Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La chambre de l’autre enfant

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Corinne Cammaréri

Résumé

Je propose une mise en lumière sur une chambre d’enfants dont on parle assez peu : la chambre des enfants en situation de handicap. En lien avec mon expérience de psychologue, il s’agit d’enfants déficients, et plus particulièrement d’adolescents aux comportements problématiques. J’évoquerai deux situations d’adolescents et le moment où, en institut médico-éducatif, une chambre individuelle leur a été attribuée. Ces enfants, objets de soin, ont développé leur propre culture à l’écart de la norme. Je montrerai comment Roland et Alexandre ont pu subitement s’apaiser loin des regards, sans toutefois s’isoler et se faire oublier mais pour se construire une vie intime, indispensable à l’adolescence, « un chez soi chez les autres ». J’évoquerai les différentes étapes de cette conquête de soi, l’intérêt mais aussi les obstacles individuels et culturels rencontrés.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

« Ils ne sont pas assez éloignés pour ne pas les voir, ni assez étrangers pour les oublier. Pas assez proches pour les reconnaître, ni assez familiers pour écrire avec eux une histoire commune. » Charles Gardou (Se refaire une culture, 2011, p. 5)

« C’est seulement en étant créatif que l’individu découvre le soi » (Winnicott, 1971, p. 110)

1Je mettrai ici en lumière la chambre de deux enfants accueillis en Institut médico-éducatif (I.M.E.). J’évoquerai deux observations d’adolescents au moment où, alors qu’ils sont internes, une chambre individuelle leur est attribuée. Ces enfants, objets de soins, ont développé leur propre culture à l’écart de la norme. Dans leur façon de découvrir les objets, laissant porte ouverte ou fermée, ils nous questionnent quant à la construction de l’espace privé, la découverte des émotions, mais aussi sur l’articulation entre cet espace qu’est la chambre et les autres espaces d’un établissement éducatif, d’une maison « spécialisée », lieu de soins. L’enfant en situation de handicap va, au sein de différents espaces, partir à la conquête d’un espace pour soi. Je soulignerai les différentes étapes de cette conquête, l’intérêt mais aussi les obstacles individuels et culturels rencontrés.

2En lien avec mon expérience de psychologue, il s’agit d’enfants déficients et plus particulièrement d’adolescents aux comportements posant problèmes. Je montrerai comment Roland et Alexandre ont pu subitement s’apaiser loin des regards, sans toutefois s’isoler et se faire oublier mais pour se rassurer un temps, avant même de se construire une vie intime indispensable à l’adolescence. Lorsque ces chambres-là s’ouvrent, elles sont dans un premier temps surprenantes, sans fioriture : le théâtre d’une triste existence aux secrets impossibles. Ainsi, on peut saisir aisément qu’elles soient le plus souvent évitées, car étranges ou inquiétantes, et qu’un accompagnement s’y impose.

3« Lorsque la nuit gagne, dans une demeure que les restrictions privent d’éclairage, la chambre obscure de l’enfant s’éclaire symboliquement, seule clarté en marge d’un monde horrible, source de vision nouvelle. » (Colette, La Chambre éclairée, 1920, p. 7) L’enfant Bel-Gazou dans cet écrit clame à pleine voix le deuil des lumières artificielles ; c'est la guerre. La mélodie insistante et répétitive de ses phrases se joue du malheur. Cet écrit poétique redonne à la chambre d’enfant un éclairage rassurant qui nous éloigne de la peur de la nuit, de la guerre. Mais il n’en est pas de même pour les enfants handicapés. Leur chambre est parfois le lieu du corps abîmé, meurtri. Comment dire « je » sans un abri pour grandir de façon apaisée, sans un espace où l’on se sent accueilli ? Il y a peu de repos, de jeux, de créativité, un accès à la culture peu facilité pour eux, et ce qui leur est proposé n’est pas toujours adapté à leur cas. Il leur est pourtant nécessaire d’apprendre à éprouver du plaisir, à être insouciant. Sortir de la chambre de ses parents, lieu de « la passion maternelle » est parfois une épreuve : on se cramponne à son enfant sous l’effet du traumatisme et celui-ci fait de même. Ces chambres donnent à voir un microcosme culturel atypique que nous ne pouvons ignorer. Dans ce contexte, une chambre à soi est fondamentale afin d’éviter que la « chambre d’isolement » soit le seul refuge. La chambre participe alors à la construction de soi, à la découverte de son corps, des émois sexuels, et devient le lieu qui va soutenir l’espace thérapeutique de celui pour lesquels vivre sa vie ne va pas de soi.

