Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Chambre claire et camera obscura : identité sociale et espace mental dans le roman français contemporain pour adolescents

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Laurent Bazin

Résumé

La chambre occupe un statut privilégié dans le corpus d’ouvrages pour la jeunesse dont elle cristallise d’autant mieux les représentations qu’elle est intrinsèquement liée à la problématique du sujet pour qui elle représente tout à la fois un cadre de vie et un refuge d’imaginaire. L’objet de cette présentation sera de dresser un état des lieux des représentations de la chambre dans le roman français contemporain pour adolescents, en montrant comment cet espace ambigu, entre observation et imagination, constitue une sorte de photographie en temps réel des tendances de la société française tout autant qu’une camera obscura où se révèle un peu de l’inconscient collectif des jeunes générations.

Haut de page

Texte intégral

Temporalité de transition, espace d’écartèlement

1Le roman pour adolescents constitue un objet d’étude aussi légitime qu’incontournable : d’abord parce que c’est une réalité économique qui structure en profondeur l’activité éditoriale à l’échelle planétaire (pour mémoire le nombre de titres publiés chaque année en littérature de jeunesse équivaut peu ou prou à celui des titres en littérature générale, et la quantité de volumes vendus dans le monde pour certains best-sellers excède très largement la grande majorité des titres en littérature pour adultes) ; ensuite parce que cette présence croissante dans les pratiques de lecture constitue un formidable révélateur des attentes, donc des représentations de tels publics. C’est cet aspect qui retiendra ici notre attention, considérant que les productions contemporaines déploient des corpus représentatifs non seulement de tendances de société, mais aussi de l’imaginaire de la jeunesse d’aujourd’hui autant que des auteurs qui y contribuent. Il est donc intéressant à ce titre de s’interroger sur la place que la chambre occupe dans ce type de littérature, compte tenu du rôle important, voire décisif, que ce motif tient dans la vie des adolescents.

2L’adolescence, on le sait, correspond à une période très spécifique dans l’évolution d’un individu. À mi-chemin entre deux temporalités existentielles puissamment déterminées, la période adolescente constitue une phase de transition éminemment paradoxale : écartelée entre la tentation de prolonger l’enfance et l’attraction de l’âge adulte, c’est un moment de tension entre ludisme et responsabilisation, entre besoin de refuge et envie de révolte, entre imaginaire et principe de réalité. La chambre occupe une place privilégiée dans ce processus : intrinsèquement liée à la problématique du sujet depuis son enfance, elle accompagne sa maturation en en cristallisant les temps forts autant que les contradictions. Or ce rapport évolue de façon significative au moment de l’adolescence : d’un côté la chambre perpétue le cadre de vie où le jeune a grandi jusque là, faisant ainsi le lien avec cette enfance dont il se sent encore dépositaire ; de l’autre elle marque au même moment un temps de rupture dans la mesure où l’espace cesse d’être un donné légué par des parents qui l’ont façonné en lieu et place de l’enfant d’autrefois. L’adolescent prend possession de sa chambre, se l’approprie et la façonne à son image, notamment en termes de décoration, de style et d’atmosphère. Il s’y affirme et s’y affiche : en projetant sa personnalité sur les murs au travers des affiches, photos et autres posters, il oppose à son environnement familial un univers différent, marqué par la revendication de goûts propres, le choix de nouvelles figures modélisantes et l’adhésion à des communautés d’appartenance générationnelle.

3Comment la littérature dédiée aux 12-18 ans rend-elle compte de ce phénomène ? Va-t-elle faire l’impasse sur toute dimension descriptive dans un souci de privilégier l’aventure, l’évasion et l’imaginaire ? Valoriser les pensées de ses personnages en minorant les détails de leur environnement au profit de leurs états d’âme ? Ou bien coller au plus près de la réalité de l’environnement des jeunes dans un souci mimétique de représentation du monde contemporain ? Pour répondre à ces questions on s’efforcera ici de dresser un panorama de l’édition française des dix dernières années pour voir ce qu’elle nous dit des adolescents d’aujourd’hui. Rappelons d’abord que, à la différence de son homologue américaine plus volontiers spécialisée dans les tendances du moment (fantasy, bit lit ou dystopies), la littérature de jeunesse de langue française se caractérise par une grande variété de genres, couvrant bien sûr les catégories dominantes à l’échelle planétaire mais aussi des formes variées plus en prise avec le quotidien de leur lectorat (roman noir, roman sentimental ou encore roman de vie). Cette approche diversifiée ne nuit pas à son audience : bien relayée par les prescripteurs éducatifs et s’appuyant sur un réseau de diffusion de plus en plus professionnalisé, ce type de littérature fait l’objet d’une réception réelle dont témoignent en amont des chiffres de vente très positifs et en aval les commentaires favorables, voire très élogieux, qui en sont proposés sur les réseaux sociaux.

