Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le Coureur des Bois (1850) de Gabriel Ferry et Der Waldläufer (1879) de Karl May : l’histoire d’un transfert franco-allemand

Herta-Luise Ott

Résumé

Lorsque Karl May adapte en 1879, en Allemagne, l’une des nombreuses traductions déjà existantes du roman de Gabriel Ferry, Le Coureur des bois (1850), il opère toute une série de modifications – incipit du roman, action plus ramassée, simplification des relations entres les personnages et le monde – qui annoncent déjà les personnages fétiches de l’auteur et leur configuration bien spécifique, l’Apache Winnetou et son compagnon Old Shatterhand.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citation d’après Ernst Bloch, « Die Silberbüchse Winnetous [Neufassung] », dans Karl May, herausgeg (...)

« Karl May ist einer der besten deutschen Erzähler, und er wäre vielleicht der beste schlechthin, wäre er eben kein armer, verwirrter Proletarier gewesen. »
« Karl May est l’un des meilleurs conteurs allemands, et il en serait peut-être tout simplement le meilleur, s’il n’avait pas été un pauvre prolétaire confus. », Ernst Bloch, 19291.

  • 2 Karl May semble inspiré – du moins partiellement – du roman d’un autre voyageur français. Certains (...)
  • 3 Pour ce qui est du rôle du Mexique vu de France dans la littérature d’aventure de l’époque, voir Sy (...)

1Dans la communauté des initiés à l’œuvre de Karl May, il est depuis longtemps avéré que l’un de ses plus grands héros, Winnetou, le vaillant chef des Apaches, dont la vie et la mort héroïques ont séduit et fait pleurer des générations de jeunes Allemands et de jeunes Autrichiens, est en quelque sorte d’extraction littéraire : la deuxième édition du Großes Karl May Figurenlexikon, qui date de 1996, renvoie prioritairement aux ancêtres littéraires de Winnetou conçus après 1800, à l’image des bons sauvages du xviiie siècle – tels l’Outagamiz de François-René de Chateaubriand et les Chingachgook et Uncas de James Fenimore Cooper, habitant dans le Nord-Est d’une Amérique septentrionale encore en proie aux conflits entre l’Angleterre et la France. Ces ancêtres furent remplacés, vers le milieu du xixe siècle, par les personnages de Thomas Mayne Reid, auteur d’origine irlandaise, et d’un nommé Gabriel Ferry2, personnages évoluant pour leur part dans la partie méridionale du sous-continent, où les lignes de front renvoyaient elles aussi à l’Europe, à ceci près que la France, si l’on excepte son engagement militaire ponctuel au Mexique, en 1838 et entre 1861 et 1867, ne joua aucun rôle important dans cette partie du monde et que les protagonistes historiques de cette lutte demeuraient l’Espagne, le Mexique ainsi que les États-Unis alors en pleine expansion3. L’Allemagne quant à elle, de même que l’Autriche, n’a jamais été directement impliquée dans les luttes de pouvoir au Nouveau Monde. Les états germanophones fournirent pour l’essentiel des soldats et des émigrants civils fuyant les conditions économiques et politiques de leurs pays respectifs – pour ensuite parfois revenir au pays.

2Les fictions de Karl May, dont les récits nord-américains constituent un élément important, ont vu le jour pour l’essentiel entre 1875 et 1910. Les États-Unis ayant définitivement conquis l’hégémonie dans la région à cette époque, l’Allemagne wilhelminienne, en quête d’une « place au soleil » aux côtés des grands pouvoirs coloniaux, n’a jamais été en mesure d’envisager une influence directe sur l’Amérique du Nord (sauf à considérer le choix du nom de la devise, le dollar, comme une dérive phonétique du mot « Thaler »). Les émigrants germanophones se contentaient de s’implanter dans le pays, gardant parfois leur langue et leur culture, notamment à New York.

  • 4 « May s’est inspiré du roman d’aventure exotico-ethnographique du XIXe siècle et de sa variante dit (...)
  • 5 Cette maison d’édition avait été fondée en 1913, un an après la mort de l’auteur, dans le but de re (...)

3Certains spécialistes, tel Ekkehard Bartsch, soulignent le rôle majeur qu’aurait joué pour Karl May le roman Le Coureur des bois, signé Gabriel Ferry4. May, né en Saxe en 1842 dans une famille de pauvres tisserands, emprisonné plusieurs fois pour fraude et impostures avant de devenir l’un des auteurs de romans d’aventures les plus prolifiques et le plus vendus en Allemagne dès les années 1880, avait adapté ce roman en 1879 pour le compte des éditions Franz Neugebauer à Stuttgart, à destination d’un jeune public. En 1959, cette adaptation a été incorporée dans ses Œuvres complètes, après qu’elle eut été remaniée par Franz Kandolf, homme d’église catholique et collaborateur des Éditions Karl May5.

  • 6 Adolf Hitler était en effet un grand lecteur de Karl May. Ces données plus que problématiques de la (...)

4Nous entreprendrons dans un premier temps une présentation historique du roman de Ferry, pour évoquer ensuite quelques modifications majeures auxquelles a procédé Karl May, sans tenir compte des réécritures de Franz Kandolf. Il convient de rappeler toutefois que selon les éditeurs de l’édition critique des œuvres de Karl May, entamée en 1987 par la maison d’édition Franz Greno sous la direction de Hermann Wiedenroth et Hans Wollschläger, Franz Kandolf a procédé, en collaboration avec Euchar Albrecht Schmidt notamment, à des remaniements majeurs dans la totalité des œuvres afin de les rendre compatibles avec les doctrines catholiques dans un premier temps, puis avec l’idéologie national-socialiste dans un second6.

Le coureur des bois français

  • 7 Selon Hanswilhelm Haefs, p. 16 (note 4) et Christoph Blau/Ulrich von Thüna, Karl May in Frankreich, (...)

5Le roman de Gabriel Ferry ressortit non seulement à un champ linguistique distinct, mais s’ancre aussi au départ dans un champ littéraire qu’on peut qualifier de « noble », avec comme lecteur un public adulte et bien instruit. En 1850 paraît à Paris, semble-t-il dans un journal intitulé L’Ordre7, un « curieux roman » de Gabriel Ferry, intitulé Le Coureur des bois. Dans ce long feuilleton, le lecteur découvre une fresque romanesque impressionnante, riche de tous les ingrédients du genre, enfants perdus, conspirations politiques, drames personnels, meurtre en famille, courses-poursuites, luttes sans merci des chercheurs d’or contre les Indiens, et ainsi de suite. La critique l’a considéré comme une sorte d’opéra de l’Amérique sauvage, dans un décor qui donne à voir les paysages mexicains méconnus et peu évoqués encore à l’époque par les romanciers.

  • 8 Le Mexique n’est d’ailleurs pas totalement absent de la littérature de langue allemande de la premi (...)

6L’univers imaginaire de Gabriel Ferry s’ancre dans un système de références historiques, politiques et culturelles particulières8. Deux éditions de 1850 du Coureur des bois sont précédées d’un avant-propos dans lequel l’auteur anonyme tient à fournir quelques détails explicatifs, d’ordre littéraire et historique. Pour ce qui est de l’arrière-plan historique, il brosse un rapide tableau de l’exploitation accélérée du Nouveau Monde qui selon lui aurait mis au jour deux trésors destinés à devenir les « principaux objets de spéculation des Européens » (1, VII) – métaux précieux et fourrures – attirant une foule d’aventuriers – chercheurs d’or au Sud et chasseurs au Nord – destinés, bien paradoxalement, à devenir les précurseurs de la civilisation « dans le désert d’Amérique » (1, X). Si au départ le préfacier place ces deux types d’aventuriers dans une même catégorie, les uns descendant « de ces aventuriers normands qui furent les premiers conquérants du Canada » (1, VII), les autres associés à la conquista espagnole, il les différencie par la suite sur le plan de la civilisation. Le Nord de l’Amérique ayant été conquis par les Anglais, les chasseurs ou plutôt les coureurs des bois se sont retirés pour céder la place aux settlers anglo-saxons. Dans cette nouvelle constellation, deux « races distinctes » se disputeraient le sous-continent, une « race » vieille et une « race » jeune, les jeunes l’emportant sur les vieux : « la race anglo-saxonne a marché plus vite que la race espagnole, et chaque jour celle-ci est repoussée devant sa rivale. » (1, X).

7Sur le plan littéraire, le préfacier tient à présenter le récit comme une espèce d’immense conte populaire. Selon lui, « [q]uiconque a visité l’Amérique » (1, V), a pu rencontrer des chasseurs, pionniers ou chercheurs d’or, et « les entendre charmer les veillées ou leurs marches lointaines par des récits étranges ; récits demi-romanesques et demi-réels, auxquels il n’a manqué peut-être jusqu’à ce jour qu’une mise en œuvre habile pour les tirer d’une regrettable obscurité. » (1, VI). C’est là qu’est introduit Gabriel Ferry. Il aurait reproduit dans son roman l’une « de ces improvisations familières » :

  • 9 Cité ici d’après une édition incomplète conservée à la BN, qui a paru en 1850 chez Didot, rue Jacob (...)

L’histoire dont nous commencerons demain la publication9, lui a été contée par un chasseur canadien, tantôt le soir autour des feux du bivouac, dans le silence des solitudes américaines, sur les confins de la Californie et de la Sonora, tantôt pendant de longues marches au soleil, marches pénibles dont les récits du Canadien abrégeaient la longueur.

8Nous sommes sans conteste dans un univers narratif francophone, mais vu le sujet (la conquête de l’Amérique) et vu la date de la publication du roman (1850), l’auteur ne peut éviter d’évoquer par contraste le cycle des Histoires de Bas-de-Cuir (Leatherstocking Tales) paru entre 1823 et 1841, du romancier américain James Fenimore Cooper, qui avait dans cinq romans évoqué l’histoire des États-Unis entre 1740 et 1804, à travers la vie du chasseur blanc Natty Bumppo. Il va de soi que notre préfacier préfère la manière de Ferry : « M. Ferry n’est pas diffus comme Cooper, il est plus chaleureux dans ses descriptions, plus dramatique dans ses situations. Nous oserions presque dire qu’il en a les qualités sans en avoir les défauts. » (1, XI). Ce parti-pris est adossé à une critique sous-jacente de la conquête anglaise de l’Amérique du Nord. Après la perte des possessions françaises au Canada, elle aurait incité de nombreux coureurs des bois français à se retirer de la civilisation, car ni la langue ni les mœurs anglaises ne leur auraient convenu. Ces coureurs des bois jouaient ou avaient joué le rôle d’intermédiaire entre marchands et chasseurs de fourrures (indiens), créant ainsi un lien entre civilisation et terres sauvages.

