Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Heute aber ist es in Frankreich sowieso zu spät für May ». Trop tard en France pour Karl May ?

Jean-Luc Buard

Résumé

Depuis trente ans, il n’y a plus d’édition de Karl May en langue française. Gloire des lettres allemandes, cet auteur est peu connu en France, pays qui fut le premier à le traduire, dès 1881, mais où il n’a guère suscité d’intérêt critique en plus d’un siècle, lequel était souvent fondé, lorsqu’il existait, sur certaines méprises historiques ou littéraires. Serait-il « trop tard en France pour Karl May » ? La réception française n’est pourtant pas inexistante, mais elle est dispersée en de multiples lieux qu’il s’agit d’abord d’inventorier.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Allemagne
Haut de page

Dédicace

Cette étude est dédiée à Ulrich von Thüna, passeur culturel de Karl May entre l’Allemagne et la France

Texte intégral

Introduction

1La présence de Karl May (1842-1912) en Allemagne offre un contraste saisissant avec sa situation française. Elle est massive outre-Rhin, sur tous les supports et de toutes les natures possibles. Toutes proportions gardées, elle équivaut à la situation de Balzac ou de George Sand en France. Associations, publications, éditions, adaptations, commentaires, théâtre, jeux et sites internet s’occupent de Karl May. Depuis 1912, une maison d’édition, le Karl-May-Verlag (KMV, Bamberg-Radebeul) lui est exclusivement consacrée1. La Société Karl May (Karl-May-Gesellschaft, KMG2), qui fédère la recherche, a mis ses archives en ligne, soit des milliers d’articles et des dizaines de milliers de pages depuis 1969, scannées et indexées. Rien de tel en France. Karl May est, pour commencer, des années 1950 aux années 1980, absent de la plupart des ouvrages de référence usuels, tels l’Histoire des littératures de l’Encyclopédie de la Pléiade (1958), le Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse, le dictionnaire Quillet, le Dictionnaire des littératures de Paul Van Tieghem (1968), le Quid, l’Encyclopedia Universalis, le Robert des noms propres ou le Laffont-Bompiani3. Comme il n’a pas non plus de notice biographique à sa mort dans le Larousse mensuel illustré de 1912, on peut se demander si à cette époque le nom de Karl May était mieux connu qu’aujourd’hui. Cela n’est pas du tout sûr. Karl May cumule plusieurs handicaps, qui tiennent principalement en quatre mots : catholique, Allemand, aventure, nazisme, mais pourraient être résumés d’un seul mot allemand : il relève (ou il a relevé, jusqu’aux années 1960) de la Trivialliteratur. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

2Karl May est aussi traditionnellement considéré comme un écrivain pour la jeunesse, domaine qui, comme la Trivialliteratur (ou « paralittérature » en France) a été réévalué à partir des années 1960. Les courbes de reconnaissance de ces deux domaines accusent nombre de parallélismes, bien qu’ils aient évolué récemment de façon divergente. Dans les lignes qui suivent, nous mènerons une analyse historique qui superposera souvent les deux ensembles, ce que la réception critique autorise de fait dans le cas de l’auteur allemand, comme on le verra dans la plupart des extraits que nous reproduirons, où l’écrivain pour la jeunesse et l’écrivain « populaire » sont étroitement associés.

3Évaluer la « réception française » de Karl May, aussi faible soit-elle, revient d’abord à procéder à un inventaire de ses traces entendues au sens le plus large. La vue d’ensemble qui s’offre permet ensuite de se focaliser sur certains aspects, pouvant faire l’objet d’investigations plus poussées et détaillées. Au titre de cette réception, on doit prendre en compte les traductions, les préfaces de celles-ci, leurs comptes-rendus, les articles de presse sur l’auteur et ses déboires, les nécrologies, puis les articles et études qui le concernent depuis sa mort, sans oublier les mentions plus ou moins développées dans de nombreux livres ou articles (y compris en traduction), les souvenirs de lecture, citations, allusions littéraires, réemplois, détournements voire parodies, s’il s’en trouve. Il y a ensuite les films, y compris un film biographique, puis les émissions télévisées et aujourd’hui des sites internet. Cela forme un corpus énorme et hétéroclite, malaisé à analyser. Après avoir tenté d’en rassembler les éléments épars, nous nous proposons de le présenter ici rapidement. Cependant, du fait que ce sujet est peu familier aux lecteurs et aux chercheurs, français ou allemands, il a paru nécessaire de réserver une place appropriée pour traiter avec quelques détails les diverses étapes de cette réception, afin d’exposer des bases documentaires préalables à une meilleure intelligence du propos.

  • 4 Il aura fallu attendre 2013 pour voir paraître un premier ensemble d’études de quelque importance e (...)
  • 5 Marc Soriano, « May Karl », Guide de littérature pour la jeunesse : courants, problèmes, choix d’au (...)
  • 6 Citons d’une part les travaux bibliographiques sur les traductions françaises d’Ulrich von Thüna et (...)

4Le constat d’une réception française « manquée » de Karl May s’appuie sur l’absence totale de publication monographique en langue française à propos du romancier4 et sur un corpus fort ténu d’études et articles critiques, académiques ou non, depuis l’origine. S’ajoute à cela une myriade de mentions dispersées dans une foule d’ouvrages disparates, de littérature de jeunesse5, de cinéma, de critique littéraire, de mémoires ou de fictions. Ces articles et mentions n’ayant jamais été recensés, ils sont pour partie perdus et oubliés dans la presse ou dans des livres non référencés. Ajoutons que les articles de langue allemande qui étudieraient cette réception française semblent aussi peu nombreux6.

5Le volume de traductions de May n’est pas considérable, mais est équitablement réparti dans la durée, des années 1880 aux années 1980. Depuis, on observe une interruption brutale des éditions françaises qui pose question. Leur distribution temporelle montre toutefois que jusque-là, cette diffusion se caractérisait par une périodisation équilibrée, quoique « intermittente », parfois contrariée, et reposant sur des malentendus liés aux handicaps mentionnés ci-dessus qui expliquent, probablement, le curieux destin de Karl May en français.

Un écrivain catholique ?

  • 7 Caroline Mame de Beaurepaire (dir.), Mame, Angers, Paris, Tours, deux siècles du livre, catalogue d (...)

6Le romancier allemand fut d’abord accueilli comme un écrivain catholique – ou prétendu tel – à une époque de combat anticlérical. C’est la période des traductions de J. de Rochay publiées en feuilleton dans le quotidien catholique Le Monde (1881-1884, où œuvre un certain Édouard Drumont), reprises ensuite en six volumes (1884-1887) chez Mame7. D’autres traductions suivent en librairie en 1891-1892, puis en 1904 dans le quotidien monarchique L’Autorité de Paul de Cassagnac. Cette dernière parution, restée enfouie dans le feuilleton de ce journal, n’accroît guère sa renommée auprès du public français, malgré son titre explicite, « Les Aventures du docteur Karl May ».

  • 8 J. de Rochay, « Préface » à Karl May, Le Roi des requins, Tours, Mame, 1887, p. 9 (en ligne http:// (...)
  • 9 Sur J. de Rochay, voir Eugène Loudun, Notes sur ma vie, 1818-1867 : lettres choisies, 1838-1898, éd (...)
  • 10 Ch. Legrand, « Voyages et variétés, VI », Revue du monde catholique, tome 77, n° 130, 1er mars 1884 (...)

7Je ne m’attarderai pas sur l’apport de J. de Rochay, alias Juliette Charoy (1840-1898) dont la vie et l’œuvre sont analysées ici même par Mathilde Lévêque. Rappelons toutefois que la traductrice avouait avoir voulu trouver en Karl May « un Jules Verne plus franchement chrétien et possédant son originalité propre8 ». Les livres de Karl May furent, dans cette optique, d’autant plus présentés avec faveur dans la Revue du monde catholique, que J. de Rochay en était une collaboratrice9. Ainsi, le critique Ch. Legrand se fait lyrique et dithyrambique pour accueillir le premier volume de Karl May publié en 188410.

  • 11 La traduction de L’Empire du dragon. Souvenirs d’Asie n’est pas créditée. Dans sa bibliographie de (...)
  • 12 J. de Rochay, « Les Romans nouveaux », Revue du monde catholique, tome 109, 1er janv. 1892, p. 160 (...)

8Lorsque J. de Rochay cesse ses traductions de Karl May, elle prend le relais de Ch. Legrand pour signaler, dans la Revue du monde catholique, les nouveaux romans de Karl May édités par Delhomme et Briguet, L’Empire du Dragon et Le Fils du chasseur d’ours (1892)11, ce qui lui donne l’occasion de rajouter une petite touche : « Franchement catholique, le narrateur n’hésite point à le témoigner quand l’occasion s’en présente ; il ne se lance jamais, néanmoins, ni dans de longues controverses, ni dans des considérations hors de propos.12 »

  • 13 J. de Rochay, « Les Romans catholiques d’outre-Rhin », Revue du monde catholique, tome 112, 1er oct (...)
  • 14 Après 1900, Karl May subit en Allemagne une série d’attaques et de procès de la part de confrères, (...)

9Elle ira même reprocher au critique littéraire Heinrich Keiter, de ne pas faire figurer Karl May au rang des écrivains catholiques allemands, dans une étude sur ce sujet13. Assurément, Juliette Charoy n’a jamais douté du catholicisme de Karl May. De fait, les polémiques à ce sujet éclatent en Allemagne après la mort de la traductrice en 189814.

10Quant à Élisabeth Loisel, « la nouvelle traductrice » de Karl May pour Le Fils du chasseur d’ours, elle œuvre dans le même esprit que sa consœur, écrivant :

  • 15 Élisabeth Loisel, « Avant-propos », Le Fils du chasseur d’ours, par le docteur Karl May, Paris et L (...)

M. le docteur May se met souvent en scène sous ce nom, qu’il prend encore ici ; le Fils du chasseur d’ours n’a guère que seize ou dix-sept ans, Shatterhand le protège et le guide. Le narrateur ne s’efface pas volontiers : sa personnalité, son amusante forfanterie domine dans ce livre comme dans toutes ses œuvres, on les y retrouve avec plaisir. Shatterhand n’est pas seulement un faiseur de prouesses étonnantes, il a du cœur, sa plume garde toujours une scrupuleuse convenance ; il n’oublie point, comme tant d’autres, son titre, et ses convictions de chrétien, il aime à les rappeler en toute occasion ; quant à ce que son récit aurait de trop allemand, on s’est efforcé de l’écarter. Certaines allusions, certains souvenirs de mœurs locales, certains jeux de mots eussent été d’ailleurs, intraduisibles. Les quelques suppressions nécessaires n’ont point altéré le texte original, il reste une narration complète et très intéressante, dans laquelle l’auteur retrace la vie accidentée des trappeurs américains, type curieux déjà presque disparu, et nous décrit les merveilles des geysers de l’Amérique du Nord. Aussi, quoique la nouvelle traductrice soit à son début, elle espère voir le jeune public accueillir ce volume avec l’empressement qu’il a témoigné pour les précédents voyages de M. Karl May, publiés en français15.

11Las, l’essai ne sera pas reconduit, les éd. Delhomme et Briguet (Paris et Lyon) n’ayant peut-être pas la même « surface commerciale » que l’entreprise Mame... De fait, ces deux ouvrages sont assez rares aujourd’hui.

  • 16 Les Brigands des prairies (1874), Les Voleurs de chevaux, Les Pionniers du Far-West et Le Peau-roug (...)
  • 17 Le « Buffalo Bill’s Wild West Show » du colonel Cody effectue deux tournées européennes en 1889 et (...)
  • 18 Un musée et une association Friedrich Gerstäcker existent en Allemagne à Braunschweig depuis 1982 ( (...)
  • 19 Pour la postérité, Karl May demeure un des prototypes les plus accomplis du romancier voyageur en c (...)
  • 20 Liselotte Bihl, Karl Epting (dir.), Bibliographie französischer Übersetzungen aus dem Deutschen / B (...)

