Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariella Colin (dir.), Les catéchismes et les littératures chrétiennes pour l’enfance en Europe

Frédéric Gugelot
Référence(s) :

Mariella Colin (dir.), Les catéchismes et les littératures chrétiennes pour l’enfance en Europe, Presses universitaires de Bordeaux, 2014.ISBN: 978-2-86781-948-3

Texte intégral

1Dans le flot de papier (Artiaga) que le catholicisme produit au xixe siècle, alors que s’établit la figure de l’écrivain catholique, un pan de la production littéraire bénéficie précocement de l’investissement de l’Église, l’écriture pour l’enfance. L’ouvrage réunit avec bonheur des textes, et quelques pages finales iconographiques, qui portent sur les deux pans de cet investissement : le catéchisme et les littératures chrétiennes pour l’enfance, sans oublier combien l’un et l’autre s’entremêlent parfois. Cette diversité ne nuit pas à l’unité du propos. Le choix de se cantonner au christianisme, essentiellement sur les deux siècles contemporains, permet de cerner cette abondante production sur l’ensemble de l’Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie et Russie). La comparaison se fonde sur des mises en parallèles réussies entre par exemple l’édition catholique pour la jeunesse en Italie et dans l’Espagne de Franco, entre les deux Thérèse, d’Avila et de Lisieux.

2Existe-t-il une écriture catholique pour la jeunesse ? Plusieurs traits peuvent être mis en avant : la précocité de la prise en compte d’une spécificité de la jeunesse (proche de la différenciation des publics qu’établit l’Église pour la littérature) ; des débats incessants sur le contenu, la pédagogie, le style ; des oscillations entre uniformisation et offres différentes.

3« Catéchisme, livre ou prédication qui contiennent les instructions de la foi qu’un chrétien doit savoir » (Dictionnaire de Furetière, 1690, p. 23) ou « Cette lecture leur donnera des notions complètes de toutes les vérités de notre sainte religion ; elle leur apprendra à mettre ces vérités en pratique, et elle leur sera d’une grande utilité pour se perfectionner dans la vie chrétienne. » (Petit catéchisme de Malines, 1843, p. 115). Apprentissage, instruction, perfectionnement, la multiplication et l’impression des catéchismes marquent une étape essentielle de l’enseignement religieux puisque on passe de l’oralité à la lecture, d’un livre pour clerc à un ouvrage pour tous et en particulier les enfants. Il ne suffit plus de croire ou de pratiquer, il faut savoir (p. 9). Mais si le catéchisme sert d’instrument d’instruction religieuse pour enfants et adultes, il est aussi arme dans les luttes confessionnelles, ouvrage d’alphabétisation, d’éducation quand il n’a pas un rôle fondateur comme ceux rédigés par Luther (p. 52) ou d’attachement à la tradition en réponse aux défis du monde moderne et de l’exil pour les Russes (p. 141). Plusieurs textes rappellent aussi le risque de nationalisation des religions quand les ouvrages de catéchisme présentent l’orthodoxie comme une religion spécifiquement russe ou quand dans l’Espagne de Franco, prier pour Dieu ne se sépare pas de prier pour la patrie au sein d’un véritable national-catholicisme.

4Le concile de Trente renforce l’orientation d’instruction religieuse du catéchisme en opposition au protestantisme (p. 73). L’accent est mis sur l’éthique, l’orthodoxie, la pratique chrétienne, les sacrements et les préceptes moraux, excluant tout rapport direct entre les fidèles et les vérités de l’Évangile. Le livre montre très bien que malgré une longue tendance à la constitution d’un catéchisme unique, malgré les tentatives d’harmonisation, décelables jusque dans le texte rédigé par Charles Dickens pour ses seuls enfants, The Life of Our lord (p. 204), ce qui l’emporte est une forte diversité. La forme privilégie questions et réponses. L’introduction de formules fixes et brèves ne conduit pas au développement d’une réflexion mais à l’apprentissage d’une vérité absolue. Dogmes et théologie laissent souvent la place principale à l’amour et la peur de Dieu, mais aussi à l’obéissance et la vertu. Certaines publications sont de longue haleine (les catéchismes de Luther, celui du jésuite de Salamanque Gaspar Astete, celui de Christoph von Schmid). Mais comment s’adresser aux enfants, des enfants qui de plus changent avec les temps ? « Nos enfants qui jusqu’ici tranquilles et soumis, marchaient sur les pas de leurs pères, et exacts au service divin écoutaient avec crainte et respect ce qu’ils n’entendaient pas ; aujourd’hui, quel scandale, ils commencent à lire la Bible, tâchent de l’expliquer, veulent savoir les raisons de tout et n’ont plus une foi aveugle pour leurs pasteurs. » (1749, p. 123). L’émotion apparaît comme un moyen légitime : « Si le cœur ne parle pas, cela languit », écrit Mgr Colbert en 1772 (p. 33). Il ne faut pas s’adresser uniquement à l’entendement mais aussi user d’histoires touchantes et émouvantes (p. 97). « La parole de Dieu est une parole de vie, elle doit s’enseigner avec enthousiasme, et non pas de manière ennuyeuse », écrit en 1906 le catéchète Sosuncov (p. 130). Les catéchismes essayent toutes les méthodes de l’argument d’autorité au raisonnement logique, passent du « nous » au « je » qui, au delà de l’adhésion à une communauté aux valeurs partagés, marquerait le passage vers un catholicisme plus intériorisé, plus personnel, plus « privé » (p. 12). Ce souci pédagogique se révèle jusque dans la variété des langues (p. 34).

