Navigation – Plan du site
Varia

Sources et méthodes : l’exemple d’une démarche d’historien du livre de jeunesse

Michel Manson

Résumé

Michel Manson présente les outils, les sources et les méthodes de recherche d’un historien du livre de jeunesse.

Haut de page

Texte intégral

1L’historien n’aborde pas les productions écrites pour les enfants comme le littéraire : qu’elle forme une “littérature” l’intéresse, mais il se préoccupe d’abord de recenser et connaître tous les livres écrits pour les enfants et les jeunes, quelles que soient leur qualité et leur forme littéraires. L’historien prend donc les livres de jeunesse comme des objets culturels de l’enfance, inscrivant son travail à la croisée d’une pluralité d’histoires : celle du livre, celle de la littérature, celle de l’art pour les illustrations, et surtout celles de l’enfant et de l’éducation.

2Aujourd’hui, dans l’ensemble des livres écrits pour la jeunesse, on distingue trois pôles : les manuels scolaires, les documentaires, la littérature de jeunesse. Autant dire que les contours de cet ensemble se redessinent constamment en fonction de l’émergence progressive de ces trois pôles, et qu’il est nécessaire d’en dresser l’histoire pour éviter les jugements de valeurs a priori sur les livres du passé.

3Dès lors, il s’agit d’utiliser une méthodologie rigoureuse, seule capable de maîtriser la pluralité des sources et des approches. Je décrirai ces sources et un exemple de méthodologie en allant du plus simple au plus complexe, du livre jusqu’aux archives.

La première source, les livres eux-mêmes

4Il est de bonne méthode de conseiller aux historiens de commencer une recherche sur l’histoire des livres de jeunesse par un retour aux livres eux-mêmes, mais avec un questionnement différent de celui des bibliothèques, et une méthodologie rigoureuse pour l’enregistrement et l’analyse des données. L’étude des livres s’opère selon deux approches : l’inventaire de tous les livres de jeunesse du passé, et une analyse des contenus. Pour réaliser ces objectifs, il faudrait se doter d’un outil indispensable, un corpus informatisé. Est-ce possible ?

Catalogue(s) et corpus informatisés

5Les historiens du livre ont bien compris l’utilité de la bibliographie et de la bibliométrie. Connaître tous les livres écrits pour la jeunesse est donc une ambition peut-être utopique mais vers laquelle il est n écessaire de tendre. C’est une tâche immense, que nos collègues allemands ont tenté de réaliser et que j’ai moi-même commencée. C’est en partant de cette expérience que je vais pouvoir expliquer concrètement la démarche, la méthode qui sont les miennes, et les résultats qu’on peut en espérer.

  • 1  RENONCIAT Annie, EZRATTY Viviane, LEVEQUE Françoise, Livre mon ami. Lecture enfantines 1914-1954, (...)
  • 2  celles de Thierry Corcelle, de Michèle Noret, des Libraires réunis par exemple.

6Une première question se pose : peut-on réaliser ce corpus en commençant par additionner les catalogues des fonds patrimoniaux et des bibliothèques conservant des livres de jeunesse ? Pour cela, il faudrait que de tels catalogues existent, or les livres de jeunesse n’ont guère fait, jusqu’à présent, l’objet d’un catalogage systématique. Les fonds anciens de L’Heure Joyeuse et de la bibliothèque de l’I.N.R.P. ont donné lieu à des catalogues, certaines expositions ont abouti à des instruments de travail1 et des librairies spécialisées livrent de précieux catalogues2. Tous ces matériaux sont disparates, les renseignements fournis ne sont pas de même valeur, mais cela forme le noyau d’un corpus de la littérature d’enfance et de jeunesse (notée LEJ dans la suite de l’article), corpus dont on sent bien qu’il peut devenir énorme. Que l’on songe, pour la simple période qui suit la Seconde Guerre mondiale, au fonds Bermont-Bocquié, à celui de la Joie par les Livres, à celui de L’Heure Joyeuse, etc. En remontant le temps, ce corpus dépasserait largement les cent mille titres. Et la difficulté essentielle est bien d’identifier, pour les périodes anciennes, les livres qu’on peut inclure dans la LEJ. Cette simple tâche nécessite des recherches multiples, nécessaires pour la constitution de ce Corpus.

