Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes

Claire Delbard

Résumé

La collection « Le Roman des bêtes » parue chez Flammarion, dans la collection « Albums du Père Castor » fête ses quatre-vingts ans en 2014 : son premier titre, Panache l’écureuil, est paru en 1934. Cette collection est emblématique du renouveau graphique et d’une nouvelle conception du livre pour enfants entre les deux guerres : entre 1934 et 1939, huit titres (par ordre chronologique : Panache, l’écureuil, Froux, le lièvre, Plouf, canard sauvage, Bourru l’ours brun, Scaf le phoque, Quipic le hérisson, Martin pêcheur et Coucou) voient le jour. En entrant dans la définition de la conception éditoriale de cette collection, il est possible d’observer ce qui en a fait sa spécificité dans son rapport au temps, à l’espace, à l’éducation. Les collections qui lui succéderont après-guerre ont un lien évident de filiation avec ce renouveau : sans le « Roman des bêtes », beaucoup de livres documentaires ultérieurs n’auraient pu voir le jour. L’objectif premier est de définir ce renouveau technique et éditorial de l’album (traitement croisé de l’image, du texte, des choix de mise en page, de structuration du temps et du récit) en regard de l’époque. Il s’agit ensuite d’observer comment ce renouveau influence les publications ultérieures, à partir d’exemples issus du catalogue d’après-guerre des Éditions du Père Castor, ainsi que d’autres éditeurs alors présents sur le marché français (pour des collections de « fiction documentaire »).

Haut de page

Texte intégral

1Les quatre-vingts ans des Éditions du Père Castor ont été fêtés en 2011 avec différentes manifestations nationales et régionales. La commémoration est souvent un prétexte pour les éditeurs de remettre au goût du jour, et d’ailleurs pas toujours le meilleur, un fonds éditorial. Un anniversaire de collection permet également aux jeunes générations de découvrir des périodes de l’histoire de l’édition qui leur sont souvent inconnues. Le Roman des bêtes est une des collections du Père Castor chez Flammarion et elle entre parfaitement dans le double questionnement du renouveau et de la mutation de la littérature pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres. Le premier titre de la collection paraît en 1934 dans la collection « Albums du Père Castor » (le format est de 23 x 21 cm). Elle fête donc ses quatre-vingts ans en 2014 et, pour comprendre en quoi elle est pionnière et influencera la suite des productions éditoriales après-guerre, il faut analyser les points constitutifs de son concept éditorial. On pourra ensuite mieux comprendre comment le livre documentaire contemporain dans l’édition pour les enfants s’en est en effet inspiré, consciemment ou non, et lui doit beaucoup.

  • 1 La Médiathèque du Père Castor, soutenue par Les Amis du Père Castor, a déposé un dossier d'inscript (...)
  • 2 Si l’initiative de réunir un fonds ancien partait d’une idée généreuse, elle ne rend pas la pleine (...)
  • 3 La collection du Roman des Bêtes a conquis un public nombreux et pas seulement en langue française. (...)

2Les quatre-vingts ans de la collection sont ainsi l’occasion de mettre en lumière une démarche éditoriale novatrice et cohérente pour son époque. La Médiathèque du Père Castor à Meuzac en Limousin, qui abrite les Archives de la période concernée1, prépare une exposition rétrospective de cette collection pour 2014. L’association des Amis du Père Castor a également ouvert le chantier de la réédition de certains titres du « Roman des bêtes » à partir du catalogue déjà existant, dans la collection « Fac-similés », en respectant leur forme initiale unitaire et non sous la forme d’un recueil comme avait pu le faire l’École des loisirs en 2004 et 20052. En novembre 2013 a été publiée la réédition de Panache l’écureuil dans une belle édition de fac-similé, avec une typographie très proche de l’édition originale. L’album est accompagné d’une postface rédigée par Michel Defourny qui devrait bientôt être reproduite dans l’édition à paraître très prochainement, en Russie3. L’Association des Amis du Père Castor travaille également à la mise à disposition pour les chercheurs de tableaux synoptiques récapitulatifs de ces différentes éditions à l’étranger. On peut pour en donner un aperçu observer les couvertures de quelques-unes de ces dernières.

Exemples de couvertures des titres traduits à l’étranger

Mention pour toutes les reproductions : avec l’aimable autorisation de la Médiathèque Intercommunale du Père Castor (Archives du Père Castor – 87 380 Meuzac)

  • 4 Michèle Piquard, L’Edition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980, Presses de l’enssib, 2004, p. (...)

3La consultation des tableaux issus des archives permet de souligner que les droits pour l’étranger sont vendus tôt après leur parution ou plus tard selon les cas. Panache est adapté entre sa parution et 1967 dans 9 pays, Bourru dans 6, Froux dans 6, Scaf dans 2, Quipic dans 4, Martin pêcheur dans 3 et Coucou dans 2. On peut à cet égard mesurer le souci d’ouverture à l’international de l’éditeur, sensible à l’amitié universelle des peuples. Par ailleurs, dans la perspective pédagogique de Paul Faucher, l’objet livre doit être maniable, adapté aux petites mains des enfants. Toute cette démarche est en fait le fruit d’une réflexion approfondie sur les besoins des enfants. Ce sont notamment les liens avec l’éducation nouvelle qui ont conduit Paul Faucher, à la fin des années 1920, à créer une nouvelle forme d’albums. Ces points de recherche ont été développés dans les travaux de recherche de Michèle Piquard4 : Paul Faucher les avait exposés lors de la Conférence de Girenbad, en 1957, et François Faucher et Martine Lang y font largement référence dans la brochure A l’enseigne du Père Castor, parue en 1982.