9La distribution des rôles dans le roman reflète le jeu de tous ces affects : le jeune héros, prénommé Fabian, est un aristocrate espagnol ignorant de ses origines nobles. Il mène la vie difficile d’un gambusino mexicain, c’est-à-dire d’un chercheur d’or en terre indienne dans un État qui vient de se libérer du joug espagnol. Sa jeune mère veuve a été assassinée en Espagne au temps des guerres napoléoniennes par un oncle jaloux et avide de pouvoir, et l’enfant abandonné à la mer. Il fut sauvé par un matelot français qui lors d’une bataille en mer contre les Anglais a perdu cet enfant adoptif et s’est converti par la suite en chasseur canadien. L’oncle assassin, qui entre temps s’est rendu au Mexique avec l’intention d’y réinstaurer une monarchie, s’avère être, là encore, l’ennemi mortel du jeune Fabian, qui s’appelle désormais Tiburcio Arellanos depuis son adoption par un pauvre gambusino et la femme de celui-ci, tous deux déjà morts au début de l’action proprement dite. Mourante, sa mère adoptive lui a confié un secret : celui d’une immense mine d’or située en terre indienne sacrée. C’est ce secret qui avait poussé au meurtre l’associé cupide de son mari, ce meurtre lui permettant de vendre le secret à l’oncle. Ce versant mélodramatique du récit est mis sur le compte du chasseur qui ne cesse de parcourir le continent avec son compagnon de route, un ancien douanier espagnol, lequel jadis avait quant à lui contribué à son insu à l’assassinat de la mère et à l’enlèvement de l’enfant, et avait dû quitter son Espagne natale après une tentative malheureuse de réparer sa faute.

10Outre ces riches péripéties qui font songer à un roman familial, sur fond politique cependant, et outre l’action qui se passe principalement en terre indienne, le roman nous livre aussi une caricature d’aristocrate anglais, dont le seul intérêt, hormis une passion pour le dessin, consiste à suivre, à travers le continent, à l’aide d’un impassible trappeur américain, les traces d’un mythique cheval blanc. Notons qu’il existe un contrat entre les deux hommes, qui définit toutes les obligations du trappeur envers son employeur, et que les termes de ce contrat sont sans cesse discutés dans cette version moderne de la relation du maître et de l’esclave. Il est d’habitude impassible et imperméable à toute sollicitation venue de l’extérieur, mais la vue de la belle Rosarita, objet par excellence du désir masculin dans ce roman, lui inspire une peur extraordinaire, et sa quête du mythique cheval blanc lui sert à fuir l’« éternel féminin ». Contrairement à d’autres avant lui, il parvient, grâce à son trappeur « formaliste », à capturer ce cheval en recourant à un moyen barbare (le trappeur le blesse par balle au cou), mais doit finalement accepter, lui aussi, que l’animal s’échappe et parte dans les plaines immenses du continent. Il y a une nature indomptable au cœur des hommes et au cœur de cette terre, et l’argent n’y change rien. Le roman familial est ainsi complété d’une sorte de roman national où les Français (incarnés notamment par Bois-Rosé) sont certes perdants dans le Nouveau Monde sur le plan de la politique internationale menée par le pays, mais s’avèrent être de grands médiateurs individuels, capables d’instaurer un ordre beau, juste, même s’il reste fragile, et tenant compte de la nature de l’homme. Ceci en affrontant à la fois un pouvoir « nouveau » qui se moque bien de ses sujets étranges et étrangers, et un pouvoir « ancien» qui cherche à rétablir d’une main de fer un ordre extrêmement hiérarchique dans un environnement largement corrompu. Contrastant avec cet ordre qui permet de manipuler de braves gens, certains Indiens sauvages peuvent proposer au même titre que les meilleurs Blancs un mode de vie ancré dans une moralité simple, tandis que la société des Blancs est sans cesse menacée de complots et de manipulations qui empêchent la justice sociale. Il y a ainsi une sorte de fond anti-anglais et anti-espagnol dans toute cette histoire. Vu la densité de ce tissu et l’ampleur du dispositif narratif, on peut se demander si ce n’est pas l’auteur lui-même qui a rédigé l’avant-propos évoqué ci-dessus, pour inscrire son propos dans une sorte de récit universel issu d’une culture populaire marginale, mais authentique. Nous ne sommes pas très loin ici du concept romantique de culture du « peuple ».

  • 10 On peut ajouter ici aux parutions que nous avons déjà évoquées (sous forme de livres et dans des jo (...)
  • 11 Réédition récente : Louis de Bellemare, Les dernières aventures de Bois-Rosé : épilogue du « Coureu (...)
  • 12 Maison d’édition : Phébus. Le volume comporte 810 pages. Il s’agirait de la première version intégr (...)

11Le succès du roman a dû être immédiat, vu le nombre d’éditions dès la première année, en France et en Belgique (bien connue pour ses contrefaçons10). Il connut ensuite au moins une bonne douzaine de rééditions en trente ans, et on continua à le publier après la première guerre mondiale. En 1899 parut une suite du roman, intitulée Les Dernières aventures de Bois-Rosé11. Souvent remanié, ou plutôt amputé semble-t-il, notamment dans la perspective de conquérir un public jeune, pour être diffusé en France et dans le monde, il a été réimprimé en 2009, en version dite intégrale12.

  • 13 Chez Charpentier à Paris.
  • 14 Paru chez Dentu à Paris, p. IX-XX, le volume contient des textes demeurés inédits du vivant de Ferr (...)
  • 15 Volker Klotz présente l’auteur en soulignant qu’on sait peut de choses de lui, « sans doute parce q (...)
  • 16 Voir note 2. Venayre oublie certes d’évoquer les romans « européens » de Ferry, mais il est là en b (...)

12Qui était Gabriel Ferry ? De son vrai nom Louis de Bellemare, né à Grenoble en 1809, il se rend, après « d’excellentes études au collège de Versailles », au Mexique pour affaires vers 1830, à l’instigation de son père, avant de revenir en France, où il poursuit sa carrière d’homme d’affaires. Il devient écrivain non par goût, mais par nécessité semble-t-il : la faillite de son entreprise commerciale l’oblige à rechercher des ressources nouvelles. Il publie dès 1846 des récits de voyage dans La Revue des Deux Mondes, réunis en 1847 dans le volume Voyage et aventures au Mexique13, puis s’attaque au genre romanesque avec le Coureur des bois, suivi, en 1852, de Costal l’Indien, qui rapporte des « Scènes de la guerre de l’indépendance du Mexique ». On peut évoquer aussi Les Squatteurs, Tancrède de Chateaubrun, La Chasse aux Cosaques, La Clairière du Bois des Hogues, tous récits majoritairement situés en d’autres contrées que le Mexique. En 1852, il meurt dans l’incendie du paquebot L’Amazone qui devait le ramener en Amérique, au service du gouvernement français cette fois, comme le raconte George Sand dans sa préface à l’édition de 1864 des Révolutions du Mexique14. Il semble que Ferry ait durablement influencé par ces quelques livres le roman d’aventures français et influencé l’imaginaire européen de l’Amérique au xixe siècle. C’est du moins ce que laissent entendre certains critiques15, dont Sylvain Venayre dans son article sur le « moment mexicain dans l’histoire française de l’aventure16 ». Gustave Aimard qui, semble-t-il, a mieux résisté à l’oubli que Ferry, n’aurait fait que lui emboîter le pas.

  • 17 Aux éditions Christian Ernst Kollmann. Elle est disponible, quoique partiellement mal scannée, sur (...)
  • 18 Chez G.C. Knapp. Disponible sur Bayerische StaatsBibliothek digital, quoique incomplète (il manque (...)
  • 19 En raison d’une mise en page qui varie d’un éditeur à l’autre, un nombre variable de pages n’indiqu (...)
  • 20 Chez Franckh. Actuellement non disponible en version numérique. Grieb, disciple de Charles Fourier, (...)

13L’un des pays où le Coureur des bois a connu un succès fulgurant est l’Allemagne. Dès 1851, il en existe trois traductions. L’une, effectuée par le traducteur de Dumas, Wilhelm Ludwig Wesché, sous le titre Der Waldgänger et publiée à Leipzig en huit volumes17, tient compte de l’avant-propos, tandis ce que celle d’un auteur nommé Dr. Gustav Füllner, intitulée Der Waldläufer et imprimée à Halle en huit volumes également18, omet ces informations19. La troisième traduction, intitulée elle aussi Der Waldläufer, fut effectuée par Friedrich Christoph Grieb et imprimée en 18 petits volumes à Stuttgart20.

Der Waldläufer allemand

  • 21 Chez Lothar Borowski à Munich. Voir, pour l’édition Borowski, http://gutenberg.spiegel.de/buch/3916 (...)
  • 22 Der Waldläufer, bearbeitet von Julius Hoffmann (« Diaconus in Coswig »), Trewendt & Granier, Bresla (...)
  • 23 Der Waldläufer, [Nach d. Übertr. von Julius Hoffmann neu bearb., gekürzt u. mit e. Nachw. vers. von (...)

