Navigation – Plan du site
Varia

Sans Patrie, le livre oublié de Johanna Spyri qui annonce Heidi

Jean-Michel Wissmer

Résumé

L’article propose une analyse d’un roman peu connu de Johanna Spyri, Sans Patrie (Heimatlos), récemment réédité. Dans l’œuvre de l’auteur de Heidi, Sans Patrie constitue une exception : ce roman semble en effet à la fois être une matrice de Heidi tout autant qu’une sorte de « Heidi à l’envers ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voici quelques exemples de traductions et d’adaptations récentes. Les éditions Fleurus ont publié e (...)

1La récente publication (automne 2014) d’une nouvelle édition de Sans Patrie de Johanna Spyri chez l’éditeur suisse Cabédita est l’occasion de découvrir un texte peu connu, voire oublié de l’auteure de Heidi. Si les nouvelles « moutures » de Heidi se sont multipliées ces dernières années1, rares ou plus précisément inexistantes à ma connaissance (en tout cas en français) sont les rééditions d’autres romans de l’auteure suisse.

  • 2 Voir Isabelle Nières-Chevrel, « Lire Heidi aujourd’hui. La Suisse entre culture ancestrale et moder (...)
  • 3 Voir les travaux (en japonais) de Takashi Kawashima, et l’interview réalisée pour le site suisse ro (...)

2Johanna Spyri a connu un destin singulier. Elle est grâce à son best-seller à la fois l’auteure suisse la plus connue et la plus traduite dans le monde, et une femme mystérieuse dont l’œuvre – en dehors précisément de Heidi – est tombée dans l’oubli. Heidi a connu quant à lui le destin de bien des livres de jeunesse : adapté, prolongé ou raccourci sans limites et sans respect pour l’œuvre originale, il reste avant tout dans les mémoires de ceux qui l’ont lu (ou vu) – mais lequel ont-ils lu ? – comme l’histoire d’une charmante petite blonde à tresses (alors que c’est une brunette aux cheveux crépus) qui gambade sur les pâturages de la Suisse éternelle2. Le « phénomène Heidi » ou Heidimania dépasse toutefois, me semble-t-il, tout ce qu’ont pu connaître d’autres histoires comme Alice au pays des merveilles ou Pinocchio. Un véritable culte heidien s’est développé aux États-Unis et surtout au Japon où la petite fille est devenue une sorte de prêtresse d’une nouvelle religion de la nature comblant ainsi – selon certains spécialistes nippons – un certain vide spirituel né après le traumatisme de la deuxième guerre mondiale3. Le dessin animé de Isao Takahata (1974) – dont il faut reconnaître les mérites (malgré les inévitables transformations par rapport au roman) – a fixé pour longtemps le nouveau visage de la petite fille.

  • 4 Jean-Michel Wissmer, Heidi. Enquête sur un mythe suisse qui a conquis le monde, Genève, Metropolis, (...)

3C’est en m’intéressant au mythe de Heidi dans mon essai Heidi. Enquête sur un mythe suisse qui a conquis le monde4 que j’ai eu la surprise de découvrir un peu mieux la personnalité de Johanna Spyri et l’importance de son œuvre qui ne compte pas moins d’une cinquantaine de titres, en majorité pour les enfants mais pas exclusivement (11 sont destinés aux adultes, et 5 aux jeunes filles). Cette Zurichoise, contrairement à certaines idées reçues, a fréquenté toute l’intelligentsia de son temps et a lié des relations étroites avec des personnalités marquantes de la vie musicale ou littéraire d’alors, comme Richard Wagner et Conrad Ferdinand Meyer. Elle était de tempérament dépressif et fréquentait assidûment les milieux protestants piétistes, deux éléments de sa biographie fortement reflétés dans ses œuvres. Elle a commencé à écrire alors qu’elle avait la quarantaine, produisant tout d’abord des textes courts destinés à une communauté de diaconesses protestantes. Puis ce fut Wie Wiseli’s Weg gefunden wird publié conjointement en 1878 avec Am Silser- und am Gardasee sous le titre générique de Heimatlos dont la traduction française, Sans patrie (et parfois En quête d’une patrie), deviendra le titre du livre qui nous intéresse. Ces deux ouvrages sont les premiers livres pour enfants écrits par Spyri, et ils seront suivis en 1879 de Aus Nah und Fern (également pour les enfants), et de Verschollen, nicht vergessen (pour les jeunes filles) qui n’ont pas été à ma connaissance traduits en français.