  • 3  Travail qui a donné un ouvrage, Les livres pour l'enfance et la jeunesse publiés en français de 17 (...)
  • 4  Accessibles en ligne: base Mnémosyne (http://www.inrp.fr/mnemo/web/formSimple.php)
  • 5  Michel Manson, Rouen, le livre et l’enfant de 1700 à 1900. La production rouennaise de manuels et (...)

7Pour l’Ancien Régime et la Révolution, périodes où les conceptions du livre de jeunesse ne sont pas les mêmes que les nôtres, il faut donc suivre les critères de l’époque, exposés dans les préfaces des ouvrages, dans les annonces et comptes rendus que la presse en fait. Dépouiller les Annonces, Affiches et Avis divers de la ville de Paris, le Mercure de France, le Journal de Paris, etc., m’a permis de découvrir ainsi des livres de jeunesse qu’il m’a fallu ensuite retrouver dans les bibliothèques3. Parallèlement, le catalogage des fonds de l’INRP (Bibliothèque et Musée national de l’Éducation4) a entraîné d’autres découvertes et autorise des investigations plus poussées. Pour une autre période, ce sont les Archives départementales (série T, concernant notamment les formulaires de dépôt légal imprimeur) qui m’ont fourni les titres et les auteurs d’une maison d’édition pour la jeunesse, la maison Mégard & Cie à Rouen de 1850 à 1900 5. Le catalogue de la BNF permet ensuite de compléter les informations qui concernent les livres qu’on a repérés grâce à des outils plus spécialisés mais moins exhaustifs. Mais tant qu’on n’accède pas à des livres existant aujourd’hui, les informations rentrées dans le cette base de données restent théoriques, souvent remplies d’erreurs, et très incomplètes. Le corpus se constitue donc aussi en utilisant les livres réellement vus.

  • 6  Programme ANR “La maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse”, coor (...)

8Cette démarche fait du fichier informatisé un outil de travail personnel au chercheur, et non une base de données communicable à d’autres, l’avancement des recherches amenant à modifier et à compléter les rubriques et les formats de ce fichier. Mon propre recensement, récemment augmenté par les recherches sur Mame6, approche les 15 900 fiches, dont près de 7000 concernent des ouvrages antérieurs à 1850. Sans donner une description complète de la structure de cette base de données et des rubriques de chaque fiche, je me propose ici de signaler quelles données doivent obligatoirement figurer sur la fiche pour permettre au chercheur un traitement historique.

L’apport du catalogage à l’histoire du livre de jeunesse

9L’aspect du livre, son format, sa reliure, son papier, la qualité des illustrations, tout cela minutieusement examiné, dessine les contours d’un produit, un objet culturel de l’enfance soumis aux lois du marché. Sans la fréquentation assidue des livres, en grand nombre, on ne peut se faire une idée de la variété de la production des livres de jeunesse, de la gamme des prix et des usages. Les livres de prix, les livres d’étrennes, les publications brochées bon marché constituent des ensembles distincts issus de politiques commerciales visant à diversifier les clientèles et les occasions de vendre. Ce sont les livres eux-mêmes qui nous apprennent tout cela, et de plus, ils nous révèlent l’existence des auteurs, des illustrateurs, des professionnels du livre.

  • 7  voir § 29 ci-dessous.

10Les références des éditeurs et des imprimeurs doivent être scrupuleusement relevées par l’historien : noms, prénoms, raisons sociales, adresses précises. Séparer ces renseignements en rubriques différentes permet d’effectuer des recherches et des tris ultérieurs (par ville d’imprimeur, de libraire, etc.). Les titres de collections, les noms des illustrateurs, les caractéristiques des illustrations, celles de la reliure, les mentions d’ex-libris et d’ex-praemio, les approbations et permissions, tout cela doit être recensé. On peut introduire une brève analyse de contenu, donner des citations des préfaces, les textes des annonces et comptes-rendus dans la presse de l’époque, le prix du livre et le tirage si on le connaît7.