14Le Waldgänger de Wilhelm Ludwig Wesché semble aujourd’hui oublié. En son temps, Wesché avait été un traducteur estimé à la solde d’un éditeur réputé, qui se distinguait avantageusement des « Übersetzungsfabriken », ces nombreuses « usines à traduire » de l’époque. Il a traduit Alexandre Dumas, George Sand, Eugène Sue. La traduction de Friedrich Christoph Grieb, auteur, journaliste et traducteur de Dumas, mais aussi de Charles Dickens et William Makepeace Thackeray est parfois évoquée, notamment par Hanswilhelm Haefs. Mais c’est le Waldläufer de Füllner revu qui fut réédité en 1980 avec des illustrations de Gustave Doré21. D’autres traductions ont suivi, dont une d’Otto Gantzer et une autre du « Prof. Dr. H. Th. Kühne », publiée aux éditions Philipp Reclam jr. en 1897, qui a servi de base à une édition parue au Fischer Taschenbuchverlag en 1974. Une première adaptation du roman, en vue d’un jeune public, effectuée par Julius Hoffmann, date de 185222. Elle servit de base à une édition de 1986 parue dans une grande maison d’édition de livres pour enfants et adolescents23. Nous connaissons pour la période située entre 1880 et 1915 au moins une vingtaine d’éditions en langue allemande, plus ou moins fidèles à l’original. La plupart du temps le roman n’aurait pas été réellement transformé. Selon Wilhelm Haefs, on se serait contenté de couper des dialogues ainsi que des descriptions de personnes et de paysages, afin de diminuer le nombre de pages. Seul Karl May, avec son adaptation sensiblement abrégée de 1879 (elle ne comprend « que » 562 pages) serait allé plus loin dans le travail de réécriture. Après la deuxième guerre mondiale, les coupes sont parfois encore plus sombres. Une version de 1952 des éditions Ueberreuter à Vienne ne comporte ainsi que 252 pages. C’est seulement depuis ces dernières années que les éditeurs proposent à nouveau des « versions intégrales ».

L’adaptation de Karl May24

  • 24 La version revue par Franz Kandolf, qui figure depuis 1959 dans les Œuvres complètes éditées par le (...)
  • 25 Franz Kandolf, qui s’est intéressé à l’original dans quelques articles parus au Karl May Jahrbuch d (...)
  • 26 « eng » est une traduction littérale de « étroit », le terme correspondant en allemand serait plutô (...)

15Il s’agissait pour Karl May, nous l’avons dit, d’adapter le roman pour un jeune public, et l’éditeur a sans doute considéré que sa longueur risquait de dissuader des lecteurs potentiels. Ne maîtrisant pas assez la langue française, May s’est sans aucun doute appuyé sur une traduction. On a longtemps estimé que Karl May s’est servi de la traduction de G. F. Füllner25. Pourquoi ? Les spécialistes (et postfaciers), notamment Ekkehard Bartsch et Roland Schmid, appuient leur argumentation sur une erreur de traduction repérée exclusivement chez Füllner : il est question au chapitre « L’Assureur et l’assuré » d’un sarape, pièce de tissu multicolore ornementale mésoaméricaine. À l’origine en laine, ces productions artisanales ont fait la réputation de la ville de Saltillo au Mexique durant de nombreuses années. Füllner – et avec lui May – aurait transformé Saltillo en Santillo, petit Saint – ce qui peut amuser ceux et celles qui comprennent l’espagnol : « um seine engen26, gerundeten Hüften schlang sich eine feine Decke von Santillo » (May, 337). Chez Füllner : « um seine engen, gerundeten Hüften schlang sich eine feine Zarapa aus ‘Santillo’ ». Dans l’original : « autour de ses reins étroits et cambrés se drapait un fin zarape du Saltillo » (5, 11). Et chez Wesché : « und um seine schmalen und gerundeten Hüften war eine feine Zarape von Saltillo […] geschlungen » (7, 128).

16Ekkehard Bartsch pense que Karl May fut obligé de remanier de fond en comble la traduction de Füllner pour ne pas provoquer un litige avec l’éditeur Otto Hendel à Halle, alors détenteur des droits sur la traduction de Füllner27. Hanswilhelm Haefs nous fournit une autre interprétation : après avoir comparé la traduction de Füllner et l’adaptation de Hoffmann (qui s’est servi de la traduction de Friedrich Christoph Grieb, inaccessible à Haefs et inaccessible en France), il en vient à la conclusion que Karl May a dû se servir de la traduction de Grieb et de l’adaptation de Hoffmann28. Par ailleurs, si on compare l’adaptation de Karl May aux deux traductions dont nous disposons, on trouve très rapidement des exemples qui confirment le diagnostic de Haefs pour ce qui est de la traduction de Füllner29.

17Ce qui n’empêcha pas May de revendiquer la traduction comme sienne sur un mode ludique, en exprimant au passage son enthousiasme pour Ferry. Bartsch cite la nouvelle « Deadly dust » de 1880, plus tard recyclée dans la première partie du troisième volume de Winnetou, où le narrateur prend déjà l’identité de Old Shatterhand, de son vrai nom Karl, qui, en compagnie de ce chef apache exemplaire (devenu son frère de sang après qu’il lui a sauvé la vie), réussit de nombreux exploits au Far West :

  • 30 « Wir hatten die Apacheria durchritten, jenen Boden, den der Liebhaber von Abenteuerromanen beinahe (...)

Nous avions parcouru l’Apacheria à cheval, ces terres que l’amateur des romans d’aventures serait tenté d’appeler classiques, car c’est là que se déroule le célèbre « Coureur des bois » de Gabriel Ferry, et moi-même je ne pouvais qu’être intéressé par ces vastes plaines que parcourt le Rio Gila, car je venais de traduire sous le déguisement d’une adaptation du français vers l’allemand ce « Coureur des bois ». Ce fut aussi la raison de mon séjour plus long qu’initialement prévu dans les wigwams des Apaches30.

18Le long roman-feuilleton Deutsche Herzen-Deutsche Helden, rédigé par May en 109 épisodes parus entre décembre 1885 et janvier 1888, contient lui aussi un renvoi au roman de Ferry, qui cette fois-ci passe par un protagoniste que l’auteur nous présente dans un récit à la troisième personne. Il s’agit d’un anglais bizarre nommé Lord Eagle-nest, the Wood-loafer : « Lord Nid-d’Aigle, le coureur des bois ». Celui-ci entame une discussion avec le tenancier de la taverne d’un coin perdu de l’Arizona, au confluent du Colorado et de la rivière Gila :

  • 31 « Er zog ein Buch aus der Tasche, dessen Ueberschrift, ins Deutsche übersetzt, folgendermaßen laute (...)

Il tira de sa poche un livre, dont le titre, traduit en allemand*, était : Le coureur des bois de Gabriel Ferry. Premier volume. L’aubergiste y jeta un coup d’œil et dit : « Bien sûr que je le connais. C’est un livre qu’on lit beaucoup. L’histoire se déroule dans l’Apacheria et aux bords du Rio Gila. Elle est très intéressante. » – « Oui, formidablement intéressante. Dès que j’eus terminé sa lecture, j’ai décide de devenir à mon tour un coureur des bois, et j’ai traversé l’Atlantique pour vivre des aventures semblables. »31

  • 32 Dans ce qui suit, seuls les passages réécrits par May seront traduits en français. Les deux traduct (...)

19Un roman qui provoque une telle soif d’aventure, ne peut être oublié. Mais comment May a-t-il procédé dans son travail d’adaptation ? Nous examinerons ici quelques exemples de réécriture, en nous concentrant sur quelques points, en particulier sur l’attitude du narrateur dans l’incipit et le chapitre final, sur l’arrière-plan mythique et politique ainsi que sur le découpage du roman32.

L’attitude du narrateur

20C’est l’instance narrative qui porte le récit. Peu importent les options de l’auteur, sa posture est essentielle pour la présentation des événements. May aurait-il choisi le même angle d’attaque que Ferry ? Voici, à titre d’exemple, le début du récit tel qu’il se présente en version originale :

I
Pepe le Dormeur.
C’est un pittoresque et imposant paysage à la fois que présente le port d’Elanchovi, sur la côte de Biscaye. Quand, à mon retour d’Amérique, poussé par l’un des hasards d’une vie d’aventure, je débarquai un jour à Elanchovi, ce ne fut cependant pas sur le paysage que se fixa surtout mon attention. Ce fut sur un ancien château, le seul peut-être qui existe en Espagne, qui dressait ses toits d’ardoise et ses girouettes gothiques au sommet de la plus haute falaise. J’avais reconnu, dans ce vieux château, l’endroit où avait commencé une dramatique histoire qui m’avait été racontée dans les forêts de l’Etat de Sonora, peu d’années avant mon retour du Mexique (1, 15sq).

21Wesché traduit cette scène de manière très précise :

Prolog
I.
Pepe der Schläfer
Es ist eine pittoreske und zugleich imposante Landschaft, welche der Hafen von Elanchovi an der Küste von Biscaya bietet. Als ich bei meiner Rückkehr aus Amerika durch einen der Zufälle eines abenteuerlichen Lebens verschlagen, eines Tages bei Elanchovi landete, war es indessen nicht die Landschaft, welche meine Aufmerksamkeit fesselte. Es war ein altes Schloss, - das einzige vielleicht, das in Spanien besteht, - welches seine Schieferdächer und seine gothischen Wetterfahnen auf dem Gipfel des höchsten steilen Gestades erhob. Ich hatte in diesem alten Schlosse den Ort erkannt, wo eine dramatische Geschichte begonnen, welche mir in den Wäldern des Staates von S o n o r a wenige Jahre vor meiner Rückkehr aus Mexiko erzählt worden war (Wesché 1, 11).

22À l’exception de quelques libertés, Gustav Füllner respecte, lui aussi, le texte :

Pepe der Schläfer
Eine zugleich malerische und bewunderungswürdige Landschaft bildet der Hafen von Elanchovi an der Küste von Biscaya. Als ich jedoch eines Tages bei meiner Rückkehr aus America, durch einen jener Zufälle eines abenteuerlichen Lebens geleitet, zu Elanchovi landete, war es nicht so sehr die Landschaft auf welche sich meine Aufmerksamkeit besonders richtete. Es war vielmehr ein altes Schloss, vielleicht das Einzige seiner Art in Spanien, dessen alterthümliche Schieferdächer und Wetterfahnen auf dem Gipfel des höchsten Abhangs sich erhoben. Ich hatte nämlich in diesem alten Schlosse den Ort wiedererkannt, an welchem eine dramatische Erzählung sich knüpfte, die mir in den Wäldern der Provinz Sonora, wenige Jahre vor meiner Rückkehr aus Mexico, mitgeteilt worden war (Füllner 1,3).