12Mais alors, nous l’avons dit, une traduction nouvelle de Karl May voit le jour dans L’Autorité. Curieuse initiative que ces « Aventures du docteur Karl May » (adaptées par un certain M. Capsius), arrivant sans prévenir dans le journal, où elles paraissent du 20 février au 29 juillet 1904, en 159 épisodes succédant à un autre roman de l’ouest, « La Loi de Lynch », de Gerstoecker (sic), paru de novembre 1903 à février 1904. Ainsi, pendant neuf mois, le lecteur du feuilleton de L’Autorité se voit proposer deux romans western d’origine allemande, sans qu’on lui demande son avis et sans qu’on justifie ce choix ! Le roman de Gerstäcker (traduction de Die Regulatoren in Arkansas, 1845) avait d’abord paru en quatre volumes chez Michel Lévy, en 1874-7516. Le nouveau titre choisi (« La Loi de Lynch ») est un clin d’œil à Gustave Aimard, alors très populaire – Fayard allait lancer en 1907 ses œuvres en collection à 65 centimes. Nous étions en pleine western-mania, entre deux tournées européennes de Buffalo Bill17. Friedrich Gerstäcker (1816-1872), aujourd’hui encore moins connu que Karl May en France18, a réellement vécu aux États-Unis, contrairement à May19. Ses romans sont considérés comme des témoignages valables de la vie de l’Ouest et ont été traduits dès le Second Empire, entre autres en 1855 par Xavier Marmier pour Hachette. Il est lui aussi publié chez certains éditeurs catholiques parisiens, comme Blériot (1883) ou Lecoffre (1892)20.

  • 21 Voir sur ce cycle un bref résumé dans Le Rocambole no 63, p. 56.

13« Les Aventures du docteur Karl May » sont adaptées de Die Felsenburg (1893) et de ses suites, publiées dans les « Œuvres complètes » sous le titre Satan und Ischariot (vol. 20 à 22). Il s’agit d’un long cycle, faisant la jonction entre le Far West et l’Europe ou l’Afrique du Nord, où interviennent Winnetou et Old Shatterhand, en lutte contre la famille criminelle de Harry et Jonathan Melton. Ce cycle n’a jamais été réédité en langue française21.

Un romancier allemand

  • 22 Mathilde Lévêque, « Traduire pour Mame », dans Cécile Boulaire (dir.), Mame : deux siècles d’éditio (...)
  • 23 Voir dans ce même numéro l’article de Georges Felten, « « Scharlih » unchained. Traces de Karl May (...)
  • 24 Cet article a été traduit et commenté par Ulrich von Thüna en 1970, et réédité dans le Rocambole no(...)

14Publiant entre 1870 et 1914 – on peut supposer que cela n’aide pas à une bonne reconnaissance littéraire – May pourrait être considéré comme une victime collatérale du contentieux historique franco-allemand. Cela est surtout vrai après la Grande Guerre et durant l’entre-deux-guerres, malgré l’existence de plusieurs traductions, souvent édulcorées et adaptées22. On lui a parfois reproché son nationalisme et son colonialisme (version outre-Rhin, tendance pangermaniste), qui ne lui sont pas propres mais relèvent des traits caractérisant son temps (le Zeitgeist). On sait que Karl May a évolué à la fin de sa vie et les œuvres « mystiques » (selon Arno Schmidt23) de la dernière période en témoignent. On connaît aussi de lui une lettre à un journal pacifiste français, La Paix par le droit (1907) qui exprime le souhait d’une entente entre les deux peuples, par-delà les malentendus historiques24.

  • 25 Ch. Legrand, « Voyages et variétés, VI », Revue du monde catholique, op. cit., p. 737-738.

15Écrivain allemand, il l’est à un tel point que son œuvre devient populaire et entre en communion avec le cœur et l’âme de l’Allemagne « éternelle ». Ce sont cette langue allemande, cet esprit allemand, qui jouent le rôle d’une entrave ou d’un écueil auprès du public français. L’idée en est exprimée dans la Revue du monde catholique, déjà citée : le traducteur, tel J. de Rochay, « doit, surtout lorsqu’il s’agit d’un roman, et d’un roman allemand, savoir resserrer, sacrifier, en maintenant cependant l’intégrité de l’action […]. Le livre est écrit avec une clarté toute française, et si nous sommes pris par le récit des événements qui surviennent au trappeur Sans-Ear, au chasseur Shatterhand et à l’Indien Apache Vinnetou [sic], il y a vraiment autant de sa faute que de celle de M. Karl May. Ce n’est pas ici, du reste, que l’on s’étonnera de lire sous la signature J. de Rochay, des phrases claires, de bon esprit et de bon style25 ».

  • 26 Ch. Legrand, « Voyages et variétés, V », Revue du monde catholique, tome 80, n° 146, 1er nov. 1884, (...)

16Le même critique ajoute, dans un second article : « M. Karl May n’est pas un inconnu pour nos lecteurs, ce romancier allemand ayant eu la fortune d’être traduit par notre collaborateur J. de Rochay. La Vengeance du Farmer arrangé, élucidé, débarrassé de tout l’amphigouri et de la phraséologie philosophique et des mots de six pieds des Allemands, a été signalée par nous comme un livre de bon esprit et de grand intérêt26. »

17L’abbé Bethléem ne peut qu’approuver : « Nous ne recommandons pas les éditions allemandes de ses romans ; les adaptations qu’en a faites Mme de Rochay sont excellentes »27. C’était la ligne à adopter, après les révélations dues aux désastreux procès intentés à Karl May en 1908-1910, qui furent largement relayés par la presse française28.

  • 29 Rolf-Bernhard Essig et Gudrun Schury, « Karl May », dans Étienne François et Hagen Schulze (dir.), (...)

18Cette question de la langue est essentielle. Elle est soulignée par Essig et Schury, lorsqu’ils commencent par évoquer, dans leur article, les chansons allemandes mentionnées par Karl May dans Satan et Iscariote, et lorsque le romancier écrit : « Oui, on avait là le côté intime et profond propre à l’âme allemande. Il n’y a que l’Allemagne pour avoir de telles chansons29 », celles qui remuent le cœur de l’assistance qui n’en comprend pas forcément la langue, dans un saloon au fin fond du Mexique.

  • 30 Teodor de Wyzewa, « Les menus péchés d’un romancier idéaliste », Le Temps, 10 nov. 1912, p. 3 (en l (...)

19Tout ceci étant dit, on peut considérer que la position critique française, à la mort de l’écrivain, est résumée impartialement par Teodor de Wyzewa, dans un grand article paru dans Le Temps, en 1912, où le critique, énonçant d’abord la dette de Karl May à l’égard de Gustave Aimard et de Jules Verne, à qui il emprunte « des procédés d’invention et de narration » ajoute : « Mais avec tout cela, le romancier allemand possédait un tour de main d’une habileté singulière, et non seulement ses récits égalaient en intérêt dramatique les modèles étrangers dont ils s’inspiraient ; ils avaient, en outre, une portée philosophique et morale qui leur permettait d’émouvoir un public beaucoup plus étendu que celui qu’atteignaient, chez nous, les productions expressément « juvéniles » » des deux auteurs cités. Wyzewa évalue ensuite la confession posthume de May qu’il estime peu convaincante, malgré l’habileté de sa défense30.

Un écrivain populaire de romans d’aventures pour la jeunesse

  • 31 Voir dans ce même numéro : Herta Luise Ott, « Le Coureur des Bois (1850) de Gabriel Ferry et Der Wa (...)
  • 32 Charles Ford, Histoire du western, Paris, Albin Michel, 1976. Paul Bleton, Western, France, la plac (...)

20Karl May écrit des « romans d’aventures », genre considéré comme secondaire, voire mineur, de surcroît occupé – encombré – de productions locales (Gabriel Ferry31, Gustave Aimard, Émile Chevalier32), voire de traductions anglo-saxonnes concurrentes, comme celles de Mayne Reid.

  • 33 L’argument est abondamment documenté dans la littérature sur Hitler, notamment par les livres de Jo (...)
  • 34 Karl May est une lecture quasi-obligée des enfants de langue allemande entre huit et quinze ans. Il (...)
  • 35 Essig et Schury, op. cit. : « Nombre d’articles consacrés à la réception de May jusqu’à nos jours f (...)
  • 36 Otto Forst de Battaglia, « Le Romancier de brigands : Karl May, Saint Jean-Baptiste du IIIe Reich » (...)

21C’est aussi, pour la postérité immédiate de l’entre-deux-guerres, un auteur lu par Hitler, donc suspect de sympathies nazies avant la lettre – victime d’une « récupération » idéologique a posteriori33. Or cet argument est spécieux, du fait que Karl May n’est pas la lecture du seul individu Hitler, mais de tous les Allemands34 (ce qui, dans une optique réductionniste, permettrait encore d’aggraver son cas35). Cependant, cette accusation se fait jour très tôt en France, puisque la première analyse d’envergure sur Karl May parue à cette époque est lourdement sous-titrée « Le Romancier de brigands : Karl May, Saint Jean-Baptiste du IIIe Reich36 ».

  • 37 Forst de Battaglia, op. cit., p. 410.
  • 38 Forst de Battaglia, op. cit., p. 410.
  • 39 Forst de Battaglia, op. cit., p. 411.
  • 40 Forst de Battaglia, op. cit., p. 411.
  • 41 Jean Tortel, Francis Lacassin, Noël Arnaud (dir.), Introduction à la paralittérature, colloque de C (...)

22Dans cet article, Forst de Battaglia constate que les Français en général sont peu au fait des réalités d’outre-Rhin, et reproche aux germanistes, en particulier, leur ignorance de la culture populaire allemande dans sa réalité quotidienne. Il est bel et bon de connaître la culture classique germanique, Goethe, le romantisme, Nietzsche et Wagner, dit-il. Il note « cependant une singulière indifférence par rapport aux écrivains et aux figures de la vie intellectuelle en général, qui représentent le peuple allemand et ses aspirations à un degré sensiblement plus authentique que ne le font les sommités du Parnasse et de la philosophie37 ». Il oppose les deux peuples sur le plan des affinités intellectuelles. « Le Français, qui est démocrate en politique, mais qui demeure aristocrate ou plutôt grand bourgeois, en littérature et dans tout le domaine de la civilisation, ne se soucie guère du fait que son voisin oriental, aristocrate quant aux affaire militaires, administratives ou à la structure sociale, est resté très démocrate, très peuple dans son goût littéraire et dans l’ensemble de sa Weltanschauung38 ». Battaglia ajoute : « Le peuple français entend penser, écrire et lire selon la loi des grands bourgeois, il méprise les idées confuses, les récits ou les poèmes primitifs qui ont une touche populaire. » Il demeure « cartésien ou voltairien39 », et les éléments du peuple qui ont pu s’élever dans la hiérarchie sociale n’ont de cesse « de se rapprocher le plus possible de ce favori des dieux, de la Raison et de la Science qu’est l’agrégé de l’Université40 ». Toutes proportions gardées, les choses ont-elles beaucoup changé ? La littérature populaire, par exemple, sous toutes ses formes, a mis longtemps à être prise en considération par les milieux intellectuels, et lorsqu’elle commença de l’être, ce fut au prix de son étiquetage comme « paralittérature » censé la « légitimer » (196741)...

  • 42 Forst de Battaglia, op. cit., p. 412.
  • 43 Forst de Battaglia, op. cit., p. 412.

