Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La chambre d’enfant dans la littérature de jeunesse : représentations et histoire d’une émergence en France de 1780 à 1880

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Michel Manson

Résumé

Durant la période qui précède le Second Empire, d’Arnaud Berquin à Eugénie Foa, les mentions de la chambre d’enfant apparaissent dans la littérature de jeunesse, mais brèves. Sous le Second Empire, l’œuvre de la comtesse de Ségur apporte un riche matériau sur les chambres d’enfant dans les châteaux de la bonne société, mais pas seulement. Les usages de la chambre, pour le jeu comme pour le travail scolaire, sont évoqués. D’autres auteurs de cette période donnent même des descriptions de chambres, qui complètent l’image fournie par la comtesse de Ségur. Sous la Troisième République, les situations se diversifient, mais nous ne faisons qu’effleurer cette période où les évocations sont plus nombreuses et plus longues, alors que la chambre d’enfant devient une réalité sociale dont se préoccupent architectes, hygiénistes et éducateurs.

Haut de page

Texte intégral

La chambre d’enfant dans la littérature de jeunesse : un territoire stratégique pour la connaissance de la culture d’enfance

  • 1 Michelle Perrot ne consacre qu’un chapitre à la chambre d’enfant, p. 135-166.

1L’histoire de la chambre d’enfant reste à écrire, maintenant qu’une histoire des chambres nous offre un cadre (Perrot 2009)1. Certains travaux ont déjà défriché le terrain et ouvert des pistes, surtout pour l’Angleterre et l’Allemagne (King-Hall 1958 ; Haskell 1971 ; Weber-Kellermann 1991), beaucoup moins pour la France (Perrinjaquet & Rotman 1979 ; Renonciat 1989, 1983, 2005). L’histoire de la chambre d’enfant s’inscrit à la jonction de plusieurs histoires : celle de l’enfance, celle de la culture matérielle de l’enfance, laquelle se découpe en histoires particulières selon les objets culturels de l’enfance : jouets, livres, matériel scolaire, images, mobilier, vêtements, bonbons, etc. Or, le livre pour enfant a cette particularité d’être l’un de ces objets de l’enfance, et en même temps un lieu où des fictions situent les enfants dans leur vie, leur prêtant des aventures, des émotions, des sentiments, un rapport aux choses et aux êtres que les auteurs mettent en scène. Il s’agit là d’un système de représentation qui évolue en fonction de l’histoire de la société, de l’histoire de la littérature de jeunesse et de l’histoire de l’enfant. Étudier la chambre d’enfant dans les livres d’enfants, c’est donc se situer dans un territoire stratégique pour la connaissance de la culture d’enfance. Les ouvrages cités dans le travail que nous présentons ne sont qu’une faible partie des livres dépouillés : ceux qui, de 1780 à 1880, ne mentionnent pas la chambre d’enfant sont beaucoup plus nombreux que ceux qui le font. Cette première approche cherche à laisser parler les auteurs, et une attention particulière a été prêtée à la comtesse de Ségur, dont l’œuvre entière a été relue à cette occasion.

De 1780 à 1855 : une présence timide mais réelle de la chambre d’enfant dans les livres de jeunesse

2Avant la Révolution, deux passages de Berquin évoquent une chambre d’enfant. Dans l’un, le père de Théophile entre à l’improviste « dans sa chambre », où il le surprend plongé dans ses pensées, après la lecture d’un petit livre orné d’estampes, donnant des passages choisis de l’Écriture. Dans un autre passage, c’est Mme de Préval qui demande à sa fille Léonore : « Que faisois-tu ici renfermée toute seule dans ta chambre ? » Et sa fille lui répond : « Je répétois ma leçon de clavecin » (Berquin 1785, t. 2, p. 74 et 114). Ainsi, pour ces enfants qui ne sont plus petits mais pas encore adolescents, la chambre est le lieu de leur intimité, où ils peuvent s’isoler, pour lire, faire de la musique ou pour travailler. Les parents sont là pour surveiller le bon usage qu’ils font de cet espace privé. Nous sommes là, avec Berquin, dans un milieu de lecteurs plus bourgeois qu’aristocrates, milieu dans lequel semble exister dans ces années 1780 la possibilité de chambres d’enfant.

3Sous l’Empire, une traduction d’Hermann et Émilie, de l’allemand d’Auguste Lafontaine, met en scène un vieillard qui n’espérait plus beaucoup de la vie, mais qui se trompait :

« … une grande joie lui était encore réservée. Elle dissipa tous ses dégoûts : ce fut la naissance de son premier petit-fils, le jeune Hermann. De ce moment, le grand-père était tous les jours chez son gendre, et se tenait constamment dans la chambre de l’enfant. » (Lafontaine 1802, p. 21)

4Mais un français aussi mentionne la chambre d’enfants : Pierre Blanchard, d’abord auteur puis éditeur important de livres de jeunesse. Dans une Civilité publiée d’abord dans Le Nouveau La Bruyère (Londres, 1805) puis dans Le Trésor des Enfans (Le Prieur 1806), il donne à l’enfant des conseils pour le coucher et pour le lever, évoquant la possibilité que l’enfant ait sa chambre, ou qu’il y ait quelqu’un avec lui dans une chambre. Plus tard, dans Les Accidens de l’enfance, une mère dit à son petit garçon : « Allez dans votre chambre ; votre désobéissance me fait plus de peine que l’accident qui vous est arrivé. » (Blanchard 1813, p. 136). Lieu d’intimité, la chambre est aussi lieu de relégation, de punition par la séparation de l’enfant d’avec les autres membres de la famille. D’autres auteurs anonymes confortent sous la Restauration cette idée que la chambre d’enfant existe déjà. Ainsi, une Civilité anonyme de 1817 présente un texte et des illustrations, parfaitement clairs. Le texte dit à l’enfant : « vous ne souffrirez pas qu’aucune personne d’autre sexe entre dans votre chambre pendant que vous êtes couché ; ainsi vous la tiendrez fermée de votre côté ». Le texte évoque la possibilité que l’enfant dorme dans la chambre de ses parents, et conseille, pour le coucher : « Fermez la porte de votre chambre par le dedans ; si la nécessité vous contraint de coucher avec quelqu’un, ne vous approchez pas si près, que vous vous incommodiez l’un et l’autre : gardez l’honnêteté partout. » (Anonyme 1817, p. 26 et 72)

  • 2 Pour l’usage scolaire de l’iconographie de la chambre d’enfant, voir la communication d’Annie Renon (...)

5Les illustrations (le lever, la toilette, le coucher) nous montrent que la chambre comporte un lit, une table de nuit avec un bougeoir, une chaise pour poser ses vêtements, une table avec broc et cuvette pour la toilette du matin. La belle fontaine que l’on peut voir dans la gravure sur la toilette est un luxe qui ne devait guère être répandu à l’époque. Sans doute est-elle, en l’occurrence, située dans une autre pièce que la chambre. Ces images représentent plus la chambre que le texte, qui se concentre pour sa part sur les comportements et ne décrit rien. Il se trouve qu’il s’agit d’un type de texte plutôt scolaire, et l’iconographie scolaire semble vouloir montrer la chambre dans sa réalité, même s’il s’agit d’une réalité idéale. Ainsi, des racines de l’iconographie de la chambre d’enfant dans les manuels et les planches didactiques de la Troisième République se trouvent dans ce manuel de civilité de la Restauration2.

