Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Quand la chambre fait école. Images et usages pédagogiques de la chambre d’enfant

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Annie Renonciat

Résumé

Cette étude s’attache aux représentations de la chambre d’enfant dans différents supports scolaires, depuis les années 1880 jusqu’aux années 1950. Les documents interrogés, qui proviennent des fonds du musée national de l’Éducation, sont des livres de lecture et de français, des imagiers, des planches murales. En explorant également les cahiers d’écoliers, on souhaite confronter ces représentations figurées, réalisées par des adultes, aux propos des enfants. Dès la fin du XIXe siècle en effet, la description de la chambre est devenue un sujet de rédaction proposé aux élèves.

L’historiographie de la chambre d’enfant trouve dans ces supports scolaires des sources qu’il ne faut pas créditer d’une valeur documentaire. Ce sont des représentations que nous analyserons : à la fois des objets artistiques, qui appellent une étude tant sémiologique que symbolique, qui sera conduite à partir des motifs récurrents dans ces images (Panofsky 1969, Schapiro 1973), mais également des constructions mentales, individuelles et/ou sociales (Jodelet 1984). Ces données sont interprétées au regard des finalités et des spécificités de leur support, qui commandent des représentations différentes de la chambre d’enfant. Tous ces facteurs génèrent une imagerie, tantôt conventionnelle, héritière de traditions, tantôt inédite, liée à la nouveauté des outils et des méthodes. En la confrontant aux représentations de la littérature de jeunesse, on en précisera les spécificités, liées aux usages scolaires, et les traits communs, propres à une même époque.

Haut de page

Texte intégral

1Les études sur l'architecture domestique lient les premières apparitions d'un espace pour l'enfant à l'évolution du mode de vie familial à partir du milieu du XVIIIe siècle. Ce lieu naît en Europe du nord, au sein des classes montantes – industrielles, libérales et commerçantes – qui réorganisent leur espace à la faveur du bouleversement engendré dans l'habitat par la révolution industrielle, inscrivant leurs modes de vie dans de nouvelles formes architecturales. La culture bourgeoise célèbre les attraits de la vie domestique et dessine dans ses demeures une ligne de démarcation entre les pièces de réception et les lieux privés, qui abritent une vie de famille soucieuse d'intimité et de confort (Eleb-Vidal et Debarre-Blanchard 1989). Le sentiment conjugal et maternel s'y développe, et l'enfant, qu'on envoie moins souvent en nourrice, fait l'objet de soins accrus. Un souci éducatif tend à l’éloigner de la sphère sociale du salon ou de l'espace intime de la chambre conjugale, comme à l'isoler des chambres de service. En France, ces évolutions s’effectuent lentement et d’abord de façon sporadique au cours du XIXe siècle, et c’est assez tardivement, à partir des années 1870, que les plans des architectes commencent à désigner explicitement l’emplacement de la chambre d’enfant, au demeurant souvent défavorisé (Perrinjaquet 1979). Ce phénomène concerne en premier lieu l’habitat urbain ; il est lié à l’essor de l’appartement de type haussmannien, à Paris et dans les grandes villes, et concerne plutôt la bourgeoisie moyenne, moins contrainte que la grande bourgeoisie et l’aristocratie par les besoins de représentation sociale qui les conduisent à sacrifier l’intimité aux pièces de réception. Cependant, l’habitat populaire urbain évolue aussi en ce sens : les réalisations – certes expérimentales – de la cité patronale de Mulhouse (1853-1870), du familistère de Guise (1859-1870) et de La maison des enfants, cité-modèle construite dans un quartier populaire parisien en 1905 pour les familles nombreuses, affectent, dans un souci de morale et d'hygiène, une chambre aux parents et deux chambres aux enfants afin de séparer les sexes (Perrot, Eleb-Vidal et Debarre-Blanchard et Guerrand 1987).

  • 1 Voir dans ce même numéro Michel Manson, « La chambre d’enfant dans la littérature de jeunesse : rep (...)

2Ainsi que le montre Michel Manson dans ce même colloque1, les évocations littéraires et iconographiques de chambres d’enfants, qui apparaissent très tôt dans l’édition de loisirs pour la jeunesse, témoignent de l’émergence de cet espace dans une partie de la société française, avant même qu’il ne constitue un phénomène social large et significatif. La chambre d’enfant est évoquée par Berquin dès les années 1780, citée aussi par des auteurs romantiques, et mise en scène de façon plus précise par la comtesse de Ségur et quelques auteurs du Second Empire. Ces textes et images reflètent également la façon dont la chambre d’enfant était alors conçue par ces auteurs et présentée aux destinataires de ces ouvrages : claire, gaie, confortable.

3Je me suis intéressée, pour ma part, aux représentations iconographiques et textuelles de la chambre d’enfant diffusées en milieu scolaire. Dans la période considérée, l’usage d’attribuer une chambre à l’enfant n’est pas encore généralisé, comme ce sera le cas après la Seconde Guerre mondiale. Et dans la mesure où l’école primaire de la IIIe République se donne pour objectif d’instruire les enfants du « peuple », avec la conscience que ces destinataires requièrent des méthodes et des contenus d’enseignement appropriés, on peut se demander dans quelle mesure les supports d’enseignement prennent en compte ce bien nouveau de la jeunesse qu’est la chambre d’enfant et sous quels angles ils le présentent : espace acquis ou à conquérir, bien légitime ou privilège, terrain de jeu ou de travail, de réflexion ou de punition, de rêve ou de méditation, de réclusion ou d’accomplissement, de bonheur ou de solitude, etc. ? L’enquête a été menée dans les fonds du musée national de l’Éducation à Rouen, à travers des imagiers pour les tout petits, des manuels d’apprentissage de la lecture et des planches murales didactiques, supports publiés entre les années 1880, date à laquelle l’illustration s’y généralise, et la Seconde Guerre mondiale. J’ai privilégié l’exploration de ce type de documents en partant du constat que, dans le cadre de la pédagogie concrète et visuelle prônée par la IIIe République, notamment pour les apprentissages fondamentaux, ce sont ces outils destinés aux plus jeunes qui offrent le plus d’images de leur environnement quotidien, les méthodes d’enseignement s’appuyant alors sur un principe de familiarité.

4Cependant, l’historiographie de la chambre d’enfant trouve dans ces supports scolaires des sources qu’il ne faut pas créditer d’une valeur de témoignage ou de document. Les images y relèvent en effet d’autres logiques que celle de la mimesis. Ce sont des représentations que nous analyserons, qui témoignent moins d’une époque que des regards d’une époque sur la chambre d’enfant : à la fois des œuvres visuelles, qui appellent différents types d’analyse – thématique, iconographique et symbolique (Panofsky 1969 ; Schapiro 1973) –, et des constructions mentales, individuelles et/ou sociales : des signes, des symboles, des métaphores, des motifs, des clichés, mais aussi des représentations socialement élaborées et partagées, qui relèvent des mentalités et des visées d’une société (Jodelet 1984). Enfin, ces images sont aussi des outils pédagogiques, qui procèdent d’usages et d’intentions spécifiques, qu’il importe d’identifier pour comprendre leurs contenus et leurs dispositifs rhétoriques.

5Dans ce cadre théorique et méthodologique, j’ai porté attention à l’espace-chambre, aux objets qui s’y trouvent, aux personnages et à leurs activités, ainsi qu’aux éléments textuels qui ancrent ou relaient (Barthes 1964) ces représentations : légendes, commentaires, exercices, etc. Avec l’objectif d’une mise en perspective de ces images dans la production iconographique pour la jeunesse, je les ai confrontées aux illustrations de la littérature de jeunesse étudiées par Michel Manson, afin d’en repérer les spécificités, liées à leurs usages scolaires, mais aussi de dégager leurs traits communs, qui relèvent d’une époque. Dans ce même objectif, j’ai interrogé les cahiers d’écoliers, pour confronter ces représentations figurées, réalisées par des adultes, aux écrits des enfants. Dès la fin du XIXe siècle en effet, la description de leur chambre est devenue un sujet de rédaction proposé aux élèves.

La chambre d’enfant dans les imagiers, les manuels d’apprentissage de la lecture et du français : un espace régulé

  • 2 Nous utilisons ici la notion de « motif » au sens que lui attribue Panofsky dans l’Introduction à s (...)

6Le premier constat est celui de la rareté des représentations et des évocations de la chambre d’enfant en milieu scolaire, même dans les supports sélectionnés où abondent les scènes de la vie quotidienne. Il est vrai que l’ensemble considérable des supports d’enseignement conservés par le musée national de l’Éducation n’a pas été systématiquement dépouillé, mais le sondage effectué parmi les principaux titres en usage à cette époque dans les petites classes n’a révélé qu’une maigre moisson de vingt-cinq imagiers et manuels de lecture évoquant plus ou moins précisément la chambre d’enfant, seize planches didactiques et une dizaine de rédactions complétant notre corpus. On verra d’autre part que les représentations de la chambre d’enfant n’y apparaissent que rarement pour elles-mêmes mais, le plus souvent, en lien avec un certain nombre de thèmes récurrents, et autour de différents motifs2 que nous détaillerons. Il apparaît enfin que ces représentations diffèrent significativement suivant les types de support envisagés, leurs usages et leurs destinataires. Notre analyse s’organisera donc en fonction de ces distinctions.

7Les imagiers et manuels illustrés d’apprentissage de la lecture qui ont été dépouillés constituent deux supports différents mais qui sont issus d’un même renouvellement de la pédagogie scolaire qui fait massivement appel aux images à partir des années 1880. L’imagier, apparu à la fin du XIXe siècle sous l’impulsion de Marie Pape-Carpantier et de Pauline Kergomard, s’adresse aux classes maternelles, enfantines (enfants de 4 à 7 ans) et élémentaires. C’est un livre d’images, isolées ou séquentielles, légendées ou sans paroles, qui s’attache à l’acquisition du langage et du vocabulaire, et précède, en le préparant, l’apprentissage de la lecture en proposant des exercices variés d’observation, de vocabulaire, d’élocution et de morale familière. L’enseignement de la lecture proprement dite est l’objet du manuel. Il est remanié à la fin des années 1880 par l’introduction de l’image qui, de simple illustration en regard du texte, contribue bientôt au renouvellement en profondeur des méthodes (Juanéda Albarède 1998 ; Renonciat 2011). Le manuel de français qui le relaie au cours moyen connaît des évolutions analogues.

Thèmes et représentations organisées autour du motif du lit

8Dans ces ouvrages, la majorité des représentations de la chambre d’enfant s’organise autour du motif du lit, support de thèmes récurrents.

Le réveil de l’enfant

9Le thème du réveil est l’un d’eux, décrit comme ce moment où le monde extérieur fait irruption dans la chambre, tantôt par le son (chant du coq, bruit des voitures), tantôt par la lumière qui traverse la fenêtre (ill. 1), tantôt par la mère qui fait son apparition.

10L’illustration prise ici comme exemple appelle plusieurs remarques car elle possède toutes les caractéristiques des représentations de la chambre d’enfant dans les manuels scolaires : d’un point de vue formel, avant qu’apparaisse la couleur dans les années 1930, ce sont des vignettes en noir et blanc, généralement présentées en bandeau de chapitre, qui offrent un appui visuel à l’étude des phonèmes et graphèmes, en l’occurrence ici le son eil. La dimension de ces vignettes ne permet de représenter que le coin de la chambre pertinent par rapport au thème traité. Il est donc difficile de savoir s’il s’agit d’une chambre d’enfant, évoquée par synecdoque à partir de l’image du lit (la partie pour le tout), ou seulement d’un coin réservé dans une pièce de la maison, comme dans cette illustration du « réveil » dans Line et Pierrot où un rideau délimite l’espace dans le fond de l’image. D’autre part, la sobriété est de règle : les petits lits de fer stricts, qui apparaissent le plus souvent, n’ont pas grand chose de commun avec les confortables lits à baldaquin qui abritent les héros de la littérature de jeunesse, comme, par exemple, l’héroïne des Pourquoi de Melle Suzanne d’Emile Desbeaux (1881), qui possède une chambre « fort coquette, toute calfeutrée, bien à l'abri des courants d'air avec ses fenêtres garnies d'une double mousseline, entièrement tendue de perse rose pâle » (ill. 2). Au moins deux raisons expliquent cette sobriété : l’une générale, liée aux destinataires des manuels de l’école primaire laïque à cette époque, enfants de milieux modestes, qui ne jouissent pas, pour la plupart, de ce type de confort ; l’autre particulière, contrainte par les fonctions du manuel. L’image, associée au mot afin d’en faciliter la lecture, se doit d’être claire, lisible et sans ambiguïté. C’est une image définitionnelle, un équivalent graphique du mot lit : « Meuble sur lequel on se couche, composé d'un cadre de bois ou de métal, qu'on garnit d'un sommier ou d'une paillasse, d'un ou de plusieurs matelas, d'un traversin, d'un ou de plusieurs oreillers, de draps et de couvertures » suivant le dictionnaire (Académie, 8e édition, 1932). Enfin, les objets présents dans cette image se retrouveront dans toutes les représentations de chambres d’enfants que nous allons rencontrer, même les plus simples : lit, carpette, table et objets de toilette, chaise sur laquelle reposent les vêtements, gravure au mur. Ce sont des motifs-clés du discours pédagogique sur la chambre d’enfant.

