Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« J’ai donné une âme à Winnetou »
Interview avec l’acteur Pierre Brice sur le rôle de sa vie

Propos recueillis par Oliver Schwehm (réalisateur) au cours de l’été 2007.
Olivier Schwehm

Notes de la rédaction

Cet entretien a servi à la réalisation du documentaire « Winnetou darf nicht sterben/ Pierre Brice, le célèbre inconnu du cinéma français », diffusé par Arte le 26 décembre 2007. Pierre Brice, né Pierre Louis Le Bris, est décédé le 6 juin 2015, à l’âge de 86 ans.

Texte intégral

1Comment êtes-vous arrivé en Allemagne ?
En 1962, je fus invité au festival de cinéma de Berlin pour présenter le film « Los Atracadores » qui avait gagné quelques semaines avant le premier prix au festival de San Sébastien. À la suite de la projection de ce film, il y avait un grand dîner à l’hôtel Intercontinental de Berlin, j’étais assis à une table avec ma copine de l’époque, et à une table à côté, il y avait un producteur allemand qui s’appelait Horst Wendlandt, et ce producteur avait son regard fixé sur la table à laquelle j’étais assis, et je pensais qu’il regardait ma copine, Françoise. Et là, tout d’un coup, nerveux, fou de jalousie, j’étais prêt à me lever pour lui demander des explications. Et Françoise me dit, écoute, ne fais pas l’imbécile, je crois que c’est un producteur. Alors, je me suis rassis, et puis peu de temps après, j’étais à Cannes, je partais en vacances avec Françoise, sur un yacht, et je reçois un coup de téléphone d’Olga Horstig, qui était mon agent à Paris, qui me dit, Horst Wendlandt, s’intéresse à toi et voudrait te proposer un rôle très, très important dans un film qu’il va tourner. J’ai dit, quel genre de film ? Un western. Ah, un western… un western, un western… mais qu’est ce que c’est comme rôle ? Le rôle d’un indien. Oh, le rôle d’un indien ! Moi, à ce moment là, j’ai pensé à ce que montraient les Américains, et comment les Américains traitaient les Indiens dans leurs western. J’ai dit à Olga Horstig que je n’étais pas très intéressé de faire un rôle comme celui là. Et Olga Horstig, qui était d’origine yougoslave, avait lu les romans d’un certain Karl May, qui est un auteur très, très, très connu dans le monde entier, sauf en France peut-être, mis à part l’Alsace où il est également très connu, et elle m’a dit, Pierre, si vous avez la chance de tourner ce rôle là, je peux vous garantir une grande carrière en Allemagne. Alors, ça m’a un peu convaincu. Et j’ai signé mon contrat. Et je ne m’en suis pas repenti.

2Comment vous êtes-vous préparé pour ce rôle ?
Karl May étant pratiquement inconnu en France, j’ai commencé par lire ce qui avait été traduit de lui en français, et ça m’a rapproché du personnage. Ensuite, j’ai relu Fenimore Cooper, j’ai relu Jack London, et tout ça, ça a été très utile, et puis il y avait le panache de ce personnage, il y avait ce contact qu’il y avait entre lui et son cheval, il y avait donc l’idée déjà de monter à cheval, l’idée de la lutte, c’était un combat, la guerre, je l’avais connue, c’était ça aussi, il y avait une partie guerre dans les films de Karl May, donc tout ça c’était pour moi un challenge qui m’a passionné.

3Vous n’avez pas eu beaucoup de dialogues...
Ça a été un problème pour moi, surtout dans le premier film où je n’avais vraiment pas beaucoup de répliques, et je suis allé voir Harald Reinl, le réalisateur, pour me plaindre un peu, pour lui dire, écoute, Harald, je trouve que mes dialogues ne sont pas suffisants. Il m’a dit :« C’est exactement ce que je veux, c’est comme ça que c’est bien. Winnetou doit exprimer ses sentiments d’abord par ses actions, ensuite, par ses expressions, ses gestes. C’est mieux comme ça, ça donne plus de mystère au personnage ». Par la suite, je me suis rendu compte que c’était lui qui avait raison, c’était un personnage qui ne devait pas parler beaucoup mais qui devait agir.

