Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Préparer une chambre pour l’enfant à venir, un enjeu de genre ?

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Catherine Rollet et Agnès Pelage

Résumé

Les parents d’aujourd’hui choisissent et programment les enfants à naître dans leur famille. Ces naissances sont donc minutieusement préparées. Nous nous interrogeons sur la dimension sexuée de cette préparation. Les parents veulent presque tous connaître le sexe de leur enfant pour mieux anticiper, prévoir, organiser, décider, gérer en laissant le moins de place à l’incertitude. Dans cette communication, on s’intéresse à un aspect de cette préparation, aménager un espace pour l’enfant à naître. Comment se déroule le processus qui conduit les parents à aménager, acheter le mobilier, décorer la chambre du petit garçon ou de la petite fille qui s’annonce ? Est-ce que les décisions sont prises en commun par le couple ou au contraire plus spécialement par la mère ou par le père ? Est-ce que les choix d’aménagement, de décoration, dépendent du sexe de l’enfant à venir ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Chambre de garçon, chambre de fille ?

  • 1 En collaboration avec toute l’équipe « Venir au monde » du Laboratoire Printemps de l’UVSQ.
  • 2 Ce volet de la recherche bénéficie du soutien financier de l’ANR dans le cadre du programme de rech (...)

1Dans notre projet collectif sur l’étude de la construction des identités de genre1, nous sommes parties d’un constat de départ bien connu : les hommes et les femmes entretiennent un rapport au corps et à la santé différent et ce rapport se construit tout au long de la vie. La question est alors : jusqu’où peut-on remonter dans les trajectoires individuelles pour comprendre ces différences ? Notre ambition est de remonter au plus tôt possible. Une opportunité nous fut offerte : l’enquête ELFE (Etude longitudinale française depuis l’enfance) se mettait en place, destinée à suivre une cohorte d’enfants nés en France en 2011. En attendant les données quantitatives, nous avons décidé de mener une enquête qualitative exploratoire dans le cadre d’une recherche financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF)2. Nous avons alors souhaité observer les processus de socialisation de genre du bébé à naître et identifier les pratiques concrètes de préparation de la naissance d’une fille ou d’un garçon.

2Les objectifs de la recherche sont donc de décrire le processus de socialisation des adultes à leur rôle de père et de mère, à travers ces préparatifs genrés de la naissance mais aussi de comprendre comment, dès la petite enfance, et à travers le microcosme notamment de la chambre, se construisent les différences entre filles et garçons. Comment les parents « se débrouillent-ils » avec à la fois des injonctions au traitement égalitaire des filles et des garçons et des incitations à les différencier ? En particulier, comment les choses se passent-elles dans les milieux socio-culturels favorisés, considérés comme plus « égalitaristes » ? Comment la mobilisation des parents autour de la naissance intègre-t-elle à la fois le sexe de l’enfant et leur propre identité sexuée ?

3Notre recherche s’inscrit donc dans l’enquête ELFE (Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance), auprès de 18 500 familles ayant eu un bébé en 2011, enquête quantitative à laquelle notre équipe est associée depuis l’origine. En attendant les premiers résultats prévus en 2013, nous avons mené en parallèle une enquête qualitative, fondée sur des entretiens et des observations auprès de 18 couples qui ont eu un 2e enfant en 2011 ou 2012. Nous avons réalisé des entretiens répétés auprès de mères et de pères, biactifs, vivant en région parisienne et appartenant aux catégories socioprofessionnelles diplômées de l’enseignement supérieur. Ces entretiens ont démarré autant que possible durant la grossesse et ont été poursuivis pendant la première puis la deuxième année de l’enfant.

4Le choix de mener l’enquête auprès des familles de milieu culturellement favorisé est lié à l’objet plus général de la recherche menée dans notre équipe qui porte sur le processus de fabrication du bébé en tant qu’être sexué dans les milieux où le traitement égalitaire des filles et des garçons est particulièrement mis en avant.