Arrêt sur image : petite psycho-sociologie du contemporain

4À ce titre, il peut être intéressant de se pencher sur le cas des romans de type réaliste, en particulier le récit de vie ou le roman dit « de jeune fille ». Leur importance est en effet réelle et ce à deux égards : d’abord parce que de tels romans peuvent faire l’objet d’un véritable engouement auprès d’un lectorat sensible à la proximité de ces univers avec leur propre quotidien ; ensuite parce que certaines de ces œuvres, portées par des éditeurs militants dans un souci d’aborder sans fard les questions de société, sont fréquemment soutenues, voire exploitées, en contexte éducatif. Construits autour d’un travail de recréation réaliste, ces récits sont particulièrement représentatifs dans la mesure où ils accordent à la chambre une place significative, et même souvent décisive, à la mesure du rôle structurant que cet espace occupe dans le développement de l’individu. Ainsi, par exemple, le second tome de la série Ligne 15 s’ouvre sur une description de chambre qui accorde une valeur d’autant plus importante au motif que l’incipit en fait tout à la fois un statut de point d’entrée dans la diégèse, de déclencheur narratif de l’intrigue et de seuil d’accès symbolique aux différentes dimensions du roman :

« Visite de ma chambre. Pour commencer, on ne voit pas le papier peint. Les murs sont recouverts de posters. J’affiche les portraits de mes chanteuses et chanteurs préférés. Il y a aussi des actrices et des acteurs. Des publicités pour les parfums. C’est plein de visages très beaux qui ne me regardent pas. Bien entendu il n’y a pas que ca, dans ma chambre. Loin de là. C’est un foutoir pas possible […] : un lit de gamine à une seule place parce qu’ici c’est trop petit ; […] une housse bleue délavée avec des fleurettes minables imprimées dessus (et) c’est trop la honte de faire venir les filles ; […] une table de nuit pleine de bazar […], une commode avec des autocollants que j’ai collés quand j’étais petite et qu’on n’arrive plus à enlever ; un ordi parce que tout le monde en a un et que de nos jours sans ordi tu meurs ; une table basse où se trouve mon lecteur de CD et une tour avec mes disques (parce qu’) écouter de la musique me fait rêver. » (Hinckel 2011 p. 3-5)

5Une telle entame recouvre à elle seule l’ensemble des composantes caractéristiques du motif dans le corpus considéré. On peut y voir simultanément, d’abord un arrêt sur image sur le décor représentatif de l’habitat adolescent à l’orée du XXIe siècle (en termes de contenus, les affiches de vedettes au mur et les nouvelles technologies ; en termes d’organisation, un désordre permanent) ; ensuite une mise en scène des modalités de fonctionnement de l’adolescence (un pied dans une enfance qui s’accroche, à l’instar des stickers collés qu’on ne peut plus enlever, l’autre dans la conscience croissante du regard des pairs que traduit ici la honte d’inviter les copines) ; également la caractérisation d’un univers spécifique (ici la dimension étriquée d’un milieu qu’on devine populaire) et d’un personnage particulier (renfermée, solitaire et romantique) ; enfin et simultanément, une dimension plus latente avec la référence à la tour, qui constitue à la fois un point d’ancrage réaliste (le meuble dans lequel on range les compact discs) et un motif symbolique (la tour des contes de fée) qui fait de l’héroïne une princesse en puissance. Cette dimension multiple - à la fois sociologique, psychologique et fantasmatique - se retrouve dans l’ensemble du corpus qui décline ces différentes lignes de force au point d’en faire une sorte de passage obligé. On rencontre ainsi un univers presque identique au début de Accrocs, où se retrouve une tension similaire entre les préoccupations de l’ado et les reliquats de l’enfance :

« J’ai la chambre classique d’un ado de 17 ans : un lit, un ordi, une console, le tout consciencieusement entouré d’un bordel généralisé. (Et puis une) peluche verte aussi grosse qu’un chat, perchée au dessus de mon bureau, […] comme si j’avais gardé un pied dans l’enfance. » (Abier 2009, p. 4).