23Karl May procède quant à lui à une révision importante du début du roman :

I Einleitung
Da, wo der jedem Seefahrer als „Matrosenkirchhof“ bekannte Meerbusen von Biskaya sich zwischen Frankreich und der pyrenäischen Halbinsel einschiebt, liegt an der Nordküste der letzteren der kleine spanische Hafen Elanchovi. Pittoresk und imposant zugleich, steigt die Küste terrassenförmig empor, vor den gefräßigen Fluthen des Meeres durch einen aus Quadersteinen errichteten Damm geschützt, von welchem aus man die stufenartig sich erhebenden Felsen ersteigt, um in die eine Straße zu gelangen, welche das Dorf Elanchovi bildet und einer ungeheuren, von der Natur für gigantische Wesen errichteten Treppe gleicht.
Auf der höchsten Spitze des Felsengürtels erhebt sich ein altes Schloss, welches mit seinen Schieferdächern und gothischen Wetterfahnen weit hinaus in die See blickt und dem ebenso alten wie reichen Geschlechte der Mediana gehört (May,1).

24Contrairement à Gabriel Ferry (et ses deux traducteurs), il renonce à l’intertitre, ainsi qu’à toute phase introductive, et plonge le lecteur directement dans l’action, en changeant radicalement la perspective du récit :

À l’endroit où s’insère le golfe de Gascogne entre la France et la péninsule pyrénéenne, connu de tous les marins sous le nom de ‘cimetière des matelots’, se trouve sur la côte nord de cette dernière le petit port d’Elanchovi. Pittoresque et imposante à la fois, la côte monte en terrasse, protégée des flots voraces de la mer par une jetée en pierres de taille, après laquelle on monte dans les rochers qui s’étagent en gradins, pour arriver sur une route que forme le village d’Elanchovi ressemblant ainsi à un immense escalier construit par la nature pour des êtres gigantesques. Aux sommets de la ceinture de rochers s’élève un ancien château, qui du haut de ses toits d’ardoise et de ses girouettes gothiques a une vue loin sur la mer et qui appartient à la famille de Mediana, qui est aussi riche qu’ancienne.

25En évoquant d’entrée de jeu le golfe de Gascogne, présenté comme objectivement dangereux, ce dont il n’est pas question chez Ferry, il permet à son (jeune) public de situer plus aisément le lieu, et crée par là un suspense « objectif », en renonçant à toute référence subjective du narrateur ; on remarquera cependant que le narrateur accorde aux éléments naturels une volonté et une activité propres (les flots sont « voraces », la côte « monte »). D’un autre côté il s’agit également d’un lieu quasiment fabuleux (« construit pour des êtres gigantesques ») qui permet l’ouverture dramatique du récit : autrement dit, même si le narrateur semble s’abstenir de commentaires personnels, il place d’emblée le cadre de l’action dans un univers aux dimensions mythiques qui met en place une dynamique du regard vers le château de la famille Mediana qui domine ce paysage. Le narrateur est introduit chez Ferry dès la deuxième phrase du roman, comme un homme qui reconnaît, dans ce lieu perdu de l’Espagne où fut enlevé en 1808 le petit Fabian, un endroit dont on lui a parlé en Amérique. Et tout au long du roman il sera question de récits, de narrateurs et du plaisir de raconter et d’écouter les histoires des coureurs des bois. Le narrateur est chez Gabriel Ferry un médiateur entre le lecteur et ce monde étrange – un coureur des bois de la narration si l’on veut. Karl May renonce à cet artifice. Son instance narrative, ou plutôt son narrateur, n’a pas de passé propre et ne connaît fondamentalement que le temps de la narration. Cette attitude modifie l’économie du récit, et fait notamment disparaître les artifices trop « compliqués ». Passent ainsi à la trappe le motif de l’amour transformé en haine, qui permettrait une explication psychologique des actes infâmes du méchant oncle, et bien d’autres encore.

26Malgré un geste quasi-identique – entendons, la promesse de raconter d’autres histoires sur le trio qu’ont fini par former Bois-Rosé, Pepe et Fabian – la fin de l’histoire se présente sous un jour radicalement différent chez Gabriel Ferry et chez Karl May :

À quoi bon s’appesantir plus longuement sur de pareilles scènes ? Le bonheur est si fugitif, si impalpable qu’il ne supporte ni l’analyse ni la description. […].
Le lendemain de ce jour, l’illustre sénateur s’en retournait tristement vers Arispe.
— Je savais bien, se disait-il, que je pleurerais toujours ce pauvre don Estévan. Il me resterait du moins encore de la dot de ma femme un titre d’honneur et un demi-million. Son absence a tout gâté. C’est certainement un grand malheur que don Estévan soit mort.
Quelque temps après, une hutte d’écorce et de troncs d’arbres s’élevait sur une clairière bien connue du lecteur. Bien souvent Fabian de Mediana y faisait un pieux pèlerinage avec la jeune femme que les doux liens du mariage lui avaient donnée pour compagne.
Plus tard, bien plus tard, un de ces pèlerinages eut-il pour but d’aller réclamer le bras des deux intrépides chasseurs pour une excursion au val d’Or ou un voyage en Espagne ? Nous le dirons peut-être un jour ; mais qu’importe ?
Bornons-nous, pour le moment, à dire que, si le bonheur dans ce monde n’est pas une vaine illusion, on aurait pu en trouver la réalité à l’hacienda del Venado, près de Fabian et du COUREUR DES BOIS. (7, 222).

27Gabriel Ferry offre à ses lecteurs le spectacle d’un bonheur bucolique que son narrateur sait fragile, voire éphémère, face aux sirènes d’un monde extérieur qui appâte avec des promesses de gloire et de fortune. Le narrateur de Karl May, quant à lui, observe le monde de manière moins sceptique. Manifestement séduit par les mots étranges et mystérieux qu’il a eu l’occasion d’employer au cours de son récit, et qui reflètent l’existence d’un monde lui-même étrange et mystérieux, il en rassemble une collection dans une espèce de feu d’artifice lexical final face au départ du protagoniste amérindien, Œil-de-Faucon :

  • 33 « Ueber und über mit Skalpen behangen ritt er, gefolgt von den Seinen und Bisonmähne, welcher seine (...)

Entièrement couvert de scalps, il s’en alla sur son cheval, suivi des siens et de Crinière-de-Bison, qui avait su réparer sa faute.
Les autres non plus ne s’attardèrent au Lac-aux-Bisons. Ils partirent tous pour l’hacienda del Venado, où ils pourraient se reposer de leurs peines et privations.
Fabian y est-il resté longtemps, ou est-il parti en Espagne, pour faire valoir ses droits sur le comté de Mediana ? A-t-il renoncé à la bonanza, ou bien a-t-il revu la vallée de l’or, avec la tombe du chef de tribu, et toutes ses terreurs, tous ses trésors ? Les « princes des forêts et seigneurs de la savane » sont-ils restés avec lui dans le pays de la civilisation, ou bien peut-on entendre de nouveau résonner la voix de leur carabine dans la prairie ? N’a-t-on pas échangé des messages entre les visages-pâles et Œil-de-Faucon, le Comanche ? Que sont devenus Petro Diaz d’Encinas et tous ceux qui ont survécu à ce récit ? L’Étoile de Sonora a-t-elle continué à éclairer le chemin du grand scout ?
Aujourd’hui, nous devons laisser ces questions sans réponse car le coureur des bois a encore vécu maintes aventures dont l’aimable lecteur entendra parler plus tard...33.

28Il s’agit là moins d’évoquer un bonheur fragile dans un hortus conclusus aux marges de la civilisation, qui chez Ferry demeure comme en suspens à la fin du roman, que d’accumuler une série de vocables séducteurs, de noms propres frappants, promettant des rencontres en des lieux insolites, au-delà des frontières de la civilisation, où l’on coupe les scalps, où l’on chasse le bison et où les « visages pâles » peuvent rencontrer les Comanches et d’autres représentants des « peaux rouges ». En renonçant à l’emploi de termes propres à la langue allemande (et française) tels que « riche mine d’or », « Blanc », « Indien », « Cuir chevelu », pour les remplacer par des mots essentiellement tirés de l’espagnol et de l’imaginaire indien, May opère en quelque sorte une ouverture vers de nouveaux horizons mentaux.

  • 34 Officiellement Winnetou fait sa première apparition dans la nouvelle Old Firehand parue en 1875-187 (...)

29De plus, chez Gabriel Ferry, le vaillant Comanche Rayon-Brûlant, après avoir failli perdre la vie en sauvant la future épouse de Fabian, la belle Rosarita, s’est séparé passablement réduit du trio Fabian-Bois-Rosé et Pepe, inapte à monter un cheval, couché convalescent dans une pirogue que ses fidèles guerriers sont censés conduire dans le « village des Comanches [situé] au bord du fleuve dans l’État du Texas » (7, 122). Ce n’est plus l’homme fier des terres sauvages, mais l’habitant d’un district administratif par ailleurs convoité par les États-Unis dès les années 1820. Karl May pour sa part prend soin d’octroyer au héros indien du roman un nouveau nom (« Œil-de-Faucon ») et par là-même un autre rapport au monde : celui qui voit bien saura mieux se protéger. Ainsi, à la fin, Falkenauge-Œil-de-Faucon part en vainqueur, « entièrement couvert de scalps », pour rejoindre sa bien-aimée Mo-la, die Blume der Komantschen, la Fleur-des-Comanches. Sa rencontre avec l’univers des hommes blancs n’a pas ébranlé son être profond, au contraire : elle lui a permis de gagner des galons en vue de son objectif – devenir chef de tribu. Le futur dispositif « Winnetou - Old Shatterhand »34 attend désormais son déploiement. – « car le coureur des bois a encore vécu maintes aventures… ». On ne saurait être idéologiquement plus clair : c’est en quelque sorte le dispositif néo-colonial du xxe siècle qui s’annonce.

