Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La merveille dans la peau : le tatouage féerique ou le nouveau pays imaginaire

Anne Chassagnol

Résumé

Il s’agit d’explorer ici un phénomène sociétal émergent qui se répand de manière virale outre-Manche alors qu’il est, à ce jour, relativement peu étudié par les spécialistes du genre. Le tatouage littéraire déplace le territoire du merveilleux, hors de son vecteur livresque traditionnel, sous une forme autre que celle du modèle cinématographique, vidéo ou numérique, en imaginant un nouvel espace qui permet d’inscrire le merveilleux à même la peau. Le tatouage littéraire n’est pas un phénomène récent en tant que tel ; la nouveauté est plutôt à chercher du côté de la nature des textes tatoués qui semblent provenir de plus en plus fréquemment du corpus de la littérature de jeunesse. Le succès des romans de J. K. Rowling n’est sans doute pas étranger à cette mode, si l’on en juge par le nombre de sites consacrés aux tatouages inspirés de la série Harry Potter. Le tatouage littéraire merveilleux peut se manifester sous forme de citation, célèbre ou cryptique, référencée ou pas. Quels sont donc les textes de littérature de jeunesse les plus communément tatoués ? S’agit-il de textes récents ? Que peut-on en conclure sur le renouveau de la culture de jeunesse contemporaine ?

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur tient à remercier ici les nombreux anonymes qui diffusent des photos de leurs tatouages sur des sites ou des réseaux sociaux et sans qui cette étude n’aurait pu voir le jour. Les images ne sont pas légendées dans la mesure où il est souvent très difficile de remonter au porteur ou au tatoueur.

Texte intégral

La merveille dans la peau : le tatouage féerique ou le nouveau pays imaginaire

1Le tatouage féerique d’inspiration littéraire est un phénomène sociétal émergent qui se répand de manière virale outre-Manche alors qu’il est, à ce jour, relativement peu étudié par les spécialistes du genre, dont les travaux sont plutôt orientés vers des catégories préexistantes, communément classées sous les appellations dites tribales, old school ou biomécaniques, entre autres.Le tatouage littéraire déplace le territoire du merveilleux hors de son vecteur livresque traditionnel, sous une forme autre que celle du modèle cinématographique, vidéo ou numérique, en imaginant une nouvelle topographie de façon à inscrire le merveilleux à même la peau. Il opère sur un large spectre, allant de la reproduction d’ailes de fées aux personnages de Disney, en passant par les illustrations d’œuvres empruntées à la littérature de jeunesse, de Lewis Carroll à Dr Seuss, via Antoine de Saint-Exupéry et Maurice Sendak, jusqu’à Suzanne Collins. Il peut se manifester par l’intermédiaire d’une citation, célèbre ou cryptique, référencée ou non, ou se présenter sous forme de logotype, de sigle, d’autographe.

2Il ne s’agit pas d’un phénomène récent en tant que tel, on le verra. La nouveauté est plutôt à chercher du côté de la nature des textes tatoués qui semblent provenir de plus en plus fréquemment du corpus de la littérature pour la jeunesse. Le succès mondial des romans de J. K. Rowling n’est sans doute pas étranger à cette mode, si l’on en juge par le nombre de sites consacrés aux tatouages inspirés de la série Harry Potter, en particulier après la publication du dernier tome1. L’appellation « tatouage féerique », choisie ici, opère par défaut pour couvrir une réalité esthétique nouvelle qui n’est pas réellement limitée à la représentation de fées, mais qui relève à la fois de l’album ou de la catégorie Young adult, tout en incluant l’illustration ou l’épitexte. Elle ne se limite pas exclusivement à la littérature de jeunesse mais s’inspire des codes du manga, de la bande dessinée, de l’animation ou des jeux vidéo.

  • 2 C. R. Sanders, The Body. The Art and Culture of Tattooing, Temple Press, Philadelphia, 1989.

3La question qui nous préoccupe ici est de savoir si le tatouage féerique est une simple pratique récréative, un motif à la mode pour décorer ou « customiser »2 la peau, ou s’il correspond à une démarche esthétique identitaire qui consisterait à enchanter le corps, en transposant un paysage imaginaire à même la peau. La littérature de jeunesse ferait-elle désormais partie du code génétique actuel ? Que nous apprend le tatouage sur ce type de littérature et, inversement, comment expliquer que les lecteurs privilégient le tatouage comme mode d’expression ? Avant d’aborder la thématique de la peau comme nouveau locus du merveilleux, il sera question du lien entre le tatouage et le voyage, réel ou imaginaire, pour aborder, ensuite, la façon dont la carte tatouée reconfigure le corps en une superficie magique. Puis nous envisagerons les modalités de lecture du corps encré et les façons de déchiffrer ces féeries superficielles, à la fois mobiles et combinatoires. L’exhaustivité n’est pas de mise dans cette étude empirique qui vise plutôt à répertorier différents types de marquages tégumentaires, comme autant de preuves d’une omniprésence de la littérature de jeunesse, aussi bien sur le plan physique que culturel.

L’encrage : un ancrage historique du merveilleux ?

