Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La chambre des enfants en résidence alternée : un sanctuaire ?

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat, Musée national de l’Éducation–CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013.
Benoît Hachet

Résumé

La chambre des enfants en résidence alternée est étudiée quand les enfants ne sont pas à demeure. Nous interrogeons l’utilisation de cet espace vide et sa place dans le logement de parents de Paris et de la proche banlieue. Si elle n’est pas un sanctuaire dans lequel les parents viennent se recueillir, la chambre des enfants en alternance est néanmoins protégée de différentes intrusions et d’un certain nombre d’usages.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1L’objet de cette étude est centré sur la chambre des enfants dans les situations de résidence alternée. Dans les familles intactes, les enfants sont des intermittents du logement, dans la mesure où ils sont amenés à partir, alors que les parents sont des permanents (Singly, 1998, p. 123). Dans les situations de résidence alternée, cette intermittence est renouvelée toutes les semaines. La chambre des enfants est alternativement habitée puis inoccupée. Nous nous demandons ce que devient cet espace dans les périodes sans enfant. Ce qu’il devient aussi bien dans les usages que dans les représentations qui y sont associées. Est-ce un espace investi, utilisé comme une extension de l’appartement ou un espace laissé en l’état, sans utilité pratique pendant une semaine ? La question prend une importance particulière à Paris, cadre de notre enquête, en raison des contraintes spatiales qui conduisent certains parents à dormir sur un canapé convertible dans l’espace commun, pour « laisser la chambre aux enfants ». Laisse-t-on aussi la chambre aux enfants quand ils ne sont pas là ? A-t-on le droit d’utiliser la chambre des enfants quand ils ne sont pas là ? L’usage de l’espace n’est pas qu’une question spatiale. « L’espace ne peut rester l’espace indifférent livré à la mesure et à la réflexion du géomètre. Il est vécu » (Bachelard 1981, p. 17). L’espace habité est vécu, chargé d’affects, de représentations et d’interdits qui contraignent les parents dans leur rapport à la chambre d’enfant. Si elle n’est pas un sanctuaire, la chambre d’enfant est néanmoins entourée d’interdits.

2La loi française autorisant la résidence alternée date de 2002. Après une séparation ou un divorce, elle permet aux enfants d’avoir deux résidences, une chez leur père et une chez leur mère, et de partager leur temps de façon équilibrée avec chacun de leurs parents. Généralement, le changement de résidence se fait chaque semaine, même si les fréquences peuvent être plus courtes ou plus longues. Quoique les données soient difficilement accessibles, on estime que la résidence alternée concernerait aujourd’hui 20 % des enfants après une séparation ou un divorce. C’est donc un phénomène qui n’est plus marginal, qui est en progression, même s’il reste minoritaire. En terme d’habitat, chacun des parents doit disposer d’une chambre pour accueillir ses enfants. À Paris, les tensions sur l’immobilier ont conduit deux de nos enquêtés à cohabiter plus d’un an avec leur ex-conjoint, après s’être séparés, parce qu’ils ne trouvaient pas de logement adaptés.

3Pour interroger l’usage de la chambre d’enfant pendant son absence, nous avons conduit des entretiens, entre septembre 2012 et février 2013, auprès de quinze parents ayant des enfants en alternance à Paris et en banlieue parisiennes : huit mères et sept pères, âgés en moyenne de 40 ans. À une exception près, tous ont un niveau d’étude au moins égal à une licence. Les fratries sont majoritairement de deux enfants, dont l’âge moyen est de 8 ans (4 à 15 ans). La surface moyenne du logement occupé est de 79m2 (de 45m2 à 110m2) – moyenne de 59m2 à Paris. Un seul y vit avec une nouvelle compagne. Le revenu mensuel médian est de 2700 euros. La durée moyenne de l’alternance est de trois ans (allant de deux mois à dix ans), et le rythme principal est hebdomadaire.