6Remarquons au passage que l’évocation des lieux proprement dits reste souvent extrêmement sommaire, laissant de côté les descriptions détaillées pour leur préférer des listes concises dont la valeur est plus socio-psychologique que picturale : « des livres, des cahiers, des jeux, une guitare » dans Condamnée à écrire (Baussier 2012, p. 5) ; ou encore « Ma chambre : les posters, le pot à crayons, les peluches, les photos », pour Dans sa peau (Broyart 2008, p. 4). L’enjeu est moins de coller aux apparences que de mettre à jour les motivations des personnages : moins de photographier le réel que de rendre compte d’un mode de vie ou d’une façon de penser, de symboliser des certitudes ou des interrogations, bref de suggérer des états d’âme. Cette dimension phénoménologique de la chambre, présentée comme extension de la subjectivité, est particulièrement mise en valeur par l’incipit de Des-accords, qui commence à la façon d’un fondu d’ouverture au cinéma : « Une flaque de lumière sur le parquet, à l’orée du tapis. Le jean écroulé près de la chaise, les baskets renversées. Martin, peu à peu, recompose le décor de sa chambre » (Friot 2009, p. 5). Perçu à travers le regard d’une conscience qui s’éveille, l’espace est ici le prolongement direct de la psyché : un lieu chargé de cristalliser sensations et pulsions, à la façon d’un langage codé appelé à mettre en signes ce que l’adolescent ressent au dedans de lui sans toujours trouver les mots pour le dire.

États des lieux, états d’âme

7Aussi ne s’étonnera-t-on pas que les figures dominantes de ces romans tournent autour de ce qu’on pourrait appeler la difficulté d’être au monde, si caractéristique du mal-être adolescent et qui se décline ici autour de thématiques complémentaires : le refuge, le désordre, ou encore l’enfermement. Le premier thème du refuge est omniprésent, pour ne pas dire obsessionnel, véhiculant l’idée que la chambre est une enclave à part dans l’environnement familial, où elle joue un rôle de tour d’ivoire chargée de protéger le sujet contre les vicissitudes du réel. C’est ce que constatent les parents du héros éponyme de Alexis Alexia, lesquels s’interrogent « sur son besoin forcené de solitude, cette manie qu’il a de rentrer en lui-même, de s’enfermer dans sa chambre des heures entières, un casque sur les oreilles, les yeux clos » (Halley 2004, p. 24). Cette surenchère de protection est tout particulièrement exemplifiée dans les romans organisés à la façon de journaux intimes, avec une métaphore filée installant tout au long du récit l’idée que le journal, comme la chambre, sont des espaces privés interdits à toute intrusion extérieure. C’est le cas, par exemple, dans le Journal d’Aurore autour du leitmotiv ambivalent « défense d’entrer » (Desplechin 2006), ou encore dans Le Carnet de Théo avec un raccourci éminemment significatif : « Ma chambre. Ma bulle » (Canone 2011, p. 25). Cette fonction symbolique peut prendre à l’occasion une dimension plus humoristique et/ou ludique, comme dans Comment (bien) rater ses vacances : « C’est une chambre rien qu’à moi, tapissée de papier journal et de boîtes à œufs en carton pour l’isoler du bruit à l’époque où j’apprenais la guitare électrique » (Percin 2010, p. 7). Mais elle traduit plus fréquemment un sentiment de profond malaise et le besoin de refermer sur soi les murs de sa chambrette pour mieux s’isoler d’un monde perçu comme hostile ; ainsi dans le roman J’ai 14 ans et je suis détestable : « Voilà le bilan. Ambiance nulle au lycée et encore pire à la maison. Il ne me reste qu’un seul refuge : ma chambre. » (Gudule 2010, p. 19)