  • 3 Luc Renaut, « Le tatouage dans l’Antiquité », dans Anne & Julien (dir.), Tatoueurs, Tatoués, Actes (...)
  • 4 Yoshimi Yamamoto, « Des ethnies à l’explosion du tatouage à l’époque Edo », ibid., p. 94.

4Le tatouage est, depuis longtemps déjà, un vecteur du merveilleux. Bien avant les réseaux de diffusion de l’écrit, l’encre sur la peau atteste de la spécificité des représentations imaginaires d’une culture donnée. Qu’il s’agisse du tatouage élitaire du ive siècle des populations semi-nomades d’Asie centrale, représentant des créatures hybrides, des animaux fabuleux tels que le griffon, des motifs des Pictes, empruntés au folklore sylvestre, ou des tatouages que l’on trouve au Laos au xixe siècle, sur lesquels coexistent monstres terrestres et créatures célestes, la peau expose un imaginaire structuré, une captation instantanée des mythes en vigueur3. En Birmanie, le « yantra » (« Sat Yank »), lié à des pratiques chamaniques, revêt un caractère magique, en inscrivant sur la peau des formes géométriques et autres mantras, assurant une protection contre le mauvais sort. L’âge d’or du tatouage japonais, notamment sous l’impulsion du maître tatoueur Kuniyoshi Utamaga, est lié au marquage intégral illustrant des scènes merveilleuses du grand roman chinois Shui Hu Zhuan (Suikoden en japonais ; Au bord de l’eau en français). Yoshimi Yamamoto rappelle à ce titre que « les hommes de l’époque Edo affectionnaient les figures héroïques et fantastiques, symboles de bravoure, tandis que les [femmes] privilégiaient les nymphes […]4. » Le porteur est pris dans une double dynamique spéculaire : véritable tableau vivant d’une cosmographie mise à disposition d’autrui, il se donne à voir de l’extérieur comme un objet surnaturel à déchiffrer dans toute sa sensorialité. Mais il est lui-même pris dans une relation auto-réfléxive unique dans la mesure où un lien visuel exclusif relie le sujet tatoué à son tatouage, impliquant un cheminement sur soi, vers soi.

  • 5 François Borel, Le vêtement incarné, Pocket, Paris, 2006, p. 162.

5À ce titre, le tatouage entretient un lien étroit avec le voyage. Voyage intérieur à l’heure de la sensation vraie, traversée de l’aiguille sur une peau à conquérir, le tatouage recentre le porteur d’encre sur sa propre histoire dont il reprend l’écriture. Dans la mesure où la marque tégumentaire évoque l’aventure en elle-même, il n’est pas étonnant qu’elle soit portée par les populations les plus mobiles. Pêcheurs, pirates, matelots, explorateurs utilisent le tatouage comme un repère indélébile dans un corps à la dérive, aux quatre coins du globe : un ancrage par l’encrage en quelque sorte. Le corps fait office de passeport, comme le rappelle François Borel : « Les marins, aux premières loges de l’exotisme, en ont fait une sorte de signe distinctif, leur peau est devenue un journal de bord relatant les escales5 ». Ils y archivent leurs différents points de chute, dessinent leurs embarcations, esquissent leurs modes d’évasion à venir à l’aide de cartes ou renvoient à des îlots de féminité, réels ou imaginaires. De même, les pèlerins en voyage en Terre Sainte faisaient inscrire sur leur corps des symboles religieux pour s’assurer de recevoir des rites funéraires chrétiens en cas d’accident ou tout simplement pour attester, à leur retour, de leur passage sur le lieu de dévotion. Du ballon de Winnie l’ourson (Winnie-the-Pooh, A.A. Milne, 1926), à celui de Oh ! The Places You’ll Go de Dr Seuss (1990), jusqu’aux oiseaux qui propulsent le Petit Prince loin de sa Planète, le moyen de transport, souvent aérien, qui annonce le pays imaginaire, demeure un élément récurrent du tatouage féerique.

  • 6 Jane Caplan (dir.), Writtten on The Body. The Tattoo in European and American History, Reaktion Boo (...)