Une collection novatrice dans sa conception et dans sa réalisation

Un choix de nom de collection révélateur

4Pour analyser une collection, l’observation de son titre fournit de précieux indices concernant le contenu des ouvrages qu’elle va abriter. Le Roman des bêtes offre une perspective inédite et nouvelle qui associe deux termes jusqu’alors antagonistes, et qui n’ont pas été développés dans les politiques éditoriales à cette époque. Le titre même Roman des bêtes sous-entend deux axes, celui du « roman », et donc d’une forme de narration ou de fiction, qui logiquement fait attendre un contenu identifié : un contenu romanesque à destination des enfants. Le deuxième terme « des bêtes », induit une thématique de prédilection : le monde animalier, sans faire référence à un genre littéraire particulier. Il faut noter que Paul Faucher ne choisit pas le Roman des animaux, mais le Roman des bêtes, insistant ainsi, sémantiquement parlant, sur le milieu et le côté naturels que recouvre le mot « bêtes ». On retrouve aussi ce terme « bêtes » dans un autre titre paru dans la même maison sous le numéro 21, Les Bêtes que j’aime, en 1934. Le titre pose ainsi le cadre de ce que sera son contenu : nous trouverons dans cette collection de petits romans documentaires sur la vie d’animaux dans leur milieu naturel.

Des titres immédiatement identifiables par les enfants

5Le premier titre s’intitule Panache l’écureuil.

Lida Durdikova, Panache, l’écureuil, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1934, coll. Le Roman des Bêtes.

6Les huit titres des albums parus de 1934 à 1939 portent les noms donnés aux huit animaux qui en sont les personnages principaux. Les titres sont immédiatement compréhensibles et identifiables par les enfants : est choisi à chaque fois le prénom de l’animal qui est le héros de l’histoire. Le prénom est immédiatement suivi de son substantif et accompagné de l’article défini. Les prénoms choisis expriment soit une partie pour le tout (Panache, pour l’écureuil, en référence à sa queue et au déploiement de cette dernière), soit un trait de caractère (Bourru pour l’ours, qui n’est pas toujours aimable), ou encore une référence auditive à l’une de leurs activités (Plouf pour le canard, comme le bruit que fait ce dernier en plongeant dans l’eau, ou Froux pour le lièvre, comme l’onomatopée auditive du bruit du lièvre détalant devant le danger), ou bien encore peut être une référence à son chant (pour Coucou), soit enfin une référence euphonique (Quipic pour « qui pique » comme les picots du hérisson…). Le seul titre à faire exception est Martin pêcheur, où le prénom de Martin à lui seul ne nous permet pas d’identifier l’animal, mais où le mot pêcheur, calligraphié juste en dessous sur la couverture vient nous éclairer, en complément de la lecture de l’image qui accompagne la couverture.

Lida Durdikova, Plouf, canard sauvage, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1935, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Bourru l’ours brun, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1936, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Coucou, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1934, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Scaf le phoque, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1936, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Quipic le hérisson, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1937, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Martin pêcheur, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1938, coll. Le Roman des Bêtes.

7On peut aussi remarquer que le binôme de création est le même pour les huit premiers titres de cette collection : Rojan et Lida, même s’il serait plus juste de parler de trinôme et de compter Paul Faucher, l’éditeur. En effet, la consultation minutieuse des archives montre un comportement largement interventionniste de la part de l’éditeur dans l’ensemble des conceptions et réalisations de projets éditoriaux. Son degré d’exigence et de perfectionnisme a souvent conduit les auteurs et illustrateurs à revoir leur copie. Nous sommes donc en présence d’un trinôme de création et cette constante devrait permettre de dégager une certaine unité éditoriale.

Des textes « cousus main »

  • 5 Michel Defourny, Hommage à Lida, éditions les Amis du Père Castor, 2000.

8Les textes sont donc de Lida, nom de plume de Lida Durdikova5, qui est aussi la femme de Paul Faucher. Lida a une plume chaleureuse ; elle est proche des enfants dans la bienveillance avec laquelle elle les traite. La syntaxe qu’elle emploie est à la fois précise et proche de la langue des enfants tout en restant scientifique. Surtout, elle fait preuve d’un indéniable optimisme et d’une confiance en la vie qui est un élément très important dans la construction de la personnalité des enfants. Il n’est alors pas étonnant de trouver des dialogues savoureux entre les animaux, proches de la sensibilité des enfants, comme dans Froux le lièvre :

Pendant qu’ils écoutent le chant de l’alouette,

Froux dit à l’oreille de Capucine :

«  Tu sais, Capucine, je voudrais bien me marier avec toi. »

« Quand ? » demande timidement Capucine.

« Quand les pommiers seront en fleur. »

  • 6 La Mission éducative des albums du Père Castor, texte de la conférence de Girenbad, 18 mai 1957, ré (...)

9Cet extrait marque bien le ton sensible, proche des enfants et le respect de l’exacte réalité de la nature, pour faire une déclaration et une demande en mariage poétique en bonne et due forme, à la bonne saison. Les jeunes lecteurs entrent avec bonheur dans ce type de dialogue et s’identifient facilement au héros. Il faut rappeler que l’une des perspectives de la pédagogie prônée par Paul Faucher et l’éducation nouvelle est en effet que l’enfant soit acteur et constructeur de son développement, un développement harmonieux qui fait confiance à la vie, ce qui ne signifie pas occulter les difficultés mais les aborder avec la psychologie correspondant à l’âge de l’enfant. Sans aucune mièvrerie, Lida défend le faible ou le turbulent et si toute bêtise mérite recadrage, le côté moralisateur reste cependant en arrière-plan alors que la parution de ces textes est située dans une époque où la pédagogie et l’éducation sont plus volontiers et majoritairement frontales. On est proche des pédagogies actives qui permettent à l’enfant d’apprendre par l’action et prônent l’initiative individuelle. Dans la Mission éducative des Albums du Père Castor6, Paul Faucher disait de Lida :

« Pour toucher les enfants, il faut encore être près d’eux par le cœur. Pour capter leur intérêt, il faut savoir trouver le ton juste et les mots qui portent. C’est un don très rare [….]. Ce don Lida, l’auteur de Panache l’écureuil, l’avait au plus haut point. »

10Michel Defourny, dans la postface du fac-similé de Panache récemment réédité, résume très ainsi les qualités d’écriture de Lida :

  • 7 Le Père Castor et le Roman des Bêtes, postface du fac similé de Panache l’écureuil, Association des (...)

