistes du Royaume-Uni, ils s’avèrent assez difficiles à trouver — rareté plutôt surprenante pour des tirages de cette ampleur. Par comparaison, les ouvrages de la collection Puffin Picture Books publiés à la même époque avec une couverture simplement agrafée, donc plus fragiles, sont beaucoup plus facilement disponibles. Des recherches toutes aussi infructueuses du côté des États-Unis confirment l’échec total du partenariat transatlantique.

  • 12 Steve Hare, «The Mystery of the Drowning Porpoises», The Penguin Collector 6/2005 (no 64), p. 33-40

26Quand Violet Drummond s’inquiètera au milieu des années 1950 de l’état de ses royalties alors que The Flying Postman est officiellement épuisé, l’éditrice Eunice Frost lui annoncera que l’absence de nouvelle rémunération peut s’expliquer par le fait que les volumes invendus (71 000 sur un total de 100 000) ont été détruits12.

  • 13 “printing and financial logistics – and perhaps editorial motivation less so” Cité dans Gaby Wood, (...)

27Eunice Frost écrira d’ailleurs que les idées fixes d’Allen Lane tournaient principalement autour des « questions techniques et financières – et probablement moins autour des questions éditoriales.13 »

28Les décisions brutales n’ont jamais été étrangères à cet homme ; j’ai cité plus haut le projet d’Histoire Naturelle illustrée qui sera stoppé à l’été 1949 juste avant sa concrétisation et après six années de travail, éditorial comme graphique.

  • 14 Tanya Schmoller, «Siné’s Massacre Revisited», The Penguin Collector 12/2010 (n75), p. 42-44.

29Mais parfois il s’agit de détruire des volumes déjà imprimés, comme le 9 octobre 1966 quand le bras de fer qui l’oppose à Tony Godwin pour la direction de l’entreprise tourne en sa défaveur.
Sir Allen décide alors de faire disparaître nuitamment tout le stock de Massacre, un livre de dessins de Siné fraîchement paru. Des représailles qui n’auront que peu de conséquences, le livre du dessinateur parisien n’ayant pas suscité l’intérêt des lecteurs anglais14.

30Alors les Porpoise ont-ils finit au pilon ? Ont-ils été oubliés dans une grange du Middlesex où ils dorment encore ?

  • 15 Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.) Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society,19 (...)

31Une lettre d’Allen Lane datée du mois de novembre 1949 nous offre une autre perspective en signalant la vente de 150 000 Porpoise pour 2 500 £ à Harold Hill. C’est un grossiste en livres qui souhaitait augmenter son chiffre à l’export, en l’occurrence en Nouvelle-Zélande. Car s’il était impossible à monsieur Lane, pour des questions d’image, de solder ses livres neufs sur le territoire du Royaume-Uni, en revanche les lointaines colonies étaient parfaitement susceptibles d’accueillir ce qu’il nommait alors « one of our most serious problems15 » (« l’un de nos plus graves problèmes.»)

32Bob Davies, qui travaillait à cette époque au bureau australien de Penguin se souvient avoir réceptionné ce stock et certifie qu’il n’a jamais quitté l’archipel néo-zélandais. La population locale était après-guerre d’environ deux millions d’âmes, un marché peu susceptible d’absorber à lui seul une telle quantité de volumes répartie sur quatre titres.

33Comme le rappelle Dorothy Butler, libraire en Nouvelle-Zélande de 1965 à 1990, l’ensemble des ventes des livres de Penguin en Australie en 1946, toutes collections confondues, était de 400 000 volumes pour une population dont le nombre tournait autour de dix millions de citoyens.

  • 16 Ibid.

34La collectionneuse locale de livres pour enfants Susan Price possédait en 1997 un exemplaire d’Aladdin et un autre de Paul. En plusieurs décennies, elle n’avait croisé que deux autres exemplaires de ce dernier album et les autres titres de la collection lui étaient parfaitement inconnus.
Ses exemplaires venaient tous deux d’une boutique de Wellington qui a fermé en 1979, rachetée par une chaine de librairies. Cette transaction donna lieu à une grande braderie où furent sortis des réserves des centaines de cartons de livres venant d’Angleterre et qui n’avaient jamais été ouverts16

35Il n’y avait évidemment pas là des dizaines de milliers de Porpoise, et d’ailleurs le chiffre de 150 000 volumes expédiés à l’autre bout du globe ne couvre certainement pas l’ensemble des invendus. Le mystère de la disparition de plusieurs centaines de milliers de livres sera-t-il complètement éclairci un jour ? Probablement pas et c’est précisément – au-delà de la qualité intrinsèque des ouvrages – ce qui rend cette histoire excitante.

Épilogue

36Grace Hogarth, de son côté, a tout fait pour que les projets qu’elle avait initiés avec ses illustrateurs aboutissent. C’est ainsi que les livres d’Edward Ardizzone (avec de nouveaux dessins) et de Violet Drummond connurent une renaissance au catalogue des Constable Young Books dont elle fut l’éditrice au début des années 1960.

