Navigation – Plan du site
Comptes rendus

« Herausforderungen und Chancen », 33e congrès du DRV, section « Kinder- und Jugendliteratur der Romania », Würzburg, 23-25 septembre 2013

Mathilde Lévêque

Texte intégral

1Du 23 au 25 septembre 2013 s’est tenu à la Julius-Maximilians Universität de Würzburg le 33e Congrès des romanistes allemands (« Herausforderungen und Chancen »), organisé par le DRV (Deutscher Romanistenverband), qui a réuni un peu plus de 500 participants, venus principalement des universités allemandes. Parmi la vingtaine de sections, une a été entièrement consacrée à la littérature d’enfance et de jeunesse. Intitulée « Kinder- und Jugendliteratur der Romania », cette section a été préparée et organisée par Roland Iβler (Université de Bonn) et Ludger Scherer (Universités de Bonn et de Cologne), qui souhaiteraient développer ce champ de recherche, encore trop peu présent dans les études de Romanistik en Allemagne, alors que la Germanistik, domaine des études germaniques, l’a depuis longtemps reconnu et développé. L’objectif de la section était donc de commencer à baliser un champ de recherche, de s’interroger sur les corpus, de connaître l’état de l’art et d’identifier des objets de recherche. Environ 17 interventions ont rythmé ces trois journées, autour d’aires culturelles et linguistiques (la francophonie, l’Italie, les pays hispanophones et lusophones) et selon des perspectives aussi bien historiques (du xiiie siècle à la littérature la plus contemporaine) que poétiques ou didactiques. La variété des interventions a ainsi été unifiée par une perspective générale ambitieuse mais indispensable : que savons-nous de la littérature de jeunesse dans les pays de langues romanes (respectivement la France, l’Italie, le Québec, la Belgique, l’Espagne, le Chili, le Brésil) et de la recherche dans ce domaine ? Quels sont les champs à développer, les projets en cours, les orientations possibles ? C’est en ce sens que j’ai été invitée à présenter un panorama de la recherche en littérature pour la jeunesse en France, tandis que Hans-Heino Ewers (Francfort, directeur de l’Institut für Jugendbuchforschung) a été sollicité pour présenter ce que les études germaniques (la Germanistik) peuvent apporter aux études romanes à l’heure de l’ouverture d’un champ de recherche. Ce faisant, Hans-Heino Ewers a été conduit à présenter sa conception de la littérature pour la jeunesse et de la recherche : il revient ainsi sur la notion de « crossover » qui, si elle fait couler beaucoup d’encre depuis peu, n’en est pas moins un phénomène qui existe depuis plusieurs siècles et qui est en quelque sorte consubstantiel à la littérature pour la jeunesse. Il rappelle ainsi l’intérêt voire le passage obligé par une réflexion historique, qui est parfois laissée de côté. Plaidant pour une vision également diachronique, il rappelle que la recherche en littérature pour la jeunesse ne se distingue pas de la recherche en littérature dite générale, seul l’objet change, mais pas les méthodes. Il explique que le fait qu’une œuvre soit destinée à des enfants ou publiée pour des enfants ne doit pas conduire le chercheur en littérature générale à l’ignorer : si tel ouvrage est pertinent pour traiter tel ou tel sujet, peu importe qu’il relève de la littérature pour la jeunesse, il reste avant tout un objet littéraire, aussi légitime qu’un autre. Ignorer la littérature pour la jeunesse revient à se priver de corpus. Il pose la question du destinataire opposant « Adressat » (destinataire explicite) et « implizierter Leser », ce lecteur implicite qui n’a pas d’âge prédéterminé. Cette question va se retrouver au cours des trois jours de colloque : Michaela Weiss (Erlangen) présente une lecture de La Vie devant soi de Romain Gary, en l’envisageant comme un roman pour la jeunesse atypique ; mais s’agit-il de littérature pour la jeunesse ? Son inscription dans les programmes scolaires justifie-t-elle cette détermination ? Il en va de même à propos des poèmes de Gabriela Mistral, analysés par Hans Fernández (Berlin) sous l’angle du monde de l’enfance : le fait que les enfants chiliens apprennent ces poèmes par cœur à l’école