Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Chambre d’enfant avec salon : appropriation des espaces domestiques entre adultes et enfants

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Sébastien Long

Résumé

À partir d’une recherche en cours dans le cadre d’une thèse sur le partage des espaces domestiques entre enfants et parents, cette communication met en lumière certains aspects du rapport des enfants et des parents à la chambre d’enfant. Elle s’appuie sur la rencontre de onze familles, de catégories sociales différentes, situées pour leur majorité en milieu urbain et dont les enfants sont âgés entre 6 et 8 ans.

Les temps du coucher et du sommeil révèlent des négociations et des formes d’appropriation de la chambre par les enfants, mais aussi par les parents. Celles-ci passent par le contact physique, la circulation et la proximité des corps et des objets.

Si la chambre sépare et individualise, la recherche fait apparaître l’importance du salon comme espace des enfants, c’est-à-dire un espace investi, transformé par les enfants, et parfois par les parents, en vue des activités enfantines.

Pour les enfants de 6 à 8 ans rencontrés, la chambre n’est ni uniquement un espace pour soi, ni un espace où jeux et activités peuvent être circonscrits ; elle apparaît plutôt comme un espace à penser en rapport à des temps spécifiques et aux autres espaces du logement, produits par les enfants et les adultes.

Haut de page

Texte intégral

1L’espace domestique en France est dans sa grande majorité un espace découpé en pièces distinctes et cette distinction est matérialisée par des murs et des portes. À ce découpage répondent des fonctions, des usages mouvants, mais structurés de façon typique en cuisine, salon (séjour)-salle à manger, salle de bain, WC, chambre des parents, chambre des enfants. Ces murs et ces portes construisent des séparations. Ces séparations sont récentes, notamment en ce qui concerne la chambre d’enfant, puisque celle-ci se développe seulement vers la fin du XVIIIe siècle pour devenir plus systématique à la fin du XIXe siècle (Eleb-Vidal et Debarre-Blanchard 1989 ; Perrot 2009 ; Perrinjaquet et Rotman 1986). Cette « privatisation » semble n’avoir fait que s’accentuer. Mais comment la chambre sépare-t-elle et de quoi ? Que font les enfants et les parents de la chambre d’enfant ? On essayera d’en aborder ici certains aspects de manière exploratoire.

  • 1 Le groupe « Matière à penser » vise à élargir l'approche anthropologique en montrant l'importance d (...)

2Dans le cadre d’une recherche ethnographique en cours sur les espaces domestiques partagés entre adultes et enfants entre 6 et 8 ans, je partirai ici de la chambre d’enfant pour exposer certaines observations que j’ai faites, certaines voies que j’ai prises, ou compte prendre, dans ce travail et faire apparaître ainsi des questionnements pour l’exploration de cet espace particulier. L’objectif de ce travail est de cerner certains modes de construction de la catégorie adulte-enfant au quotidien (Alanen 2001) et des façons dont ces constructions suscitent diverses formes d’apprentissage. En cela, il s’inscrit dans le courant de la sociologie de l’enfance. Ce courant de recherche aide à se dégager d’une perspective adulto-centrée des pratiques sociales : la consommation (Brougère 2008, 2010 ; Diasio 2004 ; Cook 2008), la santé (Mayall 1994) ne peuvent être comprises sans prendre en compte le point de vue et la capacité d’action des enfants. Il en est de même des façons d’habiter et de la vie quotidienne. Cette étude s’inscrit aussi dans les recherches sur la culture matérielle, suivant notamment les travaux du groupe MàP1 (Warnier 1999 ; Julien et Rosselin 2005) qui recherchent les façons dont les actions sur les objets participent à la constitution des identités et à la formation des subjectivités.

  • 2 La famille R. vit dans un appartement en milieu rural avec deux enfants, Anais (7 ans) et Julien (2 (...)

