Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Nous voulions trouver un Jules Verne plus franchement chrétien » : Juliette Charoy (1840-1898), première traductrice de Karl May

Mathilde Lévêque

Résumé

Juliette Charoy (1840-1898) est la toute première traductrice des textes de Karl May et elle a participé à sa diffusion et à sa réception auprès de la presse et des éditeurs français. Comment expliquer que cette traductrice modeste et effacée, profondément catholique, ait choisi et privilégié les récits d’aventures, parfois rocambolesques voire violents, d’un auteur que rien ne semble rapprocher de l’univers littéraire des « bons livres » de la fin du xixe siècle ? Juliette Charoy a pourtant trouvé en Karl May un « Jules Verne chrétien », dont la position est à repenser dans le contexte de l’édition pour la jeunesse des premières années de la IIIe République. La correspondance entre l’auteur et sa traductrice, document rare et précieux mis au jour par Ulrich von Thüna, s’avère particulièrement éclairante lorsqu’elle est articulée à un contexte éditorial particulier, où la maison Mame joue un rôle central.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 René Bazin, article cité intégralement dans la notice biographique de J. de Rochay, Fragments d’un (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Notice biographique signée Joseph Brucher, p. XVII.

1Le 15 avril 1899, dans le journal Le Pain, René Bazin consacre un article à Juliette Charoy, femme de lettres peu connue, morte quelques mois auparavant. Présentée comme une femme timide, vivant dans un décor simple et bourgeois, Juliette Charoy « savait la littérature allemande aussi bien que la nôtre, et elle avait le don, assez peu commun, de bien traduire1 ». René Bazin ajoute : « Elle avait vu combien est pauvre, en ce moment, pauvre d’idées surtout, la littérature des journaux et des livres destinés aux enfants. Et elle s’était préoccupée, autant qu’il était en elle, de combler cette lacune en puisant dans le fonds de nos voisins2. » Son œuvre littéraire est profondément marquée par un ancrage catholique, religieux et moral. Préférant le conte édifiant, la légende ou la nouvelle, Juliette Charoy touche à peine au roman, qu’elle traduit peu. Sa notice biographique précise qu’elle « s’est bornée aux [romans] honnêtes. Le roman moderne, qui n’est qu’une analyse de passions inavouables, lui fut toujours profondément antipathique3. » Rien de plus éloigné en apparence que le portrait de cette discrète femme de lettres et les romans d’aventures de Karl May où se multiplient les poursuites sauvages et les chevauchées effrénées, les escrocs et les assassins sans scrupules. Pourtant, c’est à Juliette Charoy que l’on doit les toutes premières traductions françaises de Karl May, qu’elle a largement contribué à faire connaître en France, en particulier par le biais de la maison Mame, éditeur catholique de Tours. Comment Juliette Charoy a-t-elle découvert Karl May et quelle est la place de ces récits dans son œuvre de traductrice ? Pourquoi ces traductions ont-elles trouvé leur place chez Mame ? En quelle mesure Juliette Charoy a-t-elle aussi orienté la réception française de Karl May, par ses choix et ses pratiques de traductrice ?

Une traductrice catholique

  • 4 J. de Rochay, Fragments d'un journal intime, Notice biographique, p. xiii.
  • 5 Je renvoie aux travaux de Michel Manson, notamment : « Contes de fées et jouets : pistes de recherc (...)

2Née en 1840 dans une famille de la petite bourgeoisie champenoise, Juliette Charoy est une catholique convaincue et militante. Elle reçoit une formation littéraire et artistique, prend des leçons avec des peintres célèbres du Paris de l’époque, comme Paul Flandrin. Elle copie des chefs-d’œuvre religieux, peint des portraits de famille, y compris son propre portrait. Mais elle délaisse rapidement le pinceau pour la plume : « Ses études d’atelier contribuèrent, du moins, à développer chez elle le don de saisir vivement et de décrire, d’un trait toujours net et précis, le type des figures et les aspects divers des paysages qui passaient sous ses yeux4. » Dès l’âge de quinze ans, elle écrit des textes pour sa jeune sœur de sept ans sa cadette, des lettres de poupées, dans la tradition d’un genre alors fort répandu5. En 1865, elle voyage en Allemagne, découvre la région de Bade et s’émerveille devant ses sites pittoresques, les ruines de châteaux, d’églises, de monastères. Elle écrit alors dans son cahier :

  • 6 J. de Rochay, Fragments d'un journal intime, Notice biographique, p. xvi.

Ah ! si je m’écoutais, je passerais tout mon temps à lire et à copier ces vieux récits du moyen-âge. Sur cette terre allemande, sur ces ruines voilées de lierre, sur ces roches à la tête grise, dans les branches touffues des pins, dans l’ombre parfumée des forêts, on sent passer comme un souffle harmonieux, semblable à la dernière vibration d’une musique éloignée ; c’est l’esprit des Saga murmurant dans l’espace les récits des vieux âges. On passerait des jours entiers à l’écouter6...

3Maîtrisant parfaitement l’allemand, elle choisit de traduire des récits historiques et religieux, des histoires édifiantes, les récits de voyage, restant méfiante à l’égard du roman moderne. Elle s’insurge notamment contre les publications pour la jeunesse qui se multiplient à l’avènement de la IIIe République. On peut lire ainsi dans son journal les réflexions suivantes :

  • 7 J. de Rochay, Fragments d’un journal intime, extrait d'un petit texte intitulé « Chrétiens de surfa (...)

La fille unique du ménage B. a treize ans ; c’est une blonde enfant, douce, simple et gentille, que l’on couve avec une tendresse sans pareille. On croit avoir bien choisi ses lectures, en ne lui donnant que du Jules Verne ou du Jean Macé : ces jolis ouvrages sans couleur, sans parfum, d’où le nom radieux de Dieu est absent et qui évitent avec tant de soin la religion, pour se borner à des leçons qui n’ont d’autre mérite que de n’être point inconvenantes. On m’a montré avec fierté ces publications protégées par la franc-maçonnerie et qui, malheureusement, dupent encore tant de familles chrétiennes, malgré les plus sérieux avertissements. J’ai plaint à part moi cette enfant dont l’âme subit le contact de mains si impures ; les gants musqués dont elles sont couvertes n’en neutralisent pas le poison7.

