Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La chambre d’enfant : regards croisés

Actes du colloque international sur La chambre d’enfant, un microcosme culturel : espace, consommation, pédagogie, sous la direction d’Annie Renonciat. Musée national de l’Éducation-CNDP/CANOPÉ, Rouen, 7–10 avril 2013
Annie Renonciat

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les textes réunis ici constituent les actes du colloque international et interdisciplinaire sur « La chambre d’enfant, un microcosme culturel », qui s’est tenu au musée national de l’Éducation en avril 2013. Cette manifestation, organisée par le pôle scientifique du musée en collaboration avec le laboratoire EXPERICE de l’université Paris 13, et le laboratoire CEREGE de l’université de Poitiers, marquait le terme d’une recherche sur « Les biens de l’enfant dans l’espace familial » financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Consacré à la culture matérielle de l’enfant, ce programme cherchait à comprendre comment un « système des objets » (Baudrillard 1968) de l’enfant s’est développé dans l’histoire de la culture enfantine, à saisir la façon dont il est conçu et dirigé vers son destinataire enfantin, et à mettre en lumière les modalités de sa pénétration dans l’espace domestique.

2Parmi les biens de l’enfant, sa chambre, espace privé dans la maison, demeure un territoire peu exploré, surtout en France, même s’il suscite depuis un demi-siècle l’intérêt croissant de chercheurs issus de disciplines variées. « Œuvre d’hygiène », « sanctuaire féminin » (Fonssagrives 1871), ou encore « nid d’âmes » (Hugo 1859) au XIXe siècle, la chambre d'enfant est aujourd'hui, tout autant que jadis, une réalité complexe : espace de repos et de travail, terrain de jeux réels ou virtuels, « refuge de l’intimité » (Ranum 1986), fenêtre ouverte sur le monde, découvert ou rêvé, centre d’apprentissage de l’autonomie, forge de l’identité. Les organisateurs du colloque ont souhaité tout à la fois dresser l’état des connaissances et stimuler les développements de la recherche sur le sujet. Trois axes principaux – histoire, consommation, pédagogie – ont été proposés pour le colloque afin de croiser les regards sur la chambre d’enfant, envisagée aussi bien dans son passé que dans le monde contemporain, dans sa matérialité que dans ses représentations, comme espace matériel, social, esthétique et culturel. Les contributions issues de différents pays (Brésil, Espagne, France, Grande-Bretagne, Lettonie, Suisse, USA), reproduites ici en partie, ont offert tout à la fois une vision intercontinentale de cet espace familial et un aperçu international de la recherche à son sujet. Leur inscription inégale dans les trois axes proposés, les problématiques et les perspectives nouvelles qu’elles ouvrent permettent de repérer les champs que les chercheurs délaissent et les orientations dominantes de la recherche actuelle. C’est pourquoi nous les avons réorganisées dans ce recueil en quatre sections : un territoire en tension dans l’espace familial ; un univers matériel et de consommation ; un imaginaire pluriel dans ses représentations ; un lieu d’ancrage et de potentialités.

