Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Donner voix à l’espace physique : lorsque la chambre perpétue et écrit l’histoire de l’adolescent au travers d’objets significatifs. Le cas des jeunes en itinérance géographique

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Deniz Gyger Gaspoz

Résumé

Partir d'un pays tous les trois ou quatre ans pour y poser ses valises et ses cartons, tel est l'un des aspects de certaines professions demandant une mobilité internationale répétée. Familles en itinérance géographique, elles emportent avec elles divers objets. Au-delà de la fonction utilitaire d'un certain nombre d’entre eux, nos recherches mettent en évidence la place particulière qu’ils peuvent jouer dans le développement de l'adolescent. Ils deviennent alors des objets significatifs. Nous avons constaté que ces objets significatifs sont majoritairement localisés dans la chambre du jeune. Nous pouvons ainsi questionner la relation qui unit le jeune à cet espace physique singulier : quelle est la représentation que les jeunes se font de leur chambre ? Que se passe-t-il lors d’un déménagement ? Comment s'approprient-ils un nouveau lieu ? Nous interrogeons ensuite de façon plus spécifique le rôle des objets significatifs. Ils fonctionnent comme une ressource de pérennité temporelle et spatiale, et ceci malgré les changements d'environnement physique réguliers. Le sens que prennent ces éléments culturels peut être réparti en quatre fonctions : mnémonique, affective, sociale et d'amarrage. Notre article met en évidence que les objets significatifs renvoient à une histoire particulière, celle de l'individu, et contribuent ainsi au sentiment d'identité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Diplomates, coopérants, cadres de multinationales sont autant de professions qui requièrent une grande mobilité internationale de la part de leurs employés. Les personnes qui embrassent ces métiers sont amenées à se déplacer, avec leur famille, au gré de leurs affectations aux quatre coins du monde. Ces familles sont nommées en « itinérance géographique» (Gyger Gaspoz 2012a, 2012b, 2013). Les fréquents déménagements auxquels elles sont confrontées permettent d’interroger le rapport des individus à l'espace physique et aux objets qui le peuplent.

2Dans cet article, il s'agira de questionner la façon dont les jeunes s'approprient un espace physique (une chambre ou la maison) et les conséquences au moment du départ. Celui-ci demande de faire le tri dans les objets, les vêtements qui se sont accumulés. Pour le jeune, il s'agit de décider ce qu'il emportera avec lui et ce qu'il laissera sur place. De notre côté, nous prendrons cette situation comme point de départ en vue de comprendre ce qui relie les individus à certains objets particuliers, et comment ceux-ci nous permettent d'accéder à une partie de l'histoire de l'individu. Notre présentation se découpe en quatre parties. Dans un premier temps, il s'agira de présenter quelques considérations théoriques et conceptuelles qui guident notre réflexion. Nous exposerons ensuite les éléments méthodologiques. Dans une troisième partie, nous donnerons voix à l'espace physique et interrogerons le rapport des individus avec ces espaces et les objets culturels significatifs qui les occupent. Nous terminerons, comme il se doit, par une synthèse et proposerons quelques pistes de réflexion pour continuer le débat.

Considérations théoriques et conceptuelles

3Nos travaux s'inscrivent dans le champ de la psychologie socioculturelle du développement qui a pour projet de « ne pas s'intéresser seulement à la part individuelle de la psyché mais aussi à sa part sociale » (Tourmen 2011, p. 95) et culturelle. L'individu est ainsi pensé dans son rapport non seulement à l'environnement social, historique mais aussi culturel qui est en perpétuelle évolution. L'environnement culturel est considéré comme fournissant un ensemble d'outils et de signes (Vygotsky 1985, 1978) qui influencent non seulement le développement de l'individu mais aussi son rapport au monde. Il convient à ce niveau d’établir une distinction importante entre la signification et le sens :

« Par signification, nous désignons le signifié et/ou le référent socialement reconnu d'un élément – cette base commune qui fait que des participants à un même système culturel peuvent en principe partager leur compréhension d'un élément culturel. Par sens, nous désignons le sens personnel que ce même élément a pour une personne et qui s'ancre dans une expérience vécue, des souvenirs et des émotions » (Zittoun 2008, p. 45).

4Habermas (1999) met en évidence qu'un objet peut être porteur de sens et investi par un individu. Les objets vont alors être les détenteurs d'une partie de l'histoire de cet individu. L'objet significatif ainsi conçu « sera toujours lié à un événement plus ou moins lointain et prendra un sens particulier, en regard de son présent, pour la personne » (Gyger Gaspoz 2013, p. 81). Les objets se transforment en médiateurs psychiques (Tisseron, 1999) qui prolongent, en quelque sorte, l'esprit. En nous appuyant sur ces différents éléments, nous sommes partie de l’idée de questionner des jeunes en itinérance géographique sur leurs objets significatifs : quelle histoire allaient-ils nous raconter ? Les objets pouvaient-ils être porteurs de sens ? Les récits recueillis ont mis en évidence des personnes, des lieux et des temps qui définissent le jeune en mettant en évidence son individualité et la particularité de son parcours.