23« Tout autre, l’Allemand », poursuit Battaglia. « Qu’il soit prince ou cultivateur, qu’il occupe une chaire de Faculté ou qu’il ne soit pas initié aux secrets de l’art de Gutenberg […], il gardera un coin de son cœur pour les survivances de l’instinct, pour les rêves et pour les « impondérables » ; il ne rompra pas les liens qui le rattachent au monde ensorcelé de l’imagination enfantine, fût-elle puérile, ni de la fantaisie populaire, fût-elle la plus vulgaire42 ». À cela s’ajoute la différence culturelle entre l’Allemagne du Sud et celle du Nord et de l’Est, géographiquement et historiquement plus éloignées de l’influence gallo-romaine. « Les premiers élans des empereurs saxons, le fameux Drang nach Osten, la réforme de Luther et dernièrement le National-Socialisme : ils proviennent des tréfonds de l’âme germanique, ils expriment des aspirations populaires, ils démentent, ils renient, ils haïssent les apports, nullement adéquats au génie national, de la mesure, de la lumière et du rationalisme méditerranéens43. »

  • 44 Ulrich von Thüna, « Karl May, une vie, une aventure », Le Rocambole no 63, L’Aventure selon Karl Ma (...)
  • 45 Forst de Battaglia, op. cit., p. 413
  • 46 Forst de Battaglia, op. cit., p. 420.

24Battaglia rappelle ensuite la thèse de Nadler, selon laquelle à Wagner et à Nietzsche, il faut associer Karl May, comme représentatif de l’essence germanique44. Ceci évidemment ne peut que déconcerter encore plus le lecteur français non prévenu, qui ignore jusque-là le nom du romancier, ce à quoi va remédier Battaglia en présentant de façon détaillée la carrière de l’écrivain et l’enthousiasme phénoménal qu’il déclenche outre-Rhin : « C’est cela, Karl May, le plus célèbre, le plus authentique, le plus influent des écrivains populaires de langue allemande45 ». Il expose alors le parcours de Karl May et son ascension vers le succès, jusqu’à être « consacré prince des prosateurs pour la jeunesse, prédicateur de la vertu, champion de la Foi, grand maître du patriotisme, intrépide voyageur, propriétaire de forces spirituelles et physiques inépuisables, bref héros national de la plume et de l’épée, de l’action et de la pensée46 », au faîte de sa carrière, dans les années 1890.

  • 47 Forst de Battaglia, op. cit., p. 420.
  • 48 Comme romancier, Karl May a tous les droits d’invention, y compris de prétendre qu’il n’affabule pa (...)
  • 49 Forst de Battaglia, op. cit., p. 420.

25Or, loin de vouloir dénoncer et flétrir ici une « supercherie gigantesque47 », Battaglia se fait le chantre et le défenseur de Karl May, justifiant ses entreprises littéraires. « Car les mensonges de l’auteur étaient des vérités, si nous nous plaçons sur un terrain psychologique ; l’authenticité de ces itinéraires forme une fiction littéraire, irréprochable en elle-même48 et dégénérée en comédie lamentable uniquement par suite de la stupidité des contemporains. Le fabricant de romans-feuilletons aux épisodes timidement et maladroitement lubriques a dispersé dans ces mêmes volumes un trésor de qualités de narrateur et, ce qui plus est, de saine morale religieuse, familiale et nationale49. »

26Battaglia semble subjugué par le pouvoir évocateur du conteur allemand :

  • 50 Forst de Battaglia, op. cit., p. 421-422.

L’attrait qu’il exerce se dérobe à l’analyse, il réside dans la forme, dans cette forme stéréotype, mais infiniment variée, primitive, mais extrêmement raffinée, dans l’affabulation d’un canevas dont nous devinons immédiatement l’issue, qui nous captive néanmoins irrésistiblement. Et les personnages de cette commedia dell’arte, ces hommes invraisemblables, sont aussi tellement vivants. Nous ne croiserons jamais le chemin de tant de satans d’une méchanceté noire, de tant d’archanges protecteurs, de tant de polichinelles et de tant de héros, mais nous nous plaisons dans la compagnie de tout ce monde imaginaire que Karl May a créé, à vrai dire selon l’image de nombreux prédécesseurs50,

  • 51 Forst de Battaglia, op. cit., p. 434.
  • 52 Anson Rabinbach, « Le lecteur, le roman populaire et le besoin impérieux de participer : réflexions (...)

27tels Dumas, Sue, Cooper, Scott, Ferry, Marryat, Gerstäcker...
Il conclut par l’assertion selon laquelle « Karl May fut le faiseur de livres, le débonnaire à lunettes, le serviteur des sciences et des lettres qui est dévoré par la nostalgie de l’action. Adolf Hitler incarne cette action même51 ». Peut-être. Écrite en 1939-1940, cette analyse offrait des clefs pour déchiffrer l’actualité52.

  • 53 Henri Berr, Le Mal de la jeunesse allemande, Paris, Albin Michel, 1946, p. 25-26.

28En 1946, Henri Berr écrit encore : « Mais on sait l’influence de ce livre [Mein Kampf] répandu par millions d’exemplaires et qu’on donne comme une Bible aux jeunes mariés. Ce qu’on sait moins, c’est le succès des romans d’aventures de Karl May : six millions d’exemplaires, paraît-il, vendus depuis 1913, 200 à 250 000 par an, depuis 1919. Œuvres passionnément lues par la jeunesse et dont Hitler lui-même aurait fait des livres de chevet. Karl May est un « créateur de brigands et de surhommes, personnages hors la loi ou hors du courant, être primitifs et redoutables, toujours en révolte contre la vie normale et la société établie ». Si l’on ajoute que, pour Karl May, « les Allemands sont, de tous les peuples, les meilleurs, les plus charitables, les mieux doués, les plus courageux, les plus intelligents ; représentent Dieu sur terre, sont le peuple élu de la Providence », on ne peut douter qu’il n’ait largement propagé, pour sa part, l’idéal que Hitler concevait pour sa jeunesse. « Le monde de la passivité contemplative bourgeoise est en voie de disparition rapide, disait-il au Reichstag, le 23 mars 1934. « L’héroïsme se dresse passionnément pour donner forme et direction au destin politique du peuple53 ».

  • 54 Pierre-Paul Sagave, compte-rendu du livre de Viktor Boehm, Karl May und das Geheimnis seines Erfolg (...)
  • 55 Christopher Frayling, Spaghetti westerns. Cowboys and Europeans from Karl May to Sergio Leone, Lond (...)
  • 56 Ces films qui ont été beaucoup critiqués voire moqués en leur temps sont aujourd’hui considérées co (...)
  • 57 Voir dans ce même numéro l’article d’Henri Larski, « Winnetou, fleuron du cinéma populaire allemand (...)

29Après la parenthèse hitlérienne, le phénomène Karl May n’en prit pas moins une ampleur nouvelle après la guerre54. Et le cinéma ne fit que l’amplifier, à partir de 1962 et des premiers « westerns européens », qui conduiront aux « westerns spaghettis »55. Il y a, là aussi, un « malentendu », causé par ces adaptations56 parfois éloignées des livres originaux (aux intrigues nécessairement simplifiées), mais cela permit tout de même au nom de Karl May de revenir sur la scène française, suscitant de nouvelles éditions, dont celle de Flammarion en cinq gros volumes des aventures de Winnetou, Old Surehand, du Trésor du lac d’argent, destinée à un lectorat adolescent (1962-1965, 5 titres réédités jusqu’en 1973)57.

La situation de Karl May depuis la Seconde Guerre mondiale

30Dès lors, la dimension catholique a disparu de l’horizon, ou du moins a été fortement relativisée. La lecture hitlérienne ne peut plus lui être raisonnablement reprochée – mais on ne va pas tarder à y revenir. Restent les deux points essentiels, qui sont comme les deux faces de la même médaille : la langue et la popularité, au double sens d’œuvre célèbre et d’œuvre représentative des aspirations culturelles d’une nation. La question linguistique peut se résoudre par des traductions de qualité, éventuellement accompagnées d’un appareil critique ou d’une présentation circonstanciée. Le dernier point est finalement le seul qui, peut-être, pose un ultime problème. Pour comprendre et apprécier l’œuvre de Karl May, il faudrait savoir épouser la culture et l’esprit du pays qui l’a vu naître.

  • 58 Philippe Bernert, dans « La disgrâce de Karl May et les soucis d’un enfant chéri du régime » (L’Aur (...)
  • 59 Hermann Kant, L’Amphithéâtre, trad. Anne Gaudu, Paris, Gallimard, 1970, trad. de Die Aula (1966), « (...)

31Or celui-ci est lui-même divisé. La phase suivante passe par la case RDA et son rejet de May, signalé dans un article de l’Aurore58, reproduisant l’hommage rendu à Karl May par le romancier est-allemand Hermann Kant qui, dans L’Amphithéâtre, harangue May en des termes extraordinairement vibrants et exaltants, condensant en une dizaine de lignes toute la passion que cet auteur déchaîne de la part de ses lecteurs59.

  • 60 Selon Hans Jürgen Syberberg, « À Francfort, au cours d’un week-end, il y eut douze spectateurs pour (...)
  • 61 Hans Jürgen Syberberg, Karl May, à la recherche du paradis perdu (1974, film de 187 minutes avec He (...)
  • 62 Sept épisodes de 52 mn, avec Pierre Brice et Jean-Claude Deret, Antenne 2, tous les vendredis à 20  (...)
  • 63 Éveline Laurent, « Une épopée du Far-West », Le Monde de l’éducation no 67, déc. 1980, p. 57 (compt (...)

32En 1974, le film Karl May de H. J. Syberberg ne rencontre aucun écho en France, où il ne sort qu’en décembre 1975, et dans une seule salle parisienne ! On nous dit, d’un autre côté, qu’à Francfort, ce n’était guère mieux60... Mais ce film constitue un jalon important, salué par un déferlement d’articles dans la presse cinématographique61. La diffusion, à l’été 1980, du téléfilm Winnetou le Mescalero, coproduction franco-suisse réalisée par le vétéran Marcel Camus (1912-1982)62, qui aurait dû être l’apothéose française de Karl May, ne relance pas l’intérêt pour le romancier, dont Flammarion réédite pourtant cinq titres jusqu’en 1983 dans la « Bibliothèque du Chat perché », dans des versions visant explicitement le jeune public63. Au contraire, ce téléfilm semble présider à l’enterrement de Karl May dans un oubli éditorial et culturel profond dont il n’est pas sorti depuis.

  • 64 Hervé Dumont, Robert Siodmak : le maître du film noir, Lausanne, L’Âge d’homme, 1981, chap. « Dans (...)
  • 65 Jean-Jacques Schumacher, « Le Triomphe d’un menteur honnête : les romans de Karl May », Recherches (...)
  • 66 Alain Rémond, « Karl May, un Jules Verne d’outre-Rhin », Télérama no 1354, 24 déc. 1975.
  • 67 Till R. Kuhnle, « Le monde transformé en intérieur – cartographie et inventaires dans les récits de (...)

33Pourquoi ce désert de la Sonora ? Nous voyons toujours paraître des mentions dispersées ici et là, pas même des articles, entretenant un souvenir, devenu brusquement lointain et fugace. En 1981, Hervé Dumont analyse Karl May dans un livre sur Robert Siodmak, réalisateur d’adaptations cinématographiques64. Karl May s’éloigne. Lorsqu’on en parle, c’est toujours pour le rapporter à Jules Verne, constate Jean-Jacques Schumacher65, c’est le « Jules Verne d’outre-Rhin » selon Alain Rémond66. Till R. Kuhnle prendra d’ailleurs plus tard comme thème d’étude une comparaison entre Jules Verne et Karl May, du point de vue de la cartographie67.

  • 68 Pierre Brice, Winnetou und ich : Mein wahres Leben, aus dem Französischen übertragen von Theda Kroh (...)
  • 69 Jean-Luc Buard, « Le phénomène Karl May : un aperçu de son ampleur actuelle. À l’occasion des cent (...)
  • 70 Un article publié lors de la soirée Arte de 1997 l’énonce dans son titre interrogatif : Michael Tho (...)