5Plusieurs objets de recherche se sont dégagés de ces entretiens, parmi lesquels les effets de la connaissance du sexe sur le choix du prénom, la préparation de la garde-robe et de la chambre à coucher. Ici, nous développons ce qui a trait au berceau et à la chambre à coucher. Sous l’angle de la sexuation, notre article se situe au croisement des trois axes proposés par les organisateurs du colloque de Rouen en avril 2013, la chambre comme espace, comme bien et comme univers éducatif.

6Notre analyse se découpe en trois parties : d’abord, préparer la chambre du bébé à naître représente un investissement matériel et psychologique pour le premier enfant comme pour le second. Un temps qui varie selon les circonstances de la conception, de la grossesse et de la naissance. Il s’agit de « faire de la place à ce petit qui arrive », comme le dit Elise, une des mères interrogée, mais pas n’importe quelle place. Que recouvre au juste cette expression ? Ensuite, nous examinerons ce que ce processus d’aménagement représente pour la mère et pour le père. L’un et l’autre jouent-ils le même rôle ? Enfin, il s’agira d’étudier la place que joue la connaissance du sexe du bébé dans l’attribution d’une chambre et dans son aménagement. Des règles se dégagent-elles et quelles sont-elles ?

Le processus : du berceau à la chambre

7La famille s’agrandit et a besoin d’un espace pour chacun, selon les normes contemporaines : déménagements, agrandissements, aménagements sont les projets prioritaires des couples. Quel que soit le scénario mis en œuvre, passée une période de transition d’un à quelques mois durant laquelle le bébé dort dans un couffin, une nacelle, un berceau, un lit à barreaux dans la chambre des parents, voire dans leur lit, la nécessité que chaque enfant ait son lit et son espace de sommeil à lui s’impose très rapidement.

8Ainsi, un couple avait une chambre consacrée au bazar, une « chambre bazar ». Il a fallu vider, nettoyer, repeindre cette chambre pour l’arrivée du second enfant. Une autre famille a déménagé après la naissance du premier enfant dans une maison plus grande mais avec des étages : le couple quelque peu dépité constate qu’il lui est impossible de mettre les deux enfants là-haut… C’est un souci. Dans l’ensemble, les familles sont souvent à l’étroit à Paris et dans sa banlieue proche.

9On met le nouveau-né dans un couffin tout à côté du lit des parents, plutôt près de la mère, faute de place… Cette place du nouveau-né tout près de la mère est sans doute aussi liée à l’allaitement : il est plus pratique pour les mères d’avoir le bébé tout à côté, selon le propos des enquêtées. Dans quelques rares cas, on fait du co-sleeping. Delphine explique qu’elle a son bébé juste à côté d’elle et elle ajoute : « C’est très bien, oui, et quand ils sont comme ça, on est sûr de ne pas les écraser (rires). C’est pratique. Et ça évite effectivement de se balader avec un couffin ». Valérie n’est pas adepte du co-sleeping, « non, non j’aurais trop peur de l’étouffer ». On retrouve chez ces deux femmes qui ont fait des choix différents, la peur ancestrale, répétée par l’Eglise, puis par l’Etat, d’étouffer les tout-petits (Garnier 2012). Mais cette période ne dure pas. Au bout de quelques semaines (une mère dit ne pas dormir), on met le bébé dans un berceau, on passe le berceau dans une autre pièce, enfin on met les deux enfants ensemble.

10Le mobilier, les objets représentent un coût important pour les ménages. Pour le premier enfant, les parents font quelques achats pour le bébé, lit à barreaux, landau ou poussette, mais aussi ils reçoivent des cadeaux de la famille et des amis et se font prêter du matériel. Quels choix d’achats sont faits à l’approche de la naissance du second ? Pour un second enfant, on achète une poussette confortable mais pliable plutôt qu’une voiture plus grande mais parfois aussi pour ce second enfant, on achète un nouveau lit. Valérie explique que leur « premier enfant a dormi dans un lit pliant avec un bon matelas. Pour le deuxième, j’avais envie d’un vrai lit de bébé en bois ». En fait, le plus souvent, pour le second enfant, les achats du mobilier sont surtout orientés vers l’aîné, le second hérite alors du mobilier de son grand frère ou de sa grande sœur. Un recyclage s’opère au sein de la fratrie. On va rechercher à la cave ou dans la pièce bazar le mobilier… ou alors on mobilise le réseau familial ou amical pour « se faire prêter des choses » (couffin, poussette, landau, trotteur, baignoire, chaise haute). Les préparatifs de la chambre à l’aide d’un matériel qui n’a généralement pas été acheté pour le bébé consistent alors à « faire une place à ce second bébé », tout en préservant celle de l’enfant aîné.