6Un autre ouvrage anonyme, mêlant fiction et didactique, publié sous la Monarchie de Juillet, ajoute une touche supplémentaire à ce tableau de la présence des chambres d’enfants avant 1870. Pour expliquer les pronoms, une note est ainsi rédigée : « Il y a aussi des pronoms possessifs (indiquant la possession). Ex. : mon livre, ma chaise, ton habit, ta chambre, votre banc, son chapeau, sa chemise, mes livres, tes habits, vos bancs, ses chemises, leurs armes » (Anonyme, 1832, note 1, p. 87).

7Finalement, c’est un album sur l’éducation de la poupée (Renneville 1823) qui fournit des illustrations permettant d’imaginer la fillette jouant à la poupée dans le salon sous le regard de sa mère (ill. 1), puis recevant des jouets dans sa chambre et une belle robe comme récompense. Sa chambre comporte un lit à baldaquin, une cheminée avec une horloge, une chaise et un tabouret, et des livres sur une étagère (ill. 2).

1. Anonyme. « Éducation de la poupée ».

Sophie de Renneville. Éducation de la poupée. Paris, Eymery, 1823. Coll. part.

2. Anonyme. « Les bonnes actions ont leur récompense ».

Sophie de Renneville. Éducation de la poupée. Paris, Eymery, 1823. Coll. part.

8Plusieurs auteurs évoquent aussi la chambre d’enfants sous la Monarchie de Juillet. Dans un livre pour jeunes gens, l’auteure évoque un petit malade et le docteur qui se fait « mettre un lit dans la chambre de l’enfant » (Bernard 1835, p. 116). Dans les Mémoires d’une poupée (1839), Julie Gouraud évoque par trois fois une chambre d’enfant. Hélène, avant de quitter Paris, avait « une chambre à ranger, des affaires à plier, des livres à serrer, des heures d’étude et de solitude » (Gouraud 1857, p. 156). Elle décrit aussi une chambre de jeune fille, Suzanne, âgée de 13 ans, très pieuse :

« … sa chambre était ornée d’images données, au temps de la première communion, par M. le vicaire ou par les parents ; le rameau de Pâques et le bouquet de la Fête-Dieu étaient religieusement conservés d’une année à l’autre […] Certains détails de notre vie révèlent ce que nous sommes : la chambre d’une jeune fille, comme la maison d’une femme mariée, aideront beaucoup à pénétrer le caractère de l’une et de l’autre. »

9Et l’auteure précise :

« Jeunes filles, nous passons dans ces appartements [ceux de nos mères] plutôt que nous n’y vivons ; tout l’intérêt et le goût se concentrent dans la chambre ; c’est là qu’on éprouve un avant-goût de maîtresse de maison. » (Gouraud 1845, p. 22 et 23)

10D’autres textes montrent bien que la première chambre à s’individualiser est celle de la jeune fille, c’est-à-dire de la fillette qui a fait sa communion, âgée de douze ans au moins.

11À la même époque, Eugénie Foa évoque un Polichinelle que vient d’obtenir Jules. C’est Polichinelle qui raconte : « on m’emporta dans la chambre aux joujoux ». Lorsque la petite Marie, sept ans, veut marier sa poupée à Polichinelle, elle entre « étourdiment dans la chambre de son frère » (Foa 1857, p. 22 et 36). Ainsi, chaque enfant a sa chambre et il existe une « chambre aux joujoux » comme nous le verrons chez la comtesse de Ségur. Une indication intéressante est donnée par Eugénie Foa dans l’un de ses contes historiques, qui retrace la vie de Gréty, musicien :

« Madame Gréty crut entendre remuer, à côté de sa chambre, dans le cabinet où couchait son fils. Elle se leva tout doucement afin de ne pas réveiller son mari, et à la lueur d’une lampe qui brûlait dans la chambre de l’enfant, elle le vit assis sur son lit, qui mettait ses bas. » (Foa, vers 1840, p. 118)

12Telle est souvent l’origine de la chambre d’enfant : un cabinet de rangement à côté de la chambre des parents, que l’on débarrasse pour en faire une chambre, sans doute très exigüe et sans fenêtre. À l’inverse, la chambre que Louise partage avec sa tante dans un château est « une immense chambre située au premier étage ; là se trouvaient deux grands lits antiques. » (Richomme [1844], p. 65)

13Ainsi, la littérature de jeunesse depuis Berquin mentionne des chambres d’enfants, qu’elle n’a sans doute pas inventées, mais qu’elle ne décrit guère. Il semble que ces espaces ne sont pas encore réellement conçus pour les enfants, soit parce qu’il s’agit de cabinets aménagés, ou de grandes pièces récupérées, soit parce que le mobilier est fondamentalement identique à celui des adultes. Cependant, il y a là un espace qui permet à l’enfant d’être seul, et même de s’enfermer à clé, un endroit où il peut lire, travailler, jouer avec ses jouets, à l’abri du regard des adultes, regard que l’iconographie nous a montré constamment présent. Cette ébauche de la chambre d’enfant apparaît bien plus précoce que ce que l’on pensait, et elle se répand dans les fictions sous le Second Empire, dans la bonne société, comme en atteste la comtesse de Ségur.

Sous le Second Empire : une présence affirmée dans l’œuvre de la comtesse de Ségur

14L’univers ségurien, centré sur la famille, prend place le plus souvent dans des châteaux et s’inspire fortement du mode vie de la comtesse, qui est celui de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie dans leurs demeures de province. Il se situe sous le Second Empire, ses ouvrages étant publiés de 1855 à 1871. La bibliographie sur la comtesse de Ségur est considérable, mais bien peu a été écrit sur la culture matérielle enfantine dans son œuvre, et, en tout cas, sans faire le lien entre les objets de l’enfance et les espaces où ils évoluent. On gardera toutefois à l’esprit qu’il s’agit d’œuvres de fiction et non d’un témoignage de vie d’une partie de la société. Quelques albums sur la poupée fourniront en contre-point des images illustrant ce que nous dit la comtesse de Ségur. Examinons d’abord le problème de la chambre d’enfant, avant de chercher à savoir si elle contient des jouets, des livres et autres objets de l’enfance.

Les enfants ont-ils leur chambre dans l’univers ségurien ?

15Il faut d’abord remarquer que la comtesse de Ségur utilise souvent le mot « chambre » dans son sens générique ancien de « pièce ». Ainsi, dans Les Petites Filles modèles, Mme de Rosbourg visite une maison à louer pour y loger une pauvre femme de marin :

  • 3 Dans La Sœur de Gribouille, Gribouille passe le balai dans le salon, qui est appelé tantôt « salon  (...)