34La réunification allemande arrive sur ces entrefaites et, si Karl May ne l’a pas attendue pour être de nouveau célébré à l’Est, les années 1990 sont celles d’un nouveau déploiement dans un pays élargi. Le dialogue franco-allemand passe alors essentiellement par l’audiovisuel avec la création de la chaîne Arte (1989-1992). Celle-ci ne tarde pas à diffuser une soirée « Thema Karl May » en 1997, suivi d’une seconde dix ans après, qui sont chaque fois une (re)découverte pour le spectateur français oublieux, surtout celle de 2007, qui relance l’intérêt en France pour l’acteur français des films Winnetou, Pierre Brice, alors oublié dans son pays d’origine68. Parallèlement, la Karl-May-mania s’amplifie comme jamais en Allemagne réunifiée69, creusant l’écart ou accroissant le contraste avec son voisin français dont l’ignorance ou l’amnésie semble augmenter à mesure70, comme si Karl May ne faisait pas partie du bouquet d’offre interculturelle entre les deux pays.

35Pourtant des initiatives en faveur de ce rapprochement culturel sont à l’œuvre. Depuis 2000, un dialogue franco-allemand intermittent s’est ouvert autour de Karl May. La première initiative que nous enregistrons est celle du Goethe-Institut de Nancy. Puis nous observons que Karl May devient le sujet de thème de recherche de la part de germanistes (EHESS, 2004, IUFM d’Amiens, 2008, Limoges, 2010, Amiens, 201171), ou d’articles de journaux, dont l’un, emblématique, paraît dans la revue du dialogue culturel franco-allemand, Documents (Dokumente en version allemande) en 200772, à l’occasion d’une grande exposition Karl May à Berlin73.

  • 74 Cette journée d’étude est à l’origine de la publication du présent dossier thématique dans la revue (...)

36Le centenaire de sa mort est l’occasion d’un nouveau palier, avec la tenue d’une journée d’études à la MRSH de Caen en 2012, sous la direction d’Éric Leroy du Cardonnoy et de Corona Schmiele74, et la publication pour la première fois en France d’un numéro spécial d’une revue dédié à Karl May, Le Rocambole, sous la direction d’Ulrich von Thüna, en 2013. L’heure serait-elle venue d’une « reconnaissance » française, tardive, du romancier allemand le plus lu ?

  • 75 Ulrich von Thüna, « Karl May in Frankreich », KMG-Nachrichten 125, Sept. 2000, p. 6-7 (en ligne htt (...)

37En 2000, dans son compte-rendu de la table ronde du Goethe-Institut, Ulrich von Thüna constate qu’en cent ans de traductions françaises, Karl May n’a jamais connu de la part des critiques (ou des lecteurs) français « une prise de conscience du niveau de celle observée en Hollande, en Pologne ou en Tchécoslovaquie75 ». La conférence donnée par Reinhold Wolff à cette occasion ayant été publiée seulement en partie, Ulrich von Thüna résume les trois principales raisons du désintérêt français à propos de May, arguments à la fois contradictoires et convergents :

  • 76 Voir dans ce même numéro l’article d’Éric Leroy du Cardonnoy, « « So ein Gesicht und kein anderes h (...)
  • 77 Le Karl-May-Atlas de Hans-Henning Gerlach (Bamberg, KMV, 1997, rééd. 1998) permet de visualiser la (...)

381. l’incompatibilité nationale : Karl May est tellement allemand qu’il ne correspond pas au goût littéraire français.
2. la sensibilité nationale : la représentation de la France et des Français par May heurte le sentiment national français76.
3. le reniement national : la France et les Français existent à peine dans l’œuvre de Karl May77.

  • 78 Ces cinq volumes (1980-1983) présentent des textes revus et adaptés par Nathalie Gara.

39Ces hypothèses ne suffisent toutefois pas à expliquer le faible intérêt des lecteurs français pour Karl May. Pour von Thüna, « [a]ujourd’hui, cependant, en France, il est de toute façon trop tard pour May [Heute aber ist es in Frankreich sowieso zu spät für May]. Après tout, d’autres auteurs français d’histoires du Far West tels que Aimard ou Ferry ne sont pas non plus réédités ». Cela est confirmé par Francis Geffard, responsable des collections « Terres Indiennes » et « Terres d’Amérique » chez Albin Michel, un bon connaisseur de Karl May qui a déjà visité Radebeul. Geffard dit que les éditeurs français ne veulent pas publier Karl May parce qu’ils ne voient tout simplement pas de marché pour cet auteur. Cela ressort de l’expérience éditoriale de Flammarion, qui a publié avec un certain succès cinq volumes « Omnibus » de Karl May dans les années 1960 (et les a même réimprimés jusqu’en 1973), à l’époque de la diffusion des films. Lorsque le même éditeur a voulu relancer Karl May dans sa « Bibliothèque du chat perché », moins de vingt ans plus tard, en 1980, lors de la diffusion du feuilleton télévisé, il n’alla pas au bout de l’entreprise, laissant l’histoire interrompue au milieu du cinquième volume (La Main qui frappe et Winnetou, vol. 1, 198378).

  • 79 Jean-Benoît Puech, Yves Savigny, Benjamin Jordane, une vie littéraire, Seyssel, Champ Vallon, 2008, (...)
  • 80 Jean-François Miquel, Karl May, l’auteur de sa légende, Seyssel, Champ Vallon, 2004. Rare plaquette (...)

40Il existe cependant des connaisseurs de Karl May en France, tels Marc Soriano, Michel Tournier, Pierre Bayard, déjà cités, Jean-Denis Puech, qui dévoile sa passion au détour de petites notes érudites dans des fictions référentielles ludiques79 ou Jean-François Miquel80.

41Ces inconditionnels ne sont pas loin de partager le sentiment que Battaglia exprimait sans détour : « les livres qu’il a écrits simultanément avec les enfants illégitimes de sa Muse ou pendant la période de son indépendance matérielle comptent parmi les plus brillantes réussites de la littérature populaire du monde entier. Ils reflètent tout le paysage psychique, individuel et collectif de Karl May et du peuple allemand. » C’est peut-être à restituer ce « paysage psychique, individuel et collectif de Karl May et du peuple allemand » qu’un éventuel futur traducteur devrait s’attacher, par le biais d’une version soigneusement établie81, qui permettrait enfin aux lecteurs français de prendre connaissance de ces livres parmi les « plus brillantes réussites de la littérature populaire du monde entier » !

  • 82 Jean-Claude Vareille, Le Roman populaire français (1789-1914), idéologies et pratiques, Limoges, PU (...)
  • 83 Jean-Benoît Puech déjà cité, mais plus récemment Paco Ignacio Taibo II (cf. ci-dessous).
  • 84 Farmer est l’auteur de biographies romancées de personnages littéraires comme Tarzan ou Sherlock Ho (...)
  • 85 Andrée-Jeanne Baudrier (« L’Aventure dans les romans allemands, de la fin du xixe siècle à ceux de (...)
  • 86 Paco Ignacio Taibo II, Le Retour des Tigres de Malaisie, plus anti-impérialistes que jamais, avec l (...)
  • 87 On peut dater la prise en compte critique française d’Emilio Salgari d’un article de Gérard Genot, (...)
  • 88 Sur Emilio Salgari, voir dossier dans le Rocambole no 21, 2002.

42Le rendez-vous français avec Karl May n’est peut-être pas manqué irréversiblement. On constate aujourd’hui que les successeurs de Karl May sont là et s’engouffrent dans la brèche ouverte, à notre époque de renouveau d’intérêt autour de la fantasy et du merveilleux romanesque. Ceux, peu nombreux, qui lui rendent hommage en le citant et en le dépassant dans leurs fictions nouvelles, et ceux qui ne le citent pas, l’ignorent peut-être, mais reprennent, utilisent et exploitent les ficelles inusables des narrations populaires et juvéniles, dont on sait qu’elles forment un vaste réservoir de thématiques, de motifs, de schèmes dont les avant-gardes ou maintenant les auteurs « postmodernes » aiment à se nourrir82. Il en va de même pour tous les romanciers « référentiels », auteurs de « fictions-mondes » ou plus simplement de romans d’aventures et d’énigmes. Depuis Le Nom de la rose d’Umberto Eco et le Club Dumas d’Arturo Perez Reverte, les romanciers ont appris à utiliser les « archives » de la littérature et du roman comme réservoirs de situations et de mythes, donc de narrations potentielles, et la tendance se confirme sans cesse par la vitalité des nouveaux sous-genres référentiels qui se développent, y compris en littérature jeunesse. Ces écrivains ont appris à dominer et à manier des corpus fictionnels venant du passé pour nourrir la littérature à écrire, non seulement dans une optique parodique ou de plagiat mais aussi et surtout de recyclage et de réemploi83, certains allant même jusqu’à réaliser le projet métafictionnel de Philip José Farmer, construire des fictions nouvelles à partir des fictions existant antérieurement et les relier entre elles par des généalogies et des arborescences84. D’une certaine façon, c’est l’horizon de l’analyse de A.-J. Baudrier, comparant et rapprochant un roman de Karl May et des romans contemporains de Daniel Kehlmann (2005) et de Christoph Ransmayr (2006, trad. 2008)85. C’est aussi le sens de l’entreprise narrative de Paco Ignatio Taibo II qui, dans Le Retour des Tigres de Malaisie, plus anti-impérialistes que jamais86, fait se croiser, dans un roman qui n’est pas destiné aux enfants, les héros d’Emilio Salgari87 et celui de Karl May, Old Shatterhand venant épauler Sandokan et Yanez dans leur lutte contre l’impérialisme britannique – la clé de lecture offerte par le sous-titre ayant aussi une fonction mnémotechnique, en plus de sa visée politico-économique88.

  • 89 Christian Millau, Le Passant de Vienne : un certain Adolf : roman, Paris, Éd. du Rocher, 2010 (Karl (...)
  • 90 Michel Folco, Même le mal se fait bien, Paris, Stock, 2008. Michel Folco, La Jeunesse mélancolique (...)

43Les Français qui connaissent aujourd’hui Karl May de nom sont ceux qui sont traditionnellement en contact avec la culture allemande, visitent l’Allemagne, y séjournent ou enseignent la langue, et en France même (outre les Alsaciens) quelques érudits comme Jean-Denis Puech ou Pierre Bayard, ou d’un autre côté des écrivains qui recherchent peu ou prou un succès sulfureux ou une singularité littéraire en mettant en scène et en narration la vie ou la personne de Hitler, comme Christian Millau89 ou surtout Michel Folco90, et qui immanquablement nomment son écrivain favori. Karl May pourrait devenir, à terme, un matériau pour des fictions décalées, il pourrait faire office de référence « post-moderne » : quoi de plus naturel en effet qu’un écrivain lui-même « référentiel » (puisque nourri d’autres écritures qu’il recycle dans ses romans, produisant ainsi une œuvre palimpseste), puisse fournir une référence admirée et prise en compte par des auteurs de la « postmodernité » ? Encore faudrait-il que ces écrivains aient connaissance de l’intérêt du « matériau Karl May » !

