Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Forcheron, « Michel » de Georges Bayard. Une série jeunesse emblématique des « Trente Glorieuses »

Francis Marcoin
Référence(s) :

Michel Forcheron, « Michel » de Georges Bayard. Une série jeunesse emblématique des « Trente Glorieuses », Janzé, Coëtquen Éditions, 2013

Texte intégral

1Cet ouvrage, écrit sur un ton enjoué et familier, s’ancre d’abord dans les souvenirs de lecture d’un enfant du baby boom qui, devenu adulte, a continué d’acheter les nouvelles parutions des Michel et a même fait le pèlerinage à Corbie, la petite ville picarde où naît cette série : 39 volumes, de 1958 à 1985, avec une première période qui est jugée la plus réussie et qui va jusque 1967. On voit ici combien les dates parlent d’elles-mêmes et combien ces récits policiers situés dans un contexte « réaliste » sont étroitement liés à une époque. Georges Bayard, né en 1918, fils de mécanicien sorti major de la promotion 1934-1937 de l’école normale d’instituteurs d’Amiens, relève lui aussi d’une typologie bien attestée malgré un détour par l’armée et une excellente pratique de l’anglais qui lui vaudra de faire des traductions pour le magazine Benjamin jeunesse actualité et d’entrer ainsi dans le monde de l’édition.

2Michel Forcheron, qui a eu accès aux archives familiales, nous apporte ici quelques éléments précieux sur les débuts de Georges Bayard, sur ses contributions à diverses publications ou chez d’autres éditeurs. C’est Georges Bayard avant les Michel, mais aussi après les Michel, car à plusieurs reprises l’auteur a répondu aux sollicitations de son éditeur Hachette qui, une fois cette veine tarie, cherche à retrouver les recettes d’un succès majeur. En vain, Michel Thérais, fils bien élevé d’un ingénieur-chimiste et d’une mère au foyer, appartient à un moment bien précis, comme son cousin Daniel ou son camarade Arthur qui a dû entrer dans la vie active vers 12 ans, et toute une série de personnages peuplant une France à la fois traditionnelle (la campagne, les caves, les grottes, les souterrains) et entrée dans la modernité des inventions scientifiques, des machines, des voitures et surtout des vélomoteurs. L’auteur nous propose donc une série de fiches sur ces héros, sur les lieux, sur les métiers puis sur les centres d’intérêt et les motifs romanesques, ou ce qu’il appelle les « trucs » de Georges Bayard. Il constate des manques dans ce catalogue de thèmes et d’objets, dont un particulièrement criant, celui du poste de télévision, cité cinq fois seulement. Bref, cette série qui s’est prolongée après 1968 reste attachée à l’univers de ses débuts, et c’est ce qui fait son intérêt comme ses limites, que ne se cache pas Michel Forcheron. Celui-ci a le mérite de nous offrir des perspectives mais nous laisse sur notre faim et donne l’envie d’aller y voir de plus près.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Marcoin, « Michel Forcheron, « Michel » de Georges Bayard. Une série jeunesse emblématique des « Trente Glorieuses » », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1283

Haut de page

Auteur

Francis Marcoin

Université d’Artois, Centre Robinson.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org