« Il y avait trois pièces, une cave et un grenier […] ; les chambres étaient claires, assez grandes pour servir l’une de cuisine et de salle, l’autre de chambre pour la mère Françoise et sa fille, la troisième de pièce de réserve. » (Ségur 2009, t. 1, p. 220)3

16Une chambre sert donc pour la mère et la fille dans une maisonnette de famille modeste, et il ne leur vient pas à l’idée de faire de la troisième pièce une chambre pour l’enfant. Nous y reviendrons. Dans la ferme des Bonnard, la grande pièce commune qui sert de cuisine et de salle à manger est appelée « chambre » par la comtesse sur le manuscrit du Mauvais Génie, mais cela a été corrigé en « salle », mot plus approprié et d’usage populaire (Ségur 2009, t. 3, p. 497). Cet usage générique du mot « chambre » chez la comtesse ne l’empêche pas d’utiliser le mot dans le sens de « chambre à coucher », et, dans les châteaux qu’elle évoque, les enfants ont leur chambre, ou sont deux par chambre.

La chambre d’enfant dans les châteaux de l’univers ségurien

17La propriété enfantine d’une pièce appelée « chambre » est marquée par le possessif : « sa chambre », « leur chambre ». Dans Les Bons Enfants, chacun des nombreux cousins et cousines a sa chambre. Camille a préparé pour chaque enfant un panier de pétales de fleurs pour la fête du village, et elle demande à la bonne : « veux-tu les porter dans nos chambres ? Les noms sont dans chaque panier » (Ségur 2009, t. 2, p. 220). De fait, dans le même ouvrage, l’auteur nous confirme qu’une chambre est accordée à chaque enfant : après une bataille pour rire, les enfants « coururent s’arranger chacun chez soi » (ibid., p. 309). Le possessif est aussi très souvent utilisé pour marquer la punition, le renvoi d’un enfant dans ce lieu qui permet de l’écarter de la sociabilité enfantine et familiale. Mme de Fleurville dit à Camille dans Les Petites Filles modèles : « Montez dans votre chambre, mademoiselle ; vous ne descendrez que pour dîner » (Ségur 2009, t. 1, p. 141). En revanche, Marguerite est « condamnée à dîner dans sa chambre » (ibid., p. 194). Souvent, c’est Sophie qui a droit à cette punition dans Les Malheurs de Sophie : « Sophie dîna dans sa chambre » (Ségur 2009, t. 1, p. 291 et 286) ; « Allez-vous en dans votre chambre, Mademoiselle » (ibid., p. 292, 294), etc. Il s’agit là d’une petite fille de quatre ans qui a donc sa chambre. Mais y dort-elle toute seule ? Il semble que pour les plus petits enfants, la bonne – en fait la « nurse » ou bonne d’enfant – dorme aussi parfois dans la chambre de l’enfant qui leur est confié. Quand un enfant a été malade, durant la convalescence l’un des parents peut momentanément coucher dans sa chambre. C’est ce qui se passe pour le comte, papa de Jules dans Pauvre Blaise :

  • 4 Georges avait sa chambre à côté de celle de son père dans Après la pluie le beau temps, t. 3, p. 99 (...)

« Papa, dit Jules, vous continuerez à coucher dans ma chambre, que je vous aie toujours près de moi ? — Tant que tu n’auras pas repris tes forces et ta santé habituelles, je coucherai près de toi, mon cher enfant ; quand tu seras tout à fait bien, je reprendrai ma chambre. » (Ségur 2009, t. 1, p. 768-769)4

18La comtesse évoque aussi la chambre de la bonne, qui communique avec celle de l’enfant dont elle s’occupe : « Il y avait deux jolies chambres, une pour la bonne, une pour Christine », chez les Des Ormes, de même que, chez M. de Nancé dans François le Bossu, on trouvait « l’ancienne petite chambre de François donnant dans celle d’Isabelle » (Ségur 2009, t. 2, p. 837 et 856). À l’âge de douze ans, François a une autre chambre près de celle de son père, et sa bonne doit le quitter car il est trop grand pour bénéficier des soins d’une bonne d’enfant.

19Il est aussi courant, dans l’univers des châteaux séguriens, que frères et sœurs ou cousins partagent la même chambre, parfois de façon provisoire, avant qu’on arrange une chambre individuelle pour un enfant. Ainsi, quand Sophie arrive chez les Fleurville dans Les Petites Filles modèles, le soir, « il fut décidé qu’elle coucherait dans la même chambre que Marguerite, et elle y dormit paisiblement jusqu’au lendemain » (Ségur 2009, t. 1, p. 185). De même, quand les cousins arrivent dans Les Vacances, on met dans la même chambre les deux frères, Léon et Jean de Rugis âgés de treize et douze ans, alors que le petit cousin Jacques de Traypi, sept ans, a sa chambre pour lui seul, les deux pièces ayant été embellies d’un vase avec des fleurs (Ségur 2009, t. 1, p. 372). Dans Les Bons Enfants, Pierre, huit ans, et Henri, six ans, partagent la même chambre. Il y a une cuvette pour se débarbouiller le matin, une table sur laquelle ils prennent leur petit déjeuner, un chocolat (Ségur 2009, t. 2, 174-175).

20Ces chambres d’enfant ne sont guère décrites : lieux pour dormir, elles sont dotées d’un ou plusieurs lits que nous ne voyons pas. Elles peuvent avoir une commode, des tiroirs où sont rangées des affaires. Dans les Nouveaux Contes de fées. Histoire de Blondine, on trouve une description de la chambre de Blondine :

« Bonne-Biche et Beau-Minon la menèrent voir l’appartement qui lui était destiné. La chambre de Blondine était toute tapissée de soie rose brodée en or : les meubles étaient en velours blanc, brodés admirablement avec les soies les plus brillantes. Tous les animaux, les oiseaux, les papillons, les insectes y étaient représentés. » (Ségur 2009, t. 1, p. 11)

21Le décor d’animaux fait penser à une volonté de décoration adressée à l’enfance, ce qui, en 1857, est encore très rare en France, même dans l’aristocratie. Est-ce un rêve de la comtesse, ou a-t-elle observé une telle chambre ? Nous n’avons pas la réponse à cette question.