4Les films ont été tournés en Yougoslavie. Quels sont vos souvenirs du tournage ?
Hélas, le premier jour de tournage, je ne l’oublierai jamais. Je ne parlais, à l’époque, pas un mot d’allemand, et j’étais là, Harald Reinl m’explique la scène à tourner, moi j’étais fier comme Artaban dans mon costume d’indien, j’étais fier de monter un superbe cheval, j’étais fier de ce rôle. Il me dit, on va commencer, j’étais prêt à tourner, et j’entends – je répète, je ne comprenais pas et je ne parlais pas un mot d’allemand –, et j’entends, Reinl qui crie « Bitte Ton ! », en français, ça veut dire « Moteur ! », il répète « Bitte Ton ! », moi je jouais le personnage de Winnetou, et ça sonnait un peu comme Winnetou, j’ai dit, merde, on m’appelle, je me précipite au galop sur l’endroit du tournage, et Reinl lève les bras : « Ah, Pierre, Pierre, on a besoin de tourner, il ne faut pas perdre de temps, s’il te plaît, s’il te plaît ! » Tout le monde rigolait, toute la troupe rigolait, et ça a duré pendant tout le tournage, le fait que mes camarades qui étaient d’excellents comédiens et d’excellents camarades, chaque fois que le metteur en scène disait « Bitte Ton ! » : « Pierre, Pierre, le metteur en scène t’appelle ! »… ça, c’est resté.

5Dans quelle langue le tournage se faisait-il ?
C’était en grande partie en anglais, je crois. Mais il y avait aussi beaucoup d’acteurs yougoslaves, qui ne parlaient pas un mot ni de français ni d’anglais, donc qui parlaient dans leur langue ; c’était la tour de Babel. Il y avait eu une actrice française, Macha Méril, il y avait ma sœur Marie Versini, il y avait des Italiens comme Mario Girotti qui est devenu plus tard Terence Hill et il y avait des Allemands.

6Avez-vous été surpris du succès du film ?
Surpris ? Surpris du succès ? Tout le monde était surpris… On était parti pour faire un film, on ne pouvait pas s’imaginer ce que c’était ! En première exclusivité, 10 millions d’entrées, Wendlandt couronné, le statut de star de Lex Barker, mon partenaire, était établi, moi, les journaux écrivaient « a star is born », c’était colossal. Les gens se précipitaient parce qu’il faut dire que dans tous ces pays d’Europe centrale, Karl May est lu depuis des générations et des générations, c’était le livre de chevet d’Einstein, et donc tout le monde avait lu Karl May, tout le monde adorait les romans de Karl May. Lex Barker qui jouait Old Shatterhand et Winnetou joué par moi, ils adoraient, ils imaginaient ces deux personnages, mais ils ne pouvaient pas mettre un visage dessus, et moi j’ai su par la suite qu’un grand professeur avait dit : « Pierre Brice n’a pas seulement donné son nom au personnage, il a donné une âme au personnage », ça veut dire qu’en fait, c’était entre ce personnage et moi une rencontre. Parce que je me suis aperçu que ce personnage défendait les mêmes idéaux, des idéaux pour lesquels moi aussi je me suis battu. Mon succès était tellement fort qu’on a tout de suite enchaîné sur un deuxième. Je baignais dans le bonheur quand j’ai tourné les Winnetou, on savait que le prochain film serait un succès, c’était fantastique. Il y avait une ambiance extraordinaire.
Une des raisons essentielles du succès était la musique de Martin Böttcher. Je dois dire que moi, quand j’entends cette musique, maintenant encore j’ai la chair de poule. C’est une très belle musique, c’est comme la musique de Morricone dans les westerns italiens. Et puis, Martin Böttcher, le compositeur avait l’idée de me faire chanter. Et j’ai dit, ce n’est pas mon métier, mais il m’a dit : « Non, non, je suis sûr que ça pourrait marcher. » Il a insisté, j’ai accepté, et j’ai enregistré mon premier 45 tours, qui s’appelait « Ich steh allein », « Je reste seul », et l’autre « Ribanna », Ribanna, c’était le nom de la jeune Indienne dont Winnetou était amoureux. Et bon, moi je n’ai pas trouvé le résultat très satisfaisant, je n’ai pas du tout aimé ce que je faisais, mais pour prouver qu’il y a une grande injustice dans le monde, mon disque a été pendant longtemps numéro un au Hitparade, devant… les Beatles… injustice complète. C’était la première fois que le public allemand entendait ma vraie voix, parce que pendant les films j’étais synchronisé par un acteur allemand.