5Dans le cadre de l'itinérance géographique, les objets significatifs permettent de maintenir une certaine forme de continuité (Zittoun & Grossen 2011 ; Gyger Gaspoz 2013) dans le parcours de l'individu, ce qui interroge, en ricochet, l'identité de l'individu. L'identité est un thème majeur en psychologie sociale qui a été traité par de nombreux auteurs (pour une illustration consulter par exemple : Camilleri 1979 ; Kroeger 2007 ; L’Écuyer 1994 ; Tap 1986 ; Zavalloni & Louis-Guérin 1984). Généralement, ils distinguent deux facettes de l'identité : l'identité personnelle et l'identité sociale. La première se réfère à une composante endogène et exprime la singularité de l'individu ; la seconde, exogène, renvoie à différentes catégories sociales auxquelles l'individu est affilié. Nous retiendrons de l'identité qu’elle est un phénomène complexe et dynamique. Elle évolue dans le temps en fonction des situations rencontrées par l'individu. D’un côté, l’identité est malléable, elle autorise le changement et les remaniements identitaires. De l'autre côté, l'identité a un côté plus stable : malgré les changements rencontrés, la personne a conscience qu’elle reste la même. L'identité comprend ainsi tout à la fois le changement et la continuité de soi. Ce qui est d'autant plus important durant l'adolescence qui constitue un moment clé dans le développement identitaire (Cannard 2010). L'itinérance géographique entraîne des remaniements identitaires chez les individus qui la vivent : d'autres contextes socioculturels amènent l'individu à être perçu comme appartenant à d'autres groupes de référence. Les rôles des individus et leur position, dans un groupe par exemple, peuvent également se modifier. Ainsi, un jeune homme apprécié dans son ancienne école ne l'est plus dans la nouvelle (Gyger Gaspoz 2012).

6L'itinérance géographique peut-être conçue comme une période de transition (Gyger Gaspoz 2013). Elle se caractérise par une série de ruptures. Lorsque la transition est dite développementale, elle donne lieu à une série de processus développementaux : remaniements identitaires, élaboration de sens, acquisition de nouveaux savoirs (Zittoun 2012). Dans ces périodes, les personnes peuvent compter sur un ensemble de ressources, parmi lesquelles des objets culturels significatifs. Ceux-ci prennent alors une fonction bien particulière : celle de pérennité. Ils participent au maintien du sentiment d'identité chez les individus.

7Plus tard, nous interrogerons la place de ces objets dans la construction de la personne. Plus particulièrement, nous nous intéresserons aux fonctions qu’ils peuvent endosser dans le maintien de la continuité de l’individu soumis à des mobilités internationales répétées. Mais avant cela, une chose nous a interpellée : ces objets significatifs se situent presque toujours dans la chambre du jeune. Il convenait donc de questionner cet espace physique qu’est la chambre. Une relation trilogique se profile entre le jeune, sa chambre et les éléments culturels significatifs qui s’y trouvent.

Considérations méthodologiques

8Nos données portent sur des entretiens effectués auprès de treize adolescents (âges de 12 à 18 ans), francophones, en itinérance géographique (Gyger Gaspoz 2013). Nous les avons réalisés en Inde, en Turquie et en Suisse. Chaque jeune a été interviewé à deux reprises à quelques jours d'intervalle à travers la technique de l’entretien reconstructif. Lors du second entretien, nous avons demandé à nos interviewés de nous présenter des objets qui avaient un sens particulier à leurs yeux. Les entretiens ont été retranscrits et analysés en optant pour une analyse de contenu et en privilégiant une approche abductive (Valsiner 2007). L'analyse que nous présenterons dans la suite des pages sera illustrée par des extraits d'entretiens dont la syntaxe a été retravaillée pour en améliorer la lisibilité.

Donner voix à l'espace physique

9Dans ce chapitre, nous aborderons successivement la place que prend la chambre dans le discours des adolescents en itinérance géographique que nous avons interrogés, comme un espace rien qu'à soi. Une chambre qu'il faut quitter au moment du déménagement. Nous montrerons alors que celui-ci est vécu comme une rupture, souvent douloureuse. Au déménagement succède l'emménagement dans une nouvelle résidence : le défi est alors de s'approprier un nouvel espace dans lequel seront ensuite rangés et disposés les objets significatifs pour le jeune. Ceux-ci ont une fonction de pérennité en symbolisant la continuité de l’individu dans le changement. Ils ont été investis d’un sens particulier. Ils peuvent endosser plusieurs rôles (mnémonique, affectif, social et d’amarrage) que nous détaillerons dans une quatrième partie.

La place de la chambre dans l'univers du jeune

  • 1 Précisons que dans le cadre de notre échantillon tous les jeunes disposaient d'une chambre individu (...)

