Navigation – Plan du site

Membres de l’association

L’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance (afreloce) réunit des chercheurs liés à l’université (professeurs, maîtres de conférences, chercheurs CNRS, docteurs), des étudiants (doctorants), des chercheurs indépendants, des conservateurs.

Elle compte aussi parmi ses membres des institutions, notamment le Centre national de la littérature pour la jeunesse-La Joie par les Livres / BNF.

  • Gilles Béhotéguy est maître de conférences en littérature française   à l'Université Bordeaux IV-IUFM d’Aquitaine (Equipe d’accueil 4195 TELEM, Bordeaux 3). Il s'intéresse dans ses recherches à la littérature pour la jeunesse contemporaine et en particulier au roman pour adolescents. Il a mené son travail de thèse sur les "Livres, lectures et lecteurs dans le roman français contemporain pour la jeunesse (1980-2005)", sous la direction d'Isabelle Nières-Chevrel.

  • Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (Fontenay), agrégée de Lettres modernes, docteur en littérature comparée, Anne Besson est Professeur en littérature générale et comparée à l'Université d'Artois (Arras) et membre permanent de l'Equipe d'accueil « Textes et cultures » (Université d'Artois, EA 4028). Elle est, entre autres, co-fondatrice et trésorière depuis 2004 de « Modernités Médiévales », association consacrée à la réception du Moyen Âge aux 19-21èmes siècles, et trésorière de la LPCM, Association Internationale des Chercheurs en Littérature Populaire et Culture médiatique, depuis sa fondation en 2011.

  • Stéphane Bonnéry est maître de conférences dans le département de sciences de l'éducation de l'université Paris 8. Ses recherches portent entre autres sur la sociologie des objets et pratiques culturelles à destination de l’enfance et la jeunesse (littérature de jeunesse, chanson).

  • Maître de conférences à l'Université François-Rabelais (Tours) et membre de l'équipe de recherches Intru (EA 6301), Cécile Boulaire a coordonné le projet ANR Mame et travaille en parallèle sur l'histoire et l'esthétique de l'album pour enfants en France. Elle est actuellement membre du conseil d'administration de l'Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l'enfance, et responsable de la revue Strenæ.

  • Agrégée de lettres modernes et ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Paris), Adrienne Boutang, après avoir été étudiante et chargée de cours à l’Université de Berkeley (Californie), a soutenu en 2012 une thèse de cinéma à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, sous la direction de L. Jullier, intitulée : « Jusqu’où peut-on aller trop loin ? » Transgression, seuils de tolérance et circulation de représentations dans le cinéma américain entre les secteurs mainstream et indépendant, de 1990 à 2007. »

  • Ecrivain pour la jeunesse et chercheuse, Alice Brière-Haquet a soutenu en 2016 un doctorat en littérature comparée sous la direction de Véronique Gély (CRLC, EA-4510) qui portait sur les réécritures modernes des contes de Perrault. Elle s’intéresse particulièrement aux enjeux intertextuels, aux rapports texte / image, et à l’imaginaire de la ville.

  • Docteur en sciences de l’éducation, Max Butlen est actuellement maître de conférences honoraire en littérature et langage ( 9e section du CNU) et membre de l’équipe de recherche AGORA de l’université de Cergy-Pontoise. Max Butlen a d’abord été professeur de lettres, puis successivement professeur-formateur et enseignant chercheur dans diverses institutions françaises en charge de la formation des enseignants : Ecole Normale, Mission académique de formation continue, Instituts universitaires de formation des maitres (IUFM  de Créteil, Nantes, Versailles), ESPE de Versailles, Université de Cergy-Pontoise.

  • Docteur en Littérature française, membre associé du laboratoire PREFics (EA 3270), « Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones – Information, Communication, Sociolinguistique » (Université de Rennes 2), Nathalie Caradec est enseignante en lettres à l'Ecole Nationale Supérieure des Sciences Appliquées et de Technologie de Lannion. Ses thèmes de recherche concernent  la littérature de jeunesse, l'écocritique, la représentation de la Bretagne dans le roman contemporain.

  • Professeur à l'Université d'Artois (IUFM de Lille), Isabelle Casta est membre de l'EA 4028, Textes et Cultures (dirigé par Francis Marcoin). Comparatiste, elle est notamment spécialiste de l'oeuvre de Gaston Leroux et elle s'intéresse à la littérature populaire et aux productions pour la jeunesse.

  • Maîtresse de conférences en littérature française du 20e siècleà l'Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, Nelly Chabrol Gagne a mis en place en 2006 un Master Création éditoriale générale et de jeunesse (CEGJ) dont elle assure la responsabilité pédagogique. Membre du Centre de recherches sur les littératures et la sociopoétique (CELIS – EA1002), elle co-dirige le programme « Littérature de jeunesse, Littératures graphiques ». Elle consacre ses travaux de recherche à la littérature et l'édition pour la jeunesse, plus précisément à l'album et aux relations entre le texte et l'image. Elle s'intéresse également aux représentations du féminin en littérature de jeunesse.