4Il est étrange cet étranger qui n’appartient pas au monde des adultes. Il fait partie d’un monde mystérieux, et la compréhension de cet « autre » s'avère compliquée dans le contexte du handicap. C’est un enfant inscrit dans un autre rapport au temps, au monde, et de ce fait à lui-même. Ainsi, il est le plus souvent porteur de difficultés corporelles et de langage, entraînant des altérations, des dysharmonies dans son développement affectif et cognitif. Dans ce passage qu’est l’adolescence, il ne peut s’inscrire à l’identique dans la continuité des modèles générationnels qui l’ont précédé ; il va devoir explorer au sein de la transmission familiale et s’expérimenter. Face au besoin d’être accompagné et soigné, sortir de la petite enfance et créer son espace à soi n’est pas aisé car le temps semble s’être figé autour de l’annonce du handicap. De la sorte, la vie affective paraît s’éclipser au profit d’une dépendance qui s’impose et qui pourrait durer. Dans cette situation, construire sa pensée, sa créativité et sa vie passe par une conquête. Tel est le cas pour Roland et pour Alexandre.

« Un chez soi chez les autres » : la chambre de Roland

5Roland, âgé de 17 ans, bénéficie d’un accueil de jour ainsi que d’un internat de semaine et retrouve sa famille chaque week-end et pendant les vacances scolaires. C’est un jeune homme qui, par son allure, se rapproche d’un petit enfant. Son visage rond, sa démarche incertaine font alterner membres supérieurs et inférieurs de façon non-coordonnée et font redouter une chute à tout moment. Roland se caractérise par son besoin de mise à l’écart : évitant toute relation, il semble se cacher dans différents espaces afin que nous puissions l’oublier. Tout semble lui faire violence, même le projet plutôt bienveillant d’une équipe de professionnels. On a diagnostiqué chez lui un trouble envahissant du développement qui s’ajoute à un trouble de l’attachement, en lien avec son histoire familiale chaotique.

6En famille, il n’a pas d’espace pour lui seul, pas de chambre. Il dort tantôt dans un séjour, tantôt avec des invités ou bien avec ses frères ou sœurs. La construction de soi devra s’inscrire dans cette sorte de déambulation. Ses parents sont dans une situation précaire avec une écoute et une attention compliquées. Roland reste à l’écart, pris dans une détresse qu’il ne peut pas dire, et son regard semble noirci par la colère.

7Attribuer une chambre individuelle à Roland, lorsque cela est possible, paraît soudainement modifier son comportement. Cependant, il est nécessaire d’accompagner vers la connaissance de cet espace inconnu celui qui pourra accueillir chacun de ses objets jusque là éparpillés. Il apprendra ainsi à construire une frontière entre le dedans et le dehors, jusqu’alors plutôt mêlés, afin de donner forme à une intimité. Un défilé de petites voitures s’installe timidement, des voiles et des tissus habillent le lieu et donnent de la couleur, de la lumière à ce lieu refuge. Le jeu s’organise à l’abri des regards : Roland se passionne pour toutes sortes de voitures, connaît leur marque avec une grande précision. Ces objets permettent une forme de passage entre l’intérieur et l’extérieur ; et prendre possession d’un nouvel endroit se fera, pour le jeune homme, par la description et le nombre de voitures garées. Sa relation aux adultes est moins difficile lorsqu’elle passe par la connaissance de leur véhicule. De même, Roland va cacher dans sa chambre des sachets de bonbons achetés par ses parents. Grâce à cela, ses invités pourront se sentir accueillis en partageant sa gourmandise. Découvrir ses pairs est alors moins inquiétant : progressivement il partagera avec eux sa musique, ses magazines dans lesquels il découpe voitures et jeunes femmes afin de les coller sur des feuilles volantes. « … C’est en jouant, et peut-être seulement quand il joue, que l’enfant ou l’adulte est libre de se montrer créatif », écrit Winnicott (1971, p. 108). Le mode créatif donne à percevoir que la vie vaut la peine d’être vécue ; il colore la réalité extérieure et réaménage la relation à soi et la relation à l’autre. Matérialiser, délimiter de façon géographique un espace pour penser, pour créer, est une étape indispensable dans la conquête de soi.