Un territoire en tension dans l’espace familial

3Le premier axe du colloque envisageait la chambre en tant qu’espace délimité réservé à l'enfant au sein de l'habitat, que caractérisent emplacement, forme, superficie, volume, orientation, communication : autant de spécificités qui, pour être techniques, n’en dépendent pas moins de critères et de représentations culturelles, notamment du statut de l’enfant dans la société (Perrinjaquet 1979, 1982). Depuis quelques décennies, divers spécialistes britanniques (King-Hall 1958 ; Robertson 1974 ; Miall 1980 ; White 1984 ; C. Hall 1987) et allemands (Weber-Kellermann 1979, 1991) se sont intéressés à ce territoire, dans une perspective historique. L’émergence de la chambre d’enfant a aussi été étudiée en France à travers des approches pluridisciplinaires : l’architecte Roger Perrinjaquet lui a consacré une thèse de sociologie (1979, 1982). Anne Debarre-Blanchard et Monique Eleb-Vidal ont également conjugué architecture et sociologie pour étudier son invention dans le cadre de l’habitation moderne (1985, 1989, 1995) ; l’historienne Michelle Perrot a abordé cet univers sous l’angle de l’histoire de la vie privée (1987, 2009, 2012) ; Annie Renonciat l’a envisagée comme espace esthétique et culturel (1989, 1993, 1994, 2005, 2006). Ces travaux pionniers ont permis de mieux situer dans l'histoire de l'habitat européen l’apparition de cet espace architectural, liée à un processus de multiplication et de différenciation progressive des pièces de l'habitation, à un souci croissant de fonctionnalité, de confort et d'intimité leur attribuant des fonctions distinctes adaptées aux besoins spécifiques des membres de la famille.

4Toutefois, les contributions reproduites ici montrent que la chambre d’enfant dans l’espace familial suscite aujourd’hui des questions nouvelles : l’intérêt se porte moins sur son histoire que sur la chambre contemporaine, et moins sur ses caractéristiques intrinsèques que sur les investissements, contrôles et enjeux dont ce territoire est l’objet au sein des relations entre parents et enfants. Ces travaux s’appuient sur une conception de la chambre d’enfant différente de celle de jadis : ses promoteurs au XIXe siècle, et même encore dans la première moitié du XXe siècle, obéissaient à des préoccupations d’hygiène physiologique et sexuelle, de sécurité et d’éducation morale, qui liaient espace privé et ordre social. Daniel Thomas Cook (USA) nous le rappelle ici pour le domaine américain (1876-1909) : « The discourses of this time appear to interweave material, architectural and educational concerns united by an effort to define or redefine a moral order of a larger social life through the moral ordering of the space and contents of the room. » Annie Renonciat le met aussi en évidence dans son examen de l’imagerie scolaire avant la Seconde Guerre mondiale : la chambre d’enfant y apparaît comme un espace régulé par des normes morales et de civilité. Aujourd’hui, même si le fait d’accorder une chambre à chaque enfant ne va pas de soi, en particulier dans les familles recomposées, même si certains parents privilégient l’aspect communautaire du partage de chambre (De Singly, 2000), la chambre individuelle est majoritairement conçue comme un dû à l’enfant, personne à part entière dans la famille, comme un lieu d’expression et de construction de son identité.

  • 1 La question de son aménagement est aussi d’actualité. Nous avons regretté à cet égard la défection (...)

5Dans ce contexte, les interrogations présentes des chercheurs portent sur la façon dont est respecté et géré cet espace privé par les familles et sur les conditions susceptibles de garantir ou d’améliorer les fonctions positives de ce territoire dans la construction identitaire de l’enfant face aux contrôles et investissement des adultes, ou en négociation avec eux1. Ces travaux se fondent sur des enquêtes de terrain qui visent à mieux connaître et comprendre la diversité des situations. Autre particularité propre à la recherche contemporaine : héritière des acquis de l’enfance au XXe siècle – sa reconnaissance en tant que sujet et la proclamation de ses droits –, elle considère l’enfant comme un acteur à part entière de son environnement familial et social et accorde dans ses enquêtes le même crédit au point de vue des enfants et des adolescents qu’à celui de leurs parents. « La chambre d’enfant m’appartient-elle vraiment ? », s’interroge Ilze Dinka dans une formulation significative de cette nouvelle perspective. Son enquête l’amène à conclure que l’organisation par l’enfant, même jeune (9-11 ans), de son espace propre, et la gestion autonome de ses objets et médias au sein de cet espace, est une condition essentielle de la construction de son identité. C’est en termes temporels que Sébastien Long évalue, pour sa part, le partage des espaces domestiques entre parents et enfants. Les temps du coucher et du sommeil révèlent des négociations et des formes d'appropriation de la chambre par les enfants et les parents :

