Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le Petit Chaperon Rouge dans le bois de New York

Alice Brière-Haquet

Résumé

D’un côté, le Petit Chaperon Rouge, symbole du temps passé et de ses veillées au coin du feu, de l’autre New York, véritable représentante de la modernité occidentale et de ses rythmes frénétiques. Deux univers incompatibles ? Trois œuvres font le pari que non… Il s’agit de l’album Le Loup de la 135e avenue de Rebecca Dautremer et Arthur Lebœuf, du roman espagnol Caperucita en Manhattan de Carmen Martín Gaite et de la bande-dessinée de l’américain Bill Willingham : Fables. Trois regards aux origines et aux publics différents qui se retrouvent dans la volonté de fusionner espace réel et monde imaginaire, pour offrir un nouveau type d’initiation, au personnage comme au lecteur.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

conte, réécriture, ville, New York
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carmen Martín Gaite, Caperucita en Manhattan, Madrid, Siruela, 1990.
  • 2 Rebecca Dautremer, Arthur Lebœuf, Le Loup de la 135e avenue, Paris, Seuil, 2008.
  • 3 Bill Willingham, Fables, New York, DC Comics, 2003- , 20 volumes à ce jour.

1Le Petit Chaperon Rouge est peut-être aujourd’hui le personnage littéraire le plus célèbre en Occident. Icône du conte, il appartient à tous et le bois qu’il traverse est devenu un véritable « lieu commun ». Nombre de réécritures contemporaines s’en amusent, trompant les attentes du lecteur pour l’emmener vers de nouveaux territoires. L’exploration est a priori infinie, pourtant de nouveaux topoï se dessinent. New York, par exemple, où trois auteurs font le pari d’envoyer l’enfant et son panier. Il s’agit en 1990 de Carmen Martín Gaite avec sa Caperucita en Manhattan1. L’auteur, poète et traductrice espagnole lance une jeune héroïne originaire de Brooklyn dans les rues de Manhattan. Le principe est très proche dans l’album que Rebecca Dautremer et Arthur Lebœuf proposent en 2008 : Le Loup de la 135e avenue2. L’illustratrice française de renommée internationale délègue sur cet album le pinceau pour prendre la plume et conter l’histoire d’un petit garçon vivant à Harlem dans les années 1950. À ces regards étrangers se joint depuis 2003 celui de Bill Willingham, scénariste plusieurs fois récompensé pour son comics Fables3, une bande dessinée à suivre de la plus pure tradition américaine, qui réinvestit les personnages de contes traditionnels dans une New York actuelle.

2Mais New York est peut-être elle-même la plus célèbre des villes du xxe siècle… Deux mythes se font donc front, s’opposant en tout point : le Petit Chaperon Rouge représente les temps lointains, la ruralité et les veillées au coin du feu, quand New York est l’incarnation de notre modernité. Le pays des merveilles se heurte ainsi à celui de la réalité, avec son béton, sa circulation et sa logique toute capitaliste. Que reste-t-il, alors, du bois d’autrefois ? A-t-il été rasé par l’esprit post-moderne ou ne donnerait-il pas, au contraire, des racines aux gratte-ciel ? C’est ce que nous tenterons de comprendre en étudiant dans un premier temps les glissements spatiaux, pour ensuite suivre le parcours initiatique qui s’y déploie, ce qui nous mènera à considérer le merveilleux moderne comme le lieu de la polyphonie.

Le nouveau monde des Merveilles

3Là où Charles Perrault se contentait d’indications minimales pour tracer le parcours d’une « petite fille de village » qui va voir « sa mère-grand, qui demeuroit dans un autre village » et qui rencontra le loup « en passant dans un bois », les versions actuelles multiplient les références pour ancrer l’histoire de la fillette dans un espace géographique précis. C’est de manière symptomatique une carte qui ouvre Le Loup de la 135e avenue et Le Petit Chaperon Rouge à Manhattan. Dans le premier cas, il s’agit des pages de garde qui reproduisent une carte réelle de Manhattan, longue au totale de presque un mètre. Les couleurs un peu surannées créent d’emblée une ambiance vintage dans laquelle évolue le petit personnage en tenue de base-ball. Son parcours est marqué d’une ligne de gros points rouges qui le conduisent de Harlem à Brooklyn. L’importance topographique de l’histoire s’inscrit d’ailleurs dès le titre qui ne fait que suggérer de manière très elliptique sa filiation avec le conte source à travers la figure du loup, pour au contraire l’ancrer dans une spatialité extrêmement précise. La carte tient également une place d’une grande importante dans le roman de Carmen Martín Gaite, au point que la dernière édition de Flammarion choisit de la faire figurer sur la couverture. Le premier chapitre, intitulé « Repères géographiques à bien noter et présentation de Sara Allen » est la description d’une carte de New York avec son cœur vivant (l’île de Manhattan) et les artères qui le relient aux autres quartiers. Le chapitre suivant relate la façon dont l’enfant est entrée en possession de cette carte, mettant en route l’intrigue avec la figure du libraire Aurelio, l’amant de la grand-mère. Sara ne l’a jamais personnellement rencontré, mais Aurelio lui a fait passer, par l’intermédiaire de sa grand-mère, cette carte et ses premiers livres, ses premiers frissons de liberté. La carte accompagnera la fillette durant tout son périple, jusqu’à l’ultime course vers la Statue de la Liberté.