1. Ferdinand Raffin. « Le réveil », dans : K. Seguin. Line et Pierrot. Premier livre de lecture courante. Paris, Hachette, 1924.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

2. Valnay. La chambre de Suzanne. Dans : Émile Desbeaux. Les pourquoi de Mademoiselle Suzanne, Paris, Ducrocq, 1881, p. 3.

Coll. part.

La chambre ou la tentation de la paresse

11À la différence du réveil, qui saisit l’enfant dans une position passive, le lever implique un certain nombre d’actions de l’enfant, qui sont l’objet de régulations : se lever de bon matin, se laver, se coiffer, s’habiller, faire sa prière, faire son lit, etc. L’image a ici fonction d’exemplum, c’est-à-dire non pas de simple illustration : elle est une ressource rhétorique dans un discours de persuasion, un modèle à suivre pour l’écolier. Concret par définition, l’exemplum implique la représentation du lieu et des objets liés à ces opérations. Aucun d’eux n’y figure par hasard et tous relèvent d’un discours moral. Ainsi, le chapitre sur le lever de Paul dans les Leçons illustrées de français (vers 1910, ill. 3) souligne la nécessité de se lever tôt et de s’habiller promptement :

« Paul dort toute la nuit. Mais il s'éveille de bon matin. Le jour se montre à peine. Une douce lumière blanche passe entre les rideaux. Un petit oiseau chante sur la fenêtre. Paul ne reste pas au lit. Il se lève gaiement. Il s'habille tout seul. »

3. Anonyme. « Le lever », dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français. Larousse [vers 1910].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

12Lit, matelas, couvertures, traversin, oreiller, duvet sont une invitation à la paresse et illustrent la difficulté de s’extraire de ce coucher douillet, mais l’action de l’enfant, déjà en partie habillé, indique la promptitude du lever, la fenêtre ouverte suggérant tout à la fois l’aération nécessaire de la chambre et l’appel du dehors. Les vêtements pendus à la patère, ou soigneusement pliés sur la chaise, ne sont pas là par hasard, mais relèvent de prescriptions relatives au soin des vêtements lors du coucher, qui figurent, par ailleurs, depuis le début du XIXe siècle, dans les traités de civilité (ill. 5). Il faut les mettre en relation avec la multiplication des biens propres de l‘enfant, qu’il doit apprendre à gérer. L’imagier de Jean Perrot, publié par Nathan, perpétuera ces prescriptions jusque dans les années 1920 (ill. 6). Notons la différence avec le traité de civilité de 1817. Dans ce dernier, le fonds est neutre, l’espace abstrait : c’est l’action qui est mise en exergue. Dans l’imagier de Perrot, l’environnement concret de l’enfant fait son apparition en toile de fond : outre son lit, on aperçoit ses objets de toilette, une carpette et une gravure encadrée au dessus de son lit, élément que nous retrouverons dans toutes les représentations de la chambre d’enfant. Dans « Le lever de Louis », chapitre d’un manuel de lecture de l’enseignement catholique (1913, ill. 4), le texte évoque aussi un lever rapide, suivi d’une prière et d’une toilette à l’eau froide. C’est sur la prière que l’image met l’accent, dont l’importance est soulignée par la multiplicité des objets religieux présents dans la chambre du garçonnet : statuette de la Vierge, crucifix, bénitier, gravure représentant Vierge à l’enfant.

4. Anonyme. Le premier livre d'André. Lecture courante et récitation. Lyon, Librairie catholique Emmanuel Vitte, Paris, 1913 (2e éd.).

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

5. Anonyme. Abécédaire du premier âge, contenant la civilité française pour instruire les enfans dans toute honnêteté et bienséance, avec des figures sur la manière dont les Enfans doivent se conduire et se tenir dans le monde. Paris, Le Prieur, 1817, p. 26 et 72.

Coll. part.

6. E. Dot. « La journée de l'enfant ». Planche murale reproduisant en couleur une page de l’ouvrage de Jean Perrot : Pour faire parler nos petits. 32 scènes familières en images sans paroles. IIe série. N° 17. Paris, Fernand Nathan [1925].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

L’enfant malade

13La maladie de l’enfant est l’occasion de nombreuses représentations de l’environnement du malade. C’est un thème très ancien puisque Michel Manson en signale la représentation au XVIe siècle, dans une miniature du Livre des costumes (1521) de Matthaüs Schwarz (BnF, Manuscrits allemands 211, f° 5V). L’image montre l’enfant alité, et un texte manuscrit précise qu’il a trois ans et demi et qu’il a la varicelle. Sa sœur lui tient compagnie. Il joue avec des figurines de chevalier posées sur une table. À part le lit, la chaise et la table, un mur et trois fenêtres, rien n’est alors montré de la chambre : elle pourrait se trouver n’importe où dans la maison. L’iconographie scolaire du XIXe siècle et des débuts du XXe, pour sa part, lie volontiers la maladie à la misère. On le voit ici dans une illustration de « L’ange de Dieu », texte d’Andersen reproduit dans Le français par la lecture expliquée (1934). Elle montre « une mauvaise petite chambre basse, d'une maison de triste ruelle », la chambrette d’un enfant pauvre (ill. 7). C’est là encore une représentation stéréotypée, archétype de la mansarde issue de l’iconographie romantique de la bohême, qui se retrouve dans la littérature scolaire, comme aussi dans la littérature de jeunesse où sa source probable est la description par Victor Hugo dans Les Misérables de la « chambre » de Cosette sous un escalier : soupente aux murs décrépis, ensoleillement réduit (ill. 8). Notons, dans le manuel, qu’à l’insalubrité de la chambre, s’oppose la plante placée à sa fenêtre, qui refleurit chaque année, symbole de régénérescence et d’espoir pour l’enfant. La lucarne fait le lien avec « l’extérieur de la fenêtre où se trouvent des bosquets fleuris, de frais ombrages où chantaient gaîment les petits oiseaux. » Dans une France industrialisée, et en dépit de la situation de cette mansarde dans une « maison de triste ruelle », l’au-delà de la chambre est valorisé. C’est dans la chambre que l’air est vicié, et sans doute responsable de la maladie de l’enfant.

7. Pierre Rousseau. « L’enfant malade ». Dans : J. Calvet & R.Lamy. Le français par la lecture expliquée. Paris, J. De Gigord, 1934, p. 56.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

8. Anonyme. « La pauvre petite serrait sur son cœur une poupée ». Dans : Mme Doudet [Théodore Lefèvre]. Les Étrennes de bébé. Paris, Théodore Lefèvre et Cie, Émile Guérin. Vers 1900.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

14À cet environnement de l’enfant pauvre, on pourrait opposer la chambre du « sick boy », extraite d’un manuel d’anglais de troisième, qui s’adresse, pour sa part, aux enfants favorisés des lycées : lit de cuivre ouvragé à baldaquin, cheminée de pierre où brûle un feu, surmontée d’un grand miroir, horloge en marbre, lampe à abat-jour, photographie encadrée, armoire à glace, table de nuit, tisanière, papier peint, gravures ou tableaux : tout exprime le luxe (ill.9). Notons toutefois que dans cette chambre, dont la représentation date de 1914, aucun élément n’apparaît spécifique à l’enfance : ni le mobilier, ni le décor. On n’y trouve pas trace non plus d’un livre ou d’un jouet. Ces mêmes traits se rencontrent dans la chambre plus modeste où officie « La petite garde-malade » de la Méthode de langue française de Brunot & Bony déjà citée (1905) : lit simple de fer ou de cuivre, armoire sans glace, mais cheminée et pendule analogues (ill. 10).

9. Anonyme. Dans : P. Dessagnes. The English Class. Paris, Masson et Cie [1914].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

10. René Victor-Meunier. « La petite garde-malade ». Dans : Brunot & Bony, Méthode de langue française […] Paris, Armand Colin [1905], p. 12.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

15La lente émergence de la chambre d’enfant en France s’accompagne en effet de l’émergence lente de son aménagement : décor et mobilier. Il existe depuis la seconde moitié du XIXe siècle des papiers peints et des toiles d’ameublement pour chambres enfants mais leur production demeure modeste jusqu’à la Première Guerre mondiale (Dubois-Brinkmann 2012 et 2012). Il existe également depuis les mêmes années une production modeste de mobilier (berceaux, chaises hautes, petits fauteuils), mais ce n’est qu’à partir des années 1910 que l’offre se diversifie vraiment. Les Grands Magasins, Le Printemps notamment, consacrent désormais une page au mobilier pour enfant dans leur catalogue d’étrennes, offrant un éventail de prix et de styles variés : sièges allant du fauteuil « baby » jusqu’à la « bergère style Louis XV ou Louis XVI », tables, pupitres et travailleuses pour fillettes, berceaux, fauteuils, chaises à transformation et petits meubles de toilette pour bébé. Mais cette production ne touche encore qu’une clientèle bourgeoise et majoritairement parisienne, et l’esthétique de ce mobilier ne se différencie pas encore vraiment du mobilier pour adultes (ill. 11). C’est pourquoi Marcel Braunschwig peut encore écrire en 1907 : « Le jour et la nuit, nous le laissons dans des chambres qui n'ont pas été disposées à son intention, dont l'ameublement n'est pas à sa taille, dont la décoration n'est pas à sa portée » (Braunschwig 1907, p. 144). C’est le peintre et illustrateur André Hellé qui, en France, dessine en 1910 les premières chambres entièrement conçues pour les enfants : mobilier adapté à leur taille, fabriqué avec des bois simples et résistants, doté de coins arrondis et agrémenté d’un décor approprié. Leur prix élevé, leur fabrication en petite série, les réservent à une clientèle fortunée (ill. 12).

11. « Meubles pour enfants ». Dans : Saint Nicolas au Printemps. Catalogue des Grands magasins du Printemps, Paris, sd [1912].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

En haut : « Chambre d'enfant en noyer patiné, genre ancien, modèle déposé. (Propriété des Grands Magasins du Printemps). »

12. « Meubles d’enfants ». Dans : Le jardin des fées. Catalogue des Grands Magasins Au Printemps, Paris, 1911.

En haut : « Chambre ayant figuré au Salon d'Automne. Dessinée par André Hellé. Propriété des Grands Magasins du Printemps. « Ces meubles sont en érable et sycomore ornés de jolis panneaux marqueterie. »

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

La chambre : lieu de la sollicitude parentale

16La représentation du lit, et plus précisément du berceau du tout-petit, sert aussi de support visuel à l’enseignement de la morale, notamment de la reconnaissance qui est due aux parents. « L'ange visible », que présente en 1913 le manuel de Lecture courante et récitation, destiné au cours préparatoire et élémentaire de l’enseignement catholique (ill. 13), c’est la maman, « second ange gardien » placé auprès de chaque enfant par « le bon Dieu » : « elle vous a couchés dans un petit berceau bien doux ; elle a chanté pour vous endormir ; elle vous a bercés avec amour ; elle a veillé sur vous pendant votre sommeil… ». Moins rarement évoqué, le père est ici représenté dans Lectures choisies. Prose et poésie en rapport avec le programme de morale par D. Bonnehon (1900, ill. 14) pour illustrer la phrase : « Quand ton père le soir, te berce doucement dans ses bras, avant de te porter dans ton lit, songe, mon enfant, aux pauvres petits qui n'ont ni caresses, ni baisers pour s'endormir. » Dans les deux cas, le motif de la lampe, associé à celui du lit, fonctionne non seulement comme indice du soir, mais également comme double allégorique du parent, dans sa fonction de réassurance et de veille à l’arrivée de la nuit.