« La chambre n'est ni uniquement un espace pour soi, ni un espace où jeux et activités peuvent être circonscrits ; elle apparaît plutôt comme un espace à penser en rapport à des temps spécifiques et aux autres espaces du logement produits par les enfants et les adultes. »

6C’est également sur les besoins évolutifs des enfants et des parents, à court et à long terme, que Lieselotte van Leeuwen, psychologue, et Matthew Margetts, architecte (Angleterre) mettent l’accent dans leur réflexion conjuguée sur l’organisation d’un espace souple dans la maison. Cette étude appelle notre attention sur la nécessité de remédier, au pays de l’invention de la nursery, à l’isolement des enfants dans leur chambre, facteur de mal-être chez les jeunes Britanniques, en favorisant les échanges dans un espace familial réorganisé autour d’activités et non plus de territoires.

7C’est donc une vision flexible de la chambre d’enfant que dessinent ces études, lieu ouvert ou fermé suivant les besoins, les moments, les activités, les évolutions de l’enfant, et en partie délocalisable dans d’autres pièces de la maison, le salon en premier lieu : un espace d’interactions et d’interrelations parents-enfants, une co-construction familiale.

8Les évolutions récentes de la famille, l’émergence des familles recomposées, la pratique de la garde alternée soulèvent aussi des questions nouvelles sur la chambre d’enfant, pièce surpeuplée parfois ou, à l’inverse, chambre vide en l’absence des enfants. Comme en contrepoint à la plupart des contributions réunies ici, qui soulignent l’ingérence fréquente des adultes dans la chambre d’enfant, l’enquête de Benoît Hachet révèle son caractère en quelque sorte « sacré » aux yeux des parents, investi d’interdits, protégé des intrusions : « espace en veille, en attente, qui ne trouve son sens qu’en accueillant les enfants qui l’habitent ».

Un univers matériel et de consommation

9Aujourd’hui, la chambre d’enfant n’est plus seulement un espace accordé à l’enfant dans l’habitat, elle est devenue un univers matériel abondant, tant par les objets qu’elle abrite (livres, jouets, médias, etc.) que par ceux qui la constituent en tant qu’espace fonctionnel et esthétique (mobilier, décoration) : un univers qui mobilise les fabricants, requiert l’investissement financier des parents et régit plus ou moins les usages de ses occupants. Comment sont conçus, produits, distribués et consommés ces biens de l’enfant qui, pour être des objets de consommation, n’en cristallisent pas moins investissements symboliques et représentations sociales et culturelles ? Ce sont ces processus qu’interrogent les chercheurs dans leurs enquêtes, en se penchant sur les pratiques parentales, les stratégies des fabricants, et les modalités de consommation des enfants.

10Du côté des pratiques parentales, Catherine Rollet et Agnès Pelage interrogent les enjeux de genre qui président à la préparation de la chambre de l’enfant à venir. Le choix de mener l’enquête auprès de familles d’un milieu culturellement favorisé est lié à l’objectif plus général d’étudier le processus de fabrication du bébé en tant qu’être sexué dans des milieux où le traitement égalitaire des filles et des garçons est particulièrement mis en avant.

11Olivier Rampnoux et Géraldine Cohen apportent, quant à eux, l’éclairage de spécialistes en gestion et marketing sur les stratégies, pratiques et rhétoriques marchandes en s’intéressant aux positionnement et discours de fabricants de lits pour bébé qui s’écartent des standards (« lits-œufs ») et aux motivations des consommateurs qui privilégient ces modèles. Face à la standardisation de l’offre qui cherche à limiter le choix du consommateur à des critères fonctionnels et de prix, ces marques développent une stratégie de différenciation en introduisant des dimensions symboliques et émotionnelles dans leur création et leur communication, transformant la consommation en accomplissement personnel.

