Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Avatars des Centaures : du mythe à la fantasy

Hélène Gallé

Résumé

La figure du centaure, constamment réactualisée au fil des siècles, connaît surtout une véritable diffusion à une date très récente, dans la littérature destinée à la jeunesse et plus généralement dans la fantasy qui touche un public plus large. Y a-t-il permanence ou évolution de la figure mythique du centaure ? Comment le centaure s’intègre-t-il dans le nouveau pays des merveilles qui s’élabore dans la littérature contemporaine ?

Haut de page

Texte intégral

« Tout ce que je veux, c’est que vous assistiez docilement à mon cours pendant cinquante-cinq minutes cinq jours de la semaine. Quand vous entrez dans ma classe, Deifendorf, je veux que vous soyez pétrifiés de peur. Caldwell l’Ogre. Voilà ce que je veux que vous pensiez de moi. Brrrou ! »
John Updike, Le Centaure

  • 1 Par ordre chronologique de parution. Cf. en fin d’article la bibliographie détaillée ainsi que les (...)

1Tirant ses racines profondes de la culture indo-européenne, héritée de la mythologie grecque, renouvelée dans la littérature médiévale, la figure du centaure est constamment réactualisée au fil des siècles. Mais le personnage du centaure connaît une véritable diffusion à une date très récente, dans la littérature destinée à la jeunesse et plus généralement dans la fantasy qui touche un public plus large. Depuis le Monde de Narnia (publication à partir de 1950 par CS Lewis), le centaure parcourt les pages de nombreux romans, comme Xanth (Piers Anthony), Le Lion de Macédoine (David Gemmell), Harry Potter (J. K. Rowling), Artemis Fowl (Eoin Colfer), Percy Jackson suivi des Héros de l’Olympe (Rick Riordan), Fablehaven (Brandon Mull), Les Chroniques de l’Imaginarium Geographica (James A. Owen) ou encore Les Ecrans de Brume (Robert Belfiore)1.

2Y a-t-il permanence ou évolution de la figure mythique du centaure ? S’inspire-t-elle de la littérature médiévale, des sources grecques ou de sa lointaine origine indo-européenne ? Comment le centaure, partagé entre bête et homme, entre terrifiante sauvagerie et intelligence brillante, s’intègre-t-il dans le nouveau pays des merveilles qui s’élabore dans la littérature contemporaine ?

Forme et origine

  • 2 N2, p. 184.
  • 3 Newt Scamander (alias JK Rowling), Les Animaux fantastiques : vie et habitat des animaux fantastiqu (...)

3La figure du centaure est aujourd’hui stable : le centaure, c’est bien connu, possède un puissant corps de cheval, avec ses quatre pattes, auquel se rajoutent un torse et un visage humains. Ainsi dans Narnia : « Il y avait quatre énormes centaures. Par leur partie cheval, ils ressemblaient aux puissants chevaux de ferme anglais, et par leur partie homme, à de sévères mais beaux géants2. » Ou dans un ouvrage de la bibliothèque de Poudlard : « Le centaure a une tête, un torse et des bras humains attachés à un corps de cheval qui peut avoir des couleurs diverses3. »

4Il n’en a pas toujours été ainsi. L’homme-cheval présent dans le folklore d’origine indo-européenne change d’apparence et de costume selon les villages, comme le montre Georges Dumézil dans Le Problème des centaures :

  • 4 Georges Dumézil, Le Problème des Centaures : étude de mythologie comparée indo-européenne, Paris, L (...)

Dans la construction du Cheval, l’ingéniosité paysanne se donne libre cours ; autant de villages, autant de types [...]. Pour former le cheval, il suffit parfois d’un garçon (gamin ou jeune homme) qui porte la “tête” sur sa propre tête et s’enveloppe le corps d’un grand drap ; on fixe souvent à son dos un arrière-train de cheval fait en bois recouvert d’étoffe. Parfois au contraire il faut plusieurs garçons : le premier porte la tête, l’autre ou les autres, courbés en deux l’un derrière l’autre, forment le corps ; le Cheval arrive ainsi à avoir un nombre considérable de pieds. Parfois enfin, le Cheval est schématique : un seul garçon, courbé sous un drap, le figure4.

  • 5 Sur la parenté entre centaures et satyres, cf. G. Dumézil, op. cit., p. 169 ou J. Baumel, op. cit., (...)
  • 6 Georges Dumézil, op. cit., p. 168. L’auteur décrit plusieurs représentations anciennes des centaure (...)

5De même, les Grecs hésitent dans leur représentation du centaure : a-t-il quatre pattes de cheval ? Ou seulement deux pattes, sur lesquelles il se tient debout comme un homme ou comme un satyre5 ? Ou bien encore six pattes, avec « tout un corps de cheval [...] ajouté à tout un corps d’homme6 » ? Le Moyen Âge reflète la même incertitude. Dans le Roman de Troie, le centaure est une bête, nue, velue et non douée de parole :

  • 7 Benoît de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, édition et traduction d’Emmanuèle Baumgartner et Françoi (...)

Des le lonbril jus qu’en aval
Ot cors en forme de chaval [...]
Chief d’ome aveit, braz e senblant...7

  • 8 La Mort Aymeri de Narbonne, Paolo Rinoldi, Edizioni Unicopli (éd.), Milan, 2000, v. 2378.

6Ce centaure, homme au-dessus du nombril et cheval en-dessous, n’est pas tout à fait le même que celui de La Mort Aymeri de Narbonne : « Devant sont homes et cheval par derriere8. » L’analyse de Francis Dubost a mis en évidence les différences entre ces deux descriptions :

  • 9 Francis Dubost, « L’autre guerrier : l’archer-cheval – Du Sagittaire du Roman de Troie aux Sagittai (...)

Dans le premier cas, la figure monstrueuse se construit dans le sens de la hauteur : buste d’homme surmontant un corps de cheval. Dans le second cas, les deux parties se juxtaposent dans le sens de la longueur, ainsi que le souligne l’emploi des deux locatifs : l’avant est celui d’un homme, de la tête jusqu’aux pieds, l’arrière-train seulement est celui du cheval. Conséquences immédiates : le premier type est un équipède intégral avec les attributs sexuels du cheval, c’est le type classique [...]. Dans le second type, qui correspond à une figuration plus archaïque, l’homme présent dans sa totalité prédomine encore sur l’animal9.

  • 10 L3, p. 170.

7Seul David Gemmell introduit une variante importante dans la représentation du centaure. S’il se construit bien dans le sens de la hauteur, comme toujours dans la littérature contemporaine, il apparaît comme un être triple : homme, cheval ou homme-cheval. Chiron est un homme qui vient en aide à Alexandre, Caymal est son cheval. Au cours d’un processus magique de fusion, ils s’unissent pour former le centaure Camiron, lequel connaît Chiron comme un ami et le recherche en vain, sans avoir conscience qu’il est une partie de lui. Aussi le centaure est-il, selon Chiron, un être fondamentalement intranquille : « Lorsque la fusion s’accomplit, elle donne naissance à une créature qui est à la fois nous deux et aucun de nous. Mais c’est Caymal qui prête le plus de sa substance à Camiron, et il désire d’abord et avant tout être réuni avec son maître. C’est une triste expérience10... ».

  • 11 Isidore de Séville, Etymologies, livre XI, De portentis (III), 37-39, texte latin en ligne : http:/ (...)
  • 12 De fait, ces centaures n’existent pas, comme l’explique Arnaud Zucker dans son édition du Physiolog (...)
  • 13 Cf. Jacqueline Leclercq-Marx, « Du monstre androcéphale au monstre humanisé. À propos des sirènes e (...)