7Comment avez-vous vécu le fait de devenir une star ?
Comment je vivais personnellement le fait que j’étais devenu, d’après les journalistes, une star ? C’était facile, c’était très agréable. Le premier film venait d’être tourné, je savais qu’on allait en tourner un deuxième, tout le monde me reconnaissait dans la rue en Allemagne, c’était extraordinaire, enfin, c’est ce que souhaite tout acteur. S’il y a un acteur qui me dit, moi, je ne pourrais pas supporter d’avoir du succès… je le croirais pas. Moi, j’ai réussi à vaincre ma timidité, parce que si je reste timide dans la vie, sur scène, tout ça est estompé.

8Comment avez-vous trouvé les films personnellement ?
Je pense que ce personnage très romantique de Winnetou a beaucoup touché le cœur des Allemands. Les Allemands sont très romantiques, et aussi, ce n’est pas mal de le dire de ma bouche : ils sont un peu naïfs. Et les films de Karl May sont pleins de romantisme et de naïveté. Pour toute cette masse d’Allemands qui ont souffert de la guerre et qui pensaient qu’ils avaient une part de responsabilité, l’arrivée de ce film qui était naïf, qui donnait de la fraîcheur a été pour eux quelque chose de très, très, très apaisant, ils avaient besoin de ça, d’avoir des héros positifs, et c'est ce qu’étaient Old Shatterhand et Winnetou.

9Quelle est votre séquence préférée dans les films ?
Ma séquence préférée dans les films de Winnetou, c’est ma mort... À ce sujet, je peux vous raconter une anecdote. Je meurs dans le film, c’était le 4ème film de la série, et je me suis dit, pour moi, Karl May, c’est fini. Je vais retourner en Italie, où je suis connu, je vais retravailler en Italie, je pense que les Français vont finir par me faire travailler, les Espagnols aussi, et à ce moment là, je reçois un coup de téléphone d’Horst Wendlandt, le producteur, qui me dit : « Pierre, je prends l’avion, je viens te retrouver, il faut que je te parle. » Et il vient me parler et il me dit : « Il se passe quelque chose de tragique pour moi, en Allemagne… » « Ah bon, quoi ? » « Les spectateurs, sachant que dans le film, tu meurs, ont décidé de boycotter le film. Qu’est-ce que je peux faire ? » Je lui dis : « Écoute, Horst, je ne sais pas, c’est à toi de me dire ce que tu dois faire. Ce n’est pas mon problème, moi de toute façon, je suis mort, c’est fini. » « Non, non, non, on en recommence un autre. » Je lui dis : Mais je ne peux pas, je suis mort. » « Aucune importance, si les gens, les spectateurs savent que tu vas continuer, que tu vas avoir une résurrection, ils vont aller voir le film, et je pourrai continuer à avoir du succès. » Qu’est ce que je pouvais faire ? Je ne pouvais pas dire non à Horst. Je ne pouvais pas dire non à un producteur qui avait fait de moi ce que j’étais, je n’aime pas le mot star, mais quand même, aux yeux des Allemands, c’est ça, je ne pouvais pas dire non, alors je lui ai dit : « Bon, tu as un projet ? » Il me dit : « Oui, j’ai un projet, on recommence tout de suite, là, sans s’arrêter, le scénario est prêt, on a la même troupe, les comédiens sont engagés », donc je dis : « bon ben d’accord ».