12Gilles Brougère examine, lui aussi, une posture de la différence face à la culture de masse, en l’occurrence la rhétorique associée au design, qui oppose bon goût et projet éducatif à une culture populaire du divertissement. Cette réflexion s’insère dans une exploration de la façon dont les objets destinés à l’enfant prennent en compte le destinataire, s’adressent à lui directement ou par l’intermédiaire des adultes responsables. Cette adresse peut être fonctionnelle, sous la forme d’une adaptation à sa taille ou sa force, ou symbolique et culturelle, en relation aux représentations de l’enfant, aux valeurs qu’il porte, à ce que l’on suppose être ses goûts et ses intérêts. Le design apparaît bien comme une rhétorique, un moyen de séduire les parents qui ne veulent pas se limiter à la pure dimension fonctionnelle de l’usage, mais qui n’est pas sans contradictions à une époque où le design ne peut plus se développer sans prendre en compte la domination du plaisir et du divertissement propres aux produits de la culture enfantine de masse.

13La mise en scène marchande peut être étudiée, non seulement en tant que manière de présenter l’offre aux parents-enfants consommateurs, mais aussi comme une « mise en image » des enfants intégrés au processus même de conception des produits. De manière plus surprenante, cette mise en scène peut aussi se construire à partir de l’occultation des enfants, assez générale dans les photographies des catalogues des industriels du meuble. Inès de La Ville et Anne Krupicka se penchent sur ce phénomène, montrant comment leur absence rend finalement présente une certaine conception du bien-être d’un enfant imaginaire, global et urbain, dont les besoins en matière d’épanouissement sont présentés comme similaires à travers le globe.

14Se dégagent de ces analyses de pratiques et de motivations parentales et commerciales, diverses modalités d’adresse (Brougère) de la chambre à l’enfant, qui peuvent être ciblées, sur le mode de la distinction des publics (fille/garçon) ou sur le mode de l’opposition de valeurs (standard vs original, populaire vs distingué), soit, au contraire, visant un enfant universel, et, à travers lui, le marché le plus large possible. Dans tous les cas, dans sa matérialité comme dans sa spatialité, la chambre de l’enfant est un univers largement habité par les adultes.

15Mais qu’en est-il de la consommation enfantine ? Aux États-Unis, la puissance de l’industrie culturelle a conduit les chercheurs à s’interroger sur les relations de l’enfant à ses objets dans une chambre conçue comme espace de consommation individualisée des produits qui lui sont proposés. Face au développement de la culture adolescente (James 2001), la notion de « culture de la chambre » s’est développée (Brown, Dyckers, Steele and White 1994, Livingstone 2002), étendue en France à la pré-adolescence (Glevarec 2010). Elle implique l’étude de la façon dont les jeunes, dans un processus interactif d’élaboration de leur identité (Ang et Hermès 1991), travaillent et jouent avec une variété de symboles et d’artefacts culturels disponibles, « cultural tool kit » de la société globale (Swidler 1986). Sous cet angle, la chambre est désormais perçue comme un microcosme culturel, terrain de tension, de confrontation, de négociation, de compromis entre adultes et enfants, entre médias et individus.

16Dans cette optique Cristiane Simão Michelan et Ligia Stella Baptista Correia étudient ici la façon dont des enfants brésiliens âgés de 6 à 10 ans interagissent avec différentes sortes de produits culturels (jouets, jeux, programmes de télévision et Internet) au sein de la maison. Leurs travaux relèvent d'un courant de pensée qui conçoit l’enfant comme un sujet actif, capable de reproduire et de créer de la culture et de réinterpréter le monde médiatisé qui lui est destiné. Leur enquête met en effet en évidence que les enfants interviewés ne font pas que reproduire le donné de l’industrie culturelle mais le recréent et élaborent de nouveaux sens et usages aux objets qui leur sont transmis, en fonction d’une réalité qui leur est particulière.