4Le recrutement s’est fait de bouche à oreille dans différents cercles d’interconnaissance. Nous avons donc travaillé sur une population parisienne ou de proche banlieue qui appartient aux catégories sociales moyennes et supérieures. La proximité des situations socio-économiques des enquêtés rend comparables les résultats qui n’ont pas prétention à la représentativité. Notre étude est un travail exploratoire qui ouvre quelques pistes de recherche à approfondir. Pour présenter les résultats de cette recherche, nous allons nous rapprocher progressivement de la chambre d’enfant en voyant d’abord si les parents sont dans le logement quand les enfants n’y sont pas, s’ils ferment ou s’ils ouvrent la porte de cette chambre pendant leur absence, s’il entrent dans la chambre et dans ce cas pour quelles raisons.

Etre ou ne pas être dans le logement quand les enfants ne sont pas là

5Certains parents sont des intermittents du logement comme leurs enfants. Brigitte vit une semaine seule à Paris, où elle travaille, et une semaine en banlieue dans un deux pièces avec sa fille, proche de la résidence de son ex conjoint. Marie-Paule et Chloé ont de nouveaux compagnons chez qui elles vivent quand elles ne sont pas avec leurs enfants. Chloé précise qu’avant d’avoir rencontré son nouvel ami, et quand « elle habitait en banlieue, (elle) fuyait quand elle n’avait pas les enfants, elle partait avec son ordi et des fringues pour 4 jours ». D’autres, qui occupent toujours le même logement, évitent l’appartement vide. Sandra (alternance datant de deux mois), hébergée chez ses parents avec ses deux enfants, nous dit :

« Je comble le manque en ayant mis tout un tas d’activités en route parce que derrière, de rentrer en sortant du boulot, de rentrer chez mes parents et de voir leur chambre vide est insupportable. Je refais du sport, passe du temps au cinéma, je vais voir des amis pour rentrer tard ».

6Ou pour Sarah (alternance depuis un an et demi) :

« Quand ils sont là, on sent que la maison est habitée car y’a des jouets partout, dans le salon, des dessins qui traînent partout, le frigo qui est plein, le lave-vaisselle qui tourne, eux font du bruit, voilà, et quand ils sont pas là c’est un silence … Je m’efforce que cet appart soit un hôtel, je ne suis que de passage quand ils ne sont pas là ».

7Dans ces différentes situations, les moments sans enfants peuvent être difficilement supportés et on observe alors des comportements d’évitement de la confrontation à la chambre vide. Ils peuvent être aussi des moments de redécouverte de soi, de liberté ou sont l’occasion de nouvelles sociabilités ou de nouvelles conjugalités. Dans tous les cas, la vie est ailleurs quand les enfants ne sont pas là. La chambre vide n’a pas plus d’existence que le reste de l’appartement, sauf quand on cherche à l’éviter. Quand les enfants ne sont pas là, le logement est un lieu d’hébergement plus qu’un lieu habité. C’est auprès de ceux qui habitent leur logement que l’on peut interroger le rapport à la chambre. Et d’abord se demander si la porte est ouverte ou fermée. Si la frontière est marquée ou non avec la chambre des enfants absents.

Porte ouverte ou porte fermée ?

8La réponse n’est pas toujours facile à obtenir. Frédéric est obligé de se lever pour aller voir si la chambre de son fils est ouverte ou fermée : « Je vais regarder parce que je sais pas répondre à cette question…oui, elle est ouverte ». Brigitte répond, quant à elle, que dans sa maison en travaux, il n’y a pas de porte.