Le découpage du roman

  • 35 L’une fut publiée chez un éditeur non identifié en 1878, l’autre chez Hachette.

30Le roman de Gabriel Ferry est divisé en plusieurs volumes. Sept selon l’édition de Bruxelles, huit selon les traductions de Wesché et Füllner, deux selon deux éditions françaises de 1878 et 189635. Chaque volume est subdivisé en de nombreux chapitres (jusqu’à 80), qui correspondent probablement, du moins au départ, au découpage original du roman-feuilleton. Dans l’édition de 1878, le premier grand volume se clôt sur la captivité de l’oncle du jeune Fabian, c’est-à-dire sur sa victoire sur le passé. Cette coupure n’existe pas encore dans l’édition bruxelloise de 1850 : l’oncle devient dans le deuxième volume l’accusé d’un tribunal improvisé et se fait tuer par un bandit, ce qui peut être considéré par le lecteur comme une sorte de jugement de dieu. Épaulé par Bois-Rosé, le chasseur canadien, et Pepe le dormeur, son fidèle compagnon, Fabian doit, après la mort de son oncle, affronter non seulement la bande de brutes sans foi ni loi, déchaînées par l’auri sacra fames, menée par son oncle d’une main de fer d’une part, mais aussi et surtout un couple étrange : Main-Rouge (Red-Hand/Mani-Sangriente chez Karl May) et son fils Sang-Mêlé (El Mestizo), issu d’une union de Main-Rouge avec une Indienne d’autre part. Ces deux hommes redoutables par leur force et leur méchanceté, s’avèrent être les véritables adversaires de Bois-Rosé, de Pepe et de Fabian. Ils entraînent les Indiens dans une lutte qui à la fin oppose ces deux hommes et les guerriers apaches au groupe des « bons » réunis autour de notre trio. C’est une véritable cohorte pluriculturelle, avec l’aristocrate anglais et son trappeur américain, quelques chasseurs de bisons et les vaqueros du père de la jeune, riche et belle Rosarita, reine du cœur de Fabian alias Marcos Arellanos. Ils sont secourus par de vaillants guerriers comanches menés par le jeune Rayon-Brûlant, qui manque de perdre la vie en arrachant Fleur-du-Lac à Sang-Mêlé, lequel vient de l’enlever à son père.

31Karl May simplifie ce découpage complexe en ne retenant que onze chapitres d’environ 50 pages chacun et élimine certains personnages, notamment un notable mexicain appauvri, dont l’oncle du jeune Fabian veut faire son homme de paille. Ce type de relations intéresse peu Karl May : au moment où le récit a débuté en Espagne il a ostensiblement refusé d’exposer la double infidélité du funeste alcade d’Elanchovi vis-à-vis de l’État et son ancien maître, le défunt comte de Mediana. Chez May, l’alcade est un brave homme qui essaie de faire de son mieux dans un pays où la justice est en piteux état.

L’arrière-plan mythique et politique

32Le roman de Gabriel Ferry déploie un scénario politique et ethnique dans lequel les « races » peuplant le continent nord-américain sont les acteurs principaux. Il y a chez lui d’une part les « Espagnols » et de l’autre les « Nordiques ». Ces deux « races » européennes se voient confrontées aux Indiens et vice-versa. Elles ont des intérêts économiques qui les opposent et les unissent à la fois. Derrière ce dispositif, Ferry postule une évolution historique qui rappelle le concept herderien selon lequel les peuples vieillissent à l’image des humains. Cela expliquerait que les Espagnols soient plus lents que les Anglo-Saxons. Dans cette imagerie, les coureurs des bois forment une « race » à part. Ils ont en commun avec les Espagnols le fait qu’on prédise leur disparition imminente du continent nord-américain. Bois-Rosé, le « Canadien », dit à propos de son métier : « […] c’est une profession qui se perd ; et quand tous deux nous ne serons plus, la race des coureurs des bois s’éteindra en Amérique ! » (1, 195 sq). Le mot « race » renvoie ici plutôt à un système de classification linnéen qu’à des propos proprement racistes, quoique… Il existe aussi les métis, que Ferry ne semble guère apprécier, du moins si nous prenons pour exemple le cas de Sang-Mêlé, un être dépravé et sans morale. Les seuls protagonistes blancs qui parviennent à dépasser avec succès l’enfermement dans les lieux géographiques et sociaux déterminés par leur appartenance à une « race », avec ses systèmes hiérarchiques, sont les coureurs des bois et leurs homologues espagnols, les chercheurs d’or, tels que les décrit Gabriel Ferry dans son roman. Ils jouissent d’une liberté encore plus grande que celle des Indiens nomades, qui, pour leur part, connaissent des contraintes sociales fortes, lesquelles exigent certains comportements, dont la dissimulation des émotions et de la douleur physique. Leur mode de vie « primitif » n’est pas rejeté d’emblée dans le roman, au contraire, leur vaillance peut susciter admiration et respect, et on ne refuse pas leur aide. Mais comme les Blancs, ils peuvent être bons ou méchants, nobles ou fourbes. Ferry, ou du moins son narrateur, sympathise avec les Comanches, ennemis jurés des Apaches. Historiquement, les pionniers espagnols et français avaient une tradition de commerce avec les Comanches et se sont servis d’eux pour combattre les Apaches, notamment en leur proposant des primes pour des scalps d’Apaches. Rayon-Brûlant est un Comanche exemplaire d’origine apache, qui finit par épouser l’idéal (féminin) des Blancs, en tombant amoureux de la belle Rosarita, au départ comparée par le narrateur à une éphémère fleur du cactus, « qui, selon une tradition, s’épanouit et meurt de onze heure à minuit, sous l’œil de Dieu seul, sans qu’il soit donné à aucun œil humain d’admirer ses couleurs, sans que l’odorat puisse se délecter à son parfum» (1, 208) : la Fleur-du-Lac, comme la nomme le jeune Indien lorsque pour la première fois il annonce aux hommes blancs qu’elle est en danger, finit par remplacer dans son cœur une fille de son peuple, l’Étoile-du-soir, laquelle était, semble-t-il, à l’origine de son « aventure » chevaleresque.

33Karl May pour sa part intervertit les métaphores de l’idéal féminin, en renommant Rosarita « Étoile-de-la-Sonora », « Stern von Sonora » (masculin en allemand !), Sonora étant le nom de l’État du Mexique du Nord où se joue le roman, et en remplaçant le nom « Étoile-du-Soir » par « Fleur des Comanches » (Mo-la, « Blume der Comanchen »). Cette femme-fleur, dont le nom, à la fin du récit, se transforme en Fleur-de-la-Savane (« Blume der Savanne »), maintient sa place privilégiée dans le cœur de « Falkenauge » (Œil-de-Faucon). Une étoile vous guide en demeurant elle-même un idéal inaccessible, tandis qu’une fleur se cueille !

34May prend aussi la liberté d’introduire « Germania » dans le récit :

  • 36 « Die Bleichgesichter sind über das große Wasser herübergekommen, wo ein weites Land liegt, welches (...)

Les visages-pâles sont venus chez nous sur la Grande eau, au-delà de laquelle s’étend un vaste pays qui possède, à l’instar du pays des Hommes Rouges un midi et une minuit. Les visages pâles du midi sont venu et on tué les Hommes rouges avec ruse et perfidie, et leur ont escroqué leurs territoires de chasse. Maintenant les voici eux-mêmes devenus faibles, souffrants et misérables. Le midi au-delà de la grande eau s’appelle Hispania. Ensuite sont venus les visages-pâles de la minuit. Ils sont forts, vaillants, avisés et sages, et amis des Hommes rouges. Leur silhouette est haute et large, leurs cheveux sont clairs, et leur œil a la couleur du ciel où brillent les bonnes étoiles. Ils sont restés forts et sages, mais n’habitent pas au pays des Apaches et des Comanches, mais loin d’ici près du Grand Père des fleuves et près des montagnes toujours couvertes de glace. La minuit qui se situe au-delà de la grande eau s’appelle Germania ; le renard le sait sans doute ; un homme blanc qui a vu tout ce qu’éclaire le soleil, le lui a raconté36.

35Il associe par ce truchement les Allemands aux Anglo-saxons victorieux devant l’Histoire, ce qui ne l’empêche pas de reprendre à son compte la représentation satirique des Anglo-saxons, par le biais de l’histoire de Sir Wallerstone (Sir Frederick Wanderer chez Gabriel Ferry), qui avec son trappeur américain cherche à tout prix à conquérir le Coursier-Blanc-des-Prairies, « le plus beau et le plus, noble de ces nobles et beaux habitants des déserts, le plus fougueux parmi ces fougueux coursiers, le plus irrité et le plus agile de tous, […] un cheval d’un blanc sans tache, comme la fleur de nénufar […] » (6, 50). Sang-Mêlé, qui convoite la jeune Rosarita et veut la posséder de force, la nomme dans un entretien avec son père « ce nuage blanc, ce flocon de neige, ce nénufar du lac… » (6, 63sq). Chez Karl May, le jeune Fabian parvient à dompter le cheval de manière « humaine » pour ensuite l’offrir à sa belle Rosarita, vision bien romanesque de la nature humaine.

36Tout en procédant à de telles retouches, Karl May parvient à s’approprier le récit de Gabriel Ferry. Il le simplifie, l’abrège, notamment pour ce qui est des conflits sociopolitiques dans lesquels s’inscrit le roman de Ferry. Le monde social en particulier est chez Karl May d’une simplicité déconcertante. Mais en même temps il ouvre davantage le récit vers l’univers des « hommes sauvages » et prépare ainsi le terrain pour le déploiement d’un univers qui lui est propre et qui a pu fasciner des générations de jeunes lecteurs et lectrices germanophones. Leur tropisme indien est « contrebalancé» par la parenté sous-jacente avec l’image de soi nationale des Allemands appelés à dissimuler les émotions et la souffrance à l’image des Indiens.