3Cette présentation s’appuie sur la rencontre de onze familles2 de catégories sociales différentes, situées pour leur majorité en milieu urbain d’une ville de l’Est de la France. Dans le cadre de cette recherche, nous rencontrons trois fois les groupes domestiques. Nous baserons nos analyses sur une, parfois deux rencontres, le travail de terrain étant en cours. L’enquête consiste en une visite du logement faite et commentée par les enfants, et un entretien avec leurs parents. À cela peuvent être associés, selon la situation, des repas, des apéritifs, des jeux. Le temps passé pour chaque visite est donc variable, entre une et trois heures.

Une chambre à soi

4Le couple R., qui a participé à la conception des plans de son appartement, connaissait déjà avant la naissance de sa fille l’emplacement de la chambre de l’enfant. C’est le grand-père qui, en plus de diriger les travaux de construction de l’appartement, a posé le papier peint sur les murs. Au dessus de la tête du lit de l’enfant, on peut voir, en papier peint, une rose de deux mètres sur deux. Ainsi, en décorant la chambre, les adultes s’approprient l’espace appelé chambre d’enfants et construisent déjà leurs enfants. La matière (murs, papier peint) participe de l’individualisation de l’enfant à venir, produite ici par la famille élargie :

« Habiter pour l’individu, pour le groupe, c’est s’approprier quelque chose. Non pas en avoir la propriété, mais en faire son œuvre, en faire sa chose, y mettre son empreinte, le modeler, le façonner » (Lefebvre 1970, p. 222, cité par Rosselin 1998, p. 183).

5Ce modelage passe par le rapport du corps à la matière (Diasio 2009 ; Rosselin 1998).

6Comme son prénom, l’identité personnelle de l’enfant passe par un espace à soi (surface, objets) : l’enfant a « sa » chambre. Madame R. reconnaît à l’enfant une nécessité, un droit de pouvoir se retrouver seule :

« Avoir un endroit à elle, de savoir que c’est sa chambre, et que c’est un endroit qu’à elle, donc si elle a envie de se retrouver seule, si elle a envie de faire quelque chose dans sa chambre, c’est sa chambre ».

7Cette propriété relative crée une vie privée, une vie intérieure. Ce « droit », cette possibilité d’être seule se présente souvent comme une injonction des adultes :

« ....punitions ? oui, c’est l’envoyer dans sa chambre se calmer parce que bien souvent elle s’énerve si elle arrive pas à avoir ce qu’elle veut : c’est « oui mais » à chaque fois donc t’argumentes, c’est « oui mais », faut toujours qu’elle essaye d’avoir le dernier mot, donc à un moment c’est : – dans ta chambre, tu arrêtes, tu files dans ta chambre. » (Mme R.).

8La chambre devient ainsi un lieu d’isolement. Michel Foucault a montré combien l’espace était central dans la formation des mécanismes disciplinaires. L’isolement est une technique de correction, de conversion et d’apprentissage. Il permet un « retour sur soi » (Foucault, 1975). Le soir représente également un moment où s’active cette « technique d’isolement ». Plusieurs enfants et parents rencontrés témoignent de la tension que peut susciter la nuit dans la chambre. Anaïs (7 ans) se relève plusieurs fois avant de pouvoir s’endormir vraiment. Pour sortir de sa chambre, elle utilise divers « stratagèmes », selon l’expression des parents : mal au ventre, insomnie, piqûres d’insecte, mal à la tête. Grégory (5 ans) et Natacha, (7 ans) dorment dans la même chambre et font tarder, selon leurs parents, le moment du coucher, jusqu’à ce que les parents se mettent à ordonner de manière plus ferme l’urgence d’« aller au lit ». « Aller au lit » apparaît souvent aux yeux des enfants comme un ordre excessif dans son urgence, un moment à retarder. L’enfant est celui qui « doit aller se coucher » mais aussi celui qui « traîne pour aller se coucher ». Il faudra explorer cet art de faire (De Certeau, 1980) qu’est « traîner » pour aller au lit, car il implique un ensemble de jeux avec les objets (auxquels l’enfant « s’accroche » ou sans lesquels il ne peut aller au lit) et avec son propre corps (« mes cheveux sont pas secs »). Pour la nuit, l’enfant est celui qui, contrairement aux adultes, est renvoyé dans un espace déterminé, dont il ne peut sortir sans qu’il y ait une « bonne raison ».