  • Doctorante en Littérature française à l'Université Paris IV-Sorbonne, Laurence Chaffin travaille sur l'histoire de la littérature pour la jeunesse et en particulier sur les romans de poupées, les romans de mariage et les romans pour les filles au XIXe siècle; elle a également mené des recherches sur Zénaïde Fleuriot.

  • Enseignante à l’Université de Limoges, Valérie Charbonniaud-Doussaud a effectué sa thèse de Doctorat (Paris X-Nanterre) sur le best-seller de J.K. Rowling, Harry Potter, dont elle a étudié les finesses de l’écriture (rhétorique, euphonie, polysémie, néologismes). Son champ d’investigation concerne la traduction littéraire (travail sur les nouvelles d’Arthur Machen pour le British Centre for Literary Translation), la littérature fantastique et les romans de jeunesse. Elle est l’auteur de  Harry Potter, la magie d’une écriture (Houdiard, 1012).

  • Professeur  de Lettres Modernes à l'Université d’Artois (IUT de Lens), Bochra Charnay est chargée de cours en littérature de jeunesse à l’Université Charles de Gaulle Lille 3 depuis 2005 (Licence pluridisciplinaire) et dans le Master Métiers de la littérature de jeunesse (depuis 2010). Elle fait partie de l'équipe d’accueil 4028 « Textes et cultures » (Axe : « Littératures et cultures de l’enfance ») et membre associé de l’équipe d’accueil ALITHILA, Lille 3. Elle mène ses recherches de doctorat sur "les réécritures contiques: de l'intertextualité à l'interculturalité", sous la direction de Francis Marcoin.

  • Formatrice à l’Ecole Normale puis à l’IUFM de Versailles, membre du Service d’Histoire de l’éducation à l’INRP à partir de 1996, Anne-Marie Chartier est actuellement retraitée, membre associée du LARHRA/ENS-Lyon. Ses recherches portent sur l’histoire de la scolarisation de l’écrit dans les discours et les pratiques et sur la culture livresque de l’école.

  •  

    Anne Chassagnol est maître de conférences à l’Université Paris 8. Spécialiste de la littérature de jeunesse britannique, elle a publié de nombreux articles sur le conte de fées victorien, les représentations picturales de la fée, les rapports entre la science et la féerie et, la réécriture des contes. Elle est l’auteur de La Renaissance féerique (Peter Lang, 2010).

  • Professeur à l’Université de Caen-Basse Normandie, Mariella Colin a dirigé de 2000 à 2007 l’équipe de recherche IREFI JE 2316 (Identités Représentations Échanges France-Italie) puis, depuis janvier 2008, a co-dirigé de l’équipe d’accueil EA 4254 ERLIS (Équipe de Recherche sur les Littératures, Imaginaires, Sociétés) à l’Université de Caen. Directrice du Master Langues Littératures Cultures Européennes, parcours Recherche.

     

    Elle est membre du comité scientifique de la Fondazione Tancredi di Barolo (Turin, Italie), du comité de direction de la revue internationale History of Education & Children’s Literature (HECL), directrice de la revue Transalpina (Presses Universitaires de Caen) et de la collection « Les Cahiers de Transalpina ».

    Ses travaux et publications portent sur plusieurs axes de recherche dans le domaine de la littérature d’enfance et de jeunesse, de l’éducation et du livre de lecture pour l’école primaire :

    - Éducation, culture et mentalités dans l’Italie du XXe et XXe siècle

    - Littérature d’enfance et de jeunesse ; création littéraire et représentation de l’enfance et de l’adolescence ; histoire de l’édition et de l’illustration

    - Problématique de la traduction et de la réception des œuvres littéraires

  • Professeur agrégé de Lettres modernes, Aurélie Gille Comte-Sponville enseigne au lycée Gambetta d’Arras (Pas-de-Calais) et prépare un doctorat à l’Université d’Artois sous la direction de M. Francis Marcoin sur le sujet suivant : « Modernité et archaïsme des lieux dans les romans d’enquête et d’aventure pour adolescents pendant les Trente Glorieuses en France ».

  • Christiane Connan-Pintado est maître de conférences émérite en Langue et Littérature françaises et membre de l'équipe d’accueil : TELEM EA 4195 Université Bordeaux MontaigneSes recherches portent sur la littérature de jeunesse : conte, réécriture et intertextualité, actualisation de la littérature patrimoniale, relation texte/image, représentations, poétique des genres littéraires. Elle travaille également sur l’enseignement et la réception de la littérature de jeunesse, la lecture littéraire, le sujet lecteur.

  • Professeur de Lettres (PRAG)  à l'IUFM Centre Val de Loire (site de Tours-Fondettes), membre du laboratoire DYNADIV (E.A. 4246, Université François-Rabelais, Tours), Sylvie Dardaillon travaille essentiellement sur la littérature pour la jeunesse,  la didactique de la langue maternelle, la didactique du FLE et de la littérature.

  • Antoine Dauphragne est chargé de recherche (post-doc) au sein du laboratoire EXPERICE (Université Paris 13), dans le cadre d’une recherche financée par l’ANR et portant sur les biens de l’enfant dans l’espace familial. Sa thèse, dirigée par Michel Manson et soutenue en 2010, portait sur la médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôles. Ses thèmes de recherche portent sur la culture ludique de masse des enfants et des adultes, sur les liens entre jeu et fiction, sur la médiatisation des savoirs par le jeu, ainsi que sur la représentation fictionnelle et ludique de l’histoire.