Un imaginaire pluriel dans ses représentations

17S’il existe en Europe du nord des images nombreuses, largement diffusées et analysées de la chambre d’enfant, celles du domaine français font ici l’objet d’analyses pionnières.

18Michel Manson révèle qu’en France, la chambre d’enfant a inspiré, dès son émergence, des représentations iconographiques et littéraires, en particulier dans les livres de loisirs pour la jeunesse, et plus particulièrement dans ceux qui ont promu, avec Berquin, une littérature familière qui met en scène des enfants dans leur vie et leur environnement quotidiens. Annie Renonciat montre qu’elle a fait aussi son entrée, un siècle plus tard, dans les manuels et autres supports scolaires, dans le cadre de la pédagogie concrète et visuelle prônée par la IIIe République. Nathalie Mangeard-Bloch et Laurent Bazin témoignent qu’elle occupe aujourd’hui une place importante dans l’édition pour la jeunesse, depuis les albums pour les tout-petits jusqu’à la littérature destinée aux adolescents. Les contributions d’Anne-Claire Yemsi-Paillissé et d’Oriol Vaz-Romero Trueba nous offrent, quant à elles, les toute premières études sur les représentations de la chambre d’enfant en Espagne.

19Il serait vain de considérer ces textes et ces images comme des témoignages dotés d’une valeur documentaire sur telle époque ou tel pays. Ce sont des représentations qu’analysent ces auteurs, qui témoignent moins de la réalité de la chambre d’enfant que des regards portés sur elle. Écrivains et dessinateurs dépeignent un lieu aux multiples facettes qui varie suivant les époques, mais aussi, suivant les supports (pédagogiques ou de loisirs), leurs destinataires (de la petite enfance à l’adolescence) et les projets éducatifs dont il est investi : tour à tour douillet ou austère, dédié au jeu ou au travail scolaire, propice au rêve ou à l’accomplissement de ses devoirs, lieu de réalisation de soi ou de socialisation, « laboratoire des émotions » (Mangeard) ou espace régulé (Renonciat), « chambre claire » ou « camera obscura » (Bazin), « microcosme dramatique » (Yemsi-Paillissé) ou « théâtre cosmique » (Vaz), « la chambre de l’enfant apparaît comme un objet littéraire et graphique doté d’une plasticité extraordinaire », pour reprendre les termes d’Anne-Claire Yemsi-Paillissé.

Un lieu d’ancrage et de potentialités

20Si elle n’est plus envisagée aujourd’hui comme un outil d’éducation morale, la chambre d’enfant n’en est pas moins investie d’attentes et de fonctions, de la part de ses occupants et de la part des adultes, que les enquêtes des sociologues et psychologues s’efforcent de caractériser en s’attachant à des publics variés : adolescent(e)s âgé(e)s de 12 à 16 ans, de milieu social contrasté pour Joël Zaffran, adolescents de familles en itinérance géographique pour Deniz Gyger Gaspoz, publics scolaires pour Emmanuel Nal, adolescents en situation de handicap pour Corinne Cammareri. Ces auteurs sont unanimes à souligner ses fonctions positives dans la construction de l’identité des jeunes : lieu de médiation(s), qui permet une mise à distance de « la présence des parents et des autres […] pour y revenir autrement, après être passé par une solitude qui ressource… », lieu de partenariats ludiques, d’échanges de confidences, elle est aussi pour Emmanuel Nal « un seuil », « un passage », un lieu à partir duquel l’enfant invente et s’invente.

