Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Virginie Douglas (dir.), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle

Anne-Marie Chartier
Référence(s) :

Virginie Douglas (dir.), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle, Actes de l’atelier francophone du 19e congrès de l’IRSCL (International Research Society of Children’s Literature), Francfort, 2009, L’Harmattan, 2013, 192 p.

Texte intégral

1La littérature pour la jeunesse, qu’elle ait ou non un objectif éducatif déclaré, peut rarement se défaire de son substrat « bien-pensant». Aujourd’hui, la valeur à défendre est « l’altérité » et celle-ci se donnerait à voir dans la « diversité culturelle ». La diversité culturelle enrichit, l’altérité doit être aimée et respectée. S’agit-il d’une valeur fragile à conforter ou d’un prêt-à-penser lénifiant ? Il manifeste un retournement fort et récent, puisque les « valeurs » d’hier ne sont plus nôtres. Qui trouverait aujourd’hui des mots pour convaincre les petits garçons que rien n’est plus désirable que mourir pour la patrie, d’affronter l’ennemi, et d’exterminer l’« autre » ? Le discours tenu aux écoliers avant 1914 semble aussi « insoutenable » que le discours sur la colonisation de Jules Ferry, qui en faisait un « devoir » progressiste et généreux pour civiliser des peuples encore sauvages. Le sort que la littérature de jeunesse fait ou a fait à « l’altérité » de cultures plus ou moins lointaines n’est donc pas un mince enjeu, puisque les postures des personnages de fiction contribuent (modestement), par l’empathie ou les rejets qu’elles suscitent, à élaborer les postures des jeunes lecteurs. C’est un ensemble de regards croisés sur cette question que présentent les Actes réunis par Virginie Douglas, avec un grand respect des « altérités ». Ces regards partent d’études de cas « hétérogènes », anciennes ou actuelles, militantes ou critiques, travaillant du côté des œuvres ou de leur réception : ils ne sont ni lénifiants, ni convergents.

2Trois études sur l’Algérie, l’Argentine et le Québec « déconstruisent » ainsi les postulats qui alimentent les descriptions et jugements proposés aux enfants. Le corpus de Mathilde Lévêque présente l’Algérie « en construction », décrite et imaginée entre 1840 et 1914, au fil des étapes de la colonisation : zouaves héroïques, colons pionniers, et enfin, paisibles citadins algérois d’une ville désormais urbanisée et civilisée. Les descriptions « font voir » aux enfants la splendeur d’Alger la blanche, les vêtements exotiques et les rites des repas (le couscous mangé à même le plat), mais que disent-ils des colonisés ? Les livres retenus insistent sur la complexité ethnique, qu’ils ordonnent de haut en bas : Maures (blancs, donc au sommet), Arabes, Koulouglis, Kabyles, Bédouins, Juifs, et enfin, les « Nègres ». Cependant, tous les « indigènes » se retrouvent à égalité quand les dialogues donnent à entendre leur sabir français, aussi déficient que comique. L’étonnant est que ce racisme ordinaire puisse parfois coexister avec des évocations élogieuses de la grande civilisation arabo-musulmane et même l’idée qu’il serait possible de civiliser les indigènes aussi bien que le furent « ces fils de sauvages des Pyrénées, de l’Aveyron et de la Bretagne », devenus entre Révolution et Monarchie de Juillet, des « notabilités sociales » (1847). L’Algérie française est en train de naître, elle doit faire rêver. À peine se fait entendre, dans Tartarin de Tarascon, la voix dubitative de Daudet sur ce « peuple sauvage et pourri que nous civilisons en lui donnant nos vices ».

