Navigation – Plan du site
Dossier thématique

A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! : un exemple d’agit-prop soviétique à destination des enfants

Cécile Pichon-Bonin

Résumé

Le livre A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! (1930), écrit par Semion Kirsanov et illustré par Alexandre Deïneka, appartient aux « livres de chocs » destinés à faire la propagande du Premier plan quinquennal auprès des enfants. Caractéristique d’une tendance majeure de l’art soviétique de ces années, il se révèle un exemple intéressant de la réflexion sur les rapports entre art et propagande dans le domaine du livre pour enfants. L’article propose un décodage de l’iconographie du livre et une analyse de son langage graphique, pour aboutir à la définition de la propagande visuelle selon Deïneka, une définition qui interroge la notion à la fois politique et artistique de construction. Il s’agit également d’articuler cet ouvrage avec le champ des arts plastiques des années 1928-1932, période du passage au stalinisme.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

URSS
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Monde de l’art (Mir Iskusstva) est une association d'artistes russes fondée en 1898 dans l'idée (...)

1Depuis le Monde de l’art1, l’illustration du livre pour enfants constitue un élément important de la pratique de l’avant-garde russe. Les futuristes se sont intéressés au livre comme objet et à ses rapports avec la peinture. Après la Révolution bolchevique, les années 1920 sont l’occasion de renouveler la figuration : Vladimir Lebedev et l’Ecole de Leningrad développent cette activité. A Moscou, les arts graphiques et l’illustration en particulier occupent une place centrale au sein des Ateliers d’art et de technique (Vkhoutemas) et de groupes majeurs comme la Société des artistes de chevalet (OST), dont Alexandre Deïneka est l’un des piliers.

  • 2 Actuellement, les chercheurs les plus dynamiques sur ce sujet se trouvent en Amérique et en Europe (...)
  • 3 L’inventaire étant ici impossible, nous renvoyons notamment à deux ouvrages : Evguenii Steiner, Sto (...)
  • 4 Parmi celles-ci : Julian Rothenstein et Olga Budashevskaya (éd.), Inside the Rainbow; Adventures in (...)
  • 5 Daria Jdanova, L’avant-garde russe et le livre d’enfant, mémoire de maîtrise sous la direction de S (...)
  • 6 Voir notamment les textes de Ju. Gerčuk pour la série d’ouvrages Hudožnik… delaet knigu, publiés da (...)
  • 7 Voir Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, op. cit. et Ju. Gerčuk, Hudožnik A. Dejneka delaet knigu, Mosc (...)

2La littérature pour enfants russe et soviétique a fait l’objet de nombreuses études2. Concernant plus spécifiquement l’illustration, les recherches ont surtout porté sur l’avant-garde (notamment les mouvements futuriste et constructiviste et les artistes comme Lissitzky et Rodtchenko3). Pour aborder le renouveau de la figuration des années 1925-1930, on peut s’appuyer, d’une part, sur d’utiles entreprises d’inventaires menées à partir d’albums et sur des catalogues d’expositions4 ainsi que sur des études générales, établissant les caractéristiques stylistiques et formelles et cette production5. D’autre part, on note des travaux plus précis, consacrés principalement au tandem Marchak-Lebedev et à l’Ecole de Leningrad6. Cependant, si Iouri Gertchouk7 a en particulier posé des jalons importants, les livres pour enfants de l’OST, dont la production se concentre durant la période clé du Premier plan quinquennal (1928-1932), n’ont pas encore été abordés en tant que tels. Nous proposons de développer ici cette réflexion à travers une étude de cas.

  • 8 Voir M. S. Karasik, Udarnaja kniga sovetskoj detvory, fotoilljustracija i fotomontaž v knige dlja d (...)
  • 9 Ibid., p. 8. Les éditions d’Etat (GIZ) ont été créées dès 1919. Entre 1929 et 1931, lors des réform (...)
  • 10 Après le suicide de Majakovskij, son mentor, Semion Kirsanov publiera un autre poème pour enfants s (...)

3Les années 1928-1932 sont celles du passage au stalinisme et d’une importante restructuration du champ artistique. 1930 constitue une année charnière, marquée par le développement d’une nouvelle politique à destination des jeunes et des enfants. Celle-ci vise à publier des livres d’agitation, les « livres de choc8 ». De format et d’épaisseur modestes, illustrés de dessins ou, plus souvent, de photographies, ces brochures sont tirées sur un papier de qualité médiocre et à un grand nombre d’exemplaires (25 000 en moyenne pour les éditions d’Etat (GIZ9)). Leur fonction principale consiste à faire, auprès des enfants, la propagande des événements de la vie politique et sociale évoqués dans les journaux. Ces livres abordent des sujets comme les discours de Lénine ou de Staline, les expéditions polaires, les succès de l’aviation, le tracteur et la collectivisation des campagnes et, surtout, l’industrie et les grands chantiers du Premier plan quinquennal, dont les objectifs viennent d’être à nouveau révisés à la hausse. Fidèles à leur intérêt pour les sujets industriels qui ont marqué leurs œuvres depuis la Révolution, Alexandre Deïneka et le poète futuriste Semion Kirsanov publient A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal !10. Destiné à un lectorat de 6 à 8 ans, ce livre de 21,5 x 15,5 cm paraît aux éditions d’Etat (GIZ) et est tiré à 50 000 exemplaires. L’artiste et l’écrivain répondent ainsi à la demande officielle d’un livre de propagande qui vise à parler aux enfants d’un projet économique et avant tout politique.