Conclusion

44Aujourd’hui, et depuis longtemps en France, les enfants et les adolescents ne lisent plus Karl May. Cette lecture, qui avait lieu entre huit et quinze ans des années 1880 aux années 1980, qui était recommandée dans les milieux catholiques jusque dans l’entre-deux-guerres, puis encouragée par des succès cinématographiques des années 1960, est remplacée par d’autres plus au goût du jour. D’une façon générale, l’abîme saisissant existant entre la présence massive de Karl May dans la culture allemande et sa réception française sporadique peut s’expliquer historiquement par plusieurs facteurs. Cette différence de régime n’est d’ailleurs pas propre à la France. Notre langue et notre pays sont même plutôt bienveillants dans leur accueil de l’auteur allemand le plus lu. Mais depuis trente ans, plus un seul de ses livres n’est disponible en France91. Sur le plan culturel et idéologique, Karl May représente un idéal pangermanique affirmé à travers un véhicule mineur, le roman d’aventures. Son œuvre a du reste longtemps été considérée, y compris dans son pays d’origine comme de la « Trivialliteratur », catégorie qui incluait aussi la littérature jeunesse. Sur le plan moral, il a été perçu (après 1900) comme un mystificateur et un affabulateur, mais ces attaques et polémiques sont depuis longtemps balayées. Enfin, il est l’icône d’un univers déchu, la belle Époque version outre-Rhin, entièrement englouti après 1914, et qui n’entre pas en résonance avec le vécu français de la même période. Constamment en porte-à-faux, l’homme et l’œuvre peinent à être appréciés en France.

  • 92 Matthieu Letourneux avait consacré une belle page à Karl May en 2006, sur son site consacré au roma (...)

45Mais cette situation ambiguë n’est pas faite pour durer. Depuis les années 1960, notamment ces dix ou vingt dernières années, il tend à attirer des universitaires, des journalistes, des créateurs – frappés par l’originalité de son œuvre, par sa modernité et son impact culturel soutenu – qui en font le sujet de communications, d’articles, ou d’allusions référentielles, cherchant par là à proposer de nouvelles approches, de nouveaux points de vue, appréciant une œuvre peu connue, peu étudiée, mais riche d’intérêt potentiel dans le dialogue franco-allemand. La réception française de Karl May passe d’abord par sa traduction ; or il est traduit très tôt en français, adapté au goût de cette langue. Les premiers traducteurs et critiques de Karl May, intéressés à le diffuser pour des raisons idéologiques, l’affirmaient : pour lire cet auteur en français, il faut lui faire passer une épreuve linguistique qui le rende compatible avec la francité. C’est cet effort qui n’est plus consenti ensuite, ou bien dans l’ordre de l’édulcoration, vidant la substance originale du conteur allemand, pour ne plus garder que le récit de péripéties mouvementées. Dans ces conditions, une partie de l’intérêt de l’œuvre initiale disparaît, rabaissée au niveau d’un roman d’aventures banal. Karl May mérite mieux que cela. Sa philosophie, son humanisme, son parcours sont d’une certaine manière exemplaire. Karl May peut-il être un élément culturel supplémentaire du dialogue franco-allemand ? C’est ce que tendent à faire penser des initiatives variées ces dernières années et l’essor du web et de l’internet ne peut qu’y contribuer92.

Haut de page

Notes

1 http://www.karl-may.de/ (consulté entre le 2 et le 29 déc. 2013). La collection des œuvres de Karl May y est publiée sans interruption depuis plus d’un siècle, et dans une présentation de reliure qui n’a pas varié ! Voir Jean-Luc Buard, « Le phénomène Karl May : un aperçu de son ampleur actuelle. À l’occasion des cent ans du Karl May Verlag », Le Rocambole no 63, L’Aventure selon Karl May, juin 2013, p. 113-134.

2 http://www.karl-may-gesellschaft.de/ (consulté entre le 2 et le 29 déc. 2013). Le site donne accès notamment à la collection des Mitteilungen der Karl-May-Gesellschaft (no 1 à 170, 1969-2011) et à celle des KMG-Nachrichten (lettre d’information, no 109 à 171, 1996-2012). Les Jahrbücher (annuaires) sont en ligne de 1970 à 2009 (dernier paru 2013), et les Sonderhefte (cahiers thématiques) le sont du no 1 au 131 (1972-2005, dernier paru le no 148, 2013). De nombreuses autres publications y sont également accessibles.

3 Les seuls dictionnaires où il est présent sont celui de Jacques Demougin (dir.), Dictionnaire historique, thématique et technique des littératures, Paris, Larousse, 1986 (vol. 2, p. 1023), et, plus récemment celui de Élisabeth Décultot, Michel Espagne, Jacques Le Rider (dir.), Dictionnaire du monde germanique, Paris, Bayard, 2007, où il n’a pas d’entrée mais est cité dans les articles « Nouveau cinéma allemand » (Yves Laberge), « Orient littéraire au xixe siècle » (Sarga Moussa), « Paralittérature » (Olivier Agard) et « Schmidt (Arno) » (Sigrid Schmid-Bortenschlager). On peut mentionner également, à titre de curiosité (il s’agit d’une traduction mais ce livre est devenu « culte »), Gianni Guadalupi et Alberto Manguel, Guide de nulle part et d’ailleurs à l’usage du voyageur intrépide en maints lieux imaginaires de la littérature universelle (Paris, Éd. du Fanal, 1981), offrant treize entrées topographiques et un plan (de la Cité des Morts), d’après deux œuvres de Karl May, Ardistan (1909) et Der Mir von Djinnistan (1909). Rééd. sous le titre Dictionnaire des lieux imaginaires, Arles, Actes sud, 1998 ; ibid., coll. Babel, 2001 ; Paris, Le Livre de poche, 2002.

4 Il aura fallu attendre 2013 pour voir paraître un premier ensemble d’études de quelque importance en langue française (la plupart d’ailleurs traduites de l’allemand), L’Aventure selon Karl May, numéro spécial de la revue Le Rocambole (n° 63), sous la direction d’Ulrich von Thüna.

5 Marc Soriano, « May Karl », Guide de littérature pour la jeunesse : courants, problèmes, choix d’auteurs, Paris, Flammarion, 1975, p. 383-84. Article rédigé avec l’aide de Charlotte Jay. Michel Tournier, « Karl May, voleur, mythomane et conteur de génie », Les Vertes lectures, la comtesse de Ségur, Jules Verne, Lewis Carroll, Jack London, Karl May, Selma Lagerlöf, Rudyard Kipling, Benjamin Rabier, Hergé et Pierre Gripari, ill. de Sybille Delacroix, Paris, Flammarion, 2006, p. 83-87.

6 Citons d’une part les travaux bibliographiques sur les traductions françaises d’Ulrich von Thüna et Christoph Blau, ensuite des articles sur les influences françaises sur Karl May ou la présence de la France dans son œuvre, par J. Hahn, H. J. Neuschäfer, Reinhold Wolff (« Karl May und Frankreich », Mitteilungen der Karl-May-Gesellschaft n° 123, mars 2000, p. 52-57, http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/seklit/m-kmg/123/index.htm, consulté le 2 déc. 2013).

7 Caroline Mame de Beaurepaire (dir.), Mame, Angers, Paris, Tours, deux siècles du livre, catalogue de l’exposition Tours, oct.-nov. 1989, Tours, Association Hôtel Mame centre culturel, Paris, IMEC, 1989 (Notice « Karl May », p. 63 et Collection « Pour tous », p. 72). Matthieu Letourneux, « Les romans d’aventures sont-ils très catholiques ? Mame face au genre, entre contraintes sérielles et reformulations éditoriales », dans Cécile Boulaire (dir.), Mame : deux siècles d’édition pour la jeunesse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2012, p. 339-347.

8 J. de Rochay, « Préface » à Karl May, Le Roi des requins, Tours, Mame, 1887, p. 9 (en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202799m/f7.image, consulté le 26 déc. 2013). Rééd. dans le Rocambole no 63, p. 155-156.

9 Sur J. de Rochay, voir Eugène Loudun, Notes sur ma vie, 1818-1867 : lettres choisies, 1838-1898, éd. présentée, établie et annotée par Gérard Jubert, La Roche-Rigault, PSR éd., 1998. – Eugène Balleyguier (Loudun, 1818-1898), dit Eugène Loudun, était le directeur de la Revue du monde catholique, qui avait engagé J. de Rochay à la critique littéraire. Il évoque sa collaboratrice lors de son décès dans ses notes en juin 1898 (p. 189-191). Lui-même meurt le mois suivant. Il écrit : « Elle parlait l’allemand et a publié plusieurs ouvrages traduits ou imités qui rendaient agréables les livres allemands souvent lourds et obscurs. » Sur Rochay/Charoy, voir aussi Dieter Sudhoff et Hans-Dieter Steinmetz (dir.), Karl-May-Chronik, vol. I, Bamberg-Radebeul, KMV, 2006. Les lettres de Juliette Charoy à Karl May, du 12 sept. 1881 jusqu’en juin 1883, conservées dans les archives des Éditions Karl May à Bamberg, sont étudiées par Ulrich von Thüna (« Karl-May-Übersetzungen in Frankreich 1875-1983. Nebst einigen Ergänzungen zur Übersetzungsgeschichte », Mitteilungen der Karl-May-Gesellschaft n° 131, mars 2002, p. 7-18, en ligne sur http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/seklit/m-kmg/131/index.htm, consulté le 2 déc. 2013). Juliette Charoy écrivait à Karl May en français, langue que l’écrivain connaissait.

10 Ch. Legrand, « Voyages et variétés, VI », Revue du monde catholique, tome 77, n° 130, 1er mars 1884, p. 737-738 (en ligne https://archive.org/stream/revuedumondecat30unkngoog#page/n734/mode/2up, consulté le 26 déc. 2013).

11 La traduction de L’Empire du dragon. Souvenirs d’Asie n’est pas créditée. Dans sa bibliographie de Juliette Charoy, Joseph Brucker la lui attribue (Joseph Brucker ; Notice biographique, dans J. de Rochay, Fragments d’un Journal intime, Paris, G. Beauchesne, (1906), p. XLII). Celle du Fils du chasseur d’ours est signée Élisabeth Loisel, qui se présente comme « la nouvelle traductrice » de Karl May (Avant-propos).

12 J. de Rochay, « Les Romans nouveaux », Revue du monde catholique, tome 109, 1er janv. 1892, p. 160 (en ligne, https://archive.org/stream/revuedumondecath109savauoft#page/160/mode/2up, consulté le 26 déc. 2013).

13 J. de Rochay, « Les Romans catholiques d’outre-Rhin », Revue du monde catholique, tome 112, 1er oct. 1892, p. 72-87. « Critique distingué, collaborateur infatigable des journaux catholiques les plus répandus outre-Rhin, rédacteur en chef de l’excellente revue intitulée le Deutscher Hauschatz, M. Heinrich Keiter a publié, en 1890, la seconde édition de son étude sur les Katholische Erzähler der neusten Zeit (les romanciers catholiques les plus récents), dédiant son œuvre au Dr F.-W. Weber, « le chantre des Dreizehnlinden », et à Mgr Hulskamp, le directeur du Guide littéraire, publication très estimée des catholiques allemands. » (p. 81, https://archive.org/stream/revuedumondecath112savauoft#page/80/mode/2up, consulté le 26 déc. 2013). « À la suite des romanciers sociaux, on nous permettra de placer le nom du Dr Karl May, négligé par M. Keiter, et dont les romans-voyages plaisent, pourtant, beaucoup aux jeunes gens. » (p. 85, en ligne : https://archive.org/stream/revuedumondecath112savauoft#page/84/mode/2up, consulté le 26 déc. 2013). Le Deutscher Hauschatz d’Heinrich Keiter est pourtant le journal qui publie les romans de Karl May.

