Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy (dir.), Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945- 2012

Nelly Chabrol Gagne
Référence(s) :

Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy (dir.), Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945-2012, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Collection « Etudes sur le livre de jeunesse », 2014, 310 p. ISBN : 978-2-86781-900-1

Texte intégral

1Prenant en compte les contributions de deux journées d’études (octobre 2011 et octobre 2012) sur la littérature de jeunesse écrite et/ou publiée en France de l’après-guerre à nos jours, cet ouvrage s’inscrit dans le cadre du programme de recherche quinquennal (2011-2015) et pluridisciplinaire, GENERATIO, porté par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine sur « La construction des jeunes générations en Europe xixe- xxie siècles ». Réunissant treize contributions, enadrées fort pertinemment d’un double prologue et d’un double épilogue : « Sous le regard des sciences humaines », l’ouvrage présente des analyses souvent très éclairantes sur des auteur-e-s, des corpus auctoriaux ou éditoriaux ainsi que sur des genres littéraires, en essayant de privilégier la thématique du gender/genre – même si le titre, qui met en avant « l’être » plutôt que le paraître, aurait tendance à nous égarer, alors que l’image de couverture extraite de T’es fleur ou t’es chou ? signale de façon ironique l’enjeu sous-jacent.

2De facture classique, malheureusement doté d’un trop petit cahier central d’illustrations en couleur qui oblige à des manipulations, l’ouvrage est d’une très bonne tenue formelle et peu de coquilles ou d’erreurs ont échappé à la vigilance des directeur-trice-s scientifiques, Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy. La bibliographie divisée en « bibliographie générale » et « bibliographie sur la littérature de jeunesse » oublie une entrée attendue sur les études de genre, notamment en littérature pour la jeunesse. Ainsi posée, elle risque fort de ne pas remplir son objectif. Étant donné la richesse des contributions, ce compte-rendu prendra le temps de s’arrêter sur chacune d’entre elles. Les éditeur-trice-s du volume ont opté pour une répartition en trois parties – « Les filles, les garçons et les autres » (5 chapitres), « Du côté des filles : collections et séries » (3 chapitres), « Filles, garçons et livres d’images : de la production à la réception » (5 chapitres) – qu’il et elle détaillent dans une vaste introduction, nourrie, historique et programmatique de plus de trente pages, dont il convient de souligner l’intérêt et le rôle inaugural. C’est aussi dans ce seuil que le-la lecteur-trice trouvera le fil rouge du recueil : la triple entrée sociologique, historique et littéraire ainsi que la mise à distance des gender studies par crainte de leurs « dérives radicales ». C’est peut-être là que se situe la limite de toutes les réflexions à venir : de n’avoir interrogé que ce qui était supposé acceptable du point de vue de la question du genre, mot toujours très troublant dans l’Hexagone.

Prologue : Sous le regard des sciences humaines

3L’historienne Michèle Piquard ouvre le recueil en revenant sur les choix stéréotypés des éditeurs majeurs en littérature pour la jeunesse au milieu des années 1950 en France, qu’ils soient catholiques ou laïcs, autour de personnages masculins dominants. Toutefois, de nouveaux éditeurs ont le souci de creuser la psychologie des personnages et d’être en prise direct avec le réel, préparant ainsi le terrain aux romans miroirs, tels que nous les connaissons bien aujourd’hui. Si les collections « roses » se portent bien, les séries policières présentent des héroïnes dynamiques et d’autres textes poussent hélas jusqu’à la caricature la catégorie de la « fille mousquetaire ». En un mot, le conservatisme résiste bien, même s’il est quelque peu bousculé par de nouvelles tentatives éditoriales.

4La sociologue Sylvie Cromer revient sur deux recherches capitales portant sur des œuvres de jeunesse publiés durant la période 1980-2001 et montrant que les stéréotypes genrés classiques ont fait insidieusement place à une construction fondée sur trois nouveaux critères discriminants : la double dominance adulte et masculine, des ressources relationnelles plus diversifiées pour les personnages masculins, enfin des lignes de partage entre sexes qui s’accentuent à l’âge adulte. Que faire alors, s’interroge la sociologue ? Les réponses sont multiples : plus de recherches universitaires, plus d’audace éditoriale (à l’instar des publications de Talents Hauts), plus d’initiatives scientifiques et émanant de la société civile, enfin plus d’études de corpus spécifiques.