10Les jeunes mettent en évidence que leur chambre est l’endroit, dans la maison, où ils se sentent le plus chez eux. Il s’agit d’un espace qui leur est réservé1. C'est le lieu où ils peuvent s'isoler, laisser leurs affaires mais aussi ranger leurs souvenirs et s'y plonger. Une bulle dans la résidence familiale :

LOUIS, 17 ans. « Ma chambre, là, dans ma maison. Quand je suis chez moi, je crois que c’est l’endroit que j’apprécie le plus en ce moment. Ben, j’aime bien en fait. Je ne sais pas, j’aime bien être dans mon environnement. […] Et puis, c’est un peu l’endroit interdit aux autres, parce que… c’est-à-dire que personne ne rentre dans ma chambre. C’est moi qui fais le ménage, qui fais tout […]. Ma chambre, c’est ma chambre, c’est un endroit un peu privé en fait. » 

11Durant la période de l'adolescence, cet espace physique personnel est d'autant plus important pour le jeune qu’il a non seulement besoin d'intimité mais aussi d'indépendance, notamment par rapport à ses parents. À l'exception des ordinateurs, tous les éléments culturels significatifs qui ont été mentionnés par les jeunes se situaient dans leur chambre. Il nous faut ici bien distinguer les objets culturels ; tous n'auront pas une fonction de pérennité : certains sont d'ordre décoratif, d'autres ont une fonction utilitaire. Parmi ceux-ci, seuls quelques-uns sont investis d'un sens particulier. Il convient donc, selon nous, de bien classifier les différents types d'éléments culturels qui se situent dans cet espace physique symbolique qu'est la chambre. Dans le cadre de l'itinérance géographique, le déménagement sonne le glas. Il est temps pour le jeune de quitter ce lieu, d'emballer ses affaires, de faire le tri.

Les ruptures dans l'espace domestique : le déménagement

12Le déménagement est un moment particulièrement délicat dans le cadre de l'itinérance géographique. L'un des moments incontournables est la mise en cartons. Cette étape nous permet de mieux comprendre la place qu’occupent les éléments culturels dans l'espace physique de la maison. C'est eux qui « donnent vie » à l'endroit. La mise en carton s'apparente ainsi à une mise à mort : ce que l'on connaît n'est plus. Les lieux se vident, les murs se fanent, le lieu n'est plus ce qu'il était. À l'exception d'une jeune, tous les autres voient dans le déménagement un moment douloureux, qui marque la fin d'une étape :

NESRINE, 16 ans. « Moi, je n’arrive pas [ndlr le déménagement]. C’est mon père et ma mère, moi je n’ai rien fait. Moi, quand l’école est finie, je suis allée à Tartous, comme chaque été. Je ne pouvais pas faire le déménagement, c’est tellement déprimant de déménager.

CHERCHEUSE. – Pourquoi ?

NESRINE. – Parce que genre quand vous avez toutes vos affaires là-bas, vous savez que ça va être là-bas, que vous restez là-bas, ça va. Mais quand vous savez que vous déménagez, il y a tous vos souvenirs qui… je ne veux pas déménager [avec une voix très basse] voilà. Je pense que c’est le déménagement le plus dur. »

13À l'instar de Nesrine (16 ans), Albane (14 ans) et Isabelle (17 ans) préfèrent également partir avant que le déménagement ne soit entamé. D’autres préfèrent ne pas faire leurs cartons, comme Clotilde (15 ans) qui préfèrent que sa mère s'en charge :

CHERCHEUSE. « Et tu as fait toi-même tes cartons ?

CLOTILDE. – Ah non, moi je n’étais pas là. C’est maman qui les a faits, ouais.

CHERCHEUSE. – Pourquoi tu n’étais pas là ?

CLOTILDE. – Ben je ne sais pas, ça me démoralise de tout ranger, de tout revoir des affaires qui me rappellent… des souvenirs et tout ça. Donc je laisse ma maman le faire. »

14Voir la maison se vider au fur et à mesure que les cartons s'amoncellent représente une étape importante dans le cadre de l'itinérance géographique. La maison qui se vide de ses objets devient alors un lieu impersonnel, inconnu, aseptisé de souvenirs.

BABETTE, 14 ans. « Je voyais tous les cartons partout. Et après, ben quand il n’y avait plus rien […], ça c’était horrible. C’est un moment que j’ai détesté. Quand je suis rentrée dans l’appartement, j’ai vu strictement aucun truc à moi hors des cartons, ça m’a fait un choc, j’avais l’impression de redécouvrir ma chambre, la salle de bains et tout ça, c’était horrible […]. Ça m’a fait un truc au ventre, je me suis dit… je savais pas quoi penser, je me suis dit « ouais c’est pas possible, je vais pouvoir revenir au moins une fois ou deux », genre « j’ai oublié les clés » ou quelque chose, mais non. »

15Alors qu'une étape se clôt, une nouvelle voit le jour. La période de déménagement fait ainsi écho à la phase liminaire mise en évidence par Van Gennep (1909/1994). Ce qui était n'est plus alors que ce qui doit être n'est pas encore. Ce n'est qu'une fois les meubles posés dans la nouvelle résidence qu'une nouvelle étape pourra vraiment commencer. Il s'agira alors pour le jeune de s'approprier son nouvel espace domestique.