9La chambre d’enfant apparaît comme un élément central dans les relations de pouvoir entre adultes et enfants, au sens de Michel Foucault, c’est à dire un mode d’action de certains sur d’autres, qui implique l’activité, la résistance (2001, p. 1053). Le sujet résiste donc : une fois couchés, certains enfants vont sortir plusieurs fois de leurs chambre, d’autres vont demander des histoires ou des câlins. Certains parents sont « contraints » de rester environ une demi-heure dans le lit de leur enfant, s’y endormant parfois. Histoires racontées à haute voix par les parents, livres manipulés conjointement par les enfants et les parents (souvent les mères) témoignent d’une appropriation mutuelle de la chambre d’enfant. Plusieurs parents s’installent dans la chambre lors du coucher de leurs enfants. Le temps du coucher de l’enfant peut varier, d’un « bonne nuit » à une histoire complétée par des caresses jusqu’à l’endormissement complet de l’enfant. C’est un moment particulier où se mêlent les voix, les gestes, la proximité des corps.

10Ce confinement spatio-temporel relatif dans la chambre produit souvent une autre forme de résistance : la résistance à l’endormissement. En fait, la contrainte d’aller se coucher permet, une fois seul, ou avec son frère ou sa sœur, une appropriation particulière de la chambre : jeux avec le corps (mettre les pieds en l’air, taper avec ses pieds sur le lit, enfoncer ses pieds sur le lit du dessus pour embêter son frère ou sa sœur qui dort sur le lit superposé), manipulations des peluches qui dorment également dans le lit ou à côté (choix, rangement, installation pour la nuit), manipulation et lecture de livres. Martine (6 ans) nous montre les ombres chinoises qu’elle fait avec ses doigts. Elle parle à son frère qui se trouve dans le lit du dessous. C’est aussi un temps d’exploration et de jeu avec le corps des autres : frères et sœurs pour ceux qui dorment dans la même pièce. Alexandre (10 ans) et Nathan (8 ans) dorment eux dans le même lit à deux places. Ils n’utilisent pas le lit du dessus, qui est un lit à une place. Dans ces moments, ils peuvent, une fois la lumière éteinte, se raconter des histoires, se parler, se pousser. Ces moments contraints (« il ne faut pas faire de bruit »), où l’on est avec soi et, pour les fratries, dans l’entre soi, sont des moments d’intimité. Les enfants de cet isolement développent une vie privée, qu’on peut retrouver à certains moments de la journée, par exemple lorsqu’ils se réveillent le week-end avant les adultes, devant apprendre aussi à agir silencieusement. Certains parents se sont montrés surpris de telles compétences à maîtriser les bruits. Comme Diasio (2007) le souligne à propos du rapport des enfants au grignotage, ces apprentissages s’inscrivent dans des « techniques de soi », qui « permettent aux individus d’effectuer, seuls ou avec l’aide d’autres, un certain nombre d’opérations sur leurs corps et leur âme, leurs pensées, leurs conduites, leur mode d’être » (Foucault 2001, p. 1604).

11L’isolement des enfants pour la nuit est une norme globalement exigée par les parents. Cependant, la plupart des parents rencontrés disposent d’une chambre située à moins de trois mètres de la chambre de leurs enfants, quelle que soit la taille de la maison ou de l’appartement. Beaucoup disent que c’est pour pouvoir entendre si l’enfant dort mal. La nuit, les parents surveillent l’enfant à l’oreille. La porte peut rester ouverte pour favoriser ces possibilités d’écoute. La proximité permet de se lever facilement. Mme C., par exemple, se lève au moindre bruit ou appel de son enfant : « Quand il appelle je me lève aussitôt ». Maxime (6 ans) appelle de son lit, à n’importe quelle heure de la nuit, pour que sa mère se réveille et l’accompagne pour aller faire pipi : le WC est situé dans la pièce à côté de sa chambre. On observe donc que si les enfants disposent d’une chambre, la séparation est relative : ici la proximité spatiale, l’ouverture de porte, l’attention rapprochent parents et enfants. Il est possible de bouger, même la nuit. Même si, dans la majorité des familles, les enfants dorment le plus souvent dans leur lit, des formes de circulation entre les lits des chambres des enfants et des chambres des adultes ne sont pas rares, et pas seulement quand les enfants sont malades. Nathan (7 ans) a rejoint récemment le lit fraternel dans la chambre d’enfant – grand lit à deux places – alors qu’il dormait auparavant dans le lit de sa mère. Ces circulations, même peu nombreuses, montrent que la séparation instituée par la chambre comporte de nombreuses formes d’aménagements, de négociations dont il faudra explorer la diversité. On observe ainsi une autre modalité par laquelle la chambre d’enfant est reliée aux autres pièces du logement.