8Le centaure moderne est donc toujours un croisement entre homme et cheval, alors que la tradition médiévale, à la suite d’Isidore de Séville11, en distingue trois types :
- l’hippocentaure, le plus connu, est un hybride mi-homme mi-cheval,
- l’onocentaure, mi-homme mi-âne, est évoqué dans la version grecque du Livre d’Isaïe12, ce qui lui vaudra un certain succès dans les bestiaires médiévaux13,
- le bucentaure, mi-homme mi-taureau, reprend la figure du Minotaure.

9À ces créatures s’ajoute l’ichtyocentaure, non mentionné par Isidore de Séville et inconnu du Moyen Âge, mais qui joue un rôle dans Les Héros de l’Olympe :

  • 14 HO3, p. 293.

[...] Alors, qu’est-ce que vous êtes, au juste ?
— Des ichtyocentaures, dit Aphros d’un ton las, comme s’il en avait assez de répondre à cette question.
— Des quoi ? !
— Des centaures-poissons. Nous sommes les demi-frères de Chiron14.

  • 15 Cf. Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine, Annie Collognat (dir.), article « Centaures », Par (...)
  • 16 Dans Traditions tératologiques ou Récits de l'antiquité et du moyen âge en Occident sur quelques po (...)
  • 17 Plutarque, Le Banquet des sept sages, ch. 3.

10Quelles sont les origines des centaures ? La mythologie fait de ces hybrides les descendants de Centauros, fils d’Ixion, roi des Lapithes, et de Néphélé, la Nuée. Féroce et violent, Centauros s’unit aux juments de Magnésie, union de laquelle naissent des créatures mi-homme mi-cheval. Une autre variété de centaures, plus ancienne et moins violente, descend de Cronos : c’est le cas de Chiron15. De nombreux auteurs16, grecs et latins, ont proposé une explication plus rationnelle, démontrant que ces créatures mi-homme mi-cheval n’existent pas : c’est tout simplement le fruit d’une illusion, car on a l’impression, de loin, que le cheval et son cavalier ne font qu’un. Enfin, Plutarque, dans le Banquet des sept sages, suggère une explication d’ordre sexuel : ces créatures hybrides seraient le fruit des amours des pâtres avec leurs juments. Pour empêcher leur naissance, il suffirait de suivre le conseil donné par Thalès : « pour faire paître vos juments ne prenez pas de jeunes garçons, ou bien à ceux-ci donnez des femmes17 ».

11Cette hypothèse est celle que retient Piers Anthony : selon la légende des origines des centaures, la première population de Xanth se composait de trois hommes et de leurs trois juments.

  • 18 X4, p. 202-203.

Puis, en explorant une belle île, au large de la côte, ils trouvèrent une source. Ils étanchèrent leur soif et abreuvèrent leurs montures. Ils ne savaient pas que son eau était aphrodisiaque. Elle devait leur inspirer une irrésistible passion pour la première créature du sexe opposé qu’ils rencontreraient après en avoir bu. C’est alors que chaque homme vit sa jument préférée et que chacune vit son maître. Et c’est ainsi que naquirent les premiers centaures18.

12Les nouvelles espèces s’améliorent avec le temps, comme le veut l’évolution naturelle. Tel est le constat de Dor, envoyé huit cents ans en arrière dans Château-Roogna : non seulement les centaures qu’il rencontre dans le passé sont moins efficaces, mais ils sont aussi

  • 19 X3, p. 162. Sur l’Evolutionnisme, voir aussi X1, p. 320-325.

moins raffinés, comme si leurs moitiés équine et humaine étaient imparfaitement unies. Dor se dit que si des tas d’espèces avaient vu le jour en huit cents ans, les plus anciennes s’étaient aussi beaucoup perfectionnées19.

  • 20 F1, p. 79.
  • 21 F4, p. 6. De même, dans Harry Potter, le monde magique est accessible par la voie 9 ¾ de la gare de (...)

13Les centaures de Xanth sont donc des enfants de la magie et de la science. La plupart des auteurs de fantasy ne s’embarrassent pas d’autant d’explications : dès lors que l’on pénètre dans un monde merveilleux, il va de soi que les créatures merveilleuses existent. Le lecteur admet l’existence d’un monde magique qui frôle le monde réel. Il suffit d’être initié au bon chemin, d’être curieux ou de faire preuve d’ouverture d’esprit pour le découvrir : Kendra et Seth devinent assez vite la véritable nature de Fablehaven, « le refuge des créatures fabuleuses20 », mais leurs parents n’ont jamais perçu la nature magique du lieu21. Comme Fablehaven, Percy Jackson commence dans un monde parfaitement ordinaire très vite envahi par les créatures mythologiques. Arrivé à la colonie des Sang-Mêlés, Percy apprend que les dieux de la mythologie grecque sont réellement immortels. Dès lors, qui est M. Brunner, son professeur de latin en fauteuil roulant ? Nul autre que Chiron :

  • 22 PJ1, p. 98.

J’ai regardé avec stupéfaction le cheval qui venait de jaillir du fauteuil roulant : un immense étalon blanc. Mais à l’emplacement de son cou commençait le tronc de mon professeur de latin, qui se fondait harmonieusement avec le corps du cheval.
— Quel soulagement, a dit le centaure. Je suis enfermé là-dedans depuis si longtemps que mes pieds commençaient à s’engourdir22.

  • 23 Cf. EB1, p. 16.

14Le corps du centaure est un révélateur de magie. Lors de sa première apparition, le Chiron de Robert Belfiore surgit d’un écran de brume, autrement dit d’un autre spatio-temps23. Son apparition dans l’espace quotidien du héros implique un changement de dimension. Dans tous les cas, on découvre que le monde « réel » est doublé d’un monde merveilleux, ignoré du commun des mortels et abritant des créatures magiques. Les points de rencontre entre ces deux mondes sont rares et seuls des êtres exceptionnels peuvent y accéder. Ce renversement de perspective fait apparaître le jeune héros – Harry, Percy, Kendra et Seth – sous un jour extraordinaire, tandis que les êtres hybrides et théoriquement mythologiques deviennent banals. Dans Le Lion de Macédoine, Alexandre est transporté dans un monde parallèle ressemblant étrangement au sien à ceci près qu’y subsiste encore l’Enchantement permettant aux créatures de vivre. Comme souvent, un monde irrationnel côtoie un monde rationnel ; mais une autre explication est donnée à l’existence des créatures hybrides :

  • 24 L4, p. 128.

elles existaient aussi chez toi, autrefois. D’où viennent vos légendes, à ton avis ? De toute façon, où qu’elles aillent, leur existence sera empreinte de désespoir. Telle est leur nature, car elles sont incomplètes. Les dieux d’antan les ont créées par plaisir ou pour des raisons qui ne regardaient qu’eux. Ce sont des jouets abandonnés, Alexandre24.

15Ainsi, et pour peu qu’elle se la pose, la fantasy retrouve les mêmes réponses que l’Antiquité à la question des origines des centaures : la science, le sexe, les Dieux sont convoqués pour expliquer l’existence de créatures magiques.