« Lida […] anthropomorphise les animaux. Chacun porte un nom évocateur qui l’individualise […]. Lida leur prête une personnalité, des émotions, des sentiments, elle les fait parler et insiste sur les relations familiales ; ce qui crée une connivence entre le jeune lecteur et les différents personnages. Mais si humanisation il y a, Lida nourrit ses histoires de la connaissance profonde de la nature qui est la sienne, à un point tel que les livres peuvent être considérés comme de vrais documentaires […] le comportement de chaque espèce dans son milieu est ainsi scrupuleusement décrit et c’est avec beaucoup de simplicité et de légèreté que Lida communique son savoir dans une écriture à la fois poétique, rigoureuse et enjouée, maîtrisant parfaitement l’art du dialogue7. »

11Lida a aussi intégré dans son sens de la narration des références aux contes, que ce soit comme le souligne Michel Defourny par des épreuves qualifiantes que rencontrent les animaux ou par des dons magiques :

  • 8 Introduction à la réédition du Roman des bêtes 1, L’Ecole des loisirs, 2004, p. 9.

« Le manteau invisible des lièvres, c’est leur fourrure couleur de terre. Les cornets magiques, ce sont les grandes oreilles qui enregistrent le moindre bruit à plusieurs kilomètres à la ronde. Les bottes de sept lieux, ce sont leurs pattes8 […] »

12Cette analyse fort juste permet de qualifier cette forme de fiction dans le Roman des bêtes comme apparentée aux contes, mais également aux romans d’apprentissage et aux documentaires. On retrouvera plus tard dans les publications des éditions du Père Castor cette volonté de mettre en avant à la fois le merveilleux de la nature ou des contes tout en ayant soin de garder la précision scientifique.

Un concept inédit

Des livres adaptés au développement des enfants

13Ce sont toutes ces questions concernant la pédagogie à mettre en œuvre pour aider un enfant à se développer harmonieusement qui ont en effet conduit Paul Faucher à chercher de nouvelles formes d’album à la fin des années 1920, pour aboutir entre autres à la création de cette collection. Pour parler et capter l’attention des enfants, il faut que le fond et la forme de l’ouvrage qui leur est destiné leur conviennent pleinement et parfaitement : forme physique de l’ouvrage d’abord, qui se doit d’être maniable, adaptée aux petites mains, qui puisse s’ouvrir facilement et se mettre à plat pour qu’on ait la perception de vraies double pages. Il faut d’autre part aussi respecter le développement psychologique de l’enfant et de sa construction du savoir. On sait qu’à l’âge du début de la maîtrise de la lecture, l’enfant apprend par observation, par déduction et par imitation. Il n’est alors pas étonnant de voir naître en 1934 cette collection du Roman des bêtes, qui dans son concept même part de l’observation du merveilleux de la nature. Le petit d’homme, en observant la vie quotidienne d’un bébé animal de sa naissance à l’âge adulte va construire et développer sa propre autonomie, en faisant siennes les aventures des petits d’animaux (par processus d’identification), et va en même temps développer des connaissances scientifiques documentaires sur le milieu naturel qu’il va découvrir. C’est en ce sens qu’on peut dire que cette collection est pionnière et a, d’une certaine façon inventé le roman documentaire.

Des images réalistes et précises

  • 9 Feodor Rojankovsky, The Children’s Books and Other Illustration Art par Irving et Polly Allen avec (...)
  • 10 Dans le livre hommage à Rojankovsky, La Maison des trois ours, Édition des Trois Ourses, 1998, Tati (...)

14Les images ou dessins sont de Rojan, nom d’artiste de Feodor Rojankovsky (1891-1970), qui illustrera ou plutôt « imagera » plus de trente titres aux Éditions du Père Castor. Rojankovsky est un spécialiste de la représentation animalière de l’époque, un des acteurs majeurs de la mise en œuvre du réalisme poétique et de la vision du merveilleux de la nature voulu et prôné par Paul Faucher. Les commentateurs de l’époque ont qualifié sa patte graphique de naturalisme lyrique dans cette collection. L’actualité littéraire critique immédiate nous autorise à citer la parution d’une monographie de Rojan en mars 2014 sous forme d’ebook, en langue anglaise9, qui met en lumière l’ensemble de son œuvre graphique et de son aventure cosmopolite. Dans les huit titres du Roman des bêtes, on retrouve chez Rojan une façon de traiter le monde animalier très réaliste10, un monde dont la caractéristique est d’être toujours en mouvement, toujours en action :

  • 11 Introduction à la réédition du Roman des bêtes 1, L’Ecole des loisirs, 2004, p. 9.

15« Alors que de nombreux illustrateurs animaliers, notamment dans les documentaires destinés à la jeunesse, figent leur sujet dans une immobilité de taxidermiste, une impression de force et de dynamisme se dégage des dessins de Rojan11. »

16Il n’est alors pas étonnant de voir un lièvre en pleine course dès la couverture de Froux.

Lida Durdikova, Froux, le lièvre, images de Rojan, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1935, coll. Le Roman des Bêtes.

17C’est un élément de modernité indéniable pour l’époque et bon nombre de collections ultérieures reprendront ou copieront ce principe de mouvement, les Premiers livres chez Gautier-Languereau, par exemple, avec plus ou moins de finesse. On peut remarquer l’héritage de ces constantes de mouvement dans les collections des Albums du Père Castor ultérieurs à cette période ou chez d’autres éditeurs, sous le trait d’un Romain Simon par exemple qui, d’une certaine façon, peut être considéré comme héritier de Rojan. C’est Romain Simon qui sera un des illustrateurs animaliers au Père Castor à l’aube des années 1950. Mais on trouvera chez Romain Simon une patte nettement plus anthropomorphique et moins « graphique » que chez Rojan.

Romain Simon, exemples de couvertures de la collection « Premiers Livres », Gautier-Languereau.

18Il est intéressant de constater que les couvertures initiales du Roman des Bêtes utilisent tantôt les mots « dessins de » (dans le cas de Bourru par exemple), tantôt le mot « images » (dans le cas de Froux.) Pour être exhaustif, il faut également noter que l’éditeur emploie tantôt les mots « images de », tantôt un « d’après ». Nous pouvons ainsi mettre en évidence au niveau sémantique qu’il n’y a pas de systématisation de la charte graphique de la collection, et que pourtant, même si les typographies choisies sont elles aussi fort différentes et varient selon les albums, on peut cependant et néanmoins noter une unité d’esprit dans l’ensemble de la collection : premier mystère ou premier coup de génie qui passera à la postérité puisqu’on retiendra la collection du Roman des bêtes comme précurseur du documentaire animalier et comme une collection cohérente, alors même que ses codes graphiques ne sont pas si rigides.