Le salon-salle à manger : une annexe de la chambre d’enfant ?

12Même si les chambres d’enfant observées sont encore souvent plus petites que la chambre d’adulte (Perrinjaquet et Rotman 1986), elle sont cependant organisées comme un espace plurifonctionnel où l’enfant peut dormir, mais aussi jouer, faire ses devoirs, dessiner, lire, écouter de la musique, s’habiller, et parfois « faire de l’ordinateur ». La chambre est décorée avec des objets de consommation spécifiques au monde de l’enfance. Les objets et jouets, souvent en grand nombre, en font un espace propre au jeu. Le père de Maxime (6 ans) a accroché un punching-ball au plafond. Le lit de Maxime lui-même a la forme d’une voiture de course, et son armoire est une pompe à essence. Dans la chambre de Sandy (4 ans) et Jenny (6 ans), de Natacha (7 ans) et Grégory (4 ans), des jouets, des poupées, des playmobil, des figurines de toutes sortes s’amoncellent sur le sol, dans des bacs (rangés sous le lit, dans des meubles, sur des étagères ou contre le mur). La disposition des lits, des meubles, des bacs à jouets a été en grande partie déterminée par les parents qui, par les différentes actions, se sont approprié et s’approprient quotidiennement la chambre de leurs enfants, comme on le verra pour le rangement. Les enfants rencontrés se saisissent de ces espaces de jeu ponctuellement. Mais ils jouent très souvent, voire le plus souvent dans certaines des familles rencontrées, dans le séjour-salle à manger. Le salon devient-il l’espace de l’enfant ?

13Contrairement à la chambre d’enfant, l’espace salon-salle à manger n’est pas, dans la plupart des cas, meublé et décoré comme la chambre d’enfant peut l’être. S’il peut comporter des objets décoratifs créés par l’enfant, il apparaît a priori pensé par et pour les adultes. Pourtant, selon la mère d’Anaïs (7 ans), le salon est l’espace de jeu principal de sa fille, qui va rarement jouer dans sa chambre :

« Mais d’elle-même, elle y est jamais allée d’elle-même... comme elle est loin de nous aussi, je pense que ça l’intéresse pas plus que ça. Lui [Julien, 2 ans], c’est pareil, il va pas dans sa chambre, il va très rarement dans sa chambre aussi, pourtant il y a des jouets aussi ».

14Ce « pourtant » marque bien une sorte de contradiction. Natacha (7 ans) et Grégory (4 ans) jouent assez fréquemment dans leur chambre, mais le salon, au premier étage, est l’endroit où ils sont le plus souvent :

MOI. « Je vous ai vu jouer là haut [dans le salon]. Vous jouez pas tout le temps dans votre chambre ?

MARIE. – Ben non.

MOI. : – Et vous jouez où la plupart du temps, où est-ce que tu préfères jouer ?

MARIE. : – Là haut, parce que je dessine beaucoup beaucoup beaucoup. Des fois je me lave pas les mains parce que j’ai envie de dessiner, puis papa il dit "« lave-toi les mains sinon il y a pas d’apéro" », je dis "« non je m’en fiche s’il y a pas d’apéro, j’aimerais bien finir mon dessin" », puis après quand j’ai fini mon dessin, j’en recommence un autre. »

15Le salon apparaît comme un espace très investi, un espace fabriqué et transformé constamment par les enfants. La télévision y a une place centrale, qu’on ne détaillera pas ici. Mais l’ensemble des objets et meubles du salon et de la chambre d’enfant est sollicité dans ces appropriations.