  • 25 Cf. Jacqueline Leclercq-Marx, op. cit., p. 56 et fig. 1.
  • 26 Victor-Henry Debidour, Le Bestiaire sculpté en France, Paris, Arthaud, 1961, p. 293.
  • 27 Gautier Map, Contes pour les gens de cour, Alan Keith Bate (éd.), Turnhout, Brepols, 1993, p. 152.
  • 28 Saint Jérôme, Vie de Paul de Thèbes et vie d'Hilarion, P. de Labriolle (éd.), Bloud et Cie, 1907, p (...)
  • 29 Outre la référence que représente l’ouvrage de V.-H. Debidour déjà cité, cf. Franck Thénard-Duvivie (...)
  • 30 Grégoire de Nysse cité par Jacques Voisenet, Bêtes et hommes dans le monde médiéval : le bestiaire (...)
  • 31 Jacques Voisenet, op. cit., p. 19.
  • 32 Michel Pastoureau, « L’animal », dans Le Moyen Age en lumière, Jacques Dalarun (dir.), Paris, Fayar (...)
  • 33 Cf. La Mort Aymeri, op. cit., v. 2330-2332.
  • 34 Ibid., v. 2802-2804.

16Mais le Moyen Âge chrétien ne saurait percevoir les centaures de la même façon. Comme toute chose en ce monde, ils sont créés par Dieu. Le diptyque d’Aréobindus, surnommé « plaque du Paradis terrestre », représente les ordres de la création : au sommet se trouvent Adam et Ève ; juste après eux viennent les sirènes et les centaures, puis les satyres, enfin des animaux comme la licorne, le cerf, l’éléphant25. Créatures de Dieu, ont-ils pour autant une âme ? Leur nature est-elle plutôt humaine ou bestiale ? Sont-ils tournés vers le bien ou vers le mal ? Selon Victor Debidour, le centaure « est curieusement équivoque selon la cible sur laquelle il tire : innocente, c’est le démon ; maléfique, c’est le Sauveur26. » Le centaure que rencontre saint Antoine dans le désert n’est pas doué de la parole : chez Gautier Map, il fait entendre un « mugissement27 », « je ne sais quel grincement de dents28 » chez saint Jérôme. L’être hybride a suffisamment d’intelligence pour comprendre le saint et lui indiquer le chemin d’un signe de la main, mais il n’a pas assez d’humanité pour être doué de la parole. Saint Jérôme hésite à voir dans cette créature un démon ou un animal monstrueux. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un être humain. Fréquemment représenté dans les églises29, le centaure symbolise « l’état monstrueux dans lequel vivent les pécheurs » : l’homme, coupable de la luxure des chevaux, « devient un centaure à double nature, composé de raisonnable et d’irrationnel30. » En effet, si les créatures monstrueuses relèvent bien de la création divine, leur difformité est provoquée par une dégénérescence due au péché : « elles exhibent ainsi à travers leur corps leur culpabilité et constituent alors des exemples que Dieu propose à la méditation des croyants. Il n’existe pas d’espèces aberrantes, il n’y a que des animaux extraordinaires dont l’homme doit chercher à comprendre le message31 ». Image de la transgression, l’être hybride fait généralement partie du « bestiaire du diable32 ». Le centaure du Roman de Troie est un « averser » (v. 12414), un démon effrayant, dont la bouche vomit une écume qui s’enflamme au contact de l’air. Seul de son espèce, capable de hennir mais non de parler, il fait preuve d’une violence bestiale. La description des centaures de la Mort Aymeri est plus nuancée dans la mesure où ils vivent dans une société organisée ; mais ils se nourrissent de viande crue et de sang33 et ont coutume de jeter leurs captifs dans des prisons remplies de serpents34.

  • 35 N2, p. 184.
  • 36 HP1, p. 253.
  • 37 Pour un aperçu du bestiaire de la fantasy, cf. Anne Besson, « Bestiaire de fantasy, bestiaire de fa (...)
  • 38 Jacqueline Leclercq-Marx, op. cit., p. 66.

17Or c’est tout le rebours dans la littérature contemporaine. Nul ne doute de l’humanité des centaures qui sont toujours doués de parole et d’intelligence, et qui tombent amoureux ou fondent une famille (comme Foaly et Caballine dans Artemis Fowl ou Chester et Chérie dans Xanth) quand ils ne sont pas les seuls de leur espèce (Les Écrans de Brume). De plus, ils viennent généralement en aide au héros et contribuent à le protéger contre les forces du Mal : dans Narnia, ils combattent aux côtés du lion Aslan, figure christique35. Firenze prend parti contre Voldemort36. Dans la série Xanth, les centaures s’avèrent toujours de bon conseil et d’une aide précieuse pour les héros. Le Lion de Macédoine, Percy Jackson, Les Héros de l’Olympe ou encore Les Écrans de brume font de Chiron un guide, un soutien pour les jeunes héros. La figure majestueuse et somme toute très humaine du centaure contribue sans doute à ce renversement ; il reste à la fantasy bien des créatures autrement plus inquiétantes et démoniaques pour enrichir les rangs de l’armée du Mal – ainsi les vampires, les loups-garous, les démons37... C’est aussi l’aboutissement d’une évolution constatée au long du Moyen Âge, où la figure du centaure est progressivement humanisée, entre autres grâce à la représentation de centauresses allaitantes, « (re)création médiévale38 ».

Une créature de violence et d’instinct

  • 39 Georges Dumézil, op. cit., p. 26-27.

18Ainsi le centaure est un guerrier, et même un être potentiellement dominé par son instinct. Les centaures mythologiques se montrent incapables de maîtriser leurs pulsions sexuelles. En pleines noces, un centaure empoigne par les cheveux la belle épousée tandis que ses compagnons se ruent sur les autres femmes à portée de main : c’est le combat des centaures et des Lapithes tel que le raconte Ovide dans le livre XII des Métamorphoses. Ivres de vin et de désir, les Centaures s’emparent des femmes des autres, en un défi lancé aux hommes et à l’ordre social. Le banquet de noces devient carnage et chaos. De même, le centaure Nessus convoite la belle Déjanire, l’épouse d’Héraclès qui le tue. Les coutumes décrites par Georges Dumézil comportent fréquemment cette dimension sexuelle : « [...] les Chevaux, comme la plupart des masques animaux, en veulent tout spécialement aux femmes, et surtout aux jeunes filles39. » Le Carnaval a semble-t-il été perçu comme un moment propice au mariage. Est-ce le souvenir de ces centaures prédateurs sexuels qui conduit l’auteur de la Mort Aymeri à raconter comment les Sagittaires enlèvent les jeunes filles de Femenie ? Mais l’enlèvement ne semble pas dû à un quelconque désir charnel, en dépit de la symbolique médiévale qui fait du centaure l’image même du pécheur :

  • 40 La Mort Aymeri, op. cit., v. 2782-2787.

Li Sagetaire les ont a force prises [...]
Nule pitié ne lor prent des meschines,
qu’a nule femme ne prenent drüerie40.

  • 41 X1, p. 324.

19La fantasy ne retient pas, dans la figure du centaure, la violence sexuelle – il est vrai que la littérature destinée à la jeunesse ne se prête pas au thème. Harry Potter, Narnia, Percy Jackson, Les Écrans de brume, Artemis Fowl, s’ils évoquent les premiers émois adolescents, ne parlent pas de sexualité. Le Lion de Macédoine comporte quelques scènes torrides, mais uniquement entre humains. Seul Xanth aborde la question, en renversant la perspective médiévale. La nudité et la sexualité sont naturelles pour les animaux, et les centaures n’ont à ce sujet aucun tabou. Par contre, les adolescents humains, littéralement obsédés par le corps féminin, rôdent autour de leurs camps pour pouvoir observer les pouliches aux seins nus41...

  • 42 Cf. Diodore de Sicile, IV, ch. XII.
  • 43 Georges Dumézil, op. cit., p. 28-29.