4Juliette Charoy s’oppose radicalement à l’esprit de laïcité qui commence à gagner la vie politique tout autant que l’école et l’édition pour la jeunesse. En 1873, elle accuse directement Hetzel et ses auteurs :

  • 8 J. de Rochay, Fragments d’un journal intime, extrait d'un texte du 22 décembre 1873, p. 121-122.

Oh ! Si j’avais une voix qui pût être entendue, comme je parlerais contre la bibliothèque d’Hetzel ! Contre ces faux frères : Jean Macé, Stahl, Verne et autres. Mais non, personne ne m’entend et les journaux catholiques, payés pour la réclame, vantent ces livres, croyant sauver leur responsabilité par quelques restrictions indulgentes ! Je sais bien que nous manquons d’auteurs pour la jeunesse à opposer à ceux-là ; nos écrivains catholiques ne luttent pas. Quelques sermons monotones de Mme ***, les compositions invraisemblables et diffuses de Mme de ***, les niaiseries de Mlle *** et autres, les romans religio-sentimentaux de Mme ***, voilà cependant tout notre bagage ! Oh ! Mon Dieu, je vous le demande souvent, les larmes aux yeux, donnez-moi du talent, un peu de succès et un conseil, donnez-moi tout cela, je vous le rendrai !... ou plutôt, mon Dieu, donnez-le à d’autres plus dignes et qui en fassent bon usage8 !

5On peut émettre l’hypothèse que ces critiques sur la production contemporaine pour la jeunesse et ces doutes quant à sa propre qualité d’écrivain ont conduit Juliette Charoy à traduire et imiter plutôt qu’écrire. Entre 1876 et 1898 (date de son décès), elle publie sous le pseudonyme masculin de J. de Rochay une vingtaine de titres, essentiellement des traductions et des imitations.

Auteur

Titre

Éditeur

Année

Jung Abbé L.

Fleurs de mai

Casterman

1876

von Seeburg Franz

Les sorciers de Wurzbourg

G. Téqui

1877

von Seeburg, Franz

Joseph Haydn, scènes de la vie d’un grand artiste

Mame

1883. 1884. 3e édition en 1887. 4e édition en 1890. 5e édition en 1891. 6e édition en 1894.

Binder Franz

Charitas, épisode de la Réforme

G. Téqui

1880

Hermann Paul

Les enfants du chevalier : récit du temps passé

A. Mame et fils

1884

Hermann Paul

Mina ou Les épreuves d’une vie d’enfant

A. Mame et fils

1888. 1892. 1894. 1906. 1909. 1912. 1924.

Hermann Paul

L’Enfant aux yeux bleus

A. Mame et fils

1886. 1889. 1914. 1915

May Karl

La Vengeance du Farmer, souvenirs d’Amérique

A. Mame et fils

1884. 1885. 1887. 1926.

May Karl

La Caravane de la mort, souvenirs de voyage

A. Mame et fils

1885. 1897. 1913. 1915. 1922. 1947.

May Karl

Les Pirates de la Mer Rouge, souvenirs de voyage

A. Mame et fils

1885. 1891. 1892. 1898. 1902. 1914. 1944

May Karl

Une Visite au pays du diable

A. Mame et fils

1885. 1892. 1895. 1912. 1914. 1922. 1943.

May Karl

Une Maison mystérieuse à Stamboul, souvenirs de voyage

A. Mame et fils

1885. 1913. 1915. 1922. 1943

May Karl

Le Roi des requins ; suivi de Le Brelan américain ; et de L’Anaïa du brigand

A. Mame et fils

1887. 1897. 1930. 1934

May Karl

Les Geôliers du grand seigneur

Mame

1943 [date de 1ère publication inconnue]

May Karl

La Voix de la caverne

Mame

1943 [date de 1ère publication inconnue]

May Karl

Un Bandit insaisissable

Mame

1944. [date de 1ère publication inconnue]

May Karl

Un Paladin du désert

Mame

1944 [date de 1ère publication inconnue]

Suite des Pirates de la Mer Rouge

Schirmer Adolf

Le Ménétrier de la République : épisode de la vie de Cherubini

A. Mame et fils

1887. 1914

Höhler, Mathias (Chanoine)

Un grand chancelier : Pierre des Vignes

A. Mame et fils

1888. 1889

Keiter, Thérèse Kellner, Mme (pseud. M. Herbert)

Adoptée

H. Gautier

1889

Jüngst Antonie

Le Condamné volontaire, roman judiciaire

A. Mame et fils

1895. 1898

Jüngst Antonie

Les Souliers de la comtesse Lora

H. Gautier

1898

Rösler P. Augustin

La Question féministe examinée au point de vue de la nature, de l’histoire et de la révélation

Perrin

1899

Tableau récapitulatif des traductions de Juliette Charoy, classement chronologique

6Elle est l’auteur de trois œuvres originales seulement : L’Écho de Saint-Michel. Contes, nouvelles et voyages (G. Téqui, 1880), Jasper, ou les Pêcheurs d’Helgoland (« Bureaux du Jeune âge illustré », publié sous la direction de Mlle Lérida Geofroy, 1885 puis Paris, A. Taffin-Lefort, 1893) et enfin Les Deux poupées de Nuremberg (Firmin-Didot, 1889). L’ensemble de son œuvre littéraire se compose donc de récits traduits, imités ou originaux essentiellement destinés à la jeunesse ou à un public féminin. L’importance des récits de Karl May est manifeste : dix titres, soit près de la moitié de l’ensemble des traductions, tous réédités à maintes reprises. Certains titres, comme Le Roi des requins (1887) regroupent plusieurs récits différents tandis que d’autres recyclent sous un titre nouveau des publications antérieures. L’éditeur, Mame, exploite jusque dans les années 1940 ces traductions qui ont rencontré un certain succès.

  • 9 Christoph Blau, Ulrich von Thüna, Karl May in Frankreich, Sonderheft der Karl-May-Gesellschaft, Nr. (...)
  • 10 Elle écrit de nombreux articles de revues dans l'Indicateur des Bons Livres (Paris, Téqui, libraire (...)