9Tous les enquêtés, à part Frédéric qui ne sait pas et Sophie qui répond qu’il n’y a pas de règle, répondent de façon unilatérale à la question. La porte est soit ouverte, soit fermée. La majorité des enquêtés laissent la chambre ouverte quand leurs enfants ne sont pas avec eux. Anthony n’aime pas les portes fermées : « La porte est toujours ouverte que les filles soient là ou pas. J’aime pas trop les portes fermées, les portes ouvertes c’est plus sympa que les portes fermées ». Adis évoque des raisons physiologiques : « Les portes sont toujours ouvertes quand elles ne sont pas là parce que je suis claustrophobe ». Serge ouvre pour faire entrer la lumière :

« Déjà elle est pas fermée parce qu’il y a des fenêtres, ça fait de la lumière et la porte est plutôt ouverte. De toute manière, je ferme pas les portes. Le soir je peux la pousser un peu mais elle sera jamais fermée…et, en plus, la fermer, ça fait vraiment euh … fermé, non j’aimerais pas du tout ».

10Je propose l’idée de tombeau et Serge répond :

« non, oui… C’est partie intégrante de moi, de ma vie, de l’appart, de tout quoi – fermée ça veut vraiment dire qu’on est ailleurs ».

11Les enfants font partie de lui comme la chambre fait partie de l’appartement. L’espace ouvert a un sens affectif. L’espace fermé aussi.

  • 1 Aude Poittevin, dans son travail sur les fratries recomposées et l’espace domestique, cite le disco (...)

12Trois enquêtées seulement ferment les portes des chambres1. Prenons le cas de Sandra (alternance depuis deux mois) :

« Voir la chambre vide, ça me fait un vide complet, ça me ronge de l’intérieur. Je fais le ménage le samedi quand ils s’en vont, je range tout, je nettoie tout, je ferme la porte et, en général, je rentre plus dedans ».

13Voir la chambre vide rappelle le vide intérieur, l’absence. Sandra ferme la porte pour ne pas voir, pour se protéger contre les affects négatifs. Elle ne veut pas voir l’absence. La porte fermée dépose un voile d’ignorance sur le manque. Une semaine sur deux, la chambre des enfants est amputée du reste de la résidence. Ceux qui ferment la porte ont une expérience courte de l’alternance (de deux mois à un an et demi) quand les enquêtés qui la laissent ouverte vivent cette situation depuis un temps plus long. On peut supposer que la porte s’ouvre avec le temps.

Entrer ou ne pas entrer dans la chambre ?

14La quasi-totalité des enquêtés entrent dans la chambre pour des raisons précises liées à la logistique du fonctionnement de la maison, « par nécessité ». Ils entrent chercher des affaires quand ils font une lessive, chercher des affaires oubliées, changer les draps quand ce n’est pas la femme de ménage qui s’en charge. Comme l’exprime Sarah : « J’y rentre pour ranger des vêtements mais je n’y fais pas de pèlerinages » ou encore : « mais sinon j’y vais que pour des choses précises, pas pour voir ou surveiller ». Aucun n’y vient se remémorer ses enfants absents ou s’y recueillir. C’est donc une chambre dans laquelle on entre pour un entretien minimum quand on y entre. Ceux qui ont une femme de ménage déclarent qu’ils n’y entrent jamais pendant l’absence de leurs enfants.

15Un seul enquêté entre dans la chambre des enfants quand ils ne sont pas là pour la faire vivre. C’est le cas de Loïc :

« Même quand ils sont pas là, j’ouvre les volets, j’aère bien la chambre, je vois s’il y a des choses à ranger. La porte, elle est tout le temps ouverte évidemment, et j’y vais quoi. Elle est pas fermée. Oui j’y vais quand ils sont pas là, c’est une pièce qui vit quoi ».

Utiliser ou ne pas utiliser la chambre ?

16Dans les petits appartements (moins de 50 m2), les parents sont amenés à utiliser une partie de l’espace de la chambre des enfants pour ranger des affaires personnelles. Gaëlle y range sa couette et y a dressé sa bibliothèque, Adis y stocke ses vêtements. L’utilisation de la chambre des enfants est alors contrainte par le manque de place. Elle en partie affectée à d’autres fonctions que d’être seulement une chambre d’enfant même si les parents veillent à ce que l’organisation des rangements n’obstrue pas l’espace enfantin.