20Si les centaures modernes sont débarrassés de leurs pulsions sexuelles violentes, ils n’en restent pas moins des créatures souvent agressives et batailleuses. Le combat des centaures et des Lapithes montre assez la violence des centaures antiques. La rencontre d’Héraclès avec le centaure Pholos aboutit elle aussi à un massacre : attirés par l’odeur du vin, les centaures attaquent, armés de pierres et de troncs d’arbre, et sont pour la plupart tués par Héraclès42. Leur fureur, loin d’être due à l’ivresse, est déclenchée par l’attrait irrésistible que représente la boisson. Ce déchaînement de violence primitive, où la parole n’a pas de place, est purement instinctif et irraisonné. Les coutumes carnavalesques que recense Georges Dumézil en Europe de l’Est s’accompagnaient également de violences et pouvaient aller jusqu’au meurtre43.

  • 44 Le Roman de Troie, op. cit., v. 12372-12376 et La Mort Aymeri, op. cit., v. 2318-2322. Aymeri est f (...)

21À ces excès incontrôlables s’oppose l’agressivité maîtrisée du centaure guerrier : c’est ainsi que la littérature médiévale se représente le centaure, qu’elle appelle d’ailleurs Sagittaire, combattant qui tire des flèches empoisonnées44. Aymeri meurt de la main du plus puissant d’entre eux, Bugladans : il fallait bien cet adversaire effroyable et hors de l’humain pour venir à bout du vieux héros.

  • 45 N4, p. 392-393.
  • 46 IG1, p. 227 et p. 235 sqq.
  • 47 HP7, p. 706.
  • 48 HP5, p. 782.

22La littérature contemporaine, quoique préférant le terme de « centaure » à celui de « sagittaire », retient cette conception d’un centaure-guerrier. Le centaure Ouragan convainc immédiatement le prince Caspian de la nécessité de mener une guerre contre l’usurpateur, et même de la possibilité de la gagner45. Charys, dans les Chroniques de l’Imaginarium Geographica, est un capitaine de bateau, un guerrier et un stratège46. Dans Harry Potter et les reliques de la mort, Firenze sera blessé au cours du combat contre Voldemort47. En ces temps incertains, les centaures portent à nouveau arc et carquois rempli de flèches48. Les centaures de Fablehaven, Large-sabot et Aile-de-nuage, sont naturellement désignés pour être les chefs lors de la guerre contre l’Ombre :

  • 49 F3, p. 367.

Aile-de-nuage se cabra, ses muscles de cheval se nouant sous sa robe argentée. Il prit un arc immense dans une main ; un carquois contenant des flèches de la taille de javelots était accroché dans son large dos. Large-sabot dégaina sa formidable épée d’un geste impérial. La lame polie accrochait les rayons de lumière. [...] Épaule contre épaule, ils chargèrent à travers le passage, piétinant les satyres de l’Ombre qui cherchaient à leur barrer la route49.

  • 50 L4, p. 54-57.
  • 51 X3, p. 310-347.
  • 52 X1, p. 340-353.

23Dans le Lion de Macédoine, les centaures sont également des guerriers armés d’arcs et de flèches. Leur intervention sauve les défenseurs d’Alexandre50. La même efficacité guerrière se retrouve chez les centaures de Xanth. Ceux qui construisent les remparts de Château-Roogna en assurent également la défense à grand renfort de grenades et de flèches51. Bernard l’Ermite, le vieux centaure, organise la résistance contre une invasion et meurt en héros en sauvant Xanth52. Enfin, dans la série Percy Jackson, Chiron appelle ses cousins à la rescousse lors de la bataille contre Cronos.

  • 53 PJ2, p. 310.

Les Poneys Fêtards ont tous débarqué sur le pont avec une telle férocité, dans une telle explosion de couleurs, que l’espace d’un moment même Luke est resté paralysé. Je n’arrivais pas à comprendre s’ils venaient faire la fête ou attaquer.
Apparemment les deux [...], c’est déjà assez effrayant de se retrouver face aux sabots d’un étalon qui rue mais, devant un centaure armé d’un arc, qui pousse des cris de joie en agitant sa tête coiffée d’une casquette de base-ball, une cannette de soda au-dessus de chaque oreille, même le plus vaillant des guerriers battrait en retraite53.

  • 54 HO3, p. 293.

24En effet, la victoire est assurée grâce à l’intervention des centaures. Quant aux ichtyocentaures, armés d’un poignard ou d’« une énorme épée à la Conan le Barbare54 », on ne les voit pas combattre ; on apprend toutefois qu’ils dirigent un camp d’entraînement sous-marin où ils forment tous les héros de mer. Puissants et rapides, habiles et terrifiants, généralement munis d’un arc mais employant toutes les armes défensives et offensives, les centaures modernes apparaissent comme des combattants hors pair et invincibles.

  • 55 F3, p. 389-403.

25Invincibles ? Pas toujours. En une occasion, un centaure est vaincu, autant par son arrogance que par son adversaire. L’insolence de Seth conduit Large-sabot à le provoquer en duel, bien qu’il ne soit qu’un enfant. Patton Burgess, homme d’expérience, parvient à prendre la place de Seth et à dominer le centaure grâce à sa force et à son agilité. Ainsi le caractère du centaure est sa faiblesse : s’il n’avait pas été aussi obstiné et vindicatif, cette humiliation lui aurait été épargnée55. Dans la fantasy, le caractère ombrageux des centaures rappelle la furor dont pouvaient faire preuve leurs ancêtres mythologiques. Firenze est battu et banni par les siens lorsqu’il accepte de devenir professeur à Poudlard. Les centaures s’en prennent également à Dolorès Ombrage qui les insulte, et menacent Harry et Hermione :

  • 56 HP5, p. 849.

Tu croyais peut-être que nous étions de mignons petits chevaux doués de parole ? Nous sommes un peuple très ancien qui n’acceptera jamais les insultes et les invasions de sorciers ! Nous ne reconnaissons pas vos lois, ni votre prétendue supériorité...56

  • 57 X1, p. 36.
  • 58 L3, p. 147-150 et 165-168.

26Dans Fablehaven comme dans Harry Potter, les centaures ne tolèrent pas que l’on doute de leur supériorité : leurs instincts violents ressurgissent très vite tant ils sont prompts à se sentir offensés. Mais leur fureur est toujours contenue ou interrompue avant qu’il y ait massacre, ce qui différencie nettement la fantasy des récits mythologiques. Ainsi Chester, bien parti pour étrangler Bink, doit renoncer à ses projets lorsque sa compagne, Chérie, lui intime l’ordre de ne pas « provoquer un incident inter-ethnique57 ». Camiron, issu de la fusion entre le cheval Caymal et le magus Chiron, est une créature plus complexe : comme c’est l’animal qui domine en lui, il est capable d’un grand courage mais peut aussi être pris de peur. Sous sa forme humaine, il aide Alexandre ; sous sa forme animale, il envisage de le dévorer, parce qu’il est affamé. La faim et la peur, sensations primitives, lui donnent envie de tuer58. Bien que les instincts animaux du centaure, imprévisible, le rendent particulièrement dangereux, il reprend toujours à temps sa forme humaine. Ainsi, la littérature contemporaine, qui conçoit des centaures à la violence contrôlée, guerriers émérites et fins stratèges, garde malgré tout en mémoire leur possible sauvagerie : les centaures sont d’ombrageuses créatures qu’il est préférable d’avoir pour alliés.