7Ces publications par Mame sont précédées de parutions en épisodes dans le journal catholique Le Monde, de 1881 à 1884, comme l’ont montré Christoph Blau et Ulrich von Thüna9. À partir de ses lectures de Der deutsche Hausschatz, revue familiale et catholique, publiée à Regensburg par Friedrich Pustet, Juliette Charoy sélectionne des extraits pour les traduire et les proposer à la presse. Travaillant elle-même depuis plusieurs années pour des journaux catholiques français10, elle a l’idée de proposer des traductions de ce qu’elle croit être des récits de voyage, comme ses contemporains. Dans ces récits écrits à la première personne, Karl May se met en scène, prétendant avoir vécu ce qu’il décrit et raconte. Les récits de l’Ouest, inspirés de l’œuvre de Fenimore Cooper, et les aventures se déroulant au Moyen-Orient, qui lui assurent la célébrité dès 1875, ne sont que de prétendus souvenirs de voyage, Karl May s’étant rendu au Moyen-Orient en 1899 seulement et aux États-Unis en 1908. Pour les lecteurs, la mystification est totale : Juliette Charoy, méfiante à l’égard du roman, est persuadée de lire des récits qui n’ont rien de fictionnel. Sa correspondance avec Karl May l’atteste, posant les fondements d’un malentendu essentiel pour comprendre la toute première réception de May en France.

Une correspondance entre malentendus et manipulation

  • 11 Ulrich von Thüna, Mitteilungen der Karl-May-Gesellschaft, März 2002, 131, p. 7-18.

8Un ensemble de quatorze lettres est conservé dans les archives Karl May de Bamberg (11 de Juliette Charoy, 3 de deux autres femmes, relatives à la traduction en français). Ulrich von Thüna lui a consacré un article dans le numéro 131 du bulletin de la Karl-May Gesellschaft11. À partir de la présentation de cette correspondance, il est possible de prolonger et de compléter les réflexions d’Ulrich von Thüna pour éclairer la relation entre un auteur et son traducteur mais aussi les pratiques de traduction et d’édition.

  • 12 Cité par Ulrich von Thuna, p. 9.
  • 13 Par exemple : « thust doch Dinge, über welche ein Hamahr, ein Eselstreiber, lachen würde. [...] Wer (...)

9La première lettre conservée date du 12 septembre 1881 : il semble qu’il ne s’agisse pas du premier échange épistolaire entre Juliette Charoy et Karl May mais ce document est probablement perdu. En septembre 1881, la traductrice propose de verser à Karl May le tiers des appointements qu’elle recevra pour la publication de ses premières traductions dans le journal Le Monde (publication qui commence le 12 novembre 1881). Dans une longue lettre du 12 octobre 1881, elle lui précise qu’elle ne publiera pas une traduction intégrale de son récit publié dans Der Hausschatz. Elle pose également des questions précises de traduction : où se situe le Schott El Dscherid, comment traduire « wadi » en français, pourquoi le récit s’intitule Erinnerungen aus dem Türkenreiche. La traduction des termes arabes la préoccupe : « Il y a une quantité de mots et de phrases arabes ou turques que je me propose de supprimer ; les lecteurs français aiment que les choses marchent vite et les difficultés leur feraient abandonner l’œuvre ; il ne faut pas les fatiguer par un langage incompréhensible, ni le retenir trop longtemps12. » Ce point de vue permet d’expliquer les coupes auxquelles elle procède. Quand May conserve dans son écriture des mots arabes, la traduction les accompagne entre parenthèses : Djebel (montagne), Dra (colline). Si May redouble le terme arabe d’un terme allemand13, la traduction va directement au mot, sans redoublement : « tu fais des choses dont un ânier rirait […] À quoi cela t’avancera-t-il ? Vous autres, hommes d’Europe, vous êtes de singulières gens. »

  • 14 Cité par Ulrich von Thuna, p. 9.

10Il semble, comme le souligne Ulrich von Thüna, que les échanges postaux entre Paris et Hohenstein-Ernstthal aillent très vite. Dès le 19 octobre 1881, Juliette Charoy remercie Karl May pour sa réponse (malheureusement non conservée) et l’informe de l’avancée de sa traduction : « Plus j’avance et plus je m’intéresse à votre œuvre, Monsieur... Je me rends mieux compte, depuis que j’en suis arrivé [sic] plus loin, des pays parcourus, et la carte que vous m’envoyez rend la chose tout à fait claire14. ». On apprend ainsi que May lui a envoyé une carte pour expliquer l’itinéraire parcouru. Juliette Charoy semble convaincue de lire et de traduire un authentique récit de voyage et son travail de traduction est facilité par l’utilisation du document précis que constitue la carte géographique. Dans l’avant-propos des Pirates de la Mer Rouge, paru en 1885 chez Mame, la traductrice mentionne « M. May » comme le héros du récit, explicitant le lien entre l’écrivain et Kara Ben Nemsi. Pourtant, ce même avant-propos parle de sa « brillante imagination [qui] le rendrait sympathique malgré sa nationalité ». De fait, elle ne doute pas de l’authenticité du voyage (« ses descriptions, ses renseignements sont toujours exacts et instructifs. Il a visité l’Amérique, l’Océanie, l’Afrique, l’Asie ») mais n’est pas dupe du récit : « il laisse un libre cours à son imagination dans les récits de ses rencontres ou de ses aventures ».

  • 15 Emma était une enfant illégitime, élevée par ses grands-parents maternels après la mort en couches (...)