13. Anonyme. « Elle vous berçait avec amour ». Dans : Le premier livre d'André. Lecture courante et récitation. Lyon-Paris, Librairie Catholique Emmanuel Vitte, 1913 (2e éd.), p. 17.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

14. Anonyme. « Quand ton père, le soir, te berce doucement… ». Dans : D. Bonnehon & P.-E Turgan. Lectures choisies. Prose et poésie en rapport avec le programme de morale. Paris, J. Bricon, 1899, p. 2.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

17Ce thème du coucher sous la présence bienveillante d’un parent est l’occasion de représenter le berceau du bébé, le plus souvent situé à cette époque « à l’ombre du lit maternel », comme l’écrit Victor Hugo dans « L’enfant au berceau », poème tiré des Feuilles d'automne reproduit dans un livre de récitations françaises (1924, ill. 15). On le devine aussi dans la planche de Ferdinand Raffin intitulée « Le petit frère », extraite de l’Imagier de l’enfance évoqué plus haut : le petit lit du bébé jouxte le lit maternel ou conjugal esquissé au premier plan. (ill. 17). C’est aussi parfois la chambre de la grande sœur qui abrite le « petit dernier » (ill. 16).

15. Lola A. [Lola Anglada ?]. « L’enfant au berceau ». Dans : A. Souché. Le livre auxiliaire du maître pour la récitation française. Paris, Nathan, 1924 (4e éd.), p. 20.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

16. Anonyme. « La chambre à coucher». Dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français. Paris, Larousse [vers 1910].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

17. Ferdinand Raffin. « Le petit frère ». Dans : Mlle Georgin & A. Lacabe- Plasteig. Imagier de l'enfance […]. 1er livret : L'enfant. Observations et langage, Morale familière et rédaction française. Paris, L. Martinet [réed. vers 1920], pl. 1.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

18Ces images reflètent des réalités sociales puisqu’en effet l’usage a perduré pendant longtemps de mettre les bébés dans la chambre maternelle, puis dans la chambre conjugale quand celle-ci s’est répandue au début du XXe siècle. L’attribution d’une chambre au bébé est une coutume récente, même si des aménagements spécifiques sont apparus dès l’entre-deux-guerres, œuvres de décorateurs réservées à une élite (ill. 18).

18. « La chambre de bébé. J.L. Virlouvet décor. » Dans : « Chambres d’enfants » par Henri Clouzot, L’Illustration, 29 mai 1934.

Coll. part.

La chambre : solitude et cauchemar

19À l’opposé de ces images rassurantes, la chambre peut apparaître comme une source d’angoisse. C’est, cependant, un thème assez rare dans les manuels scolaires, et que l’on rencontre plus fréquemment dans la littérature de jeunesse. Un seul exemple dans notre corpus se rencontre dans le Premier livre de lecture courante à l'usage des classes enfantines (1919, ill. 19). L’enfant, qui n’a pas bien rangé ses habits, fantasme dans l’amas de vêtements un homme terrible assis près de son lit. L’image met en scène la peur de l’enfant, mais ne figure pas sa vision, à la différence de la littérature de jeunesse qui représente plus volontiers l’imaginaire, comme dans l’ouvrage de Girardin, Quand j’étais petit garçon (ill. 20). D’une manière générale, l’enseignement républicain, qui se veut positiviste, favorise peu l’expression de l’imaginaire et du fantastique.

19. Anonyme. « La peur ». Dans : M. Fournier. Les lectures des petits […]. Paris, Gedalge et Cie [1919], 7e éd., p. 59.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

20. A. Ferdinandus. « Je vis un grand fantôme noir ». Dans : J. Girardin. Quand j'étais petit garçon. Paris, Hachette et Cie, 1886 (2e éd.), p. 260.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

Thèmes et représentations organisées autour du motif de la table de toilette

Chambre et propreté corporelle

20Parmi les thématiques qui induisent des représentations de chambres d’enfants en milieu scolaire, le thème de la propreté corporelle constitue un leitmotiv, reflétant les préoccupations hygiénistes du XIXe siècle et les missions que la Troisième République a confiées en la matière aux enseignants des écoles primaires, ainsi que le rappelle la première édition du Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire publié sous la direction de Ferdinand Buisson (Hachette 1887). Le maître doit faire l’inspection de la tenue et de la propreté après l’appel :

« Il tient beaucoup à la propreté […] propreté du corps et propreté des vêtements, ce qui est en effet d'une grande importance au double point de vue des bonnes habitudes que doit faire contracter l'école et de l'intérêt de la santé générale des élèves. » (article « Discipline scolaire », Dictionnaire de pédagogie…, partie 1, p. 717).

21Les premiers congrès d'hygiène scolaire et de pédagogie physiologique, tenus en 1903 et 1905, qui réclament l'enseignement de l'hygiène dans les écoles, renforcent ces exigences. L’article sur l’« Hygiène de l’écolier » du Docteur Armand Lévy, auteur des Petits Entretiens d'hygiène pratique à l'usage des écoles et des familles (Hachette, 1905), détaille dans l’édition de 1911 du Dictionnaire de pédagogie l’action du maître qui…

« … devra s'assurer que la figure, les oreilles, le cou, la tête, les mains des enfants sont propres. Il exigera que ceux dont l'état laisse à désirer aillent se laver à la fontaine, et il leur fera honte de leur négligence. Il agira sur eux moralement, en montrant que la propreté est un devoir, qu'elle est une question de dignité personnelle, qu'elle fait partie du respect dû à soi-même ; que l'école est un lieu où l'on doit avoir une tenue correcte. Il veillera donc également sur l'état des vêtements, des chaussures, et exigera qu'ils soient toujours propres. Il montrera que la propreté n'est nullement l'apanage du riche, fera comprendre qu'elle n'est pas un luxe, et expliquera que l'on peut toujours être propre, même avec des vêtements usés. »

22C’est pourquoi table et objets de toilette figurent désormais, quasi systématiquement, dans les représentations de chambres d’enfants de notre corpus, et, a fortiori, de façon plus détaillée, dans les chapitres que ces manuels consacrent à la toilette : aiguière, éponge, cuvette, serviette, peigne, brosse à cheveux et brosse à dents, savon, miroir, seau hygiénique.

21. René Victor-Meunier. « Le le ver ». Dans : Brunot & Bony, Méthode de langue française […] Poésies nouvelles par Alexis Noël. Paris, Armand Colin, p. 12 [1905].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

22. Anonyme. « Le le ver ». Dans : M. Fournier. Les lectures des petits, Premier livre de lecture courante […]. Paris, Gedalge et Cie, [1919], p. 11.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

23La toilette de Jean, dans la méthode Brunot-Bony (1905, ill. 21), s’effectue dans une pièce séparée de l’endroit où il prend son déjeuner, mais rien n’indique qu’il s’agit vraiment de sa chambre. En revanche, le texte qui décrit le lever de Paul dans la méthode Fournier (1919, ill. 22), évoque explicitement « sa » chambre et invite l’apprenti-lecteur à observer et nommer les meubles qui la garnissent. Un lit, avec sommier et matelas, traversin et oreiller, draps et couvertures, une carpette, une table de nuit, une armoire, une table et des objets de toilette constituent un univers confortable, tandis qu’un papier peint fleuri, deux gravures encadrées et un miroir ajoutent à son agrément et témoignent de l’attention portée à son décor.

Hygiène de la chambre

24L’aération de la chambre, thème qui se conjugue souvent à celui de la toilette, est récurrent dans la littérature scolaire : il relève de l’hygiénisme évoqué plus haut et, plus précisément désormais, de la lutte contre la tuberculose. Notons toutefois que cette recommandation n’est pas nouvelle, puisqu’elle était déjà présente dans les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne de Jean-Baptiste de la Salle (1702), le terme de « chambre » renvoyant alors à toute pièce de la maison où l’enfant pouvait dormir. Dans la planche réalisée par Ferdinand Raffin pour L’Imagier de l'enfance (1910, ill. 23), ce thème est associé à celui du lever et de la toilette. Les dimensions de la planche, en pleine page et en couleurs, offrent une image concrète, précise et vivante de la chambre d’enfant et autorise la multiplication des personnages et des actions : une maman coiffe sa petite fille ; une fillette plus âgée, serviette et peigne en main, attend son tour pour la toilette. Un garçon, éponge à la main, se lave le cou. Sur la table de toilette se trouvent les instruments indispensables à la propreté du corps, que l’écolier est appelé à connaître et à nommer. La toilette s’effectue fenêtre ouverte : on y a posé le drap du lit pour l’aérer. Le texte commente :

« Ouvrons nos fenêtres au soleil, à l'air du matin. L'eau fraîche achèvera le réveil. Les enfants se hâtent de se laver, savonner, brosser. Ils vont, viennent ; ils bavardent et rient. Qui les rend si actifs, vivants ? Le soleil, l'air et l'eau, qui sont des bienfaits pour l'homme. »

23. Ferdinand Raffin. « Le lever ». Dans : Mlle Georgin et A. Lacabe-Plasteig. L’Imagier de l'enfance. Paris, L. Martinet [1910].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

25Ce thème est appelé à une longue fortune puisqu’on le retrouvera, par exemple, lié à celui du sommeil, dans une leçon sur la respiration, extraite de Ma troisième grammaire dans les années 1950. L’illustration, qui montre le lit douillet de la petite Jeanne et le joli décor de la chambre, laisse apercevoir la fenêtre ouverte en dépit d’un froid hivernal : « C'est un excellent moyen de défense contre cette terrible maladie qu'on appelle tuberculose. » (ill. 24)

24. Anonyme. « La respiration ». Dans : Blanche Jughon, Henri Canac. Ma troisième grammaire. Paris, Armand Colin, 1954.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

Thèmes et représentations organisées autour du motif du pupitre

26Avant les années 1930, les manuels scolaires représentent rarement la chambre d’enfant comme espace de jeu, contrairement aux livres de loisirs. Le cas d’« Un jour de pluie » est exceptionnel (ill. 25). La pièce évoquée dans cette planche, dont la frise de papier peint et le mobilier de taille réduite donnent à penser qu’elle est attribuée aux enfants, est peut-être une salle de jeu, analogue à la day nursery des familles fortunées en Grande-Bretagne.

25. Ferdinand Raffin. « Un jour de pluie». Dans : Mlle Georgin et A. Lacabe-Plasteig. L’Imagier de l'enfance. Paris, L. Martinet [1910].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

Les devoirs à la maison : ardeur et négligence

27Si les jeux sont peu représentés, la mise en scène des devoirs scolaires est fréquente. Les images sur le sujet sont centrées sur le pupitre, meuble emblématique de cette activité, objet spécifique et personnel de l’écolier : par exemple, dans la vignette légendée « Les enfants studieux travaillent avec ardeur » de la Méthode Cuissart (1e éd. 1885, ill. 26), ou encore dans la vignette illustrant, à l’inverse, la négligence de Jean dans les Leçons illustrées de français (1910, ill. 27). Les meubles qui apparaissent dans ces illustrations constituent les versions civiles des pupitres scolaires, apparus au XIXe siècle pour lutter contre les maladies engendrées par l’école, notamment les scolioses. Comme eux, ils sont constitués d’un plateau incliné, éventuellement abattant pour ménager un casier de rangement des livres et cahiers, sont percés d’un ou deux trous pour les encriers, et dotés d’une rainure pour accueillir les outils de l’écolier, dont le détail est donné dans le texte qui accompagne la gravure des Leçons illustrées… : porte-plume, crayon, règle, gomme, canif, coupe-papier. À la différence des pupitres scolaires, les deux meubles représentés ici ne possèdent pas de siège fixe. Mais, dans les deux cas, le pupitre est situé devant la fenêtre, l’éclairage électrique n’étant pas encore répandu à cette époque. Les instituteurs recommandaient aussi cette disposition en écho aux recommandations formulées par le médecin ophtalmologiste Émile Javal, à la suite de ses recherches sur la myopie des écoliers (Renonciat 2001, 2005). Elles établissaient que la cause principale de cette affection résidait dans la typographie trop fine des manuels scolaires et le mauvais éclairage des salles de classe. Alerté par ces travaux, le Ministre de l’Instruction publique avait formé en 1881 une commission d’étude, composée de médecins et d’éditeurs scolaires, chargée de réfléchir aux moyens de concilier le respect de la fragilité des yeux de l’enfant et les intérêts de l’industrie du manuel scolaire appelée à fournir des ouvrages d’enseignement à bon marché (par conséquent économes de leur matière première, le papier, et adeptes d’une composition compacte : corps, interlignages et marges réduits). Javal a développé par la suite ses observations et publié ses thèses et recommandations en 1905 dans un ouvrage qui fera longtemps référence dans les milieux pédagogiques : La Physiologie de la lecture et de l’écriture (Alcan).