  • Michel Defourny aime répéter qu’il est passé du mythe au conte, et du conte à l’album pour enfants. Titulaire d’un doctorat en mythologie hindoue, il est chercheur et maître de conférences à l’Université de Liège, et a été chargé de mission en littérature de jeunesse de 2004 à 2009 auprès du Service général des Lettres et du Livre de la Communauté française Wallonie-Bruxelles.

  • Membre permanent de Textes & Cultures de l'Université d’Artois (EA 4028) Christa Delahaye est l’auteure d’une thèse sur la littérature de voyage dans la seconde moitié du XIXe siècle (sous la direction de Jean Perrot)

    Elle travaille sur l'histoire de la littérature de jeunesse, la littérature de jeunesse du XIXe siècle, la littérature de voyage et la didactique de la lecture littéraire.

    Elle est trésorière de l’association des Amis d’Hector Malot et membre du comité de rédaction de La Revue des Livres pour enfants.

  • Stéphanie Delcroix prépare à l'Université catholique de Louvain une thèse intitulée  Le récit de jeunesse en Italie (1922-1945) : panorama critique, thèse mandatée par le Fonds de la Recherche Scientifique belge (F.R.S. - FNRS). Elle est membre du Centre d'études italiennes de l'Université catholique de Louvain.

  • Carine Devillon est enseignante (« non-tenure full-time instructor ») de langue et culture françaises à l’Université féminine de Séoul (SWU) depuis septembre 2007. Elle y enseigne le français à des étudiantes de la 1re à la 4e année. Parallèlement, elle a collaboré avec le KLTI en tant qu’évaluatrice de traductions et correctrice, avec la société Digital Herald, Inc. comme correctrice free-lance, et avec l’Université Nationale de Séoul (SNU) comme rédactrice d’exercices et de manuels. Depuis décembre 2005, elle collabore aussi très régulièrement avec l’Institut des langues étrangères (SNULT) de l’Université nationale de Séoul. Elle vient de terminer une thèse intitulée « L’initiation du jeune enfant à la couleur en France et en Corée, 1945-2015 : Les voies de l’album pédagogique ».

  • Collaboratrice de longue date et actuellement secrétaire de l’Institut International Charles Perrault, Virginie Douglas est agrégée d’anglais et maître de conférences au Département d’études anglophones de l’Université de Rouen. Elle a consacré sa thèse de doctorat à La subversion dans la fiction non-réaliste contemporaine pour la jeunesse au Royaume-Uni (1945-1995) et dirigé l’ouvrage Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (L’Harmattan, 2003). Auteur d’une trentaine d’articles et de communications proposant une approche narratologique, théorique ou comparatiste de la littérature britannique pour la jeunesse du XIXe au XXIe siècles, elle a aussi rédigé plusieurs notices pour l’Encyclopedia of Children’s Literature dirigée par Jack Zipes (OUP, 2006) et pour le Dictionnaire du livre et de la littérature de jeunesse en France, dirigé par Jean Perrot et Isabelle Nières-Chevrel (à paraître aux Éditions du Cercle de la Librairie).

  • Marianne Duflot est l'auteur d'une thèse de doctorat consacrée à Marceline Desbordes-Valmore.

  •  

    Docteur en histoire de l’art contemporain (université de Nantes) et chercheur associé au laboratoire Intru (université de Tours), François Fièvre est spécialiste de l’illustration anglaise au XIXe siècle. Ses travaux portent essentiellement sur le livre de contes illustré, mais aussi sur l’album, la typographie, l’histoire du livre et de l’édition en général. Il a participé en tant que post-doctorant au projet ANR Mame (université de Tours) ainsi qu’à la MSH Val-de-Loire dans le cadre de recherches sur les humanités numériques. Il a été en 2011 commissaire scientifique de l’exposition « La maison Mame, deux siècles d’édition à Tours », au château de Tours, et mène parallèlement à ses recherches académiques des activités dans le domaine de l’édition, en collaboration avec de nombreuses maisons d’édition (PUF, Belles Lettres, José Corti, MeMo, etc.).

    Il tient le carnet recherches Iconoconte.


  • Maître de Conférences IUFM Nord Pas de Calais, Université d’Artois. EA 4028 Textes et cultures, Florence Gaiotti assure la formation des professeurs d’école. Ses objets de recherche sont la littérature de jeunesse contemporaine et l’enseignement de la littérature à l’école primaire. Son travail porte plus particulièrement sur l’album et sur les relations texte/image, sur la question du récit ainsi que sur la réception des œuvres de jeunesse à l’école.