16Comme le montre Rosselin (1999), les pièces d’un logement comportent différents coins, qui peuvent se transformer dans la journée sous l’action des habitants. Ce sont les objets et l’action sur ces objets qui fabriquent les espaces : la table du salon se transforme souvent en table à dessin, composant ainsi un coin dessin par l’action des enfants. Cette table à dessin forme « un coin dessin » ou un « coin peinture », qui n’était pas prévu au départ, comme peut l’être la table de la chambre d’enfant (ill. 1 et 2).

1. « Activité dessin sur la table basse du salon

Photographie de l’auteur

2. Activité peinture sur la table du même salon

Photographie de l’auteur

17Peu après, cette table du salon peut devenir une table pour faire ses devoirs. Parfois une petite table d’enfant mobile est posée par les parents au centre du salon. Celle-ci n’est rangée dans un coin que lorsqu’il y un grand nombre d’invités adultes. Le canapé, pour sa part, devient siège à poupée, trampoline ou tatami, voire tout en même temps. Dans ce salon, Nina montre comment elle transforme les espaces avec les différents éléments du canapé, en fonction des activités (jouer sur le tapis devant le canapé, construire une cachette, fabriquer une maison pour les poupées (ill. 3 et 4).

3. Jeux de Nina avec le canapé du salon

Photographie de l’auteur

4. Jeux de Nina avec le canapé du salon

Photographie de l’auteur

18Les chaises deviennent des ponts sous lesquels filent des voitures télécommandées. Le sol – carrelage, bois, tapis – n’est plus le support de la marche, que l’on voit de haut : les enfants s’y assoient, dans diverses positions, pour jouer. Ce rapport au sol est très caractéristique des enfants, au moins pour les plus jeunes. Pendant un entretien avec sa mère, Enzo (7 ans) s’installe par terre, dans la cuisine, pose son jeu de société, et joue tout en écoutant notre conversation (ill. 5).

5. Enzo jouant sur le sol de la cuisine

Photographie de l’auteur

19Ces transformations de l’espace peuvent être effectuées par l’enfant à l’aide d’actions sur son corps : faire du hip-hop devant la télévision transforme le sol du salon en piste de danse, comme chez Alexandre (10 ans) et Nathan (8 ans). Mais elles peuvent nécessiter aussi du matériel. Le matériel peut faire partie des objets fixes du salon (les coussins du canapé, par exemple), provenir de la chambre d’enfant mais être stocké de façon quasi permanente dans le salon, ou être « de passage ».

20Chez Sophie (8 ans), le salon est divisé en quatre coins : un coin devoir, une table ronde située près d’étagères comportant des livres et des CD, un coin canapé télévision, un coin entrée, un coin jeu. Celui-ci est construit dans un renfoncement, totalement ouvert sur le salon, dont le sol est recouvert d’un tapis, délimitant une surface de 4 m², où de chaque côté, le long du mur, sont posés des boîtes de rangement où se trouvent des playmobil, des jeux de sociétés. Chez Ben, le salon est divisé en deux. Dans une des deux parties sont stockés les jeux. Les enfants y jouent, mais ils élargissent très vite leur terrain à l’autre partie du salon (ill.6).

6. Salon de la famille de Ben

Photographie de l’auteur

21Parfois, ces coins sont plus petits, matérialisés uniquement par un empilement de boîtes et de jouets posés derrière le canapé, à côté de l’ouverture sur la terrasse, sur une surface de 2m² environ, chez Anaïs (7 ans) et Julien (2 ans) par exemple. Chez plusieurs enfants, les jouets ne sont donc pas issus de la chambre :

MOI. « Est-ce qu’elle utilise des objets de sa chambre qui viennent de sa chambre ?

Mme R. – Non.