Dans les milieux plus modestes : situations variées

22Nous avons vu dans Les Petites Filles modèles que Françoise, la femme du marin Lecomte, partage sa chambre avec sa fille Lucie. Mais, en revanche, la fillette des meuniers a sa chambre : sa mère veut savoir si elle a bien pris la poupée de Marguerite, mais « Jeannette se sauve et s’enfuit dans sa chambre » (Ségur 2009, t. 1, p. 172). Dans l’appartement parisien de Mme Bonbeck dans Les Deux Nigauds, la bonne Prudence, les enfants Gargilier, Innocent et Simplicie, partagent la même chambre, qui n’a ni commode ni armoire mais des placards (Ségur 2009, t. 2, p. 368-369). Jacques (six ans) et Paul (trois ans), découverts dans la forêt par Mourier, sont accueillis à l’Auberge de l’Ange gardien par Mme Blidot, qui, avec sa sœur Elfy, prépare pour eux « le cabinet près de la chambre où elles couchaient toutes deux » (Ségur 2009, t. 2, p. 498). Trois ans plus tard, ce cabinet est appelé « leur chambre » (ibid., p. 597). De la même façon, lorsque le curé de Loumigny accueille le malheureux petit Torchonnet, « il appela sa servante, lui remit Torchonnet en lui recommandant de le faire souper et de lui arranger un lit dans un cabinet quelconque », lequel devient lui aussi sa « chambre » (ibid., p. 535 et 612). Parfois, dans une maison de village l’enfant a sa chambre. Dans Un bon petit diable, Charles, âgé de treize ans, y dort sur :

  • 5 Il est question de « sa chambre », p. 1154, 1155, 1158.

« … une couchette misérable, composée d’une paillasse, d’un vieux drap en loque, d’une vieille couverture de laine râpée et d’un oreiller en paille : mais quel est le lit assez mauvais pour avoir la faculté d’empêcher le sommeil à l’âge heureux qu’avait Charles ? » (Ségur 2009, t. 2, p. 1162)5

23Dans les familles les plus pauvres, comme celle de Jean dans Jean qui grogne et Jean qui rit, que sa maman, Hélène, envoie à Paris parce qu’elle ne peut plus le nourrir, il semble qu’il n’y ait qu’une grande salle où se trouvent le lit de la mère et celui de l’enfant. Et quand Jeannot son cousin vient dormir à la maison avant le départ du lendemain matin, il doit coucher dans le même lit que Jean (Ségur 2009, t. 3, p. 11, 13). La petite fille qui a été trouvée à l’église est placée par Hélène « au pied de son lit » (ibid., p. 13). Lorsqu’Hélène est emmenée par M. Kersac pour tenir sa ferme, il y a un peu plus de place, et, pour accueillir Jean que le fermier va chercher à Paris, elle « ne perdit pas une minute pour préparer un lit à Jean, dans un cabinet qui se trouvait entre sa chambre et celle de Kersac » (ibid., p. 137). Ce n’est plus une chambre d’enfant, car Jean a dix-sept ans !

La chambre d’enfant est-elle le lieu de rangement des jouets ?

Le matériel ludique

  • 6 Nous avons maintes fois étudié la place du jouet dans les livres pour enfants, et le comptage des o (...)
  • 7 Ibid., t. 1, p. 3, 4 (deux), 127, 184, 277, 284, 291, 299, 335, 336, 670 ; t. 2, p. 177, 179, 294 ; (...)
  • 8 Ce n’est pas le lieu ici de faire une analyse de ce « personnage » poupée dans l’œuvre de la comtes (...)
  • 9 Ibid., t. 1, p. 733 et sqq. Le mot apparaît 34 fois.

24La comtesse évoque souvent les jouets des enfants, surtout ceux des plus petits6. Elle n’utilise le terme générique de « jouet » qu’une seule fois au sens propre dans Les Petites Filles modèles (Ségur 2009, t. 1, p. 127), alors que le mot « joujou(x) » revient vingt-six fois sous sa plume7. On ne s’étonnera pas de constater que le jouet le plus souvent cité est la poupée8, avec tous ses accessoires, vêtements, dînettes, petits meubles, mais il est quand même étonnant que le mot « poupée(s) » apparaisse deux cent fois ! Il y a quatre-vingt quinze occurrences dans Les Petites Filles modèles, quarante six dans Les Malheurs de Sophie, vingt-trois dans « Les caprices de Gizèle » (Comédies et Proverbes). Pour jouer avec leurs poupées, les petites filles de l’univers ségurien disposent de vêtements qui sont souvent cités. Dans Les Petites Filles modèles, la comtesse fait la liste de toutes les pièces du trousseau de Marguerite, sur deux pages ! Il y a plus de cent dix pièces. Mais, en dehors de cette liste, elle mentionne dix-neuf fois la « robe » de poupée, évoque sept fois le « trousseau », cite les « vêtements », les « habits », le « linge » ou les « affaires » des poupées, parle des chemises, jupons, corsages, casaque, capeline, manteaux, chapeaux, souliers. La richesse du lexique se retrouve aussi pour décrire les « ménages » (le mot apparaît sept fois) : assiettes, tasses, cuillers, fourchettes, couteaux, verres, casseroles, vaisselle, huilier, salières, nécessaire à thé (théière, pot à crème, sucrier). Étonnamment, le mot « dînette » est rare (deux fois). Pour le mobilier de poupée, nous ne trouvons que les mots « meubles » (deux fois), « armoire » (quatre fois), « commode » (cinq fois) et « lit » (six fois), mais aussi « chaises », « tables ». Madeleine a dans sa chambre des jouets autres que ceux de l’univers de la poupée : un chien, un âne, une diligence attelée de chevaux. Sophie entraîne Arthur dans son idée de teindre son grand mouton avec de l’encre noire. Certains jeux sont communs aux filles et aux garçons : le croquet, le théâtre, ou le spectacle de Guignol à la maison avec Polichinelle. Pour recevoir les cousins, on envisage de réunir des dominos, des jonchets, des cartes, des ballons, des raquettes et volants. Parfois une fillette utilise une charrette. Les autres jeux et jouets sont surtout ceux de garçons, comme les balles et ballons (Marcoin 1999, p. 219-223). C’est avec un ballon que Paul fait tomber l’écureuil du toit. Plus caractéristiques encore d’un matériel ludique genré, les billes et le cerf-volant. Un chapitre entier de Pauvre Blaise est consacré à la fabrication d’un cerf-volant9. En effet, dans l’univers ségurien où l’argent ne manque pas pour acheter des jouets du commerce, on puise aussi dans l’environnement pour se fabriquer des jouets « écologiques ». Sophie et Paul cherchent des glands pour faire des paniers, des sabots, des bateaux. Rame, le jardinier, fabrique des arcs et des flèches pour les enfants, surtout pour Jacques. Henri utilise une branche pour se faire un cheval bâton. Il y a aussi des jouets classiques pour garçons : le grand cheval de bois de Laurent, le tambour de Léonce. Au total, la culture ludique des garçons semble utiliser un ensemble d’objets variés, mais la comtesse ne s’y attarde pas autant que sur les jouets de filles.