6Le tatouage est également intrinsèquement lié, à travers son histoire, à la représentation d’un pays des merveilles, dans la mesure où il traduit une fiction d’exotisme, au moment où l’on découvre de nouveaux territoires, et par conséquent de nouvelles civilisations aux rites inconnus. L’homme tatoué, véritable curiosité, éveille l’imagination des explorateurs qui cherchent à le rapatrier en Europe à des fins commerciales, pour l’exhiber dans des zoos humains. Jeoly, surnommé le Prince Giolo ou « le prince peint », connaît ainsi un destin tragique : esclave originaire des Philippines, ses marques corporelles singulières attirent l’attention d’un boucanier anglais qui décide de le ramener en Angleterre dans les années 1690 où il sera vendu puis exposé sur Fleet Street, dans la devanture d’une auberge. La foule se presse pour admirer ses encres dont on murmure qu’elles ont des vertus curatives. Il est le premier homme tatoué dont la peau fait l’objet d’une conservation patrimoniale archivée, à l’époque, dans les collections du St John’s College à Oxford. Au xixe siècle, le tatouage se popularise à travers le phénomène des « victimes tatouées », performers en mal de reconnaissance, qui s’inventent un passé d’explorateurs prétendument enlevés au cours de leur périple, pour être tatoués de force par des tribus indigènes, avant d’être exhibés dans les foires ambulantes. John Rutherford élabore ainsi une légende de ravissement pour justifier ses stigmates et satisfaire au mieux les attentes d’un public avide de biographies aussi fantasques que fantastiques et particulièrement friand de spectacles de curiosités humaines. Son autobiographie, The Great White Chief John Rutherford (1830), détaille les étapes de son parcours unique. Enlevé par des Maori en Nouvelle-Zélande en 1816, il aurait été soumis à des rites initiatiques impliquant des tatouages extensifs, avant d’être finalement reconnu comme un membre à part entière de cette communauté6. Malgré le large succès de son ouvrage traduit en plusieurs langues, les expertises révèlent que si son tatouage facial est un authentique moko maori, en revanche, ses motifs corporels correspondent davantage à des dessins inspirés du style tahitien. De même, le Capitaine Constantin, colosse gréco-albanais intégralement recouvert de tatouages animaliers inspirés de la mythologie birmane, est présenté par le cirque Barnum comme ayant échappé de justesse à ses ravisseurs. Il devient l’homme tatoué le plus célèbre de son époque. Quant à Nora Hildebrandt, fille du célèbre artiste tatoueur Martin Hildebrandt, la légende raconte qu’elle aurait été capturée par des Sioux et tatouée de force par son propre père obéissant aux ordres de Sitting Bull, ce qui suffirait à expliquer ses 365 tatouages. Plus récemment, dans les années 1950, Edmond Eugène Faucher, plus connu sous le nom de Ricardo, ancien marin et bagnard, photographié par Doisneau et surnommé « le Gobelin vivant », exhibait dans les bars son corps fantastique, intégralement recouvert.

7Le tatouage, en tant que motif emprunté à une culture lointaine et étrangère, véhicule ainsi une fiction d’aventure qui lui confère un caractère magique. En tant qu’expérience physique, à travers ses différents motifs ou dans ses modes d’exhibition, le tatouage, même s’il présente une image parfois frelatée de l’Ailleurs, est intrinsèquement et historiquement lié à l’idée d’un itinéraire merveilleux, périple à la fois intérieur et lointain, qui transporte le porteur d’encre au-delà de lui-même, en lui confectionnant un corps fantasmé.

8S’il est aujourd’hui largement répandu comme un signe d’embellissement qui se laisse volontiers deviner sous le vêtement, il n’en a pas toujours été ainsi. Au-delà de la parure, l’histoire du tatouage révèle un versant plus sombre, parfaitement documenté, lié au marquage identitaire, à la marque infamante qui stigmatise les populations criminelles ou déviantes quand il n’est pas le vecteur d’un langage contestataire. Du bagnard au biker, l’encre sur la peau énonce un refus de conformité à l’encontre de l’ordre établi. Le tatouage féerique est-il soumis aux mêmes modalités protestataires et, si tel est le cas, de quelle contestation est-il question ici ? Serait-il la preuve tangible de l’accomplissement de la littérature de jeunesse en une esthétique reconnue et codifiée ?

Le trésor sous la peau ou « la carte tendre du tact7 »

  • 7 Michel Serres, Les cinq sens, Hachette, Paris, 1985, p. 24.
  • 8 Ibid., p. 22.

9La peau a une histoire, elle est « historiée8 ». Envisagée dans sa dimension spatio-temporelle, elle se lit comme une cartographie répertoriant les traces, les plaques, les rides, les blessures, les zones d’impact et autres régions accidentées du corps. Didier Anzieu a parfaitement démontré dans Le Moi-peau l’homologie entre les fonctions du Moi et ses interactions avec l’enveloppe corporelle. La peau, dans sa surface, et sa lecture, partage des fonctionnalités communes avec la carte :

  • 9 Didier Anzieu, Le Moi-peau, Dunod, Paris, 1995, p. 128.

La peau, avec les organes des sens tactiles qu’elle contient (toucher, douleur, chaud-froid, sensibilité dermatoptique), fournit des informations directes sur le monde extérieur (qui sont ensuite recoupées par le « sens commun », avec les informations sonores, visuelles, etc.). Le Moi-peau remplit une fonction d’inscription des traces sensorielles tactiles, fonction de pictogramme […]. Cette fonction du Moi-Peau se développe par un double appui, biologique et social. Biologique : un premier dessin de la réalité s’imprime sur la peau. Social : l’appartenance d’un individu à un groupe social se marque par des incisions, scarifications, peintures, tatouages, maquillages, coiffures, et leurs doublets que sont les vêtements. Le Moi-peau est le parchemin originaire, qui conserve, à la manière d’un palimpseste, les brouillons raturés, grattés, surchargés, d’une écriture « originaire » préverbale faites de traces cutanées9.

10Le tatouage féerique, à l’instar de tous les marquages identitaires, envisage d’agencer le corps à la façon d’une carte au trésor, faisant apparaître des territoires secrets, des points d’accès vers un ailleurs insoupçonné. Il vient remplir un espace encore intact. En orientant le corps selon de nouveaux points cardinaux comme autant d’incitations à la détection de références à des ouvrages ou lieux imaginaires connus, en s’appropriant des pictogrammes identifiables, le tatouage crée un pays des merveilles instantanément accessible. La chair devient de fait merveilleuse.