26. Anonyme. « Les enfants studieux travaillent avec ardeur ». Dans : Méthode Cuissart […]. Paris, Alcide et Librairie d’Éducation Nationale, 1910 (494e éd.), p. 37.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

27. Anonyme. « Le pupitre ». Dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français…. Paris, Librairie Larousse [vers 1910], p. 61.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

28Dans la vignette des Leçons illustrées de français (ill. 27), un désordre léger est perceptible : dossier, portefeuille d’images et feuillets à terre, outils de l’écolier en vrac sur le pupitre. Ce sont les manifestes de la « négligence » de Jean. On notera qu’ils sont associés à des indices de confort et d’agrément : repose-pied, rideaux tamisant la lumière, papier peint, gravure encadrée. Enfant gâté ? On se gardera de tirer des conclusions de cette conjonction d’indices en l’absence d’autres représentations significatives à cet égard.

Le confort caméral de l’écolier

29Une autre image de confort (auquel aspirent les classes moyennes de la première moitié du XXe siècle) se rencontre dans un manuel de grammaire de 1921 pour vanter les propriétés et avantages d’une invention, le verre : « Dehors, le tonnerre gronde […] Quel est donc le puissant rempart qui me défend contre cette horrible tourmente ? C’est une feuille de verre… » (ill. 28). La chambre est présentée ici comme un milieu protégé des agressions de l’extérieur : un environnement propice au travail, mais aussi au jeu (poupée, jouets à terre), confortable (doubles rideaux, tapis), cossu (mobilier, bibliothèque), culturel (livres et images encadrées du Petit chaperon et du Petit Poucet) et esthétique (bouquet de fleurs). C’est aussi un lieu d’accueil et de rangement des biens de son occupante, livres, poupée, Pierrot, jouet à traîner : ce dernier objet, en décalage avec l’âge de la petite écolière, indique peut-être la présence dans la même chambre d’un enfant plus jeune. Une même conception de la chambre d’enfant, attentive au confort de l’écolier, quoique plus axée sur l’apprentissage que la précédente, se rencontre dans le même volume (ill. 29) ; elle met en scène un jeune garçon qui apprend à lire à sa petite sœur : pupitre, bibliothèque garnie de nombreux ouvrages, volumes à terre sont l’objet de la leçon (« les livres »). On notera la présence d’une gravure encadrée et, surtout, d’une carte géographique, support et symbole traditionnel des rêves et des ambitions de l’enfant mâle.

28. Anonyme. « Une chose merveilleuse ». Dans : A. Mironneau, La grammaire par les textes et l'usage. Paris, Armand Colin, 1921, p. 183.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

29. Anonyme. « Les livres ». Dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français. Paris, Librairie Larousse, [vers 1910], p. 61.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

Les devoirs dans la salle commune

30On note toutefois que les devoirs sont plus souvent effectués dans d’autres espaces de la maison que la chambre d’enfant, comme, par exemple, dans l’Imagier de l’enfance de Ferdinand Raffin (ill. 30). Plusieurs facteurs propres à l’époque considérée expliquent ce fait : dans la plupart des maisons, seuls les espaces communs sont chauffés ; la salle commune, où s’active grand-mère ou mère (encore souvent au foyer), abrite les devoirs de l’écolier. Par ailleurs, le travail scolaire dans la chambre suppose une responsabilité et une autonomie que l’on n’attend pas de l’enfant avant la Seconde Guerre mondiale. Autre facteur : l’encouragement à la vie de famille, sans cesse prônée dans les manuels de la Troisième République, valorise la solidarité familiale. Le texte de l’imagier insiste ici sur l’aide dont l’enfant peut bénéficier quand il travaille avec ses frères et sœurs. L’individualisme, l’isolement de l’enfant dans sa chambre, et son autonomie en général, ne sont pas encore des valeurs.

30. Ferdinand Raffin. « Le travail à la maison ». Planche n° 9 de : Mlle Georgin et A. Lacabe-Plasteig. L’Imagier de l'enfance. Paris, L. Martinet [1910].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

La chambre : outil d’éducation de la jeune fille

31La chambre de demoiselle est apparue dans l’espace familial plus tôt que la chambre d’enfant, dès la première moitié du XIXe siècle : elle était généralement accordée à la jeune fille après sa première communion. Située près de la chambre maternelle, elle répondait prioritairement au souci de séparer les sexes et de préserver l’intimité de son occupante. C’était un « sanctuaire » féminin (Fonssagrives 1871). Cependant, ce n’est pas sous cet angle que les manuels scolaires présentent la chambre de jeune fille. Le privilège de posséder un espace privé y a pour contrepartie un ensemble d’obligations, car on attend « ordre et soin » de la future maîtresse de maison, comme le rappelle le Premier livre des petites filles en 1890 (ill. 31).

31. Frédéric Régamey. « La chambre de Laure ». Dans : Clarisse Juranville. Premier livre des petites filles. Paris, Larousse, 1890 (24e éd.), p. 8 et 9.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

32La vignette de gauche, qui évoque « la chambre de Laure », présente Laure devant son lit. Émergent de la vignette un balai et un seau, tels les attributs de la fillette. L’illustration de droite offre une vue d'ensemble d’une chambre agréable, confortable et coquette : lit moelleux, coiffeuse, tapis, tableaux, doubles-rideaux, bouquet de fleurs. La présence d’un chat et d’un chien ajoute à la chaleur du tableau. Le texte précise :

« Tout y est dans un ordre parfait.
Rien ne traîne sur les meubles.
Les chaises sont à leur place.
Le petit lit blanc est admirablement fait.
On aperçoit des pantoufles bleues en dessous.
Les effets de nuit sont pliés soigneusement.
Tous les jouets sont rangés avec goût dans une armoire.
La poupée et le trousseau sont dans un tiroir.
Laure a beaucoup d'ordre et de soin.
Jamais elle n'égare ses livres et ses cahiers.
Son pupitre fait plaisir à voir tant il est bien rangé.
Elle trouve facilement ce qu'il lui faut, et alors elle ne perd pas de temps.
C'est une grande qualité que l'ordre et toutes les petites filles devraient ressembler à Laure.
Dans une maison, il faut une place pour chaque chose et chaque chose à sa place. »

33Si elle est plus modeste, la chambre de Louise, extraite de la Méthode de langue française de Brunot et Bony, présente les mêmes qualités (1905, ill. 32). Dans les deux cas, la chambre de jeune fille est un terrain d’entraînement à ses tâches de future ménagère :

« Louise aime la propreté et l'ordre. On trouve chaque chose à sa place. Les habits de la petite fille sont pendus dans une armoire ; ses livres et ses cahiers sont enfermés dans un tiroir. Le plancher est aussi bien lavé que la table. Point de taches de doigts sur les murs ni sur la porte, point de poussières sur les chaises. L'ordre est une qualité. »

32. René Victor-Meunier. « La chambre de Louise ». Dans : Brunot & Bony, Méthode de langue française. Paris, Armand Colin, 1905, p. 18.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

La chambre d’enfant dans les planches murales : ordre du discours, réalité et narration

34L’usage de planches murales accompagne le développement de l’enseignement simultané au cours du XIXe siècle et se généralise à partir des années 1880 avec l’introduction dans les programmes officiels de l’enseignement « par l’aspect » (pédagogie par l’image). Au tournant du XXe siècle, la plupart des éditeurs scolaires proposent un éventail varié de planches didactiques touchant à toutes les disciplines. Souvent confiées à de bons illustrateurs, usant abondamment de la couleur (alors absente des manuels), elles agrémentent les apprentissages et facilitent la tâche de l’enseignant. La chambre d’enfant y apparaît dès la fin du XIXe siècle dans des planches destinées aux classes primaires, associant les exercices d’observation et de langage à l’éducation morale et sociale des élèves. Divers types de planches commandent divers types de chambres, dont voici des exemples.

La chambre des petits : un catalogue d’objets

33. Anonyme. Chambre d’enfants. Planche murale S.l., s.d. [vers 1900].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

34. Fernand Fau. « Les jeux de l’enfant ». Dans : Jean Perrot. 200 images faciles à raconter par les tout-petits. Paris, Fernand Nathan, 3e éd. [1e éd. 1905].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

35La planche anonyme éditée vers 1900, intitulée « Chambre d’enfants » (ill. 33), relève d’un concept peu répandu. Le dispositif de présentation des objets, aléatoire et profus, s’apparente à une page de catalogue de Grand Magasin de l’époque ; il reflète, de surcroît, l’offre disponible dans le commerce en matière d’équipement et de jeu pour les petits. Mais il se réfère aussi, du point de vue conceptuel, au genre de l’imagier dont l’ouvrage de Jean Perrot et Fernand Fau offre un exemple (ill. 34) : des images isolées et regroupées autour d’un thème visent à l’acquisition du vocabulaire et à la mise en relation abstraite d’objets d’une même catégorie. Nathan précise l’intérêt de ce concept pour les petits :

« … Ils apprendront à voir et à placer des mots sur des idées. Ainsi s’augmentera leur vocabulaire par un enseignement concret qui oblige leur esprit à établir les rapprochements et à distinguer les différences existant entre objets de même catégorie, quoique d’usage différent. »

36L’éditeur précise encore que la classification des objets n’est pas arbitraire, mais s’inspire à la fois des besoins de la vie enfantine et de la mission éducative de l’école.

37Dans la planche murale, la chambre d’enfant est définie par métonymie comme la somme des objets qui y sont contenus, prétexte à l’évocation de l’environnement matériel de la petite enfance : berceau et moïse, landau, chaise haute, trotteur, baignoire, table et objets de toilette, biberon, thermomètre, et jouets pour fille et garçon : poupée, trompette, « dada », toupie, hochet, chariot, tambour, mouton à roulettes, sabots, petit train, jeu de construction, boîte à herboriser.

Dans la chambre : entre réalité et métaphore

35. A. Bertrand. « Dans la chambre. Les prisonniers (Conséquences de l’étourderie. Dangers de la précipitation. Pitié pour les faibles. Désir de soulager l’infortune. Respect de la liberté….) ». Tableau mural extrait de la série : La Vie enfantine, par A. Belot et J. Camescasse. Delagrave [vers 1910].

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

38Cette autre planche murale, intitulée « Dans la chambre » (ill. 35), est extraite d'un ensemble de six séries publiées en 1903 , consacrées à La Vie enfantine. La collection est associée à un manuel du même nom où les planches sont reproduites en noir et blanc : Lectures. Entretiens moraux. Exercices d'observation. Exercices de langage. L’ensemble a pour objectif : « d’exercer l’enfant à bien voir, à comprendre ce qu’il voit, à juger ce qu’il comprend ; de l’amener à exprimer en toute liberté ses remarques, ses pensées, ses sentiments, par la parole puis, plus tard, par de petits exercices écrits ; de fournir une contribution importante à l’éducation morale. » L’objectif était de multiplier les usages possibles de la planche : élocution à la maternelle, lecture, entretiens moraux, exercices d'observation, exercices de langage dans les cours préparatoires ; puis rédaction et, éventuellement, étude des langues vivantes par la suite. Le dispositif iconographique n’est pas analytique, comme dans la planche précédente, mais synthétique, fondé sur la mise en scène d’une historiette : trois enfants sont présents, l'un s'apprête à ouvrir la cage à oiseaux, une grande fille laisse entrer une hirondelle… Le protocole d’utilisation prévoit une première approche de l’image par la lecture du texte dans le manuel. Puis, au cours d’une seconde leçon, on étudie la chambre, les objets qui s’y trouvent et l’utilité de chacun d’eux. Enfin, le discours moral qui accompagne la leçon offre de nouvelles possibilités d’exploitation de l’image. À cet égard, la légende suggère quelques pistes à l’enseignant : « conséquences de l’étourderie. Dangers de la précipitation. Pitié pour les faibles. Désir de soulager l’infortune. Respects de la liberté, etc. ».