11A partir d’une fiche « livre », on ouvre ou on complète des fiches “auteur”, “illustrateur”, “libraire-éditeur”, “imprimeur”, etc. De la sorte, les données relevées sur les livres permettent des recoupements utiles quant aux fonctions des auteurs, aux adresses des éditeurs et au réseau des imprimeurs qui travaillent pour eux. Les tris croisés de cette base de données permettent au chercheur de se construire une première connaissance de ce champ de l’édition, mais cela ne suffit pas. D’autres sources doivent donc être maintenant mobilisées pour aller plus loin.

Les études et les sources imprimées

12Il ne faut pas négliger, dans le travail de l’historien, le recours aux études savantes et aux sources imprimées.

La bibliographie de recherche

13Je ne signale que pour mémoire la nécessité de travailler sur les productions scientifiques existantes. Pour saisir tous les “partenaires” de la production des livres de jeunesse, des recherches bibliographiques s’imposent sur les auteurs, les illustrateurs, les éditeurs, etc. cette bibliographie est très vaste et très dispersée. On aura recours à des outils de travail, comme les dictionnaires de biographies, les catalogues et les bibliographies anciennes. Il sera souvent nécessaire, pour saisir la production de tel éditeur, de se lancer dans les études régionales spécialisées, dans les monographies spécifiques, etc. Les historiens du livre produisent revues et ouvrages qui sont utiles à la compréhension de nos professionnels du livre de jeunesse, de la même façon que les études littéraires et celles qui portent sur l’histoire culturelle et la sociologie des auteurs peuvent éclairer le milieu des auteurs de jeunesse et les genres littéraires qu’ils utilisent. Il n’est guère possible non plus de traiter de l’illustration des livres de jeunesse sans se référer au champ des recherches d’histoire de l’art de la période considérée. Tout cela est évident mais demande de la part du chercheur une grande maîtrise de domaines scientifiques très divers.

Les sources imprimées

14J’ai déjà cité un certain nombre d’entre elles, mais il est important de préciser maintenant la nature et l’apport des sources imprimées.

Catalogues

  • 8  Annie Renonciat-Lallement . Les Livres d'enfance et de jeunesse en France dans les anneés vingt (1 (...)

15Les catalogues de libraires, éditeurs, etc. Conservés à la B.N.F. (cote Q. 10), ces catalogues permettent de se rendre compte de façon précise (on peut quantifier, faire des pourcentages) de la place qu’occupent les livres de jeunesse dans la production d’un éditeur, dans le fonds d’une librairie, etc. Pour la période 1750-1835, les pourcentages obtenus ne sont pas aléatoires et permettent de montrer la progression de la LEJ dans la librairie française en général, tout en découvrant les taux à partir desquels commence la spécialisation en ce domaine pour un éditeur. De plus, sur le plan bibliographique, ces catalogues font découvrir des titres qui ne figurent pas dans le corpus en cours de constitution et pour lesquels il est dès lors possible de faire une recherche plus ciblée (catalogue B.N.F., etc.). Enfin, cette source offre assez souvent des matériaux qualitatifs, des notices sur les livres, des déclarations ou professions de foi des éditeurs sur le livre de jeunesse qui ouvrent des perspectives sur sa définition, les enjeux et le débat qu’il suscite. A la fin du XIXsiècle et au XXe siècle apparaissent les catalogues que publient les grands magasins à l’occasion des étrennes ; il s’agit là d’une source très fructueuse, comme l’a montré Annie Renonciat dans sa thèse8.

Presse périodique

  • 9  Michel Manson, « Informer, louer, critiquer : la presse française et la littérature de jeunesse de (...)