11La carte est en effet un des motifs de prédilection du tatouage féerique : carte de la forêt de Mirkwood ou du territoire de Smaug (J.R.R. Tolkien), impression à même la peau d’un plan de Neverland (J.M. Barrie), ou carte du Maraudeur(J.K. Rowling), elle propose, comme le rappelle Michel Serres, un aménagement du corps en espace :

  • 10 Michel Serres, op. cit., p. 24-25.

La carte d’identité moirée, un peu fluente et comme élastique, suit la carte tendre du tact. Elle oublie la géométrie pour la topologie ; oublie la géométrie pour la géographie ; oublie le point de vue, la représentation, pour les monts, les détroits, pavés, bonnets croisés, bords qui viennent au contact, à la contingence. […] La peau sait explorer les voisinages, les limites, les adhérences, boules et nœuds, côtes ou caps, les lacs, promontoires et plis. La carte sur l’épiderme exprime certes plus que le toucher, elle plonge profondément dans le sens interne, mais elle part du tact. Ainsi le visible dit plus que le visible10.

12Le tatouage permet alors de reconfigurer le corps en périmètre magique. Cette cartographie ductile transforme le corps tatoué en outil de navigation. Le voyage vers le pays des merveilles s’exprime ici sous sa forme performative : représenter à même la peau l’un des pays imaginaires du répertoire classique de la littérature pour la jeunesse serait donc une invitation à se perdre dans un espace désormais accessible. À ce titre, le dessin à l’encre représente souvent une voie d’accès, une porte ouverte, une trappe à travers laquelle le regard de l’observateur peut se glisser. Par un effet de mise en abyme, dans la représentation du Comté de Bilbo le Hobbit, l’inscription perd toute notion de dimension, laissant croire que l’on peut pénétrer à la surface du tatouage et passer ainsi de l’autre côté du mirage. Plusieurs motifs de tatouages reprennent la chanson « The road goes ever on » que l’on retrouve dans différents textes de J.R.R Tolkien, de Bilbo le Hobbit au Seigneur des anneaux. Une chaise laissée devant une ouverture circulaire fait apparaître, par une illusion d’optique, une route sinueuse, de sorte que l’itinéraire orienté vers un point de fuite à perte de vue transporte le spectateur non plus au loin, vers d’autres aventures, mais au-dedans. Le corps, jadis moyen de locomotion pour atteindre le pays imaginaire, incarne un territoire rêvé, un décor non plus hors du corps mais à même la peau.

  • 11 Maurice Sendak, Where the wild things are, 1963, trad. Max et les Maximonstres, Delpire, Paris, 196 (...)

13Le pays des merveilles peut aussi opérer par synecdoque particularisante, et un détail suffit à esquisser un paysage merveilleux : les branches sur lesquelles sont suspendues les Maximonstres11, « The Truffala Trees » du Lorax (Dr Seuss, 1971), les baobabs du Petit Prince (Saint-Exupéry, 1942/1945), The Giving Tree de Shel Silverstein (1964), sont ainsi des motifs de prédilection qui prennent racine dans la peau du porteur.

14Symbole de croissance, de régénération, l’arbre, comme le rappelle Alain Corbin, porte aussi en lui une dimension scripturale :

  • 12 Alain Corbin, La Douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Flamma (...)

L’arbre se présente naturellement comme un support qui permet d’incruster, de graver, de matérialiser et d’exposer des messages. Inciser l’écorce, notamment celles des arbres les plus tendres, la détacher pour en faire une surface en attente du texte constituent des gestes qui semblent se confondre avec la naissance de l’écriture12.

15L’une des propriétés du tatouage féerique est de domestiquer le pays des merveilles pour en faire un lieu non pas familier, mais limitrophe. La carte tatouée peut d’ailleurs être trompeuse et indiquer une mauvaise direction, ou faire apparaître une indication qui n’y figurait pas, grâce à une encre sensible à la lumière noire – c’est le cas du tatouage black light. La carte du Maraudeur s’illumine pour faire apparaître le chemin à suivre. Le sourire du Chat du Cheshire surgit soudain sur le corps.

16La carte témoigne également d’une volonté d’inscrire la mémoire d’un lieu imaginaire à même la peau, souvenir d’un moment de lecture épiphanique ou d’une conception de la littérature comme un lieu de mémoire, en abyme, de sa propre enfance. La carte à même la peau fait ainsi figure d’ex-voto et arrime le corps à la littérature de jeunesse envisagée dès lors non plus comme un genre littéraire mais comme une culture fédératrice. Le porteur d’encre qui prend ses marques dans un monde imaginaire dont il maîtrise les codes conçoit le tatouage comme une forme d’achèvement d’un corps en devenir.

  • 13 David Le Breton, Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, Métailié, P (...)

Le corps devient aujourd’hui l’emblème du self. L’art contemporain centré sur le corps prend parti dans le débat sur les ruptures anthropologiques qui se succèdent dans nos sociétés. Avec leurs moyens spécifiques, les artistes interrogent avec ironie et détermination ce vertige d’une maîtrise de soi qui fait du corps un objet à reconfigurer sans cesse. Dans nos sociétés l’intériorité du sujet est un effort constant d’extériorité, il se réduit à la surface. Plus que jamais, pour reprendre Paul Valéry, « le plus profond, c’est la peau. » Les déclinaisons de l’obsolescence du corps forment l’un des chantiers les plus actifs et les plus lourds de sens de l’art contemporain13.