21La chambre des adolescents, qui mobilise aujourd’hui particulièrement l’attention des chercheurs, favorise tout spécialement la construction de l’identité et l’émancipation de ses occupants dans cette période transitionnelle, à travers des aspects en quelque sorte antinomiques mais qui s’avèrent au diapason des contradictions propres à cette classe d’âge : lieu étroit mais pourvu d’objets multiples – objets de l’enfance et de l’adolescence –, endroit privé mais ouvert sur les mondes – scolaire, culturel, juvénile –, espace intermédiaire entre le dedans et le dehors pour Joël Zaffran, mais aussi point d’ancrage d’un temps transitionnel entre le passé, le présent et le futur : « un antre qui fait entre », comme le résume Emmanuel Nal. La chambre joue aussi un rôle capital pour les adolescents de familles en itinérance géographique, car elle perpétue et écrit leur histoire au travers d’objets significatifs, dont les fonctions, mnémoniques, affectives, sociales et d'amarrage sont garantes d’une pérennité temporelle et spatiale. Pour Corinne Cammareri, psychologue clinicienne, l’attribution d’une chambre aux adolescents en situation de handicap les aide à se construire une vie intime, « un chez soi chez les autres » indispensable à leur difficile conquête de soi. Entre clôture et ouverture, espace et temps, repli et médiation, héritage et invention, la chambre apparaît à tous ces chercheurs comme un lieu d’ancrage et de potentialités pour la jeunesse, source de réflexivité, de formation et d’émancipation.

22À travers ces éclairages pluridisciplinaires, la chambre d’enfant, jadis privilège de quelques pays occidentaux, apparaît de nos jours comme une réalité partagée plus largement dans le monde. Périmètre de protection des dangers de la maison et de la rue, mais aussi assignation à résidence des activités enfantines au sein de la maison au XIXe siècle, elle se révèle aujourd’hui tout à la fois comme un territoire privé de l’enfant, tremplin pour la construction de son identité, et comme un microcosme ouvert au monde et sur le monde, amplement traversé par les courants et les enjeux, économiques, culturels et sociaux, qui animent le monde.

Haut de page

Bibliographie

Ang, I. & Hermes, J., 1991. Gender and/in Media Consumption. In : Curran, J. & Gurevitch, M. (eds), Mass Media and Society. London : Edward Arnold, p. 307-328.

Baudrillard, Jean, 1968. Le Système des objets : la consommation des signes. Paris : Gallimard.

Brown, Jane D., Dykers, Carol Reese, Steele, Jeanne Rogge & White, Anne Barton, 1994. Teenage room culture : where media and identities intersect. Communication Research, vol. 21, 6 : p. 813-827.

Eleb-Vidal, Monique, & Debarre-Blanchard, Anne, 1989. Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités XVIIe-XIXe siècle. Introduction de Michelle Perrot. Bruxelles : Archives d’architecture moderne, 1989.

Eleb, Monique & Debarre, Anne, 1995. L’invention de l’habitation moderne. Paris 1880-1914. Hazan et archives d’architecture moderne.

Fonssagrives, Jean-Baptiste, 1871. La maison. Étude d’hygiène et de bien-être domestique. Paris : Delagrave et Cie, 2e éd.

Glevarec, Hervé, 2010. La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l'espace familial. Paris : La Documentation Française, coll. « questions de culture ». 

Hall, Catherine, 1987. Sweet home. In : Perrot, Michelle (dir.). Histoire de la vie privée, vol. IV. Paris : Seuil.

Hugo, Victor, 1859. « Les pauvres gens ». In : La Légende des Siècles, vol. II, XIII, Maintenant, III, 1-15.

James, Allison, 2001 (reed.). Theorising Childhood. Cambridge : Polity Press.

King-Hall, Magdalen, 1958. The Story of the Nursery. Londres : Routledge & Kegan Paul.

Livingstone, Sonia, 2002. Young people and new media : childhood and the changing media environment. London : Sage.

Livingstone, Sonia, 2007. From family television to bedroom culture : young people's media at home. In : Devereux, Eoin (ed.). Media studies : key issues and debates. London : SAGE, p. 302-321.

Miall, Antony et Peter, 1980. The Victorian Nursery Book. New York : Pantheon Books.