  • 11 Jacques Ellul, Histoire de la propagande, Paris, PUF, Que Sais-je ?, 1967, p. 119.

4À la suite de Plekhanov qui dissocie propagande et agitation, Lénine distingue une propagande persuasive et une autre de type émotionnel. Le propagandiste-éducateur, souvent à l’écrit, explique les événements, modèle les connaissances, élabore une pensée, travaille en profondeur. L’agitateur propagandiste, souvent par la parole, s’efforce de mobiliser les masses et de provoquer du mécontentement, de désigner des coupables, etc11. Comment Deïneka répond-il à ces impératifs ? Quelle image du Premier plan quinquennal l’ouvrage diffuse-t-il ? Quels procédés artistiques utilise-t-il pour obtenir une action psychologique sur l’enfant ? Répondre à ces questions revient à préciser la façon dont Deïneka définit l’art, l’agitation et la propagande à destination de la jeunesse, et conçoit leur articulation. Il s’agit également de comprendre sa position dans le contexte artistique soviétique du Grand tournant. Notre étude envisagera tour à tour les choix iconographiques et les procédés formels mis en œuvre pour répondre à ces objectifs, avant d’inscrire l’ouvrage dans le champ artistique de l’époque et de voir comment il peut nous permettre de réinterroger ce dernier.

L’iconographie du Premier plan quinquennal et la fonction informative du livre

  • 12 J. Ellul, op. cit., p. 119
  • 13 J. Ellul, op. cit., p. 114, 119.

5Selon la définition léniniste, la propagande a pour but de former le nouvel homme socialiste par un travail d’éducation orienté, pour l’amener à une prise de conscience. Elle se décline selon trois méthodes : la révélation politique, le mot d’ordre et la participation à l’action12. Pour alimenter la révélation politique, il faut un apport d’informations. Mais cette information ne se veut pas objective. Elle doit servir la révolution et avoir un contenu éducatif pour le peuple. Le propagandiste doit démêler, sous les apparences, la réalité des faits, et en donner une présentation claire (à partir de la notion de lutte des classes). Il s’agit donc d’un système d’interprétation des événements qui s’effectue sur la base d’exemples et de faits concrets13.

6Les images du livre d’Alexandre Deïneka et Semion Kirsanov délivrent des informations sur le Premier plan quinquennal en reprenant ses principaux thèmes. On lit ainsi la priorité accordée à la production de biens d'équipement, de matières premières et de sources d'énergie plutôt qu'à celle des biens de consommation. On identifie des logements ouvriers (p. 8), la collectivisation de l’agriculture (p. 11), le développement du réseau ferré (p. 3) et l’industrialisation du pays (p. 2 ; 4 ; 8 ; 9 ; 10) via notamment le développement des mines et de l’industrie lourde (p. 5-6). Le livre insiste enfin sur la lutte contre le sabotage et les ennemis intérieurs (l’ouvrier ivre, p. 8) comme extérieurs (les canons, p. 7).

7Chaque page est consacrée à un élément emblématique de l’un des grands chantiers en cours. Seule l’image d’une jeune fille saluant le passage d’un train en tenant son chameau (p. 3), permet d’identifier avec précision le Turksib, cette ligne de chemin de fer reliant l’Asie centrale à la Sibérie, commencée en 1926 et achevée en 1931, et destinée à favoriser le développement du Turkestan et les échanges avec cette région. Les autres images montrent des symboles comme les cheminées d’usine (p. 2, 6 et 4e de couverture), un haut-fourneau (p. 5), des grues (p. 10), un plan d’usine (p. 4), des ateliers avec leurs sheds et leurs larges parois vitrées (p. 8 ; 9), des éléments de stockage (p. 5), des tracteurs (p. 11) et une locomotive (p. 3). Ce type de représentations d’éléments industriels abonde dans les photographies publiées dans la presse (à travers des revues comme Ogoniok puis L’URSS en construction), au cinéma (avec des films et documentaires consacrés aux grands chantiers, comme Turksib de Viktor Tourine, réalisé en 1929), ou dans les « livres de choc » pour enfants consacrés aux sujets industriels comme ce cadrage resserré sur les cheminées dans Une fabrique qui a bon goût (p. 9) ou sur la couverture de la deuxième édition du Récit d’un grand plan. Le réemploi des photographies d’un livre à l’autre est fréquent, comme dans les deux ouvrages de M. Iline, Que construisons-nous ? et Récit d’un grand plan. Les images ont valeur d’emblèmes et l’enfant doit apprendre à identifier ces éléments.

  • 14 L’exemple de ce chantier s’étend aux autres. À partir de ce moment, les entreprises du bâtiment tra (...)
  • 15 L’organisation des Komsomols dépend du parti Elle prolonge celle des pionniers et accueille les jeu (...)
  • 16 L’exemple le plus connu est sans doute le procès des Chakhty, qui s’est tenu en 1928, et au cours d (...)
  • 17 J. Ellul, op. cit., p. 119.