39À la différence des vignettes des manuels, les dimensions de la planche permettent de représenter une grande partie de l’espace et d’y faire figurer de nombreux objets et détails, la technique de la chromolithographie autorisant parallèlement une figuration réaliste et précise (voir, par exemple, les dessins d’enfants fixés au mur). De même, la volonté des auteurs de présenter la maison (et, ici, la chambre) comme « le centre des bons soins, des affections et des souvenirs » est sensible dans cette image chaleureuse, vivante et attrayante.

40Pour autant, plus qu’à une reproduction du réel, l’image obéit à l’ordre du langage. L’illustrateur multiplie les objets pour développer un champ lexical large. Le modèle iconographique qui commande ces représentations est celui des encyclopédies illustrées, inaugurées par l’Orbis sensualium pictus de Comenius (1658). Toutefois, l’univers représenté dans chacune des gravures de l’Orbis pictus était fini. Chaque objet y était indexé, renvoyant à une définition et à un bref commentaire qui en circonscrivaient la nature et l’usage. Notre planche, au contraire, par sa dimension narrative, joue de la polysémie de l’image afin de susciter questions et commentaires des enfants. Elle met aussi en œuvre une rhétorique propre à l’image, un discours silencieux. Sont ici réunis tous les objets-motifs que nous avons pu repérer dans les images précédentes : berceau, table et objets scolaires, table et objets de toilette, jouets, et une cage à oiseaux. Cette dernière était en effet souvent présente dans la chambre d’enfant au XIXe siècle, et tout particulièrement dans la chambre des jeunes filles, associée à un bouquet de fleurs. Au-delà du réel, la symbolique est importante : le motif de l’oiseau et/ou de l’oiseau en cage accompagne l’enfant dans l’histoire de la peinture, symbole tantôt de la passion du Christ dans l’iconographie religieuse, tantôt de la fragilité de la vie enfantine dans la peinture profane (voir La Fillette à l'oiseau mort, école des Pays-Bas méridionaux, premier quart du XVIe siècle. Musée Royaux des Beaux Arts de Belgique).

41Bien que rien ne l’indique dans le texte du manuel associé à notre planche, nous sommes, quant à nous, sensibles à l’analogie manifeste que l’image suggère entre la cage des oiseaux et la chambre des enfants, la cage et le lit à barreaux du bébé : discours métaphorique sur la chambre d’enfant, « nid d’âmes » selon l’expression de Victor Hugo (Les pauvres gens), espace tout à la fois d’enfermement, de protection et de liberté.

La chambre d’enfant après la Seconde Guerre mondiale : jeu, bien-être, consommation

36. Hélène Poirier. « La chambre des enfants ». Planche n° 17 de la série Images de la vie. Éditions Bourrelier, 1950.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

42Au-delà de la Seconde Guerre mondiale, quand la chambre d’enfant devient peu à peu, avec la construction des grands ensembles, une réalité pour beaucoup d’enfants, ses représentations scolaires s’organisent autour des mêmes thèmes que par le passé : lever, toilette, maladie de l’enfant (les soins de la maman ou de la grande sœur s’effaçant au profit de la visite du « docteur »). L’accent est mis sur l’aménagement « moderne » et la décoration de la chambre, qui témoignent de l’attention grandissante que les adultes portent à cette pièce de la maison. Mais l’évolution la plus sensible concerne l’effacement du travail scolaire au profit du jeu : cahiers et livres de classe sont toujours présents, mais, le plus souvent, abandonnés sur un coin de table…

43« La chambre des enfants », planche d’Hélène Poirier (ill. 36), extraite d’une série de tableaux d’élocution intitulée « Images de la vie » et liée au manuel de J. Segelle, Corbeille de mots, est représentative de cette ère nouvelle. La fillette est saisie dans une posture familière, ayant gardé à la main le petit jouet qui l’occupait au moment où sa mère est entrée pour sa toilette. Le thème de l’hygiène est toujours présent à travers les motifs du lavabo et de la brosse à dents, mais le désordre ambiant, qui se retrouve sur nombre d’autres illustrations et planches didactiques, manifeste la disparition de l’éducation à l’ordre, et, plus particulièrement ici, de l’éducation ménagère de la fillette. Cet effacement se fait, dans une société qui sera bientôt qualifiée « de consommation » (Baudrillard 1970), au profit de la célébration de l’abondance des biens de l’enfant, qui se lit à travers la représentation de l’armoire débordant de vêtements et du coffre regorgeant de jouets. Les murs peints en rose, couleur qui s’impose désormais pour les fillettes sur le modèle américain, la frise qui les agrémente et les doubles rideaux ajoutent une dimension confortable, esthétique, colorée et joyeuse, que réchauffe encore l’attention souriante maternelle.

La chambre d’enfant dans les travaux d’élèves : un exercice de style

44Il nous a paru intéressant d’examiner les textes d’écoliers concernant la chambre d’enfant, tant pour les confronter aux discours et images des manuels que pour y trouver, éventuellement, des témoignages concrets sur leur lieu d’habitation. Cependant, notre sondage dans le fonds du musée national de l’Éducation révèle moins de dix devoirs consacrés à la question sur 932 cahiers interrogés (133 cahiers de rédaction et 799 cahiers journaliers) entre 1883 et 1950. Et, de manière surprenante, l’examen du fonds Freinet s’est avéré négatif sur le sujet. Dans les cahiers, il s’agit, soit de décrire sa chambre (6 rédactions datées de 1883, 1888, 1906, 1922, 1950), soit de répondre à des questions d’hygiène et d’entretien de cet espace (2 devoirs). Ainsi, les filles de l’École confessionnelle de Chateauneuf-sur-Sarthe (niveau élémentaire) devaient répondre en mai 1917 à ces deux questions :

« 1°) De quoi se compose le mobilier de la chambre ?

2°) Quel est le soin hygiénique indispensable à la salubrité de la chambre ? Comment fait-on un lit ? Quels soins doit-on prendre de la literie ? Quels soins prend-on d'un bouquet et des meubles de la chambre ? »

45La réponse d’Hélène A. témoigne des préceptes d’hygiène qui lui ont été enseignés :

« Il faut de l'air, beaucoup d'air, et une grande propreté.

Le mobilier de ma chambre se compose d'un lit, une table de nuit, une table de toilette, une armoire, une table-bureau, afin de pouvoir écrire, puis quelques chaises.

Le soin hygiénique indispensable à l'homme, c'est de n'avoir point de rideaux [commentaire de l'instituteur dans la marge "Quelle sottise !"] aux fenêtres, simplement des [blancs ?] qui puissent être lavés, point de rideaux aux lits, afin que l'air vienne jusqu’à nous.

En se réveillant, il faut d'abord ouvrir la fenêtre, puis mettre deux chaises auprès de la fenêtre puis étendre : la couverture et les draps de façon à pouvoir secouer le matelas.

On doit aussi cirer le parquet, ou alors le laver fréquemment, il faut aussi bien nettoyer les meubles, avec de l'encaustique pour que la chambre est bonne air (sic) et que l'on voit qu'il y a de la propreté [commentaire de l'instituteur dans la marge "Médiocre"]. »

46Sur une question de puériculture (hygiène de la chambre du bébé), Marcelle David, élève du cours supérieur d’une école primaire, manifeste en 1931 des connaissances plus précises :

« 1° Air, lumière, température

La chambre du bébé doit être meublée sans aucune tenture et sans objets inutiles. Elle doit être tenue rigoureusement propre et bien aérée, la fenêtre sera ouverte, même en hiver, plusieurs fois par jour.

Une chambre où l'air et le soleil pénètrent largement est plus saine. L'enfant s'y développe mieux, tandis qu'il s'étiole dans un air confiné. La température de la chambre sera maintenue entre 16° et 18° centigrades, car l’excès de chaleur ou de froid peut compromettre la santé de l'enfant. Il faut éviter de laver le linge dans la chambre du bébé et surtout de l'y faire sécher, à cause de l'humidité qui s'en dégage.

2° Lit ou berceau. Le lit en fer est le meilleur, il est facile à nettoyer.

La literie doit comprendre : un matelas ou housse en toile remplie de varech, de balle d'avoine ou de crin de cheval qui sera protégé par un imperméable facile à nettoyer, un oreiller de crin, deux draps, deux couvertures de laine. Le lit sera placé dans la partie la plus éclairée de la chambre. Pendant l'été, l'enfant sera protégé contre les mouches et les moustiques par un voile de tulle. »

47Très différent, l’exercice de rédaction qui consiste à décrire sa chambre apparaît au cours des années 1880, accompagnant le développement de cet espace dans l’habitat. Le témoignage le plus ancien est celui d'Ernestine Thomé de l’école élémentaire de filles du Mériot (Aube), daté de juillet 1883 :

« Elle est tapissée d'un beau papier bleu ciel. Dans un coin est ma couchette et celle de ma poupée. Sur la cheminée est posée une horloge et de chaque côté sont les portraits de mes parents. J'ai aussi une table à ouvrage. Tiens, regarde, voilà mon dé, mes aiguilles et mes ciseaux. Au milieu de la chambre il y a encore une autre table avec un gros bouquet dessus. Voilà ma petite bibliothèque où je range mes vieux livres, qui malgré cela me servent beaucoup pour me distraire dans les longues soirées d'hiver. Voilà la cage où sont mes deux mésanges, et quand il fait beau, je les mets dehors pour qu'elles jouissent aussi des beaux jours du printemps. »

48On a là une vision canonique de la chambre de jeune fille au XIXe siècle, dont les objets se retrouvent dans toutes les représentations, littéraires et graphiques, antérieures et ultérieures, de la chambre de demoiselle : couchette de la poupée près du lit de l’enfant, reproduisant la disposition du lit de la fillette dans la chambre maternelle ; tables et outils de couture ; bouquet de fleurs ; bibliothèque ; cage à oiseaux. Le caractère stéréotypé de la description ne permet pas de déterminer si la petite Ernestine nous livre ici un témoignage sur sa propre chambre ou si elle s’est inspirée pour cette rédaction d’un petit poème de Louis Tournier bien connu des enfants, « Ma chambrette », extrait des Premiers Chants. Poésies à l’usage de la jeunesse, édité par Hachette en 1868, plusieurs fois réédité et reproduit dans maints manuels de lecture. Il figurera encore en 1930, avec une illustration (ill. 37), dans Lectures et récitations morales à l'usage des Écoles Libres, par l'Abbé Bourceau (390e mille, 1e éd. 1904). On se gardera, par conséquent, de tenir tous ces devoirs d’élèves pour des témoignages : il faut plutôt les comprendre dans un réseau de relations intertextuelles complexes qui fait intervenir, outre l’expérience personnelle, les textes normés des manuels, les leçons orales des enseignants, voire les illustrations des livres scolaires qui nourrissent, le cas échéant, une inspiration défaillante.

37. Anonyme. « Voici la corbeille de ma poupée ». Dans : Abbé Bourceau & Raymond Fabry. Lectures et récitations morales à l'usage des Écoles Libres. Paris, Librairie de l’École, 1930 (390e mille), p. 135.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

« Venez avec moi, Rose, Claire,
Henriette, Angélique, Armand !

Venez, et je vous ferai faire

Un petit voyage charmant,

Un voyage dans ma chambrette !