  • 4 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 23.

4Au-delà de la cartographie des lieux, les deux auteurs convoquent une foule de symboles qui renvoient à l’univers américain mis en scène dans le cinéma et qui, pour ces deux auteures européennes et pour leur public, signalent l’américanité. Il s’agit par exemple de l’avenue de Broadway, évoquée dans l’album de Rebecca Dautremer avec emphase lorsque le héros rapporte son souvenir d’enfant en usant de toutes les nuances de la ponctuation et de la typographie : « Après, j’ai filé en biais sur Broadway… Broadway ! BROADWAY !4 ». Les grosses voitures, autre motif du mythe américain, apparaissent dans les deux œuvres, comme les nombreuses limousines qui traversent le roman de Carmen Martín Gaite, et notamment celle que prête malicieusement le loup à Sara pour la ralentir, ou les « bijoux de chrome » qui font tourner la tête au petit personnage de la 135e avenue : « Cadillac, Pontiac, Buick, Lincoln ou Chevrolet Bel Air ». On pourrait également parler du base-ball ou du music-hall, en filigrane permanent, respectivement, de l’album et du roman, mais un petit détail exprimera de manière plus efficace l’imaginaire américain qui est ici convoqué : le Coca-Cola, présent dans les enseignes du Loup de la 135e avenue et dans le bar de la limousine où se sert à deux reprises la petite Sara. Ces deux ouvrages n’offrent pas seulement des cartes mais plutôt un guide touristique, un catalogue de motifs qui parlent aux imaginaires d’Européens nourris des clichés d’Hollywood.

5Avec Bill Willingham, le public change : son œuvre s’adresse aux adultes, éventuellement aux adolescents. La contrainte narrative à l’origine du comics reste pourtant la même : il s’agit de réécrire les contes du patrimoine dans le contexte moderne de Manhattan. La série s’ouvre sur une vue plongeante de New York, assez classique dans l’esthétique du comics ou du blockbuster, dans laquelle nous assistons à une course en taxi, jaune bien entendu, ponctuée du mille fois entendu « gardez la monnaie ». L’image se conforme donc à une certaine attente de ce que peut-être un récit new-yorkais moderne, mais les récitatifs en forme de parchemin percent une faille chronologique et logique :

  • 5 « Il était une fois… » / « Une ville imaginaire appelée New York. ». Bill Willingham, Fables, t. 1, (...)

Page 1, case 1 : « Once upon a time… »
Page 1, case 2 : « In a fictional land called New York City5. »

6L’intrigue repose sur l’idée d’une communauté parallèle et secrète, les « Fables » qui, chassée par un mystérieux « Adversaire », se serait réfugiée dans le monde des « Communs », le nôtre. Ce monde imaginaire caché au cœur de notre monde réel se serait installé dans une résidence de l’Upper West Side portant le nom de « Woodland Luxury Apartments ». Le lecteur entre dans l’immeuble avec le personnage et fait la connaissance du shérif Bigby, Big Bad Wolf repenti, et de son bureau avec son cendrier qui déborde, sa cafetière en marche, ses notes épinglées au mur, etc. Le réalisme ici renvoie clairement aux codes d’un autre univers fictionnel : le film noir. La porte d’à côté, le bureau de l’adjointe au maire, Blanche-Neige, connaît une autre forme de distorsion : la pièce est en réalité une caverne sans fond où flotte, parmi mille et un objets magiques, un bateau fantôme. Le récit a basculé dans le merveilleux et creusera par la suite dans cette direction avec un réseau de souterrains, de châteaux cachés, de fermes invisibles, et même d’accès aux nuages qui strient l’espace de la réalité. La tranquille façade de Woodland Apartments est en cela une vision adulte et bourgeoise du terrier du lapin blanc : le lecteur s’y trouve happé par un nouveau monde des merveilles. Ce n’est finalement pas le conte qui se trouve réécrit par rapport à la ville, mais bien la ville qui se trouve réorganisée par le conte.