3Le mépris à l’égard des contrées reculées se retrouve dans l’histoire argentine opposant porteño et gaucho (Maud Gaultier). Dans les Leyendas Argentinas (1906), l’instituteur venu de la capitale peine à comprendre les enfants de ces provinciaux mal dégrossis, avant qu’un apprivoisement mutuel rende tout de même possible « sa mission civilisatrice ». Ada Maria Elfein, pionnière de la littérature d’enfance, poursuit ainsi l’inspiration de Sarmiento (1811-1888), le Jules Ferry d’Argentine, ministre de l’éducation et président : entre Civilisation ou Barbarie (sous-titre du célèbre roman, Facundo), le choix est clair et c’est l’instruction qui en est le moyen. Un siècle plus tard, tout le monde va à l’école, mais l’unité linguistique n’a pas aboli les tensions. Pourquoi toujours dévaloriser des expressions typiques des parlers populaires argentins, mêlant langues de l’immigration, régionalismes ou expressions en guarani ? Des écrivains contemporains, comme Laura Devetach ou Gustavo Roldán, n’hésitent plus à s’écarter de l’espagnol scolaire normé. Roldán ironise dans ses contes, dont les héros, animaux de l’arrière-pays (quirquincho, ñandu, tatu, yacaré), sont inconnus des natifs de Buenos Aires qui ne fréquentent que leur zoo « à l’européenne ». Ils rejouent en l’inversant le conflit capitale / province, quand ces minorités méprisées entendent, ahuries, les mots anglais envahir le parler des élites portègnes. Où sont les vrais défenseurs de la langue « nationale » ?

4La question de la langue est la grande absente des quatre contributions québécoises. L’étude de Yan Hamel sur trois romans (Pellerin, Lasnier, Duschene, 2007 et 2008) et celle de Sylvie Rosienski-Pellerin sur deux romans d’Andrée Poulin (2003 et 2005) peuvent être traitées en diptyque. L’altérité accueillie, « apprivoisée » et finalement adoptée, y est traitée selon des perspectives divergentes. Les trois premiers romans racontent l’histoire d’enfants accueillis dans une famille québécoise, un petit chinois rescapé d’un tremblement de terre, une fillette biélorusse confiée chaque été pour échapper à sa ville contaminée, enfin un enfant né dans la misère « venu de loin » adopté par un couple. Dans les trois cas, la générosité de l’accueil et la splendeur de la forêt boréale, de la Gaspésie ou de Charlevoix vont avoir des effets salvateurs miraculeux. Pour Yann Hamel, ces fictions témoignent en fait d’un déni de l’altérité, puisque celle-ci se révèle instantanément soluble dans la chaleur humaine d’une Belle Province de folklore. Les deux romans d’Andrée Poulin sur Ping, petite chinoise adoptée elle aussi, qui se sent québécoise « sans en avoir l’air » et qui a « l’air d’une Chinoise sans l’être », sont autrement subtils. C’est sa propre altérité ntérieure qui interroge et embarrasse Ping. Ses rencontres avec d’autres immigrants chinois dont un « grand-père » rescapé de la révolution culturelle, mais qui ne parvient ni à s’acclimater ni à acclimater le très vieux bonzaï qui l’accompagne, l’aideront non à effacer par magie son lieu d’origine, mais à construire peu à peu son identité d’entre-deux. Pour Sylvie Rosienski, Ping doit s’ouvrir à l’autre en soi (qu’elle porte en elle), et son impatience se paye cher en fausse route, pertes, deuils, tout au long d’un long et lent apprentissage.

5La collection Korrigan que Suzanne Pouliot présente a comblé un vide éditorial en présentant des contes, mythes et légendes (québécois, chinois, hindou, irlandais, hongrois, etc) propres à nourrir une expérience multiculturelle des mondes imaginaires. Rakia Laroui relate quant à elle les usages scolaires de deux romans à succès par des adolescents : l’un se situe entre Beyrouth en guerre et l’exil douloureux à Montréal (1992), l’autre raconte une histoire d’amour à Kigali pendant le génocide de 1994 (2000). La forte prégnance de cette thématique éducative au Québec découle directement des programmes de 2004. Ils ont assigné à la littérature de jeunesse une mission de socialisation culturelle, d’où cette floraison des romans ad hoc et le faible intérêt pour la langue aux dépens du message. Cet effort n’a pas empêché l’opinion de s’enflammer en 2006-2007 du fait les revendications de minorités culturelles et religieuses (port de la kippa, port du voile, retrait du crucifix de l’assemblée nationale, etc.). La consultation organisée par Gérard Bouchard et Charles Taylor a conclu à la nécessité des « accommodements raisonnables », pour maintenir « l’identité hérité du passé franco-canadien », tout en faisant sa place « aux autres identités présentes, dans l’esprit de l’interculturalisme, afin de prévenir la fragmentation et l’exclusion ».