37Dans ses propres romans (et nouvelles), il arrangera les choses autrement, en remplaçant notamment les Comanches par les Apaches. Il y a là une coïncidence intéressante : le Winnetou de Karl May est un chef apache dès sa première apparition en 1875-187637. Nous apprenons dans le roman de Ferry que Rayon-Brûlant était au départ un Apache nommé Nuage-Sombre. Il a répudié cette identité, s’éloignant ainsi d’un peuple considéré par les Blancs comme plus sauvage que celui qui l’a adopté. On a dit jadis qu’en optant pour les Apaches Karl May aurait introduit dans son univers un reflet des relations hostiles entre la France et l’Allemagne après 1871, car les Comanches, nous l’avons dit, étaient traditionnellement proches de la France. Cette mutation s’inscrirait dans l’idéologie militariste du deuxième Reich. Mais on pourrait aussi défendre l’interprétation selon laquelle le Winnetou de Karl May se retrouve ainsi dans un état plus « naturel » qui, lui, sera dépassé par la foi chrétienne à laquelle succombera le vaillant chef des Indiens : souvenons-nous que Karl May conçoit dès 1880, dès la véritable naissance de son alter ego et super-héros Old Shatterhand, la mort de Winnetou, mort adoucie par une conversion au christianisme aux derniers instants de sa vie.

38On pourrait dire que l’une des interprétations françaises du message des Lumières, peu entendu en Allemagne et en Autriche à cette époque, qui tiendrait compte de la fragilité de l’être humain, serait ici remplacée par une foi terriblement naïve, quoique encore contradictoire, en la force de la croyance chrétienne autorisée à passer outre à la « nature » humaine, pour devenir « sur »-humaine.

39Mais l’adaptation par Karl May du roman de Ferry ne laisse rien transparaître d’un tel abandon de la vie concrète, à ceci près qu’elle s’intéresse moins aux questions socio-politiques du Nouveau Monde que son original. Louis de Bellemare, qui s’est inventé un nom, celui d’un objet qui peut transporter ailleurs (« ferry ») – le passeur se dit ferryman en anglais – et ne ressentait apparemment pas le besoin de s’inventer tout seul un univers poétique pour faire face au monde dit réel (il tient à ce que son récit soit collectif), garde les pieds sur une terre toujours étrangère qui lui est physiquement familière, avec des humains dont il rappelle la nature essentiellement fragile, peu importent leurs origines. Karl May, longtemps exclu de la « bonne » société, n’a pas eu cette chance. Mais en se libérant de sa condition sociale par l’invention de ses héros, il a surmonté sa propre fragilité dans un monde sans pitié, en s’inventant un alter ego quasi-idéal, Old Shatterhand, apprenti, pendant un certain temps, d’un Winnetou, dont Gabriel Ferry a proposé un modèle trop réaliste à certains égards.

  • 38 Ce penchant profondément pacifiste est encore renforcé dans le volume Winnetou IV, rédigé après le (...)

40Plus tard, Karl May a modifié cette vision des choses. Son héros, Winnetou, troque lui aussi, à l’image de Rayon-Brûlant, sa bonne étoile indienne contre un idéal féminin venu d’Europe. Sa dernière heure venue, il veut que les Blancs de la colonie pour laquelle il s’est sacrifié dans un combat contre des Indiens ennemis, lui chantent le chant de la « Reine du ciel », c’est-à-dire l’Ave Maria. Ils s’exécutent. Après avoir entendu ce chant ses derniers mots expriment sa conversion : « Scharlih, je crois au Sauveur. Winnetou est un Chrétien. Adieu ! » (Winnetou III). Son éducation chrétienne, commencée bien auparavant par Klekih-petra, un Allemand repenti de la Révolution de 1848, qui après sa fuite en Amérique avait trouvé refuge chez les Mescaleros apaches du vaillant et sage Intschu tschuna, père de Winnetou et de sa sœur, la belle Nscho-tschi (tués tous les trois dans le premier volume par des criminels blancs), se trouve ainsi parachevée grâce à l’ami-modèle Old Shatterhand, un vrai chrétien, qui, en contrepartie, a appris de Winnetou la survie en territoire hostile. Les trois volumes exclusivement consacrés à la saga Winnetou racontent cette éducation sentimentale et pacifiste38. La fin de l’histoire nous suggère une victoire de la raison chrétienne sur l’homme sauvage, prétendant que le bonheur ne peut être trouvé ici-bas, au fond un message banal. Celui du Wilhelm Meister de Goethe, modèle par excellence du roman de formation allemand, gommait également, de manière partielle tout au moins, la réalité sociale, en proclamant une éducation réussie par le biais de l’activité artistique tout en restant ancré dans l’horizon des Lumières. Ce qui rend moins banal le message de Karl May est son inclinaison pacifiste dans un environnement impitoyable. N’oublions pas que l’horizon politique dans lequel il s’inscrit est celui de la Révolution de 1848, qui a échoué, et de la victoire prussienne de 1870-1871.

  • 39 En 1850, le régime politique était redevenu conservateur dans les pays de langue allemande.

41L’univers déployé par Gabriel Ferry dans son roman est d’une toute autre facture : bannis de leur environnement social, trois hommes aux origines différentes (Bois-Rosé, Pepe et Fabian) parviennent à vaincre leur isolement dans un no man’s land de la civilisation, en nouant des liens familiaux symboliques et en créant des conditions favorables à un bonheur dont on sait qu’il est éphémère39, mais auquel on aspire malgré tout. Leur idéal perturbe l’état sauvage de la nature dans ce qu’elle possède de meilleur : Rayon-Brûlant ne sort pas indemne de son contact avec la civilisation. L’attirance de Karl May pour les univers mystérieux des peuples dits sauvages semble exprimer une impossibilité d’envisager, ne serait-ce que sur un plan imaginaire, la création de conditions favorables au bonheur au sein de la société même, ce que nous propose Ferry. Karl May aurait ainsi transféré le message politique du roman de Ferry en l’adaptant à la situation politique allemande.

Pour conclure …

  • 40 Werner Poppe, « ‘Winnetou’. Ein Name und seine Quellen », dans Dieter Sudhoff, Hartmut Vollmer (éds (...)

42Werner Poppe, dans son article « ‘Winnetou’. Ein Name und seine Quellen »40, rend compte de nombreuses conjectures sur l’origine de ce nom qui a fait tant rêver les jeunes lecteurs. Karl May lui-même avait raconté dans ses mémoires que dans un premier temps il avait donné à son héros le nom d’« Inn-nu-woh », en faisant de lui un chef des Sioux et en s’appuyant sur un autre dialecte indien que celui de Winnetou. Poppe trouve cette explication peu convaincante, notamment en l’absence de traces linguistiques satisfaisantes dans les dictionnaires. Il ne croit pas qu’il puisse s’agir d’un nom inventé par Karl May. Selon lui, c’est une peinture qui pourrait nous aider à découvrir l’origine de ce nom. Poppe nous renvoie aux planches de George Catlin (1796-1872), artiste-peintre américain, spécialisé dans la représentation des Indiens d’Amérique, qui entreprit dans les années 1830 de nombreux voyages, dont certains en territoires amérindiens, dont il ramenait des peintures. L’une d’elles montrait un chef spirituel des Blackfeet nommé « Wun-nes-tou ». Vu son nom, Karl May aurait pu tenir Catlin pour un émigrant français et adapter la prononciation à celle de la langue française. Ainsi, « Wun-nes-tou » donnerait « Wün-nä-tou » et pour l’embellir, Karl May l’aurait transformé en « Winnetou ». Si le nom correspond peut-être à une réalité empirique bien précise, les choses en vont selon toute apparence autrement pour le personnage : d’extraction littéraire, le vaillant Indien de Karl May eut sans doute plusieurs pères, ou plutôt grands-pères, français et autres, dont le plus important s’appelle Gabriel Ferry.

Haut de page

Notes

1 Citation d’après Ernst Bloch, « Die Silberbüchse Winnetous [Neufassung] », dans Karl May, herausgegeben von Helmut Schmiedt, Frankfurt/Main, Suhrkamp taschenbuch materialien, 1983, p. 28-31, p. 28 sq.

2 Karl May semble inspiré – du moins partiellement – du roman d’un autre voyageur français. Certains critiques attribuent en effet parfois la « vraie » paternité littéraire de Winnetou au baron Emile de Wogan (1817-1891), Voir, à titre d’exemple http://www.unmondedaventures.fr/emile-de-wogan-1817-1888-un-aventurier-francais-celte-au-milieu-du-19eme-siecle/ , mais aussi http://fr.wikipedia.org/wiki/Winnetou. Attribuer la paternité directe de Winnetou à Emile de Wogan, comme on peut le lire parfois, semble relever du domaine de la fabulation (peut-être dans le sillage de Karl May ?), du moins en absence de sources fiables. Les seuls noms que Wogan mentionne dans la version de son récit publiée en 1860 et reprise en 1861 dans un ouvrage intitulé Malerische Völker- und Länderkunde, dont a pris connaissance Karl May, sont celui du chef qui le sauve (Lennox) et celui de la tribu qui l’a tenu captif : les « Timpabaches, subdivision des Pah-Utahs », c’est-à-dire des Apaches.

3 Pour ce qui est du rôle du Mexique vu de France dans la littérature d’aventure de l’époque, voir Sylvain Venayre, « Le moment mexicain dans l’histoire française de l’aventure (1840-1860) », HSAL no 7, 1er semestre 1998, p. 123-137.

4 « May s’est inspiré du roman d’aventure exotico-ethnographique du XIXe siècle et de sa variante dite ‘primitiviste’ (du premier romantisme français). François-René de Chateaubriand célèbre dans ses romans Atala et René, parus entre 1801 et 1895, une lassitude mélancolique face à l’Europe, qu’il confronte à la vie des Indiens. Cette posture est typique de la variante du roman d’aventures exotique, à laquelle appartiennent les « récits de Bas-de-Cuir » de James Fenimore Cooper : il y apparaît de ‘nobles sauvages’ [...], qui par leur état d’esprit et leur comportement, se distinguent du comportement ‚primitif’ des autres Indiens (à l’instar de Magua de Cooper). Plus important encore pour May sont les romans d’aventure du milieu du siècle passé, qui se jouent dans le Sud-Ouest des États-Unis et dans le Nord du Mexique, soit : Les Chasseurs de chevelures (1851) de l’Irlandais Mayne Reid et Le Coureur des Bois (1853 – sic !) de Gabriel Ferry. » (trad. par nos soins). In: Bernhard Kosciuszko (éd.), Großes Karl May Figurenlexikon. Zweite, verbesserte und ergänzte Auflage, Paderborn, Igel-Verlag (Reihe Literatur- und Medienwissenschaft Band 48) 1996, p. 949sq. http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/seklit/figlex/index.htm. (dernière consultation le 30 octobre 2014.) Il existe un numéro des Sonderhefte der Karl-May-Gesellschaft dirigé par Hanswilhelm Haefs consacré au Coureur des bois : Karl Mays Waldläufer. Spurensuche in Mexiko, Nr. 80/ 1989. Le numéro est riche d’informations, mais s’intéresse plus particulièrement à l’importance des textes de Gabriel Ferry pour l’œuvre postérieure de Karl May.