primaire suffit-il à les faire entrer dans le champ de la littérature pour la jeunesse ? Inversement, Joachim Schultz (Bayreuth), en s’interrogeant sur la question de l’avant-garde et de la littérature pour la jeunesse en France, part des affinités entre les écrivains et artistes de l’avant-garde (Blaise Cendrars, Guillaume Apollinaire) et le monde de l’enfance pour aborder l’œuvre poétique de Robert Desnos, destinée aux enfants (Chantefables et chantefleurs) et publiée dans des collections pour la jeunesse (comme une partie de l’oeuvre d’Apollinaire). Si les enfants peuvent lire les poèmes de Desnos, voire les apprendre à l’école, il reste qu’il est possible de les lire dans la perspective de l’Occupation et de la déportation des juifs : la fourmi de 18 mètres traînant un char plein de pingouins et de canards (« La Fourmi »), dont une voix nie l’existence, prend dès lors une tout autre apparence. La question du destinataire est également au cœur de la contribution d’Anne Begenat-Neuschäfer (Aix-la-Chapelle) qui pose la question du public visé par Les Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters. Les destinataires de Mme Leprince de Beaumont ou ceux de Gianni Rodari sont peut-être moins problématiques (quoique ce point de vue soit aussi discutable). Dans le premier cas, Ramona Herz (Augsbourg/Nancy) présente les débuts de ses recherches doctorales consacrées à l’œuvre pédagogique d’une des fondatrices de la littérature pour la jeunesse française, en se penchant plus précisément sur Les Américaines ou la preuve de la religion chrétiennes par les Lumières naturelles (1769) et La Dévotion éclairée ou le Magasin des dévotes (1779) : une recherche prometteuse qui mérite d’être suivie. Dans un tout autre registre, l’œuvre de Rodari a été abordée dans deux communications, tout d’abord par Francesca Bravi (Kiel) qui a présenté et analysé avec précision différentes versions du Petit Chaperon Rouge, de Rodari à Bordiglioni, en passant par Munari, autant d’exemples de l’application de la Grammatica della fantasia. Cette grammaire de l’imagination a conduit Christoph Mayer (Dresden) à proposer une analyse originale et stimulante des contes pour enfants de Rodari, qu’il tente de comparer à l’esthétique du poème en prose (Baudelaire, Rimbaud), s’appuyant sur la part de l’absurde et de la parodie, sur le mélange des genres et la présence du fantastique dans le quotidien, sur la mise en scène du choc dans un monde devenu étranger. Le travail de Christoph Mayer, s’il suscite des réserves de la part de certains chercheurs présents, a le mérite de ne pas décrire les textes mais de tenter d’en donner une analyse poétique, en utilisant des critères qui ne se limitent pas à la seule littérature de jeunesse ; en quelque sorte, son intervention illustre les propos de Hans-Heino Ewers. Roland Iβler (Bonn) s’interroge également sur des questions de poétique à partir d’un corpus de poèmes pour enfants français, espagnols et italiens, en poursuivant sa réflexion dans le champ de la didactique des langues. Ce sont également des questions de poétique (mais pas de didactique) qui animent la contribution de Laurent Bazin (Versailles-Saint-Quentin), dessinant les contours d’une poétique du roman contemporain pour adolescents. À partir d’un corpus gigantesque, Laurent Bazin s’interroge sur les caractéristiques de cet ensemble au développement exponentiel et sur le roman comme un système de processus lié aux pratiques de lecture et à la réception. À contrecourant des idées reçues sur la médiocrité de cette production, il montre que le récit se déploie en symbiose avec le lecteur et qu’il est construit sur une poétique de l’intériorité, présente moins dans les thèmes que dans les formes, reflétant les contradictions intimes du lectorat auquel il est adressé : le roman contemporain pour adolescents apparaît ainsi comme un genre de la transition, non seulement d’un point de vue psychologique et anthropologique que d’un point de vue esthétique. Après la poésie et le roman, le conte est abordé par Ludger Scherer, analysant ses transformations formelles et thématiques à l’aune les fluctuations de l’histoire et de