L'appropriation du nouvel espace domestique

16Lorsque le jeune en itinérance géographique arrive dans un nouveau pays, il lui faut faire face à un ensemble de ruptures (Gyger Gaspoz, 2013) qui se situent à différents niveaux : géographique et culturel, institutionnel, social. Dans le même temps, il doit mettre en place de nouvelles routines et s'adapter à son environnement socioculturel. Ici, l'espace domestique joue un rôle central. C'est en effet depuis ce lieu que va peu à peu s'organiser la vie du jeune. La découverte du nouveau lieu de résidence peut dans un premier temps être déconcertante. L'arrivée des biens de la famille permet de donner petit à petit une nouvelle vie au nouveau lieu de résidence :

CLOTILDE, 15 ans. « Et donc au début, je suis arrivée [ndlr dans sa nouvelle demeure]. J’ai trouvé que la maison elle était sale. Puis ça me donnait pas trop envie et je voyais le sol [elle me montre le sol en gros carrelage], moi je n’aime pas trop les sols comme ça et… il faisait super chaud, j’avais super chaud… et… je ne sais pas après quand j’y suis retournée la deuxième fois c’était plus du tout la même chose, la maison je la voyais complètement différemment !

CHERCHEUSE. – C’est dû à quoi ça ? 

CLOTILDE. – Je ne sais pas du tout. C’est trop bizarre, la première fois je ne l’aimais pas du tout cette maison et quand je suis revenue une deuxième fois j’ai plus vu les choses de la même façon. L’entrée… la première fois j’avais vu que c’était du sable et des trucs tout nuls et tout. Là, j’ai vu qu’il y avait un truc bétonné qui faisait comme ça, qu’il y avait un jardin un peu avec des fleurs et des arbres et tout. Tandis que la première fois, je n’avais rien vu de tout ça, peut-être que je m’étais concentrée sur les défauts de la maison, je ne sais pas. »

17Dans les discours des jeunes, la joie de retrouver les cartons, de pouvoir déballer ses affaires, les redécouvrir, les positionner dans la chambre apparaît comme un moment de retrouvailles avec des souvenirs :

BABETTE, 14 ans. « Ben en fait je suis arrivée fin août, donc il me restait genre une semaine, donc le déménagement il est arrivé parce que ça faisait un mois qu’il était parti, il est arrivé un mois à l’avance donc on a déballé, j’ai retrouvé mes affaires, mes peluches, mes photos… »

18L'appropriation du nouveau lieu se fait ainsi à travers le positionnement des objets dans l'espace domestique. Le lieu prend vie à travers ceux-ci : il devient personnel à travers les objets qui y sont placés. L'espace domestique accueille ainsi les éléments culturels qui symbolisent la continuité. Ils donnent vie à un espace qui se meuble de l'histoire de ses occupants. Ainsi Babette (14 ans), qui n'apprécie que moyennement son séjour en Inde trouve dans sa chambre un refuge : elle aime cet endroit dans lequel elle occupe l'espace (elle y danse, y joue de la guitare, y chante, essaie des tenues).

19C'est dans cet espace domestique, et plus particulièrement la chambre que se trouvent les éléments culturels significatifs pour le jeune.

Les objets significatifs : une fonction de pérennité

  • 2 Nesrine est d'ailleurs celle qui montrera le plus de réticence lors des deux entretiens. Ainsi, mêm (...)

20Comme précisé dans la partie méthodologique, nous avons demandé aux jeunes de nous sélectionner, en vue du second entretien, quatre à cinq objets qui revêtaient un sens particulier à leurs yeux. A l'exception de Nesrine (16 ans)2, tous les jeunes se sont prêtés à l'exercice. Au fil de nos analyses, il s'est avéré que ces objets assumaient une fonction de pérennité et représentaient, tout comme l'a mis en évidence Tisseron (1999), un prolongement de l'esprit. Ils restent présents malgré les déménagements, malgré les éventuelles difficultés rencontrées :

ROSE, 14 ans. « Donc il y a des choses, la famille ça aide, mais pas toujours. Tandis qu’il y a des trucs qui souvent… ou des objets. Il y a des gens qui ont des doudous ou des choses comme ça. Moi j’ai un doudou, bon maintenant je ne l’utilise plus trop mais, je l’avais fait moi-même […]. C’est un truc, il était toujours posé sur mon lit et… des fois, je me sentais moins seule, même si c’est des objets. Il y a des gens, c’est leur chien, il y a des gens ça peut-être leur bible. Ça peut être n’importe quoi mais je trouve que c’est important quand même. Ça aide quoi. Parce que les humains, on se fâche. Un humain, c’est normal qu’il soit jaloux, qu’il soit tout ça. Tandis qu’un objet c’est… enfin il ne répond rien. Mais au moins, tu peux imaginer ce que tu veux, c’est ça, c’est aussi l’imagination, ça aide aussi. Parce que les amis, c’est hyper bien mais des fois on peut aussi se fâcher et faire un faux pas, je veux dire, c’est tout à fait normal. »

21C'est ainsi que les éléments culturels signifiants sont investis d'une fonction de pérennité. Rose (14 ans) mentionne des éléments précis, n'importe quelle peluche ne pourra pas faire office de doudou. Les éléments culturels sont multiples : des meubles, des photos, des peluches, de la musique… Ce qu'ils ont en commun, c'est qu'ils permettent d'ancrer le jeune dans une continuité. Comme l'illustre le tableau 1, le sens des éléments culturels significatifs retenus peut s'articuler autour de trois dimensions : des personnes (des membres de la famille, des amis), des lieux (le pays de naissance, les pays où le jeune passe ses vacances) et une dimension temporelle (la naissance, les années passées dans l’ancien pays de résidence).