11Les couples s’y prennent assez à l’avance pour le premier ; une première naissance longtemps attendue est minutieusement préparée. Pour le second, on peut attendre le dernier moment mais une autre tendance vient parfois contredire ce choix : les parents, plus souvent propriétaires, font parfois des investissements plus importants dans la chambre de leur nouveau-né ou de leur premier enfant à l’occasion de la naissance du second. Locataire, un couple n’avait pas envie d’investir dans un aménagement coûteux pour leur premier enfant : « le fait d’être en location, on arrête de faire des frais, au niveau financier ». Donc pas d’« étoiles au plafond »… comme le suggèrent les magasins de meubles. On voit combien le temps de la préparation de la chambre dépend de nombreux facteurs : histoire de la grossesse (AMP ou non, grossesse prévue ou non), histoire du couple, statut par rapport au logement : locataire ou propriétaire. Ainsi, la temporalité pour préparer la chambre du premier et du second n’est pas identique.

12Plus encore, la préparation de la chambre représente un moment-clé où se cristallisent les enjeux de la recomposition de l’équilibre de la famille. « On a bousculé l’ordre des choses », dit une mère, leur enfant aîné se demandant selon elle, « est-ce que j’existe encore ? ». Les tentatives parentales pour réduire les incertitudes liées à l’accueil du second bébé et aux réactions de l’aîné face au nouvel arrivant sont nombreuses : aménager « en douceur » la chambre commune pour préserver un coin à l’aînée des filles (pour Ana) ; acheter un « joli lit » à l’aîné et le faire participer à son montage pour qu’il accepte plus aisément de céder son lit de « bébé » à son futur petit frère ; décider finalement d’attribuer la chambre prévue pour le bébé (Simon) à l’aînée (Claire) qui souhaitait s’y installer. Comme le dit Elise, « si ça peut l’aider à mieux accepter l’arrivée de son petit frère, pas de problème ». Valérie note comment pour l’aîné, le passage du berceau à la chambre des enfants, a facilité les choses : « quand le bébé était dans la chambre parentale, l’aîné ne dormait pas bien ; quand on a mis le petit frère dans la salle à manger, ça allait mieux et quand on l’a mis dans sa chambre, alors là tout est rentré dans l’ordre ». On observe ici une attention aigüe aux besoins de l’aîné, qui correspond au souci de ménager à chacun une place, y compris symbolique, ici une place de grand frère.

13Pour ces parents, il est essentiel de ménager en douceur la place de chacun pour créer un univers éducatif et affectif satisfaisant. Il est certain que la qualité de la relation entre les deux enfants leur paraît prioritaire : il faut tout faire pour que les deux enfants s’entendent bien, qu’ils s’accordent. Pour cela, on valorise l’aîné en le faisant grandir : grand lit, armoire et même « bibliothèque » pour Claire, cinq ans. On implique l’aînée dans le choix du papier peint pour la chambre du nouveau-né.

14Beaucoup de détails de ce genre montrent le souci des parents d’associer l’aîné au changement dû à l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur. C’est un arrangement des places de chacun des membres de la famille qui s’opère, tout autant symbolique que matériel. D’autant plus que l’investissement du père et de la mère se différencie.