8On s’arrêtera plus longuement sur ce roman précis qui met clairement en évidence le second aspect caractéristique de la chambre dans la représentation qu’en donnent les textes du corpus, à savoir la dimension de désordre qui semble en être, bien plus qu’un aspect conjoncturel, un état structurel, voire un principe structurant. Dans le texte de Gudule en effet, le déclencheur narratif est une altercation de l’héroïne avec sa mère qui stigmatise avec virulence ce qu’elle appelle « une auge à cochons » (idem, p. 23). La réaction de l’ado est doublement révélatrice : d’abord dans la revendication d’un désordre présenté comme une modalité de l’envie de révolte – « On s’évade comme on peut, non ? » (idem, p. 23) – , ensuite dans le désarroi qu’inspire à l’héroïne l’espace lorsqu’il est rangé en son absence par ses parents : « Je me demande comment survivre ici, dans cette pièce qui ne me ressemble pas. Dans ce lieu qui n’est pas mon territoire... » (idem, p. 33) Ce statut d’espace territorial avec ses frontières, ses zones de démarcation et ses logiques internes nous semble fondamental : il montre que, dans tous ces récits, la chambre et le désordre qui l’accompagne occupent une fonction symbolique chargée d’incarner dans les coordonnées du réel la spécificité irréfragable d’un sujet qui se vit comme étranger dans son propre univers. C’est pourquoi, dans Condamnée à écrire, l’héroïne ne peut se reconnaître dans la chambre laissée inoccupée par son frère : « régulièrement dépoussiérée par la femme de chambre. Une chambre toujours fermée, qui sentait le trop-propre-pour-être-vrai » (Baussier 2012, p. 7). Si l’ordre est l’apanage du monde adulte dont il cristallise l’organisation sociale, alors le désordre et la saleté seront les lieux par excellence du refus de l’adolescent de s’inscrire trop vite dans des règles trop figées.

9C’est ce que revendique notamment l’héroïne de Sa seigneurie, assimilant sa chambre à un espace naturel où n’ont plus cours les lois de la civilisation : « Je ris de bonheur le soir dans mon lit parce qu’ils ignorent que, dès que je mets le pied dans ma chambre, j’enfile un jean sale et une vieille chemise déchirée » (Cassim 2001, p. 11). C’est également ce que suggère, en jouant sur les mots, le roman 16 ans et des poussières, dont le personnage refuse la chronologie des adultes autant que leur mode de fonctionnement obnubilé par l’ordre et la propreté : « mon réveil est éteint ; c’est un bibelot comme les autres au milieu du fouillis de ma chambre. Enzo pense qu’on aime vivre dans le désordre pour masquer le vide de la vie » (Disdero 2009, p. 8). L’association proposée est éclairante dans la mesure où elle propose une tentative d’interprétation du désordre auquel est attribué une fonction existentielle, pour ne pas dire métaphysique, à savoir faire pièce au vide ontologique que pressent l’adolescent au moment où vacillent ses certitudes d’enfant. Rejetant l’univers tranquille et transparent de l’enfance, le jeune en devenir éprouve la vacuité d’un monde dont il cherche vainement la signification, cristallisant dans la désorganisation de sa chambre son mal être existentiel :

« Ma chambre ressemblait à une expo de chats bleus sur fond bleu : je n’avais gardé que ma collection de matous avant de bazarder tous les posters. A l’origine les murs étaient roses, mais je les avais couverts de bleu nuit presque noir quand Martin était parti. [...] J’avais jeté aussi mes doudous dans la cave, direction le cimetière des objets dépassés. Comme ça, ma chambre était mieux assortie au vide sidéral de l’appartement. » (Baussier 2012, p. 7)

10On voit ainsi apparaître une dimension fondamentale de l’espace, qui est de concrétiser le sentiment d’incompréhension ressenti par les personnages dans un environnement qui leur échappe et qu’ils perçoivent sur le mode de la claustration. Ainsi, dans Je renaîtrai de vos cendres :

« Ma chambre est sous le toit, et je ne tiens pas debout partout. J’ai glissé mon lit sous la soupente, juste en dessous du velux qui ouvre sur un carré de ciel. C’est surtout beau la nuit, mais le reste du temps faut pas être claustro ! » (Brami 2012, p. 9).

11Le même phénomène se retrouve dans le roman au titre emblématique, Un petit bout d’enfer :

« Je marche dans ma chambre. Quatre pas pour aller du lit à la fenêtre, trois pas pour toucher la commode, deux pour atteindre l’armoire, deux pour toucher la porte et je recommence. [...] La grisaille entoure tout. Enrobe la pièce d’une lumière glauque » (Corenblit 2009, p. 7).

12Métaphore de la réclusion et de la solitude, l’enfermement peut même aller jusqu’à préfigurer l’enfer dans certains romans dédiés aux situations exceptionnelles du foyer ou de l’hôpital psychiatrique, cas particuliers sans doute mais qui mettent en pleine lumière l’analogie qui se tisse parfois entre la chambre et la cellule (Cuvelier 2007).