Elément culturel significatif

Dimension

sociale

Dimension géographique

Dimension temporelle

Le sens

Une balle

de tennis

Son amie partie de l'Inde récemment

L'Inde

Lorsque son amie était encore là

Dès qu’elle est triste : la fait rebondir ça lui rappelle son amie

Un poster

de Eagle-Eye Cherry

Son premier amour : Vladimir

L'Inde

Première mélodie apprise à la guitare en Inde

Sa passion pour la guitare ; Vladimir

Un livre sur la planche à voile

Sa marraine et son père, les deux passionnés de planche à voile

La Suisse où réside sa marraine.

La Malaisie où elle a vécu

Quand elle a reçu le livre, ses futures vacances en Malaisie où elle retrouvera sa tante et espère pratiquer de la planche à voile

Elle connaît le livre par cœur et rêve de faire de la planche à voile.

L’ordinateur

Sa famille, ses amis

La Suisse.

Les lieux où se trouvent les personnes.

Maintenir les relations dans le temps

Rester en contact à travers l’échange.

Tableau 1. Des objets situés socialement, temporellement, spatialement : l'exemple des objets significatifs de Babette (14 ans)

22Les objets significatifs renvoient ainsi à une histoire particulière, celle de l'individu, et entrent dans la composition biographique de l'individu. Nous avons pu mettre en évidence que ces éléments culturels significatifs, qui ont une fonction de pérennité, peuvent se répartir en quatre catégories principales : mnémonique, affective, sociale et d'amarrage.

Un rôle mnémonique

23Le terme de « souvenir » est apparu à plusieurs reprises dans les entretiens que nous avons collectés. Pour ces jeunes en itinérance géographique, il est important de pouvoir se remémorer des éléments de leur vie :

CHERCHEUSE. « C’est important d’avoir des souvenirs ?

CLOTILDE. – Ouais.

CHERCHEUSE. – Ça sert à quoi ?

CLOTILDE. – Ben à ne pas oublier les choses qu’on a aimées dans la vie ou des choses qui nous ont plu, qui nous ont marqués à un moment ou un autre. Et je ne veux pas les oublier, donc il faut que je m’en rappelle toute ma vie. »

24Les éléments culturels significatifs permettent de se souvenir. Les photos sont un exemple de cette fonction mnémonique. Certains jeunes accrochent sur les murs de leur chambre les photos de leurs amis du précédent lieu de résidence ou encore de la famille. Malgré les déménagements, ces photos pourront reprendre la même place sur un nouveau mur alors qu'à l'inverse d'autres photos seront plus éphémères. Mais il peut aussi s'agir d'éléments comme des stylos qui ont été achetés avec des amis ou encore des vêtements :

MAXIME, 17 ans. « Ça, c’est un T-shirt que m’a créé un pote pour mon anniversaire cette année et ils ont tous [ndlr les membres de son groupe d'amis] écrit dessus […]. Je le garderai pour que ça reste un souvenir. Ça reste… mouais… c’est à peu près tous les gens que j’aime ici […]. »

25La fonction mnémonique permet de perpétuer et de prolonger la mémoire. Elle ramène dans le même temps l'individu à sa continuité. Les jeunes en itinérance géographique se créent, grâce à des éléments culturels significatifs, des souvenirs pour le futur. Bien que dans le présent, l’idée de la perte ou de l’oubli amène l'individu à se projeter dans un futur. Il se crée des souvenirs. La continuité de l'individu s'inscrit ainsi dans une perspective temporelle mêlant le passé, le présent et l'avenir.

Un rôle affectif et rassurant

26Des éléments culturels significatifs peuvent également jouer un rôle affectif et rassurant :

CLOTILDE [ndlr : elle parle d’une peluche achetée par elle et son grand-père dans son pays d’origine] :

« Ah ouais donc ça c’est mon doudou, c’est un petit lapin […]. J’aime bien parce que quand il est pas là, quand il part à la machine, ça me fait comme s’il me manquait un truc, mais en fait je dors pas avec genre c’est mon doudou comme ça mais il est à côté de moi et puis je sais pas j’aime bien l’avoir. »

27Le côté sécurisant se manifeste aussi quand les objets arrivent suite au déménagement et que le jeune peut à nouveau peupler sa chambre d'objets connus et ainsi s'approprier son environnement domestique. Ces éléments peuvent aussi être retrouvés lorsqu’après les vacances estivales, le jeune rentre chez lui :