Le couple prépare, les mères aménagent

15Quand les mères parlent de la préparation de la chambre du bébé à naître ou récemment arrivé, c’est pour indiquer ce qu’elles et leur conjoint ont fait pour « mettre en place les choses » pour reprendre une expression de Delphine. C’est d’ailleurs d’une mise en place physique et matérielle dont il est d’abord question :

« On a fait beaucoup de travaux… » ; « il a fallu refaire le papier peint, le plafond, le revêtement du sol… » ; « on a récupéré des choses… » ; « on a récupéré la chambre de Chloé… » ; « on a récupéré mon lit à barreaux que maman… » ; « on a sorti un petit peu tout ce qu’on avait… » ; « on a remonté la nacelle… » ; « on a réceptionné » ; « on a ressorti de la cave tout le matériel… » ; « on a laissé la table à langer… » ; « des choses seront remontées… » ; « on a bien préparé tout ce qu’il fallait… »

16De même pour les « gros achats » : « on a acheté un nouveau lit pour lui », « on a acheté la chambre », « on a acheté des meubles ». Lorsque les affaires du premier bébé ont été conservées, en prévision d’un deuxième enfant, la préparation s’en est trouvée facilitée, son coût financier largement allégé : « on n’a presque rien acheté », « on avait tout gardé », « Des gros achats, il n’y en a pas vraiment eu. On a tout ressorti », voire « on n’a rien acheté », « on avait tout en fait ». Il s’agit donc bien d’une affaire de couple qui, sans doute, implique un investissement financier des deux parents, d’où l’emploi du neutre « on ».

17Si le couple prépare, en revanche les mères aménagent, et alors, elles mettent en avant des éléments très nets de différenciation, d’individuation (couleurs, objets) de chacun des enfants. En effet, lorsqu’il s’agit de décorer, ou de décrire des aménagements esthétiques, assez peu évoqués d’ailleurs dans ces entretiens, c’est à la première personne du singulier que ces mères s’expriment : le « je » domine. C’est le cas d’Adeline qui raconte que durant son congé de maternité, elle a « aménagé » la chambre d’Ana pour la venue d’Iris : « J’ai aménagé pendant mon congé, de manière assez douce, la chambre d’Ana », « je lui ai fait un petit coin lecture pour elle sous la mezzanine ». Il en est de même pour Madeleine qui a acheté une chambre avec son mari (« on a acheté une chambre »), et qui précise son implication personnelle quand il s’est agi de choisir les couleurs : « La première chose que j’ai achetée quand j’ai su que c’était un garçon, c’est un tour de lit et une gigoteuse pour Max » (l’aîné), « l’arbre à biberons, bon, bah, il est bleu et il est beige ». Valérie ne s’exprime pas autrement concernant l’aménagement en cours de la chambre de son second garçon : « Euh… oui. Je compte faire un peu de peinture sur la moitié de la chambre. J’ai des choses à accrocher aux murs, de belles petites choses. J’ai un truc pliant qui s’accroche à côté de la table à langer pour mettre les couches, les produits, des choses comme çà… ».

18Le congé de maternité rend-il les femmes plus disponibles pour ce type d’activité ? Certes, si les mères s’engagent davantage dans la « décoration » des espaces enfantins, c’est sans doute parce que ce congé de maternité leur a donné un peu de temps. Toutefois, l’implication parentale pour préparer la chambre du bébé est soumise à une division sexuée des tâches qui participe de fait à la sexuation des apprentissages précoces des enfants. Comme l’ont remarqué historiens et sociologues, l’espace de la chambre des tout-petits est marqué par l’investissement maternel, renvoyant en partie à une division des tâches ancienne (Segalen, 1980). En grandissant, l’enfant se dégagera-t-il de cette emprise maternelle et parentale, montrant sa volonté d’émancipation (Glevarec, 2010) ?

Une chambre pour chacun, un « rêve »

19Faire dormir ses deux enfants dans la même chambre, alors qu’une chambre ou une pièce supplémentaire est disponible, c’est possible et cela peut favoriser le « partage » entre les deux enfants, explique un père. Et les parents peuvent développer des discours parfois très positifs sur les vertus éducatives d’un partage, pendant les jeunes années, d’une chambre à deux. « Ça les rapprochera plus », explique Géraldine, mère de deux garçons, « ils partageront des choses » ; « c’était bien qu’ils apprennent aussi », « qu’ils soient ensemble parce qu’ils sont petits », explique Julie. Rares sont cependant les parents qui justifient une gestion des espaces différente, comme le fait le mari de Géraldine en disant que, « un lieu où on dort et un lieu où on joue. C’est assez sympa ». L’idée d’une distinction entre espace de sommeil et espace de jeu, au nom d’une meilleure structuration éducative, est bien présente chez ce couple mais elle ne représente pas la norme.