Perrinjaquet Roger. & Rotman Roger, 1979. Genèse de la chambre d’enfant. L’Architecture d’aujourd’hui. Boulogne-Billancourt : L’Architecture d’aujourd’hui. Septembre, p. 89-93 (résumé de thèse).

Perrinjaquet, Roger, 1982. La Projettation architecturale relative à l'espace-univers de l'enfant d'âge scolaire. Thèse de 3e cycle pour l'obtention d'un Doctorat à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, sous la direction de Marie-José Chombart de Lauwe. Non publié.

Perrot, Michelle, 1987. Manières d'habiter. In : Ariès, Philippe & Duby, Georges (dir.). Histoire de la vie privée. Tome 4 sous la direction de Michelle Perrot : De la Révolution à la Grande Guerre. Paris : Seuil, p. 307-323.

Perrot, Michelle, 2009. Histoire de chambres. Paris : Le Seuil.

Perrot Michelle, 2012. La chambre d’enfant dans l’espace familial. Journal français de psychiatrie, n° 37, p. 25-28.

Ranum, Orest, 1986. Les refuges de l’intimité. In : Ariès, Philippe & Duby, Georges (dir.). Histoire de la vie privée. 3. De la Renaissance aux Lumières. Paris : Seuil, p. 210-265.

Renonciat, Annie, 1989. Quatre murs à la page : le livre et la chambre d’enfant. Livres d’enfants, livres d’images. Paris : Dossiers du Musée d’Orsay, n° 35.

Renonciat, Annie, 1993. La camera dei bambini. In : Haupt, Hans-Gerhard (dir.). Luoghi quotidiani nella storia d’Europa. Rome / Bari : Laterza, p. 268-284.

Renonciat, Annie, 1994. Das Kinderzimmer. In : Haupt, Heinz-Gerhard (dir.). Orte des Alltag. Miniaturen aus der europäischen Kulturgeschichte [Lieux de la vie quotidienne. Miniatures de l’histoire de la culture européenne]. München : C.H. Beck, p. 150-160.

Renonciat, Annie, 2005. Du livre à la chambre d’enfant : naissance d’un espace artistique (1880-1914). L’Édition pour la jeunesse entre héritage et culture de masse. Paris : Institut International Charles Perrault, CD Rom.

Renonciat, Annie, 2006. La chambre d’enfant : un patrimoine visuel. In : Laurent Gervereau (dir.). Dictionnaire mondial des images. Paris : Nouveau monde, 2006.

Robertson, Priscilla, 1974. Home as Nest : Middle Class Childhood in Nineteenth Century Europe. In : DeMause, Lloyd (ed), The History of Childhood, New York : The Psychohistory Press, p. 407-431.

Singly, François de, 2000. Libres ensemble. L'individualisme dans la vie commune. Paris : Nathan.

Swidler, Ann. 1986. Culture in Action : Symbols and Strategies. American Sociological Review 51, p. 273-286.

Weber-Kellermann, Ingeborg, 1979. Die Kindheit. Eine Kulturgeschichte. Francfort : Insel.

Weber-Kellermann, Ingeborg, 1991. Die Kinderstube. Frankfurt am Main / Leipzig : Insel Verlag.

White, Colin, 1984. The World of the Nursery. New York E.P. Dutton.

Haut de page

Notes

1 La question de son aménagement est aussi d’actualité. Nous avons regretté à cet égard la défection de Didier Heintz, concepteur d’espaces pour la petite enfance, retenu par ses obligations professionnelles, qui devait évoquer l’évolution passée et présente du mobilier de la chambre d’enfant, et celle d’Antoine Leygonie, qui avait prévu de communiquer sur les diverses potentialités offertes par la spatialité comme facteur de développement de l'enfant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Renonciat, « La chambre d’enfant : regards croisés », Strenæ [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1154 ; DOI : 10.4000/strenae.1154

Haut de page

Auteur

Annie Renonciat

École normale supérieure de Lyon ; LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org