  • 12 Isabelle Nières-Chevrel, « Inventer Babar, inventer l’espace », in Revue des livres pour enfants, n (...)
  • 13 Pour toutes ces questions, la lecture des analyses d’Isabelle Nières et de Michel Defourny lors du (...)

19La collection est donc bien emblématique du changement qui se fait jour dans l’édition dans les années 1930, tant dans la modification des contraintes techniques des supports, que dans le traitement de l’espace page. Il convient ici de se reporter à l’analyse qu’Isabelle Nières-Chevrel fait de l’espace de la double page dans Babar, qui paraît pour la première fois en 1931 au Jardin des Modes, c’est-à-dire de façon concomitante aux premiers Albums du Père Castor12. Elle démontre comment Jean de Brunhoff investit l’espace de la double page comme lieu d’expression privilégié pour l’enfance, induisant ainsi une modification de la narration et de l’espace texte/image, et comment, en parallèle, les recherches techniques et pédagogiques du Père Castor induisent elles aussi une révolution de format et de fond de l’album13.

Influences d’une collection

20On peut synthétiser l’analyse en affirmant qu’une des révolutions de l’entre-deux-guerres concernant l’édition pour enfants est d’une part le renouveau technique, avec des albums de format maniable, des paginations raccourcies (16 à 40 pages) mais avec aussi une finalité didactique et pédagogique qui sous-tend l’ensemble de la démarche, dans le cas des publications du Père Castor. En ce sens, le Roman des bêtes est une parfaite illustration des mutations de cette époque. Mais l’évolution des contraintes techniques a aussi influencé aussi le contenu : un nouveau format, plus large que haut, permet un espace graphique d’expression différent pour l’illustrateur, tout comme une modification technique (une pliure piqué cheval qui facilite l’ouverture) change la conception du livre pour enfants. Ainsi, les tableaux qui parsèment les huit titres n’auraient pas le même impact dans un format différent, à la française, rigide et cartonné. Dans le Roman des bêtes, cette particularité graphique qui est l’utilisation de tableaux synthétiques, de regroupements d’illustrations ou d’images légendées a une fonction particulière. Ces tableaux, peu nombreux, permettent de renforcer l’aspect documentaire et scientifique et d’expliquer à l’enfant sur une seule page certains aspects de la vie des animaux choisis.

21Ils vont prendre plusieurs formes. Dans le cas de Quipic le hérisson, des illustrations, en bandes horizontales, en noir et blanc, permettent en un seul coup d’œil de visualiser un espace/temps beaucoup plus long, de la graine de haricot à son germe en passant par le plant avant la représentation du haricot à maturité : nous ne sommes pas dans un temps des horloges mais dans une représentation figurée accélérée de la vie de la plante. On retrouve ce même procédé pour signifier le passage de l’œuf à la couvaison, l’éclosion, l’oisillon et son envol, ainsi que pour représenter les différentes étapes de la chenille au papillon. Paul Faucher réutilisera ultérieurement ce procédé dans la collection le Montreur d’Images, avec des photos en noir et blanc, mais selon le même procédé. Représenter le temps de manière accélérée pour faire comprendre le cycle de la vie, tel pourrait être le sens de ces bandes horizontales. Ce procédé sera détrôné plus tard, dans les livres documentaires de Gallimard, par l’utilisation du rhodoïd, qui permet soit de rentrer en coupe dans un objet, soit de représenter une vision accélérée du processus de maturation par la superposition de couches de rhodoïds.

22Dans le Roman des bêtes, nous trouvons aussi une autre forme d’utilisation de l’illustration, par exemple dans Coucou, avec la représentation en couleurs sur une même page de douze sortes d’oiseaux différents que l’enfant pourra identifier grâce à une mise en scène documentaire : les oiseaux sur une branche portent un petit numéro indiqué au-dessous de chacun pour identifier (sur une feuille) leur nom exact. On est dans ce cas-là à la fois dans une représentation illustrée figurative (branche et feuille) et dans une représentation scientifique de type documentaire.

23Nous trouvons enfin un troisième exemple, dans Plouf canard sauvage. L’éditeur a choisi la forme de tableau synthétique pour figurer le calendrier des canards, tableau séquencé en quatre temps, de droite à gauche : le mois correspondant au mois du calendrier des humains (mensuel), appelé calendrier des enfants pour en assurer la proximité affective, est suivi en remontant d’une représentation du canard, puis d’un petit texte sous forme presque de comptine musicale, et enfin d’une fleur qui fleurit à ce moment précis. En lecture verticale, l’enfant peut de gauche à droite cette fois-ci avoir une idée juste de la saison et de la floraison. On trouve un texte qui prend une forme poétique, une série d’images séquentielles résumant la vie du canard et le calendrier des mois qui passent et figurent ainsi pour l’enfant la matérialisation du concept de temps, encore abstrait pour les enfants ce cet âge. On retrouve dans une certaine mesure l’utilisation de ces procédés chez Gallimard dans la collection « Mes premières Découvertes » mais avec une visualisation différente de la problématique14. La naissance d’un nouveau support, le transparent, permet de montrer une réalité en plans différents ou en temps différents, ce qu’un aplat d’illustration ne permettait pas dans les années 1930.

Une collection originale

Huit titres avec une charte éditoriale commune

  • 15 Claire Delbard, Le Père castor en poche (1980-1990), ou comment innover dans la continuité, L’Harma (...)