Un être de sagesse et de savoir

  • 59 EB1, p. 166.
  • 60 EB3, p. 128-220.
  • 61 Cf. Pindare, Les Néméennes, III, IV ; Ovide, Les Métamorphoses, II ou Les Fastes, V.

27Allié et rarement davantage : il est difficile de se faire du centaure un ami, tant il conserve avec le reste du monde une certaine distance. Celle-ci, assurément, est due à la conscience de sa supériorité – mais elle vient aussi de la fonction que le centaure remplit auprès du héros : très souvent, il joue le rôle de mentor, voire de professeur. À l’instar de Chiron que la fantasy ressuscite volontiers, le centaure forme le jeune héros et le guide tout au long d’un parcours semé d’embûches. C’est bien ce Chiron mythologique que rencontre Loup dans Les Écrans de Brume : « Je suis Chiron, le fils de Cronos ! Je suis le maître d’Achille, d’Esculape, de Jason, de Thésée, je suis le maître d’Ophéline et le conseiller des dieux de l’Olympe, l’ami d’Ulysse et d’Héraclès59 ! » La chose n’est pas sans avantages : qui mieux que Chiron saurait ramener Héraclès des Enfers pour lui faire affronter une nouvelle hydre que les héros du présent ne parviennent pas à vaincre ? Grâce à son intervention, Loup est sauvé. Après quoi, Héraclès réintègre les Enfers60. Dans Percy Jackson et dans Les Héros de l’Olympe, où revivent tous les dieux de la mythologie grecque et latine, Chiron est bien celui que chantaient déjà Pindare et Ovide61 :

  • 62 PJ1, p. 108. Pour la série Héros de l’Olympe, cf. HO1, p. 92-100.

— Vous me dites que vous vous appelez Chiron. Êtes-vous vraiment...
Il m’a regardé en souriant.
— Le Chiron des histoires ? L’éducateur d’Héraclès et tout ça ? Oui, Percy, c’est moi62.

  • 63 L3, p. 169-171.
  • 64 HP5, p. 671-678.
  • 65 X1, p. 41.
  • 66 X4, p. 10.
  • 67 X4, p. 192.
  • 68 A3, p. 53.

28Le Chiron du Lion de Macédoine représente une variation du même personnage : Chiron, qui vient en aide au jeune Alexandre et qui le guide dans un monde inconnu, est un magicien occasionnellement centaure et l’ancien maître de Philippos63. Xanth et Harry Potter renouvellent davantage l’image du centaure-maître. Firenze est recruté par Dumbledore pour assurer les cours de divination en remplacement de Sibylle Trelawney. Alors que Chiron, mentor et conseiller, noue une relation individuelle avec un jeune héros, Firenze est professeur : il fait cours à Poudlard face à un groupe d’élèves pour lesquels il n’a pas d’attachement particulier64. À Xanth, l’école du village de Bink est « dirigée par un maître étalon65 » ; plus tard, son fils Dor aura Chérie pour maîtresse d’école, une centauresse au « Q.I. super-hyper développé », soupire le jeune garçon, qui ajoute : « les historiens, les poètes et les maîtres d’école de Xanth sont tous des centaures66. » L’intelligence supérieure des centaures et leur culture étendue les conduisent naturellement à ces métiers d’intellectuels. D’autres sont plutôt chercheurs ou savants, comme Arnold l’Archiviste, un « puits de science67 », ou Foaly, inventeur et « génie technologique68 ». Les centaures contemporains combinent donc, tout particulièrement dans Xanth, les caractéristiques du fils de Cronos et celles de la race d’Ixion, alors que les séries de Rick Riordan conservent les deux types de centaures : d’une part Chiron, le sage centaure, et d’autre part les Poneys Fêtards, les guerriers fous. Le Lion de Macédoine distingue également entre les vrais centaures, qui vivent dans les bois, et Chiron, un magicien qui parvient à devenir centaure. Le bannissement de Firenze dans Harry Potter reproduit cette opposition entre un centaure-maître et un groupe de centaures plus sauvages et plus violents. Double par sa nature, le centaure remplit ainsi une fonction double : guerrier et professeur.

  • 69 Machiavel, Le Prince, trad. Y. Lévy, Paris, Garnier Flammarion, p. 159.
  • 70 X1, p. 41.

29Qu’enseignent les centaures ? Selon Machiavel, la nature ambivalente des centaures est en elle-même source d’enseignement : donner à un prince un précepteur mi-homme mi-bête ne veut dire rien d’autre sinon qu’« il faut qu’un prince sache user de l’une et de l’autre nature69 » : combattre avec les lois et avec la force. Ce symbolisme n’est pas celui de la fantasy, qui aime à représenter le centaure comme un érudit amoureux de tous les savoirs. Dans le premier volume de Xanth, Chérie déclare : « Je me spécialise dans l’histoire humanoïde, et Chester étudie les applications du cheval-vapeur70 ».

  • 71 X4, p. 53.
  • 72 X4, p. 199-204.
  • 73 L3, p. 196-197.
  • 74 Cf., entre autres exemples, PJ2, p. 76 et 314. Cette compétence du Chiron antique, qui fut le maîtr (...)
  • 75 N7, p. 765.

30Toutefois, dans les premières pages de L’(A)ile du centaure, Chérie est chargée d’enseigner l’orthographe à Dor, avec un succès tout relatif. Son fils Chet, trop jeune pour être lui-même professeur, excelle en « mathématiques élémentaires, complémentaires et supérieures71 ». Arnold, tout en fournissant un travail d’archéologue ou d’archiviste, apparaît comme un très bon historien72. De même, Chiron sait expliquer à Alexandre les relations entre les mondes ainsi que l’histoire du monde dans lequel il est entré73. Dans Percy Jackson, Chiron soigne les blessures, une compétence apparemment partagée par toute sa famille74. Le savoir des centaures semble universel ! Ailleurs, les centaures ont surtout le rare talent de savoir lire les astres. C’est le cas de Roonwit, qui vient avertir Tirian, le dernier roi de Narnia, du danger qui menace le royaume : « Sire, vous savez que j’ai derrière moi une longue vie consacrée à étudier les étoiles car nous autres, les centaures, vivons plus longtemps que vous, les hommes75... ». Telle est aussi la discipline qu’enseigne Firenze :

  • 76 HP5, p. 675.

Je sais qu’au cours d’astronomie, vous avez appris les noms des planètes et de leurs lunes [...] et que vous avez relevé la trajectoire des étoiles dans les cieux. Au cours des siècles, les centaures ont dénoué les mystères de ces mouvements. Nos découvertes nous enseignent qu’il est possible d’avoir un aperçu de l’avenir en observant le ciel76.

  • 77 X4, p. 49.
  • 78 Ibid., p. 23-24.

31Or l’histoire est l’étude du passé, la divination tente de connaître l’avenir. Les centaures se distinguent donc par leur rapport au temps, qui ne s’écoule pas pour eux au même rythme que pour les hommes : ils grandissent plus lentement77, vieillissent plus doucement78 et vivent plus longtemps que les humains. Cette temporalité étendue est la source de la sagesse des centaures, bien supérieure à celle des humains au champ de vision restreint :

  • 79 HP5, p. 675.

Les petites blessures, les minuscules accidents que subissent les hommes [...], tout cela n’a pas plus de sens dans l’univers que le grouillement des fourmis et n’est en rien affecté par le mouvement des planètes79.

32Et voilà pourquoi le professeur Trelawney est incompétente, aveuglée qu’elle est par les « insuffisances » qui caractérisent l’espèce humaine. À l’instar peut-être de certains intellectuels, les centaures jugent que leur supériorité est évidente :

  • 80 F3, p. 347.