7Si les trois œuvres multiplient les jalons géographiques, c’est en réalité moins pour combler une supposée soif moderne de positivisme que pour servir de prétexte à l’imaginaire, celui de la carte dans un premier temps, puis celui du cliché xénophile, enfin celui du trompe- l’œil. L’espace ordinaire offre un potentiel d’extraordinaire qui ne se découvre, cependant, qu’aux seuls initiés, que ceux-ci appartiennent à une communauté magique secrète ou à celle, nettement plus ouverte, de l’enfance. C’est alors le parcours dans la ville qui devient le lieu de l’initiation.

L’espace-temps de l’initiation

  • 6 Carmen Martín Gaite, Le Petit Chaperon rouge à Manhattan, trad. Mireille Duprat-Debenne, Paris, Fla (...)

8La créature magique comme l’enfant évoluent dans une dimension parallèle : les lieux restent les mêmes mais le regard est celui de l’imaginaire. Dans le roman de Carmen Martín Gaite, la ville est constamment vue à travers le prisme de l’imagination enfantine. Dès le premier chapitre, Sara compare Manhattan à « une île en forme de jambon avec un plat d’épinard au milieu6 ». L’image a beaucoup de succès auprès de ses parents et de leur cercle d’amis, mais très vite leur trivialité agace la petite fille. Elle est passée à d’autres images, d’autres références. Des livres que le mystérieux Aurelio lui a offert, trois sont cités : Robinson Crusoé, Alice au pays des merveilles et Le Petit Chaperon rouge. C’est à partir d’eux que l’enfant lit la ville. Comme Robinson, Sara se retrouve seule sur l’île de Manhattan, jusqu’au moment où elle rencontre son Vendredi, son autochtone, dans le personnage haut en couleurs de Miss Lunatic, la mendiante au landau. Comme Alice, elle pose un œil sage et étonné sur le monde qui l’entoure, un regard capable de s’émerveiller. Comme le Petit Chaperon rouge, elle a décidé de jouer avec le loup et la ville devient le lieu de la mise en pratique des rêveries suscitées par les livres et la carte. Lieu de l’expérimentation, l’espace urbain remplace la forêt dans son rôle d’initiation tel que Vladimir Propp le définit :

  • 7 Vladimir Propp, Istoričeskie korni volšebnoj shazki, Leningrad, Éditions de l’Université Gouverneme (...)

Le rite d’initiation a en effet toujours lieu dans une forêt. Cela est un trait constant, obligatoire, du rite d’initiation, dans le monde entier. Là où la forêt n’existe pas, les broussailles en tiennent lieu7.

9Le roman de Carmen Martín Gaite réserve une place de choix aux parcs. Situés à trois étapes du récit et en trois lieux de Manhattan, ils tracent une ligne droite dans la progression de la fillette. Le premier, situé au nord, est le parc de Morningside qui est lié à la grand-mère, parce qu’il est sous sa fenêtre, et parce qu’elle est l’une des seules à s’y aventurer malgré l’ombre du « Vampire du Bronx », un tueur en série qui y a autrefois assassiné cinq femmes... Le second parc, au centre, est évidemment Central Park. C’est là qu’elle rencontre M. Woolf et qu’elle noue le destin de sa grand-mère. Mais le sien est encore plus loin, tout au sud : il s’agit de Battery Park où se trouve l’entrée du tunnel vers la statue de la Liberté. La déambulation, cependant, n’est pas réservée au parc, et c’est souvent la rue elle-même qui devient sentier de forêt bordé de gratte-ciel. Le petit personnage de Rebecca Dautremer fait lui-même le lien :

  • 8 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 16.

C’est vrai, cette ville, sans rire, c’est une vraie forêt ! Rouge et grise, et bien profonde, avec ses arbres de brique et de ferraille et ses grottes de béton. J’ai toujours pensé ça, pas toi ? Moi je l’aimais bien ma forêt grise…8

10Si la dynamique de départ reste la même – il s’agit de quitter le foyer familial pour se mettre à l’épreuve – le schéma est finalement assez différent. Il n’est pas question d’une fin punitive comme celle de Perrault, ou d’un chasseur salvateur comme chez les Grimm, les petits Chaperons modernes s’en sortent seuls. Le petit protagoniste de Rebecca Dautremer rentre chez lui avec son nouvel ami, le loup. Quant à l’héroïne de Carmen Martín Gaite, le lecteur la laisse au seuil d’une nouvelle aventure, d’un nouveau départ vers la statue de la Liberté. Tous deux ont grandi avec le loup, mais à l’insu des adultes, voire contre eux. Tous deux, finalement, s’inscrivent dans ce que Jack Zipes appelle les contes libérateurs, ceux qui prennent le contre-pied du processus éducatif traditionnel pour ouvrir d’autres voies :

  • 9 Jack Zipes, Fairy Tales and the Art of Subversion, Londres, Heinemann Educational Books Ltd, 1983 ; (...)