11Dans la lettre du 24 novembre 1881, elle informe May qu’elle a touché la somme de 134 francs et lui en donne 50, soit environ le tiers, comme convenu. La première traduction vient de paraître dans Le Monde (12 novembre 1881) et des traductions sont publiées presque sans interruption jusqu’en 1884. Dans une lettre du 6 janvier 1882, elle avoue à Karl May qu’elle s’appelle en fait Juliette Charoy et que Jules de Rochay est son nom de plume (ce qui expliquerait l’accord au masculin dans sa lettre d’octobre 1881, citée plus haut). Est-ce la conséquence de cet aveu ? Dans une courte lettre du 24 février 1882, elle adresse à May tous ses remerciements pour l’envoi d’une photographie : « Je suis très honorée de ce témoignage d’estime et vous remercie mille fois... Quel dommage que nous n’ayons pas à faire à un journal illustré ! Tous les lecteurs seraient heureux, j’en suis sûre, de connaître les traits de l’intrépide et sympathique voyageur. » Quel cliché Karl May a-t-il pu lui envoyer ? S’agit-il des premières photographies en costume, prolongeant la fiction de voyages imaginaires ? May cherche-t-il à manipuler celle dont il connaît désormais l’identité ? La lettre du 24 février 1882 en effet n’est pas adressée à May mais à « Monsieur Pollmer, à Hohenstein-Ernstthal ». Comme Ulrich von Thüna, on ne peut que s’interroger sur l’identité de ce Pollmer, nom de jeune fille d’Emma (1856-1917), épouse de May depuis 1880. L’oncle d’Emma (Emil Eduard Pollmer) est mort en janvier 1878 et son grand-père (Christian Gotthilf), qui l’a élevée, en mai 188015. Ce Pollmer informe Juliette Charoy que le voyage que May pensait faire à Paris n’aura finalement pas lieu. La réponse de Juliette Charoy apporte un autre indice : elle transmet 113 francs pour l’impression de « La Bataille du désert » et espère que sa lettre lui parviendra dans les lointaines contrées qu’il parcourt. May fait-il croire à sa correspondante, par cette absence prétendue, qu’il est en voyage ? On pourrait formuler l’hypothèse qu’il fait écrire cette lettre par une autre main (celle d’Emma, peut-être, dont il a par ailleurs utilisé le nom comme pseudonyme) et signe Pollmer, comme en miroir du travestissement d’identité qu’avait opéré Juliette Charoy. Au moment où elle lui découvre la vérité sur sa propre identité, May crée un correspondant fictionnel qui permet de mieux faire accroire le voyage fictif. Maintenir un lien avec cette première traductrice est en effet utile, voire nécessaire pour le couple May : cette relation permet de gagner de l’argent sans aucune contribution.

12L’argent occupe en effet une place importante dans cet échange : la lettre du 31 mai 1883 mentionne pour la première fois le nom de Mame, dont Juliette Charoy attend une réponse. On peut donc supposer que c’est elle qui a pris l’initiative de contacter Alfred Mame et de lui proposer l’édition en volume de ses traductions de May. Elle explique aussi que la suite des aventures orientales ne sera pas publiée dans le journal Le Monde (il y a des pauses trop longues) mais qu’y sera publiée à partir du 1er juin 1883 La Poussière fatale (traduction de Sans-Ear). La dernière lettre, datée du 14 septembre 1883, nous apprend que May a touché 600 francs de droits de traduction de la part de Juliette Charoy, qui a transmis les traductions à la maison Mame. May s’engage à ne donner les droits de traduction à aucun autre traducteur :

Je soussigné Karl May, rédacteur, reconnais avoir reçu de Mlle Juliette Charoy la somme de 300 francs qui, avec les trois cents francs reçus précédemment, forment le quart convenu entre nous, des honoraires qu’elle a reçus pour prix de sa traduction qu’elle a fait de dix épisodes de voyages dont je suis l’auteur et qu’elle a cédé à Mr Mame de Tours. Je déclare qu’au moyen de ce paiement je n’ai plus rien à réclamer pour mes droits d’auteur de ces ouvrages et je prends l’engagement d’honneur de ne céder ces droits à aucun autre traducteur pour la langue française. Le 14 septembre mil huit cent quatre-vingt-trois.

  • 16 Voir Susan Pickford, « Traducteurs », Histoire des traductions en langue française, Yves Chevrel, L (...)

13Le calcul est rapide : 300+300 =600 francs (perçus par May), 600x4 =2 400 francs (honoraires payés par Mame pour la traduction et les droits d’auteur confondus), soit 2400-600 =1 800 francs perçus par la traductrice. Ce détail est intéressant car il est rare de disposer d’indications chiffrées sur les contrats entre Mame et ses auteurs, a fortiori ses traducteurs. 600 francs de 1883 correspondraient environ à 2 000 euros actuels, ce qui n’est pas une somme négligeable. Si l’on se réfère aux recherches de Susan Pickford sur les conditions matérielles vécues par les traducteurs et les traductrices au xixe siècle16, les traducteurs pour l’édition sont dans l’ensemble assez mal lotis :

  • 17 Susan Pickford, op.cit., p. 173.

Vers le milieu du siècle, Casterman paie ses traductions 75 centimes les 1 500 lettres, soit 25 francs le petit volume in-18 ou 250 francs le volume de 350 pages. À titre de comparaison, les traducteurs employés au ministère des Affaires étrangères en 1814 gagnaient entre 3 000 et 5 000 francs par mois. Le taux de rémunération assez faible, de même que le topos de la modestie du traducteur s’effaçant derrière son auteur, expliquent (et s’expliquent par) la forte présence féminine parmi les effectifs17.

  • 18 Je remercie chaleureusement Cécile Boulaire pour sa précieuse collaboration et sa disponibilité.

14À titre de comparaison également, Hachette paie David Soldi 1 franc par page pour sa traduction des Contes d’Andersen, en 1856. Chez Hetzel, Ely Halpérine-Kaminsky touche 450 francs pour Un bulgare (1886) de Tourguéniev. En 1872, chez Hachette, Nicolas Martin touche 2 francs par page pour ses Contes allemands. Les traductions destinées à un public populaire et à un lectorat enfantin comptent parmi les plus mal rémunérées. La situation est plus difficile encore pour le traducteur quand il est en province et qu’il est une traductrice : Susan Pickford donne l’exemple de Jeanne Bignon, traductrice de littérature pour enfants, habitant Autun, ne touche que 200 francs pour sa traduction de Boulotte de Stella Austin en 1885, chez Hetzel. Juliette Charoy, traductrice mais parisienne, occupe donc une position exceptionnellement favorable. Peut-être cela s’explique-t-il, si l’on suit les explications de Susan Pickford, par le fait que Juliette Charoy disposerait d’un appui et d’un réseau social dans le milieu catholique parisien, qui lui donnerait une position favorable face à l’éditeur de Tours. On peut supposer également que Mame investit dans cette entreprise pour acquérir l’exclusivité de la traduction d’un auteur dont il pressent les potentialités littéraires, sinon commerciales, dans un pari comparable à celui de la publication des récits du chanoine Schmid, à partir de 1836, qui ont assuré le lancement et le succès de la « Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne ». Un dépouillement minutieux des Archives Départementales d’Indre-et-Loire18 permet de constater que La Vengeance du farmer, premier récit publié (5 avril 1884), est tiré à 8 000 exemplaires, comme les autres titres de la même année (tirés à 8 000 ou 5 000). Les Pirates de la mer rouge (13 février 1885, numéro 48), La Caravane de la mort (13 février 1885, numéro 80), Une Visite au pays du diable (2 mars 1885, numéro 131), La Vengeance du farmer (30 mars 1885, numéro 231) sont tous tirés à 5 000 exemplaires. Ces tirages ne sont pas exceptionnels (il faudrait compléter par les tirages des rééditions) mais en un mois et demi, ce sont tout de même 20 000 exemplaires de Karl May qui sont mis sur le marché de la librairie française.