14 Après 1900, Karl May subit en Allemagne une série d’attaques et de procès de la part de confrères, d’autorités morales, d’éditeurs, d’hommes d’affaires et même de son ex-femme, dont le détail serait trop long à relater (cf. Jürgen Seul, Old Shatterhand vor Gericht. Die 100 Prozesse des Schriftstellers Karl May, Bamberg, KMV, 2009). Les milieux catholiques se déchaînent contre lui. On l’accuse d’être un mystificateur et un affabulateur (ce qui est un comble pour un écrivain). Pire, Rudolf Lebius le qualifie de « criminel né », ce qui lui vaut un nouveau procès que lui intente Karl May, et que ce dernier perd, fait relaté dans la presse française en 1910, contribuant à entacher l’image de l’écrivain auprès de son public juvénile et catholique habituel (« Le roman d’un romancier », Le Figaro, 13 avril 1910, p. 2, en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k288801c/f2.image.langFR, consulté le 12 déc. 2013 ; « Un procès en diffamation en Allemagne », Le Temps, 14 avril 1910, p. 2, en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k240084m/f2.image.langFR, consulté le 12 déc. 2013). Cf. la remarque de l’abbé Bethléem qui s’en était fait l’écho, dans Romans-Revue : « Karl May, écrivain allemand, convaincu de brigandage au cours des procès retentissants de 1909 (sic). » (Abbé Louis Bethléem, Romans à lire et romans à proscrire, Lille, Bureau de Bureau de Romans-Revue, 1914, 6e éd., p. 393 ; Paris, Éd. de la Revue des lectures, 1932, 11e éd., p. 597-98. Section « Romans enfantins »). En fait de « brigandage », Karl May a passé en tout sept ans et six mois en maison de redressement ou en prison (entre 1861 et 1874, puis en 1879) pour des faits de petite délinquance qui n’auraient pas été condamnés de façon aussi sévère aujourd’hui.

15 Élisabeth Loisel, « Avant-propos », Le Fils du chasseur d’ours, par le docteur Karl May, Paris et Lyon, Librairie Delhomme et Briguet, 1892.

16 Les Brigands des prairies (1874), Les Voleurs de chevaux, Les Pionniers du Far-West et Le Peau-rouge (1875), traduction de B.-H. Révoil.

17 Le « Buffalo Bill’s Wild West Show » du colonel Cody effectue deux tournées européennes en 1889 et 1905. Il s’invite à l’Exposition universelle de Paris en 1889, et il campe sur le Champ-de-Mars. En 1905, le cirque de Buffalo Bill campe au Bois de Boulogne.

18 Un musée et une association Friedrich Gerstäcker existent en Allemagne à Braunschweig depuis 1982 (voir le site http://www.gerstaecker-museum.de/, consulté le 5 déc. 2013). Ils publient le Gerstäcker-Magazin (7 numéros parus).

19 Pour la postérité, Karl May demeure un des prototypes les plus accomplis du romancier voyageur en chambre. Pierre Bayard écrit (Comment parler des lieux ou l’on n’a pas été ? Paris, Éd. de Minuit, 2012. Troisième partie, « Chapitre II : Circuler dans le temps. Où l’on voit, avec Karl May, qu’une bonne manière de parler du Far West est de le déplacer dans le temps. », p. 114-125) : « Ainsi l’idée que les Indiens se battaient pour des terres qu’on leur avait volées était défendue au xixe siècle par un écrivain allemand qui n’avait jamais mis les pieds en Amérique [...] » « On ne peut pas dire que cette représentation de la construction de l’Amérique du Nord moderne soit dominante en Europe à la fin du xixe siècle et surtout pendant la première moitié du xxe siècle. » Pour Pierre Bayard, le fait que Karl May n’ait pas visité le Far West avant d’écrire lui a permis d’en faire un territoire fantasmé de sa fiction, idéalisé voire utopique qui, en retour, a ouvert à la voie à une vision critique de l’histoire de l’Ouest à partir des années 1960. De ce point de vue, le rapprochement entre les deux romans de Gerstäcker et de Karl May publiés successivement dans l’Autorité est intéressant.

20 Liselotte Bihl, Karl Epting (dir.), Bibliographie französischer Übersetzungen aus dem Deutschen / Bibliographie des traductions françaises d’auteurs de langue allemande (1487-1944), Band 1 : Periode I-V (1487-1870). Band 2 : Periode VI-VII (1871-1944), Tübingen, Max Niemeyer, 1987. Gerstäcker p. 598 : Aventures d’une colonie d’émigrants en Amérique, trad. Xavier Marnier, Paris, Hachette, 1855. Les Deux convicts, roman allemand, trad. B.-H. Révoil, Paris, Hachette, 1858. Les Pirates du Mississippi, roman allemand, trad. B.-H. Révoil, Paris, Hachette, 1858, etc.

21 Voir sur ce cycle un bref résumé dans Le Rocambole no 63, p. 56.

22 Mathilde Lévêque, « Traduire pour Mame », dans Cécile Boulaire (dir.), Mame : deux siècles d’édition pour la jeunesse, op. cit., p. 363-379.

23 Voir dans ce même numéro l’article de Georges Felten, « « Scharlih » unchained. Traces de Karl May chez Arno Schmidt ».

24 Cet article a été traduit et commenté par Ulrich von Thüna en 1970, et réédité dans le Rocambole no 63, p. 135-139.

25 Ch. Legrand, « Voyages et variétés, VI », Revue du monde catholique, op. cit., p. 737-738.

26 Ch. Legrand, « Voyages et variétés, V », Revue du monde catholique, tome 80, n° 146, 1er nov. 1884, p. 440-441 (en ligne https://archive.org/stream/revuedumondecath80savauoft#page/440/mode/2up, consulté le 26 déc. 2013).

27 Abbé Louis Bethléem, Romans à lire et romans à proscrire, op. cit., 1914, p. 393 ; 1932, 11e éd., p. 597-98.

28 Voir Romans-Revue, mars 1908 [p. 49, en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57418300/f61.image, consulté le 12 déc. 2013]). « Mais voici qu’un écrivain nommé Libius (sic) a poussé les choses plus loin. Il prétend que Karl May est un mystificateur effronté. Non seulement il est l’auteur d’ouvrages pornographiques, non seulement il a commis des plagiats, mais sa vie passée est infâme. Le Jules Verne allemand serait, d’après Libius, un repris de justice, un voleur de profession, un brigand dans toute l’acception du mot. À ces accusations, Karl May a répondu par une assignation, et devant le tribunal des échevins de Charlottenbourg, la vérité a été péremptoirement établie, Lebius a été acquitté, et Karl May convaincu de brigandage. Ces révélations n’entachent en rien les traductions de Karl May qui ont été publiées en France par la distinguée femme de lettres qui signait J. de Rochay. Ces ouvrages, traduits et expurgés, méritent toujours l’estime des familles chrétiennes. » (« L’odyssée de Karl May », Romans-Revue, 15 mai 1910, p. 428-429, en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56269993/f76.image). Étonnants propos qui absolvent un écrivain, condamné en justice, allemand de surcroît, au nom de la morale chrétienne ! En décembre 1911 cependant, un autre juge casse le jugement précédent, innocentant définitivement Karl May au nom de la licence poétique dont jouit tout écrivain.

29 Rolf-Bernhard Essig et Gudrun Schury, « Karl May », dans Étienne François et Hagen Schulze (dir.), Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 2007, p. 352-371. Karl May fait l’objet d’un chapitre, au titre de mythe allemand, de même que la Volkswagen, les contes de Grimm ou Bach. Essig seul puis le couple Essig et Schury, de Bamberg, sont les auteurs de plusieurs écrits sur Karl May (voir leur site http://www.schuressig.de, consulté le 12 déc. 2013).

30 Teodor de Wyzewa, « Les menus péchés d’un romancier idéaliste », Le Temps, 10 nov. 1912, p. 3 (en ligne, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k241036x/f3.image.langFR, consulté le 17 déc. 2013). Compte-rendu de « Karl May, Mein Leben und Streben », Fribourg-en-Brisgau, Verlag Friedrich Ernst Fehsenfeld, 1912.

31 Voir dans ce même numéro : Herta Luise Ott, « Le Coureur des Bois (1850) de Gabriel Ferry et Der Waldläufer (1879) de Karl May : l’histoire d’un transfert franco-allemand ».

32 Charles Ford, Histoire du western, Paris, Albin Michel, 1976. Paul Bleton, Western, France, la place de l’Ouest dans l’imaginaire français, Amiens, Encrage, 2002.

33 L’argument est abondamment documenté dans la littérature sur Hitler, notamment par les livres de Joachim Fest, nègre d’Albert Speer pour son Journal. Il est déjà exposé par Forst de Battaglia dans les années 1930 (voir infra). Il est repris dans un article de Jean Rives (« Hitler et Karl May. Le mythe des origines », dans Christian Amalvi (dir.), Une passion de l’histoire : histoire(s), mémoire(s) et Europe, hommage au professeur Charles-Olivier Carbonell, Toulouse, Privat, 2002, p. 325-330). L’enracinement saxon de Karl May, son nationalisme et la référence à Hitler sont soulignés par Jean Mabire dans un article de sa série de portraits littéraires « Que lire ? », paru dans National hebdo no 1095, 14 juil. 2005. Or Karl May est lu dans toute l’aire germanophone (en Alsace, en Hongrie, en Autriche, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Galicie, voire en Yougoslavie), avant, pendant et après Hitler. En réalité, il aurait été anormal qu’Hitler ne lût pas Karl May. Ce qui est souligné par Fest et autres, c’est qu’il le relise, y puisant, nous dit-on, une sorte d’inspiration « politique » ou bien un encouragement moral. Karl May est alors dénoncé comme une source de la propagande nazie. Cette approche ne permet pas de comprendre à la fois la nature de l’hitlérisme et l’engouement populaire persistant pour les œuvres de Karl May. Voir Essig et Schury, op. cit., pour une analyse de ce point. Notons que le seul « ami d’enfance » de Hitler pendant sa période adolescente (1904-1908, de 15 à 19 ans), August Kubizek, ne mentionne pas Karl May parmi ses (leurs) auteurs favoris, à Linz ou Vienne. C’est donc une lecture plus ancienne (Auguste Kubizek, Adolf Hitler, mon ami d’enfance, Paris, Gallimard, 1954). L’ouvrage de Timothy W. Ryback, Dans la bibliothèque privée d’Hitler (2008 ; trad. Le Cherche midi, 2009) évalue l’influence de May sur Hitler, qui a commencé la lecture de ses œuvres par le cycle de l’Orient (Les Pirates de la Mer Rouge, p. 13, 79). Il recommande la lecture de Karl May à ses généraux pour affiner leur sens de la stratégie (p. 271-72). En 1942, un journaliste le montre à treize ans s’endormant en rêvant aux exploits des « cavaliers rouges » [Indiens] (p. 353). Le film de Syberberg Karl May (1974) montre un Hitler trépidant d’impatience dans l’attente de la conférence de Karl May, à Vienne, le 22 mars 1912, à laquelle il aurait assisté, ce qui semble douteux, en raison du prix élevé du ticket d’entrée.

34 Karl May est une lecture quasi-obligée des enfants de langue allemande entre huit et quinze ans. Il est lu par exemple par des futures célébrités et des personnalités (souvent juives) aussi différentes que Ernst Bloch, Vladimir Dimitrijevic, Edgar Feuchtwanger, Saul Friedländer, Romain Gary, Witold Gombrowicz, Herman Hesse, Ernst Jünger, Fritz Lang, Joseph Roth, Robert Siodmak, André de Toth, Jacob Wassermann, Franz Werfel ou par Alberto Manguel, né en Argentine en 1948 (qui assure, dans son Journal d’un lecteur (2004), avoir lu Karl May dès l’âge de six ans !). Leurs témoignages de lecture ont été publiés en français. Les critiques de langue anglaise ou allemande citent une liste de lecteurs célèbres bien plus longue, incluant Konrad Adenauer, Hans Bellmer, Walter Benjamin, Bertold Brecht, Albert Einstein, le Kaiser Guillaume II, Carl Gustav Jung, Franz Kafka, Henry Kissinger, Helmut Kohl, Heinrich et Thomas Mann, Arnold Schwarzenegger, Albert Schweitzer, etc. Sur les pages françaises du site de la Société Karl May (Karl-May-Gesellschaft), on lit des citations d’Herman Hesse, Carl Zuckmayer, Ernst Bloch, Arno Schmid, Curd Jürgens, Johannes Mario Simmel, Erich Loest, Teddy Tollek. La déclaration d’Albert Schweitzer (1875-1965) sur Karl May ne semble pas avoir été traduite en français avant qu’un extrait figure sur le site http://winnetou.fr/

35 Essig et Schury, op. cit. : « Nombre d’articles consacrés à la réception de May jusqu’à nos jours font état de cette prédilection de Hitler, à titre de curiosité ou d’argument à charge » (p. 361).