17Le tatouage féerique serait-il une tentative de marquer la peau de manière indélébile pour en suspendre la croissance ? C’est sans doute pour cette raison qu’il est très souvent lié à un instrument de mesure, comme la montre du Lapin Blanc d’Alice au pays des merveilles, le cadran de Big Ben sur lequel se reposent Peter Pan et les enfants Darling avant de s’envoler vers le Pays imaginaire, le Retourneur du temps ou la clepsydre d’Hermione, mentionnée dans Le Prisonnier d’Azkaban ou encore l’aléthiomètre de Lyra dans la trilogie de Philip Pullman, À la croisée des mondes.

  • 14 Ibid., p. 114.

18Le porteur d’encre s’approprie l’instrument de navigation comme un symbole apotropaïque, un signe de résistance contre le temps, un arrêt sur image. À défaut de conjurer le mauvais sort, le tatouage commémore les événements marquants de l’existence de son porteur. Plus particulièrement, dans le cas présent, il archive la mémoire d’un temps béni, celui de l’enfance ou de l’adolescence : « Le corps devient archive de soi. Trace du franchissement personnel d’un passage14 ». Il existe un épiphénomène, le « tatouage fandom », qui reprend les codes du tatouage de serment et vise à intégrer une communauté de fans en se faisant tatouer des sigles ou des éléments cryptés, paratextuels ou autres, appartenant à un certain nombre d’œuvres cultes attestées. Cette forme ne concerne plus vraiment le tatouage intégral, mais des îlots signifiants, le plus souvent de taille réduite, habilement disposés sur la peau et dont la valeur herméneutique certifie le niveau de connaissances du porteur.

  • 15 Ibid., p. 112.

19Ils ne sont identifiables que par une communauté relativement restreinte, comme les trois étoiles dessinées par J. K. Rowling, le triangle composé d’un rond et traversé par une barre verticale, symbole des Reliques de la mort, le monogramme de Tolkien, le sigle du geai moqueur de Hunger Games (Suzanne Collins, 2008-2010), le symbole des guildes du manga Fairy Tail (Hiro Mashima, 2006-en cours) ou encore les runes de la série The Mortal Instruments de Cassandra Clare (2008-2014). Il s’agit là, pour reprendre la formule de David Le Breton, de « capter symboliquement la force de caractère ou la puissance physique de certains personnages », ici littéraires15. Le tatouage féerique permet en effet la fabrication d’un physique extraordinaire. Le corps coloré devient une seconde peau gommant les contours de la précédente, de telle sorte que le regard perd le sens de l’anatomie pour lire le corps dans sa picturalité et non plus dans sa corporéité. En s’inscrivant aux bordures du corps, le tatouage établit une scénographie entre la surface de la peau, qu’elle soit fixe ou mobile, et l’inscription du corps encré dans l’espace. Le jeu d’échecs en hommage à Alice au pays des merveilles (Lewis Carroll, 1865) qui recouvre le dos entier d’un tatoué élimine en partie les défauts anatomiques de son porteur.

20Sur ce dessin de Shel Silvertein, qui figure en couverture du recueil Where The Sidewalk Ends (1974), on peut voir un personnage penché au bout du bord, marqué « EDGE ». Il se trouve ici placé à l’extrémité de l’avant-bras de son porteur, épuisant à la fois la dimension polysémique du poème, tout en appliquant l’humour du texte aux limites du corps.

21La mode des pigments polychromes, particulièrement adaptés aux illustrations chamarrées de la littérature de jeunesse, comme dans les dessins Dr Seuss, ou à la transposition des personnages de Walt Disney, a sans doute contribué à l’émergence du tatouage féerique. Souvent caractéristique des grandes pièces, il se présente comme une véritable parure de peau. Les illustrations de littérature de jeunesse, comme les reproductions de la Cité d’Émeraude du Magicien d’Oz ou de la forêt de Max et les Maximonstres font ainsi office de seconde peau. Le corps tatoué ne se contente plus d’héberger, parfois clandestinement, une illustration, il fonctionne comme un écran chargé d’une dimension picturale.

  • 16 Voir Sara C. Nelson, « Kelly Davidson’s Double Mastectomy Tattoo Symbolises Transformation After Su (...)