5Les différentes éditions du catéchisme de Malines sur un siècle (1843-1946) prouvent combien l’écriture d’un tel ouvrage est hantée par une tension interne au système de valeurs chrétiennes, qui aspire à répondre à un scepticisme grandissant et à une demande plus intériorisée (p. 112-113) : « Jamais ce devoir n’a été plus impérieux qu’en ces jours où tout est mis en œuvre pour soustraire l’enfance et la jeunesse à l’influence salutaire de l’enseignement révélé. » (Catéchisme du diocèse de Tournay, 1940, p. 114).

6L’argument militant est constant même pour la littérature : « L’utilité des bonnes lectures […] quel plus haut degré d’importance n’acquièrent-elles pas encore aujourd’hui, où tant de productions impies et licencieuses portent dans toutes les classes de la société le germe de l’incrédulité et de la corruption ? » (1831, p. 157). La littérature catholique pour l’enfance est aussi une littérature de combat dont l’enjeu n’est rien moins que de sauver des âmes. « La plus salutaire de toutes les connaissances, c’est la connaissance de la doctrine chrétienne. » (p. 117). Cette lutte se mène sur plusieurs fronts contre les dangers de la « déchristianisation » et contre la « mauvaise » littérature. La foi apparaît comme une aventure, avec des exemples édifiants. La religion y est souvent exigeante, intransigeante, plus ascétique que mystique, d’une morale toute rigoureuse et conformiste.

7L’étude de plusieurs maisons d’édition (Mame pour la France, Société Editrice Internationale pour l’Italie), de succès (Le journal de Marguerite de Victorine Monniot publié de 1859 à 1929, El cuaderno de Celia), montre que le récit d’enfance devient un genre à part entière au moment où se développe la première communion (p. 173). Mame est un magnifique exemple de ce passage à l’ère industrielle d’une production qui reste marquée par son engagement croyant. Mame illustre cette capacité réactive du catholicisme du xixe siècle face à la massification et démocratisation de la culture grâce à la création de collections fondées sur la différenciation des publics, l’extension des équipes de contributeurs, la fidélisation d’un public en particulier par les distributions de prix. La SEI, née en 1908, publie de nombreux manuels scolaires et se spécialise dans la littérature religieuse pour les enfants. Le groupe d’inspiration salésienne aspire à publier « de bons livres, utiles à la promotion de l’édition intellectuelle et morale des jeunes » (p. 234). Entre 1908 et 1923, la SEI produit 2 400 volumes, « un millier de livres scolaires, 387 ouvrages édifiants, 331 de fictions, 190 de dramaturgie, 126 biographies, 150 ouvrages de théologie, de catéchèse et de liturgie » (p. 235). La catalogue de la maison n’hésite pas à louer cette production : « Tout en eux est fête et joie : les couleurs, les mots et les esprits cachés. Chaque volume est un petit chef d’œuvre, chaque page est un don de beauté. » (p. 237). Dans cette conception de la littérature où l’enjeu moral l’emporte sur toute recherche esthétique, ce qui est bon est perçu comme beau. L’Espagne franquiste amplifie l’omniprésence du religieux dans la littérature scolaire, avec un enseignement fondé sur l’affirmation et la répétition. Les romans d’apprentissage ici aussi occupent une place importante et proposent aux lecteurs des modèles à imiter. L’obéissance est mise en avant mais des évolutions sont perceptibles. Elena Fortun ne succombe pas au discours nationaliste et laisse à son héroïne des marges de manœuvre.

8Fil de ces récits de vie uniquement spirituels, la narration n’est que le support du message religieux. Deux thèmes dominent largement : les vies de saint ou qui tendent à la sainteté et l’héroïsme missionnaire. La vision du monde est manichéenne. Et si les structures narratives sont parfois empruntées au conte merveilleux, cette production s’inscrit en opposition au romanesque. Ce qui n’empêche pas le succès : Les naufragés du Spitzberg, réédité de 1924 à 1938, est vendu à plus de 100 000 exemplaires (p. 163). L’intrigue défend la nécessité de mener une vie vertueuse, et donc chrétienne. La morale prime sur l’esthétique. Ces livres promeuvent un catholicisme exigeant, fondé sur le mérite et le renoncement à soi. Là aussi, l’émotion véhicule le message de ces destins d’enfants offerts à l’exemple de leurs lecteurs. « Votre journal doit ressembler à une confession ; il doit être aussi sincère, aussi complet, aussi sacré », affirme la préceptrice de la jeune Marguerite (p. 177). L’omniprésence de la mort participe de ce catholicisme de la culpabilité et de l’angoisse de mourir en état de péché.