Les filles, les garçons et les autres

5Cette première partie, dont le titre semble faire écho, non sans humour, au titre du film de Guillaume Gallienne : Les garçons et Guillaume, à table !, porte sur des auteur-e-s et/ou des corpus d’œuvres de jeunesse (romanesques et poétiques) allant de Paul Berna à Faïza Guène afin d’y étudier le système des personnages, voire celui de leur créateur-trice, selon leur sexe plus que selon leur genre, d’ailleurs.

6Françoise Demougin, qui ouvre la première partie de l’ouvrage, interroge les romans d’un couple d’auteur-e-s : Paul Berna et Saint-Marcoux, via le prisme de la collection Rouge et Or. Malgré des différences marquées – les gamins androgynes de Berna embarqués dans des aventures policières et confrontés à la dure réalité s’opposeraient aux figures féminines, protectrices et aimantes des milieux aisés de Saint-Marcoux –, les romans développent une éthique commune dans le quotidien de l’immédiat après-guerre. Suit une conclusion, un peu surprenante, sur l’existence ou non d’une écriture féminine, concept non défini et de ce fait peu opérant. Plus convaincant est le souci de rendre compte des mutations en cours chez les adolescent-e-s des années 1950-1970, allégeant peut-être ainsi la distinction nette entre garçon et fille au profit de « la figure quasi androgyne du « gamin ».

7D’androgynie il est question dans l’article de Laurent Bazin qui se demande si elle ne serait pas le signe d’un « mythe structurant de l’adolescence ». Pour ce faire, l’auteur décline les cinq modalités d’actualisation qu’il a repérées (ambivalence, idéalité, vertige, révolte et révolution) dans des romans pour adolescent-e-s français ou traduits et très contemporains. Finalement, la jeunesse serait de son point de vue un état neutre où l’androgynie constituerait un non-lieu, une utopie. Cependant, des questions importantes restent dans le non-dit : quand le corps et le sexe s’en mêlent, que fait l’ange, sinon tomber ? Qu’exige alors son corps, sinon parfois de changer de sexe ? Laurent Bazin reste sur les rives d’un sujet ô combien tabou en littérature (pour la jeunesse).

8Autre transition toute trouvée : celle qui permet à Christine Boutevin d’éclairer deux recueils poétiques très bouleversants de David Dumortier : La Clarisse et Medhi met du rouge à lèvres, écrivain fortement éprouvé ces derniers mois par des agitateur-trice-s d’idéologies très peu littéraires. Le constat est que Dumortier a bousculé les lignes d’une poésie pour enfants à la Maurice Carême, très sage et un peu stéréotypée. Par ailleurs, l’Éducation nationale comme la presse professionnelle et la critique littéraire ont pris en compte, voire salué, ce changement nécessaire dans l’écriture poétique destinée aux enfants. Toutefois, les analyses demeurent plus axiologiques que littéraires, comme si, une fois encore, la littérature de jeunesse devait se contenter de transmettre des valeurs sans rien devoir à la littérature.

9De Medhi qui aime se travestir en fille aux héroïnes des romans algériens à partir des années 1980 qui composent avec leur histoire, leur culture et leur double origine, la transition s’impose. Anne Schneider étudie un corpus d’écrivaines issues de l’immigration duquel émergent surtout les romans et nouvelles de Leïla Sebbar. Elle analyse les effets ambigus de la relation mère/fille (carcan ou refuge), les détours de l’émancipation féminine par des figures tutélaires comme Shéhérazade et Isabelle Eberhardt et la liberté rencontrée dans l’engagement féministe sur fond parfois de faits réels (le 17 octobre 1961, l’affaire Sohane en 2002). Les romans migrants placent ainsi les jeunes filles au centre, tout en soulignant leur localisation paradoxale des deux côtés de la Méditerranée.