24Dans la période qui nous intéresse ici pour le Roman des bêtes, c’est-à-dire entre 1934 et 1939, les huit titres (d’autres paraîtront après-guerre dans cette collection mais nous nous intéressons ici au tandem Lida/Rojan) sont, par ordre chronologique : Panache, l’écureuil, en 1934, Froux, le lièvre, et Plouf, canard sauvage, en 1935, Bourru l’ours brun, et Scaf le phoque, en 1936, Quipic le hérisson, en 1937, Martin pêcheur, en 1938, et Coucou, en 1939. En tant qu’une des premières collections à charte éditoriale définie, elle est pour le chercheur un échantillon d’observation pertinent. Nous avions déjà, lors de l’ensemble du travail préparatoire à la rédaction de notre thèse qui portait sur une période beaucoup plus récente15, essayé d’appréhender quels étaient les principes fondateurs de la maison d’édition. Nous avions donc dépouillé archives et histoire de la maison d’édition pour essayer de comprendre ce que pouvait recouvrir l’innovation dans la continuité. La collection du Roman des bêtes, dans le contexte de son époque, est aussi novatrice dans le concept qui cherche à traiter comme un petit roman une fiction documentaire, avec des dialogues et peu de descriptions. Trouver aujourd’hui dans les livres pour enfants des mélanges de genres (stylistiques, syntaxiques) et des frontières de genres (documentaires, romans) va de soi, mais dans le contexte des années d’entre-deux-guerres, ce n’est pas du tout le cas. Ce sont des collections comme le Roman des bêtes qui ont diffusé certains principes mis en œuvre dans des collections plus récentes. Replacer historiquement les évolutions permet d’éviter des erreurs d’interprétation quand on analyse les livres documentaires contemporains et permet aussi d’exposer les lignes éditoriales directrices en fonction d’une époque donnée et des possibilités techniques de l’époque. Ce sont tous ces éléments conjugués qui permettent de rendre compte de ce que recouvre la réalité multiple du livre documentaire.

Une ligne éditoriale clairement identifiée

  • 16 Claude-Anne Parmegiani, Les Petits Français illustrés, (1860-1940), Éditions du Cercle de la librai (...)

25On ne sera pas étonné de trouver dans cette collection une fiction illustrée concernant la vie d’un animal, de sa naissance à sa vie d’adulte, dans son milieu naturel16. Paul Faucher, en faisant entrer cette collection dans ce qu’il appelle les « albums-livres », la définit ainsi :

  • 17 Mission éducative des Albums du Père castor, op.cit, p. 12-13.

« Donner à une histoire de 36 pages le relier d’un petit roman, faire aimer les personnages, montrer comment ils mènent leur lutte pour la vie, évoquer le milieu naturel dans lequel ils évoluent, sans ralentir le mouvement dramatique, dans recourir à la description, et ce qui est le plus ardu : donner la sensation de l’écoulement du temps, voilà ce qui a été tenté avec Le Roman des bêtes17. »

26Nous découvrons sous la plume de Paul Faucher ce qu’est une charte éditoriale qui précise le contenu attendu des livres aux auteurs et illustrateurs. Peu d’éditeurs de cette époque ont communiqué sur le contenu même de leurs collections et la structure de leur catalogue et le dispositif pédagogique sous-jacent. Il est important de le souligner car cela constitue pour les chercheurs un matériau d’évaluation inédit : les objectifs affichés sont-ils en cohérence avec le contenu des livres, le dispositif proposé est-il tenable dans la continuité ? Les huit titres parus dans la période choisie respectent parfaitement le cahier des charges.

Une espèce animale, son milieu naturel, un axe temporel de la naissance à la vie d’adulte

27Le schéma de construction de la collection est commun à l’ensemble des titres, comme le souligne Michel Defourny dans l’introduction à la réédition groupée à l’Ecole des loisirs :

  • 18 Op.cit., p. 8-9.

« Les différents albums sont bâtis sur un schéma commun. C’est à la fois une espèce animale et un milieu naturel que l’enfant rencontre : l’écureuil et le bois, le canard sauvage et l’étang, le lièvre et la plaine… Le récit quant à lui est centré sur l’entrée dans la vie d’un petit, souvent le plus turbulent au sein de la fratrie. La ligne générale connaît toutefois des variations ; alors que généralement le cadre temporel correspond à la première année de vie des jeunes et aux quatre saisons (deux ans dans le cas de l’ours), il s’élargit à une vie entière dans Martin Pêcheur, qui fait place au cycle de la vie et de la mort. Au terme de trente-six pages que compte chaque album, le ou les héros, à la naissance desquels le lecteur a assisté, ont conquis leur autonomie18 ».

28Le premier élément à mettre en évidence est la structuration du temps qui suit le rythme naturel de la vie, celui du « vrai merveilleux de la nature et de la vraie poésie de la réalité » tous deux si chers à Paul Faucher. On retrouve cette structuration du temps, qui va d’un axe temporel de la naissance à la mort dans les collections de documentaires mettant cette fois-ci les petits d’hommes, comme dans Apoutsiak en 1948 paru chez Flammarion Père Castor, dans la collection Les Enfants de la Terre.

Paul-Émile Victor, couverture d’Apoutsiak, le petit flocon de neige, Paris, Flammarion Père Castor, les Enfants de la Terre, 1948.

29On peut dresser un parallèle entre la structure physique du support livre (qui pour se dérouler doit tourner les pages, comme on suit le chemin de la vie) et le déroulé métaphysique de l’existence.

Un abord de toutes les questions existentielles sans censure et avec doigté

30« Grandir dans l’enthousiasme » suppose qu’on aide l’enfant dans son développement en accompagnant les grandes questions qu’il se pose. Mais pour cela, il faut aussi aborder les questions existentielles : que dire à l’enfant sur la perte, la souffrance, la disparition ou la finitude sans le choquer, et en l’aidant à aborder les difficultés de la vie, en consolidant sa capacité à réagir, rebondir et se construire ? Quand Panache disparaît au cours de l’histoire et que le petit lecteur ne sait pas encore qu’on le retrouvera à la fin, on passe rapidement sur la douleur de sa disparition sans pour autant la nier :

« D’abord ce furent de grandes lamentations sur la perte de Panache. C’est vrai, il était désobéissant, curieux, gourmand. Toute la journée, il flânait dans la forêt et fouillait dans les trous. Mais c’était tout de même « leur » Panache !