16Depuis au moins le XVIIIe siècle, les périodiques d’annonces et la presse généraliste rendent compte des livres qui sortent ou se contentent de les signaler. L’historien peut traiter cette source selon deux méthodes : le dépouillement systématique de tous les numéros d’un périodique, ou la recherche des compte-rendus dans toute la presse pour tel livre dont on connaît la date d’édition. Là encore émergent les bribes d’un discours sur le livre de jeunesse9, et l’on comprend mieux dans quelles stratégies éditoriales et éducatives il s’insère. Avec l’apparition d’une presse pédagogique et des journaux pour enfants, le débat se resserre et se précise, d’autant plus qu’en s’adressant directement aux enfants pour leur présenter les ouvrages, l’argumentaire évolue vers les centres d’intérêt des enfants au lieu de rester fixé sur les visées éducatives des adultes. Après la Première Guerre mondiale, et l’apparition des Bibliothèques pour la jeunesse, le secteur s’organise et se dote de catalogues, de revues et d’un discours critique sur les livres de jeunesse. Ce sont là des matériaux indispensables pour écrire l’histoire de ce secteur à l’époque contemporaine.

Annuaires & almanachs

17Annuaires, Almanachs, du commerce, de l’industrie, de l’imprimerie : cette source apparaît au XVIIIe siècle et permet de créer un fichier des libraires, imprimeurs typographes et lithographes, éditeurs, etc. On y trouve les adresses, les spécialités, les variations de raison sociale, et cela souvent année après année, ce qui permet de repérer les dates d’activité des professionnels des livres de jeunesse. On peut aussi quantifier cette source pour chercher à déterminer combien de ces professionnels travaillent pour le secteur jeunesse à un moment donné.

Textes officiels

18Textes officiels et réglementaires, concernant la librairie, l’édition, l’imprimerie, et, pour les XIXe-XXe siècles, textes administratifs sur les publications à l’usage de la jeunesse. Ils peuvent émaner du Ministère de l’Instruction publique (puis Éducation nationale), à propos des prix, des bibliothèques scolaires, etc.. Dans le domaine des publications périodiques pour la jeunesse, une législation existe au XXe siècle et l’analyse de ces textes officiels révèle les progrès de la législation de protection des mineurs, et le rôle que le pouvoir attribue aux médias orientés vers la jeunesse.

19On pourrait sans doute allonger cette liste des sources imprimées, mais celles que j’ai citées montrent déjà l’ampleur de la tâche qui attend l’historien du livre de jeunesse. Avec la recherche des sources manuscrites son travail prend une nouvelle dimension.

L’apport des archives

20Pour beaucoup, et pour la plupart des historiens eux-mêmes, le métier d’historien est inséparable de la plongée dans les archives. Il est vrai qu’elles sont multiples, de lecture et d’accès souvent difficiles, et qu’il faut pour s’y mouvoir à l’aise, ce que donne une longue pratique. L’historien a aussi besoin d’intuition, de créativité, pour « inventer » des sources adaptées à son sujet. En effet, des millions de pièces manuscrites dorment dans les archives, et pour effectuer des dépouillements productifs, il faut « imaginer » les bons « filons ». Pour l’histoire des livres de jeunesse, les directions où l’on doit chercher sont très nombreuses et les sources de nature très diverse. Pour les présenter, je les citerai en fonction des thèmes qu’elles permettent de traiter.

Les archives de l’histoire des familles

21Ce sont les mieux connues des amateurs, en particulier de tous ceux qui partagent la passion de la généalogie. L’historien du livre de jeunesse peut lui aussi se lancer dans des enquêtes généalogiques sur les auteurs, les illustrateurs, les libraires, imprimeurs, éditeurs. Il aura besoin d’utiliser les registres paroissiaux avant 1792, l’état civil ensuite, les archives notariales pour les contrats de mariage, les successions, etc. Les outils de la recherche généalogiques sont nombreux, et fournissent de nombreuses pistes dans les archives une fois épuisées les possibilités offertes par les grandes sources citées.

  • 10  Par exemple, Michel Manson, “Colette Yver, jeune auteure pour la jeunesse de 1892 à 1900”, dans Ca (...)