Les espaces de rangement des jouets

25Dans Les Malheurs de Sophie, paru en 1858, une pièce semble réservée pour les jouets de la petite fille. Sa mère et elle viennent de sauver un poulet des coups de bec de la poule couveuse et Sophie propose à sa mère : « Écoutez, maman, mettez-le dans un grand panier, dans la chambre où sont mes joujoux » (Ségur 2009, t. 1, p. 284). Plus loin, cette pièce est à nouveau évoquée : « Paul vint la chercher et l’emmena jouer dans un salon où étaient les joujoux » (ibid., p. 291). L’expression est reprise deux autres fois : « elle alla dans un petit salon où étaient ses joujoux et ses petits meubles ». En fait, Sophie y cache dans le tiroir de sa petite table ce qu’elle a pris dans la boîte de sa maman. Celle-ci a tout compris et la traîne « dans le salon à joujoux » où elle fouille la petite commode, l’armoire de la poupée, la petite table (ibid., p. 335, 336).

26Cependant, le plus souvent, les jouets sont rangés dans les chambres des enfants. Nous avons évoqué la diversité des jouets que Madeleine, âgée de sept ans, montre à Marguerite, quatre ans, qu’un accident a amené au château des Fleurville dans Les Petites Filles modèles. La petite fille, ne sachant quel jouet choisir, restait « au milieu de la chambre » (Ségur 2009, t. 1, p. 127). Plus tard, Marguerite a une belle poupée, qu’elle oublie sous un arbre dans la forêt. Elle va la rechercher et ne la retrouve plus. « Marguerite alla dans sa chambre, prit toutes les affaires de sa poupée perdue, les plia proprement et les remit dans les tiroirs de la commode, comme elle les avait trouvées » (ibid., p. 167). Sa chambre est donc bien le lieu où elle range sa poupée et les vêtements de celle-ci. Il en est de même pour l’héroïne des Malheurs de Sophie : dans sa chambre se trouve son petit ménage, avec lequel elle joue à la dînette (Ségur 2009, t. 1, p. 281). Un album de Telory (vers 1865) montre la partie de la chambre d’une fillette où se trouve le lit de la poupée et celle-ci veillant sur le chat malade (ill. 3).

3. Telory. « Raton étant tombé malade…».

Les Dimanches de la poupée. Paris, Maison Martinet, vers 1865. © Canopé/CNDP – Musée national de l’Éducation Rouen

27Lorsque Félicie, Laurent et Anne attendent la visite de leurs cousines Gertrude et Juliette dans Diloy le chemineau, elles désirent préparer leurs chambres :

« Laurent demanda s’il y avait des joujoux dans la chambre de Juliette.

La Bonne – Non, mon cher petit ; il n’y a rien du tout : vous lui prêterez les vôtres quand elle viendra jouer avec vous.

Laurent – Mais dans sa chambre elle s’ennuiera. » (Ségur 2009, t. 3, p. 290-291)

28La chambre est bien un espace réservé à l’enfant, dans lequel il doit trouver de quoi s’amuser, mais aussi, de quoi lire et travailler.

Leur chambre est-elle le lieu du travail scolaire ?

29Dans les châteaux et les grands appartements des hôtels particuliers de ces familles riches qu’évoque la comtesse, une pièce est souvent consacrée au travail scolaire, fait sous la direction de la mère et, fréquemment, d’une maîtresse particulière. La comtesse de Ségur utilise pour nommer cette « salle de classe » privée les expressions « chambre de travail » ou « chambre d’études ». Dans Les Petites Filles modèles, « Camille, Madeleine et Marguerite […] arrivèrent ainsi jusqu’à leur chambre de travail, où leurs mamans les attendaient pour leur donner leurs leçons » (Ségur 2009, t. 1, p. 190). « Il y avait plus d’une heure que vous aviez quitté la chambre d’étude, dit Mme de Rosbourg … » (ibid., p. 239). Dans « Le petit de Crac » des Comédies et Proverbes, Sophie de Ségur met en scène un enfant au travail : « Léonce est seul dans une salle d’étude ; il est assis près d’une table avec un livre devant lui. » (Ségur 2009, t. 2, p. 1121, 1124). Il s’en va et Gertrude le cherche en vain dans la salle d’étude. Dans Quel amour d’enfant !, Gisèle, enfant insupportable, est furieuse que son institutrice ait fouillé ses tiroirs pour regarder ses cahiers : « Elle quitta sa mère d’un air boudeur et entra dans la chambre d’étude. » (Ségur 2009, t. 3, p. 490-491). Mais, quand Gisèle n’a rien fait pour préparer la leçon de la maîtresse, c’est dans la chambre de la mère qu’elle doit travailler : « Viens à présent travailler dans ma chambre ; tu n’as encore rien fait aujourd’hui. » (ibid., p. 430). Un album de Baric (1857) nous offre l’image d’une salle d’étude « modèle ». La table et le pupitre, la carte de géographie, l’abécédaire, sont complétés par des jouets, la poupée représentée comme une fillette, le fauteuil de poupée, la raquette et le volant (ill. 4).

4. Baric. « Melle Poupée laisse son livre pour aller jouer ».

L’Éducation de la poupée. Paris, Arnauld de Vresse, vers 1857. © Canopé/CNDP – Musée national de l’Éducation Rouen

30Parfois, le salon est pris pour les leçons, parce qu’il y a un piano et que les leçons de musique font partie d’une bonne éducation. Mais cette pièce commune n’est pas faite pour les enfants, comme le dit Mme des Ormes à Christine qui y « repasse » ses leçons du matin dans François le Bossu : « Ici ! au salon ? Tu as perdu la tête ! Est-ce qu’un salon est une salle d’étude ? Emporte tout ça et va-t-en faire tes leçons ailleurs » (Ségur 2009, t. 2, p. 835). Et, comme Christine n’a pas de salle d’étude, sa mère lui dit d’emporter ses livres et ses cahiers dans sa chambre. Dans Quel amour d’enfant ! Gisèle, quant à elle, doit ranger ses cahiers dans ses tiroirs, mais son institutrice Melle Rondet les trouve, avec une liste injurieuse à son égard (Ségur 2009, t. 3, p. 489-490).

31Dans plusieurs passages, comme dans Les Bons Enfants, la chambre des enfants est aussi un lieu de travail :

« Sophie était seule dans sa chambre, assise sur une chaise basse ; devant elle était une table, et sur cette table deux livres, un cahier de papier rayé, une plume et un encrier. Sophie ne lisait pas, elle n’écrivait pas ; elle restait devant sa table les bras croisés, des larmes dans les yeux […]

[Entre Valentine, à qui Sophie dit qu’elle ne peut pas bouger]

Valentine – Pourquoi cela ?

Sophie – Parce que ma maîtresse m’a ordonné de rester là jusqu’à ce que j’eusse fini ma leçon. » (Ségur 2009, t. 2, p. 207)

32Ainsi, la chambre de Sophie comporte les objets du travail scolaire et peut servir d’espace de travail. Dans François le Bossu, nous avons à nouveau la liste de ce matériel scolaire que reçoit Christine pour ses leçons avec Paolo, son précepteur : « C’est M. de Nancé qui vous envoie des livres, des cahiers, des plumes, des crayons, un pupitre, toutes sortes de choses pour vos leçons […] » Et « l’heureuse Christine » va ranger « ses livres, papiers etc., dans sa petite commode » (Ségur 2009, t. 2, p. 822 et 823). Elle a donc, dans sa chambre, un meuble où elle peut ranger son matériel scolaire, même si nous avons vu qu’elle prenait sa leçon dans le salon, peut-être pour des raisons de décence (un homme ne pénétrant pas dans la chambre d’une fillette).