CLOTILDE. « … Parce que c’est des trucs [ndlr les meubles] que je vois tous les jours, tous les jours, tous les jours de la vie. Et puis, il y a des trucs qu’il y a ici [ndlr chez elle] qui sont là depuis super longtemps, donc je les connais par cœur et donc, ben si on les enlève, ça fait comme si on m’enlevait un truc.[…]. Par exemple, quand je pars pour un petit voyage, ça me fait rien de les retrouver parce que je les ai quittés une semaine ou trois jours, ça me fait rien du tout. Mais quand on part l’été, on part deux mois, donc quand je reviens je suis toute contente de les retrouver et tout ça. »

28C'est tout à coup l’ensemble de l'espace domestique qui prend une autre dimension. Il est ce lieu connu, dans lequel les habitudes et les routines s'ancrent, où la vie de tous les jours se déroule. Les joies des premières retrouvailles passées, l'espace redevient à nouveau plus routinier alors que d'autres objets, comme la peluche mentionnée par Clotilde, resteront des éléments culturels significatifs. Ainsi, on ne peut comprendre le sens que revêtent des objets culturels qu'en tenant compte de la particularité des instants. S’absenter de chez soi pendant quatre mois donne une autre dimension au lieu que lorsqu’on l’a quitté le matin même. Ces situations mettent bien en évidence la dynamique de l’élaboration de sens et des éléments culturels significatifs nous interrogent sur la permanence de ceux-ci dans le temps.

Maintenir le réseau social

29La continuité de soi de l'individu passe aussi par le maintien du réseau social préexistant au déménagement, qu'il s'agisse d'amis ou de la famille. Ainsi, l'ordinateur (e-mail, réseaux sociaux), ou encore le téléphone mobile, sont souvent cités par les jeunes en itinérance géographique qui mettent en avant l'importance de rester en contact malgré la distance :

ISABELLE, 17 ans. « … et puis il y a aussi beaucoup comme objet tout ce qui est télécommunication, donc les téléphones, internet, tout ça. Parce que ça permet de garder le contact avec les gens qu’on a quittés, avec nos amis […]. C’est vraiment le fait de garder contact en fait. Tous les objets qui permettent de rester en contact avec des gens qu’on a quittés […]. »

30Mais les moyens de communication plus traditionnels, comme les lettres manuscrites ne sont pas en reste. Ainsi, parmi les jeunes que nous avons interviewés certains nous présentent des tas de lettres qu'ils conservent précieusement :

ROSE, 14 ans. « Recevoir un mail, c’est pas pareil que de recevoir une lettre. On envoie des photos, après on fait des jolies petites fleurs, des petites présentations et tout ça, donc on a plaisir à recevoir un mail, c’est sûr à se voir sur MSN, mais quand on reçoit une lettre, c’est justement parce que c’est rare que c’est encore plus un signe d’attention, je trouve. On est encore plus content de recevoir une lettre par quelqu'un : à Noël, aux anniversaires, tout ça. Donc je pense que c’est un gros effort. Moi quand j’écris une lettre ça peut vraiment m’embêter à écrire, sortir un papier, coller un timbre, aller l’acheter parce qu’on a jamais le bon, porter à la poste et puis… Alors bon, c’est vrai que ça prend du temps et faut avoir un peu d’énergie pour le faire, mais finalement je crois que ça vaut le coup parce que ça fait vraiment plaisir. »

31Les jeunes qui utilisent le courrier postal pour communiquer avec des autres significatifs mettent tous en évidence la particularité de ces missives : elles demandent plus de temps, se conservent plus facilement, sont plus personnelles et plus personnalisables. Que ce soit par les ondes, la voie postale ou la voie informatique, ces éléments permettent de maintenir des contacts avec des personnes particulières. En effet, avec le temps seuls quelques contacts sont privilégiés, ceux qui comptent pour l'individu.

Une référence aux lieux physiques géographiques symboliques : un rôle d'amarrage

32Par lieux physiques géographiques symboliques, nous entendons des espaces et des lieux qui occupent une place particulière dans la vie des individus. Le rôle d'amarrage ramène souvent à l'origine, au commencement de la vie. Ils amarrent le jeune dans un territoire, mais aussi dans une lignée. Dans le cadre de l’itinérance géographique, nous avons ainsi pu identifier différents lieux physiques géographiques symboliques : la maison de vacances, le pays d’origine, la ville de naissance, des pays dans lesquels le jeune a vécu précédemment. Les objets significatifs particuliers médiatisent ainsi la relation entre le jeune et des territoires particuliers. C’est par exemple le cas de Louis (17 ans) qui a grandi dans de nombreux pays d’Afrique avant de rentrer en Europe. Il reste très attaché à l’ensemble du continent et nous indique même, de temps à autre, se définir comme étant africain. Les objets qu’il nous présente possèdent tous un lien avec le continent africain :

LOUIS, 17 ans. « Ouais, la croix d’Agadez […] je l’ai trouvée ici à l’arrêt de bus en bas. Je l’ai trouvée sur un poteau. Je me suis dit que c’est à personne donc je vais la ramener, je l’ai nettoyée et puis voilà. Puis maintenant, elle est dans ma chambre […]. Ben ça me rappelle des souvenirs en fait. Elle n’était à personne, personne n’était à l’arrêt du bus, personne n’était là… donc je l’ai trouvée jolie d’abord puis ça me rappelle l’Afrique donc comme je n’en avais pas je me suis dit : « Ben allez, je l’embarque ».