  • 19 On ne dispose d’aucune information sur ce traducteur mais il semble peu probable, à trente ans de d (...)

15Enfin, trois autres lettres concernent les autres traductions françaises de May. Ces lettres montrent que, même si elle n’écrit pas à May, Juliette Charoy est bien présente derrière sa diffusion en France. Mlle Guirsch, de Paris, dans une lettre datée du 21 février 1895, se présente également comme une lectrice du Hausschatz qui souhaiterait traduire des textes de May, en particulier Robert Surcouf. Elle explique qu’elle a rendu visite à Juliette Charoy, qui ne s’oppose en aucun cas à une nouvelle traduction de May par Mlle Guirsch. Elle explique ses difficultés financières : « Je me donne au travail après une vie brisée, mais pour moi la vie intellectuelle et la littérature sont une large compensation à la fortune. Je serais doublement heureuse si dans cette voie, je pouvais entrer en communication d’esprit avec vous. » Elle interroge May sur ses sources, en particulier ses sources littéraires et lui demande si la prise du navire anglais lors du siège de Toulon est historique. On ignore si May lui a répondu. Traduire May, en 1895, c’est en effet s’assurer d’un certain succès. Les rééditions sont déjà nombreuses chez Mame et au moins un autre éditeur s’y intéresse : Delhomme et Briguet publie L’Empire du Dragon, souvenirs d’Asie, par le Dr. Karl May (traduction anonyme, 1892) et Le Fils du chasseur d’ours, traduction d’Élisabeth Loisel, 1892, réédité en 1906 dans la collection « Bibliothèque Saint-Germain, lectures morales et littéraires ». May a-t-il rompu le contrat ? Il n’a sans doute pas été contacté, selon les pratiques de traduction de la fin du xixe siècle. Qu’est-il advenu de la demande de Mlle Guirsch ? Le projet n’a sans doute pas abouti. La seule traduction de Surcouf le Corsaire paraît en 1927 chez Mame, par André Canaux19.

16On trouve enfin la lettre du 28 octobre 1889 de Mme L. Geofroy, de Paris, à propos des droits de traduction de Kiang-lu, que cette dame a aussi lu dans Der Hausschatz de 1880-1881. Elle souhaite publier une traduction de ce texte ainsi que d’autres dans sa revue pour la jeunesse Le Jeune Illustré. Dans sa lettre du 6 novembre, elle remercie May de sa réponse rapide et attend avec impatience les volumes qu’il lui a promis. Cette revue a toutefois une existence tout à fait éphémère et cesse d’exister dès 1890 : il s’agit du Jeune Age illustré, qui a une collection en volume, la « Bibliothèque du Jeune âge illustré », dirigée par Mlle Lérida Geofroy et qui publie en 1885 l’un des rares romans de J. de Rochay, Jasper ou les pêcheurs d’Helgoland, qui n’est pas une traduction mais une imitation à partir de Paul Hermann. Une fois encore, Juliette Charoy est derrière cette correspondance, même si son nom n’est pas mentionné. Elle a donc véritablement joué un rôle fondamental et central dans la connaissance de Karl May en France, tout en jouant, volontairement ou non, un rôle de censeur : dans l’œuvre de Karl May, elle ne choisit que ce qui correspond à son entreprise littéraire et idéologique et refuse tout ce qu’elle juge éloigné d’un esprit religieux, même lorsque May lui-même lui soumet des textes. Si ses traductions respectent globalement le texte original de May, elle se voit parfois contrainte d’apporter des précisions, comme le montre la préface du Roi des requins :

  • 20 Karl May, Le Roi des requins, op.cit., p. 8.

Un des personnages du Brelan américain s’est acquis une réputation très grande et un peu surfaite peut-être, chez lui comme à l’étranger. Les catholiques ne sauraient oublier que le président Abraham Lincoln fut l’instrument de la franc-maçonnerie américaine. Du moins l’énergie, la persévérance, l’amour du travail dont il fit preuve aux débuts de sa carrière, et qui lui valurent une si haute situation, peuvent-ils servir d’exemple20.

  • 21 « ein katholisches Familienblatt. Aber diese konfessionnelle Zugehörigkeit war mir höchst gleichgül (...)

17Sans doute en partie manipulée par May, Juliette Charoy représente une source inattendue et facile de revenus. Le malentendu est bien présent dès le moment où la traductrice lit les premiers textes de May : en effet, si ce dernier publie ses premiers textes dans Der deutscher Hausschatz, revue catholique, c’est moins par engagement idéologique que pour des préoccupations plus matérielles. Comme il l’écrit dans Mein Leben und Streben, ce périodique est bien « un journal familial catholique. Mais son appartenance confessionnelle m’était parfaitement égale. La raison pour laquelle je suis resté fidèle à cette entreprise très respectable, n’est pas religieuse, mais purement commerciale21. » Pour autant, Juliette Charoy a contribué aussi à orienter la première réception de May en France, dans un combat où la littérature est conçue comme une arme contre les idées républicaines et laïques qui l’emportent progressivement et inéluctablement.

Orientations idéologiques de la traduction et de la réception

  • 22 Cité par Ulrich von Thüna, p. 11.