Et comme il était gai ! »

31On remarque au passage le côté gentiment moralisateur de Lida qui indique que la désobéissance est punie mais on insiste ensuite sur ses qualités de cœur : flânant toute la journée mais si gai ! C’est cette manière tendrement maternelle qui montre et met en avant les qualités des enfants plutôt que leurs défauts. Dans le cas de Martin pêcheur, la mort est cette fois clairement nommée mais là encore dans le respect de la pudeur de l’enfant. Ainsi, on aura d’abord une petite description « factuelle, réaliste » :

« Un matin, je trouve Martin par terre, au bord du ruisseau. Il ne bouge plus. Je le regarde tristement. Jamais plus ses ailes de saphir ne s’ouvriront. Je creuse une petite tombe tout près du ruisseau. J’éparpille quelques brins de bruyère, une feuille de fougère. Je prends doucement Martin dans mes mains, je le pose sur les fleurs, je remets de la terre. »

32C’est ainsi qu’on parle de la mort aux enfants, dans cette collection, au travers du cycle de la vie, de ses épreuves « Hélas, un jour Martin est tombé malade. » Comment parler de la mort aux enfants sans les choquer ? Lida choisit de le faire au travers de la maladie, de la perte signifiée par le retour à l’élément naturel (Martin retourne à la terre, comme tout un chacun, mais ici avec l’aide de la main humaine, il est bon de le noter).

33Enfin, le chagrin insurmontable est aussi poétiquement évoqué :

« Tels sont l’amour et la fidélité que, si l’un meurt, l’autre ne peut lui survivre. Il cherche la solitude, il ne vole plus, ne mange plus, jusqu’au jour où son cœur cesse de battre. »

34On a bien ici la description de ce que recouvre le terme « mourir de chagrin », mais avec une certaine bienveillance poétique, où le cœur cesse de battre quand le chagrin a pris toute la place. Ces deux exemples mettent en évidence que le Roman des Bêtes s’appuie certes sur une observation rigoureuse et précise de la nature mais n’en a pas pour autant éliminé la poésie existentielle.

  • 19 Dominique Darbois, Achouna, le petit esquimau, Paris, Nathan, Les Enfants du monde, 1958.
  • 20 Paul-Émile Victor, Apoutsiak, le petit flocon de neige, Paris, Flammarion Père Castor, les Enfants (...)

35Si l’on regarde une collection ultérieure comme « Les Enfants du monde » chez Nathan, qui, sous la maquette de Pothier et la plume et les photographies de Dominique Darbois met en scène Achouna19 (1958), le parti pris est alors plus de focaliser sur un voyage au Pôle nord, avec pour objectif l’observation de la vie quotidienne d’un enfant de l’âge du lecteur, dans le cadre de son mode de vie. Si l’on peut comparer le souci d’authenticité de cet album avec Apoutsiak20 (1948), on pourra tirer quelques conclusions sur la vision de la famille de l’une et l’autre collection.

Dominique Darbois, couverture d’Achouna, le petit esquimau, Paris, Nathan, Les Enfants du monde, 1958.

36Dans un premier cas, avec Apoutsiak, on a une vision de la famille unie et des rapports de fratrie, alors que dans Achouna on retient le mode de vie plutôt que sur les relations intra-familiales.

Un axe temporel structurant

  • 21 Les animaux n’ont pas le même fonctionnement que les humains, mais si l’on part du principe que l’e (...)

37Dans la collection du Roman des bêtes, l’axe temporel fixe la structure même du contenu de la narration. Le lecteur découvre de nombreuses précisions sur le mode de vie des bêtes concernées. La langue de Lida est à la fois chaleureuse comme les deux paumes de sa main et poétique comme la nature qu’elle décrit au détour d’une phrase. Elle nous emmène dans les relations familiales avec un humour certain : le pater familias dans Bourru, est somme toute assez peu concerné par la vie familiale puisqu’il propose à sa femme, apprenant la naissance de ses petits, de revenir la voir quand ils auront grandi. Si l’on a parfois reproché au Père Castor une vision de la famille plutôt classique, la famille ours ici représente une certaine forme avant-gardiste de la famille car les deux parents ne partagent pas le même toit21. On propose à l’enfant un schéma très classique, où l’éducation est confiée aux femmes ou aux aînés, somme toute une vision de la société très masculine, ce qui est d’autant plus étonnant que Lida était elle-même une femme libre et moderne pour son temps.

38Dans les huit titres, ce sont les saisons qui rythmeront le cadre temporel de l’album, de la naissance à l’âge adulte. Dans le cas de Bourru, l’histoire démarre en hiver et pour structurer le déroulement des saisons, ce sont à la fois les doubles-pages qui permettent de passer de l’une à l’autre. Procédé plus ingénieux et nouveau, la double page est utilisée comme une série d’images quasi séquentielles où nous voyons défiler en vignettes qui « encadrent » le texte, du bas de la page de gauche, en passant par le haut de la page puis vers le bas de la page de droite, tout le programme d’activités et d’éducation chargé des jeunes ours la première année.

Double page de Bourru l’ours brun, p. 10-11.

39Ce dernier a gardé toute sa fraîcheur graphique sous la patte en mouvement de Rojan, dans un beau programme graphique et éducatif. D’un point de vue scientifique, le traitement de la narration est ici comme un livre documentaire avec des verbes à l’infinitif, presque factuels comme un petit manuel d’observation scientifique.

Un milieu naturel bien identifié

  • 22 Voir l’article de Philippe Dumas sur Froux, le lièvre, la carte d’orientation, dans l’hommage à Roj (...)

40Le choix de la collection de vouloir montrer les animaux dans leur milieu naturel élimine les animaux domestiques, qui sont pourtant proches des enfants mais qui ne pourraient être observés dans leur condition naturelle initiale. Les lieux géographiques ne sont pas précisés, au sens strict du terme, par contre on sait que Bourru vit dans la forêt, Plouf dans l’étang, Froux le lièvre à la lisière de la forêt entre le plateau et la vallée, Scaf le phoque sur les bords de la banquise. Quipic vit entre le sentier et le jardin, et ainsi de suite. La volonté est de montrer des milieux aussi variés que possible, mettant ainsi en scène le foisonnement de la nature et son merveilleux. La nature est représentée soit par scènes où les animaux sont dans leur milieu naturel, soit par plans22, soit presque comme un herbier de botaniste.