  • Euriell Gobbé-Mévellec est maître de conférences en espagnol à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Elle enseigne l’espagnol et la littérature de jeunesse à l’ESPE Toulouse Midi-Pyrénées. Au sein du laboratoire LLA-CREATIS, elle travaille sur l’album pour la jeunesse imprimé et numérique depuis les perspectives de la Critique des dispositifs et des études intermédiales. Elle coordonne notamment le projet de recherche Livre Ensemble depuis 2014 sur les albums pluriculturels (https://www.canal-u.tv/producteurs/universite_toulouse_ii_le_mirail/colloques/livre_ensemble). Elle est l’auteur de L'album contemporain et le théâtre de l'image (Espagne, France) publié chez Garnier (Perspectives Comparatistes, 2014) et Dispositivo y artes: una nueva herramienta crítica para analizar las producciones contemporáneas (Ñaque, 2014), ouvrage numérique collectif qu’elle a coordonné avec Monique Martinez Thomas.

  • Professeur agrégée d'espagnol, Anaïs Gonzalez Suescun est membre du CELAM de l'Université de Rennes 2. Elle a soutenu en 2011 une thèse de doctorat sous la direction de Christine Rivalan Guégo intitulée "Publications pour la jeunesse et offres de lectures dans l'Espagne des années 1920".

  • Maître de conférences en sciences de l’Information et de la Communication à l'Université de Strasbourg (ESPE d'Alsace), Pascale Gossin s'intéresse à la théorie de la réception en littérature de jeunesse, à l'analyse sociologique des contenus et à la didactique de la lecture. Plus précisément, elle mène des recherches sur la littérature de jeunesse numérique et la didactique de l’hyperlecture.

    Membre du LISEC, EA 2310

  • Maître de conférences habilitée en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paris Descartes, Françoise Hache-Bissette est responsable de la communication du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et webmestre du site. Ses principaux champs de recherche concernent la presse et l'édition pour la jeunesse, en France et en Europe, la culture populaire, la vulgarisation scientifique et l'histoire du sport et de l'olympisme, en France et en Allemagne.

  • Emmanuelle Halgand

    Après avoir étudié l’Histoire de l’art, le graphisme et la sociologie des publics de la culture, Emmanuelle Halgand est auteure et illustratrice pour la jeunesse et se consacre depuis une dizaine d’années à la création et l’animation d’ateliers de médiation du livre.

     

    Elle prépare actuellement un doctorat relatif à la médiation de l’album jeunesse, sous la direction de Sylviane Ahr, à l’université de Toulouse Jean Jaurès (laboratoire LLA-Créatis).

  • Maître de conférences à l'Université d'Artois, Eléonore Hamaide-Jager mène ses recherches sur la littérature pour la jeunesse dans le cadre de l'équipe d'accueil "Textes et cultures". Son travail porte plus particulièrement sur l’album et sur les relations texte/image, ainsi que sur les déclinaisons fictionnelles multimédiatiques et leur réception.Elle a soutenu en octobre 2008 une thèse de doctorat sur l'influence de Perec sur la littérature de jeunesse. Elle est par ailleurs trésorière de l'Afreloce.
     

  • Ingénieure de recherche à l'Institut d’histoire moderne et contemporaine (Paris), Isabelle Havelange est spécialiste d'histoire de l'éducation, d'histoire des femmes et d'histoire du voyage (XVIIe-XVIIIe siècles).
  • Mohamed Haydar est spécialiste du théâtre pour enfants, aussi bien en tant que chercheur qu'en tant que metteur en scène.

  • Christine Hélot est professeur d'université en Anglais à l'Université de Strasbourg dans la composante IUFM. Sociolinguiste, elle est spécialiste de questions de bilinguisme et de plurilinguisme dans les contextes familiaux et éducatifs.

  •  

    Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en langue et littérature françaises à l'Université de Strasbourg, Danièle Henky est chercheur intégrée à l'équipe de recherches "Configurations littéraires" (EA 1337) et chercheur associée à l'Université Laval (Québec) pour la recherche innovante en littérature de jeunesse francophone (groupe de recherche "Voir autrement en littérature d'enfance"). Elle est également membre de l’Agence universitaire de la francophonie pour la littérature d’enfance. AUF/LDE.

  • Lecturerà l’Université de Reading au département des langues modernes et des études européennes, Sophie Heywood est spécialiste de littérature pour la jeunesse, d’histoire du livre et de l’édition pour enfants, d’histoire religieuse et culturelle française. Elle fait partie d’un réseau de chercheurs international, « Diasporic Literary Archives » (http://www.diasporicarchives.com/), réfléchissant sur la localisation, la préservation, la valorisation des archives littéraires à travers le monde. Elle est également coresponsable du séminaire ‘Archives and Texts à l’Université de Reading, http://archivesandtexts.wordpress.com/.

  • Marie-Hélène Inglin-Routisseau est docteur en littérature générale et comparée de Paris IV. Sa thèse porte sur les influences de l’imaginaire carrollien dans la littérature française. Auteur d’une trentaine d’articles abordant dans une perspective comparatiste l’imaginaire littéraire des œuvres destinées à la jeunesse, elle a mené plus particulièrement ses recherches sur le roman pour adolescents ainsi que sur les applications théoriques de la psychanalyse à la littérature de jeunesse. Elle enseigne actuellement à l'université de Paris-Nanterre. 