4Ce sont des textes dans lesquels on sent que Spyri se cherche encore : il s’agit souvent de portraits de petits orphelins où la maladie et la mort sont très présentes, et où le message religieux est prépondérant. Les histoires se déroulent en Suisse mais aussi en Allemagne, en Italie, en France, et même au Danemark ou en Bohême-Moravie. Spyri n’a pas encore ce « label suisse » qui fera bientôt sa marque de fabrique grâce aux deux volumes de Heidi.

5Mais parmi ces textes qui précèdent Heidi, c’est Sans Patrie qui retient tout particulièrement notre attention, car il constitue une exception. Il est très frappant de constater à quel point ce roman paraît être à la fois comme une matrice de Heidi et une sorte de « Heidi à l’envers ». Examinons donc ce jeu de miroirs.

6Sans Patrie raconte l’histoire d’un orphelin, Rico, qui quitte la Suisse pour retrouver le village familial de Peschiera sur le Lac de Garde où il est recueilli par une aubergiste qui l’engage comme musicien. Mme Menotti, une dame aisée de la région, se prend d’amitié pour lui et il devient le compagnon indispensable de Silvio, son petit garçon handicapé. Il lui joue du violon et lui parle de sa vie à Sils Maria et de sa meilleure amie, Stineli. Silvio veut absolument qu’elle les rejoigne, ce qui sera bientôt chose faite. Par un concours de circonstances on apprend que Rico est en fait le propriétaire de la maison des Menotti, et tout finit par un mariage avec Stineli.

7Dans Sans Patrie, nous avons déjà le cadre qui se rapproche de celui de Heidi : montagnes et lacs de Sils Maria en Engadine ; or Heidi se passe à Maienfeld également dans les Grisons. Stineli est une sorte de double de Heidi qui fait corps avec la nature, une nature qui représente son véritable souffle de liberté et qui lui permet de quitter les responsabilités que lui impose sa famille (on pourrait dire son « monde du travail », car elle s’occupe de tout dans la maison), et l’univers de l’école. Elle partage ces moments d’évasion avec Rico, qui, lui aussi, fuit la solitude et un certain vague à l’âme lié à la nostalgie de ses origines italiennes.

8Les deux romans mettent en scène un voyage initiatique : Heidi va souffrir mais aussi grandir (surtout intellectuellement et spirituellement) lors de son séjour forcé à Francfort ; Rico fera, quant à lui, son voyage initiatique en Italie où – après avoir retrouvé ses racines – il deviendra un homme. Les petits héros des deux romans forment des « couples », Heidi avec Peter, Stineli avec Rico. Dans Sans Patrie, les personnages emblématiques de Spyri se mettent en place : tout d’abord la grand-mère, omniprésente dans les deux romans, gardienne des traditions et de la vertu religieuse. Et puis les infirmes, personnages incontournables de ses romans, car rappelons-le, le père de l’auteure était médecin, chirurgien et psychiatre. Il exercait dans la maison familiale du Hirzel, un hameau situé au-desus du lac de Zurich, et logeait chez lui ses malades. La mère de Johanna, la poétesse mystique, Meta Heusser-Schweizer (dont l’influence littéraire et surtout religieuse sur Johanna sera essentielle), a écrit dans ses mémoires que la présence de ces « Irren » (les « déments ») aurait bien pu détruire sa famille. Les enfants du docteur, dont Johanna, étaient associés aux soins prodigués aux malades, les accompagnant lors de courses dans la campagne, jouant avec eux ou leur faisant la lecture. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se soient retrouvés dans presque tous les romans de Spyri. Dans Sans Patrie, il s’agit de Silvio qui annonce le personnage de Clara, la petite handicapée à qui Heidi tient compagnie à Francfort. Il y a toutefois une différence importante : Silvio, gravement handicapé, ne peut quitter son lit, alors que Clara retrouvera l’usage de ses jambes grâce aux efforts « thérapeutiques » du Grand-père de l’alpe et de Heidi, de beaucoup de prières, grâce aussi et surtout à l’air vivifiant des Alpes et au bon lait de chèvre ! Silvio, quant à lui, retrouvera seulement une certaine bonne humeur grâce à la personnalité de Stineli qui sait lui parler et lui raconter des histoires, et grâce au violon de Rico qui sait le distraire (c’est par son talent de musicien que Rico conquiert les cœurs et parvient à gagner sa vie). On peut déjà noter qu’il n’y a pas dans Heidi cet aspect morbide que l’on rencontre dans les autres romans de Spyri, ce peut être d’ailleurs une des raisons de son succès.