l’histoire de la littérature, à partir d’un corpus de contes qu’il définit comme contes « romanisches », posant l’hypothèse d’une « Romania » unifiant les différents textes. La dimension historique motive également, dans une autre optique, l’intervention de Klaus Dieter Ertler (Graz) pour présenter la littérature de jeunesse au Québec, depuis ses prémices et le rôle fondateur des jésuites de la Société Saint-Jean-Baptiste, jusqu’aux années 1980-1990. Il se penche plus particulièrement sur « L’Oiseau bleu », collection de fascicules publiés entre 1921 et 1940, ainsi que sur la littérature pour filles (il fait référence aux travaux de Françoise Lepage) présente dans les années cinquante et soixante. Franz Obermeier (Kiel) rend compte de ses recherches sur la représentation du Brésil dans la littérature, et notamment la littérature pour la jeunesse, allemande, mais aussi anglophone et française (au xixe siècle, jusque dans les années 1950). Même s’il fait état de difficultés à constituer son corpus et à avoir accès aux textes (qui sont rarement numérisés), il parvient à donner un aperçu de sa recherche, qu’il associe aux débuts de la littérature pour la jeunesse au Brésil, rappelant l’œuvre de Lobato mais surtout celle d’Olavo Bilac, auteur notamment du célèbre Através do Brasil (1910), écrit avec Manuel Bonfim sur le modèle du Tour de la France par deux enfants (1877) de G. Bruno, dans une optique également républicaine. Cette thématique du rôle joué par la perspective politique dans la littérature pour la jeunesse est l’un des axes du projet de recherche présenté par Sieglinde Borvitz (Düsseldorf) : partant du concept foucaldien de gouvernementalité, elle s’interroge sur l’enfant compris comme dispositif de modélisation politique et idéologique, selon le principe de la « Biopolitik ». S’attachant dans un premier temps à l’Italie du Risorgimento, elle s’appuie sur Cuore et sur sa suite, moins connue écrite par Paolo Mantegazza, Testa. Son projet est d’étendre son approche à l’Allemagne, à la France et à la Grande-Bretagne. S’inscrivant aussi dans une perspective historique, Marina Hertrampf (Regensburg/Passau) s’interroge sur un classique de la littérature pour lajeunesse espagnole, El Conde Lucanor de Juan Manuel, qui date initialement du xive siècle. Après avoir montré le destin du texte, « bestseller » avant la lettre, elle montre que le classique se décline en différentes formes, depuis celle du miroir des princes jusqu’à des variations plus modernes. Cinq retiennent son attention : une version aux orientations explicitement nationalistes de 1914, une version sud-américaine orientée vers la bade dessinée (1973) et trois albums illustrés dans des styles fort différents (2004, 2006, 2009), parmi lesquels on compte une édition scolaire commentée. C’est un point de vue didactique qui oriente la présentation de Miriam Wölfel (Würzburg), centrée sur la question de la transculturalité dans la littérature pour enfants contemporaine italienne. Elle explique que cette question est encore très neuve en Italie : elle cite le seul ouvrage de référence, E noi ? Il posto degli scrittoti degli scrittori migranti nella narrativa per ragazzi de Lorenzo Luatti (2010). Son corpus (quatre romans et un album) est un échantillon de ce champ de recherche, où les préoccupations sociales, pédagogiques et didactiques se mêlent. On ne peut que saluer l’initiative de Ludger Scherer et de Roland Iβler et de souhaiter que ce champ, désormais ouvert, se développe en Allemagne, en appelant à continuer d’entretenir des contacts avec les pays de la « Romania ».

2Les actes de ces trois journées de colloque paraîtront prochainement aux éditions Peter Lang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « « Herausforderungen und Chancen », 33e congrès du DRV, section « Kinder- und Jugendliteratur der Romania », Würzburg, 23-25 septembre 2013 », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://strenae.revues.org/1137 ; DOI : 10.4000/strenae.1137

Haut de page

Auteur

Mathilde Lévêque

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité CENEL – Pléiade

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org