Les histoires traditionnelles sont transformées de telle sorte que leur contenu répressif en devient subversif. Le renversement des formes, des personnages et des motifs est pratiqué avec l’intention d’élargir la possibilité de remettre en question le discours du conte de fées à propos du processus de civilisation9.

11Les trois loups de notre corpus sont éminemment positifs. Celui de la 135e avenue est un jeune caïd inoffensif qu’une fessée du grand-père remet dans le droit chemin et qui deviendra le compagnon d’une vie. Le narrateur, cheveux blancs et visage ridé, se remémore en effet comment il a rencontré celui qu’il appelle son vieil ami. Pour son loup, Carmen Martín Gaité puise dans les codes de la romance avec son millionnaire esseulé qui rencontrera finalement l’amour avec la grand-mère, ancienne star du music hall dont il était secrètement amoureux. Dans la série Fables, enfin, le grand méchant loup apparaît comme un shérif héroïque, puis se retire en époux et père aimant. Il assume auprès de Blanche-Neige la fonction qu’aurait dû occuper le Prince Charmant, son premier mari.

  • 10 Carmen Martín Gaite, op. cit. p. 37. « Les enfants de Brooklyn […] se sentent comme écrasés sous un (...)

12Avec la valorisation de la figure du loup, l’accent n’est plus mis sur l’interdiction et sa punition, mais sur sa transgression qui est vue comme libératoire, et c’est aux parents qu’échoit la fonction d’opposant. L’autorité parentale se trouve ainsi remise en question, parfois de manière bienveillante comme dans l’album de Rebecca Dautremer où les personnages se prennent tout de même une rapide fessée, parfois de manière plus cinglante comme dans le roman de Carmen Martín Gaite où les parents de Sara sont des êtres bornés, et bornants. Le milieu sans imagination, policé mais vide, dans laquelle la petite est née constitue finalement un espace beaucoup plus menaçant que les parcs citadins et les assassins qui sont censés s’y cacher. Carmen Martín Gaite résume ce malaise d’un genre nouveau en une jolie formule : « Los niños que viven en Brooklyn […] se sienten como aplastados bajo una nube densa de cemento y vulgaridad10 ».

13Les deux réécritures recentrent la géographie du conte sur le bois-ville, espace de rencontres, d’aventures, de dangers aussi, mais qui est par là même moins mortifère que les sages banlieues-villages où rien ne se passe. Ces deux lieux représentent finalement deux attitudes face à la vie, l’une pleine d’espoirs et de curiosité qu’incarne l’être d’imagination, l’autre pleine de peurs et de résignations qu’incarne l’être de raison. La réintégration de l’enfant dans son foyer d’origine serait, dans ces conditions, un échec. Catherine Tauveron signale ce profond revirement dans son récent ouvrage sur les réécritures des Grimm :

  • 11 Christiane Connan-Pintado, Catherine Tauveron, Fortune des Contes des Grimm en France, Formes et en (...)

Maintenir la cohésion du foyer par-delà ou contre les individualités, fonder sa propre famille ne sont plus du tout des enjeux. L’enjeu est dans la reconnaissance de l’individualité de chacun, seul moyen d’assurer au besoin le bien-être familial11.

14Cela a à voir, bien sûr, avec la reconnaissance de l’enfant après 1968, et même sa libération comme le suggère Jack Zipes qui voit en lui la dernière minorité opprimée, mais dans le contexte américain la notion de liberté trouve un écho très particulier. Il s’agit d’un véritable leitmotiv dans le roman de Carmen Martín Gaite : des lectures d’enfance à l’émotion d’être seule, jusqu’à la rencontre de l’héroïne avec Miss Lunatic, alias Mme Bartholdi, alias la statue de la Liberté ! La vieille dame apparaît dans le récit comme une mendiante qui pousse un vieux landau, puis rapidement le personnage, philanthrope et philosophe, prend de l’ampleur. Si les gens qui la rencontrent excusent ses divagations en la croyant un peu folle, les nombreuses incohérences se rassemblent petit à petit autour de la figure de la célèbre statue, et le lecteur comprend qu’elle en est l’incarnation. La quête de liberté de la petite fille rejoint ainsi celle d’une nation et ouvre celle de l’auteur, qui fait alors basculer son récit dans le merveilleux. La thématique est moins ouvertement présente dans l’album de Rebecca Dautremer et d’Arthur Lebœuf, mais le récit se situe dans les années 1950, dans ces folles années de l’après-guerre où les États-Unis se (re)présentent en gardiens de la liberté, contre le fascisme, puis contre le communisme, et il n’est pas anodin que l’intégralité des personnages soit d’origine afro-américaine. Le nouveau monde des merveilles est d’abord celui d’un monde libre.