8La chambre est aussi un espace de projection : ainsi, lors du décès de ses grands-parents, la chambre de Louis devient le seul lieu qui abrite sa peine : ses vêtements sont déplacés, chiffonnés, malmenés. Quand Boris perd son père, armoires et placards se vident, vêtements propres ou sales s’éparpillent de tous côtés. Pour Armand, s’impose l’habitude de déplacer ses meubles toutes les nuits : il organise et désorganise l’espace sans que cela puisse l’apaiser pour autant. Être seul apparaît problématique et sûrement inconnu ; peut-être est-il douloureux d’être à distance de sa famille ? La chambre est le lieu d’un intime qui prend forme mais il faut y être accompagné dans la confiance. Elle se doit d’être en lien avec l’histoire de la personne, un lieu de contenance, de création, d’esthétique et d’identification. Cela suppose un travail avec la famille lorsque l’enfant est petit et dépendant de ses parents. La chambre devient ainsi une extension de l’espace psychique d’une personne.

9« Lorsque nous nous servons des objets, des meubles, des pièces, nos gestes et nos comportements ne laissent pas de traces visibles. Par contre ils les laissent sur notre psychisme, comme toute action », écrit Alberto Eiguer (2006, p. 23). Objets et meubles se prêtent aux jeux de la possession et de l’exposition, sont investis d’affects, et pour cela choyés, cassés, oubliés ou perdus. Comment composer avec ces deux espaces : la maison familiale et celui de l’institut ? Comment un lieu collectif peut-il permettre à un enfant de développer son intimité ? C’est au sein de ce paradoxe que l’enfant en situation de handicap grandit auprès de ses pairs mais aussi dans un lien constant vers l’extérieur de l’institut médico-éducatif. Être autonome devient un objectif à considérer avec prudence afin que les situations qui l’amènent au dehors de l’institution se présentent progressivement, comme pour tout autre enfant. Il est juste nécessaire de l’amener vers les expériences sociales et culturelles qui lui correspondent. À nous, dans cet équilibre précaire, de le porter vers son devenir. La chambre est le lieu du rêve, de l’imaginaire, elle est aussi un territoire de peur et de solitude. La chambre pour enfant revêt différentes symboliques. Dans le contexte du handicap, l’enfant s’approprie plus lentement sa chambre, il lui faut du temps. Les adultes, familles et professionnels, s’octroient un droit de regard au sein même de cet espace ; pourtant il est indispensable d’en repérer les limites, à la fois pour que nos interventions ne soient pas intrusives mais aussi pour qu’à l’opposé cet enfant, même adolescent, ne se retrouve pas trop seul noyé dans ses peurs.

La chambre d’Alexandre

10Alexandre présente une pathologie organique avec une déficience mentale sévère, il est épileptique et a de réelles difficultés de comportement. On peut observer une souffrance psychologique consécutive à des problèmes d’attachement, de maltraitance, d’abandon, majorés par une pathologie neurologique. C’est un adolescent longiligne dont il est difficile de cerner les contours corporels tant il est pris dans une constante agitation. Le mouvement semble l’aider à tenir debout, à dépasser un déséquilibre. Lors des quelques rendez-vous avec lui, le face-à-face n’est pas possible, il est nécessaire que nos bras se touchent pour qu’il puisse écouter, être présent. Mon corps devient sa limite durant un temps.

11Alexandre a été confié depuis l’âge de trois ans à l’aide sociale à l’enfance du fait de mauvais traitements de ses parents. Il a été placé par décision judiciaire dans différentes familles d’accueil qui se sont essoufflées chaque fois rapidement. Une seule a résisté. Il est arrivé à l’IME à l’âge de 7 ans et, dès son adolescence vers 16 ans, son agitation a augmenté, sa relation aux autres devenant plus compliquée et maladroite du fait d’explorations sexuelles difficiles à canaliser. Alexandre partageait sa chambre avec un autre enfant et sa violence ne cessait de grandir. L’attribution d’une chambre a changé son comportement. Il peut donner un contour à ce corps adolescent sexué. Un lieu peut abriter ce bouleversement que la puberté occasionne mais aussi proposer une autre contenance à ce corps, une autre enveloppe. Alex commence à construire un espace pour lui seul, un lieu où la musique est présente. Dans son chez soi, il peut inviter et rencontrer ses pairs d’une manière nouvelle. Ses relations aux autres s’apprennent différemment.

Sortir de la chambre des parents

12Poste de radio, gâteaux, bonbons, petites voitures, posters, peluches prennent place dans la chambre de ces adolescents, même si elle tarde à être investie et que celle des parents leur semble longtemps plus attrayante. Prendre soin d’un tel enfant mobilise fortement l’affect de son entourage. Sortir de la chambre de ses parents est en quelque sorte sortir du lieu de la passion maternelle (Kristeva 2009), lieu de l’attachement qui devra se métamorphoser en tendresse au fil du temps. Pourtant, cela est parfois une épreuve, on se cramponne à son enfant sous l’effet du traumatisme et celui-ci fait de même. Ce lien passionnel fera naître le projet de vie de l’enfant mais peut aussi devenir un obstacle à son devenir adulte.