33Cet exemple est intéressant car la croix d’Agadez n’a pas été ramenée d’Afrique, comme l’indique Louis. Néanmoins, elle symbolise pour le jeune homme son lien à l’Afrique. Parmi les autres objets, qui décorent sa chambre : un drapeau du Bénin, pays dans lequel il a vécu, ainsi qu’un balafon, qu’il a appris à jouer dans ce même pays et qui a été créé par son enseignant.

34Les objets culturels significatifs peuvent également renvoyer aux origines du jeune. Ainsi, Robin (17 ans) nous présente d’abord un poster du Mont St-Michel : lieu d’origine de son père où il a passé une grande partie de ses vacances. Par ailleurs, son père et son grand-père pêchaient dans cette région et Robin les a accompagnés quelquefois. Ce poster l’accompagne depuis qu’il est tout petit : il s’agit de son deuxième. Là aussi, c’est le symbole qu’il représente qui a un sens pour Robin (17 ans) et non le support. Il nous présente également une étoile de David qui renvoie aux origines de sa mère et à sa famille qui réside en Israël. Robin ne la connaît que peu, mais il sait qu’une partie importante de sa famille est juive alors que lui-même a été baptisé protestant, tout comme son père, alors que sa mère est une catholique d’Israël. Pourtant, Robin se passionne pour le judaïsme. Il s’est toujours défini comme Français mais depuis peu aussi comme Israélien. Pour lui, ces deux facettes vont ensemble et il aimerait les approfondir. L'étoile de David représente ainsi les origines de la famille de sa mère, mais aussi une recherche identitaire du jeune homme. Certains objets culturels signifiants peuvent ainsi nous renseigner sur des facettes identitaires de l’individu.

En guise de conclusion

35Dans le cadre de ce chapitre, nous avons voulu donner voix à l’espace physique domestique qu’occupe le jeune. Le cas des jeunes en itinérance géographique, parce qu’ils sont amenés à déménager fréquemment, nous offre une porte d’analyse intéressante. Les départs et les arrivées dans un nouveau lieu de résidence mettent en évidence la place et l’importance des éléments culturels pour donner vie à celui-ci. C’est à travers le fait de placer ses meubles, de décorer sa chambre que la famille, peu à peu, s’approprie des lieux inconnus et y fait son chez soi. Il est à noter que, parmi les éléments culturels, certains sont investis d’un sens particulier : ils sont significatifs. Seuls les éléments culturels investis d’une histoire particulière obtiennent ce statut, statut au demeurant éphémère. Nous avons voulu mettre en évidence que ces objets significatifs assumaient une fonction de pérennité en inscrivant l’individu dans une continuité temporelle. Celle-ci participe à la cohérence du jeune en itinérance géographique : malgré les déménagements internationaux, qui impliquent l’idée de changements, de modifications, de nouveautés, certains éléments restent stables et définissent le jeune. Dans cette fonction de pérennité, nous retrouvons une forte dimension temporelle qui articule le passé, le présent et le futur : elle trouve son élaboration dans le passé tout en jouant un rôle majeur dans le présent. Dans le même temps, les outils culturels médiatisent la relation au futur, en étant porteurs de souvenirs pour l’avenir. Chacun des éléments culturels significatifs choisis par les jeunes révèlent leur histoire particulière. Nous y retrouvons ainsi des dimensions sociales (en référence à des personnes), temporelles (en référence à des moments ou temps) et géographiques (en référence à des lieux). Le jeune établit ainsi les éléments qui le constituent sur la durée et qui le définissent. Au fur et à mesure, le jeune se compose un ensemble de références de pérennité sous la forme d’objets significatifs qui contribueront à le définir en fondant son parcours individuel.

36Nous avons également pu mettre en évidence que ces objets significatifs avaient différentes fonctions qui toutes servent à ancrer le jeune dans une continuité : une fonction mnémonique, dont les aspects renvoient au champ sémantique des souvenirs (en lien avec les dimensions sociales, temporelles et géographiques) ; un rôle affectif quand le jeune s’en sert pour se réconforter ; un rôle social quand il permet le maintien des relations ; et enfin, un rôle d’amarrage en exprimant la relation que le jeune entretient avec des espaces géographiques, symboliques, et ses affiliations. Dans le même temps, certains jeunes vont se prémunir contre certains souvenirs en mettant de côté les éléments culturels qui leur remémorent des événements particuliers. C’est ainsi le cas de Louis (17 ans) qui ne veut plus écouter le groupe Louise Attaque dont les chansons le renvoient immanquablement à des moments auxquels il ne souhaite plus penser. Une situation qui pousse à aborder le sujet sous un autre angle : quand l’individu décide-t-il consciemment de se débarrasser ou de se prémunir de certains éléments culturels significatifs et dans quels buts ? Une autre piste de réflexion serait d’étudier le passage, pour un élément culturel, du statut de significatif à celui de non significatif. Inversement, nous pouvons nous questionner sur ce qui fait que tout à coup un élément culturel, alors même qu’il pouvait être présent depuis longtemps dans l’espace physique, devient significatif. Dans tous les cas, il nous semble que la dynamique des éléments culturels significatifs ne peut se passer d’un questionnement plus large sur la façon dont ces éléments rentrent dans la composition identitaire de la personne.