9Sans Patrie est donc en train de construire Heidi, d’installer un paysage, de mettre en place les personnages spyriens emblématiques, comme la grand-mère, l’orphelin et l’infirme. Même s’il est destiné aux enfants, ce roman n’échappe pas au message chrétien que Spyri n’abandonnera jamais, comme si ses livres voulaient toujours accomplir une mission de catéchèse. Cet aspect est également très présent dans Heidi et a été largement modifié et surtout éliminé à travers les multiples adaptations du roman.

10Je l’ai dit, tant Sans Patrie que Heidi proposent des voyages initiatiques : Heidi est contrainte de partir en Allemagne ; Rico s’enfuit en Italie. Ces deux pays sont avec la Suisse les pays les plus souvent évoqués dans les oeuvres de Spyri. Mais il existe une différence de taille, Francfort est pour Heidi un lieu de souffrance, alors que l’Italie est pour Rico le lieu de ses origines, celui qu’il veut retrouver, car c’est celui du bonheur de sa petite enfance. C’est là où nous constatons que Sans Patrie est certes une matrice de Heidi mais aussi une sorte de « Heidi à l’envers » ; on l’aura compris : un petit garçon au lieu d’une petite fille ; l’Italie au lieu de la Suisse, etc. Heidi et Rico sont tout deux orphelins, la différence étant que la petite fille perd ses deux parents à 1 an alors que le garçon voit son père mourir à l’âge de 9 ans et garde des souvenirs de sa petite enfance en Italie avec sa mère. C’est d’ailleurs ce qui déclenche son désir d’un retour aux origines. Il s’agit sans doute des plus beaux passages – presque proustiens – du livre quand Rico tente de reconstituer la géographie de sa mémoire et la mémoire de sa géographie au bord du lac de Garde à la recherche du temps perdu et d’une maison qui n’existe plus (détruite par la construction du chemin de fer, intrusion assez rare chez Spyri du monde industriel). Heidi, quant à elle, n’a pas de passé à reconstruire, car elle est comme une enfant sans mémoire.

  • 5 Traduction française : La Fée d’Intra, récit inclus dans Dans les Alpes, Bâle, Genève et Lyon, Geor (...)

11Si la Suisse – ses lacs, ses montagnes – est le cadre par excellence des romans spyriens, il l’est aussi dans Sans Patrie mais pour une raison peut-être surprenante : pour mieux souligner la beauté supérieure du paysage italien, son climat plus doux, ses couleurs plus chaudes. Spyri aimait l’Italie et s’y était rendue à de multiples occasions. Plusieurs de ses romans s’y déroulent d’ailleurs comme dans Verschollen nicht vergessen (1879), Peppino, fast eine Raübergeschichte (1878) ou Die Elfe von Intra5 (1889). Les Italiens sont toujours présentés comme un peuple joyeux, qui aime la fête et le vin, bruyant et bagarreur, des clichés certes mais qui permettent de créer d’intéressants contrastes culturels avec des Suisses plus rudes, disciplinés et « propres en ordre ». Le mal du pays est ainsi inversé dans les deux romans qui nous intéressent : Heidi souffre – et manque même mourir – du « Heimweh » dans son exil allemand et seul son retour en Suisse peut la sauver ; Rico est un « Heimatlos », un « sans patrie » qui doit retrouver l’Italie pour revivre.

12Heidi est un roman positif : la petite fille survole toutes les épreuves, et même si elle manque dépérir à Francfort, elle retrouve la santé, la joie de vivre et la foi grâce à l’intelligence d’un médecin (le docteur Classen) et à la sensibilité de la grand-mère de Clara qui l’initie à la lecture et à la prière. C’est d’ailleurs cet esprit positif qui est resté dans les mémoires et l’on a vite oublié la petite fille exilée, anorexique, dépressive, somnambule et dévote. Stineli partage cette même énergie et cette même foi, mais elle a le second rôle. C’est Rico le véritable héros de Sans Patrie, et il garde presque jusqu’à la fin un caractère mélancolique et même suicidaire (il aurait préféré que sa mère le noie dans les eaux du lac de Garde plutôt que d’être un orphelin sans patrie !). Si le Grand-père de l’alpe dans Heidi est un enfant prodigue qui retrouve sa communauté, Rico est aussi à sa manière celui qui retrouve la maison du père en Italie. Le rôle de la prière est essentiel dans les deux romans, car Spyri n’abandonne jamais ses convictions religieuses, à cela près que le contexte italien fait que c’est un curé – et non plus un pasteur – qui intervient pour guider Rico et conseiller Mme Menotti. Même si Sans Patrie connaît une fin heureuse, Rico n’apporte pas la joie et l’énergie de Heidi si communicatives et qui sans aucun doute sont les raisons de l’immense succès du livre. Plus que Rico, Heidi est aussi une héroïne amusante (que l’on pense à toutes ses bêtises involontaires à Francfort), et ses confrontations avec la gouvernante Mlle Rottenmeier sont des morceaux d’anthologie. On rit sans doute moins dans Sans Patrie. Par ailleurs, à une époque où se développait le tourisme alpin, c’est surtout la Suisse qui faisait rêver. L’Italie du Grand Tour était plutôt celle des villes d’art comme Venise, Florence ou Rome. Il n’en reste pas moins que si Sans Patrie n’a pas connu le succès du best-seller, il est probablement l’un des romans les plus réussis, les mieux construits et les plus touchants de Johanna Spyri.