10Et pourtant les films de Winnetou s’arrêtent à la fin des années 60...
Je pense que la mine a été un peu épuisée. Et puis, l’année 68 a beaucoup marqué le monde entier. Toutes ces protestations, tous ces mouvements de jeunes dans le monde entier. Et ça a eu une conséquence aussi sur les films qui ont été tournés par la suite. Il y a eu le début des films érotiques, il y a eu des films très violents.

11Mais même si les films de cinéma se sont arrêtés, le personnage de Winnetou n’a pas disparu...
Winnetou est revenu d’une manière tout à fait bizarre, j’avais presque pris ma retraite, j’avais vendu tout ce que j’avais à Paris, je vivais à la campagne et j’ai reçu un coup de téléphone d’Allemagne, un directeur de théâtre de plein air qui m’a demandé si je voulais jouer le rôle de Winnetou dans un théâtre. C’était dans un petit village dans le Sauerland, une région d’Allemagne, qui tous les ans, jouait en plain air du Karl May, sur une scène de 100 mètres de large avec 4 000 places, avec des amateurs. Et c’était une espèce de challenge pour moi, de jouer cette pièce au théâtre et le succès est revenu comme si je n’avais cessé de jouer ce personnage qu’est Winnetou. Et un producteur français, de Telfrance, est venu voir le spectacle et ça lui a donné l’idée de faire une série de télévision « Winnetou le mescalero », en co-production avec l’Allemagne. En 1980, il a fait une série de 12 épisodes qui se passait au Mexique, c’est-à-dire là où les Apaches avaient vraiment vécu et il en a confié la direction à Marcel Camus qui étaient connu pour le succès d’Orfeu Negro et on a tourné ce film au Mexique dans des décors magnifiques, mais c’était un film tout à fait différent. Tourné par un français, le film a pris une autre dimension, une autre allure, c’était loin de la naïveté de Karl May, c’était beaucoup plus réaliste, ça montrait la vraie vie des Indiens, les costumes étaient beaucoup plus authentiques. Le costume, c’était un vrai costume d’Apache. Le costume de Winnetou dans les films allemands était plutôt un costume fantaisiste. Pour moi, cette série était un gros succès. Elle était un peu moins appréciée par les Allemands, parce que justement, manquait le côté naïf de Karl May. Mais ça reste pour moi ma série favorite.

12Est-ce que le personnage de Winnetou pourrait encore revenir aujourd’hui ?
Le succès des films de Karl May est dû à Karl May lui-même. Karl May qui, depuis des générations et des générations, a été lu par des millions et des millions de personnes. On ne lit plus Karl May aujourd’hui. Peut-être qu’il y a encore des enfants qui lisent Karl May, mais pas beaucoup. Je pense au contraire que les enfants ne lisent plus Karl May. On leur a donné Harry Potter à lire et d’autres héros. On ne lit plus Karl May comme on en lisait avant.

13Quelle relation entretenez- vous avec l’Allemagne ?
En France, je suis pratiquement inconnu, en Allemagne, je suis reconnu partout. C’est-à-dire ici je peux me mettre les doigts dans le nez sans que personne n’y prête attention, en Allemagne, ce serait mal vu. À travers le personnage que j’interprétais, ils m’ont adopté. J’ai eu tout de suite une cote d’amour incroyable en Allemagne. Je suis aujourd’hui marié avec une Allemande, et j’ai une famille en Allemagne, j’ai un deuxième Heimat, une deuxième patrie. Et je suis adoré par les Allemands, j’ai des contacts fantastiques, j’ai des amis. Ils sont adorables, ils sont gentils, ils m’aiment et je les aime.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Schwehm, « « J’ai donné une âme à Winnetou »
Interview avec l’acteur Pierre Brice sur le rôle de sa vie
 », Strenæ [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1476 ; DOI : 10.4000/strenae.1476

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org