17Aucun des enquêtés ne change la destination fonctionnelle de cet espace. Pour personne, la chambre des enfants ne devient un bureau, un atelier, un lieu de lecture… quand ils ne sont pas là. Gaëlle (appartement de 48 m2) : « C’est une pièce qui ne m’appartient pas, elle ne devient pas une extension de mon espace vital en l’absence de mon fils ».

  • 2 Cela corrobore les observations d’Aude Poittevin sur la lecture des liens fraternels par l’espace. (...)

18L’utilisation de la chambre est marginale. Elle concerne le linge et la réception de visiteurs. Concernant le linge, Anne-Marie dit : « J’y rentre pour le linge, pour ranger. Quand ils ne sont pas là, ça peut servir pas de débarras mais je peux y déposer le linge quand il est pas plié pour qu’il traîne pas dans le salon, tout simplement pour qu’on le voit pas. » Considérer la chambre comme un débarras paraît impensable. Néanmoins l’utilisation d’une pièce pour y déposer du linge non plié transforme effectivement la chambre en débarras. On ne peut juste pas le dire – ou plutôt pas le penser – car considérer la chambre comme un débarras, c’est transformer l’espace intime de l’enfance pour en faire un usage dégradant, c’est violer l’identité de la pièce, qui est une chambre d’enfant dans la tête des parents. Si Anne-Marie y dépose du linge mais ne peut considérer la chambre comme une buanderie, Loïc s’y refuse. Il préfère « mettre le linge dans notre chambre à nous. J’arrive pas en fait (à mettre le linge dans la chambre des enfants). J’veux qu’elle continue à vivre mais qu’elle serve pas à autre chose ». Pour Loïc ce n’est pas seulement gênant, ce n’est pas possible de mettre du linge dans la chambre des enfants. Elle doit conserver son identité et sa fonction en leur absence2.

19Dans notre enquête, les deux parents qui utilisent la chambre des enfants pour étendre du linge sont Gaëlle et Adis qui vivent dans de petits appartements et n’ont pas le choix. Dans les appartements encore plus petits (45m2 avec deux enfants), le linge est lavé dans les laveries automatiques, « pour ne pas encombrer parce que c’est trop petit » comme le dit Chloé. Sans contrainte d’espace, le linge n’est pas entreposé dans la chambre.

20L’autre utilisation possible de la chambre est la réception d’amis quand les enfants ne sont pas là. Loïc, à qui je demande s’il peut loger des amis en l’absence de ses enfants, me répond : « Non, c’est au salon si on reçoit, il faut qu’elle reste une chambre d’enfant. Ça reste LEUR chambre et voilà, ouais on la transforme pas en fait ». L’appartement de 110m2 laisse d’autres possibilités pour recevoir des amis. Ce qui n’est pas le cas pour ceux qui vivent dans des logements petits et qui ne peuvent loger des amis que dans la chambre de leurs enfants. Néanmoins, la contrainte spatiale ne fait pas tout. Chloé, qui vit dans un appartement de 45 m2 la moitié de la semaine et passe l’autre partie chez son ami, nous précise :

« Il m’arrive d’héberger des copains quand je suis pas là, mais je prête jamais la chambre des enfants, c’est le canapé. Pourquoi ? Parce que c’est leur chambre. À moins que ce soit leur marraine ou ch’é pas quoi, sinon c’est leur chambre, j’ai pas à prêter leur chambre, voilà ».

21Fréderic y loge seulement son beau-fils. Dans ces dernières situations, seuls les membres de la famille ont l’autorisation de dormir dans le lit des enfants, l’espace intime des enfants est protégé contre les intrusions étrangères.

22Néanmoins la majorité des parents interrogés loge des visiteurs dans la chambre de leurs enfants, parfois en leur demandant l’autorisation, comme Anthony qui indique par là la propriété des enfants sur cet espace. Propriété que l’on ne peut violer sans leur accord.

23Pour terminer, interrogeons le passage du temps et son effet sur les modifications des représentations des parents.