[…]
Voici d'abord, enveloppée

D'un rideau que je n'ouvre pas,
La couchette de ma poupée

Près de mon lit...
Chut ! parlez bas.
[…]

Ici, mon pupitre, mes plumes,

et mes cahiers et mes crayons,
Et vous, ô mes charmants volumes,

Qui souriez sur vos rayons !
[…]

Là, suspendus à la muraille,

Deux portraits, vous voyez lesquels,

Me suivant toujours, où que j'aille,

De leurs doux regards paternels !
[…]

Plus loin, la table où je travaille, 

Mon dé, mon fil et mes ciseaux,

Ma petite chaise de paille,

et tout à coté mes oiseaux.
[…]
Au soleil leur cage est posée
Entre la rose et le jasmin. »

49Il est d’ailleurs à noter que ce texte inspire les enseignants eux-mêmes, comme cette institutrice de l’école de filles de Douai qui a donné à ses élèves ce sujet de rédaction le 8 janvier 1906 : « Un dimanche pluvieux vous oblige à rester à la maison. Vous prenez le parti de faire un voyage autour de votre chambre : racontez vos impressions. » Il est quasi certain que le sujet ne fait pas référence au célèbre Voyage autour de ma chambre, écrit en 1794 par un Xavier de Maistre aux arrêts dans la citadelle de Turin pour s'être livré à un duel contre un officier piémontais, mais au poème de Tournier cité plus haut.

50Dans ce contexte, ce sont plutôt les éléments qui s’affranchissent des stéréotypes qui peuvent être considérés comme des sources historiographiques. Ainsi, Jeanne D. (11 ans) décrit classiquement un univers genré, avec abécédaire brodé au mur, bibelots et corbeille à ouvrage, tandis que la photo de sa classe de maternelle et la référence aux cadeaux de sa tante ajoutent une note plus personnelle :

« […] En entrant je remarquais un cadre, auquel je n'avais jamais fait attention. J'approchai, et je vis un alphabet et quelques dessins faits sur un marquoir par ma sœur lorsqu'elle avait mon âge […] À côté le portrait de toutes les élèves lorsque j'étais à l'école maternelle. […] Une étagère était à côté, remplie de petits bibelots dont la plupart avaient été offerts par ma tante. Enfin, une corbeille à ouvrage était posée sur la table … »

51De même Suzanne W., élève de 4e année au cours de Mme Dieterlen-Boisard, 25 bd. Haussmann à Paris en 1887-1888, décrit une chambre qui ressemble à beaucoup d’autres, si ce n’est le buste de l’Alsace trônant sur la cheminée, incursion de l’histoire dans la chambre cossue de cette jeune fille de la bourgeoisie. Sa chambre est…

« … assez grande, carrée et très claire, elle a une grande fenêtre qui donne sur un jardin. Une table de travail est placée devant une fenêtre ; à gauche de ma table est une bibliothèque remplie de jolis ouvrages (pour la plupart des présents). La cheminée est ornée de souvenirs que je n’ai pu mettre sur mon étagère ; au milieu de la cheminée, on remarque un buste de l’Alsace qui m’a été donné par une de mes tantes. En face se trouve une armoire à glace. »

52Quoique très courte, et qualifiée en marge de « passable » par son instituteur, la description de Roger-Henri C., élève du cours élémentaire de l’école d’Evaux-les-Bains, est notre unique texte masculin, nous révélant qu’en 1922, dans une ville thermale de la Creuse, un garçon de 8 ans peut encore dormir dans la chambre de sa mère, « la » chambre évoquée par l’écolier étant, semble-t-il, la seule de la maison :

« La chambre est grande. Au fond est un lit. Les rideaux du lit sont à carreaux bleus, c'est le lit de ma mère. Un grand feu brûle au fond d'une cheminée de pierres blanches ; de grosses poutres noircies par la fumée forment le plafond. »

53Il est intéressant de confronter cette évocation d’une simplicité rustique, mais que réchauffent le feu et la présence maternelle, à la description quasi ethnographique que Madeleine F., élève d’une école élémentaire parisienne, fait de sa chambre la même année (1922), montrant tout le confort d’une demeure bourgeoise de la capitale, qu’envahissent meubles et bibelots :

« Ma chambre est grande elle a du papier rose, à la fenêtre il y a des rideaux roses. J'ai un grand lit en cuivre, deux chaises laquées blanc et une plus petite, un grand fauteuil : sur la cheminée il y a deux lampes, deux petits pots de fleurs bleus avec des dessins dorés, une petite jatte en porcelaine, une petite pendule, une grande glace bordée de blanc. Le marbre de la cheminée est marron avec du blanc. Il y a encore une petite table, une grande commode avec un dessus en marbre gris sur lequel il y a deux bougeoirs, un petit chat en porcelaine, et un buste en plâtre. Accrochés au mur il y a des petits tableaux, un bénitier avec une branche de rameaux et des gravures, une étagère chinoise. Un autre petit lit en fer laqué blanc, c'est là où couche ma petite sœur. Dans un coin il y a un petit lit et une armoire de poupée, une jolie petite malle où je [range ?] les effets de mes poupées. »

54La rédaction illustrée de Nicole C. provient de l’école Antoine-Chantin à Paris et date de 1950 (ill. 38). Si le texte de cette élève du cours moyen semble devoir beaucoup à une plume adulte [la maîtresse ?], le dessin qui l’accompagne exprime plus candidement le bonheur d’une chambre à soi et son confort au XXe siècle.

38. Rédaction de Nicole Crétin. École Antoine-Chantin, rue d’Alésia, Paris, 1950.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

« Ma chambre est la pièce de notre appartement que je préfère. La large fenêtre et la couleur rose de ses murs les rendent très claire. J'aime ses meubles en merisier qui ont la teinte rousse des feuilles mortes. Mais il est un coin qui me plaît surtout, celui où je travaille face à la fenêtre. À gauche, des bibelots et de jolis livres garnissent une vitrine. À droite, se trouve un divan recouvert d'un tissu rouge. Deux tableaux, " La petite fille à la gerbe" et un bouquet de fleurettes, font sur le mur des taches vives et lumineuses. Ma chambre me plaît beaucoup, elle est gaie, je la trouve très jolie. Mes jouets, mes livres et mes bibelots y sont réunis : c'est mon domaine de petite fille. »

En conclusion

55Les formes, les usages et les destinataires des différents supports pédagogiques engendrent des représentations différentes et spécifiques de la chambre d’enfant.

56Du côté des manuels, textes et vignettes en noir et blanc construisent une image peu attrayante de la chambre d’enfant, aux motifs stéréotypés, qui n’est pas particulièrement positive. La chambre est le lieu du corps : du sommeil, de la toilette, de l’habillement, de l’hygiène ou de la maladie. Elle est tentation de la paresse, à laquelle l’enfant se doit de résister en la quittant vite et tôt le matin. Dans la majorité des vignettes, la fenêtre est ouverte : si ce motif répond aux préconisations hygiéniques du temps, il est aussi valorisation du dehors où s’accomplissent, à l’école ou au travail, les tâches importantes. Quand la fenêtre est fermée, c’est parce la chambre devient lieu d’étude, mais rarement salle de jeu. Parfois présentée comme un espace personnel (« ma » chambre), dans lequel l’enfant range ses biens propres (« mes livres »), la chambre n’est pas un endroit convivial, plutôt de solitude. Cette solitude n’est pas un havre pour la rêverie, une ouverture sur le rêve, comme dans la chambre de Martin Landor ou la musique des enfants (1869, ill. 39) ou comme dans celle de George Sand (Histoire de ma vie), mais un espace de lecture et d’apprentissage. Si la chambre n’est jamais présentée comme une affirmation d’indépendance, ou comme un refuge, elle n’est pas pour autant un lieu de relégation ou de punition.

57Ces observations tendent à confirmer que, dans les premiers temps de son existence, la chambre d’enfant ne procédait pas de la reconnaissance par les adultes des droits d’un enfant-sujet à un espace propre et à une vie personnelle, mais était une réponse aux évolutions de la famille, où les plus jeunes partaient moins en nourrice et les garçons moins souvent en pensionnat. « Œuvre d’hygiène », « office de prudence », périmètre protégé des dangers de la rue, suivant les termes de Fonssagrives (1871), c’était un espace privé, mais régulé par les valeurs sociales et morales du temps : travail, propreté, ordre, soin, décence, bienséance (Renonciat 1989, 2005). Au demeurant, cela n’annulait pas le bénéfice personnel que les enfants pouvaient tirer de cet espace propre, qu’évoque, par exemple, le témoignage d’Anatole France sur la chambre de son enfance :

« Dès que j’eus une chambre à moi, j’eus une vie intérieure. Je fus capable de réflexion, de recueillement. Cette chambre, je ne la trouvais pas belle ; je ne pensai pas un moment qu’elle dût l’être ; je ne la trouvais pas laide ; je la trouvais unique, incomparable. Elle me séparait de l’univers, et j’y retrouvais l’univers. » (Le Petit Pierre, XXXV, 1921)

39. Baric. « La chambre de Martin Landor ». Dans : Kroknotski, Histoire de Martin Landor ou la musique des enfants. Paris, Hachette, 1869.

Coll. part.

58On notera, à cet égard, que les vignettes des manuels, aussi modestes soient-elles, expriment la volonté d’adapter les chambres d’enfants aux goûts de leurs occupants. La présence récurrente de gravures ou de tableaux, même dans les environnements les plus simples, est remarquable. Reflet de l’extraordinaire essor des images au XIXe siècle, qui se multiplient dans tous les foyers (Renié, 2005), c’est, dans ce cas particulier, un manifeste de l’attention portée au plaisir des enfants. L’aspect coquet de certaines de ces chambres, décorées de papier peint, réchauffées de tapis et de double-rideaux, marque aussi une attention au bien-être des enfants. Cependant, ce ne sont pas les textes qui indiquent ces détails. Ce sont les illustrateurs qui ont ajouté – c’est leur privilège –, une note de fantaisie et d’agrément dans cet univers investi par des discours moraux et hygiénistes.

59Parfois inspirées par ces textes et images, les descriptions peu nombreuses de leur chambre par des enfants, exercice de rédaction française qui semble proposé surtout aux fillettes, sont intéressantes par le détail des objets qu’elles contiennent. Ceux qui caractérisent le XIXe siècle : poupée, outils et ouvrages de couture, fleurs et oiseaux ; ceux qui perdurent au XXe siècle : lit de poupée, table de travail et livres, commode et cheminée garnies de bibelots, gravures aux murs ; et ceux qui particularisent ces pièces : photographie de classe maternelle, buste de l’Alsace, étagère chinoise. On relève dans tous les cas la présence de livres, et l’attention particulière portée à leurs bibelots par les fillettes.

60Du côté des planches didactiques, leurs grandes dimensions, leur technique de reproduction en couleur, leur fonction de support d’apprentissage et de développement du vocabulaire, et leur objectif d’offrir, au-delà de cet emploi, un large éventail d’usages pédagogiques, ont conduit les illustrateurs à multiplier objets, personnages et actions. La chambre (ill. 40) devient alors un espace commun à plusieurs enfants, filles et garçons, coloré, confortable, chaleureux, esthétique et multifonctionnel, qui annonce nos conceptions contemporaines.

40. Henri Mercier. Tableau d’élocution n° 6 : La chambre. Montmorillon, Éditions Rossignol. Vers 1960.

© Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen

Haut de page

Bibliographie

Corpus des ouvrages et documents sélectionnés

Manuels scolaires

Anonyme. Le premier livre d'André. Lecture courante et récitation. Cours préparatoire et élémentaire. Lyon, Librairie Catholique Emmanuel Vitte, Paris, 2e éd. [1913], p. 17. MNE. 1997-02410.

Belot, A. & Camescasse, Jeanne. La vie enfantine. Lectures. Entretiens moraux. Exercices d'observation. Exercices de langage. Accompagné d'une collection de 18 tableaux muraux tirés en 6 couleurs d'après les aquarelles de A. Bertrand et G. Dutriac. Paris, Delagrave, 1924 (8e éd.). MNE. 1993.00367.

Bonnehon, D. & Turgan, P.-E. Lectures choisies. Prose et poésie en rapport avec le programme de morale. Cours préparatoire et élémentaire. 50 lectures. 50 commentaires. 50 pensées. 50 exercices d'élocution. 50 lexiques. Paris, J. Bricon [1900], p. 2. MNE. 1977-00404.