33La chambre est aussi tout simplement un lieu de lecture, car c’est dans leur chambre que se trouvent les livres des enfants. Dans Les Petites Filles modèles, Madeleine laisse Marguerite explorer tous les trésors de sa chambre, et la petite s’extasie : « Les jolis petits livres ! Quelle quantité d’images ! Il y en a plein l’armoire ! » (Ségur 2009, t. 1, p. 127). Dans Les Malheurs de Sophie, Sophie, qui vient de tuer les petits poissons de sa mère,

« …rentra sans bruit dans sa chambre, se remit à sa petite table et continua de jouer avec son ménage. Au bout de quelque temps elle se leva, prit un livre et se mit à regarder les images. Mais elle était inquiète ; elle ne faisait pas attention aux images, elle croyait toujours entendre arriver sa maman. » (Ségur 2009, t. 1, p. 281)

34Sophie a plusieurs livres dans sa chambre, comme l’atteste le passage où elle demande à Paul de mettre l’écureuil dans sa chambre : « … il grimpera partout ; il rongera tes livres, tes joujoux » (ibid., p. 299). Dans Diloy le chemineau, Laurent, Anne et Félicie attendent l’arrivée de leurs cousines et veulent préparer leur chambre en y mettant des jouets et des livres :

« Laurent – Si tu mettais chez Gertrude des livres ? Par exemple les huit volumes de La Semaine des enfants ?

Félicie – Non ; c’est trop beau ; elle les abîmerait. » (Ségur 2009, t. 3, p. 791)

35Les livres d’images, les périodiques pour enfants constituent, dans l’univers ségurien, une bibliothèque enfantine que l’on retrouve dans les chambres des enfants, au même titre que leurs jouets.

36Notre exploration du monde ségurien permet donc d’établir que dans cet univers de fiction, dont on sait cependant à quel point il est proche de celui dans lequel vit la comtesse, les enfants ont souvent leur chambre, parfois partagée entre frères ou cousins, et cela dès les œuvres du début, les Nouveaux contes de fée de 1856, Les Petites Filles modèles de 1857, Les Malheurs de Sophie de 1858. On peut même dire que la comtesse rend bien compte d’une réalité sociale, car, dans son petit traité sur La Santé des enfants en 1855, ses conseils tablent sur l’existence d’une chambre pour l’enfant : il faut en renouveler l’air trois fois par jour, éviter « que la chambre de l’enfant soit trop chauffée » (Ségur 2009, t. 3, p. 1085). Elle va plus loin encore dans son souci d’hygiène, en préconisant une certaine disposition de la chambre :

« Placez le lit de votre enfant de manière que les portes en s’ouvrant et en se fermant ne fassent pas soufflet sur lui quand il dort, que les fenêtres soient assez éloignées pour qu’il ne sente pas l’air qui en vient ; placez-le enfin hors de tout filet d’air, et il n’aura jamais le croup. Évitez de mettre le lit de l’enfant contre le mur, car les courants d’air suivent toujours les murs. » (ibid., p. 1091)

37Si l’enfant est malade, « changez l’enfant de chambre, ou tout au moins changez son lit de place » (ibid., p. 1092). D’autres passages mentionnent « la chambre d’enfant », comme si, effectivement, il s’agissait d’une chose acquise, dans ce milieu social.

Second Empire et Troisième République : nouveaux témoignages littéraires

38Plusieurs auteurs confirment le tableau que nous a permis de dresser la comtesse de Ségur, comme Mme d’Hauteville en 1863 : Céline a bien sa chambre (d’Hauteville [1863], p. 37 et 65). D’autres vont plus loin, en donnant une description de la chambre. Mme de Villeblanche en mentionne une au « petit lit bien blanc » et aux « rideaux à ramages » (Villeblanche [1865], p. 75). Mieux, elle nous décrit la chambre que la bonne amie de Chiffonnette a aménagée pour elle :

« Il arriva que je me trouvai dans une délicieuse chambrette semée partout de boutons de rose : boutons de rose sur les rideaux de perse, sur le tapis, sur la tenture, sur le dessus des chaises … C’était joli et coquet à ravir. Au fond se dressait mon petit lit, car cette chambrette était pour moi ; bonne amie s’était privée, à mon intention, du grand cabinet de toilette qui lui était si commode ! Il y avait sur ce lit un beau couvre-pieds de guipure avec un transparent rose. Sur la cheminée, une mignonne pendule en marbre blanc surmontée d’une petite coupe dorée et posée entre deux vases de fleurs et deux flambeaux charmants de délicatesse. Près de la cheminée s’étalaient une chauffeuse sculptée et deux petits fauteuils ronds à ma taille. Le long des murailles, de superbes gravures anglaises représentaient des enfants jouant, étudiant, faisant la charité. Près de la croisée, il y avait une jolie table à ouvrage ; enfin, contre la portière communiquant avec la chambre de bonne amie, j’aperçus un élégant perchoir pour Coco ! » (ibid., p. 104)

39L’illustrateur, Georges Fath, ne représente pas la chambre de Chiffonnette que l’auteur vient de décrire, mais se contente de l’évoquer en montrant la fillette dans son lit (ill. 5), illustrant le passage où elle dit qu’elle dormit assez mal : ce point de vue est très proche du parti pris des peintres, lorsqu’ils représentent l’enfant malade ou endormi.

5. Anonyme. Mme de Villeblanche.

Chiffonnette. Histoire d’une petite fille qui n’était pas toujours sage. Paris, Hatier [1899] (1e éd. Paris, Vermot [1865]), p. 185. Coll. part.

40Sous prétexte de raconter l’éducation d’une poupée, certains albums prennent un parti graphique différent et représentent tout ou partie de la chambre d’enfant, comme nous l’avons vu avec celui de Mme de Renneville, ou comme Baric montrant la toilette de la poupée (ill. 6).

6. Baric. « La toilette de la Poupée ».

L’Éducation de la poupée. Paris, Arnauld de Vresse, vers 1857. © Canopé/CNDP – Musée national de l’Éducation Rouen

41Revenons à Mme de Villeblanche qui nous apprend que cette chambre est bien conçue pour une enfant, avec un lit, des fauteuils à sa taille, sa table à ouvrage, une décoration de gravures anglaises consacrées à l’enfance. Nous noterons aussi la couleur rose, alors que celle-ci n’est pas encore la marque des filles. L’auteure indique que la fillette a, dans sa chambre, son perroquet, mais aussi, quand son père revient, les jouets qu’il lui offre : une poupée et son trousseau complet (ill. 7).