10La dernière contribution est triplement originale : d’abord, elle se consacre à la masculinité dans deux romans de Faïza Guène : Kiffe kiffe demain (2004) et Du rêve pour les oufs (2006), ensuite elle a pour auteur un universitaire suédois, enfin elle s’appuie sur quelques théories des Men’s Studies. Ainsi, en analysant des garçons vus par des filles, Mattias Aronsson dresse trois portraits archétypaux de personnages masculins : l’intégriste musulman, le raté et le « mec light ». Peut-être eût-il été bienvenu de s’appesantir sur ces études d’outre-Atlantique, de traduire les passages exclusivement livrés en américain et de prévoir une conclusion qui aurait permis de faire la synthèse de cette étude singulière.

Du côté des filles : collections et séries

11Cette deuxième partie, la plus mince avec ses trois chapitres, se concentre sur certains personnages féminins sériels qui se sont imposés depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

12Francis Marcoin inspecte divers catalogues éditoriaux de la Libération (« Bibliothèque Rouge & Or », Hachette). Il met d’abord en évidence les filles courageuses, aventureuses et aventurières, présentes par exemple chez Marguerite Thiébold ou chez Diélette (pseudonyme collectif de Yvette Jeandet et d’Yvonne Girault), auteures qui témoignent à leur façon d’un féminisme discret. Ainsi, « La jeune fille change dans un monde où tout ne change pas » (p. 138). Le deuxième temps de la réflexion porte sur l’analyse érudite d’un ouvrage oublié, publié en 1962 par Yvonne Meynier dans la collection « Rouge & Or Souveraine » : Un lycée pas comme les autres. La biographie de l’auteure, femme d’intérieur et d’extérieur, expliquerait qu’on détecte dans son roman le charme désuet d’une éducation conformiste, doublée de quelques audaces pour les personnages féminins.

13De l’audace il en sera question chez la supergirl Alice Roy/Nancy Drew, Américaine née en 1930 sous la plume du pseudonyme collectif Caroline Keene, série traduite chez Hachette à partir de 1955 seulement et à laquelle Lise Chapuis consacre la contribution suivante. Née sous la bonne étoile, émancipée grâce à son cabriolet bleu, dotée de qualités intellectuelles et morales, l’intrépide jeune femme seconde son père dans l’élucidation d’énigmes policières et de ce fait ne peut qu’apporter un exotisme salutaire aux jeunes lectrices françaises vivant dans la société gaullienne. Toutefois, si le stéréotype féminin est quelque peu miné, Alice, « chic fille » et « fille à papa », ne sape pas les fondements du modèle social de l’american way of life.

14Jean-François Massol a décidé de porter son attention sur les images identificatoires proposées aux lectrices dans deux séries contemporaines : « Danse » de Anne-Marie Pol (depuis 1999 chez Pocket Jeunesse) et « Les Colombes du Roi-soleil » de Anne-Marie Desplat-Duc (depuis 2005 chez Flammarion). S’appuyant sur trois thématiques repérées dans L’ABC des filles (Hachette, 2012), l’auteur signale d’abord un système de personnages fouillé, permettant de détacher des figures uniques au sein de réseaux plus traditionnels (comme celui de la « meilleure amie »). Il constate ensuite que la reprise de deux stéréotypes (les vêtements, le miroir) joue également sur leur détournement. Enfin, le focus intéressant sur les projets professionnels des personnages féminins des séries, qui s’originent dans leur histoire familiale, témoigne parfois d’un réel souci de se réaliser et de proposer des « figures identificatoires positives » (p. 175).

Filles, garçons et livres d’images : de la production à la réception

15La troisième et dernière partie fait un sort bien mérité aux livres d’images : albums, bandes dessinées et mangas, en analysant aussi bien, d’un point de vue littéraire, le système sexué ou genré des personnages que d’un point de vue plus sociologique la réception des œuvres.