15D’une certaine manière, Bill Willingham fait aussi de Manhattan une terre de Liberté, puisque c’est là que les Fables trouvent refuge, mais le thème est traité sur un ton nettement plus pessimiste, la série ne cessant de rappeler la précarité de ladite liberté. D’une part à cause du statut d’êtres magiques des personnages qui les contraint à se cacher, le cas de Raiponce en étant peut-être le plus exemplaire : obligée de se couper les cheveux trois par jour, elle ne peut rester à un même endroit plus de 25 minutes de peur que les Communs ne remarquent son étrangeté. Mais surtout, Fables est d’abord le récit d’un monde en guerre. L’initiation ne repose plus sur la découverte euphorique de la liberté, mais sur sa défense acharnée. Bill Willingham s’adresse clairement à un lectorat adulte et lui présente un monde qui lui est contemporain : le public et la société ont vieilli. Le Petit Chaperon rouge des Fables participe de cette rupture avec l’enfance. Elle n’apparaît qu’au quatrième tome, intitulé The last Castle, dans les souvenirs de Boy Blue qui se remémore sa rencontre : esclave des Gobelins, elle a réussi à se refugier dans le dernier bastion, avant d’être emportée avec lui par l’Ennemi. À la fin du volume, elle réapparaît, déclarant s’être de nouveau sauvée de l’esclavage où l’ennemi l’avait remise. Le shérif Bigby soupçonne d’emblée cette jeune fille qui aurait fui à deux reprises un peuple réputé ne pas faire de prisonniers, et réussit à la démasquer : il s’agit en réalité de la terrible Baba-Yaga envoyée pour espionner. Bigby la fait emprisonner dans les souterrains secrets de la résidence. On voit ici de manière exemplaire comment Bill Willingham utilise les mythes de l’enfance pour les retourner complètement. Les figures les plus rassurantes deviennent les plus inquiétantes, tandis que c’est le loup, Bigby, le grand héros de la série, qui devient le dernier rempart des Fables. La liberté, toujours, est une liberté menacée ou menaçante, une liberté qui invite le lecteur à dépasser les apparences, et la réécriture sonne comme une mise en garde dans le contexte particulièrement belliqueux qu’est celui des États-Unis aujourd’hui.

16Ces Chaperons rouges restent, finalement, des contes de mise en garde, mais le danger n’est plus du tout celui qui occupait les contemporains de Perrault ou les frères Grimm. Si l’adolescence est un moment dangereux pour la fillette, c’est parce qu’elle risque d’y perdre son honneur mais surtout son individualité et la liberté de devenir qui elle est. La recommandation change d’échelle avec Bill Willingham, car c’est la société elle-même, et notamment la société américaine, qui doit rester vigilante face au loup qui la guette et à ses appétits liberticides.

Le mythe de la modernité ?

17L’opposition ne se situe donc pas entre le conte et la ville. La petite fille de village et sa soif de liberté ne se heurtent pas au béton new-yorkais mais l’enfant y trouve au contraire un terrain de jeu fertile, un endroit où exercer sa rêverie et affirmer sa propre individualité. L’opposition radicale, de nature, entre le bois et la ville, le sauvage et le construit, se fond en réalité dans l’équivalence des fonctions. Aux arbres répondent les gratte-ciel de manière symétrique : la ville est le lieu idéal de la pérégrination, de la tentation, et de la rencontre, mais elle n’est pas le lieu du danger. Exactement comme dans la version de Perrault où le Petit Chaperon rouge est en quelque sorte protégé par le bois et les bûcherons qui peuvent s’y promener, et ne trouve la mort qu’une fois chez sa grand-mère, dans l’autre village. Ces trois reprises du conte relèvent d’un transfert d’imaginaire directement d’un milieu à l’autre, un transfert qui s’opère sans heurts, sans volonté parodique appuyée, sans mise en exergue de l’incompatibilité des univers. Même la curiosité, l’audace et l’insouciance de la petite fille correspondent davantage au système de valeur actuel et en font un personnage précurseur de la fillette moderne, une ancêtre de la Fifi Brindacier d’Astrid Lindgren, une petite héroïne qui défend sa liberté. On assiste ainsi à un véritable passage de flambeau des contes populaires qui ont forgé l’imagination du xixe siècle, à la culture de mass media que les États-Unis ont tant influencé… Ne risque-t-on pas, alors, d’assister à une entreprise de récupération, voire d’acculturation, analogue à celle opérée par les studios Disney ?