  • 6 Voir l’article de Denise von Stockar, « les débuts de Heidi en Suisse romande » dans Johanna Spyri (...)

13Notons que cette nouvelle édition de Sans Patrie publiée chez Cabédita reprend la traduction originale de Camille Vidart (1854-1930), l’amie fidèle de Spyri à qui nous devons très probablement la traduction française d’une bonne moitié de ses oeuvres. Camille Vidart était une grande féministe genevoise, ce qui peut surpendre quand on connaît les positions plutôt conservatrices de la Zurichoise. Elle est déjà responsable de la première traduction française des deux tomes de Heidi, traduction que Spyri trouvait excellente6.

14Sans Patrie forme donc un diptyque avec Heidi. Rico et Heidi sont deux prototypes du personnage romantique du roman du xixe siècle : orphelins, victimes angéliques, débrouillards et finalement sauvés, ils forment un couple qu’il était temps de réunir et de mettre en vis-à-vis à l’intention des curieux et des chercheurs.

Haut de page

Notes

1 Voici quelques exemples de traductions et d’adaptations récentes. Les éditions Fleurus ont publié en 2012 une adaptation du premier tome de Heidi (le second, Encore Heidi, étant traditionnellement délaissé) de Pierre Malherbet avec des illustrations d’Annette Marnat ; Gründ (Paris) a publié en 2011 la version intégrale du premier tome dans la traduction originale de Camille Vidart (1882) – ce qui est chose rare – avec des illustrations de Laetitia Zink ; Newton Compton Editori (Rome) a publié en 2010 la version intégrale des deux tomes cette fois dans une version italienne (sans illustrations) ; Sandy Creek (New York) a publié en 2009 le tome I dans sa traduction anglaise avec une reprise des anciennes illustrations de Jessie Willcox Smith (1922) ; enfin, l’éditeur japonais Kaisei-sha Bunko a publié en 2014 une nouvelle traduction signée Noriko Wakamatsu. En ce qui concerne les éditions adaptées pour les enfants (et donc raccourcies), citons l’édition suisse de la Joie de Lire (Genève, 2009) avec un texte de Peter Stamm traduit de l’allemand et des illustrations de Hannes Binder ; celle de Magnard Jeunesse (Paris, 2011) adapté et illustré par Nicolas Duffaut,  et celle de Auzou (Paris, 2014) avec un texte de Christelle Chatel et des illustrations de Marine Cazaux.

2 Voir Isabelle Nières-Chevrel, « Lire Heidi aujourd’hui. La Suisse entre culture ancestrale et modernité », Strenae 2/2011, http://strenae.revues.org/266 (Ndr)

3 Voir les travaux (en japonais) de Takashi Kawashima, et l’interview réalisée pour le site suisse romand Ricochet : www.ricochet-jeunes.org/public/fichiers/interview_heidi_japon.pdf

4 Jean-Michel Wissmer, Heidi. Enquête sur un mythe suisse qui a conquis le monde, Genève, Metropolis, 2012.

5 Traduction française : La Fée d’Intra, récit inclus dans Dans les Alpes, Bâle, Genève et Lyon, Georg, 1918.

6 Voir l’article de Denise von Stockar, « les débuts de Heidi en Suisse romande » dans Johanna Spyri und ihr Werk- Lesarten, Schweizerisches Institut für Kinder- und Jugendmedien, Zurich, Chronos, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Wissmer, « Sans Patrie, le livre oublié de Johanna Spyri qui annonce Heidi », Strenæ [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1470 ; DOI : 10.4000/strenae.1470

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org