8Quant au texte, il produit un discours de mobilisation en faisant référence à des lieux précis. Il confirme la présence de la première locomotive du Turksib, mentionne l’usine de tracteurs de Stalingrad (p. 4), les mines du Donbass (p. 9), le développement de la sidérurgie ukrainienne à travers les combinats métallurgiques de Marioupol (p. 5), de Kertch (p. 6) et de Dnepropetrovsk (p. 10). L’enfant doit aussi connaître le nom de ces chantiers considérés comme prioritaires en 1930 et faisant l’objet d’une intervention accrue de l’Etat, notamment en terme de propagande. À Stalingrad, durant l’hiver 1929-1930, les autorités lancent une grande campagne pour inciter les ouvriers à rester travailler pendant l’hiver afin de mettre l’usine en service au plus tôt et de lancer la production de tracteurs14. Toujours en 1930, les dirigeants lancent une autre campagne de mobilisation pour procurer aux mines du Donbass la main d’œuvre manquante : les ouvriers ont quitté massivement le bassin houiller pour rentrer chez eux, dans les campagnes, poussés par les mauvaises conditions de vie et appelés par leurs proches affolés par la collectivisation et la réquisition des biens. La diminution de la production de charbon a des conséquences sur la sidérurgie. Kirsanov pointe d’ailleurs explicitement le manque de bras (p. 9), de houille (p. 9) et d’acier (p. 10). Outre cette campagne, qui vise à recruter 78 000 personnes et en particulier des jeunes komsomols15, des sanctions sont prises au niveau local et plusieurs grands procès ont pour but de mobiliser les masses contre les impérialistes et d’attirer leur vigilance sur des signes de sabotage éventuels16. À l’image de Deïneka montrant un ouvrier ivre, le texte de Kirsanov répond « Quel tort a été causé ! Tu sais : du minerai n’a pas été livré. Dans le mil ! Voilà un ouvrier qui boit de la vodka au travail. » Dans l’optique léniniste, la dénonciation constitue l’un des leviers principaux de la révélation politique17.

  • 18 J.-P. Depretto, op. cit., p. 178-179.

9Le pays est alors en état de pré-mobilisation. Le pouvoir veut combattre l'absentéisme ouvrier, la production de très mauvaise qualité, le manque de main-d'œuvre et les révoltes qui éclatent un peu partout, en particulier en Ukraine, où l’on frôle une nouvelle guerre civile. Dans cette situation de crise, les normes de production sont pourtant régulièrement révisées à la hausse pour les mines de charbon du Donbass et la sidérurgie ukrainienne, en particulier en 193018. Pour relever ces défis, des mesures répressives se conjuguent au principe de « l'émulation socialiste », présentée comme une saine compétition entre brigades d'ouvriers de choc. Dans ce contexte, le livre de choc possède plusieurs fonctions. La première consiste à faire connaître différents aspects du plan (les secteurs prioritaires, le nom des grands chantiers, les objectifs). Les choix iconographiques et littéraires de Deïneka et Kirsanov se complètent pour répondre à cette fonction informative. La seconde fonction vise à convaincre le jeune lecteur de la nécessité de l’industrialisation accélérée et de la légitimité du projet.

  • 19 Comme l’a indiqué Esther Duflo, le plan quinquennal est finalement lui-même conçu à des fins non de (...)

10Les livres pour enfants recourent à divers procédés pour faire connaître et légitimer le plan. Les imagiers du premier plan, comme Que construisons-nous ? illustré par Tambi, propose à l’enfant d’identifier tous les éléments du nouveau mode de vie moderne qui arrive en URSS (moyens de transports, usines, etc.). Des récits agrémentées de photographies de sites légendées, comme les ouvrages Que construisons-nous ? et Récit d’un grand plan de M. Iline, tentent de donner au Premier plan quinquennal une cohérence et d’en faire un système rationnel. Enfin, Le plan quinquennal de Laptev se présente sous la forme d’un dépliant. Chaque page est consacrée à un aspect du plan (par exemple « Electrification », « Pétrole » ou « Charbon ») résumé par une illustration en couleur simplifiée et un chiffre clé se rapportant aux réalisations de l’année 1927-1928. En soulevant un rabat, l’enfant découvre les objectifs chiffrés pour l’année 1932-1933 et un texte explicatif. En procédant à l’inventaire des chantiers ou des secteurs marquants du plan en les juxtaposant, le livre de Deïneka et Kirsanov atteste du caractère composite des constructions, présentées dans un montage et n’entretenant pas de liens concrets entre elles. A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! se fait le vecteur des grandes réalisations, construites non pour être rentables économiquement mais dans une perspective politique et idéologique, pour être montrées, en tant que symboles d’une certaine puissance19. La seule manifestation de cette puissance doit donner confiance au lecteur dans le fait que l’ordre naîtra du chaos et lui donner foi en un avenir radieux.

11À la narration et aux explications de l’ingénieur M. Iline et aux chiffres du dépliant de Laptev, s’opposent le laconisme et l’expressivité du texte poétique et des vignettes au dessin schématique de Kirsanov et Deïneka. Si ces divers ouvrages répondent certes aux différentes tranches d’âge du lectorat visé, on constate aussi que le livre pour enfants oscille entre les deux pôles précédemment définis : la propagande-éducation et l’agitation-mobilisation. D’un côté, un texte long, persuasif et informatif, qui veut convaincre son lecteur et emporter son adhésion par la force des arguments (M. Iline), de l’autre, le texte poétique court qui cherche à provoquer une réaction émotionnelle.

La réflexion formelle et les fonctions d’agitation du livre

  • 20 Voir M. Lenoe, Closer to the Masses, Harvard, Harvard University Press, 2004, p. 26-28.
  • 21 Jean-Marie Domenach, La Propagande politique, Paris, Que sais-je ?, 1979, p. 22.