20Est-ce parce qu’ils ont des idées différentes sur la gestion des espaces domestiques que certains parents tiennent ces discours ? Ou bien est-ce parce que, leurs deux enfants étant de même sexe, les parents peuvent se permettre d’expliquer l’intérêt d’un partage, du moins pendant quelques années, de la chambre à coucher ? A l’inverse, les parents de fratries mixtes n’auraient-ils pas la possibilité d’un tel discours, compte tenu des normes environnantes, et ne pourraient-ils donner que des explications négatives ? On peut donc s’interroger sur le sens de la causalité entre composition de la fratrie et discours sur la mixité de la chambre.

21Car cette solution n’apparaît souhaitable que provisoirement, tant que les enfants sont petits, éventuellement jusqu’à l’adolescence. Noémie explique très bien le processus qu’elle et son conjoint ont cherché à mettre en place pour leurs deux garçons :

« Donc pour l’instant, on dit toujours : “C’est la chambre de Nathan” parce que… bah, comme avant, il était dans notre chambre, il n’avait pas vraiment son espace, donc là, voilà… Pour lui, je trouvais ça bien qu’il ait son espace à lui, sa chambre, avec ses jouets, etc. Mais que, en tout cas, l’espace parental reste un espace « parents » et pas « enfant ». Bon, ça ne l’empêche pas, le matin, quand il est debout, de venir dans notre lit… Mais, voilà, on essaye de lui expliquer : “C’est ta chambre. Voilà, c’est ton espace à toi”. Et là, le fait qu’il va devoir le partager, bah, enfin, voilà, je pense que ça ne posera pas de problème. C’est quand ils seront plus grands, ils auront plus besoin peut-être d’avoir chacun leur coin, et qu’on aménage ces choses de manière un peu différente. Mais tant qu’ils sont petits, je pense que c’est pas dramatique pour eux. De toutes façons […], les prévisions, à peu près, c’est d’ici entre cinq et sept ans, notre rêve, ça serait d’avoir une maison, donc […] avoir une maison avec autant de chambres que d’enfants. Ce serait notre rêve, quoi ».

22« On verra après pour que chacun ait sa chambre », explique Julie, mère elle aussi de deux garçons. En fait, la plupart des parents estiment qu’il faut une chambre pour chacun, le plus tôt étant le mieux. La contrainte de l’espace est la principale raison invoquée (« on n’a que deux chambres, donc il fallait qu’ils dorment dans la même chambre ») pour expliquer le renoncement à « l’idéal », à « un rêve ». S’ils en ont la possibilité, offrir à chaque enfant sa chambre est une priorité. Les parents d’Alix et de Léo ont fait beaucoup de travaux lorsqu’ils ont emménagé dans une maison et « les deux premières choses qu’on a faites, c’étaient les chambres des enfants. Et donc […], ils ont chacun leur chambre ».

23Le tableau suivant résume nos observations. Donc, sur dix-huit familles enquêtées (enquête non représentative, nous le rappelons), dix familles font dormir leurs deux enfants dans la même chambre. Dans les huit autres familles, les enfants ont chacun leur chambre. Comme on le voit sur le tableau, lorsque le second s’annonce d’un sexe différent, les choses se compliquent et les choix sont plus tranchés.Tandis que sept fratries non mixtes sur neuf partagent la même chambre, trois fratries mixtes sur neuf dorment dans une même chambre. De même, sur dix enfants partageant une seule chambre, on compte une majorité de fratries non mixtes et une minorité de fratries mixtes, c’est l’inverse que l’on observe pour l’attribution de deux chambres séparées : peu de fratries non mixtes, beaucoup plus de fratries mixtes.

1 chambre

2 chambres

Total

2G

6

2

8

2F

1

-

1

Total non mixtes

7

2

9

Mixtes

GF ou FG

3

6

9

Total

10

8

18

• Répartition des fratries dans la ou les chambres.