Page extraite de Froux le lièvre

41Cette variation des approches et des points de vue permet à l’enfant d’être actif dans sa lecture et de construire son savoir.

Conclusion : Une mise en page, prémices d’évolutions ultérieures

42Pour Paul Faucher, les illustrations dans cette collection doivent être clairement réalistes pour faciliter la lecture et qu’il n’y ait aucune ambiguïté possible d’interprétation. Le texte en revanche contient toute la poésie de la nature sans pour autant renier la précision scientifique. L’agencement du texte et de l’image présente quelques constantes : le texte est presque toujours en blocs justifiés à droite et à gauche, ce qui signifie que dans le cas où l’illustration vient en appui au texte, la vignette est à droite ou à gauche mais que le texte n’est pas en habillage. Cela donne pour un œil contemporain une certaine rigidité de maquette mais la volonté et la primauté de Paul Faucher est de respecter l’empan visuel de l’enfant et de lui faciliter la lecture. On note cependant quelques exceptions où l’image prend le pas sur le texte (Bourru, p. 23) quand on veut rendre la notion d’amont et d’aval, ou de mouvement, on autorise que la rivière coule en diagonale dans la page, mais toujours avec des petits pavés justifiés. Quelles conclusions tirer de cette observation ? La leçon majeure est que l’image commence à entrer dans la maquette, ce que nous retrouverons plus tard dans les documentaires avec les habillages plus fréquents d’illustrations ou de photographies.

43Il n’est pas indifférent de constater que cette évolution graphique se produit dans le secteur du documentaire où l’image a justement un rôle autre que redondant ou strictement informatif. Nous pouvons dire que la mise en page du « Roman des bêtes » annonce les prémices d’évolution de maquette plus souples dans les années qui suivront. Dans Plouf, une diagonale de canetons (p. 5) revient à une concession au principe de justifications de blocs, ou à une justification fer à droite, ce qui est peu courant dans ces années-là. On la retrouve une fois dans Quipic, une fois dans Coucou, quatre fois dans Froux, trois ou quatre fois selon le comptage de vignettes que l’on fait dans Coucou. On voit bien que les habillages restent des concessions à la mise en page plus stricte et les justifications droite/gauche la règle. Il faudra attendre plusieurs décennies pour que les habillages se systématisent, introduisant de fait un aller-retour texte image tout différent pour l’œil et le sens de lecture.

44Nous avons voulu, au travers de ces quelques exemples tirés d’une collection spécifique d’un éditeur, ouvrir une fenêtre sur une décennie créative qui, avant le grand arrêt que marquera la Deuxième Guerre mondiale dans l’évolution de l’album pour enfants, a su poser les jalons du renouveau de l’album comme genre. L’introduction de photographies après 1945 dans les collections de livres documentaires (Montreurs d’images par exemple) d’abord en noir et blanc, constituera une deuxième phase du livre documentaire. Les décennies suivantes apporteront d’autres innovations (photos couleurs, mises en pages plus souples, utilisations techniques de pop-ups, de rhodoïds) qui changeront le rapport non plus temporel mais spatial à la page avec la possibilité de rentrer directement en coupes successives dans l’objet. Mais notons que les années 1930 ont été fructueuses, tant dans la réflexion pédagogique que dans sa réalisation technique dans les albums-livres, comme aimait les qualifier Paul Faucher, ces livres qui donnent envie de grandir dans l’enthousiasme de la vie qui vient, avec son lot de surprises avant que les enfants deviennent des hommes et des femmes accomplis.

Haut de page

Bibliographie

Sources premières

Lida Durdikova, Panache, l’écureuil, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1934, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Froux, le lièvre, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1935, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Plouf, canard sauvage, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1935, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Bourru l’ours brun, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1936, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Scaf le phoque, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1936, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Quipic le hérisson, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1937, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Martin pêcheur, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1938, coll. Le Roman des Bêtes.

Lida Durdikova, Coucou, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1934, coll. Le Roman des Bêtes.

Nota bene : tous ces titres sont mis en images par Rojan.

Sources critiques

Michel Defourny, Avant-propos à la réédition du Roman des Bêtes 1, École des Loisirs, 2004.

Michel Defourny, Avant-propos à la réédition du Roman des Bêtes 2, École des Loisirs, 2004.

Michel Defourny, Le Livre et l’enfant, recueil de textes de Michel Defourny, De Boeck, 2009, deuxième tirage 2010.

Michel Defourny, Postface à la réédition de Panache écureuil, fac-similé, Association des Amis du Père Castor, 2013.

Claire Delbard, Le Père Castor en poche (1980-1990), ou comment innover dans la continuité, L’Harmattan, 2007.

François Faucher, Martine Lang, À l’enseigne du Père Castor, Flammarion, 1982.

Claude-Anne Parmegiani, Les Petits Français illustrés, Cercle de la Librairie, 1989, coll. Bibliothèques.

Articles de revue

Michel Defourny, « Merveilleux de la nature, poésie du réel », in La Revue des livres pour enfants, 1999, n° 186, p. 87 à 96.

Michèle Piquard, Les Cartes géographiques dans les albums du Père Castor, 1948 -1983. Cahiers Robinson, 2010, n° 28.

Michèle Piquard, Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres. Recherches & éducations [en ligne], n°4, mars 2011, p. 53-64. Disponible sur : http://rechercheseducations.revues.org/782 (consulté le 05 août 2013).

Ouvrages collectifs

Jacques Branchu (dir.), Le Père Castor, Paul Faucher (1898-1967), un inventeur de l’album moderne, Conseil Général de la Nièvre, 1999.

Sitographie/Articles en ligne

Michèle Moret, extrait de la conférence, les matinées de la CBB : http://www.bm.nantes.fr/Typo3/index.php?id=233. PDF disponible : http://www.bm.nantes.fr/Typo3/fileadmin/Dossiers/Documents/pdf/CBB_Conf_Pere_Castor_03-12.pdf

Raymond Perrin, article sur Romain Simon : http://www.ricochet-jeunes.org/magazine-propos/article/80-romain-simon-un-talent-sur-d-illustrateur-anima, consulté le 31/08/2013.