12Les procédés utilisés par Deïneka et Kirsanov s’inscrivent dans une tradition futuriste et constructiviste. Dans l’esprit futuriste, Semion Kirsanov joue sur les allitérations, les assonances, les vers courts et percutants, ponctués de nombreux points d’exclamations et présentés de façon très découpée. Le lecteur est directement interpelé par des verbes à l’impératif ou à la deuxième personne du singulier. Le ton s’inscrit bien dans le contexte des « campagnes de choc » du Premier plan quinquennal, dans lesquelles la presse renoue avec les formes d’agitation et de mobilisation des masses datant de l’époque de la guerre civile20. Le titre même du livre semble reprendre un mot d’ordre de l’époque. Selon la définition léniniste, le mot d’ordre exprime la dimension combattive de la propagande. C’est la traduction verbale d’une phase de la tactique révolutionnaire. Circonstancié et ponctuel, il exprime aussi clairement, brièvement et euphoriquement que possible l’objectif le plus important du moment, soit un objectif de ralliement et d’anéantissement de l’adversaire en période guerre, soit un objectif de planification en période d’édification socialiste (« l’art vers les masses, accomplir le plan en quatre ans, etc.). Il n’est pas une excitation creuse mais il condense la ligne politique du moment. Tout mot d’ordre doit correspondre non seulement à la situation politique mais aussi au niveau de la conscience des masses21.

13Toujours dans cette recherche d’une expression émotionnelle forte, Deïneka joue sur les contrastes : contraste maximum du noir et blanc d’abord, fumée noire contre fumées blanches (par exemple p. 2-3),

Semion Kirsanov, ill. par Alexandre Deïneka, A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! [Vstretim tretij], Moscou-Leningrad, GIZ, 1930, p. 2-3, DR.

14ou contraste du noir et du blanc animé de rouge, développé par les constructivistes (couverture et 4e de couverture). En outre, chaque élément est présenté sous son angle le plus dynamique et ces images interagissent. Se juxtaposent des vues en plongée et de face (plans de l’usine et ouvriers sur la passerelle, p. 4-5),

Semion Kirsanov, ill. par Alexandre Deïneka, A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! [Vstretim tretij], Moscou-Leningrad, GIZ, 1930, p. 4-5, DR.

15en plongée et en contre-plongée (ouvrier ivre et jeunes femmes p. 8-9),

Semion Kirsanov, ill. par Alexandre Deïneka, A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! [Vstretim tretij], Moscou-Leningrad, GIZ, 1930, p. 8-9, DR

16en contre-plongée de droite et de gauche (haut-fourneau et canons, p. 6-7) ; les vues en gros plan et en plan général (les cheminées et le train, p. 2-3). Parallélépipèdes et cylindres opposent leur volume construit par association de plans ou affirmation du modelé (plan et éléments de stockage, p. 4-5) ; les verticales du haut-fourneau s’opposent aux obliques des canons (p. 6-7) ; le réseau de lignes denses et désordonnées des grues contraste avec les obliques parallèles des sillons creusés par les tracteurs (p. 10-11) ; les vignettes sont circonscrites sur fond clair ou sombre (p. 4-5 ; p. 6-7), elles sont fermés ou ouvertes (p. 8-9) ; le blanc de la page s’affirme comme fond ou apparaît en réserve dans un dessin leuco-graphique de l’ouvrier (p. 8-9). Deïneka joue avec les notions d’intérieur et d’extérieur, juxtaposant sur une même page, l’ouvrier ivre sur fond noir, une vue sur les ateliers et les logements par une fenêtre, et une chaise vide, insistant sur l’absence. Les exemples précédemment cités se développent sur des doubles pages mais il arrive aussi que Deïneka juxtapose ces fragments dans l’espace d’une même page. Il recourt alors à une esthétique de montage et propose ainsi des compositions très dynamiques. Ceci est particulièrement notable aux pages 8 et 9 : à gauche, l’ouvrier ivre, isolé sur son fond noir, semble à la fois à l’extérieur et à l’intérieur du logement ; à droite, les jeunes femmes n’appartiennent pas au même espace que les constructions qui leur servent de fond.

  • 22 Voir M. Hagemeister, « Russian Cosmism in the 1920’s and Today », in B. Rosenthal, The Occult in Ru (...)

17Images et textes s’associent donc pour créer un rythme rapide et percutant. Pour Deïneka, comme pour les constructivistes, le montage associé aux contrastes constitue la base d’une œuvre dynamique, expressive, énergique, qui devient ainsi un équivalent de la vie soviétique. Au début du xxe siècle, l’énergie est considérée comme le principe de base de tout phénomène, matériel, magique ou spirituel22, selon les conceptions des différents artistes et scientifiques. Expression de la vie nouvelle, la forme dynamique doit aussi produire un effet sur le psychisme du spectateur. Pour Deïneka et les constructivistes, le montage et les contrastes mobilisent les émotions du jeune lecteur et suscite son enthousiasme. Au-delà de la mobilisation émotionnelle pour une action à court terme, l’enjeu du livre est de faire du spectateur-lecteur un créateur actif du monde nouveau. A cette fin, Deïneka recourt également à un autre principe constructiviste : le non-finito.