Contrairement aux fées, les centaures considèrent sincèrement toutes les autres créatures comme inférieures à eux.
— Un peu comme mon prof de maths, observa Seth.80

  • 81 X4, p. 9.
  • 82 Ibid., p. 19.

33Si la supériorité guerrière des centaures est rarement remise en question, leur suprématie intellectuelle, elle, ne l’est jamais. Plus grands, plus forts, plus intelligents et très conscients de leur excellence, les centaures sont malgré tout appréciés des hommes. Certes, Dor éprouve une certaine rancœur envers « cette broute épaisse de Chérie81 », qui lui donne des devoirs impossibles à faire – comme une rédaction de cent cinquante mots – et qui ne manquera pas de lui redonner du travail une fois qu’il aura fini l’exercice : « Car il savait, comme tous ceux de son âge, que le but premier de l’instruction était moins d’enseigner aux écoliers des choses utiles que de les occuper par des corvées82 ».

  • 83 X1, p. 50.
  • 84 HP1, p. 249.

34Ses grandes difficultés en orthographe et les railleries de son entourage lui inspirent un peu d’aigreur envers la centauresse. Mais les autres héros recherchent en général la compagnie des centaures. Bink, le père de Dor, garde un très bon souvenir de son maître : « il était bien le seul à ne jamais se lasser de mes questions. Il m’a énormément appris83 ». Les centaures aiment en effet partager leur savoir. Enseigner, apprendre, c’est pour eux tout l’intérêt de l’existence. Lorsque Ronan fait la connaissance d’Hermione et de Harry, sa première et unique question est la suivante : « — Vous êtes des élèves de l’école ? Et vous apprenez beaucoup de choses ? — Un peu, répondit timidement Hermione. — Un peu, c’est déjà pas mal, soupira le centaure84 », retournant incontinent à l’observation des astres.

  • 85 Par exemple, cf. PJ1, p. 85-99 ou HO1, p. 93-99.
  • 86 PJ1, p. 30.

35Leur longévité, leur expérience les rendent de bon conseil : dans Percy Jackson ou dans Les Héros de l’Olympe, Chiron est toujours présent quand il s’agit de réfléchir et de délibérer. Il n’impose jamais son point de vue, mais amène son interlocuteur à comprendre les événements par lui-même85. Il lui donne confiance en lui-même : « Je me suis souvenu de l’expression grave de M. Brunner [i. e. Chiron], de ses yeux vieux de mille ans. Je n’accepterai que le meilleur de votre part, Percy Jackson86 ».

  • 87 PJ4, p. 401.
  • 88 Cf. PJ2, p. 77.
  • 89 PJ1, p. 107.

36Le centaure paraît également capable de lire l’âme de son interlocuteur – mais est-ce une compétence inhérente au centaure ou à la fonction de professeur ? Percy, surpris de la ressemblance entre Chiron et Paul, compagnon de sa mère et professeur, s’interroge : « Curieusement, [Paul] me faisait penser à Chiron quelquefois, avec cette façon de vous regarder et de voir littéralement vos pensées. Ça devait être leur aura de prof87 ». C’est la raison pour laquelle le maître, même très aimé88, inspire une certaine crainte, voire une forme d’incompréhension. Lorsque Chiron évoque son métier, « professeur pour héros tant que l’humanité aurait besoin de [lui] », Percy est perplexe : « J’ai réfléchi à ce que cela représentait d’être prof pendant trois mille ans. Je ne l’aurais pas mis sur ma liste des “Dix choses que je désire le plus au monde”89 ».

  • 90 HP5, p. 678.
  • 91 A1, p. 61.

37La place du maître, qui revit éternellement les mêmes apprentissages avec des héros différents, ne semble guère enviable. Mais ce qui le rend parfaitement incompréhensible, c’est parfois le contenu de son enseignement. Firenze explique ainsi à ses élèves de Poudlard que la divination, art délicat, ne peut pas s’apprendre : « Son objectif essentiel ne semblait pas être de leur enseigner ce qu’il savait mais plutôt de leur faire comprendre que rien, pas même le savoir des centaures, n’était infaillible90 ». La réflexion de Foaly est identique : « La confiance, c’est de l’ignorance, déclara le centaure d’un ton docte. Quand on se sent sûr de soi, c’est qu’il y a quelque chose qu’on ignore91. »

38Les centaures enseignent ainsi le doute : ils veulent amener leur interlocuteur à réfléchir et à agir par lui-même. L’esprit doit toujours être en alerte et éviter de se reposer sur des certitudes faciles ou des illusions dangereuses. C’est l’autonomie de l’esprit qui apporte la maturité. Les centaures dispensent un savoir, mais aussi une sagesse.

  • 92 X4, p. 192.

39Cependant d’autres centaures tiennent un discours plus abscons. Une sous-espèce, peu représentée, peine à communiquer avec autrui et ne s’épanouit qu’en présence d’un homologue : le chercheur. Arnold, qui parle un langage très soutenu que ses compagnons ont du mal à comprendre, qui est réputé « d’une intelligence prodigieuse [...] mais peu sociable92 », se retrouve dans son élément lorsqu’il rencontre son homologue de la Vulgarie :

  • 93 Ibid., p. 255.

Les deux chercheurs s’engagèrent dans une discussion technique, et Dor fut bientôt largué. Ils s’animaient de plus en plus au fur et à mesure qu’ils se jaugeaient et appréciaient leurs connaissances mutuelles. Aucun doute : ils étaient bien de la même espèce93. »

40Différents de forme, les deux archivistes se ressemblent intellectuellement et se comprennent parfaitement à l’inverse de leur environnement accablé. Si le professeur, tourné vers l’élève, le stimule, le chercheur ignore le reste du monde pour ne s’intéresser qu’au savoir.

41La fantasy, qui a contribué à stabiliser la forme mouvante du centaure, conserve l’idée d’un être double : le centaure est à la fois homme et cheval, guerrier et savant, sauvage et raffiné. Majestueux, il a envahi l’imaginaire des auteurs et le pays merveilleux qu’aiment à arpenter l’adulte autant que l’enfant. Alors que le Moyen Age avait surtout fait de l’être hybride un symbole du péché et du Sagittaire un guerrier terrifiant, la littérature contemporaine, non sans humour, va combiner cette image avec celle du professeur. Se crée ainsi une sorte de mythologie de l’enseignant et du chercheur. Toujours un peu inquiétant, humain comme ses élèves et pourtant différent et mystérieux, le centaure devient un symbole du maître. De sa haute et grave silhouette, avec autorité et exigence, il épaule le jeune héros en quête : il combat à ses côtés, l’instruit et le fait grandir. À travers la figure du centaure, le professeur, humain pas assez humain, révèle sa vraie nature de monstre hybride.

Haut de page

Bibliographie

Entre crochets, les abréviations utilisées dans le texte.