22Le tatouage féerique propose donc une nouvelle forme d’émerveillement haptique. Le langage propre à cet art fonctionne d’ailleurs par métonymie : il est question de « faire un dos », une manchette, à la manière d’une fresque, d’articuler différents membres dans le but de composer, comme par magie, une nouvelle morphologie. Plus récemment, une forme de tatouage a fait son apparition, renouant avec la dimension protectrice qui fait figure de talisman. De plus en plus de patientes refusant la reconstruction mammaire à la suite d’un cancer du sein optent pour un tatouage de recouvrement sous forme de bandeau à la hauteur de la poitrine. Or, dans de nombreuses occurrences, le motif de prédilection semble être lié au conte de fées, à l’idée de ré-enchanter un corps meurtri. L’affaire Kelly Davidson a récemment attiré l’attention des médias sur ce phénomène suite au refus de Facebook de publier son tatouage de fées et de papillons qui, selon ses propres termes, témoigne de son parcours traumatique vers une forme de métamorphose16. Le corps tatoué porte en lui la carte d’un pays imaginaire, référencé ou imaginé, sublimé ou salvateur, qu’il s’approprie au point d’en faire sa propre carte identitaire. Si contestation il y a, le tatouage féerique atteste de la prééminence de la littérature pour la jeunesse au-delà de la sphère livresque et revendique un statut graphique fédérateur.

Lire ou toucher le pays des merveilles ?

23Le tatouage féerique ne se limite pas uniquement au pictogramme ou à l’illustration des scènes empruntées à la littérature de jeunesse, il se présente volontiers sous forme de texte, disposé par paragraphe ou agencé en citations épousant les courbes du corps. Indéniablement lié à l’hégémonie de la littérature anglaise, le phénomène du tatouage féerique est plus répandu dans les pays anglo-saxons, surtout depuis la publication de la série Harry Potter et en particulier à la clôture du dernier tome. Faut-il y voir la volonté chez ces lecteurs de faire du tatouage une marque de corporation, une affiliation officielle à une culture commune ? Peut-on l’envisager comme un processus de transition, une marque rituelle attestant du passage à l’âge adulte ?

  • 17 J.K. Rowling, Harry Potter and The Deathly Hallows, Bloomsbury, Londres, 2007, p. 607.
  • 18 J.K. Rowling, Harry Potter and The Philosopher’s Stone, Bloomsbury, Londres, 1997, p. 7.
  • 19 J.K. Rowling, Harry Potter and The Half-Blood Prince, Bloomsbury, Londres, 2005, p. 109.
  • 20 J.K. Rowling, Harry Potter and The Prisoner of Azkaban, Bloomsbury, Londres, 1999, p. 145-146.
  • 21 J.K. Rowling, Harry Potter and The Deathly Hallows, Bloomsbury, Londres, 2007, p. 687.
  • 22 J.K. Rowling, Harry Potter and The Prisoner of Azkaban, op. cit., p. 143.
  • 23 J.K. Rowling, Harry Potter and The Deathly Hallows, op. cit., p. 65.
  • 24 J.K. Rowling, Harry Potter and The Philosopher’s Stone, op. cit., p. 157.

24En ce qui concerne le contenu, ce sont principalement les derniers mots du texte (« All was well17.»), les formules clefs (« The boy who lived18 », « It’s real for us19 », « Mischief managed20 », « Expecto Patronum », « Lumos », « Hogwarts ») ou déclarations cultes (celle de Severus Snape au sujet de Lily Potter « And after all this time ? Always21. », « I solemnly swear that I am up to no good22 », « Harry is the best hope we have. Trust him23. »). Les tatouages de la série Harry Potter décalquent la magie de l’œuvre à même la peau. Ironiquement, à la publication du tout dernier tome de la saga, ils proposent une prophylaxie contre la mélancolie post-traumatique : « It does not do to dwell on dreams and forget to live24 ». Harry Potter n’est pas la seule source de citations. Bien d’autres auteurs sont également convoqués, comme A. A. Milne, Margaret Wise Brown, Maurice Sendak, Shel Silverstein. Antoine de Saint-Exupéry est l’un des très rares auteurs français à vraiment s’imposer dans ce domaine.

25Si le tatouage féerique contribue à diffuser les textes destinés à la jeunesse, ou ses illustrations canoniques, il pose néanmoins un nouveau problème de lecture, d’autant qu’il est voué à s’étendre, à être complété par d’autres pièces qui viendront en modifier la perception. Comment lire le corps tatoué qui peut aussi bien être une grande pièce, un motif visible ou indécelable, une citation oblique, ou une simple référence personnalisée ? Dans quel sens faut-il le lire ? D’autre part, à qui profite ce mode de lecture ? Le pays des merveilles tatoué est-il à usage privé ? Est-il réservé à son porteur ou destiné à être livré au regard d’autrui ? David Le Breton observe que le tatouage est une action qui appelle une réaction :

  • 25 David Le Breton, op. cit., p. 131.

Le tatouage ou le piercing appellent nécessairement le miroir de l’autre, il est naïf de penser ou de dire qu’ils ne sont faits que pour soi. Ils fabriquent une esthétique de la présence. La peau devient un écran et elle exige des spectateurs […]. L’individu qui observe son tatouage dans le miroir témoigne d’ailleurs de ce dédoublement du regard, de cette manière de s’évaluer soi comme un autre. Certaines marques corporelles sont d’emblée destinées au jugement des autres, notamment quand elles sont placées au niveau du visage, du cou ou des mains, ou que des vêtements appropriés les mettent en évidence25.

26La merveille dans la peau s’inscrit d’emblée dans un processus d’écriture : la peau à l’état vierge sert de support et se construit comme une page blanche. Nombreuses sont d’ailleurs les références à la matérialité du livre dans le tatouage féerique : dessin par Quentin Blake de la Matilda de Roald Dahl (1988), juchée sur une pile d’ouvrages, ou d’Alice assoupie à côté de son livre.