18Les dessins ressemblent souvent à des ébauches, les canons sont suspendus dans le vide, leur environnement reste indéterminé de même que celui des grues, les vignettes des pages 8-9 sont ouvertes, sans contour, l’usine figure sous forme de plan et la page 12 propose un dessin au trait. Page 8, la fenêtre se détache sur une page blanche qui lui sert de mur, fait aussi office de sol pour la chaise et s’affirme comme la page du texte. Les personnages esquissés à la page 12 évoluent dans un espace indéterminé, appelé à être comblé par l’imagination du lecteur et par les réalisations à venir. À plusieurs reprises, la page fonctionne comme un lieu de projection mentale, apte à stimuler la créativité de l’enfant. En page 11 figure une jeune femme, cheveux au vent, bras tendu vers la droite, invitant à tourner la page dans l’autre. Elle encourage à poursuivre l’avancée, indique la voie à suivre, une voie qui se situe dans l’espace du spectateur-lecteur et non dans celui de la représentation. Il incombe donc au lecteur de l’inventer. La marche est aussi celle des ouvriers sur la passerelle, appelés au laminage des tubes selon le texte, ou encore celle des porte-drapeaux qui viennent clore l’ouvrage dans leur espace indéterminé (p. 12), incitant à nouveau à avancer, à prolonger l’effort une fois le livre refermé. Drapeaux et cheminées fumantes scandent l’ouvrage et se retrouvent au début et à la fin, donnant à cette marche une dimension démonstrative. La marche renvoie au cours de l’histoire, au progrès et au déplacement géographique à travers les différents chantiers et aux efforts nécessaires à l’accomplissement du plan. Elle est renforcée par le texte qui, à la dernière page à côté des deux porte-drapeaux, dit : « Le chemin est dur jusqu’au communisme, c’est la troisième année du plan. Allons courageusement à l’assaut de cette troisième année de travaux décisifs ! ». La dernière phrase ouvre également le volume. Elle invite au mouvement et à l’action.

19La forme doit atteindre une expressivité maximale afin de traduire le rythme de la vie nouvelle et d’exciter les émotions et l’enthousiasme du jeune lecteur. L’enfant doit adhérer au projet de l’industrialisation accélérée, avoir envie d’y participer et enfin développer des compétences plus larges comme sa créativité, afin de s’impliquer dans la construction en cours, qu’il s’agisse de la construction industrielle, de celle d’une nouvelle société ou même d’une nouvelle forme artistique. Deïneka propose ainsi un dessin constructiviste figuratif.

  • 23 J. Ellul, op. cit., p. 120.

20L’ensemble des artistes politiquement engagés (constructivistes, membres de la Société des artistes de chevalet ou de l’Association des artistes de la Russie révolutionnaire (AKhRR)), s’accordent sur l’une des visées de l’art selon laquelle l’image doit inciter le spectateur à participer à la construction de la nouvelle société socialiste. Ce serait là sa fonction d’agitation-propagande. Pour Lénine, en effet, la propagande n’est pas une action psychologique pure, elle est liée à la réalisation et doit aboutir à une participation par l’action23. Pour atteindre ce but, les artistes de l’OST et de l’AKhRR s’accordent sur le fait de ne pas négliger l’iconographie et de convoquer des sujets soviétiques contemporains. L’iconographie, qui doit faire connaître et légitimer le plan, nous l’avons vu, en montrant des exemples des premières réalisations, a pour fonction de témoigner de la possibilité de réaliser les promesses de la propagande antérieure et doit avoir valeur d’exemple. Cependant, le fait d’utiliser le montage et la simplification des formes pour provoquer une émotion forte chez le spectateur ne fait pas consensus dans le contexte de débat sur la fonction de l’art et sur le style qui lui correspond.

Le livre pour enfants, un refuge pour l’expression schématique d’Alexandre Deïneka ?

21Dans les années 1920, un marxisme simplifié constitue la base de la critique d’art. Les fondements en ont été posés par Plekhanov, à la fin du xixe siècle. Le cadre théorique général peut se résumer ainsi : l’art appartient à l’idéologie et exprime les rapports de classe. L’art d’une époque donnée étant l’expression de la classe dominante, si la classe dominante est le prolétariat, l’art doit être celui du prolétariat. Il faut ici souligner que la notion de prolétariat se définit de manière idéologique, et non sociologique. Selon Lénine, la classe ouvrière n’est prolétarienne qu’à partir du moment où elle prend conscience de sa classe. Le prolétariat se confond donc avec le Parti.

22L’art, tout à la fois, a pour fonction d’éduquer, de former la vision du monde de classe du spectateur, enfant ou adulte, qui doit prendre conscience de son appartenance au prolétariat, et exprime la vision du monde de l’artiste (compris comme un être collectif qui traduit la vision du monde de sa classe). La notion idéologique de « vision du monde », importée dans le domaine des arts visuels, est comprise au sens strict et se rapporte à la façon de voir et donc de représenter la réalité, une réalité définie comme accessible par les sens et la raison, selon l’héritage du xixe siècle. Idéologues, politiques et artistes admettent alors largement que le réalisme est le style qui correspond à la vision du monde matérialiste du prolétariat. Ce terme de « réalisme » recouvre dans les faits un ensemble de pratiques figuratives extrêmement diverses, dans la continuité des Ambulants ou inspirée par l’expressionnisme allemand, l’impressionnisme ou le post-impressionnism. On débat donc ardemment de la forme que doit prendre le réalisme. Ainsi Deïneka est-il régulièrement tancé par des critiques pour son utilisation du montage, qui empêche toute narration et rompt les liens logiques de causes à effets, et pour son schématisme, qui serait susceptible de déformer la vision du monde du spectateur.

  • 24 Ju. Gerčuk, op. cit., p. 8-9.
  • 25 Voir notamment à ce sujet, E. Dan’ko, « Zadači hudožestvennogo oformlenija detskoj knigi », in Luna (...)