16Florence Gaïotti ouvre l’album du Père Castor en trois temps. Elle remarque d’abord une sur-représentation des artistes femmes chez Paul Faucher – il s’agit bien ici de sexe et non de genre, contrairement à ce qui est dit en page 180 –, laquelle concourrait à donner aux œuvres esthétiques, mais encore critiques et pédagogiques, une dimension féminine – voilà le genre. Toutefois, et là est le principal, c’est l’enfant – fille et/ou garçon – qui intéresse Paul Faucher. C’est pourquoi la mixité est reconnue ensuite comme un principe clairement affiché de la maison éditoriale, sans pour autant être revendiqué. L’analyse se termine par des gros plans sur quelques albums de deux collections (« Le Roman des bêtes », « Les Enfants de la Terre ») : malgré des ambiguïtés de genre intéressantes, c’est toujours l’enfant, a-sexué, et pourtant bien genré dans ses activités, qui y est représenté. Un regret peut-être : que Marlaguette et Poule Rousse, repérées (p. 186), n’aient pas été inspectées pour leur aspect subversif.

17De façon très précise et érudite, Olivier Piffault couvre la période 1945-1970 au pays des bulles. De 1944 à 1949, les registres thématiques se distinguent en fonction des publics : filles/garçons et les personnages féminins constituent alors une rareté. De 1949 au milieu des années 1960, les filles jugées dangereuses disparaissent des bandes dessinées. C’est bien sûr l’un des effets désastreux de la loi de 1949 qui frappe de plein fouet les illustrés. Enfin, après mai 68, et même si « l’univers franco-belge asexué » (p. 205) continue de se développer, une mixité plus égalitaire (quoique pudique sur les affaires de sexe) et de vraies héroïnes apparaissent, comme Yoko Tsuno de Roger Leloup, qui débute ses aventures en 1970 dans Spirou, et Natacha de François Walthéry, la même année. De cette histoire mouvementée et complexe de la bande dessinée pour enfants, l’auteur conclut que la séparation des lectorats selon le sexe, bien ancré dans la bande dessinée « ne s’atténue que de nos jours » (p. 207).

18Stéphane Bonnéry propose une entrée originale et sociologique sur les représentations des lectorats masculins des albums pour les 4-8 ans, en attirant notre attention sur le lien entre les économies narratives complexes des albums contemporains et la difficulté qu’éprouvent des garçons de milieux pauvres à entrer dans ces iconotextes légitimés par l’institution. Si le caractère genré des jeux, des relations, des activités, des métiers, des qualités morales et physiques est pointé, l’auteur convainc moins en revanche dans les moyens utilisés pour la démonstration. Sont en effet annoncés deux corpus d’étude totalisant 500 albums (cf. p. 211), mais seule une toute petite partie du premier est exploitée. Quant à la conclusion, percutante par ailleurs (p. 223), n’oublie-t-elle pas un peu vite que ces garçons sont scolarisés et susceptibles de fréquenter la bibliothèque avec leur classe et leur enseignant-e et que, dans ces contextes, sont forcément au contact des albums légitimes et résistants ?

19À deux voix, Séverine Ferrière et Christine Morin-Messabel interrogent les contre-stéréotypes et le développement de l’identité de genre en rappelant tout d’abord les trois stades de la construction genrée chez les enfants entre deux et sept ans et en combinant les approches cognitive développementale (Lawrence Kolhberg) et psychosociale. Le schéma de genre ainsi mis en évidence permet de dégager « un pic de rigidité » dans la construction identitaire vers sept ans, suivi d’une période de flexibilité. Des observations éclairantes auprès d’élèves de Grande section de maternelle, confronté-e-s à la lecture de quatre albums jouant sur l’inversion des stéréotypes, permettent de comprendre ce qui se passe réellement. Le constat est sans appel : ces ouvrages ratent leur objectif à cet âge de scolarisation. C’est pourquoi les auteures suggèrent « de proposer plus tôt des albums neutres » (p. 235) et à des enfants plus âgés, « ayant développé un « schéma de genre » plus flexible (p. 238) des albums contre-stéréotypés, comme ceux publiés chez Talents Hauts. Saluons cette contribution où la théorie, confrontée à l’expérience des faits, autorise une juste compréhension des comportements des enfants en matière de sexe et de genre.