18La correspondance entre Juliette Charoy et Karl May fournit quelques informations sur le travail de traduction : dans sa lettre du 15 avril 1882, Juliette Charoy demande à May ce qu’est un « Henrystutzen », expliquant que personne à Paris n’est parvenu à l’aider. Elle refuse néanmoins les propositions de traductions que Karl May lui fournit : « On ne peut pas employer les mots mousqueton ou escogriffe dans le langage moderne, parce que ces termes ont vieilli. Je ne sais donc toujours pas comment je traduirai ce fameux Henrystutzen. Je chercherai22. ». Dans sa lettre du 7 juillet 1882, elle informe May qu’un nouveau journal, La Vigie du Havre, souhaite réimprimer ses traductions. Elle remercie May de lui avoir envoyé quelques nouvelles, dont « Der Dukatenhof », publié en 1877 dans la « Bibliothek der Unterhaltung und des Wissens ». Mais elle explique que, selon elle, cette nouvelle n’est pas adaptée pour une publication dans un journal comme Le Monde ou dans d’autres journaux catholiques : « On trouvera que l’amour tient trop de place et que les mœurs sont un peu rudes. Ce qui plaît en premier lieu dans vos souvenirs de voyage, il faut vous l’avouer Monsieur, c’est l’extrême convenance des détails, c’est aussi l’esprit religieux que vous faites paraître. » Elle a eu aussi connaissance du récit « Der Vampir » mais ne le mentionne plus par la suite ni ne donne aucune indication à son propos. On ignore ce qu’est ce texte, non publié à cette époque. Il est l’un des rares exemples directs de refus de traduction, d’absence de transfert ou de blocage.

  • 23 Voir Cécile Boulaire (dir.), Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse, PUFR/PUR, 2011.
  • 24 Marie-Françoise Boyer-Vidal, « Mame et l’école publique (1870-1890) : l’annonce d’une fracture édit (...)
  • 25 Op.cit., p. 183.

19Loin de s’opposer aux productions catholiques pour la jeunesse, les récits de May, qui ne sont pas considérés comme des fictions romanesques, sont donc choisis par Juliette Charoy pour s’inscrire dans un projet à la fois littéraire et militant, comme le montre le choix de la maison Mame pour publier en volume des traductions régulières mais éparses. La maison Mame, installée à Tours depuis 1796, est devenue dans les années 1840 « la plus belle imprimerie d’Europe », selon les termes d’Alfred Mame (1811-1893), figure dominante de l’histoire de l’entreprise23. L’éditeur a deux spécialités : l’édition religieuse et l’édition pour la jeunesse. La IIIe République, les lois scolaires de Jules Ferry et la laïcisation de la société sont autant d’obstacles pour la maison Mame, très conservatrice et profondément catholique. Or l’éditeur de Tours est arrivé, « par son excellence industrielle, à constituer un véritable monopole des ouvrages à destination des institutions et des collèges ». Avec la IIIe République, « la mainmise des éditeurs catholiques sur le marché des livres de prix est dénoncée et combattue par les républicains et les lois Ferry font cesser cette situation de monopole24. » Mame passe donc d’une position dominante à une marginalisation croissante, annonce de son « effacement progressif mais irréversible du monde de l’édition scolaire française25. » Éditer les récits de Karl May est une opportunité pour donner aux collections pour la jeunesse un souffle nouveau, par l’aventure et l’exotisme, afin de concurrencer les publications d’Hachette et surtout de Hetzel. Avant même de publier les récits de May, Mame fait paraître dans la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne » les romans de Wilhelm Herchenbach (1818-1889), traduits par deux traducteurs distincts : Alexe Simons, traductrice d’origine allemande, pour L’Enfant du Vésuve (1882), L’Héroïne de Taïti (1882), La Quarteronne (1882), Bagdad, la reine du désert (1883), Silvia, l’étoile d’Ecija, 1883 et Marietta (1883) ; et l’abbé Gobat, du diocèse de Bâle, pour Millionnaire et balayeur (1889), Le Lac aux huîtres (1894), Miralda, la petite négresse, ou le Rossignol noir de La Havane (1894), Le Marchand d’esclaves au Benguéla (1898). Dans ces romans, qui ne représentent qu’un échantillon de la très grande production littéraire d’Herchenbach, l’exotisme et l’aventure sont mis au service d’un catholicisme militant. Comme les romans d’Herchenbach, les livres de May sont publiés sous la forme de livres de prix. Les dates de 1882 (pour Herchenbach) et de 1883 (pour le contrat avec May) sont à replacer dans le contexte des lois scolaires de 1881 et 1882. Maintenir des livres de prix attrayants et de qualité signifie rester présent dans les familles et dans les bibliothèques scolaires, où Mame perd progressivement de son influence. Les récits de May sont illustrés de gravures de Frédéric Lix (1830-1897), premier illustrateur français de Karl May.

  • 26 Karl May, Le Roi des requins (1887), préface, p. 9.
  • 27 Les Pirates de la mer rouge, p. 41.
  • 28 Le Brelan américain, p. 116
  • 29 Op.cit., p. 148.
  • 30 Op. cit., p. 93.
  • 31 Op. cit., p. 166.