6Une telle « posture » d’accueil peut-elle se construire par la lecture ? Les choix de traduction sont ici essentiels, à suivre la traductrice Muguras Constantinescu. Elle montre comment de nouvelles traductions des contes, à partir de 1997, ont remanié les versions qui avaient accommodé ceux-ci à la « sauce roumaine ». Le refus ou l’acception de l’altérité se niche souvent dans les détails : respecter « l’autre », c’est garder intacts les noms propres, expliquer certains termes « intraduisibles », comme le misiraq inuit (plat des jours de fête), ou le combo burkinabé (plante potagère tropicale). De même, inventoriant les collections documentaires françaises sur « les enfants du monde », Liliane Cheilan montre comment l’intention didactique charrie le meilleur et le pire : prendre la vie d’un enfant lointain comme guide géographique peut réussir ou échouer à rendre palpables des réalités sociales complexes (les castes en Inde, une communauté aborigène, la guerre du Liban). Question d’écriture ? Une approche plus intuitive, qui renonce aux grandes surfaces pour se cantonner dans un lieu restreint, fait souvent mieux partager les pensées, sensations, émotions d’un enfant lointain : s’il y a reconnaissance de l’altérité, les différences, qui sautent aux yeux, ne masquent plus les ressemblances.

7La science-fiction est censée être un bon révélateur d’altérité. Les mondes et les extra-terrestres de six romans italiens publiés entre 1903 et 1917 (Giulia Pezzuolo) sont « en avance » sur nous, car leurs auteurs (dont deux religieux) sont imprégnés de la mentalité évolutionniste et positiviste, avance qui reste conjuguée aux thèmes populaires archaïques du « monde à l’envers » ou du « pays de cocagne ». Au bout du compte, c’est la leçon de morale qui l’emporte (risques du progrès, plaidoyer pour la convivialité pacifique) et « l’altérité des extraterrestres se révèle une fausse altérité ». Quant au pastiche inversé de Fahrenheit 451 de Christian Grenier (Esther Laso y León), surfant sur l’angoisse devant la « mort de la lecture », il invente deux clans rivaux dont les héros, avatars de fictions célèbres (Emma Croisset, Céline Bardamu), sont les Lettrés (élitistes amoureux de la grande littérature) et les Zappeurs Zinzins (banlieusards vidéastes d’avenir). L’amour finit par brouiller les oppositions et la Lecture Interactive Virtuelle (LIV.3) devient la chance des relectures à venir. Moralité : grâce aux nouvelles technologies tout change, mais rien ne change, puisque la lecture continue.

8Concluons avec Anne Schneider. Dans un article plus réflexif que descriptif, elle s’interroge sur les évolutions rapides de la littérature de jeunesse du courant « beur », choisissant de faire de la langue de banlieue, une langue littéraire. Elle analyse ce mixage d’oral dans l’écrit, ce multilinguisme mêlant arabe, berbère, anglais, comme un processus de créolisation original, car loin de se fixer dans une hybridation stable qui pourrait se transmettre, il ne cesse de migrer, mimant en quelque sorte, dans la langue, la décision d’un exil indéfini. Cette « migration » inachevable manifeste le trauma et rendrait ainsi possible la résilience sur laquelle peut s’élaborer la « reliance » (Edgar Morin), capacité à forger des liens, entre personne, entre textes et entre le passé et le présent. Comme l’a compris Ping l’impatiente, celui qui sait apprivoiser l’altérité qu’il porte en soi, saura en être « altéré ». Non plus agressé ni blessé, mais assoiffé et transformé, prêt aux rencontres improbables que la « suite de l’histoire » tient en réserve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Chartier, « Virginie Douglas (dir.), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1285

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Chartier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org