20C’est la sociologue Christine Détrez qui clôt pertinemment cette troisième partie sur la réception des mangas par une soixantaine d’adolescent-e-s du secondaire. Est rappelée la double catégorisation selon le lectorat en fonction du sexe et de l’âge : les shojos destinés aux filles côtoient les shonens destinés aux garçons tandis que les seinens pour les jeunes hommes sont doublés par les joseis visant les jeunes femmes. Les témoignages sont concordants et laissent deviner, d’une part, des procédures de lecture où la « valeur différentielle » des sexes, concept mis en avant par Françoise Héritier, opère parfaitement et, d’autre part, des zones de transgression possibles. Tous les garçons recherchent « le baston » dans les shonens mais certains, issus de milieux favorisés, acceptent, en grandissant, des histoires fondées sur l’émotion ; de leur côté, les lectrices lisent autant de shonens que de shojos, se cherchant parfois des excuses à lire des histoires très sentimentales. L’auteure remarque aussi que c’est la catégorisation par âge qui permet aux filles de se démarquer en lisant des joseis, mais aussi des mangas de vampires et des yaoi, « mangas écrits par des femmes et mettant en scène des relations homosexuelles masculines » (p. 243). Après avoir précisé que les lignes de démarcation sont parfois franchies – « Lire des mangas permet ainsi d’apprendre son genre, et d’en expérimenter les troubles et les brouillages. » (p. 250) –, elle affirme toutefois que ces franchissements servent plus les garçons que les filles.

Épilogue : Sous le regard des sciences humaines

21Comme pour le préambule, la sortie de l’ouvrage s’effectue en deux temps et sous la houlette des deux mêmes disciplines. Christine Bouneau apporte d’abord son éclairage d’historienne sur la période 1945-1970. En tant que co-organisatrice du programme GENERATIO, elle dit l’intérêt d’interroger la littérature de jeunesse et de la considérer comme « un point d’observation original de la construction des jeunes générations » (p. 255). Elle souligne les continuités, les ruptures et les influences diverses durant les Trente Glorieuses dans la constitution d’une culture jeune. Toutefois, la conclusion porte sur un « décalage »  au tournant des années 1960-1970 entre des discours avant-gardistes, notamment féministes, et la littérature pour la jeunesse finalement « en retard » (p. 263).

22Le second co-organisateur du programme, Jean-Paul Callède, apporte son éclairage de sociologue sur la période 1970-2012. Dans un premier temps, il rappelle la fondation et le développement d’un pôle d’excellence à Bordeaux autour d’une sociologie des littératures, sous la houlette de Robert Escarpit, puis la naissance d’un véritable dialogue socio-littéraire, qui a permis l’éclosion d’ambitieux programmes de recherche. Le second temps est consacré à un regroupement d’une sélection de huit contributions seulement (sur les quinze à notre disposition, en comptant les deux du prologue) autour de différentes problématiques comme l’évolution possible des stéréotypes, la notion de genre, les tensions à l’œuvre à « l’intersection des valeurs occidentales et orientales » (p. 274), le paradigme de l’androgyne ou encore la dissonance cognitive lorsque l’on propose trop tôt des albums contre-stéréotypés à des enfants. Le dernier mot, dû à Antoine Compagnon, indiquant que le roman favorise « l’apprentissage de la différence » (p. 278) nous indique bien que la littérature a un rôle fondamental à jouer, notamment dans sa capacité à faire grandir les lecteurs et les lectrices sur fond de tolérance.

23Au terme de ce parcours dans un premier volume riche, bien charpenté, savamment introduit et dont la progression cohérente nous invite souvent à la réflexion, nous n’avons qu’une envie : connaître la suite ! Et une suggestion : que le mot gender (genre) n’effraie plus et qu’il soit appréhendé, utilisé, dépassé peut-être, avec science et conscience, avec audace et raison…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Chabrol Gagne, « Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy (dir.), Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945- 2012 », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1400

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org