L’effet de la durée de l’alternance

24La durée de l’alternance transforme les affects autour de la chambre vide et du manque des enfants, mais elle ne semble pas transformer le respect de cet espace dédié qui n’est utilisable qu’à la marge quand il est utilisé.

25En début d’alternance les témoignages du manque sont fréquents et s’expriment dans le rapport à la chambre. Sandra, qui pratique l’alternance depuis deux mois, exprime physiquement cette douleur de l’absence :

« Je rentre plus parce que, quand je vois un nounours qui traine, y’a l’odeur de mes enfants dessus, c’est horrible quoi, c’est vraiment très physique. Ils me manquent plus si je rentre donc non non, en général j’évite de rentrer ».

26Sarah explique qu’ « au début, c’était un calvaire. J’ai un grand appartement et, qu’il soit vide et tout ça, au début j’avais envie de me pendre mais vraiment » ; ou encore : « au début j’avais l’impression que c’était des chambres de morts, que les gens étaient morts en passant devant ». Les expressions employées en début d’alternance relèvent du vocabulaire du deuil. Le « calvaire », les envies de pendaison, l’impression que les enfants sont morts ou l’horrible sensation de sentir les odeurs des nounours. Ces impressions se cristallisent sur la chambre qui provoque des émotions quand on passe devant ou a fortiori quand on y entre. Il y a un temps de deuil, le deuil de ne plus voir ses enfants tout le temps, et, passée cette période, la chambre vide ne provoque plus les mêmes sensations ou seulement de façon fugace.

27Le témoignage d’Adis exprime la modification de la perception de la chambre, la modification de la texture du vide. Adis, qui a une expérience de 7 ans d’alternance, répond à une question sur la signification d’une pièce vide :

« Les pièces vides, c’est juste que ces pièces étaient tout sauf des pièces vides au début de la garde alternée. Elles me renvoyaient l’absence, le manque, la culpabilité et tout le cortège qui va avec. Ces pièces me renvoyaient à ma propre solitude et au manque de ne voir mes enfants qu’une semaine sur deux. Maintenant, ce ne sont que des pièces vides et elle ne me renvoient plus rien de tous ces sentiments ».

28On lit la modification du sens du vide. Au début de l’alternance, la chambre vide est pleine : elle est remplie de douleur, de manque, de tristesse, de culpabilité et de solitude. Puis, avec l’habitude, les pièces sont désinvesties affectivement, et le vide désigne alors un espace inoccupé sans provoquer d’émotions particulières. À la question des sensations qu’il ressent actuellement en entrant dans la chambre de ses filles, Adis me dit : « Non je ne ressens pas d’émotion particulière, à part une légère irritation si la chambre est trop mal rangée ». On voit le chemin parcouru. Aucun des enquêtés, après un an d’alternance, ne fait état de sensation particulière par rapport à la chambre des enfants absents. Les travaux de psychologie empirique sur le « syndrome du nid vide » (Bates Harkins 1978), qui correspond à la période qui suit le départ des enfants de la résidence familiale, estiment qu’il disparaît après deux ans. Notre enquête nous permet d’envisager une durée plus courte pour que les effets du manque dus à l’alternance s’estompent. Après cette période, la chambre est désinvestie affectivement mais reste relativement inutilisable.

Conclusion

29Les parents décrivent la chambre de leurs enfants en alternance comme un espace vivant quand ils sont là et morte en leur absence. Occupée, puis vide, habitée, puis non habitée, investie, puis désertée, selon des fréquences régulières, la chambre des alternés change de nature selon les périodes.

30Quand ils ne sont pas là, la chambre des enfants en alternance n’est pas un sanctuaire car l’espace n’est pas clos – la porte est plutôt ouverte –, et les parents ne viennent pas s’y recueillir avec des précautions rituelles. Ce n’est pas une chambre d’enfants morts. Si on l’évite en début d’alternance, comme une chambre fantôme, on l’oublie quand l’alternance se prolonge. Si on y entre, c’est pour des raisons pratiques, profanes.