M. R. – Non parce qu’on a des jeux là, juste derrière le canapé, on a plein, y’a plein, y’a plein de jeux. Et puis, elle fait l’ordi maintenant, y’ a des jeux internet, pour les gamins, donc elle va dessus. »

22Mais pour la plupart des groupes domestiques, les objets circulent du salon à la chambre et de la chambre au salon. Ainsi, la mère de Max aide très souvent son enfant à descendre une partie de jouets au salon, sa chambre étant située à l’étage du dessus. Ils peuvent rester dans le salon plusieurs mois sans être rangés. Ils changent de place, créant ainsi constamment de nouveaux espaces de jeu au sein du salon, se mélangeant aux objets adultes. Les coins « fixes », souvent créés par les parents, sont vite élargis à tout le salon par les enfants qui disposent leurs objets « un peu partout ». Les adultes reconnaissent une sorte de légitimité à ces pratiques. Mme R. souligne :

« Ils ne jouent pas dans leur chambre ... mais on n’a pas fait non plus pour que la chambre soit une aire de jeu, les chambres sont très petites et on a fait pour que le salon salle-à-manger cuisine soit ouvert avec une aire de jeu pour eux pour toujours les avoir sous les yeux ».

23Ce « non plus » témoigne de la capacité d’agir des enfants, c’est-à-dire le souhait, le goût des enfants d’être proches des adultes, ne n’être pas séparés en étant dans leur chambre.

24Ainsi, les enfants s’approprient le salon, et jouer n’est pas une activité réservée à la chambre d’enfant. Mais ces appropriations varient. Il est difficile de les connaître dans le détail car, lorsque l’enquêteur arrive, les adultes ont la plupart du temps rangé les objets qui traînent ici et là, dans le salon ou le couloir. À un premier niveau, on peut dire que, sans matériel spécifique, les objets et matières du salon sont constamment détournés de leurs usages adultes : un adulte ne fait pas du toboggan à partir du canapé. Ici, ranger signifie interdire ou stopper un usage. À un second niveau, il y a des objets des enfants qui ne sont pas censés demeurer de façon permanente dans le salon. Dans cette situation, « ranger » signifie ramener ces objets dans la chambre. À un troisième niveau, même s’il y a des objets stockés dans le salon, il faut pouvoir les ranger. Ici ranger veut dire mettre à la place définie par les adultes.

25Se décider, s’engager à ranger est une forme d’anticipation et de décision initiée et souvent réalisée par les adultes. Les parents passent beaucoup de temps à ranger les objets qu’ont éparpillés leurs enfants. Les adultes tentent de contraindre ceux-ci à ces actions de rangement de façon variable. Cela occasionne des négociations, parfois des conflits réguliers. Il faut étudier ces négociations, leurs moments et leur déroulement. Les enfants peuvent participer à ce rangement, non sans rechigner. Ranger semble constituer un marqueur essentiel de la différence entre adulte et enfants. Il s’agit d’abord d’une activité physique : se baisser, ramasser, trier, remettre les objets en place : c’est à travers nos gestes quotidiens que nous forgeons notre identité (Mauss, 1936, Warnier 1999). Ces actions quotidiennes, ces habitudes nous fabriquent (Kaufman 2001) ; ce sont des activités structurantes dans la construction des sujets adultes et des sujets enfants. Par ces gestes, les adultes se réapproprient le salon :

MOI. « Tu joues sur la table ?

JENNY (6 ans). – Oui.

MÈRE. – Et des fois c’est rempli.

PÈRE. – Un vrai bordel.

MÈRE. – Parce qu’hier soir, on avait du monde alors on a dû déblayer, on va dire ça comme ça.

MOI. – Et quand vous déblayez vous mettez où ?