24Évidemment, l’enquête ELFE devra quantifier les proportions et donc confirmer cette première approche. Le sexe du deuxième enfant paraît en effet central dans les arbitrages parentaux. Certes, la cohabitation est possible durant les premiers mois et les premières années, d’autant plus que le tout petit passe beaucoup de temps dans la chambre, voire dans le lit de ses parents : « Quand ils sont petits, ça pose pas de problèmes qu’ils dorment ensemble, garçon et fille, ou garçon-garçon » explique Delphine. Mais la même mère ajoute très vite : « Mais garçon-fille, je pense qu’il y a vraiment un moment où on ne peut plus les mettre dans la même chambre donc ».

25Les parents ont fortement intégré la norme de séparation des sexes dans les fratries, norme prêchée depuis des siècles par des instances comme l’Eglise (Perrot, 2010), reprise au XIXe siècle dans les programmes patronaux de cités ouvrières (Renonciat, 1993), dans les années 1930 par les Caisses de compensation (ancêtres des C.A.F.), et enfin mobilisée aujourd’hui dans les critères d’attribution d’un logement social (HLM).

26Cette préoccupation de séparer les sexes, préfiguration de la représentation mentale de la sexuation dans tous les espaces dans la vie à venir, et notamment à l’école (Hurtig et Pichevin, 1986 ; Sirota, 1988 ; Zaidman, 1996) vient parfaitement justifier le fait de connaître le sexe de l’enfant à naître, souhait qui est très fort en France, contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, par exemple les pays scandinaves :

« … j’avais vraiment besoin de matérialiser le fait que ce soit un garçon, ou une fille. Oui, c’est important, pour commencer à organiser dans ma tête et plus tard dans la chambre. Et du coup j’avais vraiment besoin de matérialiser ça », explique Isabelle.

27C’est parce qu’ils ont l’intention de sexuer les décors et les objets que les couples manifestent une telle volonté de connaître le sexe de l’enfant à naître. Certains parents l’expriment clairement, ainsi Clarisse, mère d’un garçon et d’une fille :

« Envie de savoir [le sexe de l’enfant] oui, la curiosité. Moi, je pourrais pas attendre la fin, je crois. Je suis trop impatiente, envie de se projeter aussi un peu dans les achats, dans la chambre… des choses un petit peu… voilà, la décoration, des choses comme ça ».

28Et Eric, père d’une fille et d’un fils, explique aussi : « Nous on voulait savoir, parce que justement je voulais réaménager les chambres, donc le fait de savoir que c’était une fille, bon, j’aurais plutôt fait comme ça ou comme ça… ».

29Parmi les neuf fratries mixtes, six disposent de deux chambres. Les parents d’un garçon et d’une fille qui partagent la même chambre ne développent pas de discours positif à ce sujet, ils déclarent n’avoir pas les moyens de faire autrement. Karine s’excusait presque auprès de ses amis « … de ne pas pouvoir préparer la chambre du bébé et tout le monde disait : alors, tu as préparé la chambre du bébé ? Bah, on n’a pas la place mais c’est pas grave… ».

30De son côté, Delphine considère que si elle n’avait pas eu un second garçon, un « impératif de déménagement aurait vraiment été ».

31En revanche, sauf exception, les couples semblent s’efforcer de « neutraliser » le genre des équipements ou objets destinés à leur bébé. Ils semblent préférer une chambre pour une fille, une chambre pour un garçon plutôt qu’une chambre de fille et une chambre de garçon.

Chambre pour une fille ou pour un garçon ?

32On s’attendait notamment à trouver des discours sur les chambres de filles avec décoration de filles…, ce qui aurait correspondu à l’histoire de la chambre à coucher des filles (Perrot, 2010). Ce n’est pas ce que nous avons trouvé. Certes, quelques remarques sont faites sur le choix des couleurs de peinture de la chambre de tel enfant en relation avec son sexe. Il arrive même que la couleur des objets, même les plus modestes, ait été choisie en fonction du sexe de l’enfant. Madeleine et son mari, par exemple, ont choisi du bleu et beige pour l’arbre à biberons de leur garçon, une baignoire bleue également : « Si j’avais eu une fille, ça aurait été con si [l’arbre à biberons] était bleu ». De même la baignoire aurait été choisie rose pour une fille, précise la mère.