13Ainsi, Bastien, jeune polyhandicapé de 19 ans, dort et se réfugie assez souvent dans le lit de ses parents : curieuse situation pour un adolescent pubère. Comment doser, réguler la protection afin qu’elle ne vienne pas gommer sa dimension de sujet et annuler son espace psychique ? Depuis quelques mois ses parents lui ont aménagé une chambre, mettant de côté meubles et jouets qu’il possède du jour de sa naissance, osant d’autres couleurs, tenant compte de ses centres d’intérêt. Bastien ne s’exprime pas, il porte des couches et aime entendre différents sons, tous les styles de musique lui plaisent et il en retient le rythme. Ses parents se sont trouvés face à un jeune adulte pubère qui a besoin de nursing. Un tiers est alors nécessaire pour les accompagner vers le devenir adulte de leur fils.

14Silvio est un jeune homme trisomique de 16 ans porteur d’une déficience moyenne, il veut grandir et sa famille le souhaite aussi. Pourtant il s’exprime avec difficulté, développe une communication non verbale, corporelle, qui l’amène à se réfugier au plus près du corps de ses parents. Dans ce corps à corps, il découvre la protection dont il a besoin. Pourtant comment se séparer de ce monde des petits ? Silvio ne parvient pas à sortir de la chambre de ses parents. Ceux-ci le retiennent, le maintiennent dans un statut de tout-petit car il lui est difficile d’inventer sa vie d’adulte. Permettre à l’adolescent de se construire un espace à lui, un espace pour penser, passe par un partenariat avec la famille. Quand le handicap survient dans une famille, celle-ci se trouve face à une angoisse qui ne s’éteint pas. Cette situation accompagnera l’enfant dans toutes les étapes de son développement, confrontant cette famille à des deuils et à des renoncements. L’enfant lui imposera une tout autre relation au temps et au monde. S’accrocher à son enfant permet de lui apporter soins et attention, créant toutefois les nouveaux buts et les nouveaux étayages de cette famille. Laisser grandir cet enfant annonce beaucoup d’inquiétude, et l’arrivée de la puberté vient réinterroger cet équilibre métastable.

15Les chambres de l’autre enfant donnent aussi à voir un microcosme culturel atypique que nous ne pouvons ignorer. Les particularités de ces enfants sont à prendre en compte pour une plus grande connaissance de leur complexité. Il n’est pas simple de nous situer dans notre accompagnement afin de les aider dans leur construction. Ils donnent à voir des comportements d’enfants très jeunes, ne savent pas préserver leur espace, nous rendent témoins de leurs secrets. C’est toutefois entre le collectif et la prise en compte individuelle que nous accompagnons ces enfants et, pour reprendre les termes de Jean-Luc Nancy, il s’agit d’un singulier/pluriel. Didier Anzieu met en avant que le groupe est un contenant, une enveloppe qui fait tenir ensemble des individus. Un « Moi-peau » groupal contient, délimite, protège et, parce qu’il reste perméable, permet les échanges avec l’extérieur. Une équipe de professionnels, si elle sait utiliser les instances réflexives et rester en lien avec la famille, pourra porter le projet d’un enfant et favoriser son espace de pensée. À propos de l’espace, Jean Oury souligne que ceux que l’on nommait autrefois les « agités ou gâteux », peuvent guérir de la modification du lieu dans lequel ils se trouvent, faisant ainsi allusion aux asiles. Il convient toutefois, dit-il par la suite, de donner du sens à ces espaces investis par l’activité ou la rencontre.

16La chambre des enfants accueillis en institut médico-éducatif, ou même au sein d’établissements pour les jeunes adultes, est un espace peu théorisé. Il est toutefois question, si l’on se réfère aux recommandations de bonnes pratiques professionnelles concernant les personnes autistes en institution, de l’importance de lieux de calme-retrait. Ces espaces peuvent être utilisés suivant une procédure qui laisse la personne seule ou accompagnée, porte fermée ou non, avec un suivi qui aide à rompre avec le collectif, en évitant une mise en danger de l’intégrité de la personne ou de son entourage. Il serait cependant opportun de repenser cette question en lien avec l’espace qu’est la chambre.