Haut de page

Bibliographie

Camilleri, Carmel, 1979. Identité et changements sociaux. In : Tap, Pierre (dir.), Identités collectives et changements sociaux. Toulouse : Privat, p. 331-342.

Cannard, Christine, 2010. Le développement de l’adolescent. L’adolescent à la recherche de son identité. Bruxelles : De Boeck.

Gyger Gaspoz, Deniz, 2012a. Accompagner l’adolescent qui change d’établissement scolaire : quelques pistes de réflexion. In : Curchod, Pierre & Doudin, Pierre-André & Lafortune, Louise (dir.), Accompagner les transitions du préscolaire à l’université. Québec : PUQ, p. 283-301.

Gyger Gaspoz, Deniz, 2012b. Grandir à l’international : des enfants interculturels à découvrir. Prismes. Lausanne, vol. 16, p. 22-23.

Gyger Gaspoz, Deniz, 2013. Une jeunesse au souffle de la mobilité internationale et répétée. Etude exploratoire et descriptive de l’impact de l’itinérance géographique sur le développement à l’adolescence. Thèse de doctorat en sciences humaines et sociales. Manuscrit non publié. Neuchâtel : Université de Neuchâtel.

Habermas, Tilmann, 1999. Geliebte Objekte : Symbole und Instrumente der Identitätsbildung. Frankfurt am Main : Shurkamp.

Kroger, Jane, 2007. Identity development. Adolescence through adulthood. Thousand Oaks, London, New Delhi : Sage publications.

L’Ecuyer, René, 1994. Le développement du concept de soi de l’enfance à la vieillesse. Montréal : Presse de l’Université de Montréal.

Tap, Pierre, 1986. Identités collectives et changements sociaux. Colloque international. Toulouse : Privat.

Tisseron, Serge, 1999. Comment l'esprit vient aux objets. Paris : Editions Aubier.

Tourmen, Claire, 2011. Une introduction à la psychologie culturelle suivie de la lecture d’un ouvrage de Jaan Valsiner. Travail et Apprentissage. Dijon, vol. 8, p. 94-122.

Valsiner, Jaan, 2007. Culture in minds and societies. Foundations of cultural psychology. New Delhi : Sage.

Van Gennep, Arnold, 1994. Les rites de passage : étude systématique des rites. Paris : A. et J. Picard.

Vygotsky, Lev, 1978. Mind in Society : the development of higher psychological processes. Cambridge : Harvard University Press.

Vygotsky, Lev, 1985. Pensée et langage. Paris : Editions sociales.

Zavalloni, Marisa & Louis-Guérin, Christiane, 1984. Identité sociale et conscience : introduction à l’égo-écologie. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.

Zittoun, Tania, 2008. La musique pour changer la vie. Usages de connaissances, dynamiques de reconnaissance. Education et sociétés. Bruxelles, vol. 22 (2), p. 43-55.

Zittoun, Tania, 2012. Psychologie des transitions : des ruptures aux ressources. In : Curchod, Pierre & Doudin, Pierre-André & Lafortune, Louise (dir.). Accompagner les transitions du préscolaire à l’université Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 263-279.

Zittoun, Tania & Grossen, Michel, 2011. Cultural elements as mean of constructing the continuity of the self across various sphere of experience. In : César, Margarida & Ligorio, Beatrice (dir.), The interplays between learning and dialogical self. Charlotte : InfoAge, p. 1-29.

Haut de page

Notes

1 Précisons que dans le cadre de notre échantillon tous les jeunes disposaient d'une chambre individuelle.

2 Nesrine est d'ailleurs celle qui montrera le plus de réticence lors des deux entretiens. Ainsi, même lorsque nous lui avons proposé de prendre quelques minutes pour réfléchir aux objets qui ont un sens particulier pour elle, elle a dit ne rien voir à part sa famille. C'est aussi la jeune qui a rencontré le plus de difficultés lors de sa dernière itinérance. Notons que ses parents étaient fréquemment présents dans le salon où se déroulait l'entretien, inquiets à l'idée que l'entretien puisse mal se dérouler. Cette situation nous interroge : existe-t-il des situations dans lesquelles il n'y aurait, pour un individu, aucun objet significatif? Et que peut nous apprendre cette absence d'objet significatif ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deniz Gyger Gaspoz, « Donner voix à l’espace physique : lorsque la chambre perpétue et écrit l’histoire de l’adolescent au travers d’objets significatifs. Le cas des jeunes en itinérance géographique », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/1265 ; DOI : 10.4000/strenae.1265

Haut de page

Auteur

Deniz Gyger Gaspoz

Haute école pédagogique Vaud, Lausanne ; UER Développement de l’enfant à l’adulte.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org