  • 3 « Le sacré dans la vie ordinaire se manifeste presque exclusivement par des interdits. Il se défini (...)

31Néanmoins cet espace est entouré de ce type d’interdits dont Roger Caillois considère qu’ils sont l’expression du sacré dans la vie quotidienne (Caillois 2006)3. La chambre n’est pas appropriable par les parents, qui ne peuvent de ce fait en changer la destination fonctionnelle. Pour parler de la chambre des enfants, les enquêtés emploient systématiquement les pronoms personnels : « sa » chambre, ou « leur » chambre, plutôt que « la » chambre. Ils n’ont pas « une » chambre chez leur père ou leur mère mais « leur » chambre. Elle est protégée contre les intrusions indésirables du linge, ou ne peut servir de lieu de couchage d’amis que sous la contrainte d’un espace trop étroit.

32Une semaine sur deux, la chambre est un espace détaché de l’usage commun, séparé, cantonné, débranché, parfois invisibilisé, mis entre parenthèses pendant une semaine. Mais plus qu’un espace mort, c’est un espace en veille, en attente, qui ne trouve son sens qu’en accueillant les enfants qui l’habitent. Enfants pour qui cet espace est pleinement vivant.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard, Gaston, 1981. La poétique de l’espace, Paris : Presses universitaires de France [1e éd. 1957].

Bates Harkins, Elizabeth, 1978. Effects of Empty Nest Transition on Self-Report of Psychological and Physical Well-Being. Journal of Marriage and Family, vol. 40, n° 3, p. 549-556.

Caillois, Roger, 2006. L’homme et le sacré. Paris : Folio essai [ 1e éd. 1939].

De Singly, François, 1998. Habitat et relations familiales. Paris : Éditions du PUCA [Plan Urbanisme Construction Architecture].

Perrot, Michelle, 2009. Histoire de chambres. Paris : Éditions du Seuil (La librairie du XXIe siècle).

Poittevin, Aude, 2002. La fratrie recomposée au travers du temps et des espaces domestiques. In : Collignon, Béatrice & Staszak, Jean François (dir.). Espaces domestiques, construire, habiter, représenter. Paris : Bréal, p. 297- 309.

Poittevin, Aude, 2005. Une lecture des espaces pour lire les liens fraternels. Espaces et sociétés, 2/3 (n° 120-121), p. 61-77.

Haut de page

Notes

1 Aude Poittevin, dans son travail sur les fratries recomposées et l’espace domestique, cite le discours d’une enquêtée en situation de recomposition avec des enfants permanents et d’autres qui ne viennent qu’un week-end sur deux : « Pendant leur absence, la porte est symboliquement fermée. C’est vrai que des fois X viole l’entrée de la porte, et là je parle de viol parce que c’est vraiment ça. C’est vécu comme tel. Ce sont des reproches. » (Poittevin 2002, p. 302)

2 Cela corrobore les observations d’Aude Poittevin sur la lecture des liens fraternels par l’espace. Elle cite ainsi une enquêtée [Martine] : « Là, aujourd’hui, l’exemple va être mauvais, y a un séchoir sur lequel sèche du linge [dans la chambre des aînés]. Mais c’est exceptionnel. Elle est chambre ! Elle est ouverte mais elle est inoccupée. C’est leur chambre. Y a leur nom sur les portes, c’est pas pour rien ! ». (Poittevin 2005, p.71)

3 « Le sacré dans la vie ordinaire se manifeste presque exclusivement par des interdits. Il se définit comme « le réservé », le « séparé » ; il est mis hors de l’usage commun, protégé par des prohibitions destinées à prévenir toute atteinte à l’ordre du monde, tout risque de le détraquer et d’y introduire un ferment de trouble. Il apparaît donc essentiellement négatif » (Caillois, 2006, p. 133).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Hachet, « La chambre des enfants en résidence alternée : un sanctuaire ? », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1187 ; DOI : 10.4000/strenae.1187

Haut de page

Auteur

Benoît Hachet

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org