7. Anonyme. Mme de Villeblanche.

Chiffonnette. Histoire d’une petite fille qui n’était pas toujours sage. Paris, Hatier [1899] (1e éd. Paris, Vermot [1865]), p. 228. Coll. part.

42Avoir une chambre implique aussi qu’on en prenne soin et qu’on la range, lorsqu’on est assez âgée pour le faire :

« Si vous étiez même une peu plus grande et un peu plus forte, je vous ferais faire votre chambre chaque matin avec Suzanne. Les jeunes filles doivent s’habituer de bonne heure à ces petits soins du ménage […] Il est si utile d’être rangeuse, soigneuse […] » (ibid., p. 108)

43Mme de Villeblanche nous donne une deuxième description de chambre de petite fille. Comme ces descriptions sont rares, il est utile de donner le texte en entier :

« C’était la chambre d’Aline, véritable chambre d’enfant gâtée, sinon élégante, du moins aussi commode, aussi chaude, aussi gaie qu’il avait été possible à ses parents de la faire pour leur chère petite fille. Cette chambre, tendue de papier perse à bouquets de roses et de marguerites, avait de frais rideaux de mousseline blanche, tout unie, et des sièges en tapisserie entièrement de la main de la mère d’Aline. Un chiffonnier incrusté, dans lequel une arrière-grand-mère de celle-ci avait probablement aussi, dans son jeune temps, serré les colifichets à son usage, servait de commode à la fillette. Le petit pupitre portatif, contenant ses cahiers et ses livres de classe, était posé sur une jolie table à ouvrage, remplie de tout ce qui peut inspirer le goût du travail à une enfant. Contre la muraille, il y avait une mignonne bibliothèque étagère, peuplée d’ouvrages choisis avec soin et ornée de ces mille riens qu’affectionnent tant les jeunes filles. Au-dessus d’une jardinière, fleurie malgré la saison, gazouillait l’oiseau favori d’Aline. Le feu brillait, clair et joyeux, dans la petite cheminée, surmontée d’une statuette de la bonne Vierge Marie, et le parquet de la chambre tout entière disparaissait sous un tapis qui, s’il n’était ni riche, ni précieux, ni de la première fraîcheur, n’en était pas moins doux et chaud aux pieds qui le foulaient. Bref, c’était une chambre que beaucoup de petites, voire même de grandes filles, eussent enviée à Aline, mais où l’on n’eût absolument rien trouvé, de près ou de loin, qui ressemblât à ce que l’on appelle le luxe ou la recherche . Toutefois, comme notre Aline n’avait jamais eu, jusqu’alors, d’occasion de voir rien de plus élégant que sa chambrette, et avait, au contraire, entendu répéter mainte et mainte fois que, rarement une enfant de son âge en possède une semblable, elle supposa tout naturellement qu’Irène avait dû éprouver une impression des plus favorables en entrant dans cet appartement privilégié et, bercée de cette pensée flatteuse pour son petit amour-propre, elle s’endormit heureuse. » (Villeblanche 1876, p. 29-31)

44Cette chambre est tapissée d’un papier peint à fleurs, qui peut bien être destiné à des enfants, mais il contient aussi des objets récupérés : le tapis assez vieux, le chiffonnier qui date sans doute de la grand-mère, des sièges retapissés par la maman. Par contre, le pupitre, la petite bibliothèque sont sans doute des meubles pour enfants. On y trouve aussi, selon ce qui semble bien être un topos de la chambre de fille, une cage avec un oiseau.

45Ainsi, dans deux livres qui présentent les mémoires d’un serin et d’un merle, c’est l’oiseau qui décrit la chambre de sa petite maîtresse, chambre où l’on pose sa cage. Pour le serin :

« Elle était gaie et toute blanche, cette chambre de l’enfant ; des rideaux de mousseline brodée entouraient son lit mignon et abritait sa croisée, dont de vertes persiennes éloignaient les rayons trop brûlants d’un soleil d’été. Deux vases de fleurs étaient posés sur une cheminée en marbre blanc, de chaque côté d’une délicate pendule d’onyx. » (Saint-Amé [1865], p. 15)

46Pour le merle :

« … la chambre de ma jeune maîtresse était petite ; il n’y avait qu’une seule fenêtre, celle que j’occupais, et d’où je ne tardai pas à voir s’allumer tous les becs de gaz de la rue. En face de la fenêtre, contre la muraille, était placé le lit de l’enfant, éclatant de blancheur. Le petit oreiller était renfermé dans une enveloppe de fine batiste, entourée de broderie. Comme la petite devait bien reposer là-dessus ! Quels jolis rêves elle devait faire ! Les rideaux relevés par des nœuds de ruban bleu étaient aussi en batiste. Sur un tapis moelleux, une paire de pantoufles aussi mignonnes que la mule de Cendrillon semblait attendre les petits pieds qu’elles avaient coutume de chausser. » (De Guer 1870, p. 12-13)

47Ces descriptions sont là pour nous dire qu’une chambre d’enfant doit être gaie, claire, blanche ou rose, donnant une impression de douceur et de confort par les tapis, les rideaux et bien sûr la literie. Il doit y faire chaud, d’où la présence de la cheminée.

48En résumé, dans les années 1860, tout est prêt pour que les familles aisées forment une clientèle pour les architectes et les décorateurs, pour les fabricants de meubles et de tissus ou papiers peints, qui vont se charger de réaliser de véritables chambres conçues pour les enfants. Les livres pour enfants ont véhiculé des désirs et des rêves de chambres d’enfant. Cet espace intime est devenu une réalité littéraire dans un rapport avec la réalité sociale qui reste à établir. Mais l’imaginaire, les représentations littéraires et iconographiques sont aussi des réalités sociales et contribuent à forger cet espace qui nous semble si banal aujourd’hui : une chambre d’enfant.

Haut de page

Bibliographie

Corpus de référence (1785-1876)

Anonyme, 1817. Abécédaire du premier âge, contenant la civilité française pour instruire les enfans dans toute honnêteté et bienséance, avec des figures sur la manière dont les Enfans doivent se conduire et se tenir dans le monde […]. Paris : Le Prieur.

Anonyme, 1832. L’Étude et la récréation. Abécédaire physique et moral des jeux de l’enfance. 2e édition. Paris : Ledentu.

Baric, Jules Jean Antoine, vers 1857. L’Éducation de la poupée. Paris : Arnauld de Vresse.

Bernard, Laure, 1835. Mademoiselle de Valville. Paris : Allardin.

Berquin, Arnaud, 1785. Lectures pour les enfans, ou choix de petits contes, également propres à les amuser, & à leur inspirer le goût de la vertu. 4e édition, 5e partie. Paris : Bureau de l’Ami des Enfans.

Blanchard, Pierre, 1813. Les Accidens de l’enfance, présentés dans de petites historiettes propres à détourner les enfans des actions qui leur seraient nuisibles. Paris : Librairie P. Blanchard.

De Guer, Mlle F. de, 1870. Les Mémoires d’un merle écrits par lui-même. Contes enfantins. Paris : A. Sauton.