18Non, car les reconfigurations, en l’occurrence, maintiennent vive la mémoire du conte source. Chez Carmen Martín Gaite, le conte du Petit Chaperon rouge fait partie des trois livres de référence de l’enfant et nous pourrions, pour cette raison, regretter le titre français avec son article défini Le Petit Chaperon rouge à Manhattan, là où l’espagnol Caperucita en Manhattan offre plus d’ouverture. Sara Allen ne souffre d’aucune forme infantile de bovarysme, elle sait bien qu’elle n’est pas le célèbre personnage mais a au contraire une conscience très claire d’être Sara Allen, une individualité qui cherche elle-même à se définir. La liberté, ici, est tout autant un acte de lecture que d’écriture de sa propre vie. D’une certaine manière, Bill Willingham propose à son lecteur adulte la même démarche. L’hypotexte n’est évoqué que pour être contredit : le Chaperon Rouge n’est pas celle que l’on croit, c’est un simple masque pour demander l’asile, une astuce digne du loup qui trempe sa patte dans la farine. La multiplication des univers de référence oblige à sans cesse redéfinir le personnage. Nous avons parlé du film noir, mais c’est la fantasy qui domine l’ensemble, avec ses armées de gobelins et ses massacres à la hache, sans oublier la romance qui régit les relations entre le Chaperon et Boy Blue et qui pose dans le décor, à l’occasion, un cerisier en fleurs.

19La ville de New York inscrit physiquement ce faisceau de références. Hommages discrets, mais directs, Bill Willingham remplace les numéros de rues par de grands noms de la littérature. La résidence où vivent les Fables, par exemple, se situe ainsi à Bullfinch Street, en l’honneur de Thomas Bullfinch, le banquier passionné de latin qui contribua à populariser les mythes anciens outre-Atlantique. New York se trouve également affublée d’une rue Kipling et d’une rue Perrault, tandis que les enseignes semblent celles d’une bibliothèque, avec notamment le magasin de chaussures dont s’occupe Cendrillon, qui se nomme « La Pantoufle de verre » (Glass Slipper Shoe Store), ou le restaurant de la « Soupe au caillou » (Stone Soup). Dans le tome 16, à un moment où, peut-être, l’intrigue s’essouffle un peu, apparaît une nouvelle catégorie de personnages : les Littéraux, capables de communiquer avec les protagonistes de la bande dessinée, mais aussi avec l’auteur et le lecteur. L’univers de Fables, on le voit, s’appuie sur un discours métatextuel permanent qui l’inscrit dans le vaste dialogue qui fonde la généricité des contes définie par Ute Heidmann, et permet d’en saisir le sens :

  • 12 Ute Heidmann, Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Font (...)

La logique d’une nouvelle histoire et d’une autre variation générique ne se comprend que dans la comparaison différentielle de deux énoncés complets et par la confrontation de leurs logiques respectives12.

20La démarche est très semblable avec Carmen Martín Gaite qui, par la mention des trois titres clefs (Robinson Crusoé, Alice au pays des merveilles et Le Petit Chaperon rouge), place son personnage dans une filiation littéraire et invite le public à une lecture comparée.

  • 13 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 10.
  • 14 Ibid., p. 11. George Herman « Babe » Ruth Jr. (1895 –1948), est un joueur de baseball américain qui (...)
  • 15 Ibid., p. 12