23Une des caractéristiques de l’art de Deïneka, et des membres de l’OST en général, réside dans l’emploi d’un style commun aux œuvres pour adultes et pour enfants24. Or, si la production pour adultes de Deïneka est régulièrement pointée du doigt, le schématisme, que l’on peut définir par un dessin aux formes et aux volumes simplifiés, souvent en deux dimensions, prend un autre sens dans le domaine du livre pour enfants, où il constitue une véritable tendance stylistique. En effet, deux camps s’opposent, parmi les pédagogues et les artistes25. Pour les uns, l’expression schématique correspond à la perception de l’enfant, donc à sa vision du monde au sens propre. Les tenants de cette approche se fondent notamment sur les propos de V. Stern et de K. Lang, expliquant que l’enfant en âge préscolaire ne perçoit pas les ombres définissant les volumes, ni la représentation perspective et le recouvrement d’un objet par un autre. Seul le dessin à plat (en deux dimensions) serait donc admis par la perception de l’enfant de cet âge. Pour les autres, l’expression schématique et simplifiée, si elle correspond à la perception de l’enfant et lui permet notamment de reconnaître et d’identifier les objets, n’est pas apte à éduquer son regard. Ces derniers ne se montrent pas pour autant favorable à la photographie ou à l’approche naturaliste, dans la mesure où celles-ci ne feraient qu’entretenir le souhait d’une contemplation passive de la réalité.

24Le débat autour du schématisme dans le domaine de l’illustration pour enfants semble octroyer une liberté stylistique plus grande aux artistes puisque le schématisme peut y trouver une justification idéologique. Ceci a certainement contribué à alimenter l’idée que l’illustration a pu constituer un refuge pour les artistes modernistes, une idée qui mérite cependant d’être à la fois précisée et nuancée.

  • 26 Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, op. cit., p. 11.
  • 27 À propos des conflits entre artistes voir C. Pichon-Bonin, Peinture et politique en URSS, L’itinéra (...)
  • 28 Concernant la pénurie de matériel artistique au moment du Premier plan quinquennal voir ibid., p. 2 (...)

25Il est vrai que l’on note une très forte activité des artistes dans le domaine de l’illustration pour enfants en particulier au moment du Premier plan quinquennal. Les principaux membres de l’OST, comme David Sterenberg, Andreï Gontacharov, Iouri Pimenov, Alexandre Tychler ou Alexandre Deïneka ont ainsi une pratique qui se concentre surtout dans cette période, et publient chacun une quinzaine d’ouvrages26. Ce phénomène résulte de la conjonction de plusieurs facteurs. De nombreuses tensions traversent alors le champ pictural, dues à la fois aux multiples réformes qui touchent les institutions et à la pression idéologique exercée par les jeunes artistes communistes dits « prolétariens27 ». Ces tensions se doublent d’une pénurie de toiles et tubes de peintures, consécutive à la réduction des importations de matériel au profit de tentatives de développement d’une production soviétique. L’activité picturale est donc rendue difficile28. Parallèlement, le secteur du livre illustré pour enfants s’organise et connaît une expansion rapide, comme en atteste le développement des livres de choc à partir de 1930. Le secteur fait alors appel en nombre aux artistes pour les illustrations et leur permet de travailler. Ce besoin massif de créateurs peut conduire à penser qu’ils ont bénéficié d’une tolérance plus grande et d’une idéologie allégée, mais il ne faut pas oublier ici la marge qu’autorise également le débat autour du schématisme.

26Par ailleurs, il faut tenir compte du caractère temporaire de l’illustration dans l’activité de certains des artistes de l’OST mentionnés plus haut. Deïneka poursuivra en effet sa brillante carrière de peinture dans les années 1930 et au-delà. Pour d’autres, la période du Premier plan quinquennal marquera effectivement un passage vers une carrière d’illustrateur, comme dans le cas d’Andreï Gontcharov. Le terme de « refuge » désigne donc des situations variées.

  • 29 Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, op. cit. p. 8-9.
  • 30 L’exécution de cette toile a été commandée par les éditions d’art d’Etat (Izogiz). Dejneka appartie (...)
  • 31 À propos des missions de création et de leur organisation, voir C. Pichon-Bonin, op. cit., p. 219-2 (...)

27Enfin, il faut souligner que cette pluriactivité des artistes s’inscrit dans une pratique courante. Iouri Gertchouk remarque l’emploi d’un style commun aux œuvres pour adultes et pour enfants chez l’ensemble des membres de l’OST et Deïneka en particulier. L’usage d’un style commun distingue ces artistes de ceux de l’école de Leningrad, rassemblés autour de Vladimir Lebedev, qui s’inspirent également des tendances artistiques contemporaines dans leur création pour enfants mais la singularisent nettement29. Au-delà même, chez Deïneka et les artistes de l’OST, on peut noter de nombreuses réutilisations et transpositions de motifs iconographiques, tel celui de la jeune femme marchant, présent à la fois dans A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! et le tableau Qui l’emportera ?30, réalisé sur commande en 1932. Ces remplois révèlent qu’un artiste comme Deïneka conçoit sa pratique artistique comme un ensemble et dans une perspective interdisciplinaire, dans l’esprit de la formation reçue au sein des Vkhoutemas, au tournant des années 1910-1920. Ils nous invitent également à penser différemment l’organisation même de la commande, qui ne se présente pas comme un système cloisonné. Les artistes peuvent notamment découvrir un certain nombre de sujets lors de voyages appelés missions de création31. Deïneka s’est ainsi rendu plusieurs fois dans le Donbass, à partir du milieu des années 1920, pour réaliser une série de dessins de presse qui inspireront des tableaux comme Avant de descendre dans la mine ou La construction des nouveaux ateliers, et Kirsanov a visité Dnepropetrovsk, ce qui a donné lieu à divers poèmes pour des journaux de métallurgistes et de mineurs. Le titre A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! reprend d’ailleurs le thème censé guider le travail des artistes qui partent en 1930. Les missions fournissent ainsi du matériau pour tout type d’œuvres.