Marc Soriano, Sur la Piste du Père Castor, in « Enfance », Tome 20, p. 233-240, www.persee.fr/web/revues/.../enfan_0013-7545_1967_num3_2426

Nouveau site des Amis du Père Castor : disponible à l’adresse suivante : http://www.amisduperecastor.fr/

Tous les titres des fac-similés des textes fondateurs, et écrits de Paul Faucher entre autres, disponibles à cette adresse dans la Petite collection.

Haut de page

Notes

1 La Médiathèque du Père Castor, soutenue par Les Amis du Père Castor, a déposé un dossier d'inscription des archives du Père Castor au registre Mémoire du Monde de l'UNESCO, pour faire reconnaître ces archives. Reconnues éligibles, si elles sont ensuite inscrites, le plan de valorisation de ces Archives pourra prendre une ampleur beaucoup plus importante.

2 Si l’initiative de réunir un fonds ancien partait d’une idée généreuse, elle ne rend pas la pleine mesure de ce que sont les titres pris de façon isolée. Cette réédition ne reproduit en effet pas les couvertures et a modifié la typographie originale ce empêche ainsi l’analyse de la charte graphique initiale, des éléments de paratexte et de mise en page qui font partie intégrante de l’œuvre du dispositif pédagogique de Paul Faucher. Voir Claire Delbard, Le Père castor en poche (1980-1990), ou comment innover dans la continuité, L’Harmattan, 2007, p. 68-70.

3 La collection du Roman des Bêtes a conquis un public nombreux et pas seulement en langue française. Les droits vendus pour l’édition à l’étranger sont nombreux.

4 Michèle Piquard, L’Edition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980, Presses de l’enssib, 2004, p. 37-39.

5 Michel Defourny, Hommage à Lida, éditions les Amis du Père Castor, 2000.

6 La Mission éducative des albums du Père Castor, texte de la conférence de Girenbad, 18 mai 1957, réédition Les Amis du Père Castor, 1998, p. 12-13.

7 Le Père Castor et le Roman des Bêtes, postface du fac similé de Panache l’écureuil, Association des Amis du Père Castor, nov. 2013.

8 Introduction à la réédition du Roman des bêtes 1, L’Ecole des loisirs, 2004, p. 9.

9 Feodor Rojankovsky, The Children’s Books and Other Illustration Art par Irving et Polly Allen avec l’aide de Tatiana Rojankovsky Koly, Wood Stock Press, 2014.

10 Dans le livre hommage à Rojankovsky, La Maison des trois ours, Édition des Trois Ourses, 1998, Tatiana Mailliard-Parain, la fille de Nathalie Parain fait état du couple d’écureuils que Rojan avait acheté pour les observer sur son balcon qu’il avait fait grillager, les écureuils pouvant s’ébattre et être en mouvement. On voit bien ici le souci de réalisme, partagé avec Paul Faucher, qui prévaut pour l’observation des animaux dont il va réaliser les illustrations.

11 Introduction à la réédition du Roman des bêtes 1, L’Ecole des loisirs, 2004, p. 9.

12 Isabelle Nières-Chevrel, « Inventer Babar, inventer l’espace », in Revue des livres pour enfants, numéro 191, Paris, 2000, p. 109-120.

13 Pour toutes ces questions, la lecture des analyses d’Isabelle Nières et de Michel Defourny lors du colloque de Pougues-les-Eaux est précieuse d’enseignements, in Le Père Castor, un Nivernais inventeur de l’Album moderne, p. 123-138 et p. 107-123.

14 Voir Anne de Bouchony, http://www.ricochet-jeunes.org/articles-critiques/article/75-aspects-et-fonctions-du-documentaire-pour-les-petits.

15 Claire Delbard, Le Père castor en poche (1980-1990), ou comment innover dans la continuité, L’Harmattan, 2007.

16 Claude-Anne Parmegiani, Les Petits Français illustrés, (1860-1940), Éditions du Cercle de la librairie, Paris, 1989, p. 243-288.

17 Mission éducative des Albums du Père castor, op.cit, p. 12-13.

18 Op.cit., p. 8-9.

19 Dominique Darbois, Achouna, le petit esquimau, Paris, Nathan, Les Enfants du monde, 1958.

20 Paul-Émile Victor, Apoutsiak, le petit flocon de neige, Paris, Flammarion Père Castor, les Enfants de la Terre, 1948.

21 Les animaux n’ont pas le même fonctionnement que les humains, mais si l’on part du principe que l’enfant s’identifie au héros, le choix d’une famille éclatée peut être considéré comme moderne.

22 Voir l’article de Philippe Dumas sur Froux, le lièvre, la carte d’orientation, dans l’hommage à Rojan, op.cit, p. 26.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Exemples de couvertures des titres traduits à l’étranger
Crédits Mention pour toutes les reproductions : avec l’aimable autorisation de la Médiathèque Intercommunale du Père Castor (Archives du Père Castor – 87 380 Meuzac)
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Lida Durdikova, Panache, l’écureuil, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1934, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Lida Durdikova, Plouf, canard sauvage, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1935, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Lida Durdikova, Bourru l’ours brun, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1936, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Lida Durdikova, Coucou, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1934, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Lida Durdikova, Scaf le phoque, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1936, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Lida Durdikova, Quipic le hérisson, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1937, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Lida Durdikova, Martin pêcheur, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1938, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Lida Durdikova, Froux, le lièvre, images de Rojan, Paris, Flammarion, Albums Père Castor, 1935, coll. Le Roman des Bêtes.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Romain Simon, exemples de couvertures de la collection « Premiers Livres », Gautier-Languereau.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Paul-Émile Victor, couverture d’Apoutsiak, le petit flocon de neige, Paris, Flammarion Père Castor, les Enfants de la Terre, 1948.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Dominique Darbois, couverture d’Achouna, le petit esquimau, Paris, Nathan, Les Enfants du monde, 1958.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Double page de Bourru l’ours brun, p. 10-11.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Page extraite de Froux le lièvre
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1312/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Delbard, « Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1312 ; DOI : 10.4000/strenae.1312

Haut de page

Auteur

Claire Delbard

Maître de conférences associéUniversité de Bourgogne, UFR lettresCentre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC)Institut d’études culturelles et internationales (IECI)cdelbard@orange.fr

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org