20Dans ce contexte éditorial et idéologique, Juliette Charoy voit en May un auteur digne de concurrencer les écrivains phares de la IIIe République et de la laïcité. À la fin de la préface du Roi des requins (1887), elle présente la découverte de Karl May comme une révélation longtemps attendue : « Nous voulions trouver un Jules Verne plus franchement chrétien et possédant son originalité propre ; puissions-nous y avoir réussi26 ! » Y réussir, alors que les convictions religieuses de l’auteur peuvent être mises en doute, implique d’opérer un transfert que la traduction rend possible. Le caractère équivoque d’une démonstration de sentiment peut ainsi être ramené à une dimension jugée plus convenable. Dans Les Pirates de la Mer rouge, les retrouvailles entre deux amis sont décrites ainsi : « Sie lagen einander in den Armen und herzten sich wie ein Liebespaar. » (littéralement : « Ils se prirent dans les bras et s’embrassèrent comme un couple d’amoureux ») devient sous la plume de Juliette Charoy « Et tous deux s’embrassaient avec les plus vives démonstrations27 ». Dans Le Brelan américain (deuxième récit du volume Le Roi des requins), les « dark and bloody grounds », où le choix de l’anglais contribue à renforcer l’exotisme et l’effroi suscités par ces espaces dangereux et fascinants, sont réduites à de simples « prairies28 ». Devant un spectacle d’horreur, la traductrice ajoute une note de pitié qui ne figure pas dans le texte original : « Autour du fort gisaient des monceaux d’Indiens, tombés sous les balles qui les avaient atteints à travers la palissade. On ne voyait que corps mutilés, membres arrachés, débris sanglants dispersés par les boulets, troncs encore palpitants. C’était un affreux spectacle29. » Enfin, la traductrice semble anticiper les réserves de son lectorat : au début de ce même récit américain, elle supprime la mise en scène du narrateur-personnage, prétendu garant de l’authenticité du récit, pour plonger son lecteur plus directement dans l’histoire racontée. Elle coupe les passages et les dialogues qui lui semblent inutiles, ajoute des notes en bas de page pour les termes anglais (boy, farm, hickorys), utilise le présent de narration pour rendre le récit plus vivant. Tout en étant persuadée de l’authenticité de récit, comme l’atteste la correspondance avec Karl May, elle prévient les éventuelles critiques : les simples récits (« Erzählungen ») entendus chez la mère Thick, au cœur du Missouri, rendez-vous des aventuriers, pionniers et autres chasseurs, deviennent des « récits abracadabrants, impossibles partout ailleurs30 ». Elle ajoute des serments « devant Dieu31 » et invente au besoin des épisodes : Tim Kroner, dont la fiancée a été assassinée par l’infâme Canada Bill, sauve, bien des années plus tard, la sœur de celui-ci, Betty, qui, ayant rendu visite à une femme malade de la cité ouvrière dirigée par son mari, s’est retrouvée prisonnière d’un effroyable incendie déclenché par le même Canada Bill. La traductrice ajoute un épisode rédempteur qui clôt le récit, là où May poursuit les aventures de Winnetou et de Old Surehand. Winnetou, le héros indien dont le nom est indissociablement lié à celui de son créateur pour tout lecteur allemand, ne semble pas intéresser Juliette Charoy qui, en choisissant de ne pas traduire ces aventures, a orienté la première réception française de l’œuvre de May, lui donnant une dimension plus chrétienne et l’intégrant dans un conflit idéologique où la littérature pour la jeunesse est conçue comme une arme contre les idées républicaines et laïques qui l’emportent progressivement et inéluctablement.

Conclusion

  • 32 Karl May, Waldröschen, I, 346, chapitres 39 et 40.

21Dans Waldröschen32, l’un des romans feuilletons et romans fleuves (quelque 2 600 pages) allemands les plus populaires du xixe siècle, publié en 109 épisodes de décembre 1882 à août 1884, Karl May, sous le pseudonyme du Capitaine Ramon Diaz de la Escosura, met en scène une gouvernante appelée Mademoiselle Charoy. Figure éphémère, présente au détour d’un dialogue, elle est un personnage qui n’est évoqué que pour rappeler son départ et son absence. Plus qu’une silhouette effacée, Juliette Charoy a joué le rôle d’une traductrice mais aussi et surtout d’un passeur extrêmement sélectif, orientant l’écriture de May dans une voie qu’il n’aurait sans doute ni soupçonnée ni approuvée. « Jules Verne chrétien », May est associé aux publications d’un éditeur catholique et conservateur, Mame, par l’œuvre d’une femme qui a, osons l’anachronisme, joué le rôle d’une sorte de « proto-agent » littéraire. À tel point qu’en 1914, le fameux abbé Bethléem écrit dans Romans à lire et romans à proscrire :

  • 33 Abbé Louis Bethléem, Romans à lire et romans à proscrire, essai de classification au point de vue m (...)

« Karl May, écrivain allemand, convaincu de brigandage au cours de procès retentissants de 1909. Nous ne recommandons pas les éditions allemandes de ses romans : les adaptations qu’en a faites Mme de Rochay sont excellentes.
La vengeance du Farmer, Le roi des Requins, Les pirates de la mer rouge ; Une visite au pays du diable ; L’empire du dragon ; Le fils du chasseur, plairont certainement à tous33. »

22L’œuvre de la traductrice l’a en quelque sorte emporté sur celle de l’auteur lui-même.

Haut de page

Annexe

Traductions des récits de Karl May dans la presse française, par Juliette Charoy (1881 – 1884), d’après le recensement de Christoph Blau, Ulrich von Thüna, Karl May in Frankreich, Sonderheft der Karl-May-Gesellschaft, Nr. 133/2006

Une Aventure en Tunisie, ( = Durch die Wüste, p. 1-82) par Carl May, traduit par J ; de Rochay, in Le Monde, Paris, numéro 268 (12.11.1881) au numéro 276 (21/22.11.1881). 9 épisodes. Ce texte a été republié dans La Vigie du Havre, numéro 1 (1.7.1882) au numéro 7 (8.7.1882), 7 épisodes. Il s’agit de la toute première publication d’une traduction française de Karl May.

Souvenirs de voyage (= Durch die Wüste, p. 83-168) par Carl May, traduit par J. de Rochay, Une aventure sur les bords du Nil, in Le Monde, Paris, numéro 278 (24.11.1881) au numéro 289 (5.12.1881), 10 épisodes.

Les Pirates de la Mer Rouge (= Durch die Wüste, p. 169-315) par Carl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 292 (10.12.1881) au numéro 2 de l’année suivante (2/3.1. 1882). 18 épisodes.

Une Bataille au désert (= Durch die Wüste, p. 316-495) par Carl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 10 (12.1.1882) au numéro 39 (15.2.1882), 26 épisodes.

Une Visite au pays du diable (= Durch die Wüste. Durchs wilde Kurdistan, p. 496 à la p. 108 du volume suivant) par Carl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 41 (17.2.1882) au numéro 81 (5.4.1882), 32 épisodes.

Le Prisonnier d’Amadijah (= Durchs wilde Kurdistan, p. 109-372) par Karl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 115 (14.5.1882) au numéro 152 (28.6.1882). 32 épisodes.

L’Esprit de la caverne (= Durchs wilde Kurdistan, p. 373-638) par Karl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 158 (6.7.1882) au numéro 192 (16/17.8.1882). 32 épisodes.

La Caravane de la mort (= Von Bagdad nach Stambul, p. 1-347) par Karl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 270 (17.11.1882) au numéro 21 de l’année suivante (25.1.1883). 46 épisodes.

Damas et Baalbek (= Von Bagdad nach Stambul, p. 348-448) par Karl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 28 (2.2.1883) au numéro 46 (23.2.1883). 13 épisodes.