36 Otto Forst de Battaglia, « Le Romancier de brigands : Karl May, Saint Jean-Baptiste du IIIe Reich », La Grande Revue, vol. 157, janv. 1940, p. 409-434. – Otto Forst de Battaglia (1889-1965), historien autrichien (biographe du roi de Pologne Jean Sobieski), diplomate et généalogiste (auteur de l’assertion selon laquelle 20 millions de personnes descendraient de Charlemagne), a écrit l’une des premières biographies sérieuses de Karl May, Karl May : ein Leben, ein Traum (Zürich, Leipzig, Wien, Amalthea-Verlag, 1930 ; rééd. Karl May : Traum eines Lebens, Leben eines Träumers, Bamberg, KMV, 1966, avec une postface de Roger Forst-Battaglia), que Marcel Brion signala dans Les Nouvelles littéraires du 24 janv. 1931, p. 6, en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6452006n/f6.image.langFR (consulté le 18 déc. 2013). Il a fait l’objet d’un colloque international à Vienne (au Centre scientifique de l’Académie polonaise des sciences) à l’occasion des 120 ans de sa naissance : Otto Forst de Battaglia, der unersetzliche Vermittler zwischen den Kulturen, Konferenz zum 120-jährigen Geburtstag des großen Europäers (Otto Forst de Battaglia, médiateur irremplaçable entre les cultures, conférence pour le 120e anniversaire de ce grand Européen, 18 sept. 2009), publié sous le même titre (Bogusław Dybaś, Jakub Forst-Battaglia, Krzysztof Huszcza (dir.), Wien, Wissenschaftliches Zentrum der Polnischen Akademie der Wissenschaften, 2011).

37 Forst de Battaglia, op. cit., p. 410.

38 Forst de Battaglia, op. cit., p. 410.

39 Forst de Battaglia, op. cit., p. 411.

40 Forst de Battaglia, op. cit., p. 411.

41 Jean Tortel, Francis Lacassin, Noël Arnaud (dir.), Introduction à la paralittérature, colloque de Cerisy 1967, Paris, Plon, 1970.

42 Forst de Battaglia, op. cit., p. 412.

43 Forst de Battaglia, op. cit., p. 412.

44 Ulrich von Thüna, « Karl May, une vie, une aventure », Le Rocambole no 63, L’Aventure selon Karl May, juin 2013, p. 13.

45 Forst de Battaglia, op. cit., p. 413

46 Forst de Battaglia, op. cit., p. 420.

47 Forst de Battaglia, op. cit., p. 420.

48 Comme romancier, Karl May a tous les droits d’invention, y compris de prétendre qu’il n’affabule pas. « Lorsque je vois comme réel et décris ce qui pour d’autres n’est qu’un conte, seuls des gens ignorants et malveillants peuvent prétendre que je mens », dit-il pour se défendre contre les attaques qu’il subit dans la presse (cité dans l’émission Karl May sur Arte, 8 avril 1997 ; cf. Le Rocambole no 63, p. 133-134). Voir aussi Pierre Bayard, Comment parler des lieux ou l’on n’a pas été ?, op. cit.

49 Forst de Battaglia, op. cit., p. 420.

50 Forst de Battaglia, op. cit., p. 421-422.

51 Forst de Battaglia, op. cit., p. 434.

52 Anson Rabinbach, « Le lecteur, le roman populaire et le besoin impérieux de participer : réflexions sur l’expérience publique et la vie privée durant le IIIe Reich », dans Régine Robin (dir.), Masses et culture de masse dans les années trente, Paris, Éd. Ouvrières, 1991 p. 108-134.

53 Henri Berr, Le Mal de la jeunesse allemande, Paris, Albin Michel, 1946, p. 25-26.

54 Pierre-Paul Sagave, compte-rendu du livre de Viktor Boehm, Karl May und das Geheimnis seines Erfolges, ein Beitrag zur Leser-psychologie (Wien, 1955), Allemagne d’aujourd’hui, no 1, janv.-févr. 1957, Paris, Presses universitaires de France, p. 128.

55 Christopher Frayling, Spaghetti westerns. Cowboys and Europeans from Karl May to Sergio Leone, Londres, Routledge & Kegan, Boston, Henley, 1981, rééd. Londres, Tauris, 2006, Chapitre 3, « Karl May and the Noble Savage », p. 103-117. Il est préférable de parler de « western européen » plutôt que de « western choucroute ». La référence de base est Jean-François Giré, Il était une fois... le western européen, Paris, Bazaar & Cie, 2008 (1re éd. Paris, Dreamland, 2002), « La saga allemande de Winnetou », p. 86-87. Jean-François Giré, Les Dernières chevauchées du western européen (Il était une fois... le western européen, 2), Paris, Bazaar & Cie, 2012, 5e partie, « Le western allemand d’Ouest en Est et sa filmographie », p. 783-818, notamment « Winnetou une histoire allemande », p. 788-800.

56 Ces films qui ont été beaucoup critiqués voire moqués en leur temps sont aujourd’hui considérées comme des films pour enfants (notice sur Le Trésor du lac d’argent (1962) et Le Trésor de la Montagne bleue (1964) dans Pierre Murat (dir.), le Guide du cinéma, Télérama hors série, 2009, p. 1515-1516). Le public français n’a pu voir qu’une partie des films d’après Karl May, les premiers Winnetou. Ceux adaptant le cycle de l’Orient ou le cycle du Mexique sont demeurés inédits en français.

57 Voir dans ce même numéro l’article d’Henri Larski, « Winnetou, fleuron du cinéma populaire allemand des années 1960, un rendez-vous véritablement manqué avec le public français ? »

58 Philippe Bernert, dans « La disgrâce de Karl May et les soucis d’un enfant chéri du régime » (L’Aurore, 17 juil. 1970, p. 5) évoque le roman L’Amphithéâtre d’Hermann Kant (article cité par André Pinguet, « Un romancier populaire au succès extraordinaire : Karl May (1842-1912) », Le Chasseur d’illustrés no 17 (sept. 1970), rééd. dans Le Rocambole no 63, op. cit., p. 159-166). Le Musée Karl May de Radebeul, dans la propre maison de l’écrivain, avait été rebaptisé Musée de Indiens, et toute référence à May avait été effacée en RDA, durant une vingtaine d’années, des années 1960 aux années 1980.

59 Hermann Kant, L’Amphithéâtre, trad. Anne Gaudu, Paris, Gallimard, 1970, trad. de Die Aula (1966), « Apostrophe à Karl May », p. 311-312, citée par Philippe Bernert, André Pinguet, Essig et Schury. Il faut citer, une fois de plus, cet « hymne brûlant à Karl May, d’une liberté de ton insolente et joyeuse » (Bernert) : « O grand conteur saxon, loué soit ton nom si souvent diffamé ! Merci à toi génial divagateur de Hohenstein-Ernstthal, merci à toi pour mille et une nuits remplies de tourbillons de poussière et du fracas des sabots. Grand merci pour le soleil de l’équateur et le vent de la prairie, le sable du désert, l’herbe de la steppe, pour Shatterhand et Hadschi, pour Winnetou et Bec d’Aigle, un bon grand merci pour tout cela, malgré tout ce qu’ils peuvent dire sur toi. Tu étais d’un sentimentalisme religieux, parait-il, possible, mais tes quarante volumes ne m’ont pas rendu religieux ni sentimental – bizarre. Quand ils parlent de toi, ils parlent de nationalisme ; si c’est vrai, ne t’en vante pas, magnifique salaud, ne recommence pas, car le nationalisme ne se fait vraiment plus, mais pour être franc, je ne l’ai jamais remarqué, ton nationalisme, c’était uniquement parce que j’étais trop bête bien entendu et puis après tout, à l’époque où je t’ai lu, de plus nationalistes que toi, il y en avait partout. Si tu as été nationaliste, je t’informe que tu me dégoûtes, mais en même temps et encore une fois je te dis merci, fumiste séduisant, affabulateur inégalé. »

60 Selon Hans Jürgen Syberberg, « À Francfort, au cours d’un week-end, il y eut douze spectateurs pour le Karl May », (« L’art qui sauve de la misère allemande », Change, no 37, Allemagne en esquisse, mars 1979, Seghers/Laffont, 1979, p. 46). Il ajoute cependant que le film connut un grand succès à la télévision.

61 Hans Jürgen Syberberg, Karl May, à la recherche du paradis perdu (1974, film de 187 minutes avec Helmut Käutner, Kristina Söderbaum, Käthe Gold. Sortie française le 19 déc. 1975, dans une seule salle parisienne, l’Olympic, Paris 14e). Toute la presse cinématographique rend compte de ce film « art et essai ».

62 Sept épisodes de 52 mn, avec Pierre Brice et Jean-Claude Deret, Antenne 2, tous les vendredis à 20 h 35, du 4 juil. au 15 août 1980. Disponible en DVD. Novélisation par Jean-Claude Deret, Winnetou, le Mescalero : roman télévisé du célèbre héros de Karl May, Paris, Flammarion, 1980, ill. de photographies.

63 Éveline Laurent, « Une épopée du Far-West », Le Monde de l’éducation no 67, déc. 1980, p. 57 (compte-rendu de la réédition Flammarion de Winnetou).

64 Hervé Dumont, Robert Siodmak : le maître du film noir, Lausanne, L’Âge d’homme, 1981, chap. « Dans les rets de la superproduction », p. 307-328. Siodmak (1900-1973) a réalisé trois films d’après Karl May, Der Schut (1964, Au pays des Skipétars), Der Schatz der Azteken (1965, Le Trésor des Aztèques) et Die Pyramide des Sonnengottes (1965, La Pyramide du Dieu Soleil). Ces deux derniers films ont été distribués en France dans une version ramenée à un seul, Les Mercenaires du Rio Grande. « De son bureau de travail, May a imaginé de captivants voyages au Far West, au Proche-Orient et en Amérique centrale, aux rebondissements incessants quoique stéréotypés et répétitifs comme ses personnages ; son talent de conteur dissimule sans peine d’innombrables erreurs ethnologiques et géographiques. Les récits sont écrits à la première personne, car May s’attribue en toute candeur les exploits nobles et héroïques de son personnage principal, l’infaillible « Old Shatterhand ». Ce blond Siegfried du Far West défend la cause des Peaux-Rouges (l’Apache Winnetou), en lesquels il croit déceler une grandeur d’âme toute germanique. »

65 Jean-Jacques Schumacher, « Le Triomphe d’un menteur honnête : les romans de Karl May », Recherches en linguistique étrangère, XVII, 1994 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 531), p. 143-50.

66 Alain Rémond, « Karl May, un Jules Verne d’outre-Rhin », Télérama no 1354, 24 déc. 1975.

67 Till R. Kuhnle, « Le monde transformé en intérieur – cartographie et inventaires dans les récits de voyage de Jules Verne et de Karl May », dans Véronique Maleval, Marion Picker et Florent Gabaude (dir.), Géographie poétique et cartographie littéraire, Limoges, PULIM, 2012, p. 243-259. Actes du Colloque international interdisciplinaire Un transfert comme les autres ? La « cartographie » en littérature et sciences humaines, 25-27 nov. 2010, Université de Limoges.