Bourceau, E. (Abbé) & Fabry, Raymond. Lectures et récitations morales à l'usage des Écoles Libres. Cours préparatoire et 1er degré du Cours élémentaire. Paris, Librairie de l’École, 1930, 390e mille [1e éd. 1910]. MNE. 1998.01499.

Breuil, Ernest. Leçons illustrées de français conformes à l'instruction ministérielle du 28 septembre 1910 (Méthode active et expérimentale). Cours préparatoire - Cours élémentaire (1ère année) (6 à 8 ans) - Classe préparatoires des Lycées et Collèges (1ère année). Vocabulaire en action - Grammaire pratique - Orthographe d'usage et d'accord- Préparation à la composition française - Éducation générale. Paris, librairie Larousse, [1910], p. 61. MNE. 2008-05336.

Brunot, Ferdinand & Bony. Méthode de langue française. Premier livre destiné à la 2ème année du cours préparatoire et à la 1ère année du cours élémentaire. Lecture- Langage- Récitation- Grammaire- Composition- Exercices- Écriture- Poésies nouvelles par Alexis Noël. Illustrations par René Victor-Meunier. Paris, Armand Colin, 1905, p. 18. MNE. 1977-00886.

Calvet (Abbé J.) & Lamy, R. Le français par la lecture expliquée, Cours préparatoire, Classes de neuvième et dixième. Textes choisis pour la dictée, l'explication, la récitation, le vocabulaire, la grammaire, la composition française. Illustrations de P. Rousseau. Paris, J. De Gigord, 1929, p. 56. MNE. 1977. 00146.

Canac, Henri & Jughon, Blanche. Ma troisième grammaire. Cours moyen 2e année, Cours supérieur. Paris, Armand Colin [1954]. MNE. 1977. 00685.

Cuissart, E. Méthode Cuissart. Enseignement pratique et simultané de la lecture, de l'écriture, de l'orthographe et du dessin (Programme du 27 juillet 1882). Premier livret : Étude des lettres et de leurs combinaisons simples. Paris, Alcide Pierre et Librairie d’Éducation Nationale, [vers 1885], 494e éd., p. 37. MNE. 1977-04593.

Dessagnes, P. The English Class. Manuel de troisième, 4e année. Conforme aux programmes du 31 mai 1902 et aux instructions ministérielles de décembre 1909. Paris, Masson et Cie [1914]. MNE. 1977.03422.

Fournier, M. Les lectures des petits. Premier livre de lecture courante à l'usage des classes enfantines, des Cours préparatoires et élémentaires des Ecoles primaires et des classes primaires des Lycées et des Collèges. Morale pratique, Exercices d'intelligence, Vocabulaire, 42 récits, 42 causeries autour d’une image, 72 gravures. Septième édition contenant une série de lectures sur la Grande Guerre. Paris, Gedalge et Cie, [1919], p. 59. MNE. 2006-07779.

Georgin, Mlle & Lacabe-Plasteig, A. Imagier de l'enfance. Série d'albums en couleurs à l'usage des écoles maternelles, des classes enfantines, des cours élémentaires de l'école primaire. 1er livret : L'enfant. Observations et langage, Morale familière et rédaction française. Illustrations de Ferdinand Raffin. Paris, Librairies-imprimeries réunies L. Martinet. Édition de 1910. MNE. 1985.01227 ; Édition redessinée de 1920. MNE. 1981-00421.

Girardin, J. Quand j'étais petit garçon. Ouvrage illustré de 42 vignettes par A. Ferdinandus. Paris, Hachette et Cie, 1866, 2e éd., p. 260. MNE. 2004-00418.

Juranville, Clarisse. Le premier livre des petites filles. 160 vignettes de Frédéric Régamey. Classe enfantine : programme officiel - historiettes morales suivies de questions - Petites leçons de choses. Paris, Larousse [1890], 24e éd., p. 8 et 9. MNE. 1999-03533.

Mironneau, A. La grammaire par les textes et par l'usage. Cours préparatoire et élémentaire. Paris, Armand Colin, 1921, p. 155. MNE. 1984-0366 (26).

Perrot, Jean, Dot, E. Pour faire parler nos petits. 32 scènes familières en images sans paroles. Écoles primaires élémentaires. Paris, Fernand Nathan [1925]. MNE. 1999. 03005.

Ségelle, Julien. Corbeille de mots. Méthode active de vocabulaire et langage. Cours élémentaire et cours moyen. Classes de 10ème, 9ème et 8ème des lycées et collèges. Paris, Bourrelier [1950]. MNE. 3.4.03 / 93. 0527.

Seguin, K. Line et Pierrot, Premier livre de lecture courante. Paris, Librairie Hachette, 1924. MNE. 1984.00365 (19).

Souché, Aimé. Le livre auxiliaire du maître pour la récitation française au cours élémentaire et dans les petites classes. 60 morceaux choisis. Paris, Librairie classique Fernand Nathan, 1934 (4e éd.), p. 20. MNE. 1977-02248.

Study, B . La lecture des petits enfants. Langue maternelle, Éducation intellectuelle, Éducation morale. Paris, Bibliothèque d’Éducation [vers 1900]. MNE. 1977-00099.

Planches didactiques

Anonyme. Chambre d’enfants. Planche murale S.l., s.d. [vers 1900]. MNE. 1984.0163.

Bertrand, A. « Dans la chambre ». Série La vie enfantine. Collection de 18 tableaux muraux tirés en 6 couleurs d'après les aquarelles de A. Bertrand et G. Dutriac. Paris, Delagrave [1903]. MNE. 1979. 30562 (1).

Dot, E. « La journée de l’enfant ». Série Pour faire parler nos petits. 32 scènes familières en images sans paroles. 16 tableaux muraux correspondant aux gravures du manuel : Pour faire parler les petits (ci-dessus). 2e série. Paris, Nathan, 1925. MNE. 1996. 01447 (9).

Mercier, Henri. La chambre. Tableau Montmorillon, Éditions Rossignol. Vers 1960. MNE. 1978.05833 (3).

Poirié, Hélène. La chambre des enfants. Série Images de la vie. Éditions Bourrelier, 1950. Associée au manuel : Corbeille de mots par J. Ségelle (ci-dessus). MNE. 1978.01755 (17).

Travaux d’élèves

A., Hélène. Cahier journalier. 2 mai 1917. Niveau élémentaire. École confessionnelle de Chateauneuf-sur-Sarthe. MNE. 1985.027.

C., Roger-Henri. Cahier de devoirs journaliers. 14 janvier 1922. Cours élémentaire. École d’Évaux-les-Bains (Creuse). MNE. 1982.923.7.

C., Nicole. Rédactions illustrées. Cours Moyen. Vers 1950. École Antoine Chantin, rue d’Alésia, Paris, 1950. MNE. 1979.10733.

D., Marcelle. Cahier journalier. Exercice de puériculture. 14 février 1931. École primaire élémentaire. Cours Supérieur. MNE. 1979.37312.1.

D., Jeanne. Cahier de français. Cours moyen. 14 janvier 1922. Douai (Nord). MNE. 1997-01426.

F., Madeleine. Cahier de français. Vers 1922. Niveau élémentaire. MNE. 1979.9659 (6).

T., Ernestine. Cahier de compositions. Juillet 1883. Niveau élémentaire. École de filles du Mériot (Aube). MNE. 79.37874 (2).

W., Suzanne. Cahier de rédactions. Élève de 4e année au cours de Mme Dieterlen-Boisard, 25 bd. Haussmann à Paris. 1888. MNE. 1979.32475 (37).

Littérature de jeunesse

Anonyme. Abécédaire du premier âge, contenant la civilité française pour instruire les enfans dans toute honnêteté et bienséance, avec des figures sur la manière dont les Enfans doivent se conduire et se tenir dans le monde. Paris, Le Prieur, 1817, p. 26 et 72. Coll. part.

Baric. « La chambre de Martin Landor ». Dans : Kroknotski Histoire de Martin Landor ou la musique des enfants. Paris, Hachette, 1869. Coll. part.

Desbeaux, Émile. Les pourquoi de Mademoiselle Suzanne, Paris, Ducrocq, 1881, p. 3. Coll. part.

Doudet, Mme [Théodore Lefebvre]. Les Étrennes de bébé. Paris, Théodore Lefèvre et Cie, Émile Guérin [1900]. MNE. 1979.13122.

Bibliographie

Antomarchi, Véronique, 2000. Politique et famille sous la IIIe République. Paris : L’Harmattan.

Barthes, Roland, 1964. Rhétorique de l'image. Communications, vol 4, p. 40-51.

Baudrillard, Jean, 1970. La société de consommation, ses mythes, ses structures. Paris : S.G.P.P.

Braunschwig, Marcel, 1907. L'Art et l'enfant, essai sur l'éducation esthétique. Toulouse-Paris : Privat.

Buisson, Ferdinand, 1887. Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Paris : Hachette.

Chartier, Anne-Marie, 2005. Des abécédaires aux méthodes de lecture : genèse du manuel moderne avant les lois Ferry. In : Jean-Yves Mollier (dir.). Histoires de lecture, XIXe-XXe siècles. Bernay : Société d’histoire de la lecture, p. 78-102.

Dubois-Brinkmann, Isabelle, 2012. Au royaume des petits princes. Le papier peint pour chambre d’enfant. Rixheim : Musée du papier peint.

Dubois-Brinkmann, Isabelle (dir.), 2012. L’enfant et le tissu imprimé (exposition). Mulhouse : Musée de l’impression sur étoffes.

Eleb-Vidal, Monique & Debarre-Blanchard, Anne, 1989. Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités XVIIe-XIXe siècles. Introduction de Michelle Perrot. Bruxelles : Aux Archives d'architecture moderne, 1989. 

Eleb, Monique & Debarre, Anne, 1995. L’invention de l’habitation moderne. Paris 1880-1914. Hazan et archives d’architecture moderne.

Fonssagrives, Jean-Baptiste, 1871. La maison. Étude d’hygiène et de bien-être domestique. Paris : Delagrave et Cie, 2e éd.

Guerrand, Roger-Henri, 1987. Espaces privés. In : Ariès, Philippe & Duby, Georges (dir.). Histoire de la vie privée. Tome 4 sous la direction de Michelle Perrot : De la Révolution à la Grande Guerre ». Paris : Seuil, p. 349-411.

Hall, Catherine, 1987. Sweet home. In : Perrot, Michelle (dir.). Histoire de la vie privée, vol. IV. Paris : Seuil.

Hugo, Victor, 1859. « Les pauvres gens ». In : La Légende des Siècles, vol. II, XIII, Maintenant, III, 1-15.

Jodelet, Denise, 1984. Représentations sociales : phénomènes, concept et théorie. In : S. Moscovici (dir). Psychologie sociale. Paris : PUF, p. 357-378.

Juanéda-Albarède, Christiane, 1998. Cent ans de méthodes de lecture. Albin Michel éducation.

King-Hall, Magdalen, 1958. The Story of the Nursery. Londres : Routledge & Kegan Paul.

Manson, Michel, 2014. La chambre d’enfant dans la littérature de jeunesse : représentations et histoire d’une émergence en France de 1780 à 1880. In : Renonciat Annie (dir.), La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie. Rouen, Musée national de l’Éducation/CNDP. En ligne.

Panofsky, Erwin, 1967. Essais d’iconologie. Paris : Gallimard.

Perrinjaquet Roger et Rotman Roger, 1979. La genèse de la chambre d'enfant. Architecture d'aujourd'hui Paris : n° 204, p. 89-92.

Perrot, Michelle, 1987. Manières d'habiter. In : Ariès, Philippe & Duby, Georges (dir.). Histoire de la vie privée. Tome 4 sous la direction de Michelle Perrot : De la Révolution à la Grande Guerre. Paris : Seuil, p. 307-323.

Perrot, Michelle, 2009. Histoires de chambre. Paris : La Librairie du XXIe siècle.

Perrot, Michelle, 2012. La chambre d’enfant dans l’espace familial. Journal français de psychiatrie, n° 37, p. 25-28.