  • 26 Voir Homa Khaleli, « The Tattoo Foundation That Will Frame Your Body After You’ve Died », The Guard (...)

27L’écriture et le tatouage partagent un certain nombre d’objets communs : machine à écrire pour l’un, machine à encre pour l’autre ; stylographe versus dermographe. À l’heure où l’avenir matériel du livre est sans cesse remis en question, la peau semble être devenue le seul support fiable pour assurer la transmission des mondes imaginaires d’une génération à une autre – si bien que l’on s’interroge désormais sur la conservation des peaux26.

28Le tatouage féerique emprunte aux différents genres dont il s’inspire les mêmes modalités de lecture : il propose un déchiffrement ludique du corps qui, dès lors, se lit comme un rébus. Il faut parcourir la peau à la recherche d’un indice avant de découvrir le personnage emblématique de Martin Handford, Charlie (Où est Charlie ? Where is Waldo ? en anglais) sous une mèche de cheveux, selon le principe des albums « Cherche et trouve ».

29Ou bien il faut soulever un volet, un lobe, relever un bras, tourner un poignet pour identifier un symbole caché, comprendre que tel symbole était une référence à telle œuvre. Le tatouage féerique convoque également un pays des merveilles en réseau. Les tatouages des chiffres du code Dewey Decimal chez certains bibliothécaires invitent à une forme de décryptage participatif et connecté du signe tégumentaire, d’autant qu’il est d’usage de publier une photo de l’œuvre aussitôt accomplie sur les réseaux sociaux. Les motifs sont ainsi commentés, appropriés, réappropriés.

30Toucher du doigt ce pays des merveilles, ne serait-ce pas la tentation ultime ? Si le tatoué fait de sa peau un territoire magique, il offre ainsi au regard un domaine auquel il n’a pas lui-même forcément accès, qui intrigue et appelle le toucher. Sensation tactile d’un corps dont on doute des surfaces qu’il reflète, impulsion de réagencement de données que l’on aimerait approcher, le pays des merveilles sur la peau fait donc illusion.

  • 27 Jean-Thierry Maartens, Le Dessein sur la peau, Aubier, Paris, 1978, p. 153.
  • 28 William Caruchet, Le Tatouage ou corps sans honte, Éditions Séguier, Paris, 1995, p. 353.
  • 29 Anne & Julien (dir.), op. cit., p. 42.

31Longtemps considéré comme une marque infamante, exhibée fièrement comme un signe contestataire, le tatouage n’inscrit plus « sur la peau, en semi clandestinité, la volonté de rompre une fois pour toutes avec cette société, voire une intention d’endurcissement27 ». Il n’est plus aujourd’hui « le cri de détresse, le sanglot désespéré d’un être malheureux qui ne veut plus être une ombre au milieu des vivants28 ». Il est devenu un marquage identitaire dont les motifs sont officiellement reconnus et acceptés. Le statut même du tatoueur a changé, jadis connu pour être un « bouzilleur », voire un « boucher »29, il accède désormais au rang d’artiste ou de peintre sur peau. Contrairement au motif tribal, souvent accusé par les tatoueurs eux-mêmes d’être sélectionné trop rapidement sans que le porteur en connaisse la signification, la marque féerique est référencée et choisie sciemment pour inscrire de manière durable et indélébile une temporalité idéalisée à même la peau. Elle signale un temps de l’enfance et évoque des lectures : un ouvrage souvenir d’une enfance rêvée. Le tatouage, par un effet d’arrêt sur image, fixe le temps sur l’écran de la peau.

32Le tatouage féerique incarne une nouvelle forme d’art mobile en mouvement, immobile en surface. Marque propitiatoire, il transporte son porteur vers des territoires de rêve décalés. Il est à la fois un hommage visible à la littérature de jeunesse, non pas sous la forme d’une citation anecdotique mais comme pièce maîtresse constitutive du code génétique de l’identité anglo-saxonne. Le tatouage est historiquement plus prégnant dans la culture britannique, familles royales et classes politiques ont depuis toujours arboré des tatouages, il est donc effectivement plus présent dans les pays anglo-saxons. Et à ce titre, il témoigne aujourd’hui à la fois de l’hégémonie de la littérature de jeunesse qui se laisse voir à même la peau, au cœur de la ville : la peau devenant le porte-drapeau d’une culture trop longtemps sous-estimée, laissant transparaître l’esprit de corps d’une communauté de lecteurs inquiets de conserver une trace d’une expérience commune et unique de lecture et de se fédérer pour expier le manque laissé à la fin d’une saga. Le tatouage féerique n’est nullement réservé à la classe masculine ; s’il touche, il est vrai, plus directement les jeunes adultes, il concerne presque toutes les classes d’âge et permet désormais de mesurer la réception d’une œuvre et son impact sur la conscience collective.

Haut de page

Bibliographie

Anne & Julien (dir.), Tatoueurs, Tatoués, Paris, Actes Sud, Musée du Quai Branly, 2014.

Anzieu, Didier, Le Moi-peau, Dunod, Paris, 1995.

Borel, François, Le vêtement incarné, Pocket, Paris, 2006.