Potentiel créateur de la chambre

17La chambre de l’autre enfant peut devenir un espace créatif, un espace de lumière, mais faut-il encore nous arrêter sur la possibilité pour lui d’un espace à soi, un lieu de l’intime que nous lui reconnaissons, où il développera ce que Winnicott nomme « une capacité d’être seul », une autre façon d’intérioriser la présence des personnes familières afin de pourvoir vivre en étant de plus en plus indépendant, en composant avec l’absence des êtres aimés. Sans un espace reconnu, il n’existe pas pour cet enfant de lieu pour cacher ses larmes et sa colère, et ses émotions tendent à ne s’exprimer qu’en troubles du comportement.

18Ainsi, Maurice, adolescent trisomique avec une déficience moyenne, parle seul dans sa chambre à la suite d’une déception ou incompréhension amoureuse. La chambre est devenue pour lui un lieu pour laisser exister son imaginaire, ses fantasmes, et construire ainsi une pensée entre imaginaire et réalité, dans une rêverie possible. Mais ceci inquiète sa famille qui ne tarde pas à consulter en s’interrogeant sur sa santé mentale.

19Cet autre enfant, qui est rarement à l’aise avec son corps, avec la construction de sa pensée, nécessite une attention particulière. Sa déficience, ses difficultés d’apprentissage ne l’empêchent aucunement d’être créatif, de construire sa pensée à son rythme. Pourtant sa chambre s’éclaire peu et il n’aime pas s’y réfugier car elle l’intéresse peu. Sa lenteur ou son instabilité ne sont pas toujours en adéquation avec la norme. Notre regard – arrêt sur image sur cette vie particulière – souligne nos peurs ou nos insupportables confrontations à un autre différent de celui que nous sommes. La différence nous effraie, parfois même à notre insu. Seuls notre regard, notre protection et notre attention aux premiers moments de la vie de ce petit l’amènent à vivre de manière créative. Nous donnons alors une autre définition au prendre soin, loin de la surprotection mais dans un respect du rythme de cet autre enfant.

Conclusion

20La vie affective des personnes en situation de handicap n’est pas toujours prioritaire. Dire ses émotions et ses désirs demeure un sujet sensible et nous nous heurtons à des tabous. Pour des professionnels de l’éducation spécialisée, il n’est pas aisé d’accompagner des jeunes adolescents dépendants et leur famille. Une tierce personne est nécessaire pour qu’il y ait un changement de regard sur ces enfants, pour qu’ils puissent rêver leur vie d’adulte. Pour Roland ou pour Alexandre, l’attribution d’une chambre individuelle leur a permis durant le passage qu’est l’adolescence, de mieux composer avec les turbulences de la puberté. La chambre peut devenir le prolongement de l’espace psychique et soutenir l’espace thérapeutique. Mais, cela ne va pas de soi. Afin qu’un enfant en situation de handicap puisse devenir adulte, penser, créer, des aménagements sont nécessaires. Nous avons à le rassurer, ainsi que ses parents, à l’aider à découvrir son intimité, à investir et à valoriser ses espaces privés afin que ses craintes puissent être surmontées. Le « corps amoureux » de l’adolescent en situation de handicap a besoin de sortir de l’indicible, d’être pris en compte au sein même de notre société, rapidement déstabilisée quand on s’écarte de la norme. La vulnérabilité sidère et empêche parfois l’enfant handicapé de grandir ; aussi devenir adulte passe par une véritable conquête, supposant des crises, des comportements à problème et des risques psychopathologiques. Il est important qu’un espace de réflexion puisse s’ouvrir. Ainsi, cet enfant en difficulté sortira plus facilement de la chambre de ses parents au moment opportun, allant vers une véritable conquête de soi.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard, G, 1957. La Poétique de l’espace. Paris : PUF.

Colette, 1920. La Chambre éclairée. Paris : éditions Mille et une nuits.

Eiguer, Alberto, 2006. L’Inconscient de la maison et la famille. Paris : Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, n° 37.

Gardou, Charles, 2012. La Société inclusive. Paris : éditions Erès.

Halitim, Nadine, 1996. La Vie des objets, Paris : éditions L’Harmattan.

Kristeva, Julia, 2007. Seule une femme, Paris : éditions de l’aube.

Serfaty-Garzon, Perla, 2003. Chez soi, les territoires de l’intimité. Paris : Armand Colin.

Vigouroux, F, 1999. L’Âme des maisons, Paris : PUF.

Woolf, Virginia, 1992. Une chambre à soi. Paris : Bibliothèque 10/18.

Winnicott, D.W, 1971. Jeu et réalité. Paris : Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Cammaréri, « La chambre de l’autre enfant », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1274 ; DOI : 10.4000/strenae.1274

Haut de page

Auteur

Corinne Cammaréri

Université Montpellier 3 : département de psychanalyse ; Institut- Médico-Éducatif du Château d’O à Montpellier.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org