  • 17 Steve Hare, «Porpoises and Ptarmigans», dans Steve Hare (dir.), Puffins Progress, Londres, Penguin (...)

37Mary had a Little Lamb and other Nursery Songs de H.A.Rey finit par sortir en septembre 1951 assez ironiquement dans la collection des Puffin Picture Books, alors que The Emperor’s new Clothes de Virginia Lee Burton, probablement bien avancé au moment de la catastrophe, est paru dès 1949 chez… Houghton Mifflin, au format typique des Porpoise Books. Le livre de Dudley Jarrett The Pink Pony fut quand à lui publié par Odhams en 195117.

Haut de page

Notes

1 Phil Baines, Puffin by Design, Londres, Penguin, 2010, Allen Lane.

2 Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.), Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society, 1998, p. 11-22.

3 “I am having a most interesting time working at Cowells and am learning a lot about reproduction processes. I feel I shall be quite an expert lithographer by the time I have finished. Also I hope to acquire knowledge which will be very useful to me when I start to work on your book.” Cité dans Ibid.

4 “Personally I should like to get hold of Van Leer and quietly strangle him.” Cité dans Ibid.

5 Steve Hare, «The Mystery of the Drowning Porpoises», The Penguin Collector 6/2005 (no 64), p. 33-40.

6 Ibid.

7 Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.) Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society,1998, p. 11-22.

8 Richard Chopping, «Allen Lane: a Wrong Decision?», dans Steve Hare (ed.) Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society,1998, p. 36-40.

9 “As you know we printed 100 000 copies on the strength of the proofs, and from the sales point of view I am extremely apprehensive.” Cité dans Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.), Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society, 1998, p. 11-22.

10 Steve Hare, «The Mystery of the Drowning Porpoises», The Penguin Collector 6/2005 (no 64), p. 33-40.

11[…] no artist ever delivers on time.” Cité dans Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.) Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society, 1998, p. 11-22.

12 Steve Hare, «The Mystery of the Drowning Porpoises», The Penguin Collector 6/2005 (no 64), p. 33-40.

13 “printing and financial logistics – and perhaps editorial motivation less so” Cité dans Gaby Wood, «A touch of Frost: the story of Penguin's secret editor», The Telegraph 5/8/2010, en ligne : www.telegraph.co.uk/culture/books/7926458/A-touch-of-Frost-the-story-of-Penguins-secret-editor.html

14 Tanya Schmoller, «Siné’s Massacre Revisited», The Penguin Collector 12/2010 (n75), p. 42-44.

15 Steve Hare, «Porpoise», dans Steve Hare (dir.) Lost Causes, Londres, Penguin Collectors’ Society,1998, p. 11-22.

16 Ibid.

17 Steve Hare, «Porpoises and Ptarmigans», dans Steve Hare (dir.), Puffins Progress, Londres, Penguin Collectors’ Society, 2014, p. 41-47.

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’emblème des Porpoise Books, 1947, designer inconnu.
Crédits © Penguin Books Ltd.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Paul the Hero of the Fire, illustration d’Edward Ardizzone. On notera la fadeur des couleurs. Le trait noir est si peu appuyé qu’il disparaît par endroits (visage du héros).
Crédits © Penguin Books Ltd et Edward Ardizzone
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Légende Variations d’impression de la même image tirée de The Flying Postman de Violet H. Drummond : “I am very upset as the colors for the drawings are not the same as in the proofs sent to me. For instance the yellow is an egg yolk yellow, a color that I would not dream of using. The black outline is much too thick in some cases so that the people lose their character6.” « Je suis très fâchée de voir que les couleurs des dessins ne correspondent en rien aux épreuves qui m’ont été envoyées. Le jaune, par exemple, est un jaune d’œuf, une couleur que je n’aurais jamais rêvé utiliser. Le cerne noir est parfois si épais que les personnages ne plus reconnaissables. »
Crédits © Penguin Books Ltd et Violet H. Drummond.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Légende La série des quatre livres parus sous le label Porpoise à l’automne 1948.
Crédits © Penguin Books Ltd et les artistes
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Détail d’Aladdin and his wonderful Lamp, par John Harwood. Sans dos toilé ni cartonnage, la reliure n’était protégée que par une feuille de papier collée sur l’ensemble de la couverture.
Crédits © Penguin Books Ltd et John Harwood.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Le plat 4 de The Ugly Duckling, illustré par Will Nickless, où apparaissent les noms des deux éditeurs supposément associés.
Crédits © Penguin Books Ltd et Will Nickless
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Sur le rabat de la jaquette d’Aladdin and his wonderful Lamp la liste des Porpoise présents et à venir — and still more to come ! On appréciera le soin apporté par John Harwood aux pages de garde.
Crédits © Penguin Books Ltd et les artistes
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1488/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Boyer, « Où sont passés les Porpoise ? », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 18 avril 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1488 ; DOI : 10.4000/strenae.1488

Haut de page

Auteur

Loïc Boyer

Designer graphique indépendant / chercheur associé à l’InTRu

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org