5 Cette maison d’édition avait été fondée en 1913, un an après la mort de l’auteur, dans le but de rehausser sa réputation détériorée, après de violentes campagnes de presse contre la prétendue authenticité de ses récits : Karl May s’était trop identifié à son héros Kara Ben Nemsi Effendi, alias Old Shatterhand, frère de sang de Winnetou.

6 Adolf Hitler était en effet un grand lecteur de Karl May. Ces données plus que problématiques de la réception de Karl May (mais dont celui-ci n’a pas le monopole…) se reflètent encore aujourd’hui dans l’article du Karl=May=Wiki concernant les éditions Karl May : on y jette un voile pudique sur l’histoire de la maison entre 1921 et 1945. Voir http://karl-may-wiki.de/index.php/Karl-May-Verlag. (dernière consultation le 30 octobre 2014.)

7 Selon Hanswilhelm Haefs, p. 16 (note 4) et Christoph Blau/Ulrich von Thüna, Karl May in Frankreich, Sonderheft der Karl May-Gesellschaft N° 133/2006. Le catalogue de la Bibliothèque Nationale de Paris indique une parution en 1850-51 au journal Le foyer domestique. George Sand évoque dans son texte sur Ferry (voir note 12) un compte-rendu sur la peinture du Salon de 1850-51 pour l’Ordre, qui aurait été « remarqué ». Outre les publications dans des journaux français (dont, semble-t-il, au Salut public de Lyon, au Journal de Dijon et à l’Impartial de Rouen), il existe de toute évidence plusieurs éditions du roman dès 1850, et à Paris, et à Bruxelles, dont très probablement des contrefaçons. Nous allons principalement nous référer à une édition bruxelloise de la même année, qui présente l’avantage d’être complète et facile d’accès. Parue en sept volumes chez Meline, Cans et Cie, cette version de plus de 1700 pages est consultable et téléchargeable, quoique partiellement mal scannée, sur www.digitale-sammlungen.de (https://opacplus.bsb-muenchen.de/metaopac/search.do?methodToCall=volumeSearch&dbIdentifier=100&forward=success&catKey=8783186&isPeriodical=N, dernière consultation le 30 octobre 2014). Par la suite indiquée par le n° de volume, suivi du n° de page.

8 Le Mexique n’est d’ailleurs pas totalement absent de la littérature de langue allemande de la première moitié du xixe siècle comme cadre et sujet de l’action romanesque. L’auteur autrichien Karl Postl alias Charles Sealsfield, moine défroqué émigré pendant quelques années aux États-Unis avant de finir ses jours en Suisse, avait publié en 1835 son premier roman mexicain Der Virey und die Aristokraten (Le Vice-roi ou le Mexique en 1812) où il s’était principalement intéressé aux protagonistes de la guerre d’indépendance du Mexique (1810-1821).

9 Cité ici d’après une édition incomplète conservée à la BN, qui a paru en 1850 chez Didot, rue Jacob. L’indication de temps (« demain ») suggère une parution sous forme de roman-feuilleton. Pour des raisons évidentes, l’édition bruxelloise de chez Méline choisit une autre formulation : « L’histoire que sa plume va nous retracer… » (1, VI).

10 On peut ajouter ici aux parutions que nous avons déjà évoquées (sous forme de livres et dans des journaux), une édition bruxelloise de Mayer et Flatau, et une autre parue chez A. Lebègue un éditeur français émigré à Bruxelles, qui publia aussi Pierre Joseph Proudhon et George Sand. D’autres éditions françaises ont suivi.

11 Réédition récente : Louis de Bellemare, Les dernières aventures de Bois-Rosé : épilogue du « Coureur des bois » (éd. 1899), Paris, Hachette 2013. Version intégrale sur Gallica: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5495202h. (dernière consultation le 30 octobre 2014).

12 Maison d’édition : Phébus. Le volume comporte 810 pages. Il s’agirait de la première version intégrale depuis 1853. Sur le site Gallica.bnf.fr, on peut consulter une édition illustrée de 1878 (760 pages en grand format et en petites lettres). Hormis la suppression de la préface et quelques remaniements relatifs au découpage et au style, le texte de celle-ci est assez proche des éditions complètes de 1850. Voir sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5824784t/f1.image.r=Ferry,%20Gabriel.langFR. (dernière consultation le 30 octobre 2014).

13 Chez Charpentier à Paris.

14 Paru chez Dentu à Paris, p. IX-XX, le volume contient des textes demeurés inédits du vivant de Ferry. Une « Notice sur la vie et les ouvrages de Gabriel Ferry » y fournit par ailleurs de plus amples informations sur l’auteur, dans un style plutôt fleuri (p. 3-44). On y apprend notamment qu’il aurait travaillé dès 1840 pour des journaux (L’Illustration et le Courrier Français), avant de devenir collaborateur de la prestigieuse Revue des Deux Mondes. Son fils adoptera plus tard le même pseudonyme pour publier des contributions sur des auteurs, notamment Balzac et Dumas.

15 Volker Klotz présente l’auteur en soulignant qu’on sait peut de choses de lui, « sans doute parce qu’il n’écrivit que peu de temps », et donne une analyse intéressante du texte dans son ouvrage consacré aux romans d’aventure du xixe siècle, intitulé Abenteuer-Romane. Sue/Dumas/Ferry/Retcliffe/May/Verne, Munich, Vienne, Hanser Verlag 1979, p. 86-118. Pour Klotz c’est un récit riche et complexe qui à travers l’exposition de la relation symbolique père-fils qu’affichent Fabian et le coureur des bois, offrirait une interprétation originale du contrat social. On pourrait y ajouter que le « bon sauvage » du roman, Rayon-Brûlant, s’est lui aussi lié à une communauté par voie d’adoption : Apache au départ, il est devenu Comanche de son propre gré. D’autres, dont Marius Topin dans un texte figurant dans son ouvrage Romanciers contemporains (deuxième édition 1881), paru à la Libraire Académique Didet et Cie, et partiellement repris dans la 13e édition du roman chez Hachette en 1986, considèrent le roman comme un « chef d’œuvre ». Topin met Ferry sur un pied d’égalité avec Balzac, George Sand, Jules Verne, Zola…. L’introduction à ses Révolutions du Mexique, où elle déclare que ses romans « captèrent toutes les classes de lecteurs », figure dans les œuvres complètes de George Sand, au volume Souvenirs de 1848, paru en 1880 chez Calmann Lévy, p. 291-297. Les jugements défavorables qu’on a pu lire par la suite, s’expliquent peut-être par les nombreux remaniements infligés au roman en vue d’un jeune public.

16 Voir note 2. Venayre oublie certes d’évoquer les romans « européens » de Ferry, mais il est là en bonne compagnie : on ne les cite pratiquement jamais.

17 Aux éditions Christian Ernst Kollmann. Elle est disponible, quoique partiellement mal scannée, sur Bayerische StaatsBibliothek digital.

18 Chez G.C. Knapp. Disponible sur Bayerische StaatsBibliothek digital, quoique incomplète (il manque les volumes 5 et 6) et partiellement mal scannée. Edition complète sur le site « Digitale Sammlungen der Universitätsbibliothek Bielefeld ». Voir http://ds.ub.uni-bielefeld.de/viewer/toc/2014203/0/LOG_0000/. (dernière consultation le 30 octobre 2014).

19 En raison d’une mise en page qui varie d’un éditeur à l’autre, un nombre variable de pages n’indique pas nécessairement des coupures ou autres remaniements, même si en l’occurrence Füllner a renoncé à la traduction de l’avant-propos.

20 Chez Franckh. Actuellement non disponible en version numérique. Grieb, disciple de Charles Fourier, aurait entrepris en 1838 un long voyage aux États-Unis pour y soutenir la fondation de Phalanstères, avant de s’engager politiquement à Stuttgart et Sindelfingen, où il était né. Voir https://www.adv-boeblingen.de/zrbb/sindelf/sindelf/gesch/grieb.htm. (dernière consultation le 30 octobre 2014).

21 Chez Lothar Borowski à Munich. Voir, pour l’édition Borowski, http://gutenberg.spiegel.de/buch/3916/1.

22 Der Waldläufer, bearbeitet von Julius Hoffmann (« Diaconus in Coswig »), Trewendt & Granier, Breslau 1952, sous-titrée « Erzählungen aus dem amerikanischen Waldleben. Für die Jugend bearbeitet, nach der Übersetzung von Dr. Grieb », 2 vol. en 1, 8e éd. en 1875, 9e éd. en 1878.

23 Der Waldläufer, [Nach d. Übertr. von Julius Hoffmann neu bearb., gekürzt u. mit e. Nachw. vers. von Hans Küfner], Arena-Taschenbuch ; Bd. 1292 (Würzburg).

24 La version revue par Franz Kandolf, qui figure depuis 1959 dans les Œuvres complètes éditées par le Karl May Verlag de Bamberg-Radebeul (volume 70), en serait à sa 382e édition. En 1987, le Karl May Verlag a réimprimé la version de 1879. On peut consulter et télécharger ce texte sur le site de la Karl May-Gesellschaft (http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/primlit/jugend/waldlaeufer/index.htm) et sur http://www.zeno.org/Literatur/M/May,+Karl/Jugenderzählungen/Der+Waldläufer. Nous nous référons à cette édition. Dans le programme de l’édition critique on l’annonce par ailleurs comme 9e volume de la première division (Frühwerk). Voir http://www.karl-mays-werke.de. Dernière consultation le 30 octobre 2014.