22Il faut souligner l’intérêt de telles recherches généalogiques, que d’aucuns pourraient trouver anecdotiques par rapport à notre propos. Les acteurs du livre de jeunesse que nous avons énumérés sont, la plupart du temps, de parfaits inconnus ou des gens très peu connus, n’ayant laissé que peu de traces dans les outils biographiques imprimés. Retracer leur biographie, retrouver leurs milieux sociaux et familiaux d’origine permet d’établir une sociologie des auteurs de livres de jeunesse10. Et, lorsque l’on mène de telles recherches, on découvre l’importance des réseaux familiaux et professionnels. Il y a les gens de lettres, les pédagogues et éducateurs, parfois intimement reliés aux éditeurs et aux illustrateurs. Ces recherches généalogiques aboutissent donc à retrouver des logiques de fonctionnement à l’œuvre de façon souterraine dans le monde des professionnels des livres de jeunesse.

23Dès lors, les sources plus proprement liées aux métiers du livre vont permettre de compléter et d’élargir l’enquête généalogique.

Les archives des métiers du livre

24Celles-ci ont déjà été largement utilisées par les historiens du livre, mais pas pour une histoire du livre de jeunesse. Il s’agit donc de les reprendre pour éclairer l’histoire des professionnels du livre de jeunesse.

25Pour l’Ancien Régime, nous disposons d’abondantes sources concernant les corporations de libraires et d’imprimeurs (registres de réception à la maîtrise, A.N. série Y, registres de délibérations, contrats d’apprentissages chez les notaires, etc.). L’administration centrale s’étant beaucoup préoccupée du livre, pour le contrôler, le censurer, lutter contre les éditions de contrefaçon, cela donne des sources très abondantes mais dans lesquelles il est difficile de cerner notre sujet, à moins de grossir les dossiers des libraires-imprimeurs de livres de jeunesse avec des pièces apparaissant ici ou là de façon aléatoire. Les registres des permissions et des privilèges ont été dépouillés pour étudier les tendances générales de la production de livres en France au XVIIIe siècle, et pour relever les tirages. De longs dépouillements s’avèrent donc nécessaires pour retrouver dans toute cette masse les titres pour la jeunesse.

  • 11  Voir ceux retrouvés concernant les éditeurs Blanchard, Lehuby, Ducrocq et Périsse, dans Michel Man (...)

26Pour les éditeurs, libraires, imprimeurs du XIXe siècle, on bénéficie de dossiers aux Archives nationales (F.18 et F.17) et dans les archives départementales (série T). On y trouve des dossiers personnels par imprimeur et libraire (brevets, autorisations, courriers, pièces d’état civil, pièces judiciaires), des échanges de courrier entre les préfets, la Direction de la Librairie, les libraires-imprimeurs, et bien d’autres types de documents11.

  • 12  Ainsi l’acte de société de la maison G.P. retrouvé aux Archives de Paris. Voir Michel Manson, - «  (...)
  • 13  FELKAY Nicole. Balzac et ses éditeurs, 1822-1837, Paris, Promodis, 1987.

27Les archives notariales fournissent des inventaires après décès (avec l’inventaire des marchandises), des contrats commerciaux, des actes de société, etc. Les archives commerciales et judiciaires (tribunal du commerce) permettent d’étudier les faillites, les sociétés12, etc. (série D.10, D.31 pour les faillites, D. Q.7 pour les sociétés, etc.). On aura une idée de la richesse de ces sources en lisant les articles et l’ouvrage de Nicole Felkay13. Les inventaires après décès, comme les inventaires de faillites, donnent une image de l’entreprise et de son capital, fournissent l’inventaire des marchandises, avec les prix, la liste des créanciers et des débiteurs, c’est-à-dire tout le réseau commercial du libraire ou de l’imprimeur. Là encore, l’informatisation et la cartographie des données permettent de renouveler complètement l’image que l’on se fait du marché du livre de jeunesse. Les rapports des syndics, lors d’une faillite, cherchent à expliquer les causes de la faillite et fournissent des analyses précieuses sur la constitution des sociétés, la fragilité de leurs capitaux, les maladresses des éditeurs ou au contraire les crises qui surgissent dans le secteur du livre et entraînent des faillites à la chaîne.