Anthony, Piers, Xanth (à partir de 1977), trad. D. Haas, Presses Pocket, 1991-1994. Les huit volumes ont été republiés et suivis d’un neuvième chez Milady (Paris, 2010, trad. P. Appelius)94 :
[X1] Lunes pour Caméléon
[X2] La Source de magie
[X3] Château-Roogna
[X4] L’(A)ile du centaure,
[X5] Amours, délices et ogres
[X6] Cavale dans la nuit
[X7] Dragon sur piédestal
[X8] La Tapisserie des gobelins
[X9] Un Golem dans le potage

Belfiore, Robert, Les Écrans de brume, Paris, Bayard Presse, 2008-2013 :
[EB1] Loup et le cristal d’Erax
[EB2] Koubatsou et les jeux du siècle
[EB3] Ophéline et la fin des temps

Colfer, Eoin, Artemis Fowl, trad. J.-F. Ménard (sauf le t. 6, trad. J. Esch), Paris, Gallimard Jeunesse, 2001-2012 :
[A1] Artemis Fowl
[A2]Mission polaire
[A3] Code éternité
[A4] Opération Opale
[A5] Colonie perdue
[A6] Le Paradoxe du temps
[A7] Le Complexe d’Atlantis
[A8] Le Dernier Gardien

Gemmell, David, Le Lion de Macédoine, trad. E. Holweck, révisée par T. Day, Paris, Gallimard Folio SF, 1990-1991 :
[L1] L’Enfant maudit
[L2] La Mort des nations
[L3] Le Prince noir
[L4] L’Esprit du chaos

Lewis, CS, Narnia (1950-1956), trad. Ph. Morgaut pour les t. 3, 5, 6 et 7, C. Dutheil de la Rochère pour le t. 1, et A.-M. Dalmais pour les t. 2 et 4. L’édition utilisée (Gallimard-Jeunesse, Paris, 2005) rassemble les sept tomes en un seul ouvrage :
[N1] Le Neveu du magicien
[N2] Le Lion, la sorcière blanche et l’armoire magique
[N3] Le Cheval et son écuyer
[N4] Le Prince Caspian
[N5] L’Odyssée du passeur d’aurore
[N6] Le Fauteuil d’argent
[N7] La Dernière Bataille

Mourlevat, Jean-Claude, Le Combat d’hiver, Paris, Gallimard Jeunesse, 2006.

Mull, Brandon, Fablehaven, trad. M.-J. Lamorlette, Paris, Nathan, 2006-2010. La série est actuellement republiée par Pocket Jeunesse (Paris, 2013-2014) :
[F1] Le Sanctuaire secret
[F2] La Menace de l’étoile du soir
[F3] Le Fléau de l’Ombre
[F4] Le Temple des dragons
[F5] La Prison des démons

Owen, James A., Les Chroniques de l’Imaginarium Geographica, trad. S. Barets (t. 1) et K. Suhard-Guié (t. 2), Paris, Bayard Jeunesse, 2010-2011. La série, qui en est à son septième volume (The First Dragon, 2013), n’est apparemment plus traduite en français :
[IG1] L’Archipel des Rêves
[IG2] La Croisade des enfants perdus

Riordan, Rick, Percy Jackson, trad. M. de Pracontal, Paris, Albin Michel, 2005-2010 :
[PJ1] Le Voleur de foudre
[PJ2] La Mer des monstres
[PJ3] Le Sort du Titan
[PJ4] La Bataille du labyrinthe
[PJ5] Le Dernier Olympien

Riordan, Rick, Les Héros de l’Olympe, trad. M. de Pracontal, Paris, Albin Michel, 2010-2014 :
[HO1] Le Héros perdu
[HO2] Le Fils de Neptune
[HO3] La Marque d’Athéna
[HO4] La Maison d’Hadès
[HO5] Le Sang de l’Olympe (à paraître au printemps 2015)

Rowling, JK, Harry Potter, trad. J.-F. Ménard, Paris, Gallimard Jeunesse, 1997-2007 :
[HP1] Harry Potter à l’école des sorciers
[HP2] Harry Potter et la Chambre des secrets
[HP3] Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban
[HP4] Harry Potter et la Coupe de feu
[HP5] Harry Potter et l’Ordre du phénix
[HP6] Harry Potter et le Prince de sang-mêlé
[HP7] Harry Potter et les Reliques de la mort

Updike, John, Le Centaure (1963), trad. Laure Casseau, Paris, Seuil, 1965.

Haut de page

Notes

1 Par ordre chronologique de parution. Cf. en fin d’article la bibliographie détaillée ainsi que les abréviations ci-après utilisées. On notera que certains de ces romans ont donné lieu à des adaptations cinématographiques : Le Lion, la sorcière blanche et l’armoire magique (2005), Le Prince Caspian (2008), L’Odyssée du passeur d’aurore (2010) reprennent partiellement Narnia ; les sept romans de la série Harry Potter ont tous été adaptés au cinéma entre 2001 et 2011, le dernier correspondant à deux films (Harry Potter et les reliques de la mort, 1ère et 2e parties) ; enfin Percy Jackson a pour le moment donné lieu à deux films, Le Voleur de foudre (2010) et La Mer des monstres (2013).

2 N2, p. 184.

3 Newt Scamander (alias JK Rowling), Les Animaux fantastiques : vie et habitat des animaux fantastiques, trad. J.-F. Ménard, Paris, Gallimard Jeunesse, 2013, p. 54.

4 Georges Dumézil, Le Problème des Centaures : étude de mythologie comparée indo-européenne, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner, 1929, p. 18-19. Jean Baumel donne d’autres exemples dans Le Masque-Cheval et quelques autres animaux fantastiques (Paris, Institut d’Études Occitanes, 1954). L’union entre un homme et un cheval ne produit pas toujours un centaure, d’où le terme d’homme-cheval. C’est du reste ainsi que Jean-Claude Mourlevat, dans Le Combat d’hiver, nomme les « bourrins », des êtres robustes, simples et loyaux qui « ont besoin d’un maître » mais qui « aiment bien choisir ce maître » (p. 285) : pour avoir la force et le caractère d’un cheval, ces « bourrins » n’en sont pas moins des hommes.

5 Sur la parenté entre centaures et satyres, cf. G. Dumézil, op. cit., p. 169 ou J. Baumel, op. cit., p. 118-119.

6 Georges Dumézil, op. cit., p. 168. L’auteur décrit plusieurs représentations anciennes des centaures dans la Grèce antique p. 167-168.

7 Benoît de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, édition et traduction d’Emmanuèle Baumgartner et Françoise Vielliard, Le Livre de Poche, Paris, 1998, v. 12353-12359.

8 La Mort Aymeri de Narbonne, Paolo Rinoldi, Edizioni Unicopli (éd.), Milan, 2000, v. 2378.

9 Francis Dubost, « L’autre guerrier : l’archer-cheval – Du Sagittaire du Roman de Troie aux Sagittaires de La Mort Aymeri de Narbonne », De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille (en hommage à M. Rossi et P. Bancourt), Senefiance no25, 1988, Publications du CUERMA, Université de Provence, p. 181-182. Les représentations du centaure pour ce même Roman de Troie varient selon les manuscrits, comme l’a montré Stefania Cerrito dans « Come beste esteit peluz – L’image du Sagittaire dans les différentes versions de la légende de Troie au Moyen Age », dans La Chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge, Senefiance no50, 2004, p. 69-82.

10 L3, p. 170.

11 Isidore de Séville, Etymologies, livre XI, De portentis (III), 37-39, texte latin en ligne : http://www.thelatinlibrary.com/isidore.html. L’article de Max Schmitz sur le Tractatus de naturis animalium d’Engelbert d’Admont souligne l’influence d’Isidore sur les auteurs ultérieurs (« Dans le sillage d’Isidore de Séville », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2011. URL : http://crm.revues.org/10802).