25 Franz Kandolf, qui s’est intéressé à l’original dans quelques articles parus au Karl May Jahrbuch de 1932 et 1933, a utilisé, semble-t-il, pour son travail comparatif, la traduction de Kühne, publiée, elle, après le Waldläufer de Karl May. Démarche qui, à nos yeux ne grandit pas le maigre crédit de confiance accordable à Kandolf.

26 « eng » est une traduction littérale de « étroit », le terme correspondant en allemand serait plutôt « schmal ».

27 Voir https://de.groups.yahoo.com/neo/groups/KarlMay/conversations/topics/1616 (dernière consultation le 30 octobre 2014).

28 Voir Haefs note 3, p. 17sq.

29 L’adaptation de May ressemble, il faut le dire à plusieurs endroits davantage à la traduction de Wesché qu’à celle de Füllner. Nous nous contentons ici de citer une scène située au début du roman. Elle contient le renvoi à une lettre cachée – lequel a été par ailleurs coupé dans les versions parues après le décès de Ferry (voir, à titre d’exemple, p. 21sq de la version bruxelloise de Meline vs. p. 5sq d’une édition parue chez Hachette en 1856 et p. 4sq de la version de 1878). Füllner a certes correctement traduit la scène qui décrit le vol de la lettre, mais il s’est trompé sur le sens exact de certains mots. En voilà deux – «miquelets garde-côtes» et «  cigarette » : après une première évocation explicite (« Mikelets als Küstenwächter »), Wesché préfère garder « Mikelet » (p. 15sq), tandis que Füllner opte pour « Soldat » (p.9 sq) – ce qui gomme le fait que les miquelets furent au départ des bandits. Wesché traduit ensuite – correctement – « Cigarette » (p. 18sq), tandis que Füllner choisit « Cigarre » (p.10sq). Karl May quant à lui emploie « Miquelete » et « Cigarette » (p.9sq). Haefs opte pour Grieb/Hoffmann notamment à cause du titre (« Waldgänger » au lieu de « Waldläufer »), et après avoir trouvé, en d’autres endroits, des concordances étonnantes avec l’adaptation de Hoffmann. On ne peut néanmoins pas exclure que May ait pris connaissance des trois traductions et de l’adaptation de Hoffmann.

30 « Wir hatten die Apacheria durchritten, jenen Boden, den der Liebhaber von Abenteuerromanen beinahe klassisch nennen könnte, da der berühmte ‚Waldläufer’ von Gabriel Ferry auf demselben spielt, und mich selbst mussten diese weiten, vom Rio Gila durchzogenen Gründe auf das Lebhafteste interessiren, da ich diesen ‚Waldläufer’ vor Kurzem erst im Gewande einer Umarbeitung aus dem Französischen in das Deutsche übertragen hatte. Dies war auch der Grund gewesen, weßhalb ich mich in den Wigwams der Apachen etwas länger aufgehalten hatte, als vorher bestimmt war ». - « Deadly Dust », Deutscher Hausschatz in Wort und Bild, Jg. VI, H. 28-42, ici H. 31, p. 482), sur http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/primlit/zeitschriften/hausschatz/06-1879-80/index.htm. (dernière consultation le 30 octobre 2014). Voir aussi le texte introductif intitulé « Die Geburtsstunde einer Legende – Karl Mays ‘Abenteuer aus dem nordamerikanischen Westen’ » de Christoph F. Lorenz, au volume 88 des Œuvres complètes (« Deadly Dust ». Zwei Erzählungen aus dem Wilden Westen von Karl May, Bamberg–Radebeul 2008, p. 7-28). Partiellement téléchargeable sur www.karl-may.de/titel/leseprobe/00088.pdf. (dernière consultation le 30 octobre 2014).

31 « Er zog ein Buch aus der Tasche, dessen Ueberschrift, ins Deutsche übersetzt, folgendermaßen lautete: Der Waldläufer von Gabriel Ferry. Erster Band. Der Wirth warf einen Blick darauf und sagte: „Natürlich kenne ich es. Dieses Buch wird außerordentlich viel gelesen. Die Geschichte spielt in der Apacheria und am Rio Gila. Sie ist sehr interessant.“ – „Ja, ungemein interessant. Ich habe sofort, als ich sie gelesen hatte, den Entschluß gefaßt, auch Waldläufer zu werden, und bin aus England herüber gekommen, um ähnliche Abenteuer zu erleben.“ ». Dans « Deutsche Herzen-Deutsche Helden. Roman vom Verfasser « Waldröschen », « Fürst des Elends » u. Weg zum Glück », Dresden, Münchmeier, décembre 1885-janvier 1888, p. 1347. Sur http://www.karl-may-stiftung.de/helden.html. (dernière consultation le 30 octobre 2014).

32 Dans ce qui suit, seuls les passages réécrits par May seront traduits en français. Les deux traductions en allemand dont nous disposons seront néanmoins rendues, afin de mieux illustrer le propos.

33 « Ueber und über mit Skalpen behangen ritt er, gefolgt von den Seinen und Bisonmähne, welcher seinen Fehler wieder gutgemacht hatte, davon.
Auch die Andern blieben nicht länger am Büffelsee. Sie gingen allesammt nach der Hazienda del Venado, wo sie ausruhen konnten von ihren Mühen und Entbehrungen.
Ist Fabian lange dort geblieben, oder ging er hinüber nach Spanien, um seine Ansprüche auf die Grafschaft de Mediana geltend zu machen? Hat er auf die Bonanza verzichtet oder das Goldthal wiedergesehen mit dem Grabe des Häuptlings und all seinen Schrecken und Schätzen? Sind die „Fürsten der Wälder und Herren der Savanne“ mit ihm im Lande der Civilisation geblieben, oder hörte man die Stimmen ihrer Büchsen wieder in der Prairie? Ist keine Kunde zwischen den Bleichgesichtern und Falkenauge, dem Comanchen, gewechselt worden? Was wurde aus Petro Diaz, aus Encinas und allen Denen, welche diese Erzählung überlebten? Hat der Stern von Sonora dem großen Pfadfinder auch fernerhin geleuchtet?
Heut müssen diese Frage[n] unbeantwortet bleiben, denn der „Waldläufer“ hat noch gar manches Abenteuer erlebt, von welchem der freundliche Leser später hören wird. ». (May, 562).

34 Officiellement Winnetou fait sa première apparition dans la nouvelle Old Firehand parue en 1875-1876, mais c’est un homme plus âgé et moins noble que le Winnetou que nous connaissons depuis la publication de la trilogie en 1893. À en croire Karl May dans ses mémoires, l’« idée » Winnetou lui serait venue en prison, entre 1865 et 1868 (Karl May, Mein Leben und Streben, Freiburg i.Br. 1910, Reprint Hildesheim, New York 1975, p. 136).

35 L’une fut publiée chez un éditeur non identifié en 1878, l’autre chez Hachette.

36 « Die Bleichgesichter sind über das große Wasser herübergekommen, wo ein weites Land liegt, welches wie das Land der rothen Männer einen Mittag und eine Mitternacht hat. Die Bleichgesichter des Mittags sind gekommen und haben die rothen Männer mit List und Heimtücke getödtet und um ihre Jagdgebiete betrogen. Jetzt sind sie selbst schwach, krank und elend geworden. Der Mittag über dem großen Wasser heißt Hispania. Dann sind Bleichgesichter aus der Mitternacht herübergekommen. Sie sind stark, tapfer, klug und weise und ein Freund der rothen Männer. Ihre Gestalt ist hoch und breit, ihr Haar licht, und ihr Auge hat die Farbe des Himmels, an dem die guten Sterne leuchten. Sie sind stark und weise geblieben, aber sie wohnen nicht im Lande der Apachen und Comanchen, sondern weit von hier am großen Vater der Ströme und an den Bergen, die stets Eis haben. Die Mitternacht jenseits des großen Wassers heißt Germania; der Fuchs weiß das gewiß; ein weißer Mann, der Alles gesehen hat, was die Sonne bescheint, hat es ihm berichtet.  » (May, 329).

37 Consultable sur le site de la Karl May-Gesellschaft: http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/primlit/erzaehl/reise/firehand/index.htm. (dernière consultation le 30 octobre 2014). La nouvelle, retravaillée plus tard, fut publiée pour la première fois au Deutsches Familienblatt. Wochenschrift für Geist und Gemüth zur Unterhaltung für Jedermann, Dresden, Verlag Münchmeyer, 1. Jg. n7-17.

38 Ce penchant profondément pacifiste est encore renforcé dans le volume Winnetou IV, rédigé après le seul voyage en Amérique qu’ait effectué Karl May, en 1908. Dans ce roman publié en 1910, il s’agit de sauver la mémoire de l’ami défunt d’Old Shatterhand contre toutes sortes d’usurpateurs, ce qui a pour conséquence que l’auteur le transforme en un être angélique et parfaitement irréel. Le public n’a pas suivi May sur ce chemin et a réagi de manière peu enthousiaste.

39 En 1850, le régime politique était redevenu conservateur dans les pays de langue allemande.

40 Werner Poppe, « ‘Winnetou’. Ein Name und seine Quellen », dans Dieter Sudhoff, Hartmut Vollmer (éds.) Karl Mays « Winnetou », Oldenbourg, Igel Verlag 2007, p. 29-34. Voir également Marlies Bugmann, « Winnetou, The Birth Of A Legend », dans Savage to Saint. The Karl May Story (2nd edition), Australian Friends of Karl May, Copping, Tasmania, Australia 2008, p. 23-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Herta-Luise Ott, « Le Coureur des Bois (1850) de Gabriel Ferry et Der Waldläufer (1879) de Karl May : l’histoire d’un transfert franco-allemand », Strenæ [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1449 ; DOI : 10.4000/strenae.1449

Haut de page

Auteur

Herta-Luise Ott

Université de Picardie Jules Verne
CERCLL EA 4283

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org