MÈRE. – Ah bah, dans le bureau dans son bureau [un meuble de la chambre d’enfant] on essaye de trier un petit peu en même temps, parce qu’il y a du tri à faire. »

26Le rangement, le nettoyage, le « déblayage » peut « définir un phénomène plus large de préparation à l’appropriation. Faire à sa main et à son corps l’espace en manipulant ce qui existe déjà, en déplaçant certains des meubles intervient également dans cette volonté implicite de poser une « interface » entre le passé et le futur de l’espace » (Rosselin 1998, p. 186). Les parents de Jenny en rangeant se préparent à une nouvelle appropriation de leur salon, d’autant plus cruciale qu’il s’agit de recevoir des invités. Le passage des objets par le salon peut servir de filtre à l’aménagement de la chambre d’enfant. Là aussi, les enfants vont négocier ce tri : « on essaye de trier un petit peu ».

Conclusion

27Cette étude met en lumière quelques aspects du rapport à la chambre d’enfant et de la place de celle-ci dans le logement. La chambre sépare et individualise : lieu de jeu, elle est aussi pour l’enfant un lieu d’isolement où les rapports de pouvoir se révèlent. Les enfants, s’ils peuvent être ponctuellement assignés à leur chambre, ne cessent de circuler et de faire circuler des objets de la chambre au salon. Les parents eux aussi, s’approprient la chambre et s’en rapprochent : en y rangeant les habits et les jouets, en y endormant les enfants.

28Les enfants circulent, partagent et construisent des espaces communs. Ils se les approprient. Contrairement à la nuit, où les enfants sont obligés de dormir dans leur chambre, dans la plupart des cas le salon est un endroit que les enfants peuvent modifier, plus ou moins profondément et durablement. Adultes et enfants semblent apprécier de se rapprocher ainsi, de pouvoir s’entendre et se voir, sans forcément partager une activité. Les parents expriment une sorte de plaisir à voir des enfants non confinés dans leurs chambres, modifiant les usages des objets ou en apportant dans le salon. Ce plaisir, qui suscite aussi des conflits, se traduit par des expressions du type « il y a de la vie » mais aussi par : « j’aime bien les voir ». Ces formes de partage alternent avec des moments de mise en ordre pratique qui sont aussi une certaine « mise en ordre » du rapport adulte enfant. Dans tous les cas, le salon apparaît comme une pièce étroitement liée à la chambre, en tant que lieu d’activités et de jeux. Mais ce partage suscite des tensions et un travail de la frontière, selon l’expression de Barrie Thorne (1993), notamment autour du rangement. C’est à travers séparation et partage des espaces que les enfants et les adultes se construisent en tant qu’enfant et adulte. Il conviendra de continuer à explorer les formes variées de ces négociations et appropriations.

Haut de page

Bibliographie

Alanen, Lena, 2001. Exploration in generational analysis. In : Lena Alanen et Berry Mayall (eds.). Conceptualizing Child-Adult Relations. London : Routledge Falmer, p. 11-23.

Brougère, Gilles (dir.), 2008. La ronde des jeux et jouets. Paris : Autrement.

Brougère, Gilles, 2010. Culture de masse et culture enfantine. In : Andy Arleo et Julie Delalande (eds.). Cultures enfantines. Universalité et diversité. Rennes : PUR, p. 31-44.

Certeau, Michel de, 1980. L’invention du quotidien. I. Arts de faire. Paris : Folio essai.

Cook, Daniel Thomas, 2008. The Missing Child in Consumption Theory. Journal of Consumer Culture, vol 8, n° 2 , p. 219-243.

Diasio, Nicoletta, 2004. L’enfant gourmand entre dextérité et infortune. In : Nicoletta Diasio (dir.). Au Palais de Dame Tartine. Regards européens sur la consommation enfantine. Paris : L’Harmattan, p. 81-111.

Diasio Nicoletta, 2009. La liaison tumultueuse des choses et des corps : un positionnement théorique. In : Marie-Pierre Julien et Céline Rosselin (eds.), 2009. Le sujet contre les objets... tout contre. Ethnographies et cultures matérielles. Paris : Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, p 21-83.

Eleb-Vidal, Monique et Debarre-Blanchard, Anne, 1989. Architecture de la vie privée. Maison et mentalités, XVII-XIXe siècles. Bruxelles : AAM éditions.