12 De fait, ces centaures n’existent pas, comme l’explique Arnaud Zucker dans son édition du Physiologos : le bestiaire des bestiaires (éd. Jérôme Millon, coll. « Atopia », Grenoble, 2004, p. 118) : « comme souvent, la confrontation des textes grec et hébraïque montre d’énormes divergences, et en l’occurrence une invasion en grec d’animaux mythiques et sauvages : si l’on vise leur forme originale, dans le texte massorétique, les démons sont des boucs, les onocentaures des hyènes, les sirènes des autruches [...]. Les soixante-dix traducteurs grecs assermentés de la Septante n’étaient pas zoologues. »

13 Cf. Jacqueline Leclercq-Marx, « Du monstre androcéphale au monstre humanisé. À propos des sirènes et des centaures, et de leur famille, dans le haut Moyen Âge et à l'époque romane », dans Cahiers de civilisation médiévale, 45e année (no177), janvier-mars 2002, note 1, p. 56.

14 HO3, p. 293.

15 Cf. Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine, Annie Collognat (dir.), article « Centaures », Paris, Omnibus, 2012, p. 190-192 ; ou Pindare, Pythiques, II, 20.

16 Dans Traditions tératologiques ou Récits de l'antiquité et du moyen âge en Occident sur quelques points de la fable, du merveilleux et de l'histoire naturelle (Paris, Imprimerie Royale, 1836, p. 28-29), Jules Berger de Xivrey cite notamment Servius (Géorgiques, III) et Ovide (Les Tristes, V). On peut y ajouter Lucrèce, qui démontre la non-existence des centaures dans le De Natura rerum (IV) : « un Centaure, ce n’est certes pas l’image d’un être vivant, puisqu’un tel animal n’est jamais né de la nature » (éd. H. Clouard, Paris, GF, p. 137). Les monstres hybrides sont le produit de notre imagination et rien d’autre !

17 Plutarque, Le Banquet des sept sages, ch. 3.

18 X4, p. 202-203.

19 X3, p. 162. Sur l’Evolutionnisme, voir aussi X1, p. 320-325.

20 F1, p. 79.

21 F4, p. 6. De même, dans Harry Potter, le monde magique est accessible par la voie 9 ¾ de la gare de King’s Cross ou par le Chemin de Traverse. Artemis Fowl fait des recherches pour avoir accès au monde des fées et à leurs connaissances.

22 PJ1, p. 98.

23 Cf. EB1, p. 16.

24 L4, p. 128.

25 Cf. Jacqueline Leclercq-Marx, op. cit., p. 56 et fig. 1.

26 Victor-Henry Debidour, Le Bestiaire sculpté en France, Paris, Arthaud, 1961, p. 293.

27 Gautier Map, Contes pour les gens de cour, Alan Keith Bate (éd.), Turnhout, Brepols, 1993, p. 152.

28 Saint Jérôme, Vie de Paul de Thèbes et vie d'Hilarion, P. de Labriolle (éd.), Bloud et Cie, 1907, p. 22.

29 Outre la référence que représente l’ouvrage de V.-H. Debidour déjà cité, cf. Franck Thénard-Duvivier, « Hybridation et métamorphoses au seuil des cathédrales », Images Re-vues, [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2009, URL : http://imagesrevues.revues.org/686.

30 Grégoire de Nysse cité par Jacques Voisenet, Bêtes et hommes dans le monde médiéval : le bestiaire des clercs du ve au xiie siècle, Turnhout, Brepols, 2000, p. 23.

31 Jacques Voisenet, op. cit., p. 19.

32 Michel Pastoureau, « L’animal », dans Le Moyen Age en lumière, Jacques Dalarun (dir.), Paris, Fayard, 2002, p. 98. L’origine païenne du masque-cheval, présent lors des fêtes de Carnaval, est la cause de cette condamnation du Centaure par l’Église (cf. J. Baumel, op. cit., p. 138-140).

33 Cf. La Mort Aymeri, op. cit., v. 2330-2332.

34 Ibid., v. 2802-2804.

35 N2, p. 184.

36 HP1, p. 253.

37 Pour un aperçu du bestiaire de la fantasy, cf. Anne Besson, « Bestiaire de fantasy, bestiaire de fantaisie ? », dans Le Merveilleux et son bestiaire, Paris, L’Harmattan, p. 151-163.

38 Jacqueline Leclercq-Marx, op. cit., p. 66.

39 Georges Dumézil, op. cit., p. 26-27.

40 La Mort Aymeri, op. cit., v. 2782-2787.

41 X1, p. 324.

42 Cf. Diodore de Sicile, IV, ch. XII.

43 Georges Dumézil, op. cit., p. 28-29.

44 Le Roman de Troie, op. cit., v. 12372-12376 et La Mort Aymeri, op. cit., v. 2318-2322. Aymeri est frappé d’une flèche au fer « entoschié de venin » (v. 3447). Le Sagittaire du Roman de Troie envoie des flèches enflammées par son écume (v. 12428-12431).

45 N4, p. 392-393.

46 IG1, p. 227 et p. 235 sqq.

47 HP7, p. 706.

48 HP5, p. 782.

49 F3, p. 367.

50 L4, p. 54-57.

51 X3, p. 310-347.

52 X1, p. 340-353.

53 PJ2, p. 310.

54 HO3, p. 293.

55 F3, p. 389-403.

56 HP5, p. 849.

57 X1, p. 36.

58 L3, p. 147-150 et 165-168.

59 EB1, p. 166.

60 EB3, p. 128-220.

61 Cf. Pindare, Les Néméennes, III, IV ; Ovide, Les Métamorphoses, II ou Les Fastes, V.

62 PJ1, p. 108. Pour la série Héros de l’Olympe, cf. HO1, p. 92-100.

63 L3, p. 169-171.

64 HP5, p. 671-678.

65 X1, p. 41.

66 X4, p. 10.

67 X4, p. 192.

68 A3, p. 53.

69 Machiavel, Le Prince, trad. Y. Lévy, Paris, Garnier Flammarion, p. 159.

70 X1, p. 41.

71 X4, p. 53.

72 X4, p. 199-204.

73 L3, p. 196-197.

74 Cf., entre autres exemples, PJ2, p. 76 et 314. Cette compétence du Chiron antique, qui fut le maître d’Esculape, est bien connue au Moyen Âge : le centaure figure souvent dans les herbiers, « tenant dans sa main une branche de la plante à laquelle il a donné son nom : la centaurée. » (Rémy Cordonnier, Le Bestiaire médiéval, Paris, Citadelles et Mazenod, 2011, p. 226). Mais elle n’est pas reprise par les autres auteurs de fantasy. Dans l’Île des Centaures, un centaure malade va tout simplement chez le vétérinaire (X4, p. 181).

75 N7, p. 765.

76 HP5, p. 675.

77 X4, p. 49.

78 Ibid., p. 23-24.

79 HP5, p. 675.

80 F3, p. 347.

81 X4, p. 9.

82 Ibid., p. 19.

83 X1, p. 50.

84 HP1, p. 249.

85 Par exemple, cf. PJ1, p. 85-99 ou HO1, p. 93-99.

86 PJ1, p. 30.

87 PJ4, p. 401.

88 Cf. PJ2, p. 77.

89 PJ1, p. 107.

90 HP5, p. 678.

91 A1, p. 61.

92 X4, p. 192.

93 Ibid., p. 255.

94 Depuis, la série n’a plus été traduite en français. Elle compte à ce jour trente-huit volumes. Le trente-neuvième, Five Portraits, était prévu pour fin 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Gallé, « Avatars des Centaures : du mythe à la fantasy », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1364 ; DOI : 10.4000/strenae.1364

Haut de page

Auteur

Hélène Gallé

Maître de conférences
Université de Franche-Comté – ELLIAD-Centre Jacques Petit

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org