Dialectique du réel et de l’imaginaire

13Reste à savoir si les caractéristiques observées dans les œuvres de type réaliste se retrouvent également au sein des littératures de l’imaginaire, ou si celles-ci déclinent des espaces de nature et fonctions distinctes. On pourrait en effet penser que la chambre dans ce second type de corpus n’occupe pas un rôle aussi prépondérant que dans les romans de vie, ce genre de récits tendant à privilégier l’étrangeté de l’ailleurs et les ressorts de l’aventure (partant, à minorer la place de la fonction descriptive). Moins souvent mentionnées, les chambres prennent d’ailleurs fréquemment la dimension collective du dortoir, à savoir d’un espace partagé caractéristique des communautés aux allures de confréries et autres fraternités qui organisent la fantasy contemporaine (Mourlevat 2006, Payet 2007 ou encore Grevet 2008). Mais on trouve aussi de nombreux romans qui commencent dans notre monde avant de basculer dans l’inconnu des univers parallèles et, en ce cas, on retrouve quasiment à l’identique les composantes caractéristiques des chambres « réalistes » : ainsi le « fouillis de vêtements amoncelés sur la couette » du roman de science-fiction Alter Jeremy (Heliot 2005, p. 20), ou encore le « bazar ambiant » d’une chambre composée d’un « lit défait », de « vêtements entassés » et « de livres et de cahiers déposés à même le sol » dans le roman fantastique La quête des livres-mondes (Rozenfeld 2008, p. 13).

14On voit alors que l’évasion dans l’imaginaire n’est pas incompatible avec l’observation réaliste, et que la plongée dans l’ailleurs peut parfaitement rejoindre l’analyse socio-psychologique à laquelle elle offre un cadre non moins révélateur des incertitudes de la psyché adolescente. On prendra notamment pour exemple la trilogie Autre monde de Maxime Chattam, dont le héros est partagé entre son attirance pour les technologies dernier cri et sa fascination pour les univers de fantasy qui décorent sa chambre où « toute la communauté de l’anneau figurait en bonne place face à son lit » (Chattam 2008, p. 26). Mise en scène de l’envie d’ailleurs et du besoin d’imaginaire, mais aussi espace représentatif de la permanence du principe de réalité, le lieu cristallise ainsi l’écartèlement du personnage entre deux facettes constitutives de lui-même :

« Le jeune garçon se laissa tomber sur son lit et observa son environnement. Tout ça était nouveau pour lui, le mélange entre le Matt qui aimait rêver à des mondes fantastiques et le Matt réaliste qui avait soudain émergé cet été. […] Aujourd’hui ces deux mondes se mélangeaient, se heurtaient parfois. Celui des jeux, des figurines qu’il appréciait tant, et celui du jeune homme en devenir. Il s’interrogeait sur la conduite à tenir : devait-il sacrifier ses conduites juvéniles au nom de l’âge mûr ? » (Idem : 27-28)

15Second exemple de cette tension qui caractérise l’espace des romans de l’imaginaire, l’univers de science-fiction où se meuvent les adolescents de Projet Oxatan. Placés sous la direction d’un adulte chargé de leur éducation, les personnages habitent un bâtiment qui leur tient lieu de refuge idéal et carcéral tout à la fois : dessinée à la façon des architectures utopiques du Corbusier, la maison n’en reste pas moins nommée « le bunker ». Dans cet espace profondément ambigu, pour ne pas dire contradictoire, les ados s’approprient les chambres qu’ils revisitent à l’aune de leurs aspirations tout autant que de leurs clivages. Emblématique à cet égard est la pièce occupée par Phyllis, jeune fille aussi avide de connaissances que tourmentée dans sa vie affective. L’espace se fait alors l’incarnation du rêve autant que du désordre intérieur :

« A l’intérieur, c’était un bazar comme vous ne pouvez même pas imaginer. Y avait des piles de bouquins rapportés de la bibliothèque. Y avait des trucs accrochés aux murs, des oiseaux en papier, des guirlandes, des pendentifs étranges. Y avait des étagères branlantes avec des cailloux posés dessus, et une mâchoire de bébé alligator, et une peau de serpent, et des albums ouverts avec des feuilles séchées. Y avait des photos de stars d’il y a cinq siècles (de cinéma, comme on disait à l’époque), avec des gros nez par dessus, dessinés au feutre noir. Y avait des décorations en fil de fer, comme des petites maisons, ou des labyrinthes. Sans compter les bocaux, des tas de bocaux avec des araignées à l’intérieur, et des pierres, et des plantes. Et les araignées agitaient leurs pattes toutes maigres derrière le verre poli » (Colin 2002, p. 81).