Les archives sur les livres

28Il est intéressant de pouvoir mettre, derrière chaque livre, les pièces d’un dossier dont une bonne partie se trouvent dans les archives.

  • 14  Michel Manson, “La librairie d’éducation dans le premier tiers du XIXe siècle”, dans MOLLIER (Jean (...)
  • 15  Rouen, le livre et l’enfant …, op.cit..

29On trouve dans les archives départementales les fiches de déclaration des imprimeurs, avec l’auteur, le titre, le format, le nombre de feuilles, le tirage. Ces fiches accompagnaient les livres que la préfecture acheminait vers Paris, au dépôt légal de la Bibliothèque royale, puis impériale, puis nationale. Là étaient tenus des registres, reprenant par département les mêmes renseignements (A.N., série F. 18 registres). Ainsi découvrons-nous la date de nombreux ouvrages non datés, et pouvons-nous, par les tirages déclarés au dépôt légal, nous faire une véritable idée de la production des livres de jeunesse. J’en ai donné des exemples du début du XIXe siècle14 et surtout pour la maison Mégard15 (1850-1900). Les onze millions d’exemplaires produits par celle-ci pour la jeunesse nous obligent à reconsidérer le problème du marché du livre de jeunesse sur de nouvelles bases, confirmant les intuitions de Jean Glénisson sur l’importance primordiale des livres de prix au XIXe siècle. Savoir qu’un auteur quasi inconnu comme Céline Fallet publie à elle seule plus d’une centaine d’éditions dans des genres très variés, représentant plus d’un million d’exemplaires, ne peut manquer de faire réfléchir ceux qui mesurent l’importance des auteurs de jeunesse à leur notoriété. Ce qui a formé l’esprit et le cœur de générations de jeunes français, ce n’est pas forcément les grands auteurs édités par Hetzel, mais cette masse d’anonymes ou de besogneux dont les livres leur ont été distribués en prix, chaque année. La connaissance des tirages indique aussi les thèmes les plus souvent abordés, les genres de livres les plus diffusés, et nul doute que cela change considérablement l’idée que nous nous faisons des lectures des petits français du XIXe siècle.

30Un autre ensemble d’archives fournit la généalogie d’un livre : ce sont les dossiers conservés par les éditeurs, surtout pour le XXe siècle. Leur conservation est très aléatoire, et l’un des lieux où le chercheur peut les découvrir est bien entendu l’I.M.E.C. Ils sont parfois encore chez l’éditeur. Ainsi, Flammarion possédait toujours les archives de la collection du Père Castor quand Annie Renonciat les a examinées : courrier avec les auteurs et les illustrateurs, projets, etc. Les contrats entre les éditeurs et les auteurs, les discussions financières, ne sont pas moins intéressants pour comprendre comment naît un livre pour enfant.

31Les brouillons des auteurs, les planches originales des illustrateurs constituent aussi un matériau de première main, habituel dans les études sur la grande littérature, mais plutôt rare pour le secteur jeunesse.

32Les archives manuscrites ne se limitent pas à celles que nous avons évoquées, mais une revue de détail dépasserait largement le cadre de cet exposé.

33L’approche de l’historien et celle du littéraire sont complémentaires, mais la première a si peu été utilisée pour l’histoire du livre de jeunesse qu’on peut aujourd’hui en attendre beaucoup. La recherche et le traitement des sources que j’ai mentionnées ne peuvent qu’aboutir à renouveler les perspectives dans ce domaine, en abordant d’autres problèmes que ceux des thèmes et des qualités littéraires. Cerner les contours et la croissance du marché des livres de jeunesse depuis l’Ancien Régime, comprendre quel place ce secteur occupe dans l’édition en général et chez chaque éditeur en particulier, découvrir les réseaux des professionnels du livre, les milieux les auteurs et des illustrateurs, voilà, parmi d’autres sujets, ceux que l’historien peut espérer éclairer en abordant méthodiquement les nombreuses sources dont il dispose.