21La seule œuvre qui ne prenne pas le recul de la citation est l’œuvre de Rebecca Dautremer et d’Arthur Lebœuf. Nulle mention du conte de Perrault. Le héros est un personnage naïf qui ne connaît pas la fin de son prédécesseur et se présente lui-même comme n’ayant « rien dans la cervelle13 ». Pas de livre dans cette histoire, juste un journal qui vole de temps en temps. L’espace est pourtant saturé de mots et d’images. Il s’agit essentiellement des enseignes et d’affiches de base-ball. La chambre de l’enfant en est couverte : on le voit dans son lit, jouant avec sa balle et son gant, la batte et la casquette posées sur une chaise, et des affiches des Yankees et de Babe Ruth tout autour14. Lorsqu’il sort juste après, une large double-page fait place à une fresque monumentale du joueur « In Memory of BABE RUTH (1895-1948) »15. On le retrouvera tout à la fin souriant à l’enfant devenu vieux mais qui arbore toujours le sigle des Yankees sur sa veste. Babe Ruth est encore présent au fil de l’intrigue à travers une vignette que l’enfant trouve, puis perd, et qui devient l’enjeu de la course avec le loup. Pour un enfant du Bronx des années 1950, la figure du Bambino était un catalyseur d’imagination tout aussi puissant qu’un Robinson ou une Alice. Une foule de légendes circulent à son sujet, dont la fameuse malédiction qui s’abattit sur les Red Sox de Boston après son départ pour les Yankees. Le conte de Rebecca Dautremer et Arthur Leboeuf ne se place pas dans une filiation littéraire comme les deux autres, mais s’ancre directement dans les légendes populaires modernes, le sport et ses héros.

22Plus que de légendes, on peut parler ici de mythes. Des mythes au sens barthésien du terme : des signes qui ont perdu leur historicité pour endosser de nouveaux signifiés. New York comme mythe de la ville de la modernité, le conte comme mythe du folklore, l’enfance comme mythe du merveilleux, le sport comme mythe de la force… Autant de raccourcis prêt-à-penser qui sont heureusement bousculés par leur mise en commun. Chaque univers de référence invite à relire celui qui lui fait face et la multiplication des points d’entrée oblige à la relativité. On est au cœur, ici, de l’esthétique postmoderne, dans son sens premier, et architectural, à savoir : l’éclectisme, le pastiche, le second degré… Le monde postmoderne est nécessairement pluriel et si l’on peut y lire l’expression d’un malaise, c’est aussi la garantie d’une nouvelle profondeur. La littérature dite populaire s’approprie le dialogisme du roman moderne mis en lumière par Mikhaïl Bakhtine et radicalise la polyphonie en germe chez Perrault. Il ne s’agit pas de nier le sens, mais au contraire d’en multiplier les possibles. En mettant le « je » du narrateur en balance entre deux univers de référence, les auteurs ouvrent l’espace à une autre voie, celle d’un « je » qui pourrait être celui du lecteur, adulte ou enfant, inscrivant ainsi le conte postmoderne dans le principe de l’œuvre ouverte. Aucun des ouvrages de notre corpus ne cherche à clore le sens au moment de l’excipit : l’album de Rebecca Dautremer et Arthur Lebœuf finit sur l’énigmatique sourire de Babe Ruth, qui donne subtilement vie à une peinture murale et ouvre au merveilleux un récit jusque-là parfaitement réaliste. Plus radical, Le Petit Chaperon rouge à Manhattan se termine au moment où la petite s’apprête à sauter dans le tunnel magique qui l’emmènera sur l’île de la Statue de la Liberté, comme une nouvelle Alice qui ne serait finalement qu’à l’entrée du terrier… Quant aux comics, leur structure en série impose une fin éternellement repoussée, du moins jusqu’au 22e volume qui devrait paraître en mars 2015 et qui est annoncé comme le dernier. Mais qui sait ? Les œuvres sont dialogiques et refusent de donner le dernier mot.

23À l’extrême sobriété du cadre spatio-temporel chez Perrault, répond la multiplication des références modernes et leur précision : cartes, noms de rues, enseignes, personnalités… L’espace de la ville est saturé de signes. On pourrait craindre que l’hyperréalisme étouffe l’imaginaire et noie le conte source, mais il n’en est rien. La ville devient sous la plume des auteurs le nouveau lieu des merveilles, le lieu du jeu et de la rencontre, le lieu, surtout, de l’initiation. Le glissement s’appuie sur trois dimensions : l’horizon de la traversée, la verticalité des immeubles qui remplace celle des arbres et la profondeur des nouveaux mystères. Le milieu naturel de l’homme a muté et ses mythes avec lui, mais plutôt qu’un choc des titans, nous assistons à un dialogue fécond entre les générations. La ville de New York enrichit le conte des symboles de la modernité et invite à en redéfinir les enjeux, tandis que le conte permet d’apporter de l’ordre et du sens dans le chaos urbain. La distance maintenue offre du jeu – dans le double sens du terme – au récit et refuse d’enfermer la lecture dans le didactisme de l’univocité. C’est ainsi la liberté que défendent crocs et ongles ces trois réécritures : celle du personnage, celle de l’auteur, mais surtout celle du lecteur. À lui de s’émouvoir devant ce Chaperon portant toge et flambeau, ou d’en rire, ou de le réécrire.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland, Mythologies, Seuil, 1957.