16La chambre est ici un lieu étrange et éminemment paradoxal, à mi-chemin entre un cabinet d’anthropologue, étudiant les interactions dialectiques entre nature et culture, et l’espace délirant d’une psyché éclatée entre plusieurs modèles antagonistes parmi lesquels le savoir, la fiction et la folie. Sa signification s’éclairera au terme du récit : les adolescents découvriront en effet leur nature de clones venus au monde par procréation artificielle, et l’on comprendra alors a posteriori que la chambre, véritable projection de la vie intérieure, rejoue ici la grande angoisse des jeunes confrontés au mystère des origines, à la fragilité de l’ontologie et aux méandres de la psyché.

Chambre claire et camera obscura

17Ainsi, et quels qu’en soient les genres et les formes, la littérature dédiée aux adolescents se caractérise par son souci de toucher son public cible en lui offrant des repères et des rêves, des points d’ancrage et des portes d’évasion. Accompagnant le développement du jeune dont elle rythme par ses intrigues et ses décors les phases constitutives de son évolution, elle accorde entre autres figures représentatives une fonction prépondérante à la chambre, considérée comme passage obligé de la construction de soi. Ce passage quasi-rituel fait du motif un espace résolument ambigu, qui propose une illustration crédible du réel tout en esquissant les contours d’une subjectivité. La chambre est ainsi l’endroit où l’adolescent se ressource autant qu’il se construit, où il se réfugie, mais aussi où il se cherche et parfois même se perd – en somme un cadre où il prend ses distances d’avec le monde auquel il oppose ses propres représentations. C’est donc simultanément un lieu matériel et un espace mental, bureau d’étude mais aussi théâtre des émotions ; bref un dispositif dramaturgique où le sujet se met lui-même en scène, un pied dans le réel et l’autre dans le jardin secret de ses aspirations. Alternant observation et imagination, conjuguant une visée mimétique qui favorise l’identification au quotidien du lecteur et un travail de symbolisation sensible aux enjeux psychologiques, voire fantasmatiques, de la relation au monde, une telle littérature nous propose dans le même élan une chambre claire qui photographie en temps réel quelques-unes des tendances de la société française contemporaine, ainsi qu’une camera obscura où se révèle un peu de l’inconscient collectif des jeunes générations à l’orée du troisième millénaire.

Haut de page

Bibliographie

Abier, Gilles, 2009. Accrocs. Paris : Actes Sud Junior.

Baussier, Sylvie, 2012. Condamnée à écrire. Paris : Oskar.

Brami, Elizabeth, 2012. Je renaîtrai de vos cendres. Paris : Flammarion Jeunesse.

Broyart, Benoît, 2008. Dans sa peau. Paris : Éditions Thierry Magnier.

Canone, Eléonore, 2011. Le Carnet de Théo. Paris : Rageot.

Cassim, Shaïne, 2001. Sa seigneurie. Paris : Flammarion - Tribal.

Chattam, Maxime, 2008. Autre monde. Paris : Albin Michel.

Colin, Fabrice, 2002. Projet Oxatan. Paris : Mango Jeunesse.

Corenblit, Rachel, 2009. Un petit bout d’enfer. Arles : éditions du Rouergue, DoAdo Noir.

Cuvelier, Mélanie, 2007. Les Mots ça m’est égal. Paris : Sarbacane.

Desplechin, Marie, 2006. Jamais contente – Le Journal d’Aurore. Paris : L’école des loisirs – Medium.

Friot, Bernard, 2009. Des-accords. Paris : Milan.

Disdero, Mireille, 2009. 16 ans et des poussières. Paris : Seuil Jeunesse.

Grevet, Yves, 2008. Meto. Paris : Syros.

Gudule, 2000. J’ai 14 ans et je suis détestable. Paris : Flammarion – Tribal.

Halley, Achmy, 2004. Alexis Alexia. Paris : Livre de Poche Jeunesse.

Heliot, Johan, 2005. Alter Jeremy. Paris : Mango Jeunesse.

Hinckel, Florence, 2011. Plus belle tu meurs. Paris : Editions Talents Hauts.

Mourlevat, Jean-Claude, 2006. Le combat d’hiver. Paris : Gallimard Jeunesse.

Payet, Jean-Michel, 2007. Aerkaos. Paris : Éditions du Panama.

Percin, Anne, 2010. Comment (bien) rater ses vacances. Arles : Éditions du Rouergue, DoAdo.

Rozenfeld, Carina, 2008. La quête des livres-mondes – Le Livre des âmes. Paris : Intervista.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bazin, « Chambre claire et camera obscura : identité sociale et espace mental dans le roman français contemporain pour adolescents », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/1258 ; DOI : 10.4000/strenae.1258

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org