Haut de page

Notes

1  RENONCIAT Annie, EZRATTY Viviane, LEVEQUE Françoise, Livre mon ami. Lecture enfantines 1914-1954, en collaboration avec Viviane Ezratty et Françoise Lévêque, Agence culturelle de Paris, 1989; HAVELANGE Isabelle, LE MEN Ségolène, Le Magasin des enfants. La littérature pour la jeunesse1750-1830, Montreuil, Bibliothèque Robert Desnos, 1988.; etc.

2  celles de Thierry Corcelle, de Michèle Noret, des Libraires réunis par exemple.

3  Travail qui a donné un ouvrage, Les livres pour l'enfance et la jeunesse publiés en français de 1789 à 1799, Paris, Institut national de Recherche Pédagogique, ©1989, publ. 1990, 273 p.

4  Accessibles en ligne: base Mnémosyne (http://www.inrp.fr/mnemo/web/formSimple.php)

5  Michel Manson, Rouen, le livre et l’enfant de 1700 à 1900. La production rouennaise de manuels et de livres pour l’enfance et la jeunesse, catalogue établi et rédigé par Michel Manson. Rouen-Mont Saint Aignan, 1993, impr. Tag, 268 p.

6  Programme ANR “La maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse”, coordonné par Cécile Boulaire (2008-2011).

7  voir § 29 ci-dessous.

8  Annie Renonciat-Lallement . Les Livres d'enfance et de jeunesse en France dans les anneés vingt (1919-1931). Années-charnières, années pionnières. Thèse sous la direction de Anne-Marie Christin, Paris 7, 1997 (non publiée).

9  Michel Manson, « Informer, louer, critiquer : la presse française et la littérature de jeunesse de 1750 à 1800 », dans Marcoin (Francis), direct., Critiquer la littérature de jeunesse : histoire et actualité, n° 24, 2008, des Cahiers Robinson, p. 29-48.

10  Par exemple, Michel Manson, “Colette Yver, jeune auteure pour la jeunesse de 1892 à 1900”, dans Cahiers Robinsons, n° 15, 2004, Juvenilia (écritures précoces), n° dirigé par Guillemette Tison, p. 61-77.

11  Voir ceux retrouvés concernant les éditeurs Blanchard, Lehuby, Ducrocq et Périsse, dans Michel Manson, « Les éditeurs de littérature de jeunesse au Musée national de l’éducation », dans Marie-Françoise Boyer-Vidal, Francis Marcoin (direct.), Trois siècles de publications pour la jeunesse (du XVIIIe au XIXsiècle) au Musée national de l’éducation, Paris / Rouen, Institut national de recherche pédagogique / Musée national de l’éducation, 2008, p. 46-65, ill.

12  Ainsi l’acte de société de la maison G.P. retrouvé aux Archives de Paris. Voir Michel Manson, - « La maison GP de 1941 à 1961 : les raisons d’un succès », dans Michel Manson, Francis Marcoin, Guillemette Tison, direct., La Bibliothèque Rouge & Or, n° 21, 2007 des Cahiers Robinson, p. 7-25.

13  FELKAY Nicole. Balzac et ses éditeurs, 1822-1837, Paris, Promodis, 1987.

14  Michel Manson, “La librairie d’éducation dans le premier tiers du XIXe siècle”, dans MOLLIER (Jean-Yves) (direct.), Le commerce de la Librairie en France au XIXsiècle,1789-1914, Paris, IMEC éditions / éditions de la maison des Sciences de l’Homme, coll. “In Octavo”, 1997, p. 271-282.

15  Rouen, le livre et l’enfant …, op.cit..

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Sources et méthodes : l’exemple d’une démarche d’historien du livre de jeunesse », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/139 ; DOI : 10.4000/strenae.139

Haut de page

Auteur

Michel Manson

Université Paris Nord 13, EXPERICE

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org