33Pourtant, dans notre enquête auprès de familles socio-économiquement favorisées, les mères ne mettent pas en avant, sauf exception, des aménagements et des décorations sexués des espaces de sommeil de leurs enfants. Dans l’ensemble, ces mères cadres supérieurs, et, à travers leurs discours, ces parents semblent s’efforcer de « neutraliser » le genre des équipements ou objets destinés à leur bébé.

34Pour les fratries unisexes, le souci de l’individualisation passe moins obligatoirement et moins rapidement par l’attribution d’une chambre séparée à chaque enfant et il peut transiter par des détails personnalisés du décor, des objets. Madeleine s’explique d’ailleurs assez longuement sur les couleurs des chambres respectives de ses deux fils :

« Alors, marron, marron foncé et bleu ciel, pour Max, enfin dans la première [chambre]. Et là c’est juste bleu et blanc. Et là pour Tom c’est vert et blanc […]. Pour moi, bleu, c’est vraiment pour Max, vu que c’est ce que j’avais choisi, en premier. Parce que c’est important les couleurs pour un garçon, enfin pour les enfants, je veux dire. Donc vert anis, j’aimais bien, donc je me suis dit : « on va faire ça, quoi ».

35Pour cette mère, le souci de différenciation joue à plein, même s’il s’agit de deux frères. Une autre mère de deux garçons distinguera ses deux enfants par leurs « totems », un ours pour l’un, un lapin pour l’autre.

36Les parents d’Enzo et de Margot constituent-ils une exception dans ce milieu ? Avant la naissance de Margot, ils ont refait la chambre du frère aîné et c’est :

« …une chambre typiquement garçon, il y a un lit en forme de voiture, des stickers en forme de dinosaure, etc., donc c’est une chambre de garçon. Et comme on n’avait pas forcément prévu de mettre en route la 2e, et pour l’instant, j’ai envie de dire que malheureusement, elle n’a pas sa place dans la chambre d’Enzo, rien n’est fait pour son arrivée et, bizarrement, je continue à aménager la chambre d’Enzo pour Enzo. Il avait une commode et on l’a récupérée pour ranger les affaires de Margot et on lui a racheté une armoire dans les tons de sa chambre et voilà, ça reste son endroit ».

37Il est trop tôt pour dire si la petite sœur aura un jour sa chambre, une chambre de fille ? Pour l’instant, elle va dormir avec ses parents, après elle partagera la chambre de son frère et d’ici trois ou quatre ans, ils déménageront. Il s’agit d’un choix affirmé en faveur d’une sexuation de la chambre à coucher : pour quelle raison ? Manque d’anticipation pour une seconde grossesse non programmée, regret devant l’arrivée non préparée de la petite fille ? La mère n’était pas prête à « repasser par une nouvelle grossesse » dit-elle, tandis que le père, lui, était partant pour avoir trois enfants. La maison qu’ils avaient achetée se prêtait mal à l’arrivée d’un nouvel enfant et la mère s’était probablement investie dans l’aménagement de la chambre d’Enzo, pensant qu’elle ne serait pas enceinte. Ce couple ne paraît pas typique des familles enquêtées.

Conclusion

38Ainsi, dans ces familles de milieux favorisés, préparer une chambre est un processus matériel et symbolique complexe : un investissement matériel, certes, mais il s’agit d’aménager l’espace pour ménager la place de chacun. On aura noté l’importance du cycle des objets matériels : achats, stockages, emprunts, dons, etc. La circulation des objets est intense dans la famille et dans le réseau des amis. Mais aussi un investissement personnel pour devenir un père et une mère d’un garçon ou d’une fille. Si la préparation de la chambre est une affaire de couple, les pratiques sexuées des parents se distinguent clairement à cette occasion. Les mères singularisent par des couleurs, des signes distinctifs comme des totems (le lapin, l’ours) l’espace de chacun.