68 Pierre Brice, Winnetou und ich : Mein wahres Leben, aus dem Französischen übertragen von Theda Krohm-Linke, Bergisch Gladbach, Gustav Lübbe Verlag, 2004 Les mémoires de l’acteur français ayant incarné Winnetou, écrites en français, sont publiées en version allemande, tout comme celles de l’actrice Marie Versini (Ich war Winnetous Schwester, Bamberg, KMV, 2003), autre ambassadrice culturelle franco-allemande et fan de Karl May (voir le site http://winnetou.fr/ et son site http://marie-versini.de/). Les deux anciens acteurs sont apparus ensemble sur la scène du festival de Trutnov (République tchèque), en août 2013 (www.festivaltrutnov.cz/, consulté le 29 déc. 2013).

69 Jean-Luc Buard, « Le phénomène Karl May : un aperçu de son ampleur actuelle. À l’occasion des cent ans du Karl May Verlag », Le Rocambole no 63 (2013), op. cit.

70 Un article publié lors de la soirée Arte de 1997 l’énonce dans son titre interrogatif : Michael Thoss, « May, qui c’est ? », Télérama no 2464, 2 avril 1997, p. 79 (émission Arte, 8 avril 1997, p. 122).

71 Communications de Doris Fetscher, Andrée-Jeanne Baudrier (voir note 83), Till R. Kuhnle (voir note 66) et Ulrich von Thüna (« Karl May, le bien et le mal », Le Rocambole no 59-60, 2012, p. 73-78). L’article de Doris Fetscher sur Karl May et le Maghreb n’a malheureusement pas été publié (« Le Maghreb dans l’œuvre de Karl May : reportage et reconstruction », colloque Les Relations scientifiques franco-allemandes à l’épreuve du terrain nord-africain, Paris, EHESS, 30 sept.-2 oct. 2004, Ahcène Abdelfettah, Alain Messaoudi et Daniel Nordman (dir.), Savoirs d’Allemagne en Afrique du Nord : xviiie-xxe siècle, [Saint-Denis], Éd. Bouchène, 2012 (résumé p. 22).

72 Stéphanie Bauer, « Voyages imaginaires. Hommage à Karl May, grand nom de la littérature », Documents, revue du dialogue franco-allemand (Bonn), vol. 62 no 6, déc. 2007, p. 59-62, à l’occasion de l’exposition Imaginäre Reisen (Voyages imaginaires), qui lui a été consacrée à Berlin d’août 2007 à janv. 2008. L’édition française de la revue (financée par le Quai d’Orsay) a cessé de paraître en 2009. On peut acquérir les anciens numéros (sous forme pdf) à l’adresse http://www.dokumente-documents.info/ausgabe.html, pour la somme de 2,50 euros (consulté le 10 avril 2013 puis le 17 mars 2014). Chaque revue ayant sa propre rédaction et son propre sommaire, l’article de Stéphanie Bauer ne figure pas dans l’édition allemande.

73 Voir l’exposition virtuelle, http://www.dhm.de/ausstellungen/karl-may/panoramen.html, sur le site du musée historique de Berlin (consulté le 10 avril 2013 puis le 17 mars 2014).

74 Cette journée d’étude est à l’origine de la publication du présent dossier thématique dans la revue Strenae [NdE].

75 Ulrich von Thüna, « Karl May in Frankreich », KMG-Nachrichten 125, Sept. 2000, p. 6-7 (en ligne http://www.karl-may-gesellschaft.de/kmg/pinnwand/kmgnachr/125/index.htm, consulté le 14 déc. 2013). Compte-rendu d’une table-ronde sur Karl May au cours d’un colloque au Goethe-Institut de Nancy sur le « Phénomène littéraire de l’autre côté du Rhin », 22-25 mai 2000, avec intervention de Reinhold Wolff, Francis Geffard, Bernd Schmid et d’un critique de cinéma non nommé.

76 Voir dans ce même numéro l’article d’Éric Leroy du Cardonnoy, « « So ein Gesicht und kein anderes hatte der Teufel gemacht, als er den Grundstein zur Hölle legte » : Karl May et son roman-feuilleton Die Liebe des Ulanen et son impossible réception en France avant la Première Guerre mondiale ? ».

77 Le Karl-May-Atlas de Hans-Henning Gerlach (Bamberg, KMV, 1997, rééd. 1998) permet de visualiser la présence réduite de la France dans l’œuvre de Karl May. Elle se limite aux évocations des guerres napoléoniennes et au siège de Paris dans ses romans historiques. Ajoutons toutefois que Karl May a consacré un roman à Robert Surcouf et qu’un de ses premiers livres est une traduction de Gabriel Ferry.

78 Ces cinq volumes (1980-1983) présentent des textes revus et adaptés par Nathalie Gara.

79 Jean-Benoît Puech, Yves Savigny, Benjamin Jordane, une vie littéraire, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 23 (note et références sur Karl May) et passim. – 1re publication signée Benjamin Jordane, « Changer son nom », dans le Nouveau Recueil no 79, Seyssel, Champ Vallon, juin-août 2006 (p. 45, une note dit : « Karl May (1842-1912), écrivain populaire allemand, créateur de l’Indien Winnetou mais surtout de son propre personnage de voyageur et d’aventurier. La meilleure introduction à son œuvre est le Karl May de Martin Lowsky (J. B. Metzler, 1987). Nous recommandons aussi : Christian Heermann, Winnetous Blutsbruder, Karl-May biographie (Karl-May-Verlag, 2002) ; la riche iconographie commentée de Gerhard Klussmeier et Hainer Paul (Olms Presse, 1992) ; enfin, bien sûr, le livre d’Arno Schmidt, Sitara und der Weg dorthin (Stahlberg Verlag, 1963) et le film de H. J. Syberberg, Karl May (1974). »)

80 Jean-François Miquel, Karl May, l’auteur de sa légende, Seyssel, Champ Vallon, 2004. Rare plaquette hors commerce tirée à petit nombre pour les amis de l’auteur, signalée par Jean-Benoît Puech (« La Création biographique », Modernités no 18, Brigitte Louichon, ‎Jérôme Roger (dir.), L’Auteur entre biographie et mythographie, Presses universitaires de Bordeaux, 2002, p. 45-73 ; allusion à Karl May, note 45 p. 64, dans une énumération des maisons d’écrivains en France et à l’étranger). On pense aussi, ajoute-t-il, à la maison « de Karl May à Radebeul, dans la banlieue de Dresde, je le rappelle à mes compatriotes qui ne savent rien (exception faite de Charlotte Jay et Jean-Claude Cocq) de l’auteur le plus lu en Allemagne. Ses livres sont pourtant traduits chez Flammarion et très régulièrement réédités. Karl May. 1842-1912. Écrivain pour la jeunesse. Il mériterait à lui seul quelques thèses, ou quelques lignes ici même, puisqu’il s’est forgé une biographie entièrement imaginaire pour faire de ses romans à la première personne de vrais récits de voyage. »). Charlotte Jay a aidé Marc Soriano pour sa notice sur Karl May (voir note 5) et Jean-Claude Cocq est cinéphile.

81 Le site http://www.nemsi-books.com/PubCompany/ se consacre à cette tâche pour la langue anglaise (consulté le 16 déc. 2013).

82 Jean-Claude Vareille, Le Roman populaire français (1789-1914), idéologies et pratiques, Limoges, PULIM, 1994.

83 Jean-Benoît Puech déjà cité, mais plus récemment Paco Ignacio Taibo II (cf. ci-dessous).

84 Farmer est l’auteur de biographies romancées de personnages littéraires comme Tarzan ou Sherlock Holmes, dont il entremêle les éléments, créant une vaste métafiction sous-jacente aux œuvres, nommée le « Wold Newton Universe ». Les personnages de Karl May ont été inclus dans la généalogie de cet univers par Jess Nevins. Voir : http://ratmmjess.tripod.com/timeline3.html (The European Wold Newton Universe, années 1860-1900). La « section française » du « Wold Newton Universe » est gérée par Jean-Marc Lofficier, qui se charge d’explorer les fictions de langue française (aventures, énigme, fantastique, science-fiction) et d’intégrer les personnages qu’elle fournit à l’univers en question.

85 Andrée-Jeanne Baudrier (« L’Aventure dans les romans allemands, de la fin du xixe siècle à ceux de la contemporanéité », dans Isabelle-Rachel Casta et Guillaume Pajon (dir.), Si d’aventure..., la littérature aventureuse a-t-elle vécu ? Actes du colloque organisé le 13 nov. 2008 [à l’IUFM d’Amiens], Paris, Le Manuscrit, 2009, p. 93-121), étudie Winnetou I de Karl May, Les Arpenteurs du monde de Daniel Kehlmann (2005, trad. 2006, mettant en scène Humboldt et Bonpland) et La Montagne volante (2006, trad. 2008, situé dans l’Himalaya) de Christoph Ransmayr.

86 Paco Ignacio Taibo II, Le Retour des Tigres de Malaisie, plus anti-impérialistes que jamais, avec la collaboration involontaire d’Emilio Salgari, traduit de l’espagnol (Mexique) par René Solis, Paris, Métailié, 2012. – Old Shatterhand entre en scène au chapitre 28 (« Le héros de Karl May »). On croise aussi dans ce roman Jules Verne, James Moriarty, Rudyard Kipling, etc.

87 On peut dater la prise en compte critique française d’Emilio Salgari d’un article de Gérard Genot, « L’Inde intérieure », Critique no 290, juil. 1971. Voir les travaux de Mariella Colin, notamment dans Stefano Lazzarin et Mariella Colin (dir.), La Critique littéraire du vingtième siècle en France et en Italie, Caen, Presses universitaires de Caen, 2007.

88 Sur Emilio Salgari, voir dossier dans le Rocambole no 21, 2002.

89 Christian Millau, Le Passant de Vienne : un certain Adolf : roman, Paris, Éd. du Rocher, 2010 (Karl May cité p. 127 : « Tous, nous lisions les romans d’aventures de Karl May qui se passaient au Far West. Adolf était fou du chef indien Winnatou (sic). On aurait même dit qu’il se prenait pour lui »).

90 Michel Folco, Même le mal se fait bien, Paris, Stock, 2008. Michel Folco, La Jeunesse mélancolique et très désabusée d’Adolf Hitler, Paris, Stock, 2010. Allusions répétées à la lecture d’œuvres de Karl May par Hitler, en citant malheureusement des romans aux titres fantaisistes, Le Squelette de la mine d’or et Sur la piste des Comanches que Karl May n’a jamais écrits. Le romancier est cité six fois et Winnetou une dizaine, mais l’auteur ne parvient pas à faire illusion sur sa connaissance de l’univers de Karl May somme toute assez limitée (Old Shatterhand est ignoré, le cycle de l’Orient inconnu, etc.), rendant tout juste crédible son effort de présentation d’un jeune lecteur de cette œuvre, à la fin du xixe siècle.

91 Le site http://winnetou.fr/ a mis en ligne des copies numériques de plusieurs traductions de romans de Karl May.

92 Matthieu Letourneux avait consacré une belle page à Karl May en 2006, sur son site consacré au roman d’aventures (http://www.roman-daventures.com/auteurs/allemagne/may/may.html, consulté le 2 déc. 2013). En 2012, le site http://winnetou.fr/ est créé à l’initiative d’un fan alsacien. Karl May et son univers sont présents dans l’encyclopédie en ligne Wikipedia.fr par des articles pour la plupart traduits et adaptés de la version allemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Buard, « « Heute aber ist es in Frankreich sowieso zu spät für May ». Trop tard en France pour Karl May ? », Strenæ [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1434 ; DOI : 10.4000/strenae.1434

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Buard

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité
Doctorant LabSIC EA 1803

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org