Julien, Marie-Pierre et Rosselin, Céline (dir.), 2009. Le sujet contre les objets...tout contre. Ethnographies et cultures matérielles. Paris : Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 21-83.

Foucault Michel 1975. Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Foucault, Michel, 2001. Dits et écrits, tome II, 1976-1988. Paris : Gallimard.

Kaufmann, Jean-Claude, 2001. Ego. Pour une sociologie de l’individu. Paris : Nathan.

Mayall, Berry, 1994. Negotiating Health : Children at Home and primary School. London : Cassell.

Mauss Marcel, 1991 [1936]. Les techniques du corps. In : Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie. Paris : Presses Universitaires de France, p. 365-383.

Perrinjaquet, Roger et Rotman, Roger, 1979. La genèse de la chambre d’enfant. Architecture d’aujourd’hui. Paris : n° 204, p. 89-92.

Perrot, Michèle, 2009. Histoire de chambres. Paris : La Librairie du XXIe siècle.

Rosselin, Céline, 1994. La matérialité de l’objet et l’approche dynamique instrumentale. In : Jean-Pierre Warnier (dir.). Le Paradoxe de la marchandise authentique. Paris : L’Harmattan, p. 147-177.

Rosselin, Céline, 1998. Habiter une pièce. Une ethnographie des espaces par la culture matérielle. Paris : Paris V- René Descartes, Faculté des sciences humaines et sociales.

Thorne, Barrie, 1993. Gender play. Buckingham : Open University Press.

Warnier, Jean-Pierre 1999. Construire la culture matérielle. Paris : Presses Universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Le groupe « Matière à penser » vise à élargir l'approche anthropologique en montrant l'importance des rapports entre le corps et les objets, s'appuyant sur les travaux fondateurs de Leroi-Gourhan et de Mauss (Julien et Rosselin, 2005).

2 La famille R. vit dans un appartement en milieu rural avec deux enfants, Anais (7 ans) et Julien (2 ans). Mme D. loue un appartement, y vit avec ses deux enfants : Alexandre (10 ans) et Nathan (8 ans). La famille S. est propriétaire d'une maison en banlieue d'une grande ville : deux enfants : Grégory (4 ans) et Natacha (7 ans). La famille G. loue un appartement dans une résidence en milieu urbain : deux enfants : Sandy (4 ans) et Jenny (6 ans). La famille C. est propriétaire d'un appartement situé dans une maison en banlieue d'une grande ville ; ils vivent avec un enfant : Maxime (6 ans). M. et Mme L. possèdent une maison en banlieue d'une grande ville, ont deux enfants Nina (6 ans) et Gwenaëlle (11 ans). M. et Mme Ca. ont deux enfants, Lucien (7 ans) et Nicolas (3 ans) et vivent en milieu urbain dans un appartement qu'ils louent. Mme J. vit dans un appartement en milieu urbain avec ses deux enfants : Sophie (8 ans) et Mathieu (11 ans). Mme K. et son époux habitent dans une maison située dans une petite ville et ont deux enfants : Enzo (7 ans) et Emilie (12 ans). Les noms des personnes rencontrées ont été modifiés.

Haut de page

Table des illustrations

Légende 1. « Activité dessin sur la table basse du salon
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1168/img-1.png
Fichier image/png, 368k
Légende 2. Activité peinture sur la table du même salon
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1168/img-2.png
Fichier image/png, 399k
Légende 3. Jeux de Nina avec le canapé du salon
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1168/img-3.png
Fichier image/png, 346k
Légende 4. Jeux de Nina avec le canapé du salon
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1168/img-4.png
Fichier image/png, 370k
Légende 5. Enzo jouant sur le sol de la cuisine
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 6. Salon de la famille de Ben
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1168/img-6.png
Fichier image/png, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Long, « Chambre d’enfant avec salon : appropriation des espaces domestiques entre adultes et enfants », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://strenae.revues.org/1168 ; DOI : 10.4000/strenae.1168

Haut de page

Auteur

Sébastien Long

Université Paris 13 ; Laboratoire EXPERICE

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org