Conclusion

  • 32 « Za knigu zovuščuju“, Detskaja Literatura, 1932, n°1, p. 1.

28L’étude du livre A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! donne un exemple de mise en forme des impératifs donnés au livre pour enfants qui sont de « mobiliser des millions d’enfants au service de la lutte pour la construction de la société communiste [et de jouer] un grand rôle dans la formation de la vision du monde des enfants, de leur caractère, dans l’éducation artistique du goût, dans le développement de différentes émotions, de leur état d’esprit, etc. »32. Pour allier réflexion artistique et œuvre de propagande, Deïneka interroge une notion qui occupe à la fois les politiques et les créateurs : celle de construction. L’iconographie présente la construction industrielle du pays et répond au besoin de diffusion de l’image des secteurs prioritaires du Premier plan quinquennal, la mise en forme évoque de façon plus générale la construction du socialisme et d’une nouvelle société, et la construction de l’image. En jouant sur le dynamisme des compositions, l’artiste mobilise le spectateur en provoquant chez lui une réaction émotionnelle. L’inachèvement des images est aussi censé pousser le jeune lecteur à développer sa créativité et à participer à cette construction en imagination et en acte. Il s’agit de former un jeune constructeur dynamique, volontaire, l’homme nouveau de demain. Enfin, cet ouvrage s’articule avec la pratique picturale de Deïneka et invite ainsi à penser l’illustration pour enfants comme un aspect d’une pratique pluridisciplinaire et à ne pas la comprendre seulement comme un refuge.

Haut de page

Notes

1 Le Monde de l’art (Mir Iskusstva) est une association d'artistes russes fondée en 1898 dans l'idée de prôner un renouveau pictural de l'art russe en synthétisant les plusieurs formes artistiques dont le théâtre, la décoration et l'art du livre. Les membres du groupe, parmi lesquels Alexandre Benois, Konstantin Somov, Dimitri Philosophoff, Léon Bakst et Eugène Lanceray, sont appelés miriskusniki. Une revue du même nom est fondée en 1898 par Serge Diaghilev, Léon Bakst et Alexandre Benois. Publiée jusqu’en 1905, elle occupe une place majeure dans l’émergence de l’avant-garde artistique en Russie. (Ndlr)

2 Actuellement, les chercheurs les plus dynamiques sur ce sujet se trouvent en Amérique et en Europe du Nord. Ils travaillent principalement sur les genres, les thématiques et les auteurs de cette littérature, dans une perspective historique. Voir par exemple Marina Balina et Larissa Rudova (éd.), Russian children’s literature and culture, New York, Routledge, 2008.

3 L’inventaire étant ici impossible, nous renvoyons notamment à deux ouvrages : Evguenii Steiner, Stories for little Comrades: Revolutionary artists and the making of early soviet children’s books, University of Washington Press, 2000 et Les livres illustrés russes et soviétiques pour enfants, 1917-1945, actes de la journée d’étude organisée par la Bibliothèque de l’Heure joyeuse le 17 novembre 1997, sous la direction de Françoise Lévèque, Paris, Paris bibliothèques, 1999.

4 Parmi celles-ci : Julian Rothenstein et Olga Budashevskaya (éd.), Inside the Rainbow; Adventures in the Soviet imaginary children’s book and graphic art, Londres, Redstone Press, 2013 ; Peter Noever (éd.), Shili-Byli, Russian children’s books, Vienne, MAK, 2004 ; Françoise Lévèque et Serge Plantureux, Dictionnaire des illustrateurs de livres d’enfants russes, 1917-1945, Paris, Paris bibliothèques, 1997.

5 Daria Jdanova, L’avant-garde russe et le livre d’enfant, mémoire de maîtrise sous la direction de Serge Lemoine, Université Paris IV, UFR d’histoire de l’art, septembre 2001 ; Carole Hardouin-Touard, La littérature enfantine russe de 1917 à 1945, mémoire de DEA sous la direction de Véronique Lossky, Université Paris IV, UFR d’études slaves, mai 2000 ; les travaux de Jurij Gerčuk et en particulier Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, Moscou, Znanie, 1977.

6 Voir notamment les textes de Ju. Gerčuk pour la série d’ouvrages Hudožnik… delaet knigu, publiés dans les années 1980 aux éditions Sovetskij hudožnik de Moscou.

7 Voir Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, op. cit. et Ju. Gerčuk, Hudožnik A. Dejneka delaet knigu, Moscou, Sovetskij hudožnik, 1982.

8 Voir M. S. Karasik, Udarnaja kniga sovetskoj detvory, fotoilljustracija i fotomontaž v knige dlja detej i junošestva, 1920-1930h godov, Moscou, 2010, p. 3.

9 Ibid., p. 8. Les éditions d’Etat (GIZ) ont été créées dès 1919. Entre 1929 et 1931, lors des réformes qui restructurent et centralisent le milieu éditorial, elles ont absorbées de nombreuses maisons d’édition apparues au moment de la NEP.

10 Après le suicide de Majakovskij, son mentor, Semion Kirsanov publiera un autre poème pour enfants sur ce thème, en 1931, Plan quinquennal, qui se présente comme la suite du dernier long poème inachevé de Majakovskij, Au sommet de ma voix.