Dautremer, Rebecca et Lebœuf, Arthur, Le Loup de la 135e avenue, Paris, Seuil, 2008.

Heidmann, Ute et Adam, Jean-Michel, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier..., Paris, Classiques Garnier, « Lire le xviie siècle », 2010.

Martín Gaite, Carmen, Caperucita en Manhattan, Madrid, Siruela, 1990 ; Le Petit Chaperon rouge à Manhattan, trad. Mireille Duprat-Debenne, Paris, Flammarion Jeunesse, 1998.

Connan-Pintado, Christiane et Tauveron, Catherine, Fortune des Contes des Grimm en France, Formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, Presses Universitaires Blaise Pascal, « Mythographie et sociétés », Clermont-Ferrand, 2013.

Propp, Vladimir, Istoričeskie korni volšebnoj shazki, Leningrad, Éditions de l’Université Gouvernementale de l’Ordre de Lénine, 1946 ; Les Racines historiques du conte merveilleux, trad. Lise Gruel-Apert, Paris, NRF, Gallimard, 1983.

Willingham, Bill, Fables, New York, DC Comics, « Vertigo », 2003- , 22 volumes annoncés. Premières éditions françaises : tomes 1 et 2, Paris, Semic, 2004 ; Panini Comics, tomes 3 à 14 (2007-2011) ; Urban Comics depuis 2012 (reprise en cours de l’intégrale avec découpage différent des fascicules originaux).

Zipes, Jack, Fairy Tales and the Art of Subversion, Londres, Heinemann Educational Books Ltd, 1983 ; Les Contes de fées et l’art de la subversion, trad. François Ruy-Vidal, Paris, Payot, 2007.

Haut de page

Notes

1 Carmen Martín Gaite, Caperucita en Manhattan, Madrid, Siruela, 1990.

2 Rebecca Dautremer, Arthur Lebœuf, Le Loup de la 135e avenue, Paris, Seuil, 2008.

3 Bill Willingham, Fables, New York, DC Comics, 2003- , 20 volumes à ce jour.

4 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 23.

5 « Il était une fois… » / « Une ville imaginaire appelée New York. ». Bill Willingham, Fables, t. 1, Legends in Exile, NY, DC Comics, 2003 ; Légendes en exil, trad. Nicole Duclos, Paris, Semic, 2004.

6 Carmen Martín Gaite, Le Petit Chaperon rouge à Manhattan, trad. Mireille Duprat-Debenne, Paris, Flammarion Jeunesse, 1998, p. 9.

7 Vladimir Propp, Istoričeskie korni volšebnoj shazki, Leningrad, Éditions de l’Université Gouvernementale de l’Ordre de Lénine, 1946 ; Les Racines historiques du conte merveilleux, trad. Lise Gruel-Apert, Paris, NRF, Gallimard,1983, p. 69.

8 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 16.

9 Jack Zipes, Fairy Tales and the Art of Subversion, Londres, Heinemann Educational Books Ltd, 1983 ; Les Contes de fées et l’art de la subversion, trad. François Ruy-Vidal, Paris, Payot, 2007, p. 299-300.

10 Carmen Martín Gaite, op. cit. p. 37. « Les enfants de Brooklyn […] se sentent comme écrasés sous un nuage dense de ciment et de vulgarité. », trad. cit., p. 11.

11 Christiane Connan-Pintado, Catherine Tauveron, Fortune des Contes des Grimm en France, Formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, Presses Universitaires Blaise Pascal, « Mythographie et sociétés », Clermont-Ferrand, 2013, p. 181.

12 Ute Heidmann, Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier..., Paris, Classiques Garnier, « Lire le xviie siècle », 2010, p. 39.

13 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 10.

14 Ibid., p. 11. George Herman « Babe » Ruth Jr. (1895 –1948), est un joueur de baseball américain qui remporta sept séries mondiales, d’abord avec les Red Sox de Boston puis avec les Yankees de New York. Ses performances et sa personnalité donnent naissance, dès les années trente, à une véritable « Légende Babe Ruth ».

15 Ibid., p. 12

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Brière-Haquet, « Le Petit Chaperon Rouge dans le bois de New York », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1360 ; DOI : 10.4000/strenae.1360

Haut de page

Auteur

Alice Brière-Haquet

Auteur pour la jeunesse, Professeur de lettres et d’histoire de l’art
Doctorante en littérature comparée à l’Université Paris-Sorbonne, CRLC (EA 4510)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org