Renonciat, Annie, 1989. Du livre à la chambre d’enfant. In : Ségolène Le Men et Annie Renonciat. Livres d’enfants, livres d’images, 1848-1914. Les dossiers du Musée d’Orsay, n° 35. Paris : Réunion des musées nationaux.

Renonciat, Annie, 1993. La camera dei bambini. In : Heinz-Gerhard Haupt (dir.). Luoghi quotidiani nella storia d’Europa. Roma : Editori Laterza, p. 268-284.

Renonciat, Annie, 1994. Das Kinderzimmer. In : Heinz-Gerhard Haupt (dir.). Orte des Alltag. Miniaturen aus der europäischen Kulturgeschichte [Lieux de la vie quotidienne. Miniatures de l’histoire de la culture européenne]. München : C.H. Beck, p. 150-160.

Renonciat, Annie, 2005. Du livre à la chambre d’enfant : naissance d’un espace artistique (1880-1939). Actes du colloque sur L’Édition pour la jeunesse, entre héritage et culture de masse, Institut international Charles Perrault : CDRom.

Renonciat, Annie, 2005. Typographies pour l’enfance dans l’édition occidentale. In : Littérature de jeunesse, incertaines frontières, textes réunis et présentés par Isabelle Nières-Chevrel. Association des amis de Cerisy-Pontigny, Gallimard jeunesse, p. 64-79.

Renonciat, Annie, 2006. La chambre d’enfant : un patrimoine visuel. In : Laurent Gervereau (dir.). Dictionnaire mondial des images. Paris : Nouveau monde, 2006.

Renonciat, Annie (dir.), 2011. Voir / Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du XVIe au XXe siècles. Chasseneuil-du-Poitou : CNDP.

Renonciat, Annie, 2013. The ‘Art at School’ movement in France : aims, ideas, influence (1880 – 1939). In : Jeremy Howard and Catherine Burke (eds). The Decorated School : Essays on the Visual Culture of Schooling. London : Black Dog House, 2013, p. 12-17.

Renié, Pierre-Lin, 2005. Une image sur un mur. Bordeaux : Musée Goupil.

Rollet-Echalier, Catherine, 1990. La politique à l’égard de la petite enfance sous la IIIe République. Paris : INED, cahier 127, PUF.

Rollet-Echalier, Catherine, 2001. Les enfants au XIXe siècle. Paris : Hachette Littératures.

Schapiro, Meyer, 1982. Style, Artiste et Société. Trad. Blaise Allan. Paris : Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Voir dans ce même numéro Michel Manson, « La chambre d’enfant dans la littérature de jeunesse : représentations et histoire d’une émergence en France de 1780 à 1880 », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014. URL : http://strenae.revues.org/1228 ; DOI : 10.4000/strenae.1228 [Ndlr]

2 Nous utilisons ici la notion de « motif » au sens que lui attribue Panofsky dans l’Introduction à ses Essais d’Iconologie (1967, p. 13-23) : représentation d’un objet, chargé de significations « primaires ou naturelles ». En tant qu’il est mis en relation avec d’autres motifs, des thèmes ou concepts, et organisé dans une composition, le motif peut s’avérer porteur d’une signification secondaire, conventionnelle, ajoutée par la culture, et enfin d’une « valeur symbolique » qui renvoie à des valeurs, des mentalités propres à une époque, à une nation, à une religion, etc., condensées consciemment ou inconsciemment par l’artiste en une œuvre unique, que l’analyse iconographique est appelée à décrypter.

Haut de page

Table des illustrations

Légende 1. Ferdinand Raffin. « Le réveil », dans : K. Seguin. Line et Pierrot. Premier livre de lecture courante. Paris, Hachette, 1924.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 2. Valnay. La chambre de Suzanne. Dans : Émile Desbeaux. Les pourquoi de Mademoiselle Suzanne, Paris, Ducrocq, 1881, p. 3.
Crédits Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 3. Anonyme. « Le lever », dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français. Larousse [vers 1910].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 4. Anonyme. Le premier livre d'André. Lecture courante et récitation. Lyon, Librairie catholique Emmanuel Vitte, Paris, 1913 (2e éd.).
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 5. Anonyme. Abécédaire du premier âge, contenant la civilité française pour instruire les enfans dans toute honnêteté et bienséance, avec des figures sur la manière dont les Enfans doivent se conduire et se tenir dans le monde. Paris, Le Prieur, 1817, p. 26 et 72.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-5.png
Fichier image/png, 362k
Légende 6. E. Dot. « La journée de l'enfant ». Planche murale reproduisant en couleur une page de l’ouvrage de Jean Perrot : Pour faire parler nos petits. 32 scènes familières en images sans paroles. IIe série. N° 17. Paris, Fernand Nathan [1925].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-6.png
Fichier image/png, 647k
Légende 7. Pierre Rousseau. « L’enfant malade ». Dans : J. Calvet & R.Lamy. Le français par la lecture expliquée. Paris, J. De Gigord, 1934, p. 56.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 8. Anonyme. « La pauvre petite serrait sur son cœur une poupée ». Dans : Mme Doudet [Théodore Lefèvre]. Les Étrennes de bébé. Paris, Théodore Lefèvre et Cie, Émile Guérin. Vers 1900.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 9. Anonyme. Dans : P. Dessagnes. The English Class. Paris, Masson et Cie [1914].
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-9.png
Fichier image/png, 928k
Légende 10. René Victor-Meunier. « La petite garde-malade ». Dans : Brunot & Bony, Méthode de langue française […] Paris, Armand Colin [1905], p. 12.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 11. « Meubles pour enfants ». Dans : Saint Nicolas au Printemps. Catalogue des Grands magasins du Printemps, Paris, sd [1912].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 12. « Meubles d’enfants ». Dans : Le jardin des fées. Catalogue des Grands Magasins Au Printemps, Paris, 1911.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 13. Anonyme. « Elle vous berçait avec amour ». Dans : Le premier livre d'André. Lecture courante et récitation. Lyon-Paris, Librairie Catholique Emmanuel Vitte, 1913 (2e éd.), p. 17.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-13.png
Fichier image/png, 453k
Légende 14. Anonyme. « Quand ton père, le soir, te berce doucement… ». Dans : D. Bonnehon & P.-E Turgan. Lectures choisies. Prose et poésie en rapport avec le programme de morale. Paris, J. Bricon, 1899, p. 2.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 15. Lola A. [Lola Anglada ?]. « L’enfant au berceau ». Dans : A. Souché. Le livre auxiliaire du maître pour la récitation française. Paris, Nathan, 1924 (4e éd.), p. 20.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 16. Anonyme. « La chambre à coucher». Dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français. Paris, Larousse [vers 1910].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 17. Ferdinand Raffin. « Le petit frère ». Dans : Mlle Georgin & A. Lacabe- Plasteig. Imagier de l'enfance […]. 1er livret : L'enfant. Observations et langage, Morale familière et rédaction française. Paris, L. Martinet [réed. vers 1920], pl. 1.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 18. « La chambre de bébé. J.L. Virlouvet décor. » Dans : « Chambres d’enfants » par Henri Clouzot, L’Illustration, 29 mai 1934.
Crédits Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 19. Anonyme. « La peur ». Dans : M. Fournier. Les lectures des petits […]. Paris, Gedalge et Cie [1919], 7e éd., p. 59.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-19.png
Fichier image/png, 405k
Légende 20. A. Ferdinandus. « Je vis un grand fantôme noir ». Dans : J. Girardin. Quand j'étais petit garçon. Paris, Hachette et Cie, 1886 (2e éd.), p. 260.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 21. René Victor-Meunier. « Le le ver ». Dans : Brunot & Bony, Méthode de langue française […] Poésies nouvelles par Alexis Noël. Paris, Armand Colin, p. 12 [1905].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-21.png
Fichier image/png, 382k
Légende 22. Anonyme. « Le le ver ». Dans : M. Fournier. Les lectures des petits, Premier livre de lecture courante […]. Paris, Gedalge et Cie, [1919], p. 11.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 23. Ferdinand Raffin. « Le lever ». Dans : Mlle Georgin et A. Lacabe-Plasteig. L’Imagier de l'enfance. Paris, L. Martinet [1910].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-23.png
Fichier image/png, 366k
Légende 24. Anonyme. « La respiration ». Dans : Blanche Jughon, Henri Canac. Ma troisième grammaire. Paris, Armand Colin, 1954.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-24.png
Fichier image/png, 633k
Légende 25. Ferdinand Raffin. « Un jour de pluie». Dans : Mlle Georgin et A. Lacabe-Plasteig. L’Imagier de l'enfance. Paris, L. Martinet [1910].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-25.png
Fichier image/png, 846k
Légende 26. Anonyme. « Les enfants studieux travaillent avec ardeur ». Dans : Méthode Cuissart […]. Paris, Alcide et Librairie d’Éducation Nationale, 1910 (494e éd.), p. 37.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-26.png
Fichier image/png, 323k
Légende 27. Anonyme. « Le pupitre ». Dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français…. Paris, Librairie Larousse [vers 1910], p. 61.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 28. Anonyme. « Une chose merveilleuse ». Dans : A. Mironneau, La grammaire par les textes et l'usage. Paris, Armand Colin, 1921, p. 183.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-28.png
Fichier image/png, 396k
Légende 29. Anonyme. « Les livres ». Dans : Ernest Breuil. Leçons illustrées de français. Paris, Librairie Larousse, [vers 1910], p. 61.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 30. Ferdinand Raffin. « Le travail à la maison ». Planche n° 9 de : Mlle Georgin et A. Lacabe-Plasteig. L’Imagier de l'enfance. Paris, L. Martinet [1910].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-30.png
Fichier image/png, 924k
Légende 31. Frédéric Régamey. « La chambre de Laure ». Dans : Clarisse Juranville. Premier livre des petites filles. Paris, Larousse, 1890 (24e éd.), p. 8 et 9.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-31.png
Fichier image/png, 416k
Légende 32. René Victor-Meunier. « La chambre de Louise ». Dans : Brunot & Bony, Méthode de langue française. Paris, Armand Colin, 1905, p. 18.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-32.png
Fichier image/png, 400k
Légende 33. Anonyme. Chambre d’enfants. Planche murale S.l., s.d. [vers 1900].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-33.png
Fichier image/png, 723k
Légende 34. Fernand Fau. « Les jeux de l’enfant ». Dans : Jean Perrot. 200 images faciles à raconter par les tout-petits. Paris, Fernand Nathan, 3e éd. [1e éd. 1905].
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-34.png
Fichier image/png, 665k
Légende 35. A. Bertrand. « Dans la chambre. Les prisonniers (Conséquences de l’étourderie. Dangers de la précipitation. Pitié pour les faibles. Désir de soulager l’infortune. Respect de la liberté….) ». Tableau mural extrait de la série : La Vie enfantine, par A. Belot et J. Camescasse. Delagrave [vers 1910].
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-35.png
Fichier image/png, 863k
Légende 36. Hélène Poirier. « La chambre des enfants ». Planche n° 17 de la série Images de la vie. Éditions Bourrelier, 1950.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-36.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 37. Anonyme. « Voici la corbeille de ma poupée ». Dans : Abbé Bourceau & Raymond Fabry. Lectures et récitations morales à l'usage des Écoles Libres. Paris, Librairie de l’École, 1930 (390e mille), p. 135.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-37.png
Fichier image/png, 386k
Légende 38. Rédaction de Nicole Crétin. École Antoine-Chantin, rue d’Alésia, Paris, 1950.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-38.png
Fichier image/png, 187k
Légende 39. Baric. « La chambre de Martin Landor ». Dans : Kroknotski, Histoire de Martin Landor ou la musique des enfants. Paris, Hachette, 1869.
Crédits Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-39.png
Fichier image/png, 414k
Légende 40. Henri Mercier. Tableau d’élocution n° 6 : La chambre. Montmorillon, Éditions Rossignol. Vers 1960.
Crédits © Canopé/CNDP – Musée national de l'Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1233/img-40.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Renonciat, « Quand la chambre fait école. Images et usages pédagogiques de la chambre d’enfant », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1233 ; DOI : 10.4000/strenae.1233

Haut de page

Auteur

Annie Renonciat

École normale supérieure de Lyon ; LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org