11 Jacques Ellul, Histoire de la propagande, Paris, PUF, Que Sais-je ?, 1967, p. 119.

12 J. Ellul, op. cit., p. 119

13 J. Ellul, op. cit., p. 114, 119.

14 L’exemple de ce chantier s’étend aux autres. À partir de ce moment, les entreprises du bâtiment travailleront toute l’année et renonceront à la traditionnelle pause hivernale. Voir Jean-Paul Depretto, Les Ouvriers en URSS, 1928-1941, Paris, Publications de la Sorbonne, Institut d'études slaves, 1997, p. 93-94.

15 L’organisation des Komsomols dépend du parti Elle prolonge celle des pionniers et accueille les jeunes de 15 à 28 ans. Il était courant, à l’époque, de faire appel aux jeunes communistes là où surgissaient des difficultés. La Pravda a, par exemple, publié le mot d’ordre : « Les komsomols à la mine : Les komsomols au secours du Donbass ! ». Voir J.-P. Depretto, op. cit., p. 178-179

16 L’exemple le plus connu est sans doute le procès des Chakhty, qui s’est tenu en 1928, et au cours duquel des mineurs et des ingénieurs du Donbass sont mis en accusation pour conspiration et sabotage.

17 J. Ellul, op. cit., p. 119.

18 J.-P. Depretto, op. cit., p. 178-179.

19 Comme l’a indiqué Esther Duflo, le plan quinquennal est finalement lui-même conçu à des fins non de rentabilité économique, mais de propagande. Il reste à la charge des artistes de trouver la forme propagandiste adéquate, qui lui correspond. Voir E. Duflo, L’Image des grands chantiers dans la propagande soviétique du Premier plan quinquennal, mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de Fr.-X. Coquin, Université Paris I, juin 1994, p. 143.

20 Voir M. Lenoe, Closer to the Masses, Harvard, Harvard University Press, 2004, p. 26-28.

21 Jean-Marie Domenach, La Propagande politique, Paris, Que sais-je ?, 1979, p. 22.

22 Voir M. Hagemeister, « Russian Cosmism in the 1920’s and Today », in B. Rosenthal, The Occult in Russian and Soviet Culture, Ithaca, Cornell University Press, 1997, p. 193-195. Une tendance du cosmisme russe, incarnée par Gorskij et qui a cours dans les années 1920, postule la transformation et la sublimation de l’énergie sexuelle en un potentiel créatif au service de la perfectibilité de l’humanité, de la conquête et de la restructuration de l’univers. L’auteur évoque différentes recherches de l’époque autour de l’énergie humaine et de sa transformation, telle que celle de S. Beknev, en 1923. Ce physiologiste estime que, dans le futur, les gens, en contrôlant la transformation de leur énergie nerveuse, pourront devenir des sources de lumière et de chaleur, mais aussi affecter directement la matière et en changer sa structure.

23 J. Ellul, op. cit., p. 120.

24 Ju. Gerčuk, op. cit., p. 8-9.

25 Voir notamment à ce sujet, E. Dan’ko, « Zadači hudožestvennogo oformlenija detskoj knigi », in Lunačarskij (red.), Detskaja literatura, kritičeskij sbornik, Moscou-Leningrad, GIZ, 1931, p. 225.

26 Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, op. cit., p. 11.

27 À propos des conflits entre artistes voir C. Pichon-Bonin, Peinture et politique en URSS, L’itinéraire des membres de la Société des artistes de chevalet (OST), 1917-1941, Dijon, Presses du réel, 2013, coll. Œuvres en sociétés, p. 159-186.

28 Concernant la pénurie de matériel artistique au moment du Premier plan quinquennal voir ibid., p. 297-301.

29 Ju. Gerčuk, Ob iskusstve knigi, op. cit. p. 8-9.

30 L’exécution de cette toile a été commandée par les éditions d’art d’Etat (Izogiz). Dejneka appartient alors à un groupe d’artistes (une brigade) du secteur de production artistique de masse des éditions, chargée de préparer des travaux destinés à être publiés pour les 15 ans de la Révolution. Pour une analyse détaillée de ce tableau, voir C. Pichon-Bonin, « L’exposition 15 ans d’art soviétique : commandes, parcours et réception », dans Maria Stavrinaki et Maddalena Carli (dir.), Artistes et Partis. Esthétique et politique (1900-1945), Dijon, Presses du réel, 2012, coll. Œuvres en sociétés-Anthologie, p. 121-146.

31 À propos des missions de création et de leur organisation, voir C. Pichon-Bonin, op. cit., p. 219-230.

32 « Za knigu zovuščuju“, Detskaja Literatura, 1932, n°1, p. 1.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Semion Kirsanov, ill. par Alexandre Deïneka, A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! [Vstretim tretij], Moscou-Leningrad, GIZ, 1930, p. 2-3, DR.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Semion Kirsanov, ill. par Alexandre Deïneka, A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! [Vstretim tretij], Moscou-Leningrad, GIZ, 1930, p. 4-5, DR.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Semion Kirsanov, ill. par Alexandre Deïneka, A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! [Vstretim tretij], Moscou-Leningrad, GIZ, 1930, p. 8-9, DR
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1325/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Pichon-Bonin, « A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! : un exemple d’agit-prop soviétique à destination des enfants », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1325 ; DOI : 10.4000/strenae.1325

Haut de page

Auteur

Cécile Pichon-Bonin

Chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP)cecile.pichonbonin@sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org