Une Maison mystérieuse à Stamboul, (= Von Bagdad nach Stambul, p. 449-550) par Karl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 89 (14.4.1883) au numéro 103 (30.4.1883). 13 épisodes.

Poussière fatale (= Winnetou III, p. 1-353), Souvenirs d’Amérique par Karl May, traduit par J. de Rochay, in Le Monde, Paris, numéro 129 (1.6.1883) au numéro 187 (8.8.1883). 49 épisodes. Republié dans La France chrétienne, Paris, numéro 1 (1.6.1883) au numéro 66 (16.8.1883).

Le Brelan américain (= Old Surehand II, p. 1-74), Souvenirs de l’Amérique du Nord par Karl May, traduit par J. de Rochay, in Le Monde, Paris, numéro 306 (28.12.1883) au numéro 6 de l’année suivante (9.1.1884). 10 épisodes.

L’Anaïa du brigand (= Die Gum, p. 3-154), Souvenirs du Sahara par Karl May, traduit par J. de Rochay, Souvenirs de voyage, in Le Monde, Paris, numéro 94 (20.4.1884) au numéro 126 (22.5.1884). 20 épisodes.

Haut de page

Notes

1 René Bazin, article cité intégralement dans la notice biographique de J. de Rochay, Fragments d’un journal intime précédés d’une notice biographique, Paris, Gabriel Beauchesne et Cie, 1906, p. IX.

2 Ibid.

3 Notice biographique signée Joseph Brucher, p. XVII.

4 J. de Rochay, Fragments d'un journal intime, Notice biographique, p. xiii.

5 Je renvoie aux travaux de Michel Manson, notamment : « Contes de fées et jouets : pistes de recherches », dans Olivier Piffault (dir.), Il était une fois … les contes de fées, Paris, Seuil / Bibliothèque nationale de France, 2001, p. 282-287 et « Les jouets dans les livres pour enfants, xviiie-xixe siècles », 14 p. dans L’Édition pour la jeunesse entre héritage et culture de masse, actes du Colloque des 25-26 novembre 2004 (Université Paris VII), CD Rom Institut International Charles Perrault, 2005.

6 J. de Rochay, Fragments d'un journal intime, Notice biographique, p. xvi.

7 J. de Rochay, Fragments d’un journal intime, extrait d'un petit texte intitulé « Chrétiens de surface », à propos de M. et Mme B., p. 49-50.

8 J. de Rochay, Fragments d’un journal intime, extrait d'un texte du 22 décembre 1873, p. 121-122.

9 Christoph Blau, Ulrich von Thüna, Karl May in Frankreich, Sonderheft der Karl-May-Gesellschaft, Nr. 133/2006. Le détail de ces traductions figure en annexe.

10 Elle écrit de nombreux articles de revues dans l'Indicateur des Bons Livres (Paris, Téqui, libraire de l'œuvre de Saint-Michel), petites pièces, contes, légendes, dialogues, comptes rendus de livres, signés Marie de Saint-Eugent, entre 1877 et 1880. Elle contribue également au périodique Le Jeune âge illustré, dirigé par Mme L. Geoffroy (1881), au Supplément hebdomadaire du journal Le Monde (1881-1883, dont des traductions de A. Butscher), à la Revue du monde catholique (critique de livres de 1881 à 1893), à l'Union catholique, à Les Veillées des chaumières, à L'Echo littéraire de la France et à L'Ange gardien.

11 Ulrich von Thüna, Mitteilungen der Karl-May-Gesellschaft, März 2002, 131, p. 7-18.

12 Cité par Ulrich von Thuna, p. 9.

13 Par exemple : « thust doch Dinge, über welche ein Hamahr, ein Eselstreiber, lachen würde. [...] Wer gibt Dir etwas für diese Weisheit ? Ihr Männer aus dem Belad el Rumi, aus Europa, seid sonderbare Leute! »

14 Cité par Ulrich von Thuna, p. 9.

15 Emma était une enfant illégitime, élevée par ses grands-parents maternels après la mort en couches de sa mère.

16 Voir Susan Pickford, « Traducteurs », Histoire des traductions en langue française, Yves Chevrel, Lieven D’Hulst, Christine Lombez (dir.), Paris, Verdier, 2012, p. 149-187.

17 Susan Pickford, op.cit., p. 173.

18 Je remercie chaleureusement Cécile Boulaire pour sa précieuse collaboration et sa disponibilité.

19 On ne dispose d’aucune information sur ce traducteur mais il semble peu probable, à trente ans de distance, qu’il s’agisse de la même personne.

20 Karl May, Le Roi des requins, op.cit., p. 8.

21 « ein katholisches Familienblatt. Aber diese konfessionnelle Zugehörigkeit war mir höchst gleichgültig. Der Grund, warum ich dieser hochanständigen Firma treugeblieben bin, war kein konfessionneller, sondern ein rein geschäftlicher », Karl May, Mein Leben und Streben, p. 195 (je traduis).

22 Cité par Ulrich von Thüna, p. 11.

23 Voir Cécile Boulaire (dir.), Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse, PUFR/PUR, 2011.

24 Marie-Françoise Boyer-Vidal, « Mame et l’école publique (1870-1890) : l’annonce d’une fracture éditoriale », in Cécile Boulaire (dir.), Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse, op.cit., p. 177.

25 Op.cit., p. 183.

26 Karl May, Le Roi des requins (1887), préface, p. 9.

27 Les Pirates de la mer rouge, p. 41.

28 Le Brelan américain, p. 116

29 Op.cit., p. 148.

30 Op. cit., p. 93.

31 Op. cit., p. 166.

32 Karl May, Waldröschen, I, 346, chapitres 39 et 40.

33 Abbé Louis Bethléem, Romans à lire et romans à proscrire, essai de classification au point de vue moral des principaux romans et romanciers de notre époque (1800-1914), avec notes et indications pratiques. 6e édition, Lille, bureaux de « Romans-Revue », 1914, p. 393.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « « Nous voulions trouver un Jules Verne plus franchement chrétien » : Juliette Charoy (1840-1898), première traductrice de Karl May », Strenæ [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1433 ; DOI : 10.4000/strenae.1433

Haut de page

Auteur

Mathilde Lévêque

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité
Pléiade EA 7338

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org