    Elle a  publié Lewis Carroll dans l’imaginaire français : la nouvelle Alice chez L’Harmattan en 2006 ; Des Romans pour la jeunesse ? Décryptage chez Belin en 2008.

  • Normalien, agrégé de Lettres Modernes, Bernard Jahier s’intéresse à la production littéraire de la seconde moitié du XIXe siècle et, principalement, depuis de nombreuses années, aux aspects idéologiques des ouvrages destinés à la jeunesse entre 1870 et 1914.

  • Anne Larue

    Anne Larue est professeure de littérature, arts et culture à l’université Paris 13. Elle dirige le master pro 2 MTI : communication rédactionnelle, graphique et informatique de la culture, axée sur la médiation jeunesse (médiathèques, musées, spectacles) et l’art contemporain. Elle a publié une dizaine d’essais critiques chez divers éditeurs, et un roman de fantasy-SF-policier féministe pour jeunes adultes, La Vestaledu Calix (2011), aux éditions l’Atalante. Ses recherches en matière de culture de jeunesse portent sur le rapport texte/image (album, illustration) et sur la représentation culturelle du féminin (auteures, lectrices, initiation féminine par le conte).

  • Après des études d'anglais à l'Université du Havre, Cyrielle Lebourg-Thieullent a soutenu en septembre 2012 une thèse de doctorat intitulée "Black Ink for White Words: la représentation des personnages aborigènes dans les ouvrages de fiction australiens destinés aux jeunes lecteurs (1830-1999)", sous la direction de Maryvonne Nedeljkovic. Elle est secrétaire de l'association Elbakin.net, qui a pour objectif de promouvoir les littératures de l'imaginaire.

  • Ancienne enseignante en maternelle et en élémentaire, Laurence Le Guen est doctorante à l'Université de Rennes 2 en photolittérature depuis 2016. Elle est également depuis 2008 l'auteur de plusieurs romans pour la jeunesse (éditions Yomad et éditions Ebla). Elle est la créatrice et l'administratrice du carnet de recherche: https://miniphlit.hypotheses.org/

  • Docteure en littérature comparée, membre associée au CRLC (Paris-Sorbonne), Sibylle Lesourd est professeure de lettres modernes au lycée Jean Macé de Vitry-sur-Seine. Elle est aussi responsable de la rubrique théâtre de la Revue des livres pour enfants. Ses recherches concernent la littérature de jeunesse, le théâtre contemporain pour le jeune public (en France et en Italie), ainsi que la représentation de l’enfance dans la littérature française des XIXe et XXe siècles.

  • Professeur à l'Université Paris Nanterre, Matthieu Letourneux s’intéresse à la littérature pour la jeunesse, à la littérature sérielle et à la culture médiatique.

    Il dirige la revue Belphégor : https://belphegor.revues.org/

     

  • Maître de conférences à l'Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité, membre de Pléiade (EA 7338), Mathilde Lévêque enseigne la littérature pour la jeunesse et mène notamment des travaux de recherche sur la traduction des livres pour enfants aux XIXe et XXe siècles, sur la littérature pour la jeunesse des années 1920 et 1930 et sur la littérature coloniale pour la jeunesse.

    Elle préside l'association francaise de recherche sur les livres et les objets culturels de l'enfance (Afreloce) et fait partie du comité de rédaction de la revue Strenae. Elle administre également le carnet de recherche Le Magasin des enfants.

  • Professeure de lettres modernes à Chartres (28), Gaëlle Lévesque est aussi chargée d’enseignement en littérature de jeunesse en 2014 (Paris 13). Ses recherches actuelles portent sur la musicalité et la théâtralité dans les albums de Maurice Sendak.

  • Maítre de conférences en littérature générale et comparée à l'Ecole Normale Supérieure (Paris), Déborah Lévy-Bertherat s'intéresse notamment au récit d'enfance dans la littérature européenne, aux XIXe et XXe siècles.

  • Marie-Pierre Litaudon est docteur en littérature générale et comparée. Après avoir été chercheur associé de la Bibliothèque nationale de France (2006-2008), elle a participé au projet ANR coordonné par Cécile Boulaire : “La maison Mame à Tours” (2009-2011) et au volume 19e siècle du projet ANR « Histoire des Traductions en Langue Française » sous la dir. de Christine Lombez, Yves Chevrel et Lieven D’Hulst (Chap. 8 « La littérature d’enfance et de jeunesse », coordonné par Isabelle Nières-Chevrel).

    Depuis 2011, elle est membre associé du laboratoire CELLAM (Centre d’Études des Littératures et Langues anciennes et modernes) de l’Université Rennes 2 et chercheur associé à l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), où elle poursuit une formation d’archiviste.

  • Docteur de l’Université de Grenoble (spécialité Littératures française et francophone) et de l’Université Nationale Australienne  à Canberra, Christèle Maizonniaux est enseignant-chercheur à l’Université Flinders (Adélaïde). Elle est membre du laboratoire CEDILIT (EA 3748). Ses travaux portent sur les apports de la littérature de jeunesse pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, les littératures et cultures d’enfance, l’écriture créative et la francophonie.