9Les lecteurs, et donc les parents acheteurs, sont en quête d’ouvrages sûrs. Certains auteurs deviennent des références recherchées. Le chanoine Schmid devient en France une « marque de fabrique » (p. 183) qui garantit des fictions conformes à l’édification morale et l’éducation religieuse des enfants, que les livres traduits soient effectivement de lui ou non. De même l’œuvre enfantine de la protestante Amalia Schoppe est traduite, pas son œuvre pour adultes. Il est même possible de dégager des phénomènes de traductions et d’écriture sérielle tant certains épisodes reviennent d’un ouvrage à l’autre, déformant l’œuvre au point qu’elle n’apparaisse plus que comme une œuvre religieuse (p. 192). Le statut de la littérature de jeunesse et le faible capital culturel de nombreux auteurs du genre justifient la forte intervention des éditeurs jusque dans l’écriture des textes, imprimant une forte cohérence idéologique et des contraintes de collection et de concurrence aux choix des publications. Les romans édifiants, les récits pieux, les adaptations d’épisodes bibliques sont des genres où les auteurs ne disposent d’autres débouchés que les maisons spécialisées dans la littérature catholique. Parmi eux, beaucoup sont des femmes, ou des prêtres. Néanmoins l’un d’entre eux, Jean Bosco est devenu saint, preuve que l’écriture et l’édition de livres destinés à la jeunesse ne sont pas un obstacle à l’élévation sur les autels, il est vrai pour d’autres motifs, de la jeunesse déshéritée à laquelle il s’est dévoué. Une partie des œuvres est consacrée à des vies de jeunes séminaristes précocement disparus dont l’imitation est proposée aux lecteurs. Cette écriture est liée à une théologie. Pour Don Bosco, la vie doit être consacrée à la préparation de l’au-delà, il faut prévenir le péché, avoir une bonne conduite et éviter la mort en état de péché. Ces biographies se veulent des témoignages. Les exemples de Thérèse d’Avila et Thérèse de Lisieux le prouvent amplement. Ces vies de saintes ont leur propre respiration. La commémoration en 1882 de la mort de Thérèse d’Avila a redonné vigueur aux vies de la sainte. Parmi les multiples publications, 40 % entre 1882 et 1982 sont destinés aux enfants. Les franquistes récupèrent largement la figure de la sainte, insistant sur son hispanité et la panthéonisant dans les « personnages illustres de l’Espagne » (p. 268). La commémoration de 1982 permet de prendre de la distance avec ce légendaire, la figure emblématique s’estompe devant la femme et son temps. Le mode de l’exemplum reste néanmoins dominant. Il en est de même pour Thérèse de Lisieux qui a pourtant rédigé une autobiographie. C’est une « vision lisse et pure » (p. 281) de sa vie qui est présentée. Les événements retenus sont des moments qui illustrent son obéissance et son cheminement vers la sainteté. D’autres aspects sont largement absents : la nuit de la foi, les miracles, la docteur de l’Église. « L’enjeu théologique de cette petitesse devant Dieu n’est jamais expliqué, puisque les ouvrages sont uniquement dans la description et l’appel à l’imitation » (p. 289). Ces traits subsistent parfois jusque dans des productions plus récentes avec des spécificités nationales. Ainsi la religion est largement présente dans les romans britanniques pour la jeunesse dans la deuxième moitié du xxe siècle. La mission d’évangélisation continue d’influencer certaines œuvres à l’exemple des Chroniques de Narnia de C.S. Lewis, même si le divertissement l’emporte de plus en plus et que la religion se réduit parfois à un patrimoine dans lequel on peut puiser.

10Ce livre réussit à dégager ainsi les principaux traits de ces productions chrétiennes, leur précocité, leur variété et fécondité, leurs enfermements d’écriture et limites d’expansion. Les multiples exemples, chronologiquement et géographiquement variés, illustrent parfaitement l’investissement dans la catéchèse et la littérature destinée aux enfants par les christianismes. En réaction au processus d’autonomisation de la littérature, cette production d’inspiration chrétienne apparaît comme une littérature d’engagement, qui trouve son public. Espérons qu’il en sera de même pour cet excellent ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Mariella Colin (dir.), Les catéchismes et les littératures chrétiennes pour l’enfance en Europe », Strenæ [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1473

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Professeur des université histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardennes, laboratoire CERHIC.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org