39Enfin, une chambre pour chacun représente l’idéal, un « rêve », d’autant plus impératif qu’il s’agit de fratries mixtes car séparer les sexes est une norme intériorisée. Mais dans ces milieux favorisés, on observe peu de sexuation de la chambre à coucher. Les parents manifestent un réel souci de différenciation, d’individuation, y compris dans les fratries unisexes. Le souci de l’individuation, exacerbé dans le cas de deux enfants de sexe différent, prime le souci de la sexuation du décor.

40Bien entendu, ces résultats focalisés ici sur la chambre à coucher, ne sont qu’une des facettes du processus de sexuation du bébé dès la naissance, et même bien avant. La recherche montre par ailleurs qu’il existe plusieurs autres domaines dans lesquels les parents construisent pas à pas, matériellement et symboliquement, la sexuation de leur bébé comme la dation des prénoms, la constitution de la garde-robe, les soins, etc.

Haut de page

Bibliographie

BRACHET, Sara, BRUGEILLES, Carole, PAILLET, Anne, PELAGE, Agnès, ROLLET, Catherine, SAMUEL, Olivia. Le genre en gestation. Préparatifs de la naissance d’un bébé fille ou d’un bébé garçon. Le féminin et le masculin en questions, Paris : Armand Colin, à paraître.

GARNIER, Guillaume, 2012. Fonctions et enjeux du berceau dans la première moitié du XIXe siècle. In : Renonciat, Annie, et Manson, Michel (dir.), « La Culture matérielle de l’enfance : nouveaux territoires et problématiques », Strenae, 4/2012.

GLEVAREC, Hervé, 2010. Les trois âges de la « culture de la chambre ». Ethnologie française, 2010, n° 1, vol. 40, p. 19-30.

HURTIG, Marie-Claude et PICHEVIN, Marie-France, 1986. La différence des sexes. Questions de psychologie. Paris : ed. Tierce.

PERROT, Michelle, 2009. Histoire de chambres. Paris : Seuil, p. 136-166.

PERROT, Michelle, 2010/2. La chambre d’enfant dans l’espace familial. Journal français de psychiatrie, n° 37, p. 25-28.

RAMOS, Elsa, 2001. La maison familiale comme lieu d’expérimentation identitaire pour le jeune adulte. In : Françoise de Singly (dir.). Etre soi d’un âge à l’autre, Famille et individualisation. Paris : L’Harmattan, tome 2, p. 143-154.

RENONCIAT, Annie, 1993. La camera dei bambini. Luoghi quotidiani nella storia d’Europa, a cura di Haupt. Roma : Laterza, p. 268-284.

ROLLET, Catherine, 2001. Les enfants au XIXe siècle. Paris : Hachette Littératures, p. 92-96.

SEGALEN, Martine, 1980. Mari et femme dans la société paysanne. Paris : Flammarion.

SIROTA, Régine, 1988. L’école primaire au quotidien. Paris : Presses Universitaires de France.

ZAIDMAN, Claude, 1996. La mixité à l’école primaire. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 En collaboration avec toute l’équipe « Venir au monde » du Laboratoire Printemps de l’UVSQ.

2 Ce volet de la recherche bénéficie du soutien financier de l’ANR dans le cadre du programme de recherche « Venir au monde » (responsable scientifique B. Geay) et de la CNAF pour le projet « Production et réception parentales des normes de genre : les mères et les pères face à leurs bébés filles et garçons » (responsable scientifique O. Samuel). L’enquête de terrain est réalisée par les auteurs de l’article et Marie Mengotti.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Chambre de garçon, chambre de fille ?
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Chambre pour une fille ou pour un garçon ?
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1194/img-2.png
Fichier image/png, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rollet et Agnès Pelage, « Préparer une chambre pour l’enfant à venir, un enjeu de genre ? », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1194 ; DOI : 10.4000/strenae.1194

Haut de page

Auteurs

Catherine Rollet

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Laboratoire Printemps.

Agnès Pelage

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Laboratoire Printemps

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org