  • Elodie Malanda

    Doctorante à Paris III, Élodie Malanda, travaille sur les représentations de l’Afrique subsaharienne dans les romans pour la jeunesse  en France, en Allemagne et au Luxembourg (1994-2010), sous la direction de Xavier Garnier. Elle fait en outre du « développement d’histoires » pour des scénaristes et réalisateurs, et a notamment participé au développement de l’histoire du film pour enfants luxembourgeois D’Schatzritter. D’Geheimnis vum Melusina de Laura Schroeder (2011).

  •  

    Titulaire d'un master recherche en Education et formation (Université Paris Descartes), d'un diplôme de professorat des écoles et d'une licence en sciences de l'éducation, Nathalie Mangeard-Bloch mène actuellement ses travaux de doctorat sous la direction de Régine Sirota (Université Paris Descartes), portant sur « le premier jour d’école dans les albums de littérature enfantine : une mise en représentation de l’école et de ses acteurs ».

     

  • Professeur émérite en sciences de l'éducation de l'Université Paris Nord 13, membre du laboratoire EXPERICE, Michel Manson est spécialiste de l'histoire des objets culturels de l’enfance, de la culture d’enfance dans la longue durée (Antiquité-XXe siècle).

    Dans chaque domaine étudié, il aborde l’histoire économique des objets (production, commercialisation, consommation) et l’histoire des représentations à travers la littérature et l’art, les discours pédagogiques et éducatifs. Ses domaines de recherche sont l'histoire du jouet et des jeux et de la culture ludique de l’enfance, l'histoire du livre de jeunesse et de la littérature pour enfants, l'histoire du bonbon et de la culture gourmande de l’enfance.

  • Professeur de littérature française à l'Université d'Artois, Francis Marcoin dirige le laboratoire de recherche « Textes & Cultures » (équipe d’accueil 4028), tout en étant responsable de l’axe
    « Littératures et cultures de l’enfance ». Spécialiste de l'histoire et de la critique de la littératuer de jeunesse, il mène ses recherches sur l'école, la lecture, les manières de critiquer, mais aussi sur le roman des XIXe et XXesiècles. Directeur de la Maison de Recherche SHS de l'Université d'Artois, il est également président de la Société des amis d'Hector Malot. Il est directeur de publication de la revue les Cahiers Robinson.

  •  

    Serge Martin est maître de conférences HDR en langue et littérature françaises à l’Université de Caen Basse-Normandie où il enseigne, entre autres, la littérature de jeunesse (« Fables et anthropologie de l’enfance et de la jeunesse : histoires de voix » »). Il dirige deux séminaires d’encadrement des mémoires du master de l’IUFM consacrés à l’enseignement de la littérature à l’école et aux arts à l’école. Il enseigne à l’IMEC « les archives de l’édition jeunesse » pour le master « Edition et mémoire des textes » de l’UCBN. 

  • Christophe Meunier est professeur d'Histoire Géographie à l’ESPE Centre Val de Loire (Université d'Orléans). Docteur en géographie, il est membre associé du laboratoire InTRu de l’Université François-Rabelais de Tours. Ses travaux de recherche portent sur l'espace et la spatialité dans les albums pour enfants et la bande dessinée.

  • Après une Licence de Sociologie à l’Université de Savoie, Doriane Montmasson a intégré le département des Sciences de l’Education de l’Université Paris Descartes, où elle a réalisé – sous la direction de Régine Sirota – deux mémoires de recherche portant sur la littérature de jeunesse : « Les gâteaux dans la littérature enfantine : un accès ludique aux normes et aux représentations d’une société » et « Littérature de jeunesse : regard « savant », regard d’enfant, une impossible entente ? Point de vue des jeunes lecteurs ».

  • Doctorante en littérature générale et comparée à l'Université de Lorraine (Metz - ECRITURES EA 3943), Merveilles Mouloungui mène ses recherches sur Société-monde et production identitaire dans la littérature de jeunesse de langue française, sous la direction de Pierre Halen.

  • Professeur émérite de Littérature générale et comparée de l'Université de Rennes II, Isabelle Nières-Chevrel consacre ses recherches à l'histoire de la littérature d'enfance et de jeunesse, tant sur l'album que sur le roman, étudiant les rapports entre texte et images ainsi que les questions de traduction, d'adaptation et de réception. Elle est également spécialiste de Lewis Carroll et de Sophie de Ségur.

  • Docteur en littérature française et comparée, Laurence Olivier-Messonnier est professeur agrégé de Lettres modernes en lycée et CPGE au Lycée Mme de Staël à Montluçon (Allier). Elle a soutenu en juin 2008 une thèse de doctorat intitulée : « Guerre et littérature de jeunesse française (1870-1919). De la voix officielle à la matérialisation littéraire et iconographique ».

  • Doctorante en sciences de l'information et de la communication à l'Université d'Avignon (Pays de Vaucluse), Julie Pasquer-Jeanne travaille sur les médiations éducatives dans les monuments historiques, sous la direction d'Yves Jeanneret, dans l'équipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias (UMR 8562, Avignon).