Foa, Eugénie, 1857. Mémoires d’un Polichinelle. Rééd. Paris : Librairie Louis Janet, Magnin, Blanchard & Cie (1e éd. Ebrard, 1840).

Foa, Eugénie, vers 1840. Gréty, musicien. Contes historiques. Paris : Janet.

[Gouraud, Julie], 1857. Mémoires d’une poupée, contes dédiés aux petites filles, par Mlle Louise d’Aulnay. 5e éd. Paris : Bédelet (1ère éd. Ébrard, 1839).

Gouraud, Julie, 1845. Florence Raymond, esquisse morale. Paris : Sagnier et Bray.

Hauteville Mme d’ [1863]. Aventures d’une poupée ou histoire de Merveilleuse. Paris : Théodore Lefèvre.

Lafontaine, Auguste, 1802. Hermann et Émilie. Paris : Debray.

[Renneville, Sophie de], 1823. Éducation de la poupée. Paris : Eymery.

Richomme, Fanny, [1844]. Les Joujoux parlants, ou scènes de la vie privée enfantine racontée par Polichinelle, Arlequin, Colombine et autres personnages. Paris : Veuve Louis Janet.

Saint-Amé, Mme G., [1865]. Mémoires d’un petit serin. Paris : Vermot.

Ségur, comtesse de, 2009. Œuvres. Rééd. Paris : R. Laffont (coll. Bouquins), 3 volumes (1e éd. 1990) : 21 ouvrages étudiés.

[Telory, Louis, Henri], vers 1865. Les Dimanches de la poupée. Paris : Maison Martinet.

Villeblanche, Mme de (pseud. de Mme Seuriot, née Blanche d’Andeville), [1865]. Chiffonnette, Histoire d’une petite fille qui n’était pas sage tous les jours. Paris : Vermot.

Villeblanche, Mme de, 1876. Trois jeunes filles, souvenirs de douze ans. Paris : Bernardin-Béchet.

Études

Haskell, Arnold & Lewis, 1971. Infantilia : The Archæology of the Nursery. Londres : Dobson.

King-Hall, Magdalen, 1958. The Story of the Nursery. Londres : Routledge & Kegan Paul.

Manson, Michel, 2001. Jouets de toujours, de l’Antiquité à la Révolution. Paris : Fayard.

Manson, Michel, 2005. Les Jouets dans les livres pour enfants, XVIIIe-XIXe siècles. L’édition pour la jeunesse entre héritage et culture de masse. Paris : Institut International Charles Perrault, CD Rom.

Marcoin, Francis, 1999. La comtesse de Ségur ou le bonheur immobile. Arras : Artois Presses Université.

Perrinjaquet R. & Rotman R., 1979. Genèse de la chambre d’enfant. L’Architecture d’aujourd’hui. Boulogne-Billancourt : L’Architecture d’aujourd’hui. Septembre, p. 89-93 (résumé de thèse).

Perrot, Michelle, 2009. Histoire de chambres. Paris : Le Seuil.

Renonciat, Annie, 1989. Quatre murs à la page : le livre et la chambre d’enfant. Livres d’enfants, livres d’images. Paris : Dossiers du Musée d’Orsay, n° 35.

Renonciat, Annie, 1993. La camera dei bambini. Haupt, Hans-Gerhard (dir.). Luoghi quotidiani nella storia d’Europa. Rome / Bari : Laterza, p. 268-284.

Renonciat, Annie, 2005. Du livre à la chambre d’enfant : naissance d’un espace artistique (1880-1914). L’Édition pour la jeunesse entre héritage et culture de masse. Paris : Institut International Charles Perrault, CD Rom.

Weber-Kellermann, Ingeborg, 1991. Die Kinderstube. Frankfurt am Main / Leipzig : Insel Verlag.

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot ne consacre qu’un chapitre à la chambre d’enfant, p. 135-166.

2 Pour l’usage scolaire de l’iconographie de la chambre d’enfant, voir la communication d’Annie Renonciat dans ce colloque : « Quand la chambre fait école : images et usages pédagogiques de la chambre d’enfant ».

3 Dans La Sœur de Gribouille, Gribouille passe le balai dans le salon, qui est appelé tantôt « salon », tantôt « chambre » (Ségur 2009, t. 2, p. 92).

4 Georges avait sa chambre à côté de celle de son père dans Après la pluie le beau temps, t. 3, p. 997.

5 Il est question de « sa chambre », p. 1154, 1155, 1158.

6 Nous avons maintes fois étudié la place du jouet dans les livres pour enfants, et le comptage des occurrences s’est avéré très souvent instructif. Voir Manson, 2001, ch. XIII, « La poupée au service de la morale », et ch. XIV, « Du côté des petits garçons », p. 231-274, et Manson, 2005.

7 Ibid., t. 1, p. 3, 4 (deux), 127, 184, 277, 284, 291, 299, 335, 336, 670 ; t. 2, p. 177, 179, 294 ; t. 3, p. 790, 791, 793, 795, 847, 849, 850 (deux), 852, 853 (deux).

8 Ce n’est pas le lieu ici de faire une analyse de ce « personnage » poupée dans l’œuvre de la comtesse de Ségur. Voir Marcoin, 1999, p. 203-212.

9 Ibid., t. 1, p. 733 et sqq. Le mot apparaît 34 fois.

Haut de page

Table des illustrations

Légende 1. Anonyme. « Éducation de la poupée ».
Crédits Sophie de Renneville. Éducation de la poupée. Paris, Eymery, 1823. Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende 2. Anonyme. « Les bonnes actions ont leur récompense ».
Crédits Sophie de Renneville. Éducation de la poupée. Paris, Eymery, 1823. Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende 3. Telory. « Raton étant tombé malade…».
Crédits Les Dimanches de la poupée. Paris, Maison Martinet, vers 1865. © Canopé/CNDP – Musée national de l’Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 4. Baric. « Melle Poupée laisse son livre pour aller jouer ».
Crédits L’Éducation de la poupée. Paris, Arnauld de Vresse, vers 1857. © Canopé/CNDP – Musée national de l’Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 5. Anonyme. Mme de Villeblanche.
Crédits Chiffonnette. Histoire d’une petite fille qui n’était pas toujours sage. Paris, Hatier [1899] (1e éd. Paris, Vermot [1865]), p. 185. Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 6. Baric. « La toilette de la Poupée ».
Crédits L’Éducation de la poupée. Paris, Arnauld de Vresse, vers 1857. © Canopé/CNDP – Musée national de l’Éducation Rouen
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende 7. Anonyme. Mme de Villeblanche.
Crédits Chiffonnette. Histoire d’une petite fille qui n’était pas toujours sage. Paris, Hatier [1899] (1e éd. Paris, Vermot [1865]), p. 228. Coll. part.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1228/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « La chambre d’enfant dans la littérature de jeunesse : représentations et histoire d’une émergence en France de 1780 à 1880 », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1228 ; DOI : 10.4000/strenae.1228

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org