Caplan, Jane (dir.), Written on The Body. The Tattoo in European and American History, Reaktion Books, Londres, 2000.

Caruchet, William, Le Tatouage ou corps sans honte, Éditions Séguier, Paris, 1995.

Corbin, Alain, La Douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Flammarion, coll. « Champs/histoire », Paris, 2013.

Galliot, Sébastien, « Le tatouage, un mode d’action par l’image » dans Anne & Julien (dir.), Tatoueurs, Tatoués, op. cit, p. 27-35.

Le Breton, David, Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, Métailié, Paris, 2002.

Maartens, Jean-Thierry, Le Dessein sur la peau, Aubier, Paris, 1978.

Renaut, Luc « Le tatouage dans l’Antiquité », dans Anne & Julien (dir.), Tatoueurs, Tatoués, op. cit, p. 22-26.

Sanders, C. R., The Body. The Art and Culture of Tattooing, Temple Press, Philadelphia, 1989.

Serres, Michel, Les cinq sens, Hachette, Paris, 1985.

Yamamoto, Yoshimi, « Des ethnies à l’explosion du tatouage à l’époque d’Edo », dans Anne & Julien (dir.), Tatoueurs, Tatoués, op. cit, p. 88-95.

Haut de page

Notes

1 http://hptats.tumblr.com (consulté le 15 décembre 2014), http://bloodyhellhptattoos.tumblr.com (consulté le 15 décembre 2014),

2 C. R. Sanders, The Body. The Art and Culture of Tattooing, Temple Press, Philadelphia, 1989.

3 Luc Renaut, « Le tatouage dans l’Antiquité », dans Anne & Julien (dir.), Tatoueurs, Tatoués, Actes Sud, Musée du Quai Branly, Paris, 2014, p. 24. Voir aussi Sébastien Galliot, « Le tatouage, un mode d’action par l’image », ibid., p. 31.

4 Yoshimi Yamamoto, « Des ethnies à l’explosion du tatouage à l’époque Edo », ibid., p. 94.

5 François Borel, Le vêtement incarné, Pocket, Paris, 2006, p. 162.

6 Jane Caplan (dir.), Writtten on The Body. The Tattoo in European and American History, Reaktion Books, Londres, 2000, p. 198

7 Michel Serres, Les cinq sens, Hachette, Paris, 1985, p. 24.

8 Ibid., p. 22.

9 Didier Anzieu, Le Moi-peau, Dunod, Paris, 1995, p. 128.

10 Michel Serres, op. cit., p. 24-25.

11 Maurice Sendak, Where the wild things are, 1963, trad. Max et les Maximonstres, Delpire, Paris, 1967.

12 Alain Corbin, La Douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Flammarion, coll. « Champs/histoire », Paris, 2013, p. 18.

13 David Le Breton, Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, Métailié, Paris, 2002, p. 20.

14 Ibid., p. 114.

15 Ibid., p. 112.

16 Voir Sara C. Nelson, « Kelly Davidson’s Double Mastectomy Tattoo Symbolises Transformation After Surviving Breast Cancer », Huffington Post UK, 16/04/2013. Voir aussi Margot Peppers, « Woman Who Has Beaten Cancer Three Times on Why She Tattooed over Her Mastectomy Scars in Lieu of Reconstructive Breast Surgery » in The Daily Mail, 15 avril 2013.

17 J.K. Rowling, Harry Potter and The Deathly Hallows, Bloomsbury, Londres, 2007, p. 607.

18 J.K. Rowling, Harry Potter and The Philosopher’s Stone, Bloomsbury, Londres, 1997, p. 7.

19 J.K. Rowling, Harry Potter and The Half-Blood Prince, Bloomsbury, Londres, 2005, p. 109.

20 J.K. Rowling, Harry Potter and The Prisoner of Azkaban, Bloomsbury, Londres, 1999, p. 145-146.

21 J.K. Rowling, Harry Potter and The Deathly Hallows, Bloomsbury, Londres, 2007, p. 687.

22 J.K. Rowling, Harry Potter and The Prisoner of Azkaban, op. cit., p. 143.

23 J.K. Rowling, Harry Potter and The Deathly Hallows, op. cit., p. 65.

24 J.K. Rowling, Harry Potter and The Philosopher’s Stone, op. cit., p. 157.

25 David Le Breton, op. cit., p. 131.

26 Voir Homa Khaleli, « The Tattoo Foundation That Will Frame Your Body After You’ve Died », The Guardian, 12 octobre 2014. http://www.theguardian.com/fashion/shortcuts/2014/oct/14/tattoo-foundation-frame-body-art (consulté le 20 octobre 2014).

27 Jean-Thierry Maartens, Le Dessein sur la peau, Aubier, Paris, 1978, p. 153.

28 William Caruchet, Le Tatouage ou corps sans honte, Éditions Séguier, Paris, 1995, p. 353.

29 Anne & Julien (dir.), op. cit., p. 42.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1356/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Chassagnol, « La merveille dans la peau : le tatouage féerique ou le nouveau pays imaginaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1356 ; DOI : 10.4000/strenae.1356

Haut de page

Auteur

Anne Chassagnol

Université Paris 8
EA 1569 Transferts critiques et dynamique des savoirs

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org