  • Professeur émérite en littérature comparée à l'Université Paris Nord 13, Jean Perrot a fondé l'Institut International Charles-Perrault (Eaubonne), dont il a été le directeur pendant plusieurs années. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la littérature de jeunesse, tant sur le récit et le roman que sur l'album et les images. Spécialiste de l’œuvre de Henry James, il a étudié les liens de cet écrivain américain majeur avec la littérature de jeunesse anglaise de son temps.Il a publié en 2017 un album Dans les rêves de grand-père (Albin Michel) conjuguant lecture adulte et lecture enfantine.

  • Professeur à l'Université Paris Nord 13, membre de l'équipe de recherche du CRIDAF (Centre de recherches interculturelles sur les domaines anglophones et francophones), Rose-May Pham Dinh est spécialiste de littérature pour la jeunesse anglophone. Elle préside l'Institut International Charles-Perrault.

  • Chargée de recherche au CNRS, membre du laboratoire d'anthropologie et d'histoire de l'institution de la culture (LAHIC), Michèle Piquard était spécialiste de l'histoire du livre et de la lecture. Elle avait consacré ses recherches à une analyse historique et sociologique du processus de « patrimonialisation » de la littérature pour la jeunesse au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, dans le cadre de l'histoire économique, juridique et institutionnelle de l’édition pour la jeunesse au XXe siècle. Elle est décédée en juillet 2012.

  • Docteur en littérature générale et comparée, Christine Plu enseigne la littérature de jeunesse et la didactique (français et littérature) à l'université de Cergy-Pontoise/IUFM de l’académie de Versailles). Elle collabore à différents master de lettres (Maine, UVSQ) pour la formation à la littérature de jeunesse et à son enseignement. Sa recherche porte plus spécifiquement sur la littérature (albums et livres illustrés) et s'intéresse au travail spécifique de l’illustrateur -à la genèse de l’album et à l'illustration comme interprétation des œuvres-  et à la réception des livres illustrés donc aux relations entre le texte et l'image tant dans la création de l’album que dans sa lecture. Elle est membre du Centre de Recherche Textes et Francophonies (CRTF), pôle Littérature française, Transmission littéraire et dialogues interculturels (LTDI).

  • Maître de conférences en didactique de la Littérature à l'IUFM Nord Pas de Calais (Université d’Artois), Christine Prévost est membre de l'équipe de recherche “Textes et Cultures », axe “littérature et culture de l’enfance » et axe “praxis et esthétique des arts.

    Ses thèmes de recherche concernent l'enseignement de la littérature de jeunesse à l’école primaire, le patrimoine des XIXe et XXe siècles, la transmission des classiques pour la jeunesse par les adaptations en feuilletons télévisées ou séries d’animation et l'enseignement du théâtre à l’école primaire et secondaire.

  • Christian Poslaniec a été principalement professeur, directeur-adjoint du CLEMI, chercheur   à l'INRP (quitté en 2007). Il a travaillé notamment sur le comportement de lecteur des enfants, sur les ateliers d'écriture, et surtout sur  la littérature de jeunesse. Il a mené une vie parallèle d'écrivain (romans policiers en Série noire et au Masque, livres pour la jeunesse à L'école des loisirs, Casterman, Milan... Anthologies poétiques notamment chez Seghers, etc.) de directeur de collection (Milan, L'école des loisirs, Retz) et de formateur et conférencier.

  • Professeur de Littérature Générale et Comparée à l’Université du Maine (Le Mans) et directrice du 3L.AM (Laboratoire de Langues, Littératures, Linguistique des Universités d’Angers et du Maine), Nathalie Prince a mis en place  et dirigé les deux années du Master « Littérature de jeunesse », entièrement proposé à distance à l’Université du Maine (M1 généraliste et M2 professionnel). Ses thèmes de recherche concernent en particulier les contes, le merveilleux et le fantastique, l'approche générique de la littérature de jeunesse ou encore l'étude du personnage. Elle est notamment l’auteur de La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire (Armand Colin, collection « U », rééd. 2015.)

  • Professeur à l'Université Paris-Diderot (UFR Lettres, arts, cinéma (LAC)), membre du Centre d’étude de l’écriture et de l’image (CEEI), Annie Renonciat est responsable du pôle scientifique Histoire et Patrimoine de l’Éducation, à l'INRP/Musée national de l’Éducation, à Rouen. Elle est membre associé du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de St Quentin en Yvelines.

    Ses thèmes de recherche concernent le livre illustré aux XIXe et XXe siècles (art et édition), l'image, le livre, l'édition pour la jeunesse, les questions d'image et de pédagogie, les origines européennes de la bande dessinée, l'imagerie populaire, l'imagerie lumineuse, et l'histoire et le décor de la chambre d’enfant, l'art pour l’enfant.

  • Emilie Salvat est docteur en sociologie (thèse soutenue à Tours fin 2009 sur Le rôle interactionnel de la littérature jeunesse dans les politiques de socialisation gustative, hygiénique et citoyenne d’une population interculturelle et urbaine, les représentations de l’alimentation dans les albums jeunesse, directeur de thèse : Jean-Pierre Corbeau) et chercheur associé au laboratoire de recherche  L’Équipe Alimentation (LÉA, EA 6294), à l'université François-Rabelais de Tours.

  • Professeur de français au collège Michelet de Vanves, chercheur "dilettante et indépendant focalisé sur l’œuvre de la comtesse de Ségur", Rémi Saudray coordonne la rédaction et la publication des Cahiers Séguriens (9 numéros parus), qui se définit comme un lieu de rencontre d'échanges entre les lecteurs de Sophie Rostopchine, Comtesse de Ségur. Ils sont publiés par l'association  Les Amis de la Comtesse de Ségur.

  • Ludger Scherer (docteur ès lettres) est Privatdozent au Département de langues et littératures romanes de l’Université de Bonn (Allemagne), où il a soutenu en 2009 son habilitation à la direction de recherche. Il a été professeur suppléant en littérature italienne à l’Université de Munich (2010-2011), en littératures romanes à l’Université de Cologne (2011-2013) et il a enseigné comme professeur invité à l’Université de Graz en Autriche (2011-2012).

  • Agrégée de l’Université en Lettres Modernes, Anne Schneider est maître de conférences à l’Université de Caen (IUFM) en littérature de jeunesse.

  • Maître de conférences honoraire de littérature française de l'Université d’Artois (UFR Lettres & Arts), membre permanent de « Textes & Cultures », équipe d'accueil 4028, axe « Littératures et cultures de l'enfance », Guillemette Tison fait également partie du secrétariat de rédaction de la revue Cahiers Robinson. Elle est par ailleurs membre du comité de lecture de la revue Autour de Vallès.

    Ses recherches portent sur l'école et la lecture, sur le roman des XIXe et XXe siècles et plus particulièrement les récits d’enfance et sur la littérature populaire.

  • Maître de Conférences auprès du Département d’Italien de l’Université de Provence.
    Rattachée à titre principale à l’Equipe d’Accueil EA 854 (CAER, Centre Aixois d’Etudes Romanes) de l’Université de Provence.

     

  • Dans le cadre de son doctorat sous la direction d’Anne Besson (Université d’Artois), Morgane Vasta est chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France. S’inscrivant à la fois dans un champ littéraire et un champ sociologique, ses travaux portent sur Les représentations du roman pour adolescents aujourd’hui (France, Etats-Unis) : de l’édition à la réception. Morgane Vasta est également médiatrice du livre auprès du jeune public et formatrice (www.epigrammecollegram.com), membre de l’association Lecture Jeunesse et d’IBBY France.

  • Valérie Vignaux est maître de conférences habilitée en études cinématographiques à l'Université François-Rabelais (Tours). Elle est membre de l'équipe INTRU (EA 2527). Elle est par ailleurs vice-présidente de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC) et secrétaire d’édition de la revue d’histoire du cinéma 1895.

  • Post-doctorante en anthropologie culturelle au laboratoire IIAC/LAHIC (UMR 8177), Bérénice Waty travaille sur l'anthropologie des pratiques lectorales (parcours biographiques de lecteurs, avènement de la figure du « grand lecteur » et de ses éléments identitaires), sur la petite enfance et la culture (discours et représentations sur la culture des 3-6 ans, les Prix littéraires des tout-petits), l'illustration et l'iconographie du lire dans les albums de jeunesse et les pratiques culturelles en bibliothèque et au musée. Elle s'intéresse égaelement aux ressources du Net et de sa mise en réseau, aux utilisations du web (blog de lecteurs, sites collaboratifs tels que Babelio, ou Zazieweb) et aux interfaces numériques des bibliothèques publiques.

  • Enseignante à l'IUFM de Cergy-Pontoise, membre du Centre de recherche Textes et Francophonie (CRTF), Hélène Weis consacre ses recherches aux bibliothèques de jeunesse et leur développement, à la littérature de jeunesse et, actuellement, à la didactique de la maîtrise de la langue à l’école maternelle.

  • A la suite d'études de sociologie et d'anglais, Mona Zegai mène actuellement ses recherches dans le cadre d'une thèse intitulée "Performativité des discours sexués sur les jouets dans la socialisation de genre", sous la direction d'Anne-Marie Devreux (CRESPPA-CSU) et François Leimforder (PRINTEMPS). Elle est lauréate de la bourse doctorale de recherche 2008 de la CNAF (« Jeunes Chercheurs »).

  • Agrégée d'allemand, Bérénice Zunino a mené ses recherches de master sur la pédagogie de la paix d’Ernst Friedrich à l’adresse des jeunes et des enfants (1919-1925) (sources : Musée Pacifiste de Berlin) puis sur les représentations des femmes et des enfants sur les cartes postales allemandes de la Première Guerre mondiale (sources : archives du Musée Historique de Berlin). Elle est actuellement doctorante contractuelle à l’Université Paris-Sorbonne, menant une thèse de doctorat intitulée: La mobilisation des enfants. La littérature et les revues illustrées pour les enfants et la jeunesse en Allemagne à l’époque de la Première Guerre mondiale (1908-1920) sous la direction de MM. les Prof. Jean-Paul Cahn (Université Paris-Sorbonne